Navigation – Plan du site

L’enjeu de l’identité linguistique dans l’île francoprovençale des Pouilles

Entre aménagement linguistique et linguistique du développement social
L'enjòc de l'identitat lingüistica dins l'illa francoprovençala de Polha
Giovanni Agresti

Résumés

Dans cette étude nous tentons une réflexion autour de la dialectique entre aménagement linguistique (AL) et linguistique du développement social (LDS) par une focalisation sur l’île francoprovençale des Pouilles et tout particulièrement sur l’aspect de l’identité linguistique de la communauté locale, point d’ancrage aussi bien de l’AL que de la LDS et enjeu bien complexe et délicat. Ce propos va s’articuler en deux volets, étroitement interconnectés :
1) dans le premier, nous abordons la question du nom de la langue, le glossonyme, qui n’est pas qu’un désignant car il recouvre et véhicule des représentations de la langue et de l’identité de la communauté locale ;
2) dans le second volet, nous croisons la réflexion sur le glossonyme avec une ébauche d’étude synchronique du francoprovençal des Pouilles, d’après une perspective d’abord émique (c’est l’analyse des représentations sociales), ensuite étique, dans le but de situer la variété linguistique locale par rapport à d’autres variétés constitutives du paysage linguistique de l’île francoprovençale des Pouilles.
Nous proposons en conclusion une mise en perspective de ces questionnements en fonction des actions d’AL et de LDS.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Aménagement linguistique (désormais : AL) et linguistique du développement social (désormais : LDS) partagent un même objet à travailler, la langue, mais pas les visées de ce travail. Alors que l’AL vise à aménager les langues, à en modifier le statut, les emplois etc., la LDS ambitionne plutôt à utiliser telle ou telle langue pour aménager (lire : améliorer) les conditions d’existence d’un sujet ou d’une communauté tout entière. Bien évidemment, AL et LDS peuvent converger et s’entraider, dans la mesure où la documentation et la valorisation de la langue reviennent à l’aménagement de l’outil du développement social et dans la mesure où cette dernière visée justifie et soutient l’aménagement de la langue.

2Dans la présente étude nous tentons une première réflexion autour de cette dialectique complexe, par des exemples divers et une focalisation sur l’île francoprovençale des Pouilles – espace multilingue que nous avons la chance de fréquenter depuis plusieurs années et où nous avons, dans le temps, mis en place un certain nombre d’actions de terrain. Au vu des contraintes d’espace et surtout de l’intitulé de ce colloque, nous nous bornerons ici à développer notre propos autour d’un aspect à la fois particulier et fondamental, à savoir l’identité linguistique de la communauté locale, point d’ancrage aussi bien de l’AL que de la LDS et enjeu bien complexe et délicat. Ce propos va s’articuler en deux volets, étroitement interconnectés et interdépendants :

31) dans le premier, nous abordons la question du nom de la langue, le glossonyme, qui n’est pas qu’un désignant mais qui recouvre et véhicule fatalement des représentations de la langue et de l’identité de la communauté locale ;

42) dans le second volet, nous croisons la réflexion sur le glossonyme avec une ébauche d’étude du francoprovençal des Pouilles, d’après une perspective d’abord émique, faisant la part belle à l’analyse des représentations sociales, ensuite étique, dans le but de préciser la « véritable » nature de la variété linguistique locale par rapport à d’autres variétés constitutives du paysage linguistique de l’île francoprovençale des Pouilles.

5Dans les Conclusions nous proposons une mise en perspective de ces questionnements en fonction des actions d’AL et de LDS.

Bien nommer pour bien agir : l’enjeu du glossonyme

Nommer l’identité linguistique. Notre terrain

  • 1 Plus récemment, nous avons exposé une large synthèse de la LDS en juin 2016 en ouvrant à l'Universi (...)
  • 2 Pour convoquer un exemple plutôt connu et particulièrement parlant en domaine roman, l'identité fri (...)

6Ailleurs nous avons proposé un aperçu d’ensemble de la démarche de LDS, aussi bien théorique qu’empirique étant sans cesse nourrie par le terrain (Agresti 2014a)1. Nous ne reviendrons pas, ici, sur cet aperçu ; ce qui nous intéresse est plutôt d’approfondir une question majeure, celle de l’identité linguistique d’une communauté, qui souvent décide de la permanence d’une langue dans un territoire et de la résilience de telle ou telle communauté face aux phénomènes négatifs qui, de manière souvent dramatique, affectent les espaces marginaux : dépeuplement, désertification culturelle, vieillissement de la population, césure des liens intergénérationnels etc.2

  • 3 Courant 2017, nous consacrerons une monographie au francoprovençal des Pouilles depuis la perspecti (...)

