Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Après avoir pâti d'une longue méconnaissance, surtout dans la tradition française, François Raynouard (1761-1836) est aujourd'hui reconnu comme un des précurseurs de la romanistique. Cette image de novateur tend peut-être à faire de lui une figure isolée dans son siècle. Nous voudrions donc, ici, confronter son œuvre aux idées contemporaines pour tenter d'en dégager les lignes idéologiques. Après être revenu sur la « langue romane » que l'on assimile trop souvent à l'occitan médiéval, nous passerons en revue les liens qu'entretient Raynouard avec la Grammaire générale et le Romantisme au travers de sa vision de l'évolution linguistique. Nous questionnerons pour terminer les écrits de Raynouard pour y chercher des traces d'une conscience occitane.

La « langue romane »

  • 1 Brigitte Schlieben-Lange a montré ce que devait Raynouard à la tradition linguistique méridionale ( (...)

2Après avoir montré les concordances entre les langues latines, Raynouard leur reconnaît une origine commune dans la langue de Rome, mais la filiation est indirecte. Il les fait dériver d'une langue intermédiaire qu'il nomme « langue romane ». Il reprend en cela une théorie répandue et s'inscrit ainsi dans une longue tradition linguistique1 :

  • 2 Claude Fauchet (1530-1602), on retrouve son intérêt pour les questions linguistiques dans son ouvra (...)
  • 3 Pierre-Daniel Huet (1630-1721), évêque d'Avranches.
  • 4 Le toulousain Pierre Cazeneuve (1591-1652) a travaillé sur les origines de la langue française dans (...)
  • 5 Jean Lebeuf (1687-1760 ou 1763), chanoine d'Auxerre, est un des grands médiévistes français du xvii (...)
  • 6 Claude de Vic et Joseph Vaissette, Histoire générale du Languedoc, Paris, J. Vincent, 1730-1745.
  • 7 Les Bénédictins de la congrégation de Saint Maur.

Cette assertion n'est pas nouvelle : en effet, de tous ceux de nos écrivains qui ont eu l'occasion de rechercher les origines de notre langue, et qui ont eu à s'expliquer sur l'ancienne langue romane, il ne s'en est trouvé aucun qui n'ait vérifié et attesté qu'elle s'était conservée pure dans les provinces méridionales de la France, et notamment dans les différents pays où ont brillé les troubadours.
Parmi ces écrivains, je nommerai Fauchet2, Huet3, Cazeneuve4, l'abbé Lebœuf5, les auteurs de l'Histoire générale du Languedoc6, et ceux de l'Histoire littéraire de France7. (Raynouard 1976, 6)

3Il étend le domaine de cette « langue romane » à tous les pays d'Europe de langue néo-latine, entre le ixe et le xie siècles.

  • 8 Dans ses Monuments de la langue romane, depuis l'an 842 jusqu'à l'époque des troubadours, il donne (...)

4Les Serments de Strasbourg sont les textes fondateurs de cette théorie. Raynouard croit reconnaître dans la langue de leur rédaction la langue des troubadours. Partant de là, il va étendre cette similarité à toutes les langues néo-latines médiévales. Il ne s'appuiera, par la suite, pour sa grammaire de la « langue romane », que sur un corpus occitan. La « langue romane » est donc dans ses formes la langue des troubadours8.

5C'est, pour Raynouard, dans la « langue romane » qu'il faut chercher l'origine des traits communs aux langues latines modernes comme la disparition des cas remplacés par les prépositions, les formes verbales comme le futur périphrastique, les adverbes en –ment (cf. Raynouard 1818a, 589), etc.

On peut établir et indiquer avec succès la comparaison et les rapports des diverses langues néolatines ; ou, l'homogénéité de leurs imitations de la langue latine, l'unité méthodique, des modifications qu'elles ont faites ou acceptées comme de concert, fourniraient à elles seules la preuve incontestable de leur unité, et de l'existence d'un type primitif intermédiaire, d'après lequel chaque langue paraît avoir développé ; ou plus tôt ou plus tard, les moyens communs à toutes, en marquant son individualité par des formes spéciales, des particularités caractéristiques. (Raynouard, I, 1838, xxv)

  • 9 Que l'on compare la virulence des attaques contre Raynouard et la persistance de la thèse d'un lati (...)
  • 10 « Cette décomposition de la langue latine et la recomposition romane ne démontrent-elles pas jusqu' (...)

6Cette opinion sera fortement contestée, notamment par August Wilhelm Schlegel (Schlegel 1818) puis par une grande majorité des philologues français. Cette critique naîtra certainement davantage du fait de voir dans la langue des troubadours cette langue intermédiaire que du fait d'imaginer une langue intermédiaire9. Dans les faits « langue romane » et langue des troubadours sont identiques chez Raynouard, puisque celui-ci tire les exemples de cette langue uniquement de textes occitans, nous l'avons dit. Cependant, théoriquement, la langue des troubadours n'est pas exactement la « langue romane », mais celle qui en serait restée la plus proche. C'est du moins l'opinion de Raynouard dans un premier temps car, malgré la confusion à laquelle on est parfois confronté dans l'exposé de sa pensée, on peut affirmer que dans ses derniers travaux, la langue des troubadours n'est plus assimilée à la « langue romane ». Dans le Lexique roman ou dictionnaire de la langue des troubadours (Raynouard 1836-1844) et notamment dans la partie qui a fait l'objet d'une édition séparée, la langue intermédiaire que Raynouard appelait auparavant « langue romane » est désignée comme « langue romane rustique » et la langue des troubadours est désormais dénommée « langue romane provençale ». Les seules preuves textuelles de la « langue romane rustique » sont les serments de 84210. Raynouard ne reconnaît plus cette langue dans d'autres fragments.

  • 11 « On peut dire de la langue grecque, que l'idiome roman a peu de ressemblance avec elle, soit pour (...)

7Grâce à Raynouard, les langues de l'Europe latine se défont du mythe des origines grecques11 ou prélatines. Quant aux influences germaniques, elles sont présentes mais leur rôle est minime dans la formation de la « langue romane ».

