Navigation – Plan du site

Discours volontaristes et effets réels. La situation de l’occitan

Voluntarist Speeches and Real Effects. The Situation of Occitan
Discorses volontaristas e efièches reals: la situacion de l’occitan
Fabrice Bernissan

Résumés

Nous avons montré dans un récent article que l’occitan compte 100 000 locuteurs environ. Son usage va fortement diminuer dans les prochaines décennies, même si des actions sont mises en place pour revitaliser cette langue. L’analyse de la situation nous montre que ces actions sont peu concertées, mal calibrées et jamais évaluées. Nous montrerons que les politiques linguistiques institutionnelles, largement insuffisantes et peu adaptées, ne permettront pas le maintien de l’occitan. Les acteurs sont peu coordonnés et ne savent pas utiliser l’atout majeur de cette langue : ses locuteurs naturels. Nous terminerons en faisant une série de propositions allant dans le sens du développement à court terme de l’occitan.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte est une version actualisée de la communication que nous avons faite le 7 décembre 2010 à la faculté de sciences politiques de l’université de Teramo (It.), sur l’invitation de Giovanni Agresti, dans le cadre de son séminaire de doctorat de recherche en analyse des politiques de promotion et de développement du territoire.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous reviendrons sur ce point plus bas.

1Notre propos est de faire une présentation résumée des discours et des actions menées en faveur d’une langue minoritaire, l’occitan. Disons-le d’emblée malgré les efforts déployés ces actions ne suffiront pas, en l’état, à sauvegarder la langue et lui assurer une permanence satisfaisante1.

  • 2 Bernissan 2012.
  • 3 Cette étude soutenue par la DGLFLF est en cours. Ses résultats seront publiés en juin 2014.

2Cet article s’insère dans une réflexion sociolinguistique plus large qui nous a récemment conduit (i) à proposer un dénombrement des locuteurs de l’occitan2, que nous estimons à moins de cent mille, et que nous souhaitons prolonger (ii) par une étude portant sur « L'occitan-gascon dans les Pyrénées centrales : situation sociolinguistique, nombre de locuteurs, et représentations dans les Hautes-Pyrénées3. »

3Pour commencer nous dresserons un état des lieux des acteurs institutionnels et non institutionnels qui font l’annonce qu’ils prennent à leur compte le devenir de la langue. À côté, ou plutôt devançant, les diverses actions menées, s’est constitué au fil du temps une sorte de discours unique, un mot d’ordre émanant de l’intérieur. Cette (bonne) parole a été largement diffusée à destination des milieux militants impliqués dans la sauvegarde de la langue.

4Nous décrirons ce discours par le biais notamment de la consultation de la communication formelle et informelle émanant des différents acteurs. L’étude des comptes financiers de plusieurs collectivités territoriales permettra un décryptage des politiques retenues. Nous mettrons en contrepoint de cet affichage, et des moyens déployés, les faits observés sur le terrain et mesurerons l’écart existant entre les paroles, les actes, et les effets des actions menées. Nous essaierons alors d’expliquer les causes de tels écarts.

5Nous en conclurons que la revitalisation de l’occitan dépend d’une totale refondation : à la fois de l’analyse de la situation pour être en phase avec la réalité du terrain, les motivations réelles des acteurs et les actions mises en place (notamment par des stratégies unitaires et une nécessaire évaluation), les moyens d’action afin de répondre aux besoins réels de la société. Nous proposerons quelques pistes de travail inspirées des travaux de terrain que nous menons en Gascogne.

6Ajoutons enfin que, en dépit de ce qui va suivre, l’auteur de cet article pense que la sauvegarde des langues minoritaires, notamment l’occitan, est une entreprise non seulement louable mais encore réalisable.

Les acteurs institutionnels et non-institutionnels

7Nous procéderons par mode pyramidale et commencerons, comme il nous l’a été inculqué (école, médias, économie, etc.), par le sommet du triangle c’est-à-dire l’État. La République française est garante des langues de France au titre de la préservation de son patrimoine (article 75-1 de la Constitution modifiée en 2008 « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France »). Les services concernés par la sauvegarde des langues minoritaires (dites « régionales » en France) sont d’une part le ministère de l’Éducation nationale doté d’une inspection générale chargée des langues régionales, d’inspecteurs pédagogiques aux niveaux régional et départemental, et d’un dispositif d’enseignement allant de l’école maternelle à l’université et, d’autre part, le ministère de la Culture et de la Communication qui ne dispose pas de services spécifiques si ce n’est la Délégation générale de la langue française et des langues de France (DGLFLF) qui a reçu une partie de cette compétence. Ce ministère soutient aussi quelques actions ponctuelles par le biais de ses antennes régionales (direction régionales des Affaires culturelles) et, à la marge, de sa mission numérisation. Signalons que cette politique en faveur des langues de France a été initiée après les mobilisations (sociales par le biais associatif, et politiques) des années 1970 à 1980 principalement. Certaines langues tel l’occitan ont profité des revendications linguistiques, culturelles et surtout politiques portées par les acteurs et les mouvements d’autres régions de France. On ne peut concevoir de prise en compte, même mineure, du fait linguistique en France sans une forte pression sociale.

  • 4 Le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques se distingue en la matière avec la création d’un « serv (...)

8L’inventaire des acteurs institutionnels nous conduit ensuite vers les collectivités territoriales. Les conseils régionaux, notamment d’Aquitaine, de Midi-Pyrénées, de Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur sont les instances institutionnelles les plus investies et les plus dynamiques en matière de sauvegarde de la langue occitane. Il est vrai que ces instances ont reçu la compétence Culture lors de la loi de décentralisation des services de l’État. Leurs actions sont menées dans le cadre de missions spécifiques intitulées « Mission occitane », « Mission culture occitane » ou encore « Mission langue et culture occitanes4 ». Des personnels administratifs ont été recrutés, en principe, sur des profils spécifiques : une bonne connaissance de la problématique et de la langue semblent figurer parmi les conditions sine qua non d’accès à ce type de poste.

9Les conseils généraux de nombreux départements se sont eux-aussi dotés de Mission langue et culture occitanes. Nées le plus souvent d’une forte pression locale ces missions accompagnent les projets des associations. Il se peut aussi que certains conseils généraux s’autosaisissent de certaines problématiques auxquelles ils répondent par la mise en place d’actions propres qu’elles mèneront directement via leur service : mise en place de formations, réalisation d’ouvrages, conseils et mesures incitatives pour la signalisation dans la langue, soutien de filières économiques de terroir, etc.

  • 5 Partit de la Nacion Occitana et Partit Occitan confondus.

10Les acteurs non-institutionnels sont principalement les associations et leurs membres. Un dense tissu associatif participe depuis le Félibrige (à partir de 1854) et l’occitanisme (après 1945) à la réflexion et à l’animation dans le territoire pour la sauvegarde de la langue. Enfin les groupes politiques de tendance territoriale et linguistique sont de création relativement récente. Ils revendiquent environ 500 membres pour une population totale située entre 14 et 15 millions d’habitants5.

  • 6 L’État français n’a toujours pas ratifié la Charte européenne des langues régionales ou minoritaire (...)

11On se rend compte de l’imbrication, informelle voire tacite, des parties en place. L’État donne le tempo6 d’une politique décidée et financée à l’échelon régional et départemental. Les actions, souvent menées par les associations, dépendent donc des politiques décidées par les missions de langue et culture régionales, et ce d’après les orientations des majorités en place. Sur le terrain certains acteurs associatifs se tournent, voire se détournent, vers le mouvement politique : soit en entrant dans les groupes politiques autonomistes soit en adhérant aux groupes nationalistes français. Nous ne sommes pas à un paradoxe près.

