Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Article établi à la suite d’une étude menée dans le cadre du thème « Contacts de langues et frontie (...)

Datganiad cyffredinol o hawliau dynol
Erthygl1
Genir pawb yn rhydd ac yn gydradd â’i gilydd mewn urddas a hawliau. Fe’u cynysgaeddir â rheswm a chydwybod, a dylai pawb ymddwyn y naill at y llall mewn ysbryd cymodlon

Déclaration universelle des droits de l’homme
Article premier
« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité. »

1Notre examen de la gestion de la langue galloise dans tout le territoire du pays de Galles nous amène à considérer plusieurs questions qui sont étroitement liées à ce sujet. Il s'agit de la question de l'identité galloise, et le problème des relations entre la langue et l'utilisation de la langue, et les institutions nationales ; car le combat pour préserver la langue est étroitement lié à l'histoire politique du pays de Galles au xxe siècle.

2Depuis 1998, le pays de Galles est doté d'une Assemblée nationale, qui siège à Cardiff et qui est habilitée à gérer la Principauté pour tout ce qui concerne les affaires internes : l'éducation, le transport, la santé, l'environnement, etc. Seuls les domaines de la fiscalité, la défense et les affaires étrangères sont régis par le gouvernement britannique à Londres. La dynamique du processus de la dévolution va au-delà d'une certaine autonomie gouvernementale pour les Gallois car cette réussite politique fait partie de l'histoire de la défense de la langue. En effet, les efforts du gouvernement gallois (Welsh Assembly Government) sont nombreux, dynamiques et à l'origine de toutes les initiatives.

La langue galloise

3Afin de mieux comprendre l'ampleur de la politique linguistique du gouvernement gallois et de mieux apprécier l'importance et l'impact réels de ses actions il convient de faire un rappel historique du déclin de la langue et des menaces qu'elle a subies.

  • 2 D'ailleurs, le Royaume-Uni n'a pas de langue officielle. Cependant, on y reconnaît certaines langue (...)
  • 3 En 1811, la population du pays de Galles est estimée à 673000 personnes; en 1851, elle grimpe à 116 (...)

4Le Royaume-Uni n'a jamais poursuivi une politique unilingue ou monolingue2, du moins pas de façon idéologique, contrairement à la France, par exemple. Cependant les différentes langues régionales des îles Britanniques ont souffert au cours des siècles de l'avancée inexorable de l'anglais, dont l'accélération a été favorisée par les développements technologiques (transports, presse, mass média...). La disparition de la langue de la Cumbria, et du cornique, et la réduction du nombre de locuteurs du gaélique écossais, du lallans, de l'ulster scots, du gaélique irlandais et du gallois sont le résultat de politiques économiques et de mouvements de populations, d'émigrations volontaires ou forcées. Le gallois était proscrit dans l'enseignement durant la deuxième moitié du xixe siècle. De même, la langue galloise a reculé devant l'immigration d'anglophones au cours du xixe siècle et au début du xxe siècle, venus trouver du travail dans les mines de charbon et dans les industries lourdes du sud du pays3.

  • 4 Au xiiie siècle, le Livre d'Aneirin commémorait d'importantes batailles, dont certaines remontent à (...)

5Avant de continuer, quelques informations à propose de la langue elle-même. Le gallois appartient au sous-groupe celtique « P », le Brythoneg/brittonique, avec le breton et le cornique. C'est une langue à mutations : les consonnes en positon initiale sont modifiées, de trois façons différentes en fonction des sons qui les précèdent. Les plus anciens témoignages de l'existence du gallois sont des inscriptions sur pierre datant du ixe siècle ; après cette date, ce sont les textes littéraires qui témoignent du gallois à travers les siècles4. On identifie aujourd'hui quatre variétés dialectales qui se parlent, géographiquement, dans le nord-ouest, le nord-est et le centre, le sud-ouest et le sud-est. Cette dernière est en voie de disparition. La plus grosse différence, de façon générale, est sensible entre le gallois du nord et la variante du sud. Les dialectes sont intercompréhensibles. Il y a des différences, surtout lexicales, mais aussi morphologiques (les formes du négatif). Il existe certaines différences phonétiques et aussi phonémiques.

