Navigation – Plan du site

À propos de la découverte d’un dictionnaire inédit du xviiie siècle

On an Unpublished Dictionary of the 18th Century
A prepaus de la descobèrta d’un diccionari inedit del sègle XVIII
Joan Thomas

Résumés

Véritable trésor linguistique que ce dictionnaire du xviiie siècle de plus de 2 000 pages et 34 000 entrées ! Anonyme, jamais édité ni copié par les lexicographes occitans, l'ouvrage qui est bâti avec une grande rigueur, nous donne à lire la vie quotidienne en Provence et en Languedoc avant la Révolution. L'œuvre présentée dépasse celle de Boissier de Sauvages. Il s'agit d'un dictionnaire entre deux langues dans lequel les illustrations des gloses définitionnelles sont faites de proverbes et d'exemples pris dans la littérature, ouvrant ainsi une nouvelle fenêtre sur l'histoire littéraire du xviiie siècle.
Le dictionnaire est aujourd'hui consultable sur :
http://tolosana.univ-toulouse.fr/notice/165803770

Haut de page

Notes de l’auteur

J’adresse mes remerciements les plus vifs à Bertrand de Viviès, propriétaire du manuscrit. Je le remercie de bien avoir voulu me le confier un temps et de m’avoir reçu si chaleureusement. Je remercie également François Pic pour l’aide précieuse et les conseils avisés qu’il m’a prodigués ; qu’il trouve ici le témoignage de mon amitié. Je remercie aussi Mesdames Marie-Dominique Heusse et Marielle Mouranche du SICD de la bibliothèque de l’Arsenal (université de Toulouse) et l’ensemble du service du livre ancien de cette bibliothèque. Enfin mes remerciements vont à Philippe Gardy dont j’ai bénéficié des relectures et de conseils éclairés sur la littérature occitane du xviiie siècle.

Texte intégral

  • 1 Jean-Jacques Toussaint Bonnet, Dictionnaire Provençal-François, Bibliothèque Municipale de Digne, m (...)

1 Brigitte Schlieben-Lange (2002) dans son travail sur l'histoire des grammaires et des dictionnaires de la langue occitane dressait, entre autres, un tableau descriptif des manuscrits occitans du domaine lexicographique ; riche domaine de publications diverses — essentiellement de lexiques de traduction (Chambon 2010 et Thomas 2006) — et de manuscrits de valeur très inégale. Citons l'important travail de Jean-Jacques Toussaint Bonnet conservé à Digne1, demeuré manuscrit alors que l'ampleur de l'ouvrage permet d'espérer une édition telle que celle de Moutier (Rixte 2007). Brigitte Schlieben-Lange signale également des dictionnaires disparus ; ouvrages dont parfois nous n'avons qu'une seule mention faite par quelque auteur. Ces dictionnaires ou lexiques dont nous ne savons rien, dont nous n'avons aucune trace, sont une perte inestimable pour la science.

2 Or il nous a été donné de découvrir un dictionnaire manuscrit du xviiie siècle intitulé : Dictionnaire provençal-françois, sans nom d'auteur, sans indication de lieu ni de date de rédaction et qui semble n'avoir jamais été signalé. Il ne paraît pas plus avoir circulé2. Cet ouvrage provient du grenier d'une maison sise à Marseille dans le quartier Sainte-Anne. Le dictionnaire se trouvait parmi les archives familiales des Payan d'Augery, notamment celles de l'abbé Barthélemy. Ces archives proviennent du mas Payan, situé entre Arles et Tarascon, dont le véritable nom est La Visclède. Il fut bâti par Monsieur de La Visclède, président du parlement d'Aix-en-Provence. C'est lors de la seconde guerre mondiale que les archives furent déménagées à Marseille.

L'Anonyme

  • 3 Nous avons fait le choix de reproduire ici cet accent par un accent aigu. Nous avons respecté la gr (...)

3 L'auteur nous est aujourd'hui totalement inconnu. Bien que ce dictionnaire soit dépourvu de préface ou d'avant-propos, nous pouvons toutefois dresser un portrait de l'auteur qui se dessine peu à peu à la lecture des quelques 34 000 entrées. La langue est celle d'un homme de la région d'Arles, c'est en fait le parler de Jean-Baptiste Coye : [u] post-tonique pour [o] ou [a], « coumou », « barcou », « fremou », « vignou », « vierjou ». La fermeture du [a] post tonique en [u] est attestée par Jules Ronjat (1931-40, 210) « dans quelques villages du sud des Alpilles et dans le Fenouillet », sans autre précision. Nous notons aussi l’emploi, inconnu des atlas linguistiques, d’une occlusive finale dans les mots se terminant généralement par une voyelle : « cuyet » pour « culhèr », « fariet màou en degún ». Notre auteur est d'une grande rigueur dans l'écriture, une main toujours assurée, aucune contradiction (nous n'avons relevé qu'une seule fois la notation d'un t au participe passé). Il s'est forgé un système d'accentuation graphique de la tonique — qu'il applique avec la même rigueur aux auteurs qu'il cite — et note d'un accent vertical la syllabe accentuée3. Remarquons aussi la rigueur employée dans la rédaction de l'article et de l'ensemble de l'ouvrage ; l'architecture adoptée est suivie sans faille jusqu'à la dernière lettre.

4 On pourrait penser qu'il s'agit d'un ecclésiastique, ayant patiemment collecté les informations nécessaires, tant le vocabulaire religieux et la terminologie sacerdotale tendent à l'exhaustivité ; de même les références à la Bible et au martyrologue sont nombreuses. Toutefois certaines entrées, scatologiques ou ayant trait à la sexualité, nous font douter qu'il s'agisse d'un homme d'Église. Ainsi donne-t-il les définitions de « libertin », « libertinage », « lubric », « lucifer », « macarelage », « magíou blancou », « magíou negrou », « marquetou », « régou doou quiéoou », et des proverbes de la même veine : « se i aviet ges de macarelou y oouriet ges de putéu ». Ainsi :

tribadou, s.f. tribade, nom qu'on donne aux femmes lascives qui cherchent à se procurer, entr'elles, des plaisirs, qu'elles ne peuvent recevoir que de l'autre sexe.

Il donne la terminologie de la divination : hydatoscopiyou, dactilomanciyou... ou parfois des termes relatifs à la sorcellerie :

enclaoure, verbe cheviller, ou terme de sortilege, c'est empêcher par sort les autres de pisser.

baguétou per devina, baguette devinatoire, branche de coudrier fourchuë par le moyen delaquelle, on prétend découvrir les mines, et les sources d'eau cachées sous la superficie de la térre. Celui qui porte la baguette marche lentement sur les lieux où il soupçonne qu'il y a des mines ou des eaux, et alors les corpulences qui s'exhalent du métal, ou de l'eau que l'on cherche, empreignent la baguette, et la font incliner. Avant le xve siècle, on ne trouve rien de la baguette dévinatoire dans les auteurs, dépuis qu'on s'en fut advisé, on lui chercha des beaux noms. On l'appella caducée, la verge divine, la verge d'aaron. Les uns contestent le fait, et disent que cela n'est pas possible, les autres se rendent aux diverses expériences qu'on allegue, et en cherchent des raisons naturelles ; ils disent que les particules qui s'élevent des sources d'eau ou des métaux empreignent la verge du coudrier et le déterminent à se baisser, pour la rendre parallele aux lignes verticales, quelles décrivent en s'élevant, ces particules d'eau sont poussées audehors par la chaleur souterraine, et par les fermentations qui se font dans les entrailles de la térre, or la baguette dévinatoire étant d'un bois poreux, il donne aisément passage à ces corpuscules qui sont extremement subtils et déliés. Ces vapeurs poussées per celles qui les suivent et préssées par l'air qui pése dessus sont forcées d'entrer dans les petites intervales de la baguette, et par cet éffort elles la contraignent à s'incliner perpendiculairement, afin de se rendre paralleles avec les colonnes qui forment les vapeurs en l'élevant. Il y a environ soixante ans qu'on écrivoit beaucoup sur la baguette dévinatoire. Devini bacillus.

  • 4 Voir en annexe.