Le discours

  • 7 Christopher Moseley (éd.), Atlas des langues en danger dans le monde, 3e éd, Paris, Éditions Unesco (...)

12L’État se réfugie derrière une enquête déjà ancienne puisque menée en 1999 pour avancer un chiffre de 500 000 locuteurs, ce qui a pour effet mécanique de placer l’occitan dans les langues hors de danger. Ce n’est pourtant pas ce que suggère l’Unesco. Une récente étude menée par Christopher Moseley7 classe les différents dialectes de la langue occitane dans la catégorie « en danger » (le gascon) voire « en sérieux danger d’extinction » (languedocien, limousin, provençal). Le ministère de l’Éducation nationale assure qu’elle met en place les moyens d’une transmission de la langue pour les enfants qui souhaitent en bénéficier. De son côté la DGLFLF propose un soutien à la publication de revues et à l’organisation de colloques. Le discours de l’État est, pour résumer, que les actions publiques sont mises en œuvre pour sauvegarder le patrimoine linguistique et permettre à ceux qui le souhaitent d’apprendre la langue régionale.

13Les collectivités territoriales quant à elles communiquent sur leur « engagement volontaire8 » et montrent l’occitan comme faisant partie d’un « patrimoine commun9 ». Elles entendent soutenir la transmission de la langue par le soutien de filières de cours pour adultes notamment, la publication de manuels pédagogiques et les manifestations culturelles vivantes (aide à la création et à la diffusion). Les chiffres qu’elles annoncent concernant le nombre de locuteurs se situent autour de 2 millions. L’Aquitaine et Midi-Pyrénées ont récemment passé commande d’enquêtes d’opinions de type déclaratif afin de légitimer leurs choix de politique linguistique par des études auprès des populations10.

  • 11 Dont nous faisons partie depuis 1998.
  • 12 Statuts et communication internet de l’Institut d’Études Occitanes,
    www.ieo-oc.org/.
  • 13 Anem ! Occitans !, 2013, 14.
  • 14 Le site Internet du Partit occitan annonce que six millions de personnes comprennent l’occitan et t (...)
  • 15 Communication Internet Partit Occitan : http://partitoccitan.org/.
  • 16 www.p-n-o.org/entrada.php.

14Les associations œuvrant dans le domaine de la langue et de la culture occitanes sont relativement nombreuses. Nous avons affaire à des structures fortement spécialisées de type « monoactivité » : leur objet peut être, par exemple, l’animation d’une radio, l’enseignement immersif, les cours de langue pour adulte, le théâtre, le chant, etc. Nous constatons qu’il n’existe que peu de passerelles entre ces différentes structures. Les membres de ces associations11 sont persuadés du bien fondé et de l’efficacité de leurs actions qui vont dans le sens du « maintien et du développement12 » de la langue. L’unique association militante pan-occitane, l’Institut d’Estudis Occitans rappelle après son assemblée générale, mai 2013, que ses missions sont : « manténer la dignitat e la vitalitat de la lenga occitana, assegurar a la lenga occitana una plaça dins la sociÉtat d’auei ». Pour cela la fédération d’associations se propose d’œuvrer sur quatre axes : (1) « la far conéisser dins sa realitat istorica, geografica, linguistica, culturala », (2) « li assegurar ua visibilitat dins la sociÉtat », (3) « li assegurar un usatge […]. La lenga occitana deu investir l’espaci public, e tornar ocupar l’espaci privat » et, (4) « li assegurar un estatut reconegut que garantissa sos meians d’existir13 ». Les cadres des associations occitanistes revendiquent eux-aussi un nombre de locuteurs élevé (et parfois également d’adhérents) entre deux et trois millions. Ils se présentent comme des acteurs de la société civile et s’autoproclament défenseurs voire garants, devant la collectivité, de la langue et de la culture occitane sur leur territoire. Quant aux groupes politiques, ils surestiment largement le nombre de locuteurs — quitte à falsifier ce qu’est un locuteur réel14 — et réclament un usage « normal15 » de la langue dans la vie publique. L’objectif du Partit Occitan est, à coté de lutter « pour la reconnaissance et l’autonomie de l’Occitanie », de « désaliéner et conscientiser le peuple occitan ». Le Partit de la Nacion Occitana combat pour « l’independença de nòstre país16 ».

Les moyens déployés localement, les axes prioritaires : trois exemples, dans les Hautes-Pyrénées, les Pyrénées-Atlantiques et la région Midi-Pyrénées

15Nous avons pensé qu’il serait intéressant de mettre en évidence, en partant des données chiffrées des administrations concernées, les champs culturels sur lesquels portent les aides publiques territoriales. Nous avons sondé le système d’aides publiques mis en place par trois collectivités : deux départements qui a priori n’ont pas d’obligation en la matière (les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées) et une Région : la Région Midi-Pyrénées qui elle a reçu de l’État la compétente culturelle.

16Pour commencer nous relevons que le budget du conseil général des Hautes-Pyrénées est de 319 millions d’euros17. Il consacre environ 100 000 euros aux actions de développement de l’occitan, soit 0,40 euro par habitant, ou encore 0,03 % de son budget. Celui du département des Pyrénées-Atlantiques s’élève à 758 millions d’euros18. Un million d’euro environ est utilisé à accompagner les actions pour la langue et la culture occitanes, ce qui représente trois euros par habitant du Béarn et 0,13 % de son budget. Enfin le conseil régional de Midi-Pyrénées, fort d’un budget de 1,194 milliard d’euros19 consacre lui aussi environ un million d’euros à la langue et la culture historique de son territoire. Soit 0,35 euro par habitant, et 0,08 % de son budget total. On constate d’emblée le traitement réservé à l’occitan par les élus locaux : les moyens qui lui sont alloués sont dérisoires, voire ridicules.

17Nous avons établi une grille de type d’actions dans laquelle nous avons rangé les bénéficiaires des ces subventions. Il est entendu que certains bénéficiaires mènent plusieurs types d’actions, ce qui rend notre tâche plus complexe. C’est souvent le cas pour les sections départementales de l’Institut d’estudis occitans. Par ailleurs nous ne sommes pas toujours parvenu à identifier quels types d’actions sont menés par certaines structures. Nos résultats ne sauraient être présentés comme intangibles, ils rendent néanmoins compte d’une tendance.

18Les entrées retenues sont les suivantes :

191. IEO (opérateur identifié et conventionné) ; 2. Enseignement ; 3. Médias ; 4. Théâtre ; 5. Arts traditionnels (dont musiques, danses) ; 6. Organisation d’animation (dont concert, Carnaval, etc.) ; 7. Écrits ; 8. Divers.

20Le tableau analytique ci-dessous (dont le détail figure en annexe) renseigne sur l’hétérogénéité des répartitions des aides suivant les collectivités :

Tableau 1 — Répartitions des aides suivant les collectivités

Collectivité

1. IEO

2. Ens.

3. Méd.

4. Th.

5. Arts

6. Org.

7. Écrit

8. Div.

CRMP

978 181 €

309 346

31 %

259 489

26 %

56 452

6 %

55 600

6 %

43 000

4 %

140 254

14 %

44 407

4,5 %

69 633

7 %

CG64

788 750 €

368 000

47 %

149 000

19 %

34 500

4 %

71 500

9 %

48 000

6 %

122 750

15,5 %

CG65

96 378 €

1 900

2 %

79 268

82 %

4 900

5 %

12 210

12 %

21Nous observons que les collectivités n’ont pas les mêmes priorités, ni les mêmes centres d’intérêts. La Région soutien l’ensemble des champs retenus dans notre nomenclature alors que, par exemple, les conseils généraux ne subventionnent pas le théâtre. Par ailleurs la Région est liée à l’Institut d’estudias occitans par une convention, ce qui n’est pas le cas dans les Pyrénées-Atlantiques (ou l’IEO n’existe plus depuis environ dix ans), ni dans les Hautes-Pyrénées. On se rend compte de la place dérisoire occupée par l’aide à la production et la diffusion de l’écrit. Ce qui est un paradoxe pour un mouvement culturel qui s’appuie sur la littérature des troubadours, et d’auteurs de renom tels Mistral, Boudou, Palay, Camelat, etc.