6La normalisation de la langue écrite date de 1913 avec la publication de A Welsh Grammar. Cet ouvrage traite surtout de la phonologie et de la morphologie. L'antécédent de cet ouvrage et la référence littéraire du gallois moderne est la traduction de la Bible en gallois, édition de 1620. La standardisation de l'alphabet date de 1926, définie par une « Comité de l'orthographie » de l'université du pays de Galles. La relation entre la prononciation et l'alphabet s'avère plutôt simple.

7En ce qui concerne les néologismes en gallois moderne, une des fonctions du Bureau de la langue galloise est de créer des néologismes et de standardiser toute nouvelle terminologie. Différents comités composés de spécialistes et de linguistes travaillent dans leurs domaines professionnels, techniques, etc. mais leur rôle n'est pas prescriptif. La B.B.C. contribue également à la création de néologismes afin de répondre rapidement en gallois à une actualité brûlante. La langue parlée emprunte à l'anglais, surtout pour le lexique, mais les écoles d'expression galloise assurent la promotion des termes alternatifs gallois.

8Aujourd'hui, on trouve des dictionnaires anglais-gallois, publiés par différentes maisons d'édition (Collins, etc). Cependant, les deux références sont le grand dictionnaire gallois, Geiriadur Prifysgol Cymru, publié en 2002, en sept volumes, et le Welsh Academy English-Welsh Dictionary, publié en 2003. On estime qu'environ 500 traducteurs et interprètes travaillent au pays de Galles, leur occupation professionnelle étant dû, en partie, au respect obligatoire du bilinguisme imposé par les lois de 1967 et 1993.

9La conquête du pays de Galles par l'Angleterre en 1282 a fait du gallois une langue sans État, même si le territoire proprement dit était composé d'un ensemble de principautés plutôt que d'un État unitaire. Depuis lors, la langue occupe une position subalterne au pays de Galles. Les lois d'annexion (Acts of Annexation) de 1536 et 1542 sous Henri VIII, avaient comme but l'intégration du pays de Galles à l'État anglais, afin de créer une seule entité administrative et juridique. La langue fut proscrite dans la vie publique, limitée à la famille, à la communauté et à la religion. Paradoxalement, on reconnaît aujourd'hui que la langue doit sa survie à la Couronne anglaise, car pour des besoins de propagande religieuse la Bible fut traduite en gallois (William Morgan, 1588) et dès lors la langue fut liée à la religion, à la rébellion religieuse, à savoir le non-conformisme, et à l'identité galloise.

Évolution du nombre des galloisants

  • 5 En 1847, un rapport sur l'éducation au pays de Galles Les Livrets bleus (The Blue Books) déclara qu (...)

10Si, en 1851, lors du deuxième recensement national entrepris au Royaume-Uni, on note que 90 % de la population parle gallois, le déclin de la langue est toutefois assez rapide. La chute dans le nombre de galloisants est attribuable à la révolution industrielle, déjà évoquée, et surtout à une campagne active qui visait à éradiquer la langue parlée, du moins à l'école5. Le gallois est considéré comme une langue barbare, est stigmatisé et l'anglais est perçu comme étant l'instrument de l'instruction et de l'avancement social. Le nombre de locuteurs chute de façon spectaculaire pendant les cent cinquante années qui suivent. En particulier, le déclin fut brutal pendant la période 1921-39.

11Cependant, nous notons une remarquable inversion de la tendance entre les recensements de 1991 et 2001. L'augmentation du nombre de galloisants se trouve principalement parmi les jeunes, âgés entre 3 et 15 ans, et on observe une consolidation de la langue parmi les gens âgés de 16 à 44 ans. En effet, ce changement, ainsi que la distribution géographique des galloisants, sont les deux sujets qui seront développés ici. Nous examinons un phénomène qui représente une réussite à la fois culturelle et politique.

