Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christian Camps, Expressions et dictons occitans

Jean-Claude Foret
p. 149-152
Référence(s) :

Christian Camps, Expressions et dictons occitans. Paris, Christine Bonneton, 2007, 192 p. 13 €

Texte intégral

1Simultanément sortis ce printemps, ces deux livres sont d'intention, de forme et de thème très différents, mais révèlent cependant quelques points communs et des convergences profondes, car tous deux se présentent comme des listes alphabétiques montrant chacune un aspect particulier du langage parlé, et tous deux témoignent de la richesse et de la vitalité de l'occitan jusqu'à nos jours.

2Christian Camps a réuni 531 expressions et dictons occitans, suivis d'une liste de 545 variantes ou locutions complémentaires. Ces 531 entrées comportent chacune, outre l'expression en graphie occitane classique, une traduction littérale, une explication de son sens figuré (indiquant parfois ses équivalents français) et des commentaires précis la replaçant dans son contexte géographique et ethnologique. Comme tous les livres de cette série sur les parlers de France que propose l'éditeur Christine Bonneton, ce travail métalinguistique participe d'un parti pris de vulgarisation : les explications sont certes parfaitement documentées voire érudites, mais d'une limpidité propre à satisfaire tout curieux. L'auteur est coutumier de cette méthode, puisqu'il a déjà produit une œuvre lexicographique s'adressant au grand public (notamment, chez le même éditeur, un Dictionnaire du français régional du Languedoc, les Expressions familières du Languedoc et des Cévennes et Le Parler du Languedoc et des Cévennes).

3Expressions et dictons : le titre distingue nettement les deux types de locutions rassemblées, mais l'ordre strictement alphabétique de leur présentation permet, en les mélangeant, d'éviter une classification délicate et les problèmes de théorie et de méthode posés par toute typologie. L'arbitraire alphabétique s'avère souvent le meilleur de tous... On connaît la distinction établie par André Jolles (en 1930 en Allemagne, la traduction française du Seuil ne datant que 1972) entre neuf « formes simples » relevant de l'oralité, par opposition aux formes complexes de la littérature écrite, « ces formes qu'on appelle communément Légende, Geste, Mythe, Devinette, Locution, Cas, Mémorable, Conte ou Trait d'esprit », qui « ne sont saisies, ni par la stylistique, ni par la rhétorique, ni par la poétique », « qui ne deviennent pas véritablement des œuvres quoiqu'elles fassent partie de l'art, qui ne constituent pas des poèmes bien qu'elles soient de la poésie ». La parémiologie est évidemment concernée par la plupart d'entre elles.

  • 1 Yves-Marie Visetti et Pierre Cadiot, Motifs et proverbes. Essai de sémantique proverbiale, Paris, c (...)
  • 2 Cf. Grigorij Lvovič Permjakov, From proverb to folk-tale. Notes on the general theory of cliché, Mo (...)

4Le corpus parémique de plus de mille unités établi par Christian Camps et dûment expliqué par ses soins se montre donc statistiquement assez vaste et sémantiquement assez clair pour se prêter à toute une série d'approches : logique et structurale, stylistique, linguistique, poétique, folklorique. Le dicton est le lieu où se rencontrent un vieil engouement universitaire et une longue tradition mi-savante, mi-populaire, comme le font remarquer Yves-Marie Visetti et Pierre Cadiot1 : « les formulations sentencieuses en général — dicton, maxime, sentence, adage, précepte, aphorisme, prière... et jusqu'à l'insulte rituelle — sont un lieu privilégié pour une articulation entre l'analyse linguistique et celle des représentations collectives. » À chaque lecteur donc de s'en donner à cœur-joie selon ses goûts, depuis la récriture parodique (cf. en français : Tant va l'autruche à l'eau qu'à la fin elle se palme. Il faut battre son frère quand il a chaud...) ou poétique (compositions de strophes, à partir de proverbes réels ou inventés, à la manière de certaines balades de Villon qui attestent l'ancienneté du genre, ou des poèmes occitans de Ramon Busquet), jusqu'à l'étude la plus formelle, avec par exemple quantificateurs logiques et implications, dont semble raffoler le Russe Permjakov2.

