Navigation – Plan du site

Usages de l'imprimé occitan dans l'administration ecclésiastique durant la première moitié du xvie siècle1

Jean-François Courouau
p. 7-26

Texte intégral

  • 1 Cet article est extrait de la recherche inédite menée dans le cadre d'une habilitation à diriger de (...)

1En tant que puissance temporelle, l'Église catholique doit gérer, encadrer, administrer ses biens, ses serviteurs et ses fidèles. La langue qu'elle emploie pour ces différentes missions est traditionnellement le latin, mais il peut arriver, dans la première moitié du xvie siècle, que les ecclésiastiques (et assimilables, comme les laïcs membres des confréries religieuses) choisissent de recourir à la langue vulgaire du lieu. Dans le royaume de France, cependant, toutes les langues ne sont pas logées à la même enseigne. Le latin, langue de l'Église, et, juste après, le français, langue des élites, se taillent la part du lion pour ce type d'écrits utilitaires. À l'inverse, certaines langues locales ne sont jamais employées lorsqu'il s'agit pour l'Église de transmettre un message à ses fidèles ou, plus largement, de gérer les affaires séculières. C'est le cas des dialectes d'oïl, du francoprovençal et du basque. On trouve tout au plus quelques écrits en breton au xvie siècle (un formulaire de mariage en 1526, un modèle de prône en 1576). L'occitan, dans ce cadre, occupe une place intermédiaire. De la fin du xve siècle jusqu'aux guerres de Religion, les textes imprimés en occitan qui émanent de l'autorité ecclésiastique lato sensu, sans être abondants — on s'en doute — ne sont pas rares. C'est cette présence discrète, récemment mise en lumière par les travaux de Jean Eygun (2002), que l'on voudrait ici suivre à la trace, tout en nous interrogeant sur la fonction assignée à ces écrits.

Les indulgences

2La pratique de l'indulgence est ancienne. L'Église catholique y a recours depuis le milieu du xie siècle. Elle consiste à accorder aux fidèles la rémission de leurs fautes en échange d'une œuvre pieuse ou charitable. Celle-ci, au Moyen Âge, pouvait prendre la forme d'un pèlerinage à Rome ou en Terre Sainte, d'une participation à une croisade ou d'une aumône destinée à l'édification d'une église. Au fil du temps, l'usage s'est restreint à cette dernière condition. L'argent recueilli sert à la réfection ou à la construction d'une église, d'un sanctuaire, d'un hôpital ou d'un collège. Au xvie siècle, notamment sous le pontificat de Léon X (1513-1521), le nombre des indulgences s'accroît. Celle qu'il fait prêcher pour la construction de Saint-Pierre de Rome concourt à la révolte de Luther (1517). L'Église reste pourtant attachée à cette pratique jusqu'à la fin du siècle.

3L'octroi d'une indulgence s'accompagne de l'affichage d'un placard informant les fidèles. Avant l'apparition de l'imprimerie, ces placards étaient manuscrits. Très peu ont été conservés, comme celui, rédigé en occitan, en faveur des choriers de Notre-Dame de Saint-Flour (Pic 1984, 447, n.2), daté de 1454, qui comprend une suscription de deux lignes en occitan. Les nouvelles techniques d'impression facilitent la reproduction, mais la fragilité du support (une seule feuille) a empêché que de nombreux textes parviennent jusqu'à nous. En occitan, on en connaît une dizaine, tous décrits par François Pic (1984).

4De façon générale, un placard d'indulgence se divise en trois parties :
— en haut, trois bois gravés, où sont représentés, de gauche à droite, les armes du pape en exercice, une image du saint protecteur invoqué, le sceau de la confrérie ou une vue de l'établissement bénéficiaires, les armes du roi de France
— au centre, le texte proprement dit de l'indulgence, imprimé en lettres gothiques avec une initiale ornée ;
— en bas, une marge laissée blanche destinée à recevoir la signature manuscrite du vicaire général du diocèse.

5On peut penser que les exemplaires conservés dépourvus de cette souscription manuscrite n'ont pas été affichés.
Si on reprend le recensement très précis effectué par François Pic (1984), on dispose des renseignements suivants :

6Le placard occitan se présente comme la traduction du résumé ou d'un extrait de la bulle pontificale latine. Il en suit l'ordonnancement général. Le pape régnant se réfère à ses prédécesseurs et il renouvelle son pardon. Il indique en faveur de quelle entité est accordée l'indulgence. Ainsi dans le pardon de 1517, édité par Christian Anatole, où le pape Léon X encourage les dons à l'Hôtel-Dieu de Paris :

  • 2 « Le grand pardon général de rémission plénière donné à perpétuité pour tous les péchés aux bienfai (...)

