Navigation – Plan du site

Pensée complexe contre ethnotype : le cas de la Corse

Pensada complèxa contra etnotipe: lo cas de Corsega
Jean-Guy Talamoni

Résumés

En s’appuyant sur la théorie de la « pensée complexe » développée par Edgar Morin, Jean-Guy Talamoni propose dans cet article une nouvelle analyse des textes littéraires corses.

Haut de page

Texte intégral

1Nous nous référons ici à la théorie développée sous le nom de « pensée complexe » par Edgar Morin dans plusieurs de ses ouvrages :

[…] si la pensée simplifiante se fonde sur la domination de deux types d’opérations logiques : disjonction et réduction, qui sont l’une et l’autre brutalisantes et mutilantes, alors les principes de la pensée complexe seront nécessairement des principes de distinction, de conjonction et d’implication (Morin 2005,103)

2Appliquée aux thèmes, aux idées, aux motifs mobilisés dans la littérature, cette théorie nous invitera donc à rompre avec la pensée simplifiante, laquelle a largement été utilisée par les écrivains, particulièrement dans les textes relatifs à la Corse. C’est donc une méthode que nous nous proposons de présenter, notamment à travers un certain nombre d’illustrations telles que la vendetta ou les institutions judiciaires, thématiques relevant tout à la fois de l’histoire et de l’actualité.

  • 1 Sur la notion de « miroir déformant », citons, parmi de nombreux exemples, le texte de François-Xav (...)

3Interroger la littérature pour rechercher « l’essence de la Corse » – comme Unamuno l’a fait pour l’Espagne – est un projet certes séduisant, mais supposant un parcours parsemé de chausse-trappes. Il souvent été écrit que la littérature étrangère sur la Corse constituait un « miroir déformant »1. Il a également pu être démontré que les textes écrits par les Corses vivant à l’extérieur de l’île donnaient fréquemment une vision altérée de la réalité. Nous avons proposé à cet égard la notion de « miroir éloigné » (Talamoni 2013, 274 sqq). On a par ailleurs observé que les ouvrages des Corses vivant dans l’île n’étaient pas eux-mêmes exempts de clichés, d’ethnotypes, car recevant l’influence de ce qui est écrit et publié de l’autre côté de la mer à travers une puissance éditoriale considérable. Comment, par exemple, demeurer hermétique aux éléments véhiculés dans Colomba, dont les multiples éditions ont – sans interruption depuis le XIXe siècle – inondé l’île comme les continents ? Ce n’est pas seulement la littérature corse qui a reçu l’empreinte de Colomba, mais la Corse elle-même. Déjà, dans sa Chasse au Mouflon relatant un voyage dans l’île en 1887, Emile Bergerat rapportait les propos d’un officier présentant les Corses comme des « victimes de la littérature » :

  • 2 E. Bergerat poursuit : « Les injures pour lesquelles il tue et prend le maquis seraient toutes aisé (...)

Depuis la Colomba de Mérimée, le Corse marche, agit et parle comme s’il se sentait étudié par un major anglais spleenique et aquarellisé par sa fille. Il a la pose voulue au frontispice de ce roman fatal, et il porte son fusil comme Orso le portait2.

  • 3 Ibid., p. 3.
  • 4 On observera à cet égard que les seuls films à budget conséquent réalisés au sujet de la Corse sont (...)

4Et lorsque l’auteur évoque « le petit peuple qui a élevé le banditisme à la hauteur d’une institution »3, on pourrait se demander si le banditisme – qui était et demeure une réalité, en Corse comme en d’autres lieux – a reçu le statut d’une « institution » des Corses eux-mêmes ou bien de la littérature (et aujourd’hui du cinéma)4

5Ainsi, si l’on veut procéder – comme nous nous sommes proposé de le faire – à une «“dénaturalisation” (…) à l’égard de valeurs, d’idées, de modes de pensée devenus légitimes, “naturels” » (Jean-Louis Tilleul 2005, 110), il convient d’éviter les visions déformées et les stéréotypes procédant d’une pensée simplifiante.