L'héritage de la Grammaire générale

8Finalement, cette « langue romane » que Raynouard tente de dégager et de décrire, reste assez abstraite et fait plus figure de modèle grammatical commun à toutes langues latines médiévales que de véritable langue. Cette réduction d'une langue à des principes généraux rappelle les théories de la Grammaire générale.

9Raynouard dans sa méthode comparative rompait avec la problématique de la Grammaire générale, du moins en apparence. En effet, appréhender la langue dans ses caractéristiques physiques, au sens d'un objet concret qui varie avec le temps, c'est renoncer à l'étude philosophique de la langue. Nous trouvons ainsi ce jugement de Raynouard sur les méthodes de la grammaire comparée :

Ce n'est pas dans la théorie des raisonnements qu'il faut chercher les preuves et les exemples de ces combinaisons de langage, empruntés à des éléments primitifs, d'autant plus étonnants et admirables qu'elles sont plus simples.

Au lieu de raisonnements sur la théorie de la science étymologique, il faudrait peut-être se borner à expliquer, par des faits incontestables, comment le peuple, qui parlait une langue, forma de nouvelles appellations par l'emprunt. (Raynouard 1838, xxvj)

  • 12 En fait, il n'existe pas de révolution scientifique dans les sciences du langage, comme dans les au (...)

10Raynouard refuse une étude trop théorique de la langue. Cependant, on ne passe pas de la Grammaire générale à l'étude comparée des langues aussi abruptement12. Nous trouvons encore chez Raynouard des traces de l'ancien courant linguistique, et ce malgré le paradoxe apparent entre comparatisme et étude « philosophique » de la langue.
On retrouve ainsi dans l'œuvre de Raynouard le lexique de la Grammaire générale :

On semblait admettre que ces patois s'étaient formés au hasard ; sans qu'aucun résultat remarquable permît de les rattacher au système général et philosophique des langues que caractérisent les règles fixes et les principes reconnus. (Raynouard 1824b, 92)

On rencontre à plusieurs reprises ce terme « philosophique » associé aux idées linguistiques. Raynouard se proposait même de devenir « l'initiateur d'une philosophie linguistique » (Marcellesi 1997, 51). Le terme de « Grammaire générale » apparaît aussi :

Parce que je suis convaincu qu'une réunion de vocabulaire des patois de la France seroit non seulement utile à l'histoire, à l'étymologie des mots, de l'idiome français, mais encore à la grammaire générale. (Raynouard, 1824b, 97)

  • 13 « Un moyen heureux de compléter leurs travaux, ce seroit de remonter à l'origine de la langue, d'en (...)

11Les collusions avec la Grammaire générale sont ici lexicales. Si Raynouard emploie les termes de ce courant, il semble qu'ils ne désignent plus tout à fait la même chose. La confusion vient peut-être de la multiplicité des niveaux d'étude de la langue. Raynouard ne semble pas avoir démêlé ces différents niveaux d'analyse. En effet, ce qui chez lui reste proche, au moins en ce qui concerne le vocabulaire, de la Grammaire générale, c'est l'aspect « grammatical » de l'étude de la langue. On ne trouve jamais la distinction chez Raynouard entre ce qu'on appellerait aujourd'hui syntaxe et phonétique. Il nous apparaît également que la préférence de Raynouard pour un comparatisme structurel témoigne d'une influence de la Grammaire générale. N'oublions pas non plus que Raynouard avait abordé l'étude des troubadours dans le but de rendre compte de prétendues incohérences du français moderne13. Cette volonté de prouver la logique de la langue rappelle les préoccupations des moines de Saint-Maur. Raynouard ne rompt pas entièrement avec la Grammaire Générale, son étude de la langue ne se fera pas encore « en elle-même et pour elle-même ».

Langue et culture

12D'autant plus que Raynouard appréhende la langue comme un fait historique, elle évolue au fil du temps. La remarque peut paraître anodine mais elle est alors novatrice. Quel sens prend, alors, chez Raynouard le changement linguistique ? Comment est-il appréhendé ?

13Le vocabulaire employé est, à cet égard, significatif. L'évolution de la langue n'est jamais vue de façon objective, les termes qui la décrivent sont toujours connotés. Pour décrire les états de la langue latine qui évolue en « langue romane », on trouve des expressions comme : « la décadence de la langue latine (Raynouard 1816, 16) » ou « la langue latine était tombée dans un état de corruption (Raynouard 1816, 16) ». Il en va de même du passage de la langue des troubadours aux variétés occitanes modernes : « les formes graduelles de cette dégénération » ou « ces altérations » (Raynouard, 1824b, 93).

  • 14 Dans la nouvelle problématique qui se constitue outre-Rhin, les langues apparentées se succèdent da (...)

14S'il a rendu compte de l'évolution linguistique, encore lui faut-il expliquer ces changements. Suivant la tendance française de l'époque, il se réfère au contexte historique14.

15Chez Raynouard, les changements linguistiques accompagnent invariablement les bouleversements politiques. Ainsi, la langue latine se transforme sous l'impulsion des conquérants barbares qui anéantissent Rome. Mais ceux-ci ne remplacent pas le latin par leurs langues d'origine, ils en modifient les règles et la prononciation :

Le mélange de ces peuples qui renonçaient à leurs idiômes grossiers, et adoptaient l'idiôme des vaincus que la nécessité d'entretenir les rapports religieux civils et domestiques, ne pouvait qu'être funeste à la langue latine. La décadence fut rapide (Raynouard 1816, 13).