22L’enseignement constitue l’axe fort des collectivités qui consacrent une part importante du budget alloué à la transmission de la langue par son apprentissage. Deux type d’opérateurs se distinguent : les écoles associatives Calandreta, et les organismes proposant des cours pour adultes (et des interventions dans les écoles publiques pour les Hautes-Pyrénées). Ajoutons qu’une part importante des aides allouées à l’IEO est consacrée au financement de cours pour adultes.

23On constate que les médias prennent une part de plus en plus importante dans le schéma de développement voulu par les collectivités. Voilà une tendance qui devrait aller crescendo afin d’accompagner la mise en place d’une TV diffusée par Internet (annoncée pour la fin de l’année 2013).

24Les arts traditionnels et la diffusion sont finalement assez peu soutenus par les collectivités, entre 12 et 18 % des aides. Ce qui donne à penser que les publics sont peu pris en compte. Il se peut aussi que certaines manifestations culturelles (lesquelles ?) soient soutenues via d’autres lignes budgétaires (arts vivants, arts contemporains, Scènes de musiques actuelles, etc. ?).

25Certains opérateurs apparaissent dans notre colonne « Divers ». Il s’agit le plus souvent de structures fédératives accompagnant (par de l’ingénierie ou de l’accueil de publics) ou portant elles-mêmes des projets culturels. Il est alors difficile de ranger leur action dans telle ou telle rubrique. Il faudrait pour cela avoir des données plus fines dont nous ne disposons pas.

26Nous constatons à la lecture des comptes administratifs du conseil régional que le territoire gascon de la région Midi-Pyrénées capte seulement 14 % des aides allouées. Cela est d’autant plus étonnant qu’il semble que le niveau de demande d’aides provenant de ce territoire justifierait un soutien plus conséquent de la part de la collectivité territoriale. Il apparaît qu’il y a là une inégalité de traitement suivant les dialectes de l’occitan.

Notre constat

27Disons-le d’emblée le bilan des actions menées pour la sauvegarde de l’occitan en France est bien trop maigre pour assurer la permanence de cette langue. Il suffit de consulter le rapport intitulé « Vitalité et disparition des langues » émanant du groupe d’experts spécial de l’Unesco20 sur les langues en danger pour prendre la mesure de la situation réelle de la langue occitane. Ce groupe s’est penché sur l’élaboration d’outils de contrôle afin d’établir un pronostique de l’état d’une langue donnée. Ses travaux ont abouti à la confection de grilles permettant de mesurer neuf facteurs : (i) degré de transmission de la langue d’une génération à l’autre (ii) nombre absolu de locuteurs, (iii) taux de locuteurs sur l’ensemble de la population, (iv) utilisation de la langue dans les différents domaines publics et privés, (v) réaction face aux nouveaux domaines et médias, (vi) matériels d’apprentissage et d’enseignement des langues, (vii) attitudes et politiques linguistiques au niveau du gouvernement et des institutions – usage et statut officiels, (viii) attitude des membres de la communauté vis-à-vis de leur propre langue et enfin, (ix) type et qualité de la documentation. Force est de constater que mis à part les points (vi), et dans une moindre mesure (ix), les résultats des autres indicateurs sont, pour ce qui concerne l’occitan, inquiétants voire catastrophique. La politique linguistique et culturelle répressive menée par l’État français tout au long du vingtième siècle a porté ses fruits, à tel point que langue occitane présente maintenant un socle de locuteurs excessivement bas (inférieur à 100 000 individus). Ceux qui la connaissent encore ne l’emploient qu’à de rares occasions et seulement dans l’espace privé21. Même les zones jusqu’alors réputées pour leur dynamisme linguistique sont touchées par le phénomène (Aran, Bigorre, Béarn). Il est intéressant à ce stade d’établir un bilan des actions et de leur impact pour chacun des acteurs en présence.

  • 22 Le décret du 23 juin 2009 fixant le cahier des charges de France Télévision contient une mention co (...)

28La politique linguistique menée par l’État en matière d’enseignement est largement inadaptée et insuffisante dans le territoire linguistique occitan. Les filières bilingues ou immersives sont mal réparties et très peu nombreuses. Le total des élèves suivant ce type d’enseignement est d’environ 3 000 soit 0,1 % de la population scolarisée. L’apprentissage de la langue au titre de langue régionale (entre 1 heure et 3 heures hebdomadaire) concerne moins de 1 % de la population scolarisée. Quant à l’enseignement bilingue en lycée, il n’existe pas. Ce qui pose des problèmes pour alimenter une filière universitaire qui d’ailleurs est en train de disparaître (Pau, Bordeaux) ou a du mal à se maintenir (Toulouse, Montpellier). Quant à la politique culturelle nationale concernant l’occitan celle-ci est quasiment inexistante. La DGLFLF n’a pas de ligne budgétaire spécifique pour l’occitan. Alors que le cahier des charges de France télévisions ne fait que sous-entendre de manière indirecte22 l’édition de programmes en langues régionales, la grille de France 3 réserve en moyenne quinze minutes par semaine à ce type de programmation (y compris déprogrammations pour cause de vacances scolaires, sport, événement divers, cérémonies, etc.).

29Les actions soutenues par les collectivités territoriales s’articulent quant à elles autour de la transmission de la langue par le soutien des cours pour adultes, l’aide au financement des écoles immersives, ou encore l’encouragement à la fabrication de matériel didactique. La diffusion de la culture et de la langue fait partie des axes choisis par les instances : soutien des médias, publications diverses, ouvrages littéraires ou scientifiques, bulletins de communication associative, site internet, etc. Par ailleurs la création trouve aussi un soutien que ce soit pour les œuvres ou leur diffusion (organisations de spectacles et événementiels). La diversité des engagements pris ne parvient pas à occulter le fait que les conseils régionaux (comme nous venons de le voir pour celui de la région Midi-Pyrénées) ne se donnent pas les moyens d’une politique réellement offensive en matière de reconquête de la langue. Le conseil régional de Midi-Pyrénées, qui s’annonce à la pointe dans ce domaine consacre moins de 50 centimes d’euro par habitant et par an pour mener à bien son « engagement volontaire ». Pourtant ses partenaires au sein de Communauté de Travail des Pyrénées l’invitent à faire davantage. Les gouvernements catalan, basque, tout comme Andorre, ont un discours clair et militant auprès des autorités régionales françaises en faveur du développement et de la normalisation de la langue historique de leur territoire. À tel point que la Generalitat de Catalunya a récemment approuvé une loi de protection et de développement de l’aranais intitulée « Lei der occitan, aranés en Aran23 ». Pour le moment les incitations de ces autorités politiques en matière de prise en compte du fait linguistique sont restées lettre morte. Les conseils généraux, tout comme les entités décrites précédemment, font du saupoudrage en allouant des subventions bien trop maigres pour envisager des actions d’ampleur significative. Le conseil général des Pyrénées-Atlantiques fait exception à la règle avec une ligne budgétaire mieux dotée mais, semble-t-il, encore insuffisante pour redynamiser l’usage de la langue.