La pensée complexe appliquée aux textes littéraires corses

  • 5 « Le paradigme de complexité », op. cit., p. 98.

6Edgar Morin propose trois principes pour « aider à penser la complexité »5 : le principe dialogique, le principe de récursion organisationnelle, le principe hologrammatique.

Le principe dialogique

7Partant de l’observation de phénomènes très différents (relations entre ADN et acides aminés ; relations familiales ; ordre et désordre…), l’auteur avance ce principe pour en rendre raison (Morin 2005, 99) :

  • 6 Au sujet de l’ordre et du désordre, E. Morin écrit : « ... l’un supprime l’autre, mais en même temp (...)

Le principe dialogique nous permet de maintenir la dualité au sein de l’unité. Il associe deux termes à la fois complémentaires et antagonistes6.

8Dans un autre ouvrage, La Méthode, Edgar Morin (2004, 234) fait observer que la dialogique est à distinguer de la dialectique hégélienne :

Chez Hegel, les contradictions trouvent leur solution, se dépassent et se suppriment dans une unité supérieure. Dans la dialogique, les antagonismes demeurent et sont constitutifs des entités ou phénomènes complexes. 

  • 7 Cf. Mikhaïl Bakhtine, La poétique de Dostoievski, Editions du Seuil, Paris, 1963-1970.
  • 8 Nous citerons simplement, à titre d’illustration, le dialogue entre deux cousins qui s’opposent sur (...)

9Il sera assez naturel de rapprocher ce concept de textes littéraires, puisque l’on rencontre également chez le théoricien de la littérature Mikhaïl Bakhtine les termes « dialogique » et « dialogisme »7 (formes de la présence de l’autre dans le discours, ce dernier résultant d’un processus d’interaction entre une conscience individuelle et une autre). Comme on le voit, les deux auteurs utilisent ces termes en des sens très voisins. En ce qui nous concerne, au cours d’études de textes, nous avons repéré ce dialogisme à l’œuvre, en particulier chez Dalzeto, fondateur du roman en langue corse, lorsqu’il aborde les questions politiques8.

Le principe de récursion organisationnelle

10Edgar Morin présente ainsi ce principe :

  • 9 « Le paradigme de complexité », op. cit., p. 99.

Un processus récursif est un processus où les produits et les effets sont en même temps causes et producteurs de ce qui les produit. (…) L’idée récursive est donc une idée en rupture avec l’idée linéaire de cause/effet, de produit/producteur, de structure/superstructure, puisque tout ce qui est produit revient sur ce qui le produit dans un cycle lui-même auto-constitutif, auto-organisateur et auto-producteur »9.

  • 10 Parmi de nombreux exemples, citons ce passage historique relevé sur un site internet en langue cors (...)

11Le principe de récursion organisationnelle est de toute évidence applicable à la littérature : nous venons par exemple d’évoquer l’influence de la littérature romantique – en particulier Colomba – sur le comportement des Corses réels, comportement remarqué ensuite par de nouveaux auteurs, et décrit – non sans de nouvelles déformations, et ainsi de suite. Autre exemple, lexical celui-ci : le mythe de Vittolu (personnage accusé d’avoir trahi Sampieru, chef corse du XVIe siècle). Cette histoire, rapportée – probablement à tort – par le chroniqueur Filippini, a conduit à la naissance d’un nom commun (« vittolu ») synonyme de traître. Plusieurs centaines d’années plus tard, ce mot, passé dans le langage courant (au XVIIIe siècle, Pascal Paoli l’utilise abondamment dans ses correspondances), se retrouve dans la littérature moderne, lourd du poids d’une trahison qui n’a sans doute jamais eu lieu… Et cette littérature d’aujourd’hui entretient l’usage du mot et renouvelle la force du mythe, voire l’amplifie10

Le principe hologrammatique

12Edgar Morin rappelle que :

  • 11 « Le paradigme de complexité », op. cit., p. 100.