5 Notre anonyme est un homme très cultivé qui connaît les arts et les sciences, la philosophie et les lettres. Si, pour l'illustration des articles il cite essentiellement Coye et Gros4, les références littéraires sont nombreuses. Notre supputation sur son origine géographique, le pays d'Arles, est corroborée par l'attachement qu'il montre à cette ville. Il précise le sens que tel ou tel mot peut avoir pour la ville d'Arles. Voyez par exemple :

esparssiet, s.m. étier, terme de gabelles, c'est le canal ou conduit qui sert à recevoir l'eau de la mèr dans les marais salans. Ces ordonnances sur le fait des gabelles ont fait plusieurs réglemens touchant les étiers des marais salans. On se sert à arles du mot d'esparciet, pour signifier un canal, qui distribuë les eaux des arrosages.

tubanéou, s.m. taudis, chaumiere, ou hutte, petite maison couverte de chaume, il y a des endroits en provence où on se sert du mot tubanéou pour parler d'une cabane de glaneurs. À arles on se sert du mot de tubanéou dans cette occasion.

6 Dans l'article « oubelìsquou », l'auteur narre avec précision l'histoire de la découverte de l'obélisque d'Arles. Pour l'article « sesterádou », il nous donne les valeurs de la sesterée en Provence et précise : « la petite sesterée à Arles [est divisée] en 66 destres 2/3 » ; encore une preuve de sa connaissance et de son attachement à la ville d'Arles. Aurait-il donné ces précisions s'il n'était pas d'Arles ? Enfin il ne manque pas de citer Antoine Bouche et le Révérend Père Fabre, des Carmes déchaussés, qui ont tous deux écrit sur la grandeur d'Arles. Il est en relation avec les sociétés savantes et cite « l'académie » :

flansádou, s.f. flassaye, ou loudier, l'académie dit lodier, couverture faite de deux étoffes piquées avec de la bourre, de la laine, ou du cotton entre deux. Cadix. On dit en provençal v´nou, voyés vánou.

santál, s.m. santal, l'académie dit sandal, bois dur, pesant, odorant qu'on nous apporte des indes orientales.

Il s'agit de l'Académie française qui est ici présente à travers la lecture que l'auteur fait de Ménage. Mais n'est-il pas aussi en relation avec l'Académie d'Arles ?

De la Bête à la Révolution

7 La question de la datation du manuscrit est tout aussi délicate. Quelques éléments scientifiques apportés par l'auteur dans les définitions nous ont tout d'abord permis de dater l'ouvrage de la seconde moitié du siècle, ce qui corrobore l'analyse graphologique, puisque nous reconnaissons une écriture du xviiie. Une lecture approfondie nous a permis de préciser la datation. Aucune définition ne fait référence à la Révolution ni à son esprit ; aucun des termes du lexique politique n'évoque un changement survenu ou à venir. Voir « mounarchiou », « mounarquo », « rei », « reiaoume », « reinou », « republican », « republicou », « revoulucioun », etc. Les unités de mesure sont celles de l'Ancien Régime tout comme les termes désignant les monnaies. Bref, nous sommes bien avant 1789 mais après 1764 puisque l'anonyme cite la prise de la Bête du Gévaudan en 1764 à l'article « hyénou ». C'est donc entre ces deux dates que le dictionnaire fut rédigé. La date de 1764 nous permet aussi d'évacuer l'hypothèse de Félix Cary (1699-1754) comme auteur du dictionnaire. Félix Cary, mentionné par Brigitte Schlieben-Lange (2002, 84), est l'auteur d'un dictionnaire provençal aujourd'hui perdu.

8 Un examen attentif des techniques décrites dans le domaine des sciences permettra sans doute une datation plus précise. De même qu'une analyse des citations des dictionnaires du français et notamment celui de Trévoux permettrait de situer l'édition de référence pour notre anonyme. Hélas, il ne cite sans jamais reprendre intégralement la citation, celle-ci est réécrite, rendant vaine toute comparaison.

Un beau squelette

9 Notre dictionnaire est composé de six volumes et chaque volume est composé de cahiers de trois feuilles doubles chacun, soit 12 pages. Reliés en volume à la grosse ficelle, ces cahiers ont un format de 29,4 x 19,5 cm. Le manuscrit parvenu jusqu'à nous contient très certainement l'intégralité du projet même si la lettre Z ne comprend que cinq entrées. Il est conservé entre deux couvertures de fort carton. Deux pages seulement sont abîmées, elles ont été coupées, en leur moitié supérieure, certainement par l'auteur car, a priori, elles n'ont pas été déchirées accidentellement.

vol. 1 Azu – Bad, p. 1 à 156
vol. 2 Badádou – Cypré, p. 157 à 536
vol. 3 D – Fantesiet, p. 537 à 808
vol. 4 Fau – Lenáge, p. 809 à 1128
vol. 5 Lençádou – Pythagórou, p. 1129 à 1643
vol. 6 Qu – Zephir, p. 1644 à 2128

Première page rédigée du dictionnaire

Première page rédigée du dictionnaire

10 Le volume 1 est couvert d'une page de carton portant « 1675 / Billets Payés ». Il s'agit d'un réemploi en guise de couverture, le recto est vierge. Sur la page 3 figure « Azu – Bad », elle est composée de deux feuilles de papier collées entre elles, le verso est vierge. La page 5 est couverte de onze fois la lette L majuscule et de « Louis par la grace », verso vierge. La page 7 a servi de feuille de brouillon on y lit les lettres majuscules A, F, d'autres arabesques et le mot « Commandemt » puis « Comm » ; le verso est vierge. La page 9 porte quatre fois le mot Commendement » puis « province de provence » et enfin trois fois le mot « Languedoc », rien au verso. Suit une feuille blanche, puis la première page rédigée s'ouvre sous le titre « Dictionnaire provençal-françois ».

Exemple de page ordinaire

Exemple de page ordinaire

11 Le volume 3 est couvert d’un papier plus épais portant trois fois le nom « françois seguin ». Dans l'angle supérieur gauche, une note « il faut voir si mouffle est masculin » puis deux mots illisibles. Nous lisons aussi au beau milieu de la page « D et E » ainsi que la lettre « R » et « sieur franc ».

12 Le volume 6 est couvert d'une page portant « 1673 / Billets A Recevoir » ; il s'agit là aussi d'un réemploi de papier plus fort.

13 Les volumes 2, 4 et 5 n'ont ni couverture ni page de garde. Enfin, une grosse ficelle faisait de ces six volumes un paquet.

14 Sur chaque page apparaissent les marges, d’environ 1,5 cm, tracées au crayon. Deux marges à gauche dont la seconde permet d’inscrire l’initiale du mot d’entrée. Une marge à droite. Une marge en haut de même dimension contient, à la mode hollandaise, les trois premières lettres du premier mot de la page et les trois premières lettres du dernier mot de la page. Cette disposition et la quasi-absence de ratures nous laisse penser que le travail était prêt pour l'impression. Les additions ont été réalisées sur des languettes de papier collées dans la marge. Seul un signe dans la marge — comme une indication typographique — indique le déplacement nécessaire de tel ou tel article quand l'ordre alphabétique a été oublié. Par ailleurs, à l'article « perdouna », la note dans la marge : « cet article est bon qu'oyque raturé », laisse penser à une note à l'adresse de l'imprimeur. Ajoutons que l'ouvrage est réalisé par la même main de la première à la dernière page à l'exception des pages 525 à 536 qui sont d'une autre écriture très soignée et très régulière. L'auteur a-t-il pris quelqu'un à son service ? Une étude comparative des écritures des Arlésiens de cette époque nous éclairerait sans doute.

15 L'ouvrage comprend 2 129 pages et sur 1 447 de ces pages sont collés environ 3 000 « papillons ». Compte tenu des sondages que nous avons réalisés sur chaque lettre du dictionnaire et des ajouts, nous estimons le nombre d'entrées à environ 34 000.

Exemple de « papillons »

Exemple de « papillons »

Une structure solide

16 Ce qui frappe au premier abord, c'est la régularité de l'écriture. On ne distingue que deux états d'écriture : une main posée que conduit un esprit apaisé et qui avance régulièrement. Parfois, c'est une main plus rapide et l'écriture se fait plus grosse, les intervalles entre les mots disparaissent comme si la fatigue se faisait sentir ou si l'intensité lumineuse déclinait. Mais ce qui frappe surtout, c'est la rigueur avec laquelle les articles sont conçus et rédigés : l'auteur fait preuve d'une maîtrise, fruit d'une réflexion sur la dictionnairique et d'une fréquentation des dictionnaires français disponibles.