Lo gran perdo general
De plenaria remission de toutz peccatz donat a perpetuitat als benfactors del grant hospital & mayson dieu de Paris, confirmat novelament per nostre sanct payre lo papa Leo modern que es de present loctenent de dieu en terra. Los sanctz payres de bona memoria Sixte quart, Innocent hoeyteme, Alexandre siziesme, Julius segont degudament informatz coma granda multitutz de malautz son en lostal dieu de paris caritablament tractatz, femnas grossas ajegudas, enfans pupils noyritz & autres paubres de toutas pars del monde noyritz, calfatz, colcatz & governatz, los sagramens de lauta administratz, los mortz catholicament sepulturatz. Et generalament totas las obras de misericordia faytas & acomplidas. Donatz als benfactors de aquelas indulgencias & remissions plenarias que senseguen (Anatole 1972, 68, lignes 1-7)2.

On énumère ensuite les lieux et les jours où le pardon peut être obtenu. Des rémissions pour certaines fautes sont également accordées :

  • 3 « Absolution de toutes sentences et des biens mal acquis. [...] Et aussi ceux qui ont trouvé ou mal (...)

Absolution de totas sententias et de ben mal aquisitz. [...] Et tambe aquelz que an dels bens trobatz ho mal aquisitz per layronia, usura ho autrament & no saven a qui restitution ne deu estre faicta en los trameten aldit hostal dieu ne seran absoltz et ne demoraran quitis (Anatole 1972, 69, lignes 23 et 25-26)3.

L'évêque, pour encourager les dons, peut rajouter quarante jours de « vrai pardon » (Anatole 1972, 70, lignes 46-47).
Le texte occitan, relayé par l'évêque local, représente une modalité parmi d'autres possibles d'une mesure dont le roi garantit la valeur égale sur l'étendue du royaume :

  • 4 « Également, notre seigneur le roi veut que lesdits pardons et indulgences soient prêchés dans tout (...)

Item Nostre senhor lo Rey vol que losditz perdos et indulgencias sian predicadas per tot son Realme am processions generalas per la bona prosperitat del e de tot son Realme com apar per son mandament (Anatole 1972, 69, lignes 53-54)4.

7Il s'adresse aux fidèles, benfactors (« bienfaiteurs ») potentiels, mais aussi aux prêtres chargés à leur tour de la divulgation de l'information auprès des paroissiens :

  • 5 « Également ordonne ledit révérend père en Dieu Monseigneur l'évêque de Cahors, notre prélat, à tou (...)

Item manda lodit reverend payre en dieu monsenhor levesque de Cahors nostre prelat a totz los rictors ho vicaris de sa diocesa que ajan a legir los articles en lors gleysas et perroquias alors perroquians davan los jorns deldit perdon & metre troncz et cayssas per recebre las almoynas del bon poble chrestian (Anatole 1972, 71, lignes 48-50)5.

Figure 1. — Indulgence VII

(Évêché de Mende, impression toulousaine, 1534-1549), Toulouse, collection particulière

Les monitoires

  • 6 Selon le Dictionnaire de l'Académie (1694): « Monitoire. s.m. Lettres d'un Official de l'Evesque, o (...)
  • 7 Le rituel incunable du diocèse de Périgueux comprend une formule de monitoire (Eygun 2002, 53).

8Le monitoire est un texte émanant de l'autorité ecclésiastique. Il est destiné à inviter les témoins d'un crime à révéler les faits dont ils ont connaissance sous peine d'excommunication6. L'information est transmise par voie écrite (affichage du placard) et par voie orale, à la fin de la messe, au moment du prône (v. infra). Pour ceux rédigés en langue occitane, seuls trois ont été conservés (Eygun 2002, 58-59)7 :

9Par sa fonction, le monitoire s'adresse à l'ensemble de la communauté des fidèles et, au delà, à toute personne susceptible d'en prendre connaissance : « Toutz aquelz ou aquelas de qual estat & condicion que sian » (Bazalgues 1978, 484, ligne 7), quels qu'en soient le sexe ou la place dans l'échelle sociale, comme le précise aussi le monitoire toulousain de 1540

  • 8 « Les gens de toute sorte, manière et condition, quel que soit leur état, de manière consciente et (...)

Sont admonestatz tota sorta, maniera et condicion de gens, de qual estat que sian, sçabens et consentens que sçaubrian de certena sciensa ou aultrament de las causas cy dessoubz escriuptas et mentionnadas, ho ajan à revellar dens quatre jorns devers lodict commissari, jutge apostolicq et executor de las dictas lettras de significavit, sus pena d'excommenge et dannation eternalla ; aultrament passat lo dict terme, seran excomengiatz et agreugiatz8 (Pasquier 1896, 7, § 1).