dans un hologramme physique, le moindre point de l’image de l’hologramme contient la quasi-totalité de l’information de l’objet représenté. Non seulement la partie est dans le tout, mais le tout est dans la partie. 11

  • 12 Sociogramme : « ensemble flou, instable, conflictuel, de représentations partielles, aléatoires, en (...)
  • 13 Don Gregorio Salvini, Giustificazione della Rivoluzione di Corsica, e della ferma risoluzione presa (...)
  • 14 Jean-Guy Talamoni, Littérature et politique…, op. cit., p. 132.
  • 15 Ibid., pp. 149 sqq.
  • 16 Bien entendu, l’œuvre ne peut être réduite à cet aspect, ne serait-ce que parce que l’auteur n’appr (...)
  • 17 Cf. son roman Orgueil et Préjugés.

13Il précise que ce principe se retrouve tant dans le monde biologique – la totalité de l’information génétique est contenue dans chaque cellule – que dans le monde sociologique – l’individu intègre les informations circulant au sein de la société. L’auteur souligne que l’idée de l’hologramme « dépasse, et le réductionnisme qui ne voit que les parties et le holisme qui ne voit que le tout ». L’application de ce principe à la littérature, de prime abord, ne va pas de soi. Pourtant, il peut être vérifié, en se livrant à une analyse de textes sous un angle thématologique, que chaque écrit important contient toujours un grand nombre des « figures sociogrammatiques » (Claude Duchet)12 mobilisées de façon générale dans la littérature d’une culture et d’une époque données. Nous pouvons évoquer ici la Giustificazione della Rivoluzione di Corsica (1758)13, ouvrage politique que nous avons été conduit à présenter comme une « Bible des valeurs et de l’imaginaire national corses »14. Il serait trop long de rappeler ici tous les éléments caractéristiques de la société insulaire rencontrés dans le texte : la haine de la trahison, le sens de la justice, le mépris pour le bourreau et pour l’indicateur, la déconsidération à l’égard de l’activité commerciale, le courage dans les activités guerrières (et son pendant, le goût excessif pour les armes), le respect des morts et de la parole donnée, les traditions d’hospitalité et de solidarité familiale… L’analyse d’autres textes emblématiques de la littérature insulaire confirme ces observations : le Lamentu di u Castagnu, U Culombu, Maria Gentile, Pesciu Anguilla15, bien que relevant de genres littéraires différents – poésie, drame, roman –, recèlent des valeurs identiques. En Corse comme ailleurs, la lecture de chaque œuvre littéraire d’importance permet de repérer une grande quantité d’éléments significatifs. Le roman constitue de cela une parfaite illustration. Ne peut-on affirmer que À la Recherche du temps perdu de Proust contient la « quasi-totalité de l’information de l’objet représenté », en l’espèce le milieu de la haute bourgeoisie et de l’aristocratie françaises du début du XXe siècle16 ? La même observation pourrait être faite au sujet des œuvres de Jane Austen (sur la gentry de la fin du XVIIIe siècle)17, de Dostoïevski (sur la société russe du XIXe siècle) et – pour en revenir à notre littérature et toute proportion gardée – de Dalzeto (sur la Corse d’il y a une centaine d’années). Toutes ces œuvres peuvent se voir appliquer la grille d’analyse constituée par les trois principes que nous venons d’évoquer, cette méthode permettant de rompre avec la pensée simplifiante, mère de l’ethnotype.

Pensée complexe v/s ethnotype : l’exemple de la vendetta

  • 18 Jean-Guy Talamoni, Littérature et politique…, op. cit., pp. 149 sqq.
  • 19 La Méthode, 6, « Ethique », op. cit., p. 131.
  • 20 Celui qui a de l’argent et des amis tord le nez de la justice. (Cf. J.-G. Talamoni, Dictionnaire co (...)
  • 21 Voir notamment à ce sujet le commentaire du texte attribué à B. Guelfucci La Corsica a suoi Figli ( (...)