17 Ici les entrées sont hiérarchisées avec méthode et les erreurs ont été indiquées par des signes en marge à l'intention de l'imprimeur. À titre d'exemple, nous citerons les entrées suivantes :

bóurrou, s.f. bourre, le commencement d’un bourgeon de vigne. Muscus vitriarus.

bóurrou, bourgeon, le bouton qui pousse aux arbres et aux plantes au printemps. Occulus.

bóurrou de sedou, bourre de soye qui est la soye de rebut qu’on tire avec le peigne, après que le cocon est dévidé.

bóurrou, s.f. tonture, s.f. ce qu’on tire, ce qu’on coupe du drap ou d’une étoffe qu’on tond. Tonsum.

bóurrou, s.f. bourre, poil de plusieurs animaux, comme bœufs, vaches, chèvres, cerfs. Tomentum.

bóurrou, s.f. le vete, s.m. c’est la grosse laine qui demeure dans les moulins, où on fait les draps, la grosse bourre qu’en sort par la foulure.

bóurrou, s.f. masse, gros marteau qui sert aux carriers pour rompre les roches. Malleus.

Le travail terminé pour « bóurrou », l’auteur, ayant trouvé un sens supplémentaire, a ajouté une entrée sur un papillon collé dans la marge intérieure :

bóurrou, s.f. bête, est aussi un jeu de cartes, où quand celui qui fait jouer ne gagne pas, il paye autant que ce qu’il y a au jeu, on dit en provençal a mes lou bóurrou, en français, il a fait la bête, on l’appelle aussi en provençal béstiou, voyés béstiou.

18 Très fréquemment, en fin d’article, l’auteur renvoie à un mot latin ou d’une autre langue latine, l'espagnol ou l'italien. Il ne s’agit pas d’étymon — les tentatives étymologiques sont très rares — mais plutôt d’une traduction ou d’un rapprochement. Voici un exemple latin :

bandiérou, s.f. bennière, s.f. est un grand étandart qu’on porte à la procession. Sacrum vexillum.

bandouyet, s.m. bandoulier, s.m. sorte de vagabond, voleur de campagne, qui volent en troupe et avec armes à feu. Grassatores.

19 Les articles sont tous de la même facture. L'entrée est soulignée et accompagnée d'une courte glose grammaticale abrégée (s. pour substantif, m. pour masculin, f. pour féminin, adj. pour adjectif, verbe — qui n'est pas abrégé). Vient ensuite l'équivalent français qui peut être précédé d'un synonyme occitan. Puis la définition accompagnée d'exemples pris dans la littérature ou dans les proverbes. Enfin, un mot ou une locution latine viennent accessoirement renforcer la définition.

20Un autre exemple où l'on voit que les locutions suivent chaque définition et que l'auteur cherche l'exhaustivité :

claou, s.f. clef, petit instrument de fer percé et fendu, en sorte qu'il réponde aux ouvertures, et aux gardes d'une serrure, pour en faire mouvoir le réssort qui l'a fait ouvrir et fermer. Clavis.

faoussou claou, fausse clef, est une clef qu'on a contrefaite pur ouvrir une chambre, ou un coffre à l'insçu de son maître. Clavis adulterina.

claou fourçadou, clef forée ou forcée, c'est une clef qu'on gâtée ou rompue en voulant retourner avec trop de violence. Clavis corrupta.

claou, clef, signifie aussi un autre instrument, qui n'a qu'un trou quarré, qui sert à faire mouvoir des vis, des rouës, des pignons, des chevilles, et qui fait une espèce de manivelle. Clavicula.

On appelle aussi claou, clef, certaines petites boites mobiles qui servent à boucher les trous des flutes, et des autres instruments semblables sur lesquels on les applique, clavulus.

claou, clef, se dit de ce qui ferme et arrêtte quelque chose, la clef d'un arc, ou d'une voute, la dernière pièce qu'on met au haut d'une voute, qu'on appelle aussi en français mensole, qui étant plus étroite par en bas que par en haut, presse et affermit toutes les autres. Testudinis conclusura.

claou, clefs, ce sont des tenons de bois qui servent à assembler les pièces de menuiserie. Subscus.

On dit proverb. Yéou aï la claou et leis aoutre an la sarrayou. J'ay la clef les autres ont la serrure.

claou, clef, en terme de cordonnier, est un morceau de bois qu'on fourre dans une forme brisée, pour élargir le soulier. Clavus igneus.

claou, clef, en terme de musique, est une marque qu'on met au commencement des reglets, qui avertit du ton sur lequel on doit commencer le chant lequel est tantôt un ré, tantôt un sol, tantôt un ut.

claou, clef, en plusieurs endroits se prend aussi pour le robinet d'un tonneau. Epistomium.

claou, s.m. clos, enceinte de muraille pour faire un grand jardin. Septuan. On dit aussi en provençal enclaou.

claou, clos, signifie aussi, une contenance de terrain limitée par des chemins, murailles, &.

claou, claousou, adj. clos, close, qui est bien fermé, clausus. On dit aquéou jardin es bén claou, ce jardin est bien clos, un prouprietari deu teni à soun loucatari l'houstaou claou et couvér, un propriétaire doit tenir à son locataire la maison close et couverte.

jouga à la claou, ou aou palet, jouër au galet, jeu où l'on pousse un palet, ou une clef sur une longue table, qui est entourée d'une grande raineure, ou creux, où si l'on tombe on perd le coup, aussi bien que quand on est le plus loin du bord. Lapilloram ludus.

21 Les articles donnent des synonymes de l'occitan, mais parfois, apparaît une certaine incohérence dans les renvois, certains sont absents de la nomenclature. Ainsi « capre » renvoie à « tapérou » et « tapérou » renvoie à « capre » ; mais si « candelétou » renvoie à « supousitóri » ce dernier n'a pas de renvoi. « Capre » peut être considéré comme un francisme connu et usité tout au moins dans les régions non méridionales où le câprier n'existe pas — bien que celui-ci soit cultivé dans les potagers du Haut-Languedoc. L'auteur a tout de même pris soin de faire entrer « capre », attestant ainsi de sa présence dans la langue. « supousitóri » est un élément adapté du français qui concurrence peu à peu — mais pas suffisamment à cette époque — « candelétou » ; ce qui expliquerait qu'il n'y ait pas de renvoi de « candelétou » à « supousitóri ». Par contre, le renvoi en sens inverse démontre que l'auteur privilégie le mot populaire et occitan « candelétou ».

Un dictionnaire illustré

22 Peu de dictionnaires occitans sont illustrés d'exemples. Lorsqu'ils en font bénéficier le lecteur, peut-être trop rarement, ils sont pris dans la littérature. Notre anonyme fait appel essentiellement à la parémiologie. Des centaines de proverbes servent à l'illustration des mots-vedettes ; ils sont le plus souvent accompagnés non pas d'une traduction littérale mais d'un proverbe français équivalent. Ce fourmillement de proverbes et de dictons entendus et notés par l'auteur est une mine de renseignements sur la langue de l'époque. Reflet de la langue occitane d'Arles et miroir de la langue française telle qu'elle est parlée en Provence. Le lecteur entend cette langue occitane du peuple arlésien au travers des proverbes et des dictons et, simultanément, il entend la langue française à la lecture des compositions définitionnelles de l'auteur. Ainsi :

clapiet, s.m. tas de pierre. On dit aussi en provençal clapas. On dit proverb. La péirou toumbou toujou oou clapiet, la pierre tombe toujours sur le tas. Le proverbe françois est ; l'eau va toujours à la rivière, ou qui chapon mange, chapon lui vient, ou le bien cherche le bien, pour dire que le bien vient plutôt chez ceux qui en ont deja, que chez ceux qui n'en ont point.

Au titre des fantaisies on relevera l'article « gascouna » :

gascouna, verb. gasconner, voler adroitement, avieou unou medayou quaouqu'un me la gascounadou, j'avais une médaille quelqu'un me la gasconnée. Surripere.

móstrou soulérou, s.f. quadran solaire, s.m. c'est celui qui marque l'heure par l'ombre que fait le soleil, dont la construction s'enseigne dans la gnomonique. On dit provérb. La vígnou de Seguin béllou móstrou et póou rasin. Le proverbe français est les vignes de la courtille belle montre et peu de rapport, pour parler de quelqu'un qui a belle apparence, et qui n'est pas grand chose dans le fond. Ce proverbe est venu d'un Seguin poëte, il y a environ quatre vingt et dix ans, quand il voyait quelqu'un de belle apparence, il disoit voilà ma vigne, béllou móstrou et póou rasin. On dit aussi aquo es la móstrou et lou mouloun. C'est la montre et le tas, pour dire c'est le tout. Vous voyés le tout.

  • 5 Peut-être l'auteur lui-même.
  • 6 Nous renvoyons le lecteur aux annexes.