30Quant aux acteurs de terrain, les actions qu’ils mènent sont le plus souvent déconnectées du large public, et qui plus est, des locuteurs de cette langue. Leurs initiatives sont le plus souvent timides, mal calibrées et mal ciblées. Les associatifs veulent avant tout se faire plaisir, ce qui n’est aucunement un jugement de notre part, et proposent des actions à court terme et dénuées d’ambition. On ne voit pas émerger suffisamment de débats, ni d’actions concertées portées par des groupes organisés en réseau, ni de véritables objectifs à atteindre sur plusieurs années. Les militants sont le plus souvent déconnectés du monde de la recherche : linguistes, anthropologues, sociologues, alors qu’un échange régulier, des allers et retours entre acteurs de terrain et chercheurs, pourrait se révéler des plus fructueux. On observe même des réticences voire des méfiances à cet endroit. Par ailleurs une plaie profonde traverse le front des défenseurs de la langue : les querelles entre post-mistraliens et occitanistes ne finissent pas de diviser le mouvement qui au contraire aurait tout à gagner à s’unir enfin. On observe que le dogme l’emporte sur la raison : les vieux clivages français Droite/Gauche opèrent encore que ce soit en Provence ou en Béarn. Les personnalités et les chapelles s’affrontent pendant que la langue agonise lentement. On reste donc sur des prises de paroles et des actions ponctuelles, sur de l’anecdotique, de l’événementiel. Enfin certains acteurs se tournent de plus en plus vers la folklorisation de leur pratiques que ce soit dans le champ du spectacle (groupes musicaux, théâtre), de la danse, des émissions de radio, voire de la création littéraire, etc. Les partis politiques territoriaux quant à eux ont des difficultés à exister et n’ont de présence, toute relative, dans la vie publique que lors des élections locales auxquels ils prennent part. Notons tout de même la régularité de leur participation à certains scrutins et l’élection récente de certains d’entre aux par le jeu d’alliances avec des partis de gauche hexagonaux.

L’effet/les faits face au discours

31Dès lors comment aborder l’examen de la mise en œuvre de politiques qui ne s’assument pas ? Doit-on parler des faits observés, dans le sens de « dresser un constat », ou d’effets dans le sens où l’absence de réelle motivation ne peut in fine que produire des effets réduits, nous sommes tenté d’écrire « secondaires » ?

  • 24 http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbé_Grégoire. Voir à ce sujet Martel 2010, qui lui écrit à propos de (...)
  • 25 Il suffit de totaliser les environ 400 postes budgétaires dédiés à l’enseignement de l’occitan ou e (...)
  • 26 On peut à ce niveau rappeler la devise de l’Europe : « Unie dans la diversité. » La posture de la F (...)

32Rappelons si besoin est que la lente érosion des langues de France a été programmée dès 1794, au moment où l’abbé Grégoire rend public son Rapport sur la Nécessité et les Moyens d'anéantir les Patois et d'universaliser l'Usage de la Langue française24. On voit bien que l’État n’a aucune volonté réelle d’agir par rapport au naufrage des langues de France. Si on totalise les sommes investies dans les actions de préservation nous arrivons à 1 euro par an et par habitant25. Bien au contraire, on continue d’assister dans ce domaine à des postures centralistes et jacobines tous partis confondus. Ces postures s’expliquent en outre par un sentiment de rejet, de peur de l’autre, par l’incompréhension de ce que peut être l’altérité. L’État français ne reconnaît, ni ne favorise, la diversité linguistique26.

33Les personnels politiques locaux n’offrent aucune alternative à la tendance parisianiste. Rappelons qu’ils appartiennent pour plus de 99 % aux mêmes partis. Les élus souffrent du complexe du provincial. Ils se sentent des élus de second niveau, pas vraiment responsables donc. La question de la langue leur apparaît donc très secondaire. En résumé ils sont mollement préoccupés par la question. À coté des mesures d’accompagnement des actions des associations, nous avons vu que les actions sont parfois pilotées par les missions elles-mêmes, les régions ont créé et largement doté des centres de ressources (Cirdoc à Béziers, Institut occitan en Aquitaine, CROM à Toulouse aujourd’hui disparu) parfois largement déconnectés des utilisateurs et du terrain.

  • 27 Nous prenons pour exemple l’alliance du Partit Occitan avec les Verts qui est d’un effet plus que d (...)

34Les acteurs associatifs ne sont pas en reste. Que demeure-t-il de leurs motivations lorsqu’ils sont réduits à une posture d’obligés des pouvoirs et des personnes en place ? Cette position d’inféodés les oblige à multiplier les stratégies pour capter les financements publics ou privés. On assiste par ailleurs au paradoxe suivant : les collectivités dont la mission originelle consistait au soutien d’actions associatives se placent maintenant en position de donneurs d’ordres et prennent prioritairement en compte les projets qu’elles initient. Lentement un processus de mise sous tutelle modifie et sclérose le paysage des actions de redynamisation de la langue. La réflexion et l’élaboration de nouvelles actions au sein des associations ne sont plus vraiment à l’ordre du jour, d’autant que le vivier des bénévoles ne se renouvelle pas. Les personnes en place s’usent et perdent leur dynamisme. Enfin, les partis politiques locaux ont eux-aussi le sentiment qu’ils sont acculés. Le désir d’avoir des élus les poussent à des alliances qui semblent parfois contre nature27.

Impacts négatifs et effets induits

  • 28 Le site internet du Ministère de l’Education Nationale propose un discours d’un silence assourdissa (...)
  • 29 Nous pensons aux premières expériences de bilinguisme français-anglais dans les écoles du Québec à (...)

35En fin de compte on voit poindre l’objet du discours politique par rapport à la sauvegarde des langues minoritaires en France : il s’agit d’un simple affichage visant à se donner les apparences d’un pays ouvert à la diversité. Le message à destination du grand public est quasiment inexistant28, inaudible voire faux. Il serait pourtant simple de communiquer par exemple sur les bienfaits du bilinguisme précoce, bienfaits qui sont connus depuis plus de 40 ans29, lors des premières études menées par le gouvernement canadien. Les langues régionales sont livrées à leur sort. L’occitan n’a pas le privilège de bénéficier d’un effet de locomotive comme le catalan, le basque, voire l’alsacien qui grâce à leur situation transfrontalière profitent du dynamisme linguistique de leur voisin.

  • 30 L’IEO semble enfin se rendre compte du problème. Son président écrit dans on rapport moral en mai 2 (...)

36Les différents acteurs n’ont pas d’unité d’action, pas d’unité de communication, et semblent en complet décalage avec la réalité du terrain (qu’ils semblent largement méconnaître30). Il apparaît qu’ils participent eux-mêmes au brouillage de l’information ce qui cause une mauvaise appréhension de la question par les publics. On maquille les chiffres lorsque l’on parle du nombre de locuteurs et de ce qu’est un locuteur. On colle des étiquettes politiques sur des revendications culturelles : les défenseurs de l’occitan étaient des Blancs (Mistral vers 1860), puis des Roses (après 1968) et maintenant des Verts (depuis 2010).