16Comment la langue latine avait ainsi pu se maintenir bien que dénaturée ? C'est encore l'Histoire qui l'explique. En effet, selon Raynouard, c'est son statut de langue officielle du christianisme qui lui permet de perdurer malgré les invasions :

L'Occident avait été envahi par différentes nations mais, à travers le choc des opinions, des mœurs, des intérêts, et des vœux opposés, l'autorité de la religion assujettissait les chefs et les citoyens à l'usage de la langue latine. (Raynouard 1816, 12)

17Pour délimiter l'espace de formation de la langue romane, Raynouard va faire appel à l'histoire politique. Selon lui, le domaine de la langue romane coïncide avec les territoires des Goths et des Carolingiens :

Mais en quel temps et en quels lieux a été formé ce type commun, qui a créé cette langue romane primitive ? Au lieu de résoudre cette question, j'exposerai les faits suivants. Les pays où sont nés les idiomes de langue latine ont été occupés, à deux époques successives, par deux puissances sous l'empire desquelles la langue a pu devenir commune ; par les Goths, dans le vie siècle ; par Charlemagne, dans le VIIIe. Il est permis de croire que, d'une époque et d'une domination à l'autre, la langue primitive est née, ou du moins s'est répandue, et a été ensuite modifiée par chaque peuple. (Raynouard 1818b, 591)

De cette intime liaison il résulte également que l'étude de la langue d'un peuple et de son évolution permettra de connaître l'histoire de ce peuple :

Ai-je à connaître les mœurs, les usages, les lois, le caractère, le gouvernement, etc., d'un peuple qui n'existe plus, ou d'un peuple chez qui on ne peut pénétrer ? Si j'obtiens seulement le vocabulaire de leurs langues, il me révèlera bientôt diverses indications qui m'aideront à rendre une idée plus juste de leur histoire et de leur gouvernement. (Raynouard 1838, xix)

  • 15 « En redéfinissant l'étymologie comme une analyse de l'origine et de l'évolution des mots, en tant (...)

18Les manifestations concrètes de ces changements, nous les trouvons dans la langue grâce aux études étymologiques. Celles-ci permettent de mettre à jour les bouleversements historiques et sociaux qui ont influé sur l'évolution linguistique. Nous retrouvons dans cette vision de l'étude étymologique les vues de Turgot15.

19Ce dernier avait la même conception de l'évolution des langues que Raynouard. La langue s'étoffe au fur et à mesure du développement de la civilisation qui l'emploie et crée par là un nouveau vocabulaire pour rendre compte des avancées de la pensée.

S'il est dans la science et dans l'étude des étymologies une partie purement conjecturale qui conduit parfois les linguistes dont le désir est de paraître habiles, à des explications aussi inattendues que bizarres, il existe aussi, dans la même science, une partie essentiellement philosophique, digne de l'attention et l'examen des hommes qui aiment à réfléchir sur les besoins et sur les ressources, sur la marche et sur les progrès de l'esprit. Il est beau de rechercher et de reconnaître, dans les développements d'une langue, les caractères simples et naturels qui ont produit successivement les expressions devenues nécessaires à mesure que les rapports de la société augmentaient, et que de nouveaux besoins, de nouvelles idées manquaient de termes pour les développer. (Raynouard 1838, xxvj)

20L'évolution lexicale est liée au contexte intellectuel environnant. Raynouard va plus loin, il justifie les différences phonétiques entre les langues par des raisons culturelles. Les langues latines se seraient éloignées du type commun de la « langue romane » suivant des règles esthétiques propres à chaque nation. Cette notion linguistique est retranscrite dans l'œuvre de Raynouard par le principe d'« euphonie ». Le critère de beauté influe directement sur la phonétique d'une langue :

Souvent la langue française ajoute un E final muet euphonique à des mots que le roman terminoit en consonnes, tels que les substantifs et les adjectifs, HOM, JOI, PARJUR, FERM, etc., etc., qui devinrent HOMme, JOIe, PARJURe, FERMe, etc., etc. (Raynouard 1821, XVII)

  • 16 « J'ai traité la langue des troubadours comme une langue morte, dont la prononciation n'étoit pas n (...)

21Bien que fondant son étude sur le comparatisme et donc l'aspect concret du langage, Raynouard ne prend cependant pas totalement en compte leur valeur sonore, ni les aspects articulatoires des sons16.

22Les changements phonétiques ne sont donc généralement pas expliqués par des phénomènes physiques mais en faisant intervenir des notions esthétiques :

On est souvent étonné de ce qu'un pareil ordre de correspondances s'est établi dans les temps où l'usage et l'euphonie dirigeaient seulement les personnes qui parlaient le roman et celles qui parlèrent ensuite le français. (Raynouard, VI, 1821, XXVI)

C'est ainsi que chez Raynouard, langue et culture ont une destinée commune. Leurs évolutions sont intimement liées.

C'est une sorte de phénomène littéraire que cet idiome, qui, jusqu'au xive siècle, n'avoit éprouvé aucune altération profonde, soit devenu presque méconnoissable dans les patois actuels, à moins qu'en ne les examinant on ne soit instruit des règles primitives, et qu'on ne sache distinguer les formes graduelles de cette dégénération, de ces altérations qui furent par-tout l'effet inévitable de la prononciation locale et populaire, prononciation qui devoit inévitablement changer peu à peu les terminaisons, les inflexions d'un idiome qui n'était plus lu ni écrit. (Raynouard 1824a, 175)

23Cette période de stabilité de la langue des troubadours correspond à la période de leur activité poétique, sa « dégénération » est due à l'arrêt de la production littéraire. C'est, plus largement, l'écriture littéraire qui permet à la langue de maintenir ses formes.

  • 17 « Il s'agit bien d'un texte, au sens le plus large (son tissage occupe trois siècles, sa tessiture (...)

24Cette corrélation entre langue et littérature que l'on rencontre chez Raynouard nous autorise ainsi à étudier conjointement ses conclusions linguistiques et littéraires. Nous reprendrons ici les termes et le concept de « texte troubadour », empruntés à Robert Lafont, pour décrire le commentaire séculaire de la poésie des troubadours17.

  • 18 Cet ouvrage semble être une concession de Raynouard au goût du grand public qui préférait une descr (...)

25Raynouard devra bien sûr se confronter à ce « texte » et prendre sa place au sein de cette mythification. Bien que ne se proposant pas principalement d'être un commentateur de la poésie des troubadours, Raynouard avait donné quelques éléments sur la civilisation qui les avait vus s'épanouir. On les trouve majoritairement dans le deuxième tome du Choix (Raynouard, II, 1817a) dans les Dissertations sur les troubadours, sur les cours d'amour. Ces recherches devaient également être publiées séparément sous le titre Des troubadours et des cours d'amour18 (Raynouard 1817b)

26On retrouve chez Raynouard une vision fantasmée de la chevalerie :

D'abord j'essaierai de reproduire les sentiments tendres et affectueux de ces amants passionnés et timides, les vœux, les craintes, la soumission, les espérances, et la reconnaissance de l'amour ; on verra sans doute avec plaisir l'expression d'une tendresse toujours vive et fidèle, souvent ingénieuse, d'une franchise délicate, d'une résignation touchante, enfin tout ce qui constitue et distingue le caractère de leur passion chevaleresque. (Raynouard 1817b, V)

27Cette citation nous montre tout ce qui caractérise, pour Raynouard, cet esprit « chevaleresque ». La poésie des troubadours est une poésie ingénue. Le commentaire des troubadours ne s'intéresse qu'à la poésie « amoureuse », laissant de côté le reste de leur production qu'il édite malgré tout. Les aspects érotiques de leur poésie sont bien évidemment occultés. Il demeure en cela proche de la tradition qui l'a précédé.