23 L'auteur puise également dans la littérature. Les auteurs les plus fréquemment cités sont Jean-Baptiste Coye (1711-1777) et François-Toussaint Gros (1698-1748). Il emprunte aussi des exemples à Astier ainsi qu'à quatre auteurs inconnus : un anonyme5, Abril, Laudun et Seguin. Nous savons seulement par l'article « móstrou soulérou » cité en exemple précédemment que Seguin était du pays d'Arles et qu'il écrivait des vers 90 ans avant la rédaction du dictionnaire. Ces illustrations nous permettent d'appréhender une production littéraire insoupçonnée ; la lecture du dictionnaire ouvre une nouvelle piste de recherches. Les citations sont si nombreuses qu'elles permettent de reconstituer une partie des textes6. Il faudrait ainsi relever l'ensemble des vers cités des deux auteurs connus, Coye et Gros, et vérifier si les textes de ce corpus sont bien issus des œuvres éditées conservées. Il se pourrait en effet qu'ils appartiennent à des ouvrages inconnus, perdus ou demeurés manuscrits.

L'anonyme aurait-il des collègues ?

24 Nos investigations nous ont mené à une confrontation de nombreux articles avec ceux des dictionnaires édités. En conclusion de celle-ci, il apparaît évident qu'aucun lexicographe du xviiie siècle ni du xixe siècle n'a connu notre dictionnaire. Nous n'avons trouvé aucune reprise, ni chez Achard, Avril ou Mistral. Un sondage, bien que trop rapide, nous a permis de relever des entrées absentes chez Mistral ainsi que des acceptions apportées dans le dictionnaire anonyme et absentes du Tresor dóu Felibrige.

25Quelques termes absents du Tresor dóu Felibrige : « baudinéllou », « bourneja », voir à l'œil si une pièce de bois est droite — alors que Honnorat donne ce mot, « bodogno », loupe des arbres, « quenouillétou », outil servant aux fondeurs, « racináou », pièce de bois dans laquelle est encastrée la crapaudine d'une porte d'écluse « ranúlou », veines sous la langue, « siaterou », cadran solaire, « musquiniét ». On constate par ailleurs des définitions différentes par exemple pour « fatóun » et « nouguiét ». Vraisemblablement Mistral n'a jamais eu ce dictionnaire sous la main.

  • 7 Bonnet, B.M. Digne, ms. 40 ; Barrigue de Montvallon, Aix-en-Provence, Méjanes, ms. 1664/1529 ; Rey, (...)

26 Par ailleurs nous avons confronté les mêmes articles avec les dictionnaires provençaux manuscrits7 et nous sommes parvenu à la même conclusion. En aucune manière la matière de ce dictionnaire anonyme n'est citée ni utilisée par les ouvrages lexicographiques contemporains ou postérieurs que nous avons consultés. Nous en déduisons que la circulation du manuscrit a été nulle ; ou presque nulle. Car il est peu probable qu'un tel travail n'ait pas été partagé avec les savants dont l'auteur était entouré. D'autres recherches, plus avancées, feront certainement apparaître des relations entre les hommes de cette fin du xviiie siècle et certainement des interférences entre les dictionnaires. En outre, une observation minutieuse confrontant notre dictionnaire à la société savante de la Provence arlésienne permettra de cerner l'auteur par les relations qu'il a entretenues avec ce monde savant dont nous mesurons mal l'ampleur.

Un dictionnaire d'équivalence pas comme les autres

27 Cet ouvrage se différencie des autres par la qualité exceptionnelle de la glose définitionnelle.

28Les dictionnaires dont on dispose au xviiie siècle, puis au xixe, ne proposent pas des définitions aussi soignées et une si claire distinction sémantique :

glóousa, verb. gloser, mettre de la glose sur un auteur. Interpretavi.

glóousa, gloser, signifie encore ajouter quelque chose à une histoire qu'on raconte, l'expliquer à sa fantaisie, et d'ordinaire en mauvaise part, la critiquer. Fóou pas douna à glóousa sus nostei actióun, il ne faut pas donner à gloser sur nos actions.

glósou, s.f. glose interprétation ou traduction qu'on fait de mot à mot d'un auteur en une autre langue, voyés glóousou. Glose, est aussi un commentaire qu'on fait pour expliquer plus au long et plus intelligiblement le texte d'un auteur, soit en la langue même de cet auteur, ou en une autre langue.

glóousou, s.f. glose, interprétation ou traduction qu'on fait de mot à mot d'un auteur en autre langue. Verborum scriptoris interpretatio.

glousári, s.m. glossaire, dictionnaire sérvant à l'explication des mots obscurs, ou barbares d'une langue corrompue. Glossarium lexicon. Le glossaire latin de M. du Cange en trois volumes et son glossaire en grec en deux volumes in folio est un travail merveilleux et plein d'érudition extraordinaire. Le glossaire de Spelman est un savant ouvrage.

pendént, s.m. pendeloque, s.f. morceau de cristal qui pendent à des lustres, des chandeliers,... pour leur servir d'ornement.

pendelétou, s.f. pendeloque, ce sont des pierres qui pendent aux boucles, ou pendans d'oreilles.

La richesse recherchée par l'auteur dans l'élaboration des définitions, puis dans la structure des articles, fait de l'ouvrage un intéressant miroir du français du xviiie siècle, voire un dictionnaire du français d'Arles.

Dans les Arènes : Escargót vs Cacaláousou

29 Les représentations que l'anonyme se fait du provençal et du français n'apparaissent pas dans le dictionnaire. « Provençal » n'est traité que comme adjectif ; « francés » n'est que l'équivalent de lingua gallia. En fait, l'auteur ne se préoccupe nullement des considérations linguistiques et sociolinguistiques. L'article « lengóu » n'apporte rien sur ce thème. Cependant, l'article « prouvençalisa » montre à quel point notre auteur souhaite que chacune des langues en contact soit respectée. En aucun cas il ne juge nécessaire de franciser les termes provençaux, ceux-ci se suffisent à eux-mêmes et ne doivent pas être francisés :

prouvençalisa, verb. provençaliser, c'est rendre un mot françois provençal, lui donner la forme et l'analogie provençale, l'habiller à la provençale. Comme epingle en françois ; on dit éspinglou et le vrai mot provençal est espingólou. Cheveu en françois, on dit pour le provençaliser chevú et le vrai mot provençal dans sa pureté est péou. Cruche en françois il y a des gens qui disent en provençal crúchou, le vrai mot est dóurgou ou járrou et non crúchou.
Le mot de provençaliser ne se dit que dans le discours familièr, mais comme on dit franciser et latiniser, on peut par la même raison dire provençaliser. Il est permis de provençaliser les mots françois, mais il n'est pas permis de franciser les mots provençaux, comme revouluma en provençal, on ne peut pas dire en françois revolumer et plusieurs autres. Il est cependant bien des gens qui faute de savoir les térmes françois, les provincialisent, les habillent à la provençale, d'autres les périphrasent. Il vaut bien mieux alors se sérvir des veritables térmes. Il est vrai que c'est un défaut de parler toujours en térmes trop choisis et trop recherchés, mais c'en est encore un plus grand de ne pas se servir des veritables.

30 Notre anonyme a une réflexion sur cette situation de langues en contact qui est encore peu mature. Les exemples — ils ne sont pas rares — montrent combien il hésite entre deux choix graphiques pour un mot vedette (pressoir/pressouar) ; entre deux entrées différentes (sabot/esclot). C'est dans ces deux cas le mot français qui apparaît en premier lieu. Ceci reflète une réalité et n'est donc pas anodin. Aussitôt après la glose définitionnelle vient une prescription : « Il est mieux de dire en provençal... » L'auteur intervient donc sur le provençal qui lui semble corrompu par les francismes :

pressoir ou pressouar, s.m. pressoir, grande machine propre pour presser de la vendange, ou d'autres fruits dont on veut tirer ou épreindre le jus, la liqueur, en sorte que le marc demeure tout sec, il est mieux de dire en provençal destret, pressoir est trop francisé.

ribán, s.m. ruban, tissu plat fort mince, dont la largeur ne passe pas 3 ou 4 doigts, qui sert à lier et serrer quelque chose. Vitta. C'est de ce mot latin qu'on a tiré celui de vétou en provençal.

sabot ou esclot s.m. sabot, chaussure faite d'un bois creusé dans lequel on met le pied. En provençal il est mieux de dire esclot que sabot. Ligneus calceus. Voyés esclot.