37L’émergence en Europe de la question linguistique, après les années 1970, a lentement abouti à la prise en compte relative de la langue et de la culture régionales. Les institutions se sont dotées de services professionnels. Il s’agissait au tout début de recruter des personnes par voie interne ou par appel à candidature, dans le bassin des militants associatifs. Le processus s’est par la suite complété par la professionnalisation de plus en plus massive des structures associatives après 1995 et la création de concours spécifique pour le recrutement d’enseignants d’occitan ou en occitan (Capes, Cafep, puis C.R.P.E.). La grande partie des candidats sont pour la plupart des personnes se situant hors du milieu régionaliste qui trouvent là les avantages (et parfois aussi les inconvénients) d’une possibilité de carrière. Leur engagement (et leur pratique de la langue) ne dépasse pas, pour la plupart, le cadre de leur temps de travail hebdomadaire, ce qui était loin d’être le cas des acteurs culturels des premiers temps. Cette récente professionnalisation du secteur aboutit de façon mécanique à plusieurs effets négatifs. D’une part elle a favorisé l’émergence d’une nouvelle « caste », les cadres de la langue. Celle-ci regroupe les personnels des institutions, les cadres dirigeants des structures de droit privé, les élus des partis territoriaux. On voit parfois poindre ici et là des phénomènes de pré carré, de lutte de pouvoir, d’antagonismes de personnes, ce qui a des effets sur l’efficacité des actions. D’autre part la professionnalisation systématique des structures associatives telle qu’on peut la voir actuellement conduit à la désaffection des personnels bénévoles. Le terrain est progressivement abandonné. L’histoire même des luttes des années 1970 et 1980 s’effacent des mémoires. Alors que l’on pensait que la professionnalisation allait régler la plupart des difficultés par l’engagement à temps plein de personnes compétentes elle accentue au contraire les disparités et les insuffisances de l’action : perte de proximité, rapports impersonnels avec le terrain, détachement de certains acteurs, déterritorialisation des praticiens, etc.

  • 31 Voir : Résultat de l’étude sociolinguistique « Présence, pratiques et représentations de la langue (...)

38L’arrivée, parfois massive, de financements publics pour la sauvegarde de la langue a eu des effets pervers. Nous employons le terme « massive » parce que jusqu’alors les acteurs militants avaient pour habitude de fonctionner avec très peu de moyens financiers. Des notifications de 10 000 ou 20 000 euros semblaient, et semblent encore, considérables. Malencontreusement ces financements sont intervenus avant que des projets construits et unitaires soient élaborés. Cela a conduit à un éparpillement des actions et des forces vives, salariés et bénévoles, qui ont été happés par la réalisation de leur projet. À cette dispersion des moyens mobilisables s’ajoute un paradoxe : les responsables associatifs consacrent une part importante de leur temps et de leur énergie à pérenniser des emplois au lieu d’imaginer de nouveaux types d’actions susceptibles de redynamiser la langue. Pire, cette question vient parasiter toute réflexion et contamine les débats. On voit bien aujourd’hui à quel point les acteurs sont déconnectés des réalités d’une société en perpétuel mouvement, les réseaux ne fonctionnent plus de la même façon, la communication inter-associative ou inter-institutionnelle est très complexe et difficile. On peut regretter cet état de fait qui conduit parfois à des paradoxes. Ainsi il semblerait que les locuteurs résident là où l’action institutionnelle et associative est traditionnellement la plus timide (département de l’Ariège, et département des Landes31).

Un urgent besoin de dépassement de la situation

  • 32 Assimilation active : le gouvernement incite les groupes minoritaires à abandonner leur langue en a (...)
  • 33 Soutien égalitaire : Toutes les langues du pays sont valorisées. Elles sont toutes protégées par la (...)

39L’observation diachronique des pratiques de l’État français vis-à-vis des langues minoritaires montre un glissement progressif d’une attitude « d’assimilation active » vers une « assimilation passive » d’après la catégorisation proposée par l’Unesco32. On peut lire dans cette évolution le fait que les langues, devenues moribondes, ne constituent plus aux yeux du personnel politique en place depuis 200 ans un danger fantasmagorique d’atomisation de la République. C’est aussi une demande expresse et récurrente émanant des organisations internationales (Unesco, Conseil de l’Europe). Ce déplacement de ligne politique donne à penser que de nouvelles avancées législatives sont envisageables. On pourrait d’ici peu monter d’un cran à l’intérieur de l’échelle de classification de l’Unesco et voir l’État français adopter une politique de soutien réel, de type égalitaire, des langues présentes sur le territoire33.

  • 34 Voir aussi rapport de l’Unesco, 16.

40Les collectivités territoriales ont-elles aussi un rôle à prendre dans la sauvegarde des langues. Ce rôle se situe d’après nous en premier lieu dans le symbolisme, en officialisant les langues historiques présentes sur le territoire dont ils ont la gestion. À coté de cet affichage public et répété en faveur de la langue il convient de mettre en place une information claire à destination des habitants. Ceux-ci devraient connaître la réalité linguistique de leur lieu de vie ainsi que les enjeux de la sauvegarde des langues. Par ailleurs il apparaît nécessaire que les actions soutenues soient évaluées par des experts externes afin de vérifier leur efficacité et, au besoin, proposer aux opérateurs des actions visant à améliorer les résultats obtenus. En tout état de cause il est grand temps que les collectivités entrent dans une phase d’activisme si on ne veut pas voir les langues minoritaires tel l’occitan disparaître très rapidement du territoire34.

41Après cette présentation des acteurs, la critique de leur discours et la description des actions mises en place nous souhaitons faire un inventaire (incomplet) de propositions allant dans le sens d’une récupération linguistique et culturelle occitane « satisfaisante ». Nous entendons par là (cette idée nous occupe depuis le premier paragraphe de ce texte) que cette récupération doit aller vers le plus grand nombre et surtout ne pas se cantonner à quelques cercles, des aficionados, ou aux proches des professionnels de la langue. Ce qui serait un non-sens et signifierait l’échec des politiques linguistiques.

Une nécessaire refondation

42L’examen de la situation de l’occitan à l’aide des indicateurs utilisés par l’Unesco à de quoi surprendre. Nous constatons que, ceci est seulement vrai pour la langue d’oc en France, parmi des indices très négatifs et quasiment rédhibitoires certaines caractéristiques propres à l’occitan paraissent très encourageantes. Nous pensons particulièrement à l’importance de la production écrite, que ce soit la création littéraire ou la quantité importante d’outils didactiques et lexicographiques dont disposent les différents publics. Cette constatation, troublante à certains égards a suscité notre curiosité et a été le point de départ du démontage puis du réassemblage que nous nous proposons d’opérer du système (d’abord conscient puis moins planifié) mis en place au fil des années par les différents acteurs pour œuvrer à la sauvegarde de la langue ; système dont l’histoire perdure sur une période de plus de 150 ans.

43Nous reprendrons l’image symbolique et géométrique du triangle auquel nous affecterons à la base le nom de « personnes, c’est-à-dire les habitants, notre cible in fine » et à son sommet « langue vivante, c’est-à-dire l’objet ». Nous tracerons entre ces deux points des strates de largeurs inégales, strates auxquelles nous affecterons un titre. Chaque titre représentera un concept dans l’édifice mis en place (ou à mettre en place) pour la sauvegarde de l’occitan : les arts, la littérature, l’apprentissage (y compris de l’écrit), les medias, la conscientisation, l’espace public et la prise en charge des questions linguistiques par les pouvoirs publics, la parole des locuteurs et leur recueil de cette parole.

44Notre schéma est complété par une frise (à gauche) représentant ces différentes strates regroupées et organisées en trois temps de la langue : la structuration, la consolidation, le développement.

Fig. 1 — Sauvegarde de l'occitan

Fig. 1 — Sauvegarde de l'occitan
  • 35 Voir à ce sujet Milhé 2009.

45Notre hypothèse est que les premiers acteurs renaissantistes, en privilégiant le moyen de l’écrit pour des raisons honorables (la dignité de la langue), se sont fourvoyés35. Leur action a par certains aspects été contre-productive puisque les locuteurs se sont sentis étrangers à cette langue qu’on écrivait (c’est d’ailleurs encore le cas actuellement). Le nombre de locuteurs a connu une très forte érosion entre 1854 (date de création du Félibrige) et 2013. Lorsque Mistral écrit pour les gens « di mas » les habitants des pays occitans ne sont pas encore alphabétisés. On sait qu’il destine Mirèio aux notables et à la société littéraire parisienne. Plus tard, au moment de l’élaboration et de la mise en place de la graphie normalisée les petits occitans apprendront exclusivement les codes graphiques du français. En fin de compte, les occitans n’ont jamais eu vraiment directement accès aux livres qui leur étaient destinés.

