Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Florian Vernet, Que dalle! Quand l'argot parle occitan, suivi : de Petit Lexique du sexe. Français/Argot occitan

Jean-Claude Foret
p. 152-155
Référence(s) :

Florian Vernet, Que dalle! Quand l'argot parle occitan, suivi : de Petit Lexique du sexe. Français/Argot occitan s.l., I.E.O. edicions, 2007, 94 p., 10.

Texte intégral

1Florian Vernet quant à lui a voulu faire œuvre de justice. La France s'étant construite, comme on sait, sur la négation culturelle de ce qui n'est pas son centre, beaucoup de linguistes, pratiquant une sorte de négationnisme linguistique, considèrent l'occitan comme inexistant. (Imaginons un court instant un géographe qui tenterait de construire une cosmographie à prétention scientifique où la Méditerranée serait niée...) Or si la diglossie bien connue français-occitan a entraîné la francisation d'une partie du lexique du pays d'oc, elle a pénétré en retour le vocabulaire français d'une innombrable quantité de mots occitans, à commencer par le mot « amour ». La plupart des linguistes oc-négationnistes ont donc recours à des stratégies diverses pour contourner l'évidence, toutes ayant en commun des contorsions intellectuelles plus ou moins réussies, un alliage d'ignorance délibérée et de mauvaise foi et une rhétorique présentant toutes les propriétés discursives de la scientificité. La plus répandue consiste à attribuer à l'italien ou à l'espagnol, langues d'état sans prétention sur le territoire linguistique hexagonal, ce qui revient à ce malheureux frère jumeau du français qu'est l'occitan. Le Robert, qui montre pourtant dans ce domaine le moins de malhonnêteté intellectuelle, fait par exemple remonter « escalier » au provençal, comme c'est légitime, mai « escale » à l'italien « scalata », alors que le mot existe aussi en occitan sous la forme « escala ». Il est politiquement plus correct d'expliquer le suffixe -ade par l'espagnol que par l'occitan, lequel n'est jamais nommé que comme provençal (avec toute l'ambiguïté et l'inexactitude du terme), et même le plus souvent comme ancien provençal, sa vieillesse diminuant sa nocivité à l'égard de la République une et indivisible. L'occitan n'est donc à la rigueur reconnu par les linguistes que comme provençal et comme langue morte.

2Florian Vernet a voulu réagir contre ces impostures étymologiques. Dans son Vocabulaire thématique français-occitan, désormais indispensable à quiconque veut apprendre l'occitan dans toute sa diversité lexicale (Publications de l'Université Paul-Valéry, Montpellier, 2005), il consacrait déjà un chapitre aux mots français issus de l'occitan, d'abeille, abasourdir, abri à salade, santon, serpolet. Dans ce nouveau livre, le domaine lexical est plus précis encore, puisqu'il s'agit d'étudier les mots d'argot français d'origine occitane. Florian Vernet réussit à montrer que de nombreux mots de la langue verte (française) voient leur étymologie s'expliquer par la langue d'oc, alors qu'ils sont dans le meilleur des cas assortis de la mention « o.i. » (origine inconnue) dans les dictionnaires français ou au pire affublés d'origines parfaitement fantaisistes. Ainsi « dare-dare » (o.i. dans le Robert) s'explique tout naturellement par le doublement de l'adverbe de temps occitan « d'ara ». L'auteur explique la locution « que dalle » par « un raccourci hardi » de l'occitan de Marseille « que d'ala », puisqu' « en effet il n'y a pas grand chose à manger dans l'aile d'une volaille », l'expression occitane étant attestée dans le journal marseillais Le Bavard du 16 novembre 1881.