31 Aussi, « destret », « vétou » et « esclot » ont une entrée dans le dictionnaire, « sabotiét » n'a pas de renvoi à un possible « escloupiét ». Les exemples précédents sont un témoignage de la pénétration du français dans le domaine d'oc. Pénétration qui a commencé il y a bien longtemps, avant même l’ordonnance de Villers-Cotterêts, et qui n'est pas une simple substitution linguistique mais une pénétration dans la langue d'origine par imprégnation. Il peut y avoir substitution comme le montre l'exemple « escargót/ cacaláousou », contre laquelle l'auteur lutte en renvoyant au mot provençal, mais le plus souvent c'est par francisation du lexique occitan que se fait la substitution :

escargó, s.m. escargot, voyés cacaláousou.

cacaláousou, s.f. limaçon, s.m. petit insecte qui a des cornes longues et deliée, qui est enfermée dans une coquille, et qui jette une humeur luisante et gluante : cochlea limax. Il y en a de plusieurs espèces qu'on appelle en provençal, mourguetou, mascán, missounénquou &.

Une sorte de langue hybridée apparaît donnant un lexique complètement francisé :

demangésoun, ou prusóur, s.f. demangeaison, fourmillements, sentiment qui naît sur la peau, qui donne grande envie de se gratter. Prurigo, le mot de prusóur vient du latin prurigo. Il se dit en morale des fortes envies, des puissans desirs, qui se forment dans l'ame, pour dire ou faire quelque chose. Immoderatum studium.

32 Il recommande clairement d'user du « vrai » terme, c'est à dire de ne pas hybrider les langues en francisant ou en « provincialisant ». Notons le détachement de l'auteur qui prend un certain recul grâce auquel il ne prend pas part à un débat qui pourtant existe au xviiie sur l'usage préférable de telle ou telle langue. Ici, aucune orientation idéologique n'apparaît, contrairement aux dictionnaires de son temps qui en général proposent une équivalence occitan-français avec l'objectif avoué de faciliter l'accès à la langue du prince.

33Notons également que c'est généralement en fin de rédaction de l'article que l'auteur en vient à cette conclusion ; c'est in fine la rédaction de la glose définitionnelle, qui, suivie d'une locution équivalente latine lui permet de retrouver et de proposer un mot provençal qui se distingue du mot français :

pestrin, s.m. paîtrin, s.m. ou may, s.f., vaisseau propre à paîtrir, à faire de la pâte. Pistrinum, on dit aussi en français huche, en provençal pastiérou, mástrou et en latin, mastra.

Conclusion

34 Notre dictionnaire est un fabuleux témoin de la langue de la région d'Arles au xviiie. Nous entendons par là la langue occitane et la langue française qui, elle aussi, au contact de l'occitan, a tendance à se provençaliser.

35 « Isoumariet, s.f. isomérie, terme d'algèbre, manière de délivrer une équation de fractions qui sont toujours incommodes dans le calcul » — terme absent du Tresor dóu Felibrige, et dont la définition ne correspond pas à celle du Robert de la langue française — est à la fois une métaphore du monde intellectuel provençal du xviiie et la matérialisation du travail lexicographique, qui a pu être mené avant la Révolution française.

36 Ce dictionnaire, qui a parfois une vue encyclopédique — voir l'article « troupétou » — selon l'image de la tradition dictionnairique de l'époque (Boissier de Sauvages 1756), par l'importance de la terminologie dans les domaines scientifiques (anatomie, architecture, astronomie, botanique, chimie, mathématiques, optique, physique…) ou de domaines aussi divers que celui de la marine et celui de la liturgie, nous offre en panorama une réalité linguistique en Provence et en Languedoc à la fin du xviiie. Plus encore, ce dictionnaire nous propose une peinture de la société occitane, de son mode de vie et de sa langue dans un contexte vivant, langue occitane constamment confrontée à une langue française non pas dominante mais de plus en plus prégnante. Et peu importe que l'on découvre ou non l'auteur de ce dictionnaire, l'essentiel réside dans ce tête-à-tête entre deux langues, dans la description de la langue à travers définitions et proverbes et illustrations littéraires qui, elles, ouvrent de nouvelles perspectives à l'histoire littéraire du xviiie siècle.

Haut de page

Bibliographie

Achard Claude-François, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin, Imprimerie Jean Mossy, Marseille, 1785.

Anatole Christian & Lafont, Robert, Nouvelle Histoire de la Littérature Occitane, IEO/PUF, Toulouse/Paris, 1970.

Avril Jean Toussaint, Dictionnaire Provençal-Français. Suivi d'un vocabulaire Français-Provençal. s.l., s.d.

Azais Gabriel, Dictionnaire des idiomes romans du Midi de la France comprenant les dialectes du Haut et du Bas Languedoc, de la Provence, de la Gascogne, du Béarn, du Querci, du Rouergue, du Limousin, du Bas-Limousin, du Dauphiné, etc., Montpellier, Société pour l'étude des langues romanes, 1877.

Bauquier Joseph, « Les provençalistes du xviiie siècle », Revue des langues romanes, 17, 1880, 65-83 et 179-219.

Bauquier Joseph, « Les provençalistes du xviiie siècle », Revue des langues romanes, 18, 1880, 179-182.

Bazalgues Gaston, « Un diccionari lengadocian-francés », Revue des langues romanes, 82, 1977, 105-112.

Bertrand Régis, « Les passe-temps érudits de l'abbé J.-J.-T. Bonnet provençaliste inconnu du xviiie siècle », Provence historique, 35, 1985, 309-321.

Bonnet Marcel, Astier de Saint-Remy (sic), « poète-troubadour » du xviiie siècle, Saint-Rémy-de-Provence, Escolo dis Aupiho, 1971.

Boucoiran Lucien, Dictionnaire Analogique & Étymologique des idiomes méridionaux qui sont parlés depuis Nice jusqu'à Bayonne et depuis les Pyrénées jusqu'au centre de la France, Nîmes, Imprimerie Roumieux, 1875.

Bouvier Jean-Claude, Martel Claude, Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, C.N.R.S., 1975-1986.

Brun Auguste, Recherches historiques sur l'introduction du français dans les provinces du Midi, Paris, Champion, 1923, Genève, Slatkine, 1973.

Brun Auguste, La langue française en Provence de Louis XIV au Félibrige, Marseille, Institut historique de Provence, 1927, Genève, Slatkine, 1972.

Brun Auguste, « Un dictionnaire inédit du provençal. 1800-1820 », Annales de la faculté des lettres d'Aix, 32, 1958.

Brun Auguste, « Le père Puget et son dictionnaire provençal (xviiie s.) », Annales de la faculté des lettres d'Aix-en-Provence, 1959, 33, 54-74.

Brun Auguste, « Dictionnaires provençaux inédits (xviiie siècle) », Annales de l'Institut d'études occitanes, 1960, 25-31.

Chabaneau Camille, « Le parnasse provençal du P. Bougerel », Revue des langues romanes, 32, 1888, 182-195 et 220-233.

Chambon Jean-Pierre, « Le premier document lexicographique sur le français parlé dans l'Aveyron (Vayssier 1879) », Travaux de Linguistique et de Philologie, 1993, 31, Strasbourg-Nancy.

Chambon Jean-Pierre, « Développement et problèmes actuels des études occitanes », Bulletin de l'Académie des Inscriptions, 2010, 877-890.

Couzinié Jean-Pierre, Dictionnaire de la langue romano-castraise et des contrées limitrophes, Castres, Impr. Cantié et Rey, 1850.

Coyé Jean-Baptiste, Œuvres complètes de J.B. Coye en vers provençaux, Raphèle-lès-Arles, C.P.M., 1981.

Fabre Antoine, Panégyrique de la ville d'Arles, Arles, 1743.

Fabre d’Olivet Antoine, La langue d'oc rétablie, éd. Georg Kremnitz, Wien, Braumüller, 1988.

Gardy Philippe, Histoire et anthologie de la littérature occitane, l'âge du baroque, 1520-1789, Montpellier, Presses du Languedoc, 1997.

Gros Toussaint, Recuil de pouesiés prouvençalos, nouvello edicien, courrigeado et augmentado per l'autor, eme uno explicacien dei mots lei plus difficiles, Marseille, Sibié, 1763.

Herde-Heiliger (d') Marcelle, Frédéric Mistral et les écrivains occitans dans le Tresor dóu Felibrige, Pau, SFAIEO, 1998.

Hoefer Ferdinand, Nouvelle biographie universelle, Paris, Firmin Didot, 1854.

Holtus Günter, Metzelin, Michael & Schmitt, Christian, Lexikon der Romanistischen Linguistick, Max Niemeyer, Tübingen, 2001, volume I/1.

Honnorat Simon-Jude, Projet d'un dictionnaire provençal-français ou dictionnaire de la langue d'oc, ancienne et moderne, suivi d'un vocabulaire français-provençal, Digne, 1840.

Martel Felip, « Revolucion e contrarevolucion en occitan », Amiras/Repères occitans, 3, septembre 1982, 53-65.

Merle René, « Le dictionnaire provençal de C.F. Achard », www.rene-merle.com.