7Dans cet article nous allons prendre en compte un terrain extrêmement intéressant et stimulant pour ce qui est de la recherche et du rôle de l’identité linguistique dans le cadre de la LDS, à savoir l’île francoprovençale des Pouilles. Cette analyse ne peut qu’être une ébauche : d’une part, parce que les recherches et les actions de revitalisation culturelle que nous menons à Faeto et Celle depuis, en gros, 2008, sont bien nombreuses et complexes – de surcroît, touchant des aspects tantôt strictement linguistiques, tantôt sociolinguistiques, économiques, historiques et autres – ; d’autre part, parce que ce travail est un chantier encore bien ouvert et en construction3.

Fig. 1. L’emplacement géographique des deux îlots francoprovençaux des Pouilles, Faeto et Celle di San Vito

Source : adapté de CELE (Vittorio Dell’Aquila)

  • 4 Ces lois ont leur principale source juridique dans l'un des principes fondamentaux de la Constituti (...)
  • 5 La présence d'une variété linguistique d'origine ou (plus exactement, à notre sens) de matrice fran (...)

8Voici notre terrain. L’île francoprovençale des Pouilles, reconnue par la loi nationale (1999) et une loi régionale (2012) de protection des « minorités linguistiques historiques »4 est constituée par deux communes de la province de Foggia, Faeto et Celle di San Vito, qui sont respectivement la plus haute (866 m.) et la plus petite de la région. Ces deux villages se situent dans l’espace aujourd’hui dénommé Monti Dauni et sont caractérisés par la présence, remontant sans doute à la fin du XIIIe siècle, d’une variété linguistique qui relève du domaine francoprovençal5. Ils comptent aujourd’hui environ 850 habitants, chiffre auquel il faudrait ajouter une assez vaste communauté issue de la diaspora migratoire qui a affecté ces deux îlots linguistiques notamment à partir des années 50 du XXe siècle.

Tableaux 1 et 2. La courbe démographique de Faeto et de Celle di San Vito.

Source : http://dati.istat.it/​ (données de 2012)

9Malgré cette grave chute démographique, surtout à Faeto la langue ne se porte pas trop mal, car les habitants l’utilisent de manière diffuse même en dehors du foyer et ont tendance à la transmettre à leurs enfants. Cela dit, la menace qui pèse sur elle est bien là. Pour user d’une formule, on pourrait dire que la donne sociolinguistique est négative en raison du faible nombre de locuteurs mais positive en raison du sentiment linguistique, de la loyauté linguistique des habitants qui a de quoi encourager et motiver des actions d’AL et de LDS. Dans ce contexte circonscrit, on comprend aisément que l’identité linguistique est une question de taille car c’est (aussi) à partir d’elle que l’on peut espérer conjurer la dérive de désertification démographique et culturelle qui paraît inéluctable dans les zones de montagne à l’âge de la globalisation.

  • 6 Ce nom ne saurait être exclusif (Balibar 1997). Néanmoins, il faudrait s'accorder sur un nom princi (...)

10Or, aussi bien dans le cadre de l’AL que dans celui de la LDS, il est indispensable de bien nommer pour bien agir sur l’identité linguistique. Il faut, autrement dit, que l’objet à aménager ou le sujet du développement social, à savoir la langue X, (ici, le francoprovençal des Pouilles) possède un nom faisant consensus, ce nom et l’histoire qu’il y a sous ce nom devant être reconnus et partagés par les communautés linguistique et scientifique ainsi que par le pouvoir constitué, les autorités de la langue et de la culture. Pour aller dans une même direction, il faut que le but, l’objet de toute action soit clair, défini et identifiable6.

11Il y a là un premier, délicat enjeu, et ce pour au moins trois raisons :

121) d’abord, pour utiliser la terminologie du language planning (Fishman 1974), donner un nom à une langue X relève déjà de l’aménagement et du corpus (la description et la documentation de la langue justifient et sont à leur tour justifiées par l’adoption et ratification de tel glossonyme) et du statut (toute reconnaissance formelle d’une langue s’accompagne obligatoirement de l’officialisation d’un glossonyme) et de l’acquisition (pour apprendre une langue, notamment à l’école, il faut que celle-ci soit bien documentée, décrite et formellement reconnue) ;