  • 19 Alors qu'il annonçait prendre avec précaution Nostredame pour l'élaboration des biographies des tro (...)

28Reprenant le mythe des Cours d'amour lancé par Jean de Nostredame (1507-1577)19, transmis au Romantisme par l'intermédiaire de Fabre d'Olivet (1767-1825) (cf. Lafont 1982), Raynouard perpétue la supercherie dans le deuxième tome du Choix où nous trouvons des dissertations sur les troubadours, sur les Cours d'amour, etc. Il renforcera même cette tradition en invoquant de nouvelles sources.

  • 20 Sainte-Palaye, l'abbé Millot, Sismondi, Guinguené.
  • 21 André le Chapelain, auteur français, dont l'identité exacte reste inconnue, écrivit entre 1181 et 1 (...)

Comme les écrivains20 qui, avant moi, ont traité ce point intéressant de notre histoire, je serais réduit à ne présenter que des conjectures plus ou moins fondées, si dans l'ouvrage de maître André, chapelain de la cour royale de France, ouvrage21 négligé ou ignoré par ces écrivains, je n'avais trouvé les preuves évidentes et les plus complètes de l'existence des cours d'amour durant le xiie siècle, c'est-à-dire de l'an 1150 à l'an 1200. (Raynouard 1817b, LXXX)

Raynouard teinte ce mythe de romantisme lorsqu'il donne le code suivi dans ces tribunaux amoureux. Ce code, il le découvre dans l'ouvrage d'André le Chapelain (Raynouard 1817b, CIII) qui l'attribue, lui-même, à un « chevalier breton » :

L'auteur expose de quelle manière le code d'amour fut apporté par un chevalier breton, et publié par les cours des dames et des chevaliers, à l'effet d'être la loi de tous les amants. (Raynouard 1817b, CIII)

29Raynouard intègre les cours d'amour à la mythologie celtique, et il les rattache à la légende d'Arthur puisque ce « chevalier breton » était à sa recherche.

  • 22 Sismonde de Sismondi, Histoire des Français, Paris, 1823, T VI.
  • 23 Augustin Thierry, Lettres sur l'Histoire de France, Paris, 1827.
  • 24 Guizot, Leçons d'histoire de la civilisation européenne, Paris, 1845. Il avait donné ces leçons en (...)

30La réécriture politisée de l'histoire de l'« Occitanie » médiévale avait également connu un large succès (cf. Martel 1982). La première moitié du xixe siècle vit en effet se multiplier les ouvrages traitant de l'histoire du Midi, plus particulièrement les années 1100 à 1250. On retrouve cet intérêt chez Sismondi22, Augustin Thierry23 et Guizot24. Pour ces auteurs, le Midi médiéval revêt un aspect idéal, cette vision idyllique n'est en fait qu'un moyen pour eux d'exprimer leurs idées politiques sans risquer la censure. C'est ainsi que la civilisation des troubadours fait figure, au travers de leurs écrits, de Renaissance avant la Renaissance. La culture et le commerce sont à leur apogée et le Midi est alors quasiment démocratique (cf. Martel 2002, 24)

31Chez Raynouard, on ne retrouve pas cette avance prise par le Midi sur le chemin des « lumières ». Il traite, pourtant, lui aussi, le sujet des libertés municipales dans son Histoire du droit municipal (Raynouard 1829a). Il ne va pas aussi loin que ses devanciers et surtout il ne restreint pas le système républicain au Midi, mais l'étend à toute la France malgré des spécificités régionales. Il n'y a donc pas chez Raynouard de Midi politiquement plus « éclairé » que le Nord.

32On le sait, le Romantisme, délaissant l'Antiquité, se tourne vers le Moyen Âge, ou plutôt le réhabilite, pour y trouver les sources des nationalités européennes. On voit dans ce Moyen Âge, l'époque de gestation de l'esprit européen moderne, l'époque qui s'est affranchie de l'Antiquité pour créer selon ses propres règles.

33On retrouve cette idée dans l'histoire littéraire que donne Raynouard. Pour lui, la poésie des troubadours ne doit pratiquement rien aux modèles antiques :

Quoique, dans les écrits de ces poètes, on rencontre plusieurs allusions, plusieurs imitations qui prouvent d'une manière incontestable que les chefs-d'œuvre de la littérature latine, et même ceux de la littérature grecque, ne leur ont pas été tout à fait inconnus, il n'en est pas moins évident qu'ils n'avaient pas le goût assez formé, assez exercé, pour admirer avec utilité et reproduire avec talent les beautés des classiques grecs et des classiques latins. (Raynouard 1817b, II)

Malgré ce jugement négatif, on voit apparaître une nouvelle forme d'art dont Raynouard reconnaît l'originalité :

Ainsi tout concourait à ce que la littérature des troubadours se distinguât par ce caractère d'originalité qui n'avait pas encore été assez remarqué ; c'est sous ce rapport principal que l'on doit examiner et apprécier le fond et la forme de leurs compositions afin de ne pas contester à ces poètes le talent et la gloire d'avoir créé un genre indépendant, devenu pour une partie de l'Europe le type caractéristique et fécond de beautés de sentiments, d'image et d'expressions, qu'on a cru pouvoir distinguer des beautés de la littérature classique proprement dite. (Raynouard 1817b, III)

34Raynouard étend la « langue romane » à toute l'Europe latine et il voit dans la langue employée par les troubadours celle qui en a conservé le plus fidèlement les traits de celle-ci. Si linguistiquement la langue des troubadours est celle qui se fixe la première sous une forme « pure », la poésie des troubadours est également le reflet de la civilisation de « langue romane ». Le reflet le plus abouti mais aussi le plus fidèle, si nous poursuivons le parallèle entre langue et culture.