12Les premiers résultats révélés par le recensement de 2001 ont été publiés en mars 2003. 21 % de la population, à savoir 576000 locuteurs âgés de 3 ans ou plus parlent gallois, soit une augmentation de 2 % depuis le recensement précédent de 1991. Le pourcentage de la population qui sait parler, lire et écrire en gallois augmente de 13,6 % à 16,3 %. Encore 138000 (à savoir, 5 % supplémentaires) déclarent qu'ils comprennent le gallois sans savoir le parler. En bref, on estime que 662000 de personnes, soit 24 % de la population ont répondu qu'ils possèdent une ou plusieurs compétences linguistiques en gallois : c'est-à-dire qu'ils comprennent, parlent, lisent et/ou écrivent en gallois. Les pourcentages les plus élevés se trouvent en Gwynedd (76 %), Anglesey (70 %), Carmarthenshire (64 %) et Ceredigion (61 %).

La distribution géographique des galloisants et son évolution

13Les quatre régions citées sont les seules où plus de la moitié de la population parle gallois aujourd'hui. La distribution spatiale/géographique de la communauté des galloisants est spécifique. Traditionnellement, cette population est concentrée dans le nord et l'ouest, dans des zones rurales et agricoles. Il est clair que la distribution géographique observée lors des recensements (tous les dix ans depuis 1841) est maintenue aujourd'hui mais le reflux de la langue dans des termes géographiques est aussi très clair. Pendant les années 20 et 30 le soutien et la défense de la langue galloise étaient associés à la défense des communautés rurales isolées. Aujourd'hui le combat pour la défense et la promotion de la langue s'est déplacé. Le gallois est de moins en moins un phénomène uniquement géographique ; de plus en plus de locuteurs se trouvent dans le sud-est et le nord-est du pays. D'ailleurs, les communautés de l'ouest et du nord où la culture galloise dominait autrefois deviennent aujourd'hui moins autonomes et moins unies (dans tous les sens du terme). Ces mêmes communautés sont les plus menacées par l'arrivée d'immigrés anglophones, sans même évoquer l'omniprésence des mass média d'expression anglaise. Cette menace anglaise est donc le plus gros danger à la survie à long terme de la langue. Cette survie dépend de plusieurs régions où le gallois résiste comme première langue. On comprend alors la justification du programme d'aménagement spatial pour sauvegarder ces communautés et pour assurer une promotion plus étendue de la langue. Nous allons revenir sur cette distribution territoriale pour mieux comprendre et apprécier l'impact des initiatives linguistiques, des programmes de protection et de promotion de la langue.

Défense et promotion de la langue : perspective historique

14En 1962, le 13 février, lors d'une émission de radio sur la BBC, « Tynged yr Iaith » (Le Destin de la langue) le poète et dramaturge Saunders Lewis identifia le besoin d'action directe et musclée pour défendre la langue. Selon ce militant, ancien président du parti nationaliste, ne rien faire condamnait la langue à la disparition vers le début du xxie siècle. Le milieu des années 60 vit donc la renaissance d'un activisme culturel et linguistique, renforcé en 1965 par une réaction à une décision qualifiée d'impérialiste, à savoir la construction du réservoir de Tryweryn, qui nécessitait l'inondation d'une vallée et la disparition du village de Capel Celyn. Une des conséquences néfastes de l'approvisionnement en eau de la ville de Liverpool fut donc la destruction d'une communauté galloisante. Le nationalisme gallois, renaissant du milieu des années 60, est donc étroitement lié à la question de la langue. La prise de conscience stimulée par Saunders Lewis et la révolte contre le réservoir furent suivies par des actions plus militantes. En bref, le succès des activistes fut récompensé par la mise en place d'une législation et la création d'organismes pour assurer la défense et la promotion du gallois sur tout le territoire de la Principauté et dans tous les domaines. Nous devons mentionner donc les deux lois sur la langue galloise (Welsh Language Acts de 1967, 1993) ; l'inauguration d'une chaîne de télévision, Sianel Pedwar Cymru, S4C, en 1982 et la création en 1988 du Bureau de la langue galloise (Welsh Language Board/Bwrdd yr Iaith Gymraeg).

Le Bureau de la langue galloise (Welsh Language Board)

15Il s'agit d'un organisme quasi-autonome chargé de promouvoir le gallois et d'en faciliter l'emploi. Les lois prévoient que le gallois et l'anglais doivent être traités sur un pied d'égalité par les services publics et l'administration judiciaire. Le rôle du Bureau est de faire respecter ces lois, de superviser le développement et la mise en œuvre de programmes linguistiques par les services publics et de faciliter la promotion de la langue dans le secteur privé. En 2005-2006 son budget était de £ 12 514m (18817M).