14Prenons un thème rencontré à de multiples reprises dans les études de textes18 : la vendetta et les institutions judiciaires. Devant une telle problématique, la pensée simplifiante ferait usage de l’une de ses deux opérations habituelles, réduction/disjonction, qu’Edgar Morin dénonce dans La méthode comme l’un de ces paradigmes qui « élucident partiellement mais aveuglent globalement »19. Cette pensée simplifiante conduirait par exemple aux deux propositions suivantes : « Les Corses rejettent la justice institutionnelle. Ils ont donc recours au droit coutumier de la vendetta ». Pour en arriver à ces deux affirmations (liées du reste par une logique apparente), on a, pour chacune d’entre elles, réduit une réalité complexe à une réalité simple (opération de réduction). Première proposition : dire que les Corses rejettent la justice institutionnelle ne rend compte que d’une partie de la réalité. On a pu effectivement observer une certaine défiance envers les institutions judiciaires (la parémiologie en témoigne du reste : « À chì hà danari è amicizia torce u nasu à a ghjustizia »20). Mais l’on a également constaté que les Corses sont souvent procéduriers, ce dont la littérature témoigne depuis au moins le XVIIIe siècle21. Deuxième proposition (« Les Corses ont recours au droit coutumier de la vendetta ») : ici encore on se fonde sur une réalité, puisque de nombreux Corses ont accompli une vendetta. Mais cette réalité n’est pas toute la réalité, car on observe également que la pratique vendettaire n’est pas glorifiée, ni spécialement valorisée, à la différence de ce que l’on peut constater dans d’autres pays de vendetta, comme l’Albanie (cf. infra). Ainsi, devant de telles réalités contradictoires, la pensée simplifiante pourra procéder par réduction en ignorant une partie de la réalité. Mais elle peut également procéder par disjonction. Il s’agira alors de considérer séparément chaque phénomène, ce qui donnera ici quatre propositions : « Les Corses se défient de la justice institutionnelle. Ils s’adressent cependant à elle pour de nombreux litiges. Ils ont recours à la vendetta. Ils déplorent toutefois ses conséquences négatives ». On voit bien ce que cette opération disjonctive peut avoir d’insatisfaisant : elle se borne à décrire les phénomènes sans les mettre en relation. Cela ne permet aucune analyse d’ensemble susceptible d’aider à la compréhension globale des phénomènes (voire, pour le politique, de permettre l’élaboration d’une stratégie en vue d’améliorer la situation)…

15Voyons comment aborder, à travers la pensée complexe, ces contradictions apparentes rencontrées lors de l’étude des textes littéraires corses. Edgar Morin nous propose une approche :

  • 22 « Le paradigme de complexité », op. cit., p. 92.

Dans la vision classique quand apparaît une contradiction dans un raisonnement, c’est un signe d’erreur. Il faut faire marche arrière et prendre un autre raisonnement. Or dans la vision complexe, quand on arrive par des voies empirico-rationnelles à des contradictions, cela signifie non pas une erreur mais l’atteinte d’une nappe profonde de la réalité qui, justement parce qu’elle est profonde, ne peut pas être traduite dans notre logique22.

16L’auteur suggère donc une méthode :

  • 23 Ibid., p. 103.

[…] si la pensée simplifiante se fonde sur la domination de deux types d’opérations logiques : disjonction et réduction, qui sont l’une et l’autre brutalisantes et mutilantes, alors les principes de la pensée complexe seront nécessairement des principes de distinction, de conjonction et d’implication. 23

  • 24 Surtout pour les cas les plus graves, c’est-à-dire les affaires pénales.
  • 25 Cf. sur cette question la communication de Christian GUT, Professeur émérite à l’Institut National (...)