Les ordonnances épiscopales

10Les ordonnances rendues par l'évêque sont traditionnellement en latin. On en possède cependant une publiée dans les statuts synodaux du diocèse d'Albi, Synodale diocesis Albiensis omnibus tam presbyteris curam animarum habentibus necessario pervium, imprimés une première fois en 1529 à Limoges par Paul Berton pour le libraire albigeois Léonard Fardelet (Desgraves 1969, 22, no28), puis à Toulouse par Jacques I Colomiès pour Jean Richard en 1553 (Mégret/Desgraves 1975, 83, no91 ; BMT, Rés. D XVI 397). Le choix de la langue locale semble pouvoir s'expliquer par les destinataires. Ceux-ci ne sont plus constitués par les seuls prêtres du diocèse auxquels le latin aurait suffi, mais aussi par les membres de confréries religieuses. L'administration ecclésiastique estime, probablement à bon droit, que ceux-ci sont moins rompus aux subtilités du latin ou du français que de leur occitan quotidien. Et il importe pour elle que le message soit bien transmis qui leur enjoint de respecter tout un ensemble de nouvelles règles, comme celle de ne plus vendre de pain dans l'enceinte de l'église ( !) :

Item es prohibit alsditz Bassiniers et Obriers que no ajo plus a vendre lo pa dins la Gleyse, ny dins lo cementeri masque lo vendo deforas lo cementeri et so apres la messa. (Synodale diocesis Albiensis, 1553, fo Miiro).

Les prônes

11L'office religieux catholique est célébré en latin. La langue vulgaire ne s'y entend que très peu. À la fin de l'office, avant que les fidèles ne repassent par le vestibule de l'église (lat. protinum), le prêtre prononce le prône où il rappelle les dates importantes de la semaine (messes de la semaine suivante, mariages, processions...).

12Quelques formulaires de prône sont donnés en occitan. Grâce aux travaux de Jean Eygun (2002, 52-55), on peut dresser la liste de ceux qui nous sont connus :

13Le texte des prônes II, III, IV, V et VI, connu sous le nom de Modus concionandi ad populum, semble suivre le même modèle. Il bénéficie d'un certain succès si on en juge par le fait qu'il fait l'objet d'éditions — concurrentes ? — à Lyon d'abord (II et III, on ne sait lequel des deux textes précède chronologiquement l'autre), à Paris (V) et à Toulouse (IV et VI). Mais le rapport entre ces éditions est loin d'être clair. S'agit-il à chaque fois de la reprise pure et simple d'une version antérieure (quelle est à ce compte la première ?) avec un simple changement pour le nom de l'évêché ? Il semblerait que tel ne soit pas le cas et que le texte bénéficie d'une adaptation à la réalité dialectale locale, comme il ressort de la comparaison, établie au niveau du deuxième paragraphe du prône, entre les versions de II et V :

II (évêchés de Rodez et de Vabres, impression de Lyon, 1536-1544)
Honorables senhors et donas en aquesta sepmana y a festas lasqualas sancta maire gleysa vous manda et fa asçaber. Premieyramen, dema que sera dylus, per bon cap de sepmana, sancta maire gleysa solempnisara la festa d'un apostol grand amic de nostre senhor, so es de monsenhor sanct N., laquala vous mandi colre et solempnisar coma lo jour de huey que es lo sanct dymenge (Delmas 1977, 22).

V (évêché de Toulouse, impression de Paris, 1553)
Honorables senhors & donas en aquesta sepmana ya festas lasqualas sctã maire gleysa vos mãda & fa asaber. Premierament. Doma que sera dylus per bon cap de sepma : sctã maire gleysa solenipsara la festa dũg apostol grand amic de nostre senhor soes de mosenhor sanct peire : laquala vos mandi colle & solepnisar cõma le journ de houey que es le sanct dimege (fo LXXXVIIro).

  • 9 C'est l'absence du chapeau cardinalice au-dessus des armes de Georges d'Armagnac qui permet de fixe (...)

14Les variantes ne sont pas si insignifiantes qu'il pourrait y paraître. Elles concernent aussi bien l'article défini (lo pour Rodez/Vabres, le pour Toulouse) que divers éléments lexicaux (Premieyramen/Premierament) ou graphiques (asçaber/asaber...). La comparaison des différentes éditions, voire l'établissement d'une édition critique, pourrait contribuer à déterminer la généalogie du texte et déterminer si la version de Rodez/Vabres (II) correspond à la version la plus ancienne. Celle-ci — il convient de le noter — a été rendue publique sous l'autorité de Georges d'Armagnac (1500-1585), évêque de Rodez 1529 à 1560, administrateur de l'évêché de Vabres de 1536 à 1553, cardinal en 15449, avant de devenir archevêque de Toulouse en 1562.