16Ses fonctions principales, au nombre de cinq, sont :
— la promotion et la facilitation de l'utilisation de la langue galloise ;
— l'activité de conseil auprès du gouvernement central à Westminster, l'Assemblée nationale galloise et d'autres services publics à propos da la langue galloise ;
— la mise en place et le suivi des projets linguistiques ;
— la distribution des fonds et des subventions afin d'assurer la promotion de la langue ;
— la promotion du gallois dans le système éducatif.
Ses priorités sont très claires :
— augmenter le nombre de galloisants ;
— créer des occasions d'utiliser la langue ;
— modifier les habitudes linguistiques ;
— renforcer la place du gallois comme celle de la langue du pays, de tous les jours (« community language »).

17La grande stratégie pour relancer la langue dépend de la coopération des institutions ainsi que d'un processus de normalisation. « L'institutionnalisation » relève de l'introduction de la langue et sa présence, quotidienne, habituelle, dans les institutions les plus importantes de l'État, à savoir, le système juridique, le système éducatif et l'administration publique. La normalisation de la langue, appelée aussi « parallélisme », signifie que l'utilisation comme moyen de communication est étendue à une large gamme de situations normales, ordinaires, quotidiennes, surtout dans le secteur privé, les loisirs, les sports et les médias. En fait, ces stratégies avaient déjà été mises en place avant la dévolution et la création de l'Assemblée nationale en 1998.

Cependant, depuis 2003, on est passé à une vitesse supérieure. Début 2003, le gouvernement gallois, en collaboration avec le Bureau, a publié un document, Iaith Pawb (La Langue de tous). Ce plan d'action de très grande envergure vise la protection, le renforcement et la promotion de la langue galloise à travers tout le territoire national et dans tous les domaines possibles6. Régi par l'Assemblée nationale et mis en place par le Bureau, le document dénombre presque 70 initiatives, aires d'action, projets et plans (cf. annexe). Essentiellement, il comporte quatre stratégies pour l'aménagement linguistique au pays de Galles.

Le premier axe (acquisition planning)

18Cet axe concerne l'apprentissage de la langue, en particulier au sein de la famille ou à travers le système éducatif. L'apprentissage du gallois est obligatoire pour tous les enfants scolarisés et il existe un nombre grandissant d'écoles où la gallois est la langue de l'enseignement (27 %, 2002). Ces écoles sont très bien cotées pour la qualité de leur enseignement. Cependant, les enfants inscrits dans ces écoles ne sont pas forcément issus d'une famille galloisante. Toutefois, le recensement de 1991 a révélé que parmi les 22,8 % des familles où un seul ou les deux parents parlaient gallois, seulement 16,5 % des familles utilisaient la langue à la maison et la transmettaient à leurs enfants. L'association de bénévoles, Mudiad Ysgolion Meithrin assure la promotion de la langue dans les écoles maternelles. Plus d'un millier de groupes assurent donc l'éducation des tout petits en langue galloise dans les écoles maternelles et les jardins d'enfants.

  • 7 Entretien privé au Bureau de la langue galloise, à Cardiff le 4 mars 2005, avec Meirion Prys Jones, (...)
  • 8 Elaine Davis, «Welsh in the Family », Agenda, summer 2005, IWA: Cardiff, 2005: 12-14.

19De même, l'initiative « Twf » est un programme original et ambitieux qui concerne la petite enfance et qui cherche à encourager la transmission de la langue dans le contexte familial. Une première expérience a été menée à Carmarthen en 1999. Développé ensuite dans le nord et l'ouest du pays, régions où sont concentrés les galloisants, le programme a été en 2002 étendu à tout le territoire national. Ses trois objectifs sont les suivants : d'abord, éveiller les jeunes parents, les rendre conscients des possibilités et des valeurs du bilinguisme ; ensuite, influencer les professionnels ; et finalement, changer les comportements linguistiques dans le domaine privé de la famille. 22 responsables à travers le pays travaillent en liaison directe avec des sages-femmes et autres professionnels dans les milieux médical et social pour encourager les jeunes parents à parler gallois à leurs bébés et leurs enfants. Les responsables de ce programme au Bureau sont fiers de cette expérience qu'ils croient unique au monde. Ils reconnaissent que c'est un travail de longue haleine dont ils ne verront pas les résultats avant 20 ou même 50 ans7. Au bout de trois ans, une première étude indique que le programme connaît un certain progrès, une certaine réussite8. L'université de Bangor rendra compte, d'ici trois ans, d'une étude sur l'impact du programme « Twf ».