17Dans notre exemple, après avoir identifié les différents phénomènes (« distinction ») – et non les avoir radicalement et définitivement séparés (« disjonction ») –, il conviendra de les mettre en relation (« conjonction » et « implication »). Ainsi, s’agissant du rapport ambivalent des Corses aux institutions judiciaires, on pourra faire observer que si ces derniers se sont effectivement défiés des juridictions étrangères24 qu’ils ont eu généralement à connaître (à savoir celles issues des administrations génoise et française), ils ont en revanche manifesté une véritable aspiration à la justice institutionnelle. Rappelons à cet égard la désignation de Ghjuvan Petru Gaffori (1744) en qualité de « protecteur », avec comme unique mandat d’organiser les juridictions et de lutter contre la vendetta qui sévissait très lourdement à l’époque. Ainsi, la société corse a spontanément réagi contre la justice privée en générant une fonction judiciaire publique. Observons qu’à ce moment là, la souveraineté de Gênes n’était pas radicalement et officiellement contestée, ce qui impliquait que Gaffori ne disposât pas d’un mandat politique global. Seule l’incurie génoise en matière judiciaire était mise en avant pour fonder cette initiative. Observons que plus récemment en Albanie, le phénomène inverse a été enregistré : dès la fin du régime communiste – particulièrement répressif –, la société a renoué avec le Kanun et les vengeances traditionnelles25.

  • 26 Cf. F. Lenormant, Turcs et Monténégrins, Librairie académique Dider & Cie, libraires-éditeurs, Pari (...)
  • 27 Traduit de l’albanais par Jusuf Vrioni, Fayard, 1982, p. 34.
  • 28 Ibid., p. 50.

18Pour en revenir à la Corse, le lien entre les deux phénomènes constatés, apparemment contradictoires, pourrait être fait en avançant une hypothèse : les Corses ont une trop haute idée de la justice – idée revenant d’ailleurs comme un leitmotiv dans tous les genres de littérature – pour accepter celles, défaillantes, qui leur ont été imposées. Penchons-nous à présent sur l’autre contradiction que nous avons repérée : la rémanence de la pratique vendettaire, alors que cette dernière ne semble pourtant pas constituer une valeur en soi (le vengeur n’est pas glorifié, il est – tout comme celui qui meurt de sa main – victime d’une disgrazia [malheur, disgrâce]). Dans d’autres pays de vendetta, on assiste au contraire à une valorisation du « justicier », à travers notamment la littérature populaire. Nous citerons ici ce chant à la gloire d’une Monténégrine qui avait abattu le meurtrier de son mari avant de lui… couper la tête26. Dans son roman Avril brisé, Ismaïl Kadaré écrit, s’agissant de l’Albanie : « dans les familles où était entrée la vendetta, les jours et les saisons coulaient différemment, comme accompagnées d’un frémissement intérieur, leurs membres semblaient plus beaux et les garçons avaient la faveur des filles »27, insistant sur le statut de ceux qui ont donné la mort : « Les justiciers étaient la fleur d’un clan, sa moelle et sa mémoire principale »28. On voit bien ici que la vengeance, et le vengeur, sont conçus de façon très différente en Corse et en Albanie. En ce qui concerne le cas de la Corse, une hypothèse peut, ici encore, être proposée : le caractère subsidiaire de la vendetta. De fait, la plupart des lamenti écrits – ou censés avoir été écrits – au maquis font état d’une injustice judiciaire initiale ayant entrainé la vendetta, et du caractère misérable de la vie « à la campagna » (à la campagne).

  • 29 Le « mésolecte » ou « interlecte » constitue, dans une situation de plurilinguisme, un système inte (...)

19Parmi maints exemples, nous choisirons de citer ici simplement U Lamentu di Ghjuvan Cameddu, écrit dans une espèce de « mésolecte »29 toscan-corse, où le bandit d’honneur Jean-Camille Nicolai, de Carbini, évoque l’acquittement de Lisandrone , le meurtrier de son frère :

  • 30 J. B. Marcaggi, Les chants de la mort et de la vendetta de la Corse, Perrin et Cie libraires-éditeu (...)