15De façon générale, c'est la question des rapports entre ces différents prônes qui est posée. Le texte périgourdin, premier en date, a-t-il, comme on peut le penser, servi de base à des éditions successives du rituel du diocèse de Périgueux ? C'est ce qu'on pourrait peut-être établir si on retrouvait trace de l'édition de 1509, signalée par Gibert (1725, I, 122) et de celles, également perdues, du Manuale seu instructorium curatorum continens sacramenta ecclesie et modum ea administrandi (Périgueux, François Texier, 1536 et Marc Batas, 1550-1559).

  • 10 Parmi les amis de Bertrand Larade figure un Garonne, chanoine de Saint-Gaudens, qui lui dédie une p (...)

16Quant au dernier texte, on est en droit de se demander ce qui a pu pousser le vieillissant évêque de Comminges, Urbain de Saint-Gelais, à donner accès à l'imprimé à ce formulaire de prône. Le Comminges n'étant pas, au début des années 1600, dépourvu de litterati gasconographes, parfois même ecclésiastiques10, on pourrait également poser la question de l'auteur de cette version « commingeoise » et celle de la qualité, précisément, de la langue employée : un gascon-artefact, un peu comme celui de l'écrivain commingeois Larade, ou une langue plus marquée dialectalement ?

Les formulaires du mariage

17Comparables aux prônes par la présence qu'ils accordent à la langue vulgaire dans le déroulement de l'office religieux en latin sont les formulaires rédigés en occitan pour le consentement entre époux lors de la cérémonie de mariage. Le plus ancien date de 1466 ; il est conservé dans un rituel manuscrit bordelais (Allain 1894). C'est également à Bordeaux, en 1561, qu'on trouve un rituel du diocèse, mentionné par Gibert (1725, I, 143), avec un formulaire de ce type. Des textes comparables sont aussi signalés dans le diocèse de Périgeux (Manuale, Périgueux, Jean Texier, 1509, in Gibert 1725, 1, 122 « modus nubendi in romantio ») et le diocèse d'Uzès en 1500 (Gibert 1725, I, 120) et dans celui de Cahors au xvie siècle, mais à une date qu'il n'est pas possible de fixer avec précision (Eygun 2002, 53 d'après Albe 1910).

18Les prônes et ces formulaires de mariage ont en commun de s'adresser en premier lieu aux prêtres chargés de célébrer l'office. Le texte du rituel est en latin pour les parties de la messe prononcée en cette langue. Ainsi en va-t-il pour les prières de l'extrême-onction, la communion des malades, la bénédiction des cloches, etc. L'annonce des rendez-vous de la semaine et le consentement des époux étant menés en langue vulgaire, les prêtres sont invités — et aidés — à se placer au niveau linguistique des fidèles :

  • 11 « S'ensuit la forme et la manière de dire les commandements et les prières en langage vulgaire de T (...)

Ensiec se la forma et maniera de dire les mãdames & preguarias en legage vulgar de tholosa laqualla les rectors & vicaris de la dita dieucesa teneu ordinariamet en lors perroquias & gleysas de la dicta dieucesa de tholosa11 (V, fo LXXXVIIro).

Les statuts de confréries

19Les confréries pieuses, au début du xvie siècle comme plus tard, constituent un lien de sociabilité dans une société qui ignore le droit d'association. Placées sous le vocable de la Vierge, du Saint-Esprit ou d'un saint, elles regroupent des individus qui s'engagent à respecter diverses obligations. Celles-ci sont d'ordre religieux (assistance à la messe, pratique de la charité, confession, procession annuelle...), mais aussi festif (repas, réjouissances). Il n'est pas rare que cette dernière dimension l'emporte sur la première. Socialement, les confréries recrutent dans toutes (ou presque) les couches de la population. À la veille de la Révolution, en 1783, la confrérie de sainte Barbe, à Toulouse compte 12 % d'ecclésiastiques, 10 % de nobles ou de militaires, 12 % de parlementaires, 15 % de bourgeois et d'hommes de loi pour 51 % de marchands et artisans (Taillefer 2000, 326).

20On connaît ainsi quelques statuts de confréries rédigés en occitan, en Auvergne, à Toulouse, en Provence. Antoine Thomas et Michel Cohendy (1879) ont édité une suite de 173 vers octosyllabiques qui proviennent d'un manuscrit trouvé à Saint-Julien-de-Coppel. Copiés en 1507, ces statuts posent un problème de datation, les autres textes conservés dans le manuscrit présentant des formes jugées archaïques par les éditeurs.

  • 12 La date de 1452 est donnée par l'acte de fondation, donné en latin par l'archevêque Bernard de Rosi (...)
  • 13 « Les Statuts de la très dévote, noble et antique Confrérie de la Sacrée Conception de Notre Dame M (...)