5Contentons-nous de reprendre la distinction opérée par le titre entre expressions (les locutions d'André Jolles) et dictons. La première catégorie présente le plus souvent des énoncés de niveau « sous-phrastique », constitués par une comparaison, une métaphore ou une métonymie. Ces locutions comparatives ou comparaison stéréotypées se construisent en général soit à partir d'un adjectif (adrech de la man coma un ase de la coa/coma un pòrc que monta una escala, aimable coma una mosca d'ase, arrapat coma un cigalon a una platana, borrut coma las gautas d'una uòu), soit avec le nom d'une partie du corps (las mans traucadas coma una castanhièira, l'esperit ponchut coma lo cuol d'una tina, lo nas coma una cornalièra, los braces coma un gabian, lo morre coma un esclòp), soit comme complément d'un verbe (bufar coma una talabrena, créisser coma la mèrda al solelh, cantar coma un pòrc entravat a una cleda, se passejar coma un pòrc malaut, trantalhar coma una èga de trenta ans). La métaphore remplace souvent la comparaison dans une assimilation pure et simple des deux termes : es un escupit dins la gòrja d'un ase, es un pesolh revengut, es un taban embanat, es un vichut barrutlaire. Ces locutions imagées servent en général à caricaturer son semblable et à le définir psychologiquement, c'est-à-dire moralement.

6L'autre grande catégorie est celle des proverbes (« vérités d'expérience ou conseils de sagesse pratique », selon la définition du Robert). Le sens commun s'y manifeste pour le meilleur et pour le pire, misogyne parfois (La femna fa pissar tres òmes al còp dins una cogorda.), souvent conformiste ou cyniquement lucide (Fai de ben a Bertrand, que te pagarà en cagant. I a totjorn un topin per se trufar de l'ola = Es totjorn la padena que vòl mascarar lo pairòl.), du constat désabusé ou tautologique (Per pagar e morir es totjorn tròp matin) à l'injonction prudente (Cal bastir amb las pèiras de son pais. Val mai arencada sul pan que colomb que vòla. Qual caça cardonilhas e qual pesca tenilhas, crompa ni camp ni vinha.)

  • 3 Claude Martel et Jean-Claude Bouvier, « Toponymie et parémiologie: Les noms de lieux dans les prove (...)

7Parmi ces proverbes, il faut réserver une place à part aux dictons météorologiques. C. Martel et Jean-Claude Bouvier ont croisé toponymie et parémiologie pour étudier les deux types de proverbes « géographiques » : les prévisions météorologiques et les relations intervillageoises3. Le recueil de C. Camps ne présente à dessein que des proverbes du premier type, tantôt comportant des localisations précises (Quand lo puòg de Sant Lop pren son capèl, lo pastre pòt prene son mantèl. Quand Erau sortís davant Totsants, sortís nòu còp de l'an. Quand vesèm lo Canigon e lo cap Creus, lo lendeman es bèl temps e lo jorn aprèp plòu.), tantôt de portée « universelle » (Quand març maieja, mai marceja. Per Santa Luça, los jorns creisson d'un pè de clussa.)

8Ainsi, par touches successives de dictons, se dessinent des paysages, un herbier, un bestiaire, une galerie de portraits, une batterie d'instruments et d'outils, dont certains ont disparu de l'usage quotidien (sans perdre leur pouvoir symbolique, comme la faux, la charrue ou la quenouille), toute une civilisation encore rurale. On l'aura compris, le recueil offre un intérêt à la fois littéraire et documentaire. On parle souvent du génie d'un peuple, de son identité, de sa culture, tous termes ambigus, difficiles à définir, dangereux parfois. Mais c'est sans doute dans ces « formes simples » que de telles notions prennent corps avec le plus de densité et de précision, le plus d'innocuité aussi, car en toute innocence.

Haut de page

Notes

1 Yves-Marie Visetti et Pierre Cadiot, Motifs et proverbes. Essai de sémantique proverbiale, Paris, collection Formes sémiotiques, PUF, 2006.

2 Cf. Grigorij Lvovič Permjakov, From proverb to folk-tale. Notes on the general theory of cliché, Moscou, 1979; Matti Kuusi: « Towards an international type-system of proverbs », in Proverbium, 19/1972, 699-735.

3 Claude Martel et Jean-Claude Bouvier, « Toponymie et parémiologie: Les noms de lieux dans les proverbes en Provence. La toponymie à la croisée des disciplines », in Le Monde alpin et rhodanien, 1997, vol. 25, nos2-5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Foret, « Christian Camps, Expressions et dictons occitans », Lengas, 63 | 2008, 149-152.

Référence électronique

Jean-Claude Foret, « Christian Camps, Expressions et dictons occitans », Lengas [En ligne], 63 | 2008, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/1323

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org