Subitamente / Dopo averlo amazzato / Si sottomessi / Al perfido giurato / E cun mezzi ed influenza / Fu ben tosto giudicato. / Senza dubbio in consiquenza / Venzi assolto e liberato. (Aussitôt / Après l’avoir tué / Il comparut volontairement / Devant un jury perfide / Et avec des moyens et de l’influence / Il fut bientôt jugé. / Sans difficulté en conséquence / Il fut acquitté et libéré.)30

20Mais ce chant évoque également la dureté de la vie du vengeur ayant été contraint de prendre le maquis :

Disgraziatu / Son’ io per la furesta / Tuttu l’invernu / Espostu à la timpesta / Sempre errante è pellegrinu / Dite mi chì vita hè questa / Una petra per cuscinu / La notte sottu la testa.  (Malheureux, / Je suis, dans la forêt / Tout l’hiver / Exposé à la tempête / Errant toujours sans repos / Que vaut cette vie ? Dites-le moi… / Une pierre pour coussin / La nuit, sous la tête).

21Ainsi, contrairement à ce que semble dire la littérature romantique française, ce ne serait donc pas, pour un Corse, le choix le plus naturel (ici, il faudrait dire culturel !) que d’avoir recours à la vendetta : c’est un choix par défaut, dont il faut ensuite assumer les terribles conséquences.

22Les deux premières contradictions étant, sinon levées, du moins partiellement expliquées, il est à présent possible de proposer une logique d’ensemble embrassant les quatre phénomènes que nous avons commencé par distinguer dans l’étude des textes littéraires corses : les insulaires aspireraient profondément à la justice, y compris à une justice institutionnelle. Ayant souvent été déçus par les pratiques judiciaires, ils auraient eu recours à la vendetta, celle-ci constituant davantage un pis-aller qu’un choix éthique lié à la culture corse.

  • 31 Cf. Jean-Guy Talamoni, Littérature et politique…, op. cit.

23Si l’on suit le raisonnement que nous venons de développer, la vendetta n’apparaît plus comme un marqueur culturel, un critère de corsité. Elle n’est considérée comme un devoir qu’en cas de carence des juridictions. C’est très exactement ce que nous disent tous les lamenti de ceux qui sont entrés en disgrazia. Ici, la pensée complexe contredit clairement la pensée simplifiante. Ajoutons que cette approche, appliquée aux thématiques les plus diverses apparaissant de façon récurrente dans les sociétés humaines, donc dans les corpus littéraires (relations sentimentales, questions familiales, rapport à la politique, etc.), se révèle largement opérante, comme nous l’avons vérifié s’agissant de la Corse31. Dans la plupart des cas, elle conduira sans difficulté majeure à faire litière de l’ethnotype.

Haut de page

Bibliographie

Bakhtine Mikhaïl, 1963-1970, La poétique de Dostoievski, Editions du Seuil, Paris.

Bergerat Emile, 1998 (réédit.), La chasse au mouflon en Corse, , DCL éditions, Ajaccio.

Dalzeto Sébastien, 1926, Ponte-Novo ?, roman, Longin, Imprimeur-Editeur, Paris.

Duchet Claude, « Sociocritique et génétique. Entretien avec Anne Herschberg-Pierrot et Jacques Neefs », Genesis, 6/94.

Gut Christian, 2003, communication au colloque organisé par l’association Albania, « Le Kanun et la vendetta en Albanie : du mythe à la réalité », (http://balkans.courriers.info/article2784.html), mise en ligne : 13.II.03, consulté le : 04.IV.12.

Kadaré Ismaïl, 1982, Avril brisé, traduit de l’albanais par Jusuf Vrioni, Fayard.

Lenormant F., 1866, Turcs et Monténégrins, Librairie académique Dider & Cie, libraires-éditeurs, Paris.

Marcaggi J. B., 1898, Les chants de la mort et de la vendetta de la Corse, Perrin et Cie libraires-éditeurs, Paris.

Morin Edgar, 2004, La Méthode, 6, « Ethique », Seuil, Paris.

Morin Edgar, 2005, Introduction à la pensée complexe, Editions du Seuil.