21La Confrérie de la Sacrée Conception de la Vierge Marie a pour siège l'église de La Daurade, à Toulouse. Elle a été fondée en 1452 par Bernard de Rosier, archevêque de Toulouse de 1452 à 1475. Ses statuts sont publiés une première fois en 151612. Ce sont Los Estatutz de la Tresque devota Nobla & antiqua Confrayria de la sagrada Conception de Nostra dama Mayre de nostre senhor dieu Jhesu-Xpt fundada En la devota & Antiquissima Gleysa de la Daurada de Tholosa13, imprimés chez Jean Grandjean. La date donnée dans l'original est « lan mil.V.C. et XV. et lo XIII. Jour del Mes de Jenier », soit le 13 janvier 1516 (n. st.).

22Ces statuts sont en occitan. Cela n'a rien d'étonnant à cette date à Toulouse où l'on sait que certaines corporations rédigent leurs statuts dans cette langue (Brun 1923, 202). La fonction du texte est interne : le nouvel entrant reçoit lecture des statuts auquel il déclare vouloir se conformer. La rédaction et l'impression en occitan de ceux de la Confrérie de la Sacrée Conception signale que la langue d'emploi courant au sein de cette institution est la langue du lieu et non le français.

  • 14 BMT: Rés D XVI 786 (2) et Rés. C XVI 35; Mégret/Desgraves 1975, 71, no31. Mégret/Desgraves mentionn (...)

23De toute évidence, dix-sept ans plus tard tel n'est plus le cas. Jacques Ier Colomiès publie Les Statutz Ordonnances/et establissementz de la Saincte & tresdevote Confrairie/Dediee a lhonneur de la sacree Conception de la glorieuse vierge Marie/fondee en la saincte et antique Esglise de Tholose ensemble teneur de lauctorization & confirmation dyceulx (1533)14. En français. On peut donc penser que la substitution linguistique en faveur du français est intervenue au sein de la confrérie entre ces deux dates de 1516 et 1533. Sous quelle action ?

24Les deux textes présentent la liste des membres de la confrérie. La comparaison entre les deux listes laisse d'abord apparaître une modification dans le recrutement social. En 1516, les prévôts laïcs, au nombre de quatre, sont :

Mossen Bertran Siguie jutge Ordinari de tholosa
Mossen Guilhem Beneseyt Borges de Tholosa
Mestre Johan de May percurayre del Rey
Mestre Domengo del tele dit Bigorra Sartre (Estatutz 1516, foAiiro).

  • 15 Le français était déjà présent dans les statuts de 1516 avec, en fin de volume, deux compositions p (...)

25soit un juge ordinaire, un bourgeois, un procureur et un tailleur (sartre). Pour l'année 1533, on constate la présence dans ces mêmes fonctions de deux parlementaires : Pierre Du Faur, seigneur de Pibrac, conseiller et maître des requêtes ordinaires du roi, et Jacques Rivière, seigneur de Tournefeuille, conseiller au Parlement de Toulouse. Les parlementaires sont, en 1533, deux fois plus nombreux qu'en 1516. Il n'y en avait que quatre en 1516, ils sont neuf, parmi lesquels figurent en bonne place Jacques de Minut, le premier président, et Jean Bertrand, le second président du Parlement. À leurs côtés siègent aussi, nouveaux venus, trois capitouls et un officier du sénéchal. De toute évidence, l'élite du parlement a investi la direction de la confrérie et on pourrait penser que le changement linguistique est dû à cette entrée par le haut des postes-clefs15. Cette hypothèse est confirmée par la présence, à la fin, de l'édition des statuts de 1533 d'une « Oraison a nostre Dame/du Promoteur/de ceste translation » (foK3vo). Le nom de ce « promoteur » apparaît en acrostiche (et en lettres rouges). Il n'est autre que Jacques Rivière, second président au parlement.

26On tiendra pour révélateur que dans la version de 1533, il n'est à aucun moment fait référence au texte antérieur de 1516 en occitan. Alors que l'acte fondateur est repris in extenso, les statuts précédents sont effacés de la mémoire.

27Lorsqu'on se souvient que cette église de la Daurade où la confrérie a son siège est également le lieu où sont conservées les fleurs d'or et d'argent décernées au concours des Jeux floraux organisés par le Collège de Rhétorique, on se demande si les deux substitutions linguistiques menées en faveur du français n'ont pas partie liée. Celle réalisée au sein de la confrérie est intervenue entre 1516 et 1533. Au Collège, c'est entre 1513 et 1519 qu'il faut, en toute rigueur, situer le changement de langue (Courouau 2006, 58). Dans un cas comme dans l'autre, le rôle des parlementaires toulousains semble ne pas avoir été mince.

28Il n'est pas sûr que l'évolution constatée à Toulouse prévale en tous points de la même façon. Marie-Hélène Froeschlé-Chopard (1980) a révélé comment, en plein milieu du xviiie siècle, les pénitents blancs de Saint-Laurent-du-Var continuent à utiliser leurs statuts rédigés en provençal en 1587, soit près de cinquante ans, signalons-le au passage, après l'ordonnance de Villers-Cotterêts (1539). Cette permanence s'explique largement par le recrutement social des confrères, issus pour l'essentiel, des milieux artisans et du menu peuple.