L'idiôme roman devint la langue de plusieurs pays ; ce fut sur-tout dans les ouvrages des troubadours que ses principes grammaticaux se développèrent, et se maintinrent en leur plus grande pureté. (Raynouard 1976, 5)

35Le parallèle ainsi établi, les troubadours représentent les valeurs de l'Europe médiévale. On sait l'importance accordée au christianisme dans la fondation de la pensée européenne pour les romantiques. Cette influence de la religion chrétienne, nous l'avons déjà vue dans la formation de la « langue romane ». Une fois de plus l'héritage antique, bien que présent, va céder du terrain face à cette civilisation qui se met en place. Raynouard cite ainsi Grégoire le Grand :

Nous ne pouvons, écrivait-il, rappeler sans honte que votre fraternité explique la grammaire à quelques personnes ; c'est ce que nous avons appris avec chagrin, et fortement blâmé... Nous en avons gémi. Non, la même bouche ne peut exprimer les louanges de Jupiter et celles du Christ. Considérez combien, pour un prêtre, il est horrible et criminel d'expliquer en public des livres dont un laïque pieux ne devrait pas se permettre la lecture. (Raynouard 1816, 15)

36C'est grâce à cette censure de l'Église que la langue romane s'éloigne du latin, en même temps que la culture s'éloigne du modèle antique. Raynouard donne, en quelque sorte, chair à la vision romantique du Moyen Âge comme temps de genèse de la culture européenne. On pourrait ainsi faire un rapprochement avec les réflexions contemporaines sur le sanskrit. La « langue romane » fait figure de langue mère de l'Europe latine en même temps que la culture qu'elle véhicule est aux sources de l'Europe romantique et moderne. Raynouard propose une linguistique romantique.

37Néanmoins, par les éditions qu'il donne des troubadours, les premières rappelons-le, il va bouleverser les commentaires que l'on en fait. En effet, la possibilité de se référer aux textes va permettre de rétablir quelques vérités et couper court à certains fantasmes. C'est ainsi que ce thème perd de son intérêt et qu'après une vogue assez grande dans la vie intellectuelle française, la question des troubadours va prendre moins de place.

38Terminons par cette remarque, Raynouard ne s'intéressera plus au « texte troubadour » dans le Lexique. Il semble bien qu'entre temps il ait découvert la part de fable que contenait la vision idéalisée du Moyen-Âge :

Je regrette que l'histoire ne me permette plus de croire aux vertus généreuses, à la loyauté magnanime des chevaliers du douzième et treizième siècles, qu'à l'amour spirituel et délicat de ces bergers, que nos galants romanciers, à une époque postérieure, si scrupuleusement tendres, et si patiemment fidèles.
Triste vérité qu'il n'est pas permis de taire ! ces mêmes hommes qui avaient brillé dans les tournois se servaient de leur réputation de bravoure et de leurs moyens guerriers, pour attaquer injustement leurs égaux ou leurs supérieurs, pour opprimer lâchement les faibles ; ils osaient même détrousser publiquement sur les grands chemins, les paisibles voyageurs qui auraient eu le droit de réclamer leur protection contre d'autres brigands. (Raynouard 1829a, 282)

Cette lucidité sur la période du Moyen Âge transparaît également dans un commentaire de Raynouard sur l'œuvre de Cervantès. On note un certain désenchantement dans cette prise de conscience du mensonge littéraire :

Mais qu'ils ne perdent pas de vue que l'immortel Cervantes, dans son ingénieuse satyre de Don Quixotte, a plus d'une fois exprimé son opinion contre l'existence des chevaliers errants et redresseurs de torts et que son ouvrage si justement célèbre, n'a pas été conçu et exécuté dans l'intention de décréditer la chevalerie errante, qui n'aurait jamais guère existé que dans les romans, mais pour livrer aux sarcasmes et aux railleries des lecteurs les écrivains extravagants qui s'amusaient à composer des romans contenant les prétendus exploits, les prouesses imaginaires des chevaliers errants. (Raynouard 1833, 661)

Raynouard et « l'occitanisme »

39Raynouard donne ainsi à la langue et à la poésie des troubadours un rôle majeur dans la constitution de l'Europe médiévale et moderne. Quelle place l'occitan moderne et sa littérature occupent-ils pour lui ? La question est d'autant plus intéressante que ses travaux de médiéviste ont largement contribué à une nouvelle « revendication occitane ».

40Tout d'abord, rappelons que, dans un premier temps, la langue des troubadours n'était pas, chez Raynouard, pleinement individualisée mais renvoyait à la « langue romane ». Il lui donnait par la suite une existence pleine sous la dénomination de « langue romane provençale ». Ces termes permettent une meilleure identification entre occitan ancien et moderne. Raynouard les préfère à « occitanien » ou « occitanique » que l'on rencontre chez Rochegude ou Fabre d'Olivet. Il s'en explique dans un article à propos de l'édition des poésies des troubadours par Rochegude (Rochegude 1819) :

Et quoique, par le titre de GLOSSAIRE OCCITANIEN, il semble n'aspirer qu'à la reconnoissance des Languedociens, j'ose lui répondre d'avance de celle des Provençaux, dans toute la latitude que ce nom avoit anciennement. (Raynouard 1820b, 372)

Il donne ensuite en note ce sens de « provençal » :

Quant au nom de PROVENÇALE, qu'on donna à la langue dont on se servoit dans les provinces méridionales de la France, après que les peuples des pays septentrionaux eurent adopté un idiome différent, il est certain qu'elle ne fut pas ainsi nommée, parce qu'elle fut d'abord particulière aux peuples de Provence proprement dite, mais à cause qu'elle comprenoit alors sous le nom de Provençaux, tous les peuples de la partie méridionale de la France, &c., &c. (Histoire générale du Languedoc, t. II, p. 226.). (Raynouard 1820b, 373)

41Même s'il entend bien par provençal la langue d'oc dans sa totalité, l'emploi de ce mot dénote tout de même une certaine distance vis-à-vis d'une prise de conscience occitane.