Le deuxième axe (usage planning) pour la promotion du gallois

20Celui-ci concerne la promotion de la langue parmi ceux qui la connaissent : faire en sorte que ce soit la langue choisie dans la vie privée tout comme dans la vie professionnelle. Un soutien financier est proposé à certaines organisations, parmi lesquelles on peut citer les « agences d'initiative linguistique » (mentrau iaith) qui sont au nombre de 25, un total de 250 personnes. Ces agences proposent toutes sortes d'aide et conseils pour la promotion du gallois à un niveau local. Leur premier but est la « normalisation » de la langue pour faire en sorte que le gallois soit ou devienne la première langue de choix « Menter a busnes » sont des agences qui soutiennent le développement économique du pays, proposant leurs services aux entreprises. Leur but principal est de maximiser le potentiel économique des galloisants, en encourageant toutes les créations d'entreprise, dans tous les secteurs de l'économie. Ils organisent des formations, des séminaires d'information, de marketing, etc. la distribution de documents, bref, tout pour soutenir de développement durable de l'économie galloise, en gallois. Le mouvement de la jeunesse galloise (Urdd Gobiath Cymru) promeut l'utilisation du gallois parmi les jeunes, et le festival culturel national, l'Eisteddfod (Eisteddfod Genedlaethol Cymru) bénéficie également de subventions afin d'organiser ce rassemblement annuel pour fêter l'identité galloise.

Le troisième axe (status planning)

21Celle-ci concerne la place de la langue dans la société, et est centrée sur le statut social de la langue (status planning). La réputation de la langue et sa valeur seront améliorées par la mise en place d'un cadre juridique et d'une législation. Trop longtemps handicapée par une réputation négative, que c'est une langue « barbare » et inutile, une idée que certains Gallois eux-mêmes défendent, le gouvernement gallois prévoit une intervention plus dynamique pour valoriser le bilinguisme et pour étendre les domaines où la maîtrise du gallois est considérée non seulement comme un plus mais où son utilisation serait obligatoire. Il s'agit notamment d'établir des programmes linguistiques plus avancés dans les organismes publics de l'État et aussi avec des partenaires tels que les banques, les compagnies de gaz, d'eau, etc.

Le quatrième axe (corpus planning)

22Celui-ci est défini par le Bureau et se concentre sur la langue elle-même, comme outil de communication au xxe siècle (corpus planning). Il existe déjà des comités chargés de trouver ou de créer des néologismes de développer une terminologie standardisée, adaptée à la vie moderne. De même, des outils de traduction existent, par exemple des nouveaux dictionnaires, y compris des outils de référence en ligne. Microsoft a commercialisé son logiciel Word en gallois en 2004.

23Toutes ces initiatives sont soutendues par le grand programme national Cymru Ar-lein/BroadbandWales (pays de Galles en ligne). Lancé en 2002, il vise une couverture nationale en lignes A.D.S.L. avant la fin 2007.

24Tous les programmes décrits jusqu'alors sont prévus à l'échelle nationale. Cependant, il s'avère que certaines zones géographiques sont ciblées plutôt que d'autres. Ces régions seraient délimitées par une ligne imaginaire qui relie les villes et régions suivantes :

i. Vale of Clwyd, Llangollen, Powys, Builth Wells, Ystradgynlais, la vallée de Swansea, Llanelli, Narberth, Fishguard ;
ii. Fishguard, Cardigan, Ammanford, Newport, Corwen, Ruthin ;
iii. Llanwrst, Bangor, Anglesey, Pwhelli, Machynlleth.

25Ce sont les régions « traditionnelles » de reflux de la langue mais s'ajoutent à celles-ci de nouvelles zones. Il s'agit de zones qui ont résisté jusque très récemment, qui sont restés assez cohérentes dans leur identité galloise, mais qui sont menacées à l'heure actuelle.