29Le cas de Saint-Laurent-du-Var n'est peut-être pas isolé. Ailleurs, là où le français paraît seul employé à l'écrit, tout porte à croire que les textes français pouvaient aussi, à l'occasion, faire l'objet d'une oralisation en occitan.

Le triomphe du français

30Tels qu'ils nous sont à ce jour donnés à lire, les textes religieux de caractère utilitaire imprimés en occitan à partir de la fin du xve siècle et durant la première moitié du xvie siècle participent d'une certaine continuité avec la période précédente. La réalité linguistique de la partie méridionale du royaume n'a été bouleversée ni par le changement de siècle, ni par l'introduction et la diffusion de l'imprimerie, ni — encore moins — par l'ordonnance de Villers-Cotterêts. En cette première moitié du siècle de la « Renaissance » française, la totalité de la population des provinces méridionales parle l'occitan au quotidien. Seules certaines élites urbaines sont bi- ou trilingues. Pragmatique, soucieuse d'efficacité (parfois), l'Église pré-tridentine éprouve le besoin d'adapter ses usages écrits à la nature du terrain linguistique. L'existence même de ce type d'écrits modestes, mais directement pensés en termes d'utilité immédiate, nous renseigne par contraste sur le manque de diffusion du français dans les parties les plus nombreuses de la population.

31À partir d'une certaine date, les versions occitanes des placards d'indulgences, des monitoires, des prônes et des formulaires du mariage disparaissent de l'imprimé religieux. En l'état actuel des connaissances, les dates (fourchette haute) de dernière publication en fonction de la nature du texte s'établissent ainsi :

monitoires

indulgences

ordonnances épiscopales

formulaires de mariage

prônes

1546

1549

1553

1561

1608

32Le prône commingeois de 1608 se rattache à la pratique du siècle précédent et on peut sans peine considérer que les années 1555-1560 marquent le terme supérieur de cette présence de l'occitan dans l'imprimé de type paraliturgique ou juridico-ecclésiastique. Au delà de cette date, le latin et le français apparaissent à l'exclusion de la langue locale. Les indulgences disparaissent, les monitoires sont donnés en français ou en latin, les ordonnances épiscopales en latin. Pour les prônes et les consentements des époux, trois options sont théoriquement possibles : soit le curé recourt au français, soit il utilise un vieux rituel avec un prône vulgaire (occitan), soit encore il traduit en occitan un formulaire français. La réalité de ces usages demeure à ce jour largement méconnue et le sens à donner au vide qui s'installe, à partir des guerres de Religion, dans l'imprimé religieux occitan de type utilitaire s'obscurcit. Il ne fait pas de doute, pourtant, qu'au fil du siècle, la connaissance du français a progressé. La diffusion de la langue du roi s'est faite, conformément à la logique des rapports sociaux prévalant dans la société d'Ancien Régime, dans les couches supérieures et, dans une moindre mesure, intermédiaires. Ce que signale l'abandon de l'occitan au profit du latin (ou le maintien du latin) dans l'écrit ecclésiastique utilitaire, en ce sens, c'est bien l'accroissement quantitatif du nombre de lecteurs du français (et pas forcément du nombre de locuteurs, la lecture et la maîtrise de l'oral constituant deux compétences n'allant pas nécessairement de pair). Cette augmentation, en dernier ressort, résulte des conditions sociolinguistiques générales qui fondent en France les hiérarchies linguistiques et régissent les échanges tout au long du siècle. Rien n'étant venu contrecarrer la tendance lourde que représente la diffusion « par le haut » du français, le modèle majoritaire (francographe) s'impose. À l'écrit. Pour le reste, les usages oraux, dans les couches inférieures et intermédiaires, continuent à être ce qu'ils étaient, favorisant ainsi la mise en place de multiples lignes de fractures dont les modalités et les incidences restent difficiles à établir avec précision.

Haut de page

Bibliographie

Albe, Edmond, « Les cérémonies du mariage en Quercy aux xve et xvie siècles d'après de vieux rituels cadurciens », Bulletin trimestriel de la Société des Études littéraires, scientifiques et artistiques du Lot, XXXV, 1910, 21-30.

Allain, E., « Un ordo ad sposandum bordelais du xve siècle », Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1894, 116-124.

Anatole, Christian, « Un placard occitan de 1517 : Lo gran perdon general », Revue des langues romanes, LXXX/1, 1972, 63-71.

Bazalgues, Gaston, « Un monitoire occitan en 1546 », Mélanges offerts à Charles Camproux, Montpellier, Centre d'Études Occitanes, 1978, 481-486.