Merle René, L'écriture du provençal de 1775 à 1840, Béziers, C.I.D.O., 1990.

Mistral Frédéric, Lou Tresor dóu Felibrige ou dictionnaire Provençal-Français embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne, Aix-en-Provence, Édisud, 1979.

Orientation d'une recherche occitaniste, Annales de l'IEO, 4e série, tome II, n° 6, 1972.

Pansier Pierre, Histoire de la langue provençale à Avignon du xiie au xixe siècle, Avignon, Aubanel, 1924-1932, 5 vol.

Pellas Sauveur-André, Dictionnaire provençal et français dans lequel on trouvera les mots provençaux & quelques phrases & proverbes expliquez en François. Avec les termes des arts libéraux et mécaniques, Avignon, imprimerie Offray, 1723.

Pic François, « Inventaire » in Henry Boyer, Georges Fournier, Philippe Gardy & François Pic (éd.), Le texte occitan de la période révolutionnaire (1788-1800). Inventaire, approches, lectures, Montpellier, Section Française de l'Association Internationale d'Études Occitanes, 1989, 15-216.

Reboul Robert, Bibliographie des ouvrages écrits en patois du Midi de la France et des travaux sur la langue romano-provençale, Paris, Léon Techener, 1877.

Rixte Jean-Claude, Dictionnaire des dialectes dauphinois anciens et modernes par l'abbé Louis Moutier, IEO Drôme et ELLUG, 2007.

Ronjat Jules, Grammaire Istorique des Parlers Provençaux Modernes, Montpellier, Société des Langues Romanes, 1930-1941.

Sauvages de Boissier de La Croix (de) Pierre-Augustin, Dictionnaire languedocien-français, Gaude, Nîmes, 1785.

Schlieben-Lange Brigitte, « Un fragment de dictionnaire occitan inédit du xviiie siècle (ms. 804 bibli. Séguier, Nîmes) », Actes du XVIIe Congrès international de linguistique et de philologie romanes, Aix-en-Provence, 29 août-3 septembre 1983, université de Marseille, 1986, 383-399.

Schlieben-Lange Brigitte, « Grammatikographie und Lexikographie (des Okzitanischen) » in Lexikon der Romanistischen Linguistick, Max Niemeyer, Tübingen, 2001, 105-126, vol. I/1.

Schlieben-Lange Brigitte, Kirsch Peter & Kremnitz Georg, Petite histoire sociale de la langue occitane, Perpignan, Trabucaire, 2002.

Schmitt Christian, « Problèmes et perspectives de la lexicologie occitane moderne », Colloque international sur la recherche en domaine occitan (Béziers, 1974), Montpellier, C.E.O., 1975, 79-100.

Stefanini Jean, Un provençaliste marseillais l'Abbé Féraud (1725-1807), Aix-en-Provence, Faculté des lettres et sciences humaines, 1969.

Stefanini Jean, « Dictionnaires provençaux inédits du xviiie siècle », Revue de linguistique romane, 28, 1966, 123-126.

Swiggers Pierre, Les conceptions linguistiques des Encyclopédistes, Heidelberg, J. Groos, 1984.

Swiggers Pierre & Lioce, Nico, « La technique lexicographique dans le Dictionnaire du Béarnais et du Gascon modernes de Palay : essai de métalexicographie occitane », Actes du VIIIe Congrès de l'Association internationale d'Études occitanes, Bordeaux, 12-17 octobre 2005, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2009, 941-952.

Thomas Jean, « Jean-Pierre Couzinié (1794-1860), lexicograf entre Rochegude e Mistral », Lengas revue de sociolinguistique, 58, 2005, 89-113.

Thomas Jean, Lingüistica e renaissentisme occitan, Puèglaurenç, IEO, 2006.

Thomas Jean, « Lexicografia occitana e militantisme linguistic », in Guy Latry (éd.), Actes du VIIIe Congrès de l'Association Internationale d'Études Occitanes, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux 2009, 897-917.

Torreilles Claire, « Les trois dernières éditions du dictionnaire languedocien de l'abbé de Sauvages », in Peter Ricketts (éd.), Actes du 1er Congrès de l'Association internationale d'Études occitanes, London, AIEO, 1987, 511-527.

Torreilles Claire, « L'Illustrissimo padrone », in Elio Mosele (éd.), Un accademico dei Lumi fra due città : Verona e Nîmes. Scritti in onore di Jean-François Séguier nel secondo centenario della morte, Verona, 1977, 69-75.

Vayssier Aimé, Dictionnaire patois-français du département de l'Aveyron, Rodez, 1879.

Haut de page

Annexe

ANNEXE 1

INDEX DES NOMS DE PERSONNES

(Les auteurs d’œuvres littéraires qui servent d’exemples dans le dictionnaire sont à l’annexe 2)

Nous donnons par ordre alphabétique les noms des personnes citées pas ou peu connues et pour lesquels nous donnons une courte note. Puis viennent celles qui sont généralement connues et ne nécessitent pas de note particulière, auteurs de l’Antiquité ou de l’époque moderne ; enfin la liste de noms qui nous sont inconnus.

Noms de personnes

Beys Gilles (1540-1595), éditeur des Commentaires de Mignault sur les épitres d’Horace publiés à Paris en 1584.

Bouche Honoré, (1598-1671), publie une histoire de la Provence souvent citée dans le dictionnaire. Le titre exact est La chorographie ou description de la Provence et l’histoire chronologique du même pays, Aix, David, 1664. L’ouvrage sera réédité chez Rollin à Paris en 1736. Chabaneau (1888) cite les vers provençaux que Bouche avait composés, une ode de 54 octosyllabes insérée dans le Monumentum romanum Nicolao Claudio Fabricio Peresco (1638).

Borel Pierre, né et mort à Castres (1620-1671), médecin du roi. Auteur, entre autres ouvrages, de Bibliotheca chimica et du Trésor de recherches et d’antiquités gauloises et françaises. Il possède un cabinet de curiosités célèbre et travaille sur l’optique, la botanique, l’astronomie. Cf. Jean-Pierre Cavaillé, « Pierre Borel (1620-1671), médecin et polygraphe castrais, un curieux et ses mondes », Revue du Tarn, 146, 1992, 243-281.

Dacier (ou d’Acier) André (Castres 1651-Paris 1722), philologue, traducteur et éditeur d’auteurs grecs et latins. Académicien.

Daléchamps (ou D’Aléchamps) Jacques (Caen 1513-Lyon 1588), médecin et botaniste connu pour sa somme Historia generalis plantarum. A aussi publié un traité de chirurgie.

Daviler : Augustin-Charles d’Aviler (Paris 1653-Montpellier 1701), architecte (arc de triomphe du Peyrou à Montpellier, casernes de Nîmes, Lunel, Montpellier, Béziers et Mèze). Cf. Thierry Verdier, Augustin-Charles d’Aviler, architecte du roi en Languedoc 1653-1701, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2003.

Delorme (ou de L’Orme) Philibert (Lyon, vers 1510-Paris 1570), architecte. On lui doit une partie du Louvre, les plans de nombreux châteaux. Cf. Yves Pauxels, L’architecture au temps de la Pléiade, Paris, Montgoort, 2002.

Fauchet Claude (1530-1602), historien français (Recueil des Antiquités gauloises et françaises, 1579) à qui on doit la redécouverte des auteurs médiévaux français (Recueil de l’origine de la langue et poésie française, 1581).

Felibien. Ce nom de famille peut désigner deux architectes : André Félibien (1619-1695) ou son fils Jean-François (1658-1733).

Frédéric II de Hohenstaufen (1194-1250), cité pour son ouvrage de vénerie, le De arte venandi cum avibus.

Glanius, Les voyages de Jean Struys en Moscovie, en Tartarie, en Perse, aux Indes, Amsterdam, 1681.

Hartsocker Nicolas (Gouda 1656-Utrecht 1725) biologiste et physicien néerlandais, rencontre Huygens à Paris. Publie dans le Journal des Sçavants.

Huet Pierre-Daniel (1630-1721), prélat, homme de lettres, académicien. Philosophe, physicien, manie l’arabe et le syriaque.

Huygens Christian,(1629-1696) né et mort à La Haye, mathématicien, physicien et astronome.

Jumilhac, Mgr de (Brive 1706-Paris 1775), évêque d’Arles de 1746 à 1775, achète la riche bibliothèque de Pierre de Sabatier. Cf. Emile Fassin, Bulletin archéologique d’Arles, 1890, 5, 71-75.

Spelman Henry (ca.1562-1641), historien anglais connu pour son Glossarium Archaiologicus, premier dictionnaire juridique de la langue anglaise établi sur une base philologique.