42Les auteurs occitans du début du xixe siècle pourront cependant reconnaître une identité entre leur langue et celle des troubadours car Raynouard assure que les « patois du Midi » sont les descendants de la langue des troubadours :

Aujourd'hui on ne révoque plus en doute que, dans le Midi de la France, une langue dominante, celle des troubadours, n'ait été soumise à des formes sagement déterminées, [...], il est curieux pour les personnes qui étudient cette langue, et il n'est pas indigne des grammairiens les plus habiles, de vérifier, d'examiner dans les patois nés de cette langue et qui lui ont survécu, les diverses et nombreuses altérations qu'elle a subies, de les constater et d'en expliquer les causes. (Raynouard 1824b, 92)

Les dialectes occitans modernes en sont même restés très proches. À propos du languedocien il écrit :

Le fonds de la langue est resté à peu près le même, quant à la grammaire, et quant à l'acception des mots ; mais c'est principalement dans les désinences qu'existent des différences produites soit par la suppression de la consonne finale, ou par son changement en diphtongue, soit par le changement de la voyelle finale en une autre voyelle ou en diphtongue, d‘autres changements ont été l'effet du changement des voyelles intérieures, telles que l'O, l'U en OU. (Raynouard 1820-1821, 397)

43Dans les « patois » nés de la langue des troubadours, Raynouard englobe les différents dialectes de l'occitan moderne. Il est, par exemple, certainement un des premiers à reconnaître dans le limousin (Raynouard 1824b) un héritier de la langue des troubadours, il est vrai que celui-ci était loin de l'image qu'on avait alors de la poésie occitane médiévale. Il a ainsi conscience d'une unité linguistique au sud de la Loire.

  • 25 « Il a eu soin d'avertir des altérations que l'ancien langage a subies. Quand on les connoît, on pe (...)

44Cependant, la langue moderne n'a pas la même valeur que son ascendante puisqu'elle serait née de son « altération25 ». C'est la Croisade des Albigeois qui explique l'extinction de la culture des troubadours et par là même l'évolution de la langue. Paris étant devenu, après la Croisade le centre d'attraction culturelle et politique de la France, la langue des troubadours n'avait plus de terrain d'expression et se modifia :

Ainsi la langue romane, ce bel idiome des troubadours, n'avait plus aucun moyen de se produire et de se maintenir hors de l'usage domestique dans lequel elle resta reléguée. (Raynouard 1976, 390)

  • 26 Nicolas Béronie, Dictionnaire du patois du Bas-Limousin, Tulle, Drappeau, 1824.

45Malgré sa vision d'un occitan moderne déchu, Raynouard va s'y intéresser dans quelques travaux. Il est associé à plusieurs projets d'édition de dictionnaires d'occitan moderne. Il apporte ainsi son aide à l'abbé Béronie (1742-1820) en obtenant une bourse pour la publication de son dictionnaire26 tout en aidant à sa rédaction :

J'engageai avec lui [l'abbé Béronie] une correspondance qui bientôt eut pour objet le dictionnaire même dont je rends compte en ce moment. Le manuscrit me fut envoyé, et son excellence le ministre de l'Intérieur ayant accordé une somme de 300 francs pour l'impression elle commença en 1820 : M. l'abbé de Béronie m'en faisait passer les feuilles que je lui renvoyais avec mes observations ; mais il mourut lorsque l'impression en était vers la lettre i. (Raynouard 1824b, 93)

46Raynouard participe également à la réédition du dictionnaire de l'abbé de Sauvages (1710-1795). Sa contribution à la réimpression de ce dictionnaire consiste en une dissertation sur les rapports entre la « langue romane » et le languedocien (Raynouard 1820-1821). La participation de Raynouard à un tel dictionnaire prouve ses contacts avec un milieu intellectuel intéressé par la langue contemporaine.

  • 27 Jean Joseph Marin Diouloufet, Leis Magnans, Aix, Pontier, 1819.

47Raynouard aide également plusieurs entreprises de renaissance littéraire. Il rend par exemple les mêmes services à Jean-Joseph Diouloufet (1771-1840) qu'à l'abbé Béronie. Diouloufet ayant en projet un long ouvrage poétique sur les vers à soie et la Provence, décide de demander l'aide de Raynouard. Celui-ci accepte et corrige les passages que Diouloufet lui envoie, et l'aide à obtenir des aides financières pour la publication de son poème27. Diouloufet écrit ainsi à Raynouard :

J'avais besoin de faire connaître au public la reconnaissance que je vous dois pour toutes vos bontés et pour les corrections que vous avez daigné faire à mon poème, je vous prie d'en recueillir de nouveau ici, Monsieur, tous mes remerciements. (cité in Merle 1990, 619)

L'implication de Raynouard dans ce travail est assez importante puisqu'il établit une graphie du provençal pour cette œuvre :

L'entreprise de Diouloufet lui apparaît digne de considération et il lui demande de traiter le provençal en langue : il lui impose des normes graphiques rigoureuses. Notation des signes grammaticaux, la plupart du temps non prononcés en Provence : s comme marque du pluriel, t des participes. Il insiste sur la notation des lettres étymologiques, la plupart du temps non prononcées elles aussi, sinon dans certaines liaisons. (Merle 1997, 57)

48Cette nouvelle graphie remplace la graphie patoisante qui notait les sons du provençal par les conventions orthographiques du français. Elle permet d'ancrer l'écriture de l'occitan moderne dans son histoire avec la langue des troubadours mais également avec les autres langues néo-latines (Merle 1997, 57). Cette graphie du provençal fut employée par Diouloufet dans son poème Leis Magnans en 1819, reprise par d'autres auteurs provençaux pour être, en 1853, adoptée par le Congrès des poètes provençaux. Dernière preuve de son intérêt pour les auteurs occitans contemporains, les contacts qu'il entretenait avec Joseph Rancher (1785-1843), écrivain niçois. Tout ceci ne doit cependant pas masquer une implication directe plutôt timorée de la part de Raynouard. Celui-ci reste avant tout un médiéviste pour qui les perspectives occitanes modernes comptent finalement peu, alors qu'une réflexion « occitaniste » n'était pas impossible dans la première moitié du xixe siècle. Ainsi Fabre d'Olivet fervent défenseur d'une création contemporaine en occitan reproche à Raynouard son manque d'engagement et de conscience occitane :

  • 28 Il ne peut s'agir que de Raynouard.