Brun, Auguste, Recherches historiques sur l'introduction du français dans les provinces du Midi, Paris, Champion, 1923.

Cohendy, Michel et Antoine, Thomas, « Strophes au Saint Esprit suivies des statuts d'une confrérie du Saint-Esprit en dialecte auvergnat », Romania, 8, 1879, 211-221.

Courouau, Jean-François, « Une langue face à l'institution : le Collège de Rhétorique de Toulouse et l'occitan (1484-1694) », Travaux de Littérature publiés par l'ADIREL, XIX, 2006, 57-73.

Delmas, Jean, « Le Rituel de Georges d'Armagnac », Revue du Rouergue, 1977, 17-27.

Desgraves, Louis, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au seizième siècle. Agen [...] Périgueux, Baden Baden, Heitz, 1968, « Bibliotheca bibliographica aureliana », 27.

Eygun, Jean, Au risque de Babel. Le texte religieux occitan de 1600 à 1850, Bordeaux, Association d'étude du texte occitan, 2002.

Froeschlé-Chopard, Marie-Hélène, « La signification d'anciens statuts pour les pénitents de Provence orientale aux xviie-xviiie siècles : le cas de Saint-Laurent-du-Var », Annales du Midi, 92, 1980, 210-222.

Gibert, Jean-Pierre, Tradition ou histoire de l'Église sur le sacrement du mariage, Paris, J. Mariette, 1725, 3 vols.

Hermann, G., « Textes romans tirés d'un incunable périgourdin », Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1907, 420-439.

Mégret, Louis et Jacques, Desgraves, Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au seizième siècle. Toulouse, Baden Baden, Valentin Körner, 1975, « Bibliotheca bibliographica aureliana », 20.

Moquin-Tandon, Alfred et Gustave, Brunet, Ancien Patois de la France. Un monitoire de 1546, Bordeaux, impr. de Durand, 1846.

Pasquier, Félix, « Prône patois du xvie siècle et exhortation patoise pour le mariage », Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1885, 366-373.

Pasquier, Félix, Monitoire à Toulouse en 1540 à propos de la nomination d'un chanoine à la cathédrale, Toulouse, Chauvin et fils, 1896.

Pic, François, « Pardons et “Grans Perdons” », La faute, la répression, le pardon. Actes du 107e Congrès national des sociétés savantes (Brest, 1982). Section Philologie et Histoire avant 1610, Paris, CTHS, 1984, I, 447-462.

Pic, François, « Orientation bibliographique pour une étude de la “littérature religieuse” occitane », in Michel Lagrée (éd.), Les parlers de la foi. Religion et langues régionales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995, 61-83.

Taillefer, Michel, Vivre à Toulouse sous l'Ancien Régime, Paris, Perrin, 2000.

Vidal, Auguste, « Le Grand Pardon de Cordes (environs de 1530) », Revue historique, scientifique et littéraire du département du Tarn, XXX/1-2, 1913, 66-77.

Haut de page

Notes

1 Cet article est extrait de la recherche inédite menée dans le cadre d'une habilitation à diriger des recherches soutenue en Sorbonne (Paris-III) en juin 2007 (Moun lengatge bèl. Le choix linguistique minoritaire en France. 1500-1660).

2 « Le grand pardon général de rémission plénière donné à perpétuité pour tous les péchés aux bienfaiteurs du grand hôpital et de la Maison-Dieu de Paris, confirmé à nouveau par notre Saint Père le pape actuel Léon qui est à présent lieutenant de Dieu sur terre. Les Saints Pères de bonne mémoire, Sixte IV, Innocent VIII, Alexandre VI, Jules II, dûment informés de la façon dont un grand nombre de malades de l'Hôtel-Dieu de Paris sont traités avec charité, les femmes enceintes, les accouchées, les enfants orphelins nourris et les autres pauvres de toutes provenance nourris, chauffés, couchés et soignés, les sacrements de l'autel administrés, les morts ensevelis selon le rite catholique et, de façon générale, les œuvres de miséricorde faites et accomplies, ont donné aux bienfaiteurs de celles-ci, les indulgences et les rémissions qui s'ensuivent ».

3 « Absolution de toutes sentences et des biens mal acquis. [...] Et aussi ceux qui ont trouvé ou mal acquis des biens par vol, usure ou autrement et ne savent pas à qui ils doivent en faire la restitution, en les transmettant à l'Hôtel-Dieu, ils en seront absous et en resteront quittes ».

4 « Également, notre seigneur le roi veut que lesdits pardons et indulgences soient prêchés dans tout son royaume avec des processions générales pour sa bonne prospérité et celle de son royaume comme il apparaît dans son commandement ».