  • 36 Les entretiens semi-dirigés, toujours enregistrés, prendront pour objets : la linguistique, les réc (...)
  • 37 Opération de sauvegarde et de diffusion de la mémoire orale, et ses volets européens Cultures pyrén (...)

46La lecture de ce schéma triangulaire donne l’impression que, comme souvent, la figure géométrique a été positionnée à l’envers et que ce qui figure à la base devrait se trouver au sommet et vice versa. Il nous apparaît que la récupération linguistique ne peut se faire sans les « personnes » qui doivent constituer l’élément incontournable de toute reprise. Les locuteurs doivent être sollicités lors de rencontres avec des enquêteurs de terrain36 et par leur participation à des restitutions par le biais de films documentaires, fictions, etc., mais aussi par des actions de formation, de parrainage, et autres. Le projet de collecte et de restitution mené en Bigorre37 notamment montre que les participants à ce type d’opération sont les premiers conscientisés et contribuent eux-mêmes à la communication à destination de leurs proches puis, par effet de ricochets, à un plus large public. Cette opération est à la fois un creuset de sauvegarde culturelle (sauvegarde des savoirs et des savoir-faire, recueil de matériaux linguistiques, recueil de comportements et discours renseignant sur les mentalités, etc.) et un laboratoire d’observation des transformations sociales puisque elle permet de mesurer auprès des habitants comme auprès des personnes extérieures (i), les changements de perception par rapport à la valeur de la langue et de la culture (ii), les mécanismes de retour du sentiment d’auto-estime, et (iii), le rétablissement d’une relation intergénérationnelle équilibrée. Par ailleurs la langue, qui n’a toujours pas quitté le xxe siècle, doit absolument être présente dans le paysage audiovisuel par la création d’une télévision diffusée par le réseau TNT, donc accessible à tous. La production et la réalisation des émissions doit être conduite in situ avec la participation des locuteurs et des habitants dans un souci de construction collective, d’adhésion large et d’adéquation avec la réalité du territoire. Ce type d’opération ne peut produire de résultats que si elle semble non-artificielle, c’est-à-dire conduite avec naturel, portée par un profond consentement des habitants et acteurs, loin de toute sophistication déplacée. Ces nouvelles actions, dites d’interférence, doivent être menées en même temps que seront confortées, amplifiées et diversifiées les actions déjà existantes, notamment les animations.

  • 38 Giordan, 9.

47Les intentions ainsi que les mesures de sauvetage de la langue doivent être annoncées par un affichage résolument engagé et sans équivoque de la part des institutions. Il nous paraît de plus en plus évident que la sauvegarde de la langue passe par trois périodes imbriquées et ordonnées : (i) le temps de la parole, c’est-à-dire la libération des mots et l’affirmation de l’expression d’une culture, comprenant la collecte c’est-à-dire l’écoute et la diffusion du message des habitants, (ii) le temps de l’officialisation de la langue en ce sens où la prise publique d’une position favorable et engagée de la part des élus est le signal du droit affirmé à exister et à se projeter dans l’avenir, (iii) le temps de la communication vers les habitants et vers l’extérieur afin d’expliquer aux personnes l’histoire du territoire, des mentalités et de la culture dans une visée didactique . Cette mission de conscientisation devra à la fois investir les moyens de communication actuels (nouvelles technologies, télévision, radio, etc.) et traditionnels (affichage, panneaux signalétiques, manuels scolaires, etc.). Car le temps suivant est celui de l’écriture c’est-à-dire le moyen par excellence dont dispose un peuple pour se décrire, se définir, divulguer sa conception du monde et donner en héritage un message aux autres. Il faut pour réussir cette étape que tous les habitants du territoire aient accès au déchiffrage de ces écrits. Cet apprentissage revient aux medias, aux diffuseurs et à l’école. Enfin le temps des Arts est l’expression d’une sensibilité, d’un désir d’être au monde en même temps qu’un questionnement sur le devenir. L’adhésion et la compréhension de cette période présupposent une pleine réalisation des deux grandes périodes précédentes. C’est pourquoi nous nommons temps de la structuration le socle de la sauvegarde d’une langue et de sa culture, temps de la consolidation l’accès à l’écrit et l’écriture elle-même car c’est là l’affirmation identitaire d’une langue (surtout dans le cas d’une civilisation comme l’est la civilisation des troubadours) et enfin temps du développement le temps de la compréhension et de la communication (dans le sens de passerelle) entre les œuvres et le public. Nous voyons là l’expression aboutie de la conscientisation linguistique, culturelle et identitaire d’un groupe. C’est à toutes ces conditions que l’on pourra espérer (re)créer le « désir de langue » cher à Henri Giordan38. À ce propos il serait bénéfique de chercher les raisons qui poussent les personnes à devenir locuteurs : est-ce pour l’art des troubadours ? Par attachement à un territoire ? Pour des raisons affectives ?

  • 39 Nous prenons ici le sens qu’en donne Davi Kopenawa. « Avoir une culture : continuer à être comme l’ (...)

48Parallèlement à ces stratégies d’actions il convient de rompre avec certaines attitudes qui consiste à attendre que se manifestent des personnes s’intéressant ou susceptibles de s’intéresser à la langue du territoire. C’est aux acteurs d’aller vers les publics. Il est nécessaire de solliciter la population. Sans elle, encore une fois, aucune reprise n’est possible. Il convient de placer les locuteurs au centre du dispositif de revitalisation. Continuer de les écarter revient à perpétuer une grave erreur de jugement et de stratégie. La sauvegarde d’une langue menacée comme l’est l’occitan passe par la mobilisation de l’ensemble des acteurs et des potentialités autour d’un projet d’actions efficaces. Ce projet doit être discuté au regard de la situation réelle de la langue et non à partir d’une vision sociolinguistique fantasmée. La langue, comme la culture39, est un bien commun et son devenir, si on souhaite qu’elle en ait un, dépend d’un consensus assumé.

49Signalons, sans que nous puissions nous attarder ici sur cette idée, que de nombreuses personnes viennent s’installer en pays occitan par choix ; parfois en quête d’alternatives au mode de vie global. Cette question échappe le plus souvent aux acteurs de la sauvegarde de la langue. Il y a pourtant des causes à cette attraction et au fait que ces néo-occitans ressentent l’envie de vivre dans cette région. Il conviendrait donc que ces acteurs procèdent, pourquoi avec des spécialistes de la question, à un travail analytique et introspectif afin de mieux définir les caractéristiques notamment humaines et culturelles de ce territoire puis de communiquer sur ces nouvelles bases afin de projeter une image juste en direction des habitants et vers l’extérieur.

Conclusion

  • 40 « […] dans les Hautes-Pyrénées, la langue occitane perd, au début du xxie siècle, environ 8 % de se (...)
  • 41 Les manifestations de Carcassonne et Toulouse (respectivement en 2009 et 2011) ont réuni environ 25 (...)
  • 42 Bilan des commissions de l’Assemblée générale de l’IEO fédéral, Anem ! Occitans ! 144, 13.