Pasquier Étienne (né et mort à Paris (1529-1615), poète, historien, juriste, humaniste. Cf. Myriam Yardeni, La pensée politique des « Politiques ». Étienne Pasquier et Jacques-Auguste de Thou, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2002.

Redi Francesco (Arezzo 1626-Pise 1697), médecin, biologiste et poète, grand connaisseur des troubadours. Cf. Giuseppe Noto, Francesco Redi provenzalista. La ricezione dei trovatori nell’Italia del Seicento, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2012.

Sénecé Antoine Bauderon (1643-1737), né et mort à Mâcon, poète français dont l’auteur anonyme cite quatre vers, page 1846.

Auteurs de l’Antiquité

Hésiode, Le bouclier d’Heraclès
Ovide
Pline
Sénèque
Sophocle
Strabon
Suétone
Varron
Virgile, Énéide, livre V
Vitruve

Auteurs et savants français de l’époque moderne

Cassini
Descartes
Du Cange
La Bruyère
Ménage
Molière
Rabelais
Scarron
Vaugelas

Les inconnus

Alexandre d’Espine, Beltinus, Bertholin, Buteo, l’Abbé de Briançon, de Beauregard, R.P. Fabre, Grimaldi Marie, Mathiole, Pomey, R.P. Théophile Raynaud, Hayton, Sieur de la Garrouste (gentil’homme du Quercy), Tournefor, Ulysse d’Aldroandus, auteur d’une histoire naturelle.

Les auteurs de dictionnaires et grammaires

Estienne Robert, Dictionnaire latinogallicum, Lutetiae, 1552.

Nicot Jean, Thresor de la langue françoise, tant ancienne que moderne. Paris, 1606.

Richelet Pierre, Dictionnaire françois, chez Jean Herman Widerhold, Genève, 1680

Furetière Antoine, Dictionnaire universel, La Haye et Rotterdam, Arnout & Reiner Leers, 1690.

Dictionnaire dit de Trévoux, Dictionnaire universel français et latin. L’édition utilisée est à préciser.

Restaud Pierre (1696-1764), Principes généraux et raisonnés de la grammaire françoise, avec des observations sur l’orthographe, Lottin, Paris, 1767 (la première édition serait de 1730).

ANNEXE 2

Auteurs cités

Nous savons très peu de choses sur les auteurs cités par l’anonyme pour illustrer son dictionnaire. Les mots en italique dans les vers rapportés ici correspondent aux entrées du dictionnaire.

Abril Honoré, originaire de Grasse, procureur au siège d’Arles, mort en 1781. Il est l’auteur d’une complainte sur l’inondation du Rhône de 1755. V. Chabaneau 1888 et Reboul 1877.

Astier [Étienne], avocat de Saint-Rémy, qualifié par Coye de « poëte troubadour ». Voir Coye (1829, 70), V. Bonnet 1971 et Martel 1982.

Coye Jean-Baptiste, Mouriés (1711-1777), auteur du Novi para et de Lou delire. V. Anatole/Lafont 1970 et Philippe Gardy 1997.

Gros François-Toussaint, né à Marseille 1698 et mort à Lyon en 1748. Son œuvre, Recuil de pouesiés prouvençalos, connut trois éditions, 1734, 1763, 1841. V. Anatole/Lafont 1970 et Philippe Gardy 1997.

Seguin Joseph, docteur en droit originaire de La Ciotat, il se fixa à Arles où il mourut le 20 septembre 1691 à l’âge de 50 ans. On a de lui les Antiquités d’Arles. V. Chabaneau 1888 et Reboul 1877.

ASTIER

Adieou fúgues toujou countén
fáï de ver á l’acoustumádou,
et que lei músou apouderádou
per tu n’escoundoun jamáï rén.
aqui d’un humóur familiérou
d’un espri gáï, dous, amusán
nou trouvaren quatre viván
fabriqua de bónou matiérou
tu que counéïsses doou parnássou
jusquou oou plu petit carreiroun.

A l’houstáou dimenche que vén
rénde te, vounge hóuro sounádou
aqui per te lava la dén
troubaras de ménou de gén
que búvoun jamáï qu’á rasádou,
et mies que de moulin á vén
sáboun trissa la pasturgádou.

ABRIL

quan venguet lou troisiéme jóur
l’alármou, lei cris et lei plóus
din la camárgou redoubléroun,
lei levádou per tout crebéroun
quin tourmen per lou menagiet
de véire tout din lou dangiet.

Quaouqueis un que n’eroun pa nóou
pataflóu toumbéroun oou sóou.

N’iaguet d’áoutre que resistéroun,
parce que leis apouncheiréroun
lei gén per délougea dabór
dei fenéstrou venien á bór.

Áqueli qu’éroun escarta
fuguéroun lei premiet nega
quáouquis un su d’áoubre mountéroun
et pieï de febléssou toumbéroun
ayen peri de fré, de fán
á faoutou d’un moucéou de pán

Lei gén dei mas din lou dangiet
gagnávoun vite l’escayet
maougra lou tém á la malíssou
escalávoun su la tooulíssou
enveloupa de si mantéou
tachávoun d’escapa la péou.

Lei pastre emet lei pastriyóun,
courrien cóumou de lebretóun
d’un cousta d’áoutre á l’aventúrou
huróus quáou gagnávou l’ooutúrou,
lei peresous lei negligén
aguéroun d’áïgou jusquéi den.

Un ven tarrible din leis er
semblávou sourti deis enfér
leis houstáou de pertout brandávoun
et máï lei jarré noun tremblávoun,
gran et petit cregnien per lor
de groussi lou noumbre dei mor.

ANONIM8

sies ben ista huróus d’attrapa unou agénçou,
que t’ague retira d’únou grándou indigénçou,
même s’avies pougú l’avet un póou puléou,
ta máïren’oouriét pa fiela tan de trachéou.

éou jougávou de la prunélou
la quitavou pa d’un moumén,
fagué tán qu’áchapáou la léstou dameiséllou,
fugué sensíblou á sóun empreissamén.

En que sert tán de preambúle
lou nóum d’aquéou móu redicúle,
oou cáou fóou que coupés camin,
es que siéou sóur cóumo un toupín.

De tóutei lei máou es lou pire,
cepandan quáouquou fes faï rire,
máou á la vieyéssou coumún,
que nous rén souvén importún.

SEGUIN

nous áoutre voulén pa que res,
sáche lou lio de nóstou féstou,
yéou te faráï peta la téstou,
se me manéges lou mentoun,
moussu se vous eriás mooutoun,
que vóstou lánou seriet fínou.
Máï que la táoulou fúgue méssou,
fáï un páou mounta la mestréssou
car daván que nous embarqua,
voulén fáïre nóste marqua.

Moussu se vous eriás mooutóun
que vóstou lánou sarié fínou,
maougra [mot illisible : biéou ?] sié de la couquínou,
te dounaraï un moustachóun.

Cy git méste Cooulet,
la mór l’a pres per lou coulét,
et l’a estrángla cóumou un poulet ;
aquél móunde, n’es qu’un abús
d’un cooulet vér, n’a fa un Cabús.

Fasé nous fáïre la mesúrou,
lou vin es fór chier aquestán,
yéou crése qu’élei beourán tán,
que se coucaran su la régou.

Quáou a lou tém, et que l’emplúgou
n’a pa piéï regré doou passa,
un afáïre qu’es coumença
n’es pa du tout rén dificile,
yéou men voou trouba méstre gille
qu’es un armuriét deï meyéou.

Un siblet ben arnesca,
fa de la pátou d’un co,
en siblan sónou lei cáyou
et ye cántou sei funerayóu.

M. D. R. LAUDUN

que la rusádou aviet carga,
per poudé nous amaluga ;
aguet béou faire defigúrou
fin emé fin fan pa doublúrou.

Áqui moun cónte, se se póou,
n’imités pas lou roussignóou,
souvené vou toujóu, qu’oou païs d’amourétou
ma fet, qu’áou noun yés, noun y’heirétou,
et que tálou es la cruoouta d’aoou sór,
que leis absén an toujóu tór.

Em-aquo prés, nost-amouróus
poudiet se vanta d’estr’-huróus,
tandis qu’únou ardóur mutuélou,
ye dounávou lió despera,
que ren lei pourriet separa.

Nósteis ancién prudéns, et sage
dins aquéou té, que vivenplus,
coundanávoun ceste usage,
de qu’aóu couneissién leis abus.