Renucci François-Xavier et le blog Pourunelittératurecorse, 2010, Eloge de la littérature corse, Albiana, Ajaccio.

Salvini Don Gregorio, 1758, Giustificazione della Rivoluzione di Corsica, e della ferma risoluzione presa da’ Corsi di non sottomettersi mai più’ al dominio di Genova, Oletta (édition originale: Corti, 1758).

Talamoni Jean-Guy, 2006, Dictionnaire commenté des proverbes corses, DCL éditions, Ajaccio.

Talamoni Jean-Guy, 2013, Littérature et politique en Corse. Imaginaire national, société et action publique, Albiana, Ajaccio.

Tilleul Jean-Louis, 2005, « Enquête sociocritique sur L’affaire Lerouge (1866), d’Emile Gaboriau », Romantisme, vol. 35, n° 127.

Haut de page

Notes

1 Sur la notion de « miroir déformant », citons, parmi de nombreux exemples, le texte de François-Xavier Renucci « Est-ce bien de la littérature corse » (F.-X. Renucci et le blog Pourunelittératurecorse, Eloge de la littérature corse, Albiana, Ajaccio, 2010, p. 28), ainsi que la conférence prononcée à Livia le 20 août 2011 sur La nouvelle image de la Corse dans la littérature insulaire, par Marcu Biancarelli et Ceccè Lanfranchi (Cf. Corse-Matin du 23 août 2011).

2 E. Bergerat poursuit : « Les injures pour lesquelles il tue et prend le maquis seraient toutes aisément et pleinement vengées par les tribunaux, et les querelles vidées par le juge de paix, car elles n’ont rien de rare ni de surhumain ; mais le major anglais le regarde, et sa fille le tire en couleur. Attention, mon garçon, tu travailles pour le Magasin pittoresque !... » (Réédition de 1998, DCL éditions, Ajaccio, p. 42).

3 Ibid., p. 3.

4 On observera à cet égard que les seuls films à budget conséquent réalisés au sujet de la Corse sont d’une part les nombreuses versions de Colomba, et d’autre part ceux qui traitent d’une autre forme de banditisme (contemporain et à motivation crapuleuse), depuis Le fils de Pierre Granier-Deferre avec Yves Montand (1972) jusqu’à Un prophète de Jacques Audiard (grand prix du jury au festival de Cannes en 2009), sans compter le téléfilm Mafiosa sur « Canal + »…

5 « Le paradigme de complexité », op. cit., p. 98.

6 Au sujet de l’ordre et du désordre, E. Morin écrit : « ... l’un supprime l’autre, mais en même temps, dans certains cas, ils collaborent et produisent de l’organisation et de la complexité » (ibid.).

7 Cf. Mikhaïl Bakhtine, La poétique de Dostoievski, Editions du Seuil, Paris, 1963-1970.

8 Nous citerons simplement, à titre d’illustration, le dialogue entre deux cousins qui s’opposent sur la question de l’avenir de la Corse : « - Je t’avoue que je verrais avec effroi la Corse se diriger elle-même. Avec les clans plus turbulents que jamais, la vie y deviendrait impossible. On s’y massacrerait de village à village (…).

- Dans tout ce que tu viens d’émettre, répliqua Pierru, rien n’infirme les griefs que je formule contre la France. (…) Français, soit, j’en accepte la qualité en attendant que les peuples, plus humains, aient pu nous garantir une indépendance qui nous mettrait à l’abri d’un coup de force étranger. Je ne suis pas autonomiste. J’estime que l’autonomie n’est qu’une annexion déguisée, un attrape-nigaud odieux. Je suis séparatiste, mais d’un séparatisme réservé. (…) 

- Tous les moyens de conciliation tendant à attirer l’attention des pouvoirs publics sur notre sort étant épuisés, il ne nous reste que la ressource d’une action directe.

- En prenant, selon la formule, la Préfecture d’assaut ?