3Ce numéro propose en effet le dialogue de deux « nervis » marseillais, reproduit à la fin du livre de Florian Vernet, et qui constitue un document précieux pour la connaissance du jargon occitan des truands de la ville, comme les chansons de Victor Gelu en constituent un pour la langue populaire. Ces truands marseillais, « montant » à la même époque à Paris pour y exercer leur industrie, transportent avec eux leur jargon, dont quelques bribes se répandent dans l'argot français de la capitale, bribes qu'il nous arrive de proférer sans en connaître l'origine. C'est par ce cheminement que l'auteur explique abouler, baille (eau), balèze, bidasse, bousiller, bringue, pour ne citer que les plus employés dans les début de l'alphabet. Il brocarde en passant les acrobaties étymologiques de certains érudits de la langue verte, comme ces trois auteurs du Dictionnaire de l'argot français et de ses origines (Larousse, 2001), qui expliquent le mot Moko (Toulonnais), popularisé par Jean Gabin dans le film Pépé le Moko, par « une apocope de mococo, singe du Mozambique » ou par « le néo-zélandais moco, tête tatouée », alors que le mot est fabriqué sur la locution (a)m(b) aquò et correspond à un tic de langage qui caractérise le parler occitan ou francitan des Toulonnais et qui signifie « et avec ça... et alors ».

4Les explications de Florian Vernet sont toujours vraisemblables, au contraire de ses homologues franchimands, et son livre a l'immense mérite de rendre à César, Marius et Fanny ce qui leur revient en propre. La pègre marseillaise (de l'occitan « pega », poix) n'est d'ailleurs pas la seule pourvoyeuse de mots occitans. On découvre que l'ami Bidasse doit son nom à la « vidassa » languedocienne, Louis Bousquet, qui composa les paroles de la chanson en 1913, étant originaire de Parignargues dans le Gard. On prend ainsi conscience de la somme de mots occitans que l'on emploie sans le savoir, en argot ou non : tabasser, tapée, tapette, taulier, se trisser, pour ne citer que des exemples en T.

5Le livre de Florian Vernet comporte un appendice, si l'on peut dire, où il nous expose tout ce que nous avons toujours voulu savoir sur les mots du sexe en occitan, en une soixantaine d'entrées, si l'on peut toujours dire. Soit environ 80 synonymes pour « baiser », autant pour le sexe de la femme et 125 pour celui de l'homme, près de 45 pour la prostituée. On sait que Florian Vernet est un excellent connaisseur de la littérature occitane, notamment provençale et baroque, puisqu'il a édité le théâtre de Gaspard Zerbin. C'est dans ces auteurs, à partir desquels il avait déjà établi un Petit lexique du provençal à l'époque baroque, qu'il a puisé l'essentiel de son trésor : Bellaud de la Bellaudière, Michel Tronc, Pierre Paul, mais surtout Zerbin et Claude Brueys, dont le théâtre se caractérise par son obscénité débridée. Dans ce genre lexicographique très particulier qu'est le vocabulaire du sexe et dans lequel se sont essayés maints auteurs occitans (dont Yves Rouquette), il vient de battre une sorte de record quantitatif.

6Rappelons également que le grand mérite de Florian Vernet est de réunir en lui un écrivain, un érudit et un pédagogue, qui essaient ensemble de mettre à la disposition du lecteur (notamment du jeune lecteur) une langue d'aujourd'hui, vivante, imagée, idiomatique, qui puisse servir dans toutes les situations de communication orale, en lui proposant des équivalents d'expressions françaises puisés dans le francitan entendu çà et là ou dans les textes littéraires.

7Les lexiques de Christian Camps et de Florian Vernet, lisibles par tous (ou presque, dans le cas du second), sont ainsi d'excellents manuels de l'occitan populaire. Ils introduisent ou perfectionnent leur lecteur dans une langue naturelle, savoureuse, créative, qu'ils présentent comme un patrimoine à transmettre, immédiatement disponible pour l'usage quotidien du xxie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Foret, « Florian Vernet, Que dalle! Quand l'argot parle occitan, suivi : de Petit Lexique du sexe. Français/Argot occitan », Lengas, 63 | 2008, 152-155.

Référence électronique

Jean-Claude Foret, « Florian Vernet, Que dalle! Quand l'argot parle occitan, suivi : de Petit Lexique du sexe. Français/Argot occitan », Lengas [En ligne], 63 | 2008, mis en ligne le 22 mars 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/1327

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Foret

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org