5 « Également ordonne ledit révérend père en Dieu Monseigneur l'évêque de Cahors, notre prélat, à tous les curés ou vicaires de son diocèse qu'ils doivent lire les articles dans leurs églises à leurs paroissiens avant les jours dudit pardon et placer des troncs et des caisses pour recevoir les aumônes du bon peuple chrétien ».

6 Selon le Dictionnaire de l'Académie (1694): « Monitoire. s.m. Lettres d'un Official de l'Evesque, ou autre Prelat, pour obliger, par censures Ecclesiastiques, tous ceux qui ont quelque connoissance d'un crime, ou de quelque autre fait, dont on cherche l'esclaircissement, de venir à revelation ». Ce sont les juges laïques qui autorisent les juges ecclésiastiques à lancer ce que nous appellerions de nos jours un « appel à témoins », profitant du rassemblement des fidèles dans l'église au moment de la messe.

7 Le rituel incunable du diocèse de Périgueux comprend une formule de monitoire (Eygun 2002, 53).

8 « Les gens de toute sorte, manière et condition, quel que soit leur état, de manière consciente et consentante, qui sauraient avec certitude ou d'une autre façon les choses ci-dessous écrites et mentionnées sont avertis qu'ils doivent en informer dans un délai de quatre jours ledit commissaire, juge apostolique et exécuteur desdites lettres de significavit, sous peine d'excommunication et de damnation éternelle, sinon, une fois passé le délai, ils seront excommuniés et mis en accusation ».

9 C'est l'absence du chapeau cardinalice au-dessus des armes de Georges d'Armagnac qui permet de fixer la limite chronologique supérieure. L'inférieure est donnée par l'administration de l'évêché de Vabres (Delmas 1977, 17). Une question en suspens demeure celle de l'intention de prière adressée à « Monsieur d'Orlenx » en qui J. Delmas voit le troisième fils de François Ier, Charles (1522-1545), duc d'Orléans à partir de 1540. Mais, comme le fait remarquer J. Eygun, cette intention figure déjà dans la version de 1538 (Eygun 2002, 54, n.48).

10 Parmi les amis de Bertrand Larade figure un Garonne, chanoine de Saint-Gaudens, qui lui dédie une pièce liminaire de sa Muse gascoue (Toulouse, Vve Jacques Colomiès, 1607, fo[9]vo). Les dédicataires de Larade comprennent aussi François de Binos d'Arros, archidiacre d'Aran et Bertrand de Gémit (ou Gémito), archidiacre de Nestier, tous deux chanoines de Saint-Bertrand-de-Comminges.

11 « S'ensuit la forme et la manière de dire les commandements et les prières en langage vulgaire de Toulouse, lesquels les curés et vicaires dudit diocèse de Toulouse prononcent ordinairement dans leurs paroisses et églises dudit diocèse de Toulouse ».

12 La date de 1452 est donnée par l'acte de fondation, donné en latin par l'archevêque Bernard de Rosier et transcrit dans les Estatutz de 1516 (Civo-C4vo).

13 « Les Statuts de la très dévote, noble et antique Confrérie de la Sacrée Conception de Notre Dame Mère de Notre Seigneur Dieu fondée en la dévote et très antique église de La Daurade »; BMT: Rés D XVI 786 (1); Paris, BnF: Rés. E 1858; Londres, British Library: 1608/922 (10); Mégret/Desgraves 1975, 13, no15.

14 BMT: Rés D XVI 786 (2) et Rés. C XVI 35; Mégret/Desgraves 1975, 71, no31. Mégret/Desgraves mentionnent que, d'après l'érudit et bibliophile Desbarreaux-Bernard, il aurait existé une édition de Les Statuts de la devote et antique Confrayrie de Nostre Seigneur Jesus Christ fondee en la tresdevote et antique Eglise de la Daurade de Tholose, Toulouse, s.n., 1548. in-4o, 104 p. (Mégret/Desgraves 1975, 198, no27).

15 Le français était déjà présent dans les statuts de 1516 avec, en fin de volume, deux compositions poétiques anonymes en cette langue, l' « Exortation en forma de ballade. Composee pour inciter les confreres de la Conception de la glorieuse vierge marie a bien tenir et observer ces presens estatuts » et une « Oration a la tresglorieuse vierge marie/en forme de ballade Composee au nom des confreres de la Conception de la dite dame » (fo Kivo-K3ro). Ce dernier poème figure aussi dans la version de 1533 (foIiivo-Iiiiro).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Courouau, « Usages de l'imprimé occitan dans l'administration ecclésiastique durant la première moitié du xvie siècle », Lengas, 63 | 2008, 7-26.

Référence électronique

Jean-François Courouau, « Usages de l'imprimé occitan dans l'administration ecclésiastique durant la première moitié du xvie siècle », Lengas [En ligne], 63 | 2008, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/1275  ; DOI : 10.4000/lengas.1275

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org