50Depuis la présentation à Teramo de la présente analyse les choses n’ont pas réellement évolué. Trois années ont passé. D’après nos estimations le nombre de locuteurs de l’occitan a chuté de 20 % durant cette (courte) période40. Les effets de ce qui est maintenant commun de nommer « la crise » ont participé à l’atonie ambiante en matière de promotion des langues dites régionales. La mobilisation de la société civile lors des manifestations pacifiques de Carcassonne, Béziers ou Toulouse, n’a eu aucun effet41. Les crédits alloués par les institutions ont parfois même diminué. Les militants, chose inquiétante, ne se renouvellent guère. Les ambitions des promoteurs de l’occitan, bien trop réduites, ne sont pas à la mesure des actions à mener pour envisager un avenir pour cette langue. Conscient de la rapide érosion du nombre de locuteurs la stratégie est de constituer un réseau de lieux de socialisation de la langue à travers notamment de la création de « cercles occitans42 ».

51Nous avons vu que les différents acteurs produisent grosso modo le même discours à propos de la nécessité qu’il y a à sauvegarder la langue occitane. Cependant l’examen des actions mises en œuvre ainsi que leurs résultats donnent des indications divergentes. La réalité, en définitive, est toute autre. Les institutions ont in fine un discours de façade et consacrent très peu d’efforts en faveur d’une réelle politique linguistique. Quant aux acteurs non-institutionnels ceux-ci sont pris dans un étau : devenus des gestionnaires accaparés par la pérennisation de leur structure et des emplois créés ils se retrouvent finalement déconnectés des locuteurs dont ils surestiment le nombre.

52Cependant la sauvegarde de la langue ne peut être pensée sans prendre en considération les besoins de la société, ni les moyens technologiques et de diffusion actuels. Ces champs demeurent largement inexplorés. Il faut par un dialogue accru dépasser les clivages et projeter la langue dans le nouveau millénaire. Paratge et convivença, les valeurs de l’idéal des troubadours prôné au xiiie siècle, dont se réclament les acteurs de terrain, doivent être réinvestis pour mener à bien cette tache au plus tôt.

  • 43 Les travaux de l’Unesco sont on ne peut plus éclairants.

53Les conditions de la revitalisation des langues minoritaires sont maintenant connues des instances internationales43. Si chaque situation est particulière le cas de l’occitan requiert en priorité une officialisation par les institutions (à commencer par les institutions locales qui doivent montrer leur détermination par cet acte, même s’il peut sembler symbolique) et la mise en place sans plus tarder des mesures adaptées afin de consolider le socle des locuteurs. S’il revient à l’ensemble des acteurs de mener une réflexion collective en profondeur afin de refondre et généraliser les (bonnes) pratiques en matière de revitalisation linguistique, leurs entreprises futures doivent être soutenues par les pouvoirs publics et le Conseil de l’Europe, seul organe politique compétent engagé dans la défense de la diversité linguistique et culturelle. Ce dernier combat doit être mené sans délai, attendre signifierait la disparition prochaine de la langue occitane.

Haut de page

Bibliographie

Bernissan Fabrice, « Le comput des locuteurs de l’occitan », RLiR 76, 2012, 467-512.

Giordan Henri, « Créer le désir de langue » in : Rovesciare Babele. Economia ed ecologia delle lingue regionali e minoritarie. Atti delle Terze Giornate dei Diritti Linguistici, Teramo-Faeto , 20-23 maggio 2009, a cura di Giovanni Agresti, Mariapia D’Angelo, Aracne, Roma, 2010, 19-32.

Institut d’estudis occitans, Bulletin Anem ! Occitans !, 2013, 144.

Kopenawa Davi & Albert Bruce, La chute du ciel. Paroles d’un chaman yanomami, Plon, Paris, 2010.

Lévi-Strauss Claude [1955], Tristes tropiques, Plon, Paris, 2011.

Martel Philippe, « De la transmission à la non-transmission. Un peu d’histoire », Bulletin de l'institut Aquitain d'Études Sociales, 92, 2010.

Milhé Colette, Communication intitulée « Locuteurs natuels et occitanistes : une incompréhension mutuelle ? », Albi, 2009.

Milhé Colette, « La transmission de l'Occitan : enquête anthropo-linguistique », Bulletin de l'institut Aquitain d'Études Sociales, 92, 2010, 59-73.

Ministère de la Culture et de la Communication, Redéfinir une politique publique en faveur des langues régionales et de la pluralité linguistique interne, Rapport présenté à la ministre de la Culture et de la Communication par le Comité consultatif pour la promotion des langues régionales et de la pluralité linguistique interne présidé par Rémi Caron conseiller d’État, rapporteur général : Benoît Paumier, inspecteur général des Affaires culturelles (consultable sur le site du ministère), 2013.

Région Midi-Pyrénées, Compte administratif, 3 tomes, 2011.

Téléperformance, Résultats de l’étude sociolinguistique : « Présence, pratiques et perceptions de la langue occitane », 2008.
Document consultable à l’adresse Internet :
www.gironde.fr/cg33/upload/docs/application/x-download/2009-10/enquete_occitan.pdf.

Téléperformance, Enquête sociolinguistique. Présence, pratique et représentations de la langue occitane en Aquitaine, 45 Bordeaux, Région Aquitaine, 2009. Document consultable à l’adresse Internet : http://portal-lem.com/images/fr/occitan/08 Enquête sociolinguistique occitan en Aquitaine 2009.pdf.

Téléperformance, Résultats de l’étude sociolinguistique « Pratiques et perceptions de la langue occitane en Région Midi-Pyrénées », non publiée, 2010.

Traimond, Bernard, « La transmission de l’occitan : enquête anthropo-linguistique », Bulletin de l'institut Aquitain d'Études Sociales, 92, 2010.

Sources dématérialisées :

www.cg64.fr/actions/soutenir-et-promouvoir-langues-et-cultures-regionales.html

www.cg65.fr/front.aspx?sectionId=120

www.midipyrenees.fr/La-region-un-engagement-volontaire-envers-la-culture-occitane

http://aquitaine.fr/politiques-regionales/culture/langues-et-cultures-regionales.html

www.unesco.org/culture/en/endangeredlanguages/atlas

www.unesco.org/culture/ich/doc/src/00120-FR.pdf

www.ieo-oc.org/

www.ieo65.com/

www.p-n-o.org/

http://partitoccitan.org/

www.csa.fr/infos/textes/textes_detail.php?id=128835

http://aquitaine.fr/IMG/pdf/Avril_2009_Resultats_complets_enquete_sociolinguistique_occitan_en_Aquitaine.pdf

www.education.gouv.fr/

www.unavarra.es/tel2l/fr/canada.htm

http://www20.gencat.cat/docs/Llengcat/Documents/Occita/arxius/leioccitan.pdf

fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_général_des_Hautes-Pyrénées

fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_général_des_Pyrénées-Atlantiques

http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9arn

www.midipyrenees.fr/Budget2012

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abb%C3%A9_Gr%C3%A9goire#Universaliser_l.27usage_de_la_langue_fran.C3.A7aise

www.culturecommunication.gouv.fr/Actualites/Missions-et-rapports/Redefinir-une-politique-publique-en-faveur-des-langues-regionales-et-de-la-pluralite-linguistique-interne

Haut de page

Notes

1 Nous reviendrons sur ce point plus bas.

2 Bernissan 2012.

3 Cette étude soutenue par la DGLFLF est en cours. Ses résultats seront publiés en juin 2014.

4 Le Conseil Général des Pyrénées-Atlantiques se distingue en la matière avec la création d’un « service à la Politique linguistique », source :
www.cg64.fr/actions/soutenir-et-promouvoir-langues-et-cultures-regionales.html. Le même site annonce par ailleurs que 60 000 habitants du département connaissent la langue béarnaise/gasconne […] qui fait partie de « l’ensemble occitan ».

5 Partit de la Nacion Occitana et Partit Occitan confondus.

6 L’État français n’a toujours pas ratifié la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires malgré les recommandations du conseil économique et social des Nations Unies en 2008.