Ce motif a été d'empêcher un grammairien moderne de dénaturer la langue d'Oc et de la dépouiller de ses titres les plus précieux, en érigeant des fautes d'orthographe palpables, faites par des copistes ignorants, en principes de cette langue.
J'ai assez montré la source de l'erreur où est tombé cet académicien28, pour devoir m'abstenir d'en parler plus longuement ici. (Fabre d'Olivet 1989, 635)

49Bien que pauvre en perspectives renaissantistes, l'œuvre de Raynouard reste fondamentale pour une prise de conscience occitane. Par la redécouverte des troubadours la langue occitane réacquiert ses titres de noblesse. Raynouard y contribue d'autant plus qu'il montre l'identité des variantes médiévale et moderne et en intégrant la langue moderne dans ses recherches linguistiques, il en prouve par là même la dignité.

50Il reste cependant bien plus proche du courant romantique que d'une revendication occitane. L'éclairage des relations, encore obscures, entre Raynouard et Antoine Fabre d'Olivet permettrait certainement de mieux appréhender le rapport du philologue à la langue moderne. Il serait également intéressant d'étudier la façon dont son œuvre sera utilisée par des penseurs de la renaissance occitane comme Mistral ou Mary-Lafon.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Fabre d'Olivet, Antoine, La Langue d'Oc rétablie, Ganges, éditions Stanfeld, 1989.

Raynouard, François, Choix des poésies originales des troubadours, Paris, Firmin Didot, 1816-1821, 6 tomes.

Grammaire romane, ou grammaire de la langue des troubadours (1Firmin Didot, 1816) et Grammaire des langues de l'Europe latine (1Firmin Didot, 1821), Marseille, Laffite Reprints, 1976.

Des troubadours et des cours d'amour, Paris, Firmin Didot, 1817.

« Grammaire des Grammaires, ou analyse des meilleurs traités sur la langue française », Le Journal des savans, Paris, Imprimerie royale, 1818, 276-283.

« Observations de M. Schlegel sur la langue et la littérature provençales », Le Journal des savans, Paris, Imprimerie royale, 1818, 586-593.

« Essai d'un Glossaire occitanien, pour servir à l'intelligence des poésies des troubadours », Le Journal des savans, Paris, Imprimerie royale, 1820b, 367-373.

« Essai de comparaison de l'idiome languedocien actuel avec la langue des troubadours » Abbé de Sauvages, Dictionnaire languedocien français, Alais, J. Martin, 1820-1821, 397-400.

« Dictionnaire du patois limousin de Béronie », Le Journal des savans, Paris, Imprimerie royale, 1824, 92-97.

« Dictionnaire languedocien français de l'abbé de Sauvages », Le Journal des savans, Paris, Imprimerie royale, 1824, 174-180.

« Die Poesie der Troubadours, la poésie des troubadours, par M. Diez », Le Journal des savans, Paris, Imprimerie royale, 1828, 347-358.

« Grundzüge zu einer provenzalischen Grammatik nebst Chrestomathie », Le Journal des savans, Paris, Imprimerie royale, 1829, 345-354.

Histoire du droit municipal en France, Paris, Sautelet, 1829, 2 vol. 

« Recueil des Historiens des Gaules et de la France, t. XIX », Le Journal des savans, Paris, Imprimerie royale, 1833, 654-662.

Influences de la langue romane rustique sur les langues de l'Europe latine, Paris, Crapelet, 1836.

Lexique roman ou dictionnaire de la langue des troubadours comparée avec les autres langues de l'Europe latine, Paris, Silvestre, 1836-1844, 6 tomes.

Rochegude, Henri de, Le Parnasse Occitanien, Toulouse, Bénichet, 1819.

Schlegel, August Wilhelm, Observations sur la langue et la littérature provençales, Paris, Librairie grecque-latine-allemande, 1818.

Études

Baggioni, Daniel, « La linguistique française entre les Lumières et le positivisme (1816-1868) » in Klaus Dutz (éd.) Speculum historiographiae linguisticae, Münster, Nodus Publikationen, 1989, 139-159.

Baggioni, Daniel, « De Coquebert de Montbret et Raynouard au duo G. Paris/P. Meyer : Aux sources de la linguistique et dialectologie romanes françaises », Revue des Langues Romanes, 1996, no1, t. C, 135-162.

Lafont, Robert, « Le Midi des troubadours Histoire d'un texte », Romantisme, 35, 1982, 29-48.

Marcellesi, Jean-Baptiste, « Le romanisme de Raynouard », Lengas, 42, 1997, 45-53.

Martel, Philippe, « Les historiens du début du xixe siècle et le Moyen-Âge occitan », Romantisme, 35, 1982, 49-72.

Martel, Philippe, Les cathares et l'histoire ; 1820-1992 : le drame cathare devant ses historiens, Toulouse, Privat, 2002.

Merle, René, « Raynouard et la graphie du provençal : une rupture culturelle », Lengas, 42, 1997, 55-58.

Merle, René, L'écriture du provençal de 1775 à 1840, Lille, Atelier de reproduction des thèses/Béziers, Centre international de documentation occitane, 1990.

Schlieben-Lange, Brigitte, « Préhistoire de la romanistique : la contribution des Méridionaux avant Raynouard », Lengas, 42, 1997, 27-43.

Swiggers, Pierre, Histoire de la pensée linguistique, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

Thomas, Joan, Lingüistica e renaissentisme occitan. L'enjòc social de l'istòria de la lenga, s.l., Institut d'estudis occitans, 2006.

Haut de page

Notes

1 Brigitte Schlieben-Lange a montré ce que devait Raynouard à la tradition linguistique méridionale (Schlieben-Lange 1997).

2 Claude Fauchet (1530-1602), on retrouve son intérêt pour les questions linguistiques dans son ouvrage De l'origine de la poésie et de la langue françoise, Paris, Patisson, 1581, où il étudie, notamment, « la langue Romaine rustique » ou « Roman ».