26Dans les quelques villes du nord, telles que Bethesda, Criccieth, Rhyl, Prestatyn et Conwy une arrivée importante d'anglophones diluent la « cohésion » galloise. Ces stations balnéaires ont connu depuis de nombreuses années l'arrivée de touristes anglais, ainsi que l'installation d'hôteliers, et de propriétaires de « B&B » (pensions) d'origine anglaise, les Gallois n'ayant pas exploité ce créneau économique. Cependant, hormis cette immigration connue, qui est un problème à travers tout le pays, depuis quelques années maintenant ces villes ont accepté d'accueillir un certain nombre de familles à problèmes, expulsées par les grandes villes du nord-est de l'Angleterre, notamment Liverpool et Manchester. Les problèmes linguistiques sont accompagnés de problèmes sociaux. La gestion de tous ces cas sociaux nécessite aussi la mise en place de structures sociales anglophones.

  • 9 John Aitchison et Harold Carter (2004, 131).

27Les problèmes de l'immigration d'anglophones sont exacerbés par le phénomène de l'émigration de galloisants, dont souffre une région en particulier, dans le sud-ouest. Il s'agit de l'est du comté de Carmarthen et de l'ouest de l'ancien comté de Glamorgan. Les éminents démolinguistes, John Aitchison et Harold Carter parle de « catastrophe9 ». Cette ancienne zone industrielle (production de charbon et de fer-blanc) est importante pour le nombre de galloisants et donc pour le pourcentage de la population qui parle gallois. Entre 1991 et 2001 le seul village de Pontyberem est passé de 80,5 % de galloisants à 73,3 %, un profil identique s'est présenté dans toutes les communes alentours. La question de la migration des seuls galloisants se pose alors.

28Néanmoins, on a constaté des zones de croissance de la langue et les travaux d'Aitchison et Carter (2004) permettent de visualiser les regroupements territoriaux de ces zones de gains et celles des pertes. L'utilisation de la classification automatique permet une appréciation de plus en plus nuancée de ces phénomènes.

29Le pays de Galles est divisé en 881 districts électoraux (wards), un découpage fait selon le nombre d'électeurs mais qui permet de circonscrire et de décrire dans des termes géographiques les flux et les nombres de galloisants. Nous avons reproduit une carte du pays de Galles illustrant les six cas de figures identifiés par les chercheurs gallois :

30— Catégorie 1 : 180 districts, montre un déclin du nombre de galloisants plus une augmentation du nombre de non-galloisants (d'origine anglophone et autres). C'est un scénario reconnu comme classique.
— Catégorie 2 : 289 districts, le plus grand nombre de districts, montre une augmentation des pourcentages de galloisants entre 1991 et 2001. Ceci est surtout typique du sud-est (les anciennes vallées à charbon au nord de Cardiff et du sud Pembroke dans le sud-ouest. Ceci correspond à une expansion dans le nombre de personnes de la communauté qui ont appris la langue.
— Catégorie 3 : 163 districts, représente les zones de croissance générale. C'est une augmentation générale de la population, de galloisants et de non-galloisants. Mais l'augmentation du premier groupe est due à l'arrivée de galloisants à Cardiff plus l'expansion de l'éducation en gallois. Ce phénomène concerne aussi quelques zones frontalières.
— Catégorie 4 : 86 districts, où l'augmentation du nombre de galloisants est faussée par l'arrivée de non-galloisants plus nombreux. C'est donc le pourcentage de galloisants d'origine locale qui diminue. Ce phénomène est constaté à Ceredigion, Carmarthen nord-est, Pembroke nord, Caernarfon et Bangor. Ces données seraient faussées par l'inclusion dans le recensement d'étudiants non-galloisants venus d'ailleurs, selon la tradition britannique de poursuivre ses études supérieures en dehors de la région d'origine.
— Catégorie 5 : correspond à 33 districts et indique une dépopulation générale, affectant donc les nombres et les pourcentages de galloisants et de non-galloisants. Cette distribution est éparpillée avec une petite concentration dans le sud, à Gower, et à Neath.
— Catégorie 6 : seulement 13 districts qui connaissent un pourcentage accru de galloisants mais dans un contexte de dépopulation générale.