Et charmádou de sa figúrou,
abregén, qu’arribé, quáou l’ooriet credegú,
fasén á l’amitiet, la plus cruélou injúrou
lou dróle tentét l’aventúrou.
Foudriet dire adiéou eï nouvélou
aquo sariet de bagatélou,
máï aquo fariét moun tourmén,
foudriét quita moun instrumén.

Counsidera quíntou disgáçou,
s’ere sóur cóumou únou becássou,
quan proumenén sóutou leis arc,
que vous respoundésse á l’hazard.
Et de sa pár une brassádou
á la paouréttou abandounásou
et per soulagea soun tourmén,
lou counjuré bén fortamén.

Sariéou sancéssou á la cadénou,
jugea quíntou sarié ma pénou,
n’oouréou pa la counsoulatióun
de l’áïmablou counversatióun.

Ven únou fachóusou nouvélou,
lou roussignóou es oubligea,
de vouyagea,
sábe pa bén per quint affáïre,
jugea quíntou doulóur per nóste calignáïre.

(adóun lei mounínou parlávoun,
et lei roussignóou resounávoun,)
aqués se vesié pa grata ;
unou fringántou cardoulínou,
jóuïnou, áïmablou, de táyou fínou.

Dabór de soun ami ye vanté la tendréssou
oou noum doou Roussignóou la bélou souspiré

Sénsou respóndre únou paráoulou
lou fin ratiét cóumou únou cátoumiáoulou,
aquéou jour se retiré.

Ben máï fugué lou bén vengu,
et cóumou un clavéou l’áoutre chássou
doou Roussignóou prengué la pláçou.

Et per élou quin có mourtáou,
ingra fóou bén que m’ámes póou,
ye disié tendramen la bélou incounsouláblou,
per te resoudre á me quita,
quint es per yéou ta cruoouta.

siécle lei plu yéun de nóstou couneïssénçou,
avié deja pres sa neissénçou,
bouta segúr, l’aï pa rava,
vóou tacha de vou lou prouva,
cresegués pa que me mescónte,
per vous persuada, fóou que vou fágue un cónte,
mounté couneissarés dabór
que leis absens an toujour tór.

Ye fagué mílou fes, la plu vívou prouméssou,
que ren poudrié jamáï affebli sa tendréssou,
á soun bon-húr rén n’érou egáou,
cóumou soun naturel érou d’éstre coquétou
crése próun qu’á la verita,
y’avié de tèms en tèms quáouqu-infedelita
máï la cáousou érou fór secrétou.

Et se qu’encárou máï me píquou,
poouriéou pus oousi de musíquou,
gés d’aquéli councér tán béou,
n’entendriéou plus leis airs nouvéou.

Aprés noumbróuseis annádou,
din séi benhuróusou countrádou,
nou ye veguén jouyousamén
áqui ce que souvéte amen.

Et piéï váï véïre la dounsélou,
aquélou páourou tourtourélou,
que de tristéssou se mouriét,
á la címou d’un amouriét.

Et sabés qu’ourdinaramén,
de paréyous beouta s’estáquoun raramén
ooussi nóste galán metét tout en uságe
lou dróle érou deja sorti d’aprentisságe.

L’avié talamen encanta
que nóst-aman transi n’érou plus en ferta,
que de n’en fáïre sa counquétou
máï la fripóunou érou coquétou.

Lou coumpáïre á négre gaváge
souignóus en arribán de fáïre soun messáge
couménçou de s’espesouya
de se bén escarrabiya.

Ni máï lou dise pa per rire,
escouta bén vou lou vóou dire,
es un exémple dei plu fór,
que leis absén an toujour tór.

Per lei plu naïvou pintúrou,
per de fáblou per de figúrou,
sénsou tán cerca de faïçóu,
dounávou de ságei liçóun.

Que la bélou fugué toucádou,
de seis souspir agué pieta,
lou roussignóou es escouta
quán femélou vén pietadóusou
ístou gáïre d’éstre amouróusou.

Se fringouyávou á soun entour,
et quan la nieuch veniet et que la sentiet couchádou
coumençávou sa serenádou
ei bós countávou soun tourmén
talamen.

Amayéou máï avé la góutou,
éstre bórgne ye véïre góutou,
es quáouquourrén de plu fachóus
que d’éstre panár vo gibóus.

Quan sóutou l’habi d’un péissóun,
voulié nous préndre á l’hameçóun,
descouvriguerias sei finéssou,
l’empacharias d’éstre mestréssou,
et per vóstei s´gei avis,
la couchéroun d’aques païs.

Que counsérve vóstou jacúdou,
améï la chátou qu’és nascúdou
et lou réstou de la meïna,
que qu’en voudra nous emmena.

Es dei máou lou plus incoumóde
l’áouse pa dire, cérque, róde,
voudriéou que lou devinessia,
maï de póou que creseguessia,
qu’és quáouquourrén de plus funéste
móun máou n’a rén de malhounéste
n’a pa besóun de mountpeliét,
ni máï fáï pa garda lou liét.

Máou que gástou pa la figúrou
dequáou lou nóum es unou injúrou
máou qu’es deficile á gari
que n’a jamáï res fa mouri.

Vous crése máï qu’hypoucrátou
que quan acoumpagniéou méï pátou,
se dignavia me vesita
sariéou dabór ressussita.

Cresegués pa pourtán que fuguésse tant sótou
qu’aguésse la fólou marrótou,
cóumou éllou de se pougnarda,
se n’en saché ben engarda.

Et leis abús que coundanéroun,
en prouvérbe lei reduiguéroun,
afin que la pousterita
tachésse de leis evita.

Et per yéou un malhúr insigne
car siéou fór ignourén ei signe,
vous aï dit toutei mei resóun,
vous áï expousa mei besóun.

Vo restésse cóumou únou sóucou,
vou vesén boulega lei bóucou,
yéou que tróbe tán de plesi ;
quan quáouquou fes vou póde oousi.

Me fariet cent fés mens de pénou
d’éstre tourmenta dei mourénou
d’avé la fébre, lei doulóur,
vo d’éstre sugét ei vapóur.
Aprés qu’agué pres la vouládou,
lou proumié jour qu’érou parti
se troubéroun a la dinádou,
emié lou passeróun aquel ancién ami.
Nóste galan charma de sa felicita,
juré d’éstre jamáï vouláge,
et la belou de soun cousta,
perque rén ye faguésse oumbráge,
émmandé tóutei sei riváou.

Per la persuada tout lou fránc diéou doou jour
aqui mount’ éllou se poosávou,
éou dabór ye voulastregeávou,
per ye parla de soun amour.

Que veniet de quáouque vouyáge
lou roussignóou imprudammen,
lou pregué qu’an sariet de retour oou bouscáge,
d’ana faïre sei coumplimen.

N’es pas besóun d’únou savántou plúmou
per moustra qu’aquelou coustúmou,
fachóusou per lei vouyajous,
que réignoun tán de nóstei jóurs.

Haut de page

Notes

1 Jean-Jacques Toussaint Bonnet, Dictionnaire Provençal-François, Bibliothèque Municipale de Digne, ms. 40, 1949 pages en 5 volumes.

2 Le dictionnaire numérisé est consultable sur le site :
http://tolosana.univ-toulousefr/notice/165803770

3 Nous avons fait le choix de reproduire ici cet accent par un accent aigu. Nous avons respecté la graphie de l'auteur, ainsi certaines majuscules apparaissent-elles en cours de phrase. Par contre nous avons régularisé l'emploi de la minuscule à l'initiale du mot vedette.

4 Voir en annexe.

5 Peut-être l'auteur lui-même.

6 Nous renvoyons le lecteur aux annexes.

7 Bonnet, B.M. Digne, ms. 40 ; Barrigue de Montvallon, Aix-en-Provence, Méjanes, ms. 1664/1529 ; Rey, B.M. Marseille, ms. 1677-1680 ; Séguier, B.M. Nîmes, ms. 804.

8 Il est possible que les vers ci-dessous soient de l’auteur du dictionnaire ou d’un auteur dont on aurait omis le nom.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Première page rédigée du dictionnaire
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Exemple de page ordinaire
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/101/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Exemple de « papillons »
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/101/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joan Thomas, « À propos de la découverte d’un dictionnaire inédit du xviiie siècle », Lengas [En ligne], 73 | 2013, mis en ligne le 15 novembre 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://lengas.revues.org/101  ; DOI : 10.4000/lengas.101

Haut de page

Auteur

Joan Thomas

Université de Toulouse II le Mirail, ESPE
Joan Thomas, docteur en sciences du langage et en études romanes, enseigne la langue et la littérature occitanes dans l'enseignement secondaire et à l'ESPE, université de Toulouse II le Mirail. Son travail de recherche est axé principalement sur l'histoire de la linguistique occitane.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org