- Il faut moins s’en prendre à un régime (…) qu’à la demi-douzaine de malandrins qui, à chaque législature, trahissent leurs devoirs. » (Ponte-Novo ?, roman, Longin, Imprimeur-Editeur, Paris, 1926, pp. 156 sqq.).

9 « Le paradigme de complexité », op. cit., p. 99.

10 Parmi de nombreux exemples, citons ce passage historique relevé sur un site internet en langue corse : « Samperu si farà stirpà da i cugini di Vannina (cù l’aiutu di u traditori Vittolu, anzianu tinenti di Samperu) » (Sampieru se fera tuer par les cousins de Vannina [avec l’aide du traître Vittolu, ancien lieutenant de Sampieru]). (Foru corsu, forum in lingua nostra, http://www.forucorsu.com, message inscrit par Antonu le 15 août 2010).

11 « Le paradigme de complexité », op. cit., p. 100.

12 Sociogramme : « ensemble flou, instable, conflictuel, de représentations partielles, aléatoires, en interaction les unes avec les autres et gravitant autour d’un noyau, lui-même conflictuel ». (Claude Duchet, « Sociocritique et génétique. Entretien avec Anne Herschberg-Pierrot et Jacques Neefs », Genesis, 6/94, « Enjeux critiques », p. 118).

13 Don Gregorio Salvini, Giustificazione della Rivoluzione di Corsica, e della ferma risoluzione presa da’ Corsi di non sottomettersi mai più’ al dominio di Genova, Oletta, 1758 (édition originale: Corti, 1758).

14 Jean-Guy Talamoni, Littérature et politique…, op. cit., p. 132.

15 Ibid., pp. 149 sqq.

16 Bien entendu, l’œuvre ne peut être réduite à cet aspect, ne serait-ce que parce que l’auteur n’approfondit l’étude de ce milieu particulier que pour accéder à une dimension universelle.

17 Cf. son roman Orgueil et Préjugés.

18 Jean-Guy Talamoni, Littérature et politique…, op. cit., pp. 149 sqq.

19 La Méthode, 6, « Ethique », op. cit., p. 131.

20 Celui qui a de l’argent et des amis tord le nez de la justice. (Cf. J.-G. Talamoni, Dictionnaire commenté des proverbes corses, DCL éditions, Ajaccio, 2006, p. 92).

21 Voir notamment à ce sujet le commentaire du texte attribué à B. Guelfucci La Corsica a suoi Figli (1760) dans : J.-G. Talamoni, Littérature et politique…, op. cit., p. 324.

22 « Le paradigme de complexité », op. cit., p. 92.

23 Ibid., p. 103.

24 Surtout pour les cas les plus graves, c’est-à-dire les affaires pénales.

25 Cf. sur cette question la communication de Christian GUT, Professeur émérite à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales et à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, colloque organisé par l’association Albania, « Le Kanun et la vendetta en Albanie : du mythe à la réalité », (http://balkans.courriers.info/article2784.html), mise en ligne : 13.II.03, consulté le : 04.IV.12.

26 Cf. F. Lenormant, Turcs et Monténégrins, Librairie académique Dider & Cie, libraires-éditeurs, Paris, 1866, p. XX.

27 Traduit de l’albanais par Jusuf Vrioni, Fayard, 1982, p. 34.

28 Ibid., p. 50.

29 Le « mésolecte » ou « interlecte » constitue, dans une situation de plurilinguisme, un système intermédiaire entre « acrolecte » (langue valorisée) et « basilecte » (langue minorisée, stigmatisée).

30 J. B. Marcaggi, Les chants de la mort et de la vendetta de la Corse, Perrin et Cie libraires-éditeurs, Paris, 1898, p. 320.

31 Cf. Jean-Guy Talamoni, Littérature et politique…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Guy Talamoni, « Pensée complexe contre ethnotype : le cas de la Corse », Lengas [En ligne], 78 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://lengas.revues.org/986  ; DOI : 10.4000/lengas.986

Haut de page

Auteur

Jean-Guy Talamoni

LISA UMR 6240, Università di Corsica Pasquale Paoli

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org