31Il est évident que, même après ce bref survol, la question du territoire linguistique dans le pays de Galles est influencée par des forces concurrentes qui sont souvent contradictoires. Les données révélées par le recensement de 2001 confirment que pendant ces quinze dernières années la langue est davantage utilisée. Cependant, la bataille est loin d'être gagnée. Colin Williams, sociolinguiste, professeur à l'université de Cardiff, affiche un certain pessimisme même au vue de résultats que l'on pourrait croire encourageants. Parmi les problèmes les plus immédiats il y a la question de la durabilité des résultats. Si 43 % des enfants à l'école maternelle peuvent être comptés comme « galloisants » comment maintenir cet élan ? Seulement 0,3 % des étudiants dans les universités galloises se disent compétents en gallois (ce problème étant associé à la traditionnelle mobilité des étudiants au Royaume-Uni). De manière générale, les tendances sociologiques actuelles, telles que la fragmentation des familles et la disparition des réseaux traditionnels constituent un danger pour la transmission et la préservation de la langue dans le domaine privé. Comment encourager les locuteurs à opter pour le gallois en première langue, langue d'usage quotidien ? Comment assurer la qualité de la langue afin de préserver sa richesse, ses nuances, sa spécificité ? De même, comment éviter ou décourager l'alternance codique ou le mélange des deux langues, anglais et gallois ? Colin Williams a loué les efforts de certaines personnes qui fournissent un important effort personnel pour promouvoir le gallois, entre autres, il a nommé Ann Beynon, PDG de British Telecom Wales. Cependant, que faire face à l'apathie et au manque d'intérêt de la part des syndicats ?

Néanmoins, dans un avenir proche, Colin Williams craint que le plus grand danger ne provienne du fait qu'en 2007 le Bureau de la langue galloise disparaîtra et se fonctions seront intégrés au ministère gallois de la langue et de la culture. L'absence de conseillers indépendants sera aggravée par le fait que ce seront des fonctionnaires qui s'occuperont désormais de l'aménagement linguistique ; seulement 7 % des fonctionnaires au pays de Galles sont bilingues. Colin Williams espère que, dans la nouvelle configuration prévue pour la gouvernance du pays de Galles la langue prendra place dans le programme intitulé « Égalité des chances » (« Equal Opportunities »), assimilée aux actions contre la discrimination raciale, le sexisme et la discrimination liée à l'âge. Cependant, le salut doit venir du gouvernement gallois. En tant qu'agence suprême national, c'est le seul organisme qui puisse agir.

32Le gouvernement gallois pourrait s'inspirer des multiples exemples à travers le monde où on livre le même combat : légiférer, rédiger une charte de droits linguistiques, nommer un « médiateur » comme au Canada, en Nouvelle Zélande, en Irlande, au Pays Basque, en Catalogne, ... Bref, continuer à suivre les lignes générales préconisées par Joshua Fishman (1991). Cependant, en ce qui concerne l'Europe et l'aide européenne, le financement octroyé au pays de Galles pour la promotion du gallois en vue du développement économique touche à sa fin. Depuis l'élargissement de l'Europe, la priorité passe maintenant aux nouveaux adhérents, jugés prioritaires.

33En tout cas, la solution politique est aussi celle qu'offrent Aitchison et Carter. En l'absence d'un territoire central de la langue, territoire spatial et temporel, avec un territoire éclaté qui diminue face à la réalité des pressions économiques et sociales actuelles, le futur de la langue ne se trouvera pas dans un « ghetto » isolé, représentant un passé révolu. la langue doit jouer plutôt un rôle d'indicateur culturel, un marqueur, non-exclusif, de l'identité galloise.

34Ce sont des sujets et des arguments très complexes et la tâche reste difficile, car pour le gouvernement gallois il s'agit d'une opération sociale, pour capturer les cœurs et les esprits de la population galloise.

Haut de page

Bibliographie

Geiriadur Prifysgol Cymru, (ed. R. J. Thomas, Gareth A. Bevan and P. J. Donovan). Cardiff : University of Wales Press, 2002.