3 Pierre-Daniel Huet (1630-1721), évêque d'Avranches.

4 Le toulousain Pierre Cazeneuve (1591-1652) a travaillé sur les origines de la langue française dans son œuvre Origines de la langue française publiée à la suite du Dictionnaire étymologique de Ménage (Gilles Ménage, Dictionnaire étymologique, ou origine de la langue françoise, Paris, Anisson, 1694).

5 Jean Lebeuf (1687-1760 ou 1763), chanoine d'Auxerre, est un des grands médiévistes français du xviiie siècle. Son Histoire de la ville de Paris et de tout le diocèse de Paris est utilisée pour les sources disparues qu'elle contient, Raynouard y a d'ailleurs eu recourt.

6 Claude de Vic et Joseph Vaissette, Histoire générale du Languedoc, Paris, J. Vincent, 1730-1745.

7 Les Bénédictins de la congrégation de Saint Maur.

8 Dans ses Monuments de la langue romane, depuis l'an 842 jusqu'à l'époque des troubadours, il donne les Serments de 842, « Le poème sur Boèce », les « Poésies des Vaudois », un « Fragment de la vie de Sainte Fides d'Agen », etc. Tous ces textes sont en occitan sauf les Serments de 842.

9 Que l'on compare la virulence des attaques contre Raynouard et la persistance de la thèse d'un latin vulgaire commun qui n'est finalement pas éloignée de l'idée de « langue romane ».

10 « Cette décomposition de la langue latine et la recomposition romane ne démontrent-elles pas jusqu'à la dernière évidence, que cette langue rustique, dont il nous reste ces deux fragments de l'an 842, [...]. » (Raynouard 1836b, 8)

11 « On peut dire de la langue grecque, que l'idiome roman a peu de ressemblance avec elle, soit pour les articles et les cas, soit pour les autres formes grammaticales, qu'il est très vraisemblable que, dans son origine, il n'emprunta rien de cette langue. » (Raynouard, I, 1816, 44)

12 En fait, il n'existe pas de révolution scientifique dans les sciences du langage, comme dans les autres sciences du même type, qui invalide toute la problématique ancienne. Celle-ci est toujours susceptible de coexister un certain temps, sinon tout le temps avec la nouvelle problématique. (Baggioni 1989, 142)

13 « Un moyen heureux de compléter leurs travaux, ce seroit de remonter à l'origine de la langue, d'en suivre les développements et les variations. On rendroit ainsi raison de beaucoup d'exceptions, qui ne paroissent qu'un caprice de l'usage, et qui tiennent pourtant à des règles anciennes, mais oubliées; [...]. » (Raynouard 1818b, 276)

14 Dans la nouvelle problématique qui se constitue outre-Rhin, les langues apparentées se succèdent dans une continuité qui assure leur parenté; ce sont des entités qui portent en elles les raisons de leur transformations; pour les auteurs français au contraire, il faudra souvent chercher dans l'histoire extérieure les causes de leur développement. (Baggioni 1996, 136)

15 « En redéfinissant l'étymologie comme une analyse de l'origine et de l'évolution des mots, en tant qu'entités sémantiques fonctionnant dans une culture, Turgot l'a conçue comme une partie essentielle de l'analyse d'une langue. » (Swiggers 1997, 222)

16 « J'ai traité la langue des troubadours comme une langue morte, dont la prononciation n'étoit pas nécessaire à l'intelligence de leurs ouvrages. » (Raynouard 1829b, 348)

17 « Il s'agit bien d'un texte, au sens le plus large (son tissage occupe trois siècles, sa tessiture couvre tout un champ de la sensibilité littéraire européenne) au sens le plus exact: les générations le retravaillent par la plume d'écrivains, nous suivons ce travail sur l'à-plat des éditions. Mais il ne s'agit pas du texte des troubadours lui-même. Celui-ci va rester une référence, à distance de laquelle l'autre texte, qui le remplace et le commente, produit son propre sens. » (Lafont 1982, 25)

18 Cet ouvrage semble être une concession de Raynouard au goût du grand public qui préférait une description de la civilisation médiévale à la lecture de poésie en version originale.

19 Alors qu'il annonçait prendre avec précaution Nostredame pour l'élaboration des biographies des troubadours, il cite ici ses travaux comme référence: « Les troubadours, et Nostradamus leur historien, parlent des cours établies en Provence; elles se tenaient à Pierrefeu, à Signe, à Romanin, à Avignon: Nostradamus nomme les dames qui jugeaient dans ces cours. (Raynouard 1817b, LXXXVIII) ». Ou encore « Les détails qui concernent les cours établies en Provence nous ont été transmis par Jean de Nostredame. (Raynouard 1817b, XCI) »

20 Sainte-Palaye, l'abbé Millot, Sismondi, Guinguené.

21 André le Chapelain, auteur français, dont l'identité exacte reste inconnue, écrivit entre 1181 et 1186 un traité latin inspiré d'Ovide intitulé De Amore.

22 Sismonde de Sismondi, Histoire des Français, Paris, 1823, T VI.

23 Augustin Thierry, Lettres sur l'Histoire de France, Paris, 1827.

24 Guizot, Leçons d'histoire de la civilisation européenne, Paris, 1845. Il avait donné ces leçons en 1827.

25 « Il a eu soin d'avertir des altérations que l'ancien langage a subies. Quand on les connoît, on peut se convaincre facilement que la seule prononciation locale a produit successivement des modifications, des changements qui aujourd'hui ne permettent plus reconnaître l'identité de l'ancien et du nouvel idiome, si l'on est instruit à fond de la manière constante et uniforme dont ces modifications, ces altérations ont été opérées. (Raynouard 1824b, 94) »

26 Nicolas Béronie, Dictionnaire du patois du Bas-Limousin, Tulle, Drappeau, 1824.

27 Jean Joseph Marin Diouloufet, Leis Magnans, Aix, Pontier, 1819.

28 Il ne peut s'agir que de Raynouard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Fabié, « Un romaniste romantique : François Raynouard », Lengas, 63 | 2008, 27-46.

Référence électronique

David Fabié, « Un romaniste romantique : François Raynouard », Lengas [En ligne], 63 | 2008, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/1305  ; DOI : 10.4000/lengas.1305

Haut de page

Auteur

David Fabié

Université de Toulouse-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org