7 Christopher Moseley (éd.), Atlas des langues en danger dans le monde, 3e éd, Paris, Éditions Unesco, 2010 ou
www.unesco.org/culture/en/endangeredlanguages/atlas.

8 Sites Internet des conseils régionaux de Midi-Pyrénées et d’Aquitaine. Le conseil régional d’Aquitaine croit utile de préciser « Les politiques de sauvegarde et de valorisation de ces langues visent à promouvoir le plurilinguisme, dans le respect de l’usage du français, langue de la République. » http://aquitaine.fr/politiques-regionales/culture/langues-et-cultures-regionales.html.

9 Site Internet du conseil régional de Midi-Pyrénées. www.midipyrenees.fr/La-region-un-engagement-volontaire-envers-la-culture-occitane.

10 Voir Téléperformance (et à ce sujet Traimond 2010).

11 Dont nous faisons partie depuis 1998.

12 Statuts et communication internet de l’Institut d’Études Occitanes,
www.ieo-oc.org/.

13 Anem ! Occitans !, 2013, 14.

14 Le site Internet du Partit occitan annonce que six millions de personnes comprennent l’occitan et trois millions le parlent
(http://partitoccitan.org/rubrique32.html).

15 Communication Internet Partit Occitan : http://partitoccitan.org/.

16 www.p-n-o.org/entrada.php.

17 Source wikipédia.

18 Idem.

19 www.midipyrenees.fr/Budget2012.

20 www.unesco.org/culture/ich/doc/src/00120-FR.pdf.

21 Bernissan 2012, 498.

22 Le décret du 23 juin 2009 fixant le cahier des charges de France Télévision contient une mention concernant les langues régionales dans son article 40 : « France Télévisions veille à ce que, parmi les services qu’elle édite, ceux qui proposent des programmes régionaux et locaux contribuent à l’expression des principales langues régionales parlées sur le territoire métropolitain et en outre-mer», (source : www.csa.fr/infos/textes/textes_detail.php?id=128835).

23 www20.gencat.cat/docs/Llengcat/Documents/Occita/arxius/leioccitan.pdf

24 http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbé_Grégoire. Voir à ce sujet Martel 2010, qui lui écrit à propos de la non-transmission des langues de France : « […] il semble bien que ce qui a été déterminant dans le cas français, c’est bel et bien la diffusion en société, sans que la contrainte directe soit nécessaire, de représentations de la langue dévalorisantes ».

25 Il suffit de totaliser les environ 400 postes budgétaires dédiés à l’enseignement de l’occitan ou en occitan (primaire, secondaire, associatif, universités) et les ramener au 14 millions d’habitants du domaine. Faisons toutefois remarquer que ces enseignants n’engendrent aucun surcoût pour l’État puisqu’ils prennent en charge des élèves comme le feraient des enseignants non-occitanophones.

26 On peut à ce niveau rappeler la devise de l’Europe : « Unie dans la diversité. » La posture de la France semble constituer un déni d’Europe.

27 Nous prenons pour exemple l’alliance du Partit Occitan avec les Verts qui est d’un effet plus que douteux sur les populations rurales (où se concentrent d’ailleurs les locuteurs).

28 Le site internet du Ministère de l’Education Nationale propose un discours d’un silence assourdissant (www.education.gouv.fr/).

29 Nous pensons aux premières expériences de bilinguisme français-anglais dans les écoles du Québec à partir de 1965
(source : www.unavarra.es/tel2l/fr/canada.htm).

30 L’IEO semble enfin se rendre compte du problème. Son président écrit dans on rapport moral en mai 2013 : « Lo nombre de locutors baissa e baissarà encara », Anem ! Occitans !, 12. Plus loin dans la « Mocion d’orientacion votada a l’AG d’Aush » page 14 on peut lire : « La situacion negativa, e notadament lo fach que lo[s] neolocutors son pas pro nombrós enquera per contrabalançar la baissa daus locutors naturaus, la devem pas deneiar. »

31 Voir : Résultat de l’étude sociolinguistique « Présence, pratiques et représentations de la langue occitane en Aquitaine », Téléperformance, 2008, 64. Voir aussi l’enquête réalisée en Midi-Pyrénées, Téléperformance, 2011.

32 Assimilation active : le gouvernement incite les groupes minoritaires à abandonner leur langue en amenant leurs membres à recevoir une éducation dans la seule langue dominante. La pratique orale et/ou écrite des autres langues n’est pas encouragée, (Source : Unesco 14).

Assimilation passive : le gouvernement central est indifférent à l’usage des langues minoritaires, du moment que la langue dominante est celle de l’interaction dans la sphère publique La langue du groupe dominant devient , par le fait même, la langue officielle. Les langues minoritaires ne jouissent pas d’un grand prestige.

33 Soutien égalitaire : Toutes les langues du pays sont valorisées. Elles sont toutes protégées par la loi et le gouvernement encourage leur maintien en adoptant une politique explicite (Source : Unesco 14).

34 Voir aussi rapport de l’Unesco, 16.

35 Voir à ce sujet Milhé 2009.

36 Les entretiens semi-dirigés, toujours enregistrés, prendront pour objets : la linguistique, les récits de vie, l’ethnographie, la connaissance du territoire, etc.

37 Opération de sauvegarde et de diffusion de la mémoire orale, et ses volets européens Cultures pyrénéennes et nouvelles technologies en partenariat avec Numériculture-Gascogne et Parola, puis Tramontana en partenariat avec les associations : Eth Ostau comengés, Numériculture-Gascogne (France), Bambun, La leggera, LEM-Italia (Ialie) et Binaural-Nodar (Portugal), projets soutenu par l’Europe, et notamment le conseil régional Midi-Pyrénées, le Parc national des Pyrénées, le conseil général des Hautes-Pyrénées [sites consultables www.cpnt.tv et www.re-tramontana.org].

38 Giordan, 9.

39 Nous prenons ici le sens qu’en donne Davi Kopenawa. « Avoir une culture : continuer à être comme l’étaient nos ancêtres » (Kopenawa & Albert, 712). Nous ne prenons pas le mot dans le sens de « culture des élites » mais bien dans le sens d’« héritage provenant des personnes nous précédant ». Kopenawa, après plusieurs années d’errements et de questionnements a cette phrase : « Je ne veux jamais cesser d’imiter nos ancêtres car c’est là notre véritable manière de devenir savant » (Kopenawa & Albert, 297). Nous sommes là dans l’exacte pensée des Félibres des débuts.

40 « […] dans les Hautes-Pyrénées, la langue occitane perd, au début du xxie siècle, environ 8 % de ses locuteurs chaque année », Bernissan 2012, 487.

41 Les manifestations de Carcassonne et Toulouse (respectivement en 2009 et 2011) ont réuni environ 25 000 personnes. Ces mobilisations unitaires avaient pour but d’obtenir des dirigeants politiques français la mise en place d’une politique linguistique encadrée par deux textes à adopter : la Charte européenne des langues minoritaires d’une part, et une loi d’autre part, visant à la protection et au développement des langues de France.

42 Bilan des commissions de l’Assemblée générale de l’IEO fédéral, Anem ! Occitans ! 144, 13.

43 Les travaux de l’Unesco sont on ne peut plus éclairants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Sauvegarde de l'occitan
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/95/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Bernissan, « Discours volontaristes et effets réels. La situation de l’occitan », Lengas [En ligne], 73 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://lengas.revues.org/95  ; DOI : 10.4000/lengas.95

Haut de page

Auteur

Fabrice Bernissan

EA 4080 « Linguistique et lexicographie latines et romanes », Paris-Sorbonne
Directeur de l'opération de sauvegarde et de diffusion de la mémoire orale dans les Hautes-Pyrénées (Nosauts de Bigòrra, IEO 65/ Numériculture, Gascogne)

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org