Welsh Academy English-Welsh Dictionary, (ed. B. Griffiths & D. G. Jones). Cardiff : University of Wales Press, 2003.

Iaith Pawb. Cardiff : Welsh Language Board, 2003.

Aitchison, John & Carter Harold, Language, Economy and Society, the Changing Fortunes of the Welsh Language in the Twentieth Century. Cardiff : University of Wales Press, 2000.

Aitchison, John & Carter Harold, Spreading the Word : the Welsh Language 2001. Talybont : Y Lolfa, 2004.

Cole Alistair & Williams Colin H., « Institutional Identities and Lesser-Used Languages in Wales and Brittany » in Regional and Federal Studies, vol. 14, p. 554-579, no4, 2004. Abingdon : Taylor and Francis, 2004.

Davies Janet, The Welsh Language. Cardiff : UWP, 1999.

Fishman Joshua, Reversing Language Shift, Clevedon : Multilingual Matters, 1991.

Jenkins, G. H. & Williams, Mari A. (ed.), Let's do our Best for the Ancient Tongue : the Welsh Language in the Twentieth Century. Cardiff : UWP, 2000.

Morris-Jones, John. Welsh Grammar : Historical and Comparative Oxford : OUP, 1913.

O'Neill Diarmuid, (ed.) Rebuilding the Celtic Languages : Reversing Language Shift in the Celtic Countries, Talybont : Y Lolfa, 2005.

Williams, Colin H. (ed.), Language in Geographic Context. Clevedon : Avon, 1988.

Haut de page

Notes

1 Article établi à la suite d’une étude menée dans le cadre du thème « Contacts de langues et frontiers » du programme quadriennal de recherche 2003-2006 Lieux, territoires, mémoire (Direction de la Recherche du Ministère de l’Éducation nationale — Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine). L’auteur tient à remercier Meirion Prys Jones, Jeremy Evas et Gwyn Jones du Bureau de la langue galloise et Colin Williams de l’Université de Cardiff pour leur aide précieuse.

2 D'ailleurs, le Royaume-Uni n'a pas de langue officielle. Cependant, on y reconnaît certaines langues minoritaires: le gallois, le gaélique écossais, le gaélique irlandais, le scots, le scots d'Ulster et le cornique. La Charte européenne pour les langues régionales et minoritaires, est ratifiée par le Royaume-Uni le 2 mars 2000.

3 En 1811, la population du pays de Galles est estimée à 673000 personnes; en 1851, elle grimpe à 1163000. En 2001 elle compte 2903085 des 59m habitants du Royaume-Uni. (Office of National Statistics).

4 Au xiiie siècle, le Livre d'Aneirin commémorait d'importantes batailles, dont certaines remontent à l'an 595. Les lois de Hywel Dda, qui étaient les lois du pays de Galles, sont consignées dans 42 textes qui sont apparus entre 1230 et 1500. Les Mabinogi, un recueil de contes écrits entre 1050 et 1170, sont une autre source historique importante.

5 En 1847, un rapport sur l'éducation au pays de Galles Les Livrets bleus (The Blue Books) déclara que la langue galloise était une langue barbare, une langue de dégénérés, et préconisa la promotion de l'anglais et de l'éradication totale du gallois. Ces recommandations furent mises en application avec vigueur.

6 www.bwrdd-yr-iaith.org/uk/en/cynnwys.php

7 Entretien privé au Bureau de la langue galloise, à Cardiff le 4 mars 2005, avec Meirion Prys Jones, Président, et Jeremy Evas, responsable, recherche et subventions.

8 Elaine Davis, «Welsh in the Family », Agenda, summer 2005, IWA: Cardiff, 2005: 12-14.

9 John Aitchison et Harold Carter (2004, 131).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moya Jones, « Aménagement linguistique et territoire au pays de Galles », Lengas, 63 | 2008, 97-120.

Référence électronique

Moya Jones, « Aménagement linguistique et territoire au pays de Galles », Lengas [En ligne], 63 | 2008, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/1317  ; DOI : 10.4000/lengas.1317

Haut de page

Auteur

Moya Jones

Professeur de Civilisation britannique
Université de Bordeaux III
U.M.R. 5222, Europe, européanité, européanisation

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org