132) ensuite, il s’agit d’un enjeu délicat en ce qu’un glossonyme peut à la fois révéler et cacher, voire écraser (Agresti 2014b). Lorsque par exemple l’affirmation d’une langue d’État finit par changer le statut des langues locales en dialectes de la langue d’État, il y a également projection du glossonyme de la langue dominante. On parle alors, à tort ou à raison, d’« italien régional » ou de « dialectes italiens », comme si ceux-ci étaient des dérivations, voire des corruptions de la langue italienne, avec toutes les conséquences négatives que cette (fausse) représentation peut impliquer. Au sein des minorités linguistiques, marquées par une variation importante, d’abord d’ordre diatopique, la ratification d’un désignant peut être mal reçue par nombre de locuteurs, relevant d’une pluralité de communautés linguistiques locales. Dans l’espace roman, c’est entre autres le cas des parlers d’oc : le désignant « occitan », malgré d’indéniables avancées sur le plan de la communication, de l’institutionnalisation et de la diffusion auprès de l’opinion publique, suscite encore des résistances, parfois farouches, par exemple chez bien des Provençaux. La récente naissance de la macro-région administrative Occitanie, qui ne correspond que très partiellement à l’Occitanie linguistique, vient compliquer (et politiser) un tableau qui s’était tant bien que mal normalisé7. Un autre exemple bien parlant concerne la normativisation de la Limba sarda comuna, qui est loin de faire consensus dans l’espace linguistique sarde caractérisé historiquement par des variétés infra-régionales à la forte identité8 ;

  • 9 Pour la notion de « représentations sociale », notamment appliquée aux langues, cf. au moins Moscov (...)
  • 10 Graphie dite souvent « phonétique » parce qu'à l'image de la prononciation effective selon, faut-il (...)
  • 11 Frédéric Mistral (1830-1914), Prix Nobel pour la littérature en 1904 et protagoniste mondialement r (...)
  • 12 Nous songeons notamment au poète Bernard Manciet.

143) de fil en aiguille, l’attribution, le choix ou l’adoption d’un glossonyme est une affaire délicate parce que celui-ci est viscéralement lié à des émotions et à des représentations sociales9, aussi en raison des héritages en jeu (Tabouret-Keller 1997, Canut 2000), qui peuvent être également des références littéraires. Or, on ne saurait sacrifier ces références, ces émotions, même si elles peuvent rendre moins simple l’AL : en effet, les Provençaux affirmant l’existence autonome du provençal par rapport à l’ensemble occitan affirment en même temps la nécessité d’une graphie, dite mistralienne10, parce que redevable des œuvres du Félibrige en général et de Frédéric Mistral en particulier11. Une langue se dit par un nom et ce nom, porté par une plume extraordinaire, est évocateur d’un paysage, à la fois extérieur et intérieur, que la littérature est en mesure de façonner et véhiculer au plus haut point. Pour rester dans le Sud de la France, la Méditerranée (et non par exemple l’Atlantique comme pour nombre de Gascons12) est la toile de fond des représentations sociales des Provençaux attachés à leur langue et au nom qui traditionnellement la désigne.

  • 13 Dans ce sens, un exemple remarquable et quelque part extrême est celui de l'« invention » de l'Acad (...)

15En résumant, s’il faut bien nommer pour bien agir en termes aussi bien d’AL que de LDS, il faut également que ce nom soit en phase avec les représentations sociales de la langue X, donc avec l’imaginaire et les sentiments des habitants – et, éventuellement et compte tenu des chances et des risques que cela peut impliquer, même avec celui des étrangers en général et des touristes en particulier (Kahn et al. 2014)13.

16Or, le contexte qui nous intéresse tout particulièrement ici, à savoir les deux îlots francoprovençaux des Pouilles, nous permet d’aborder la question du glossonyme dans sa dialectique avec les représentations sociales de la langue locale d’une manière à la fois très singulière et paradigmatique : très singulière, parce que le contexte est singulièrement connoté ; paradigmatique, parce que n’importe quel contexte est évolutif, exactement comme les représentations sociales des langues.

Le nom de la langue à Faeto et Celle di San Vito

17Nommer la langue de Faeto et Celle di San Vito est une affaire bien complexe. La question se situe sur deux niveaux, distincts et pourtant fatalement entremêlés :

  • 14 Il existe un glossonyme alternatif à francoprovenzale, il s'agit d'arpitano ou lingua arpitana. Néa (...)

181) le premier niveau est celui pour ainsi dire institutionnel ou formel. À ce niveau il nous échoit de formuler quelques remarques concernant le choix (et par là l’emploi) du glossonyme francoprovenzale (« francoprovençal »). Tout d’abord, il faut rappeler qu’il y a là une trouvaille relativement récente et ne peut par conséquent correspondre à aucun glossonyme ni à aucun ethnonyme de l’époque de la fondation de nos deux îlots linguistiques (XIIIe siècle). Ce désignant fut en effet inventé par Graziadio Isaia Ascoli (1878-79), et son utilisation adjectivale pour désigner les colons médiévaux est d’évidence une projection idéologique contemporaine. Par ailleurs, ce désignant est plutôt flou. En effet, le glossonyme francoprovenzale, s’il n’est pas tout à fait interprétable comme une « simple » médiation entre le français et l’occitan de Provence, il n’indique pas non plus une variété linguistique bien définie en termes d’identité historique. De ce point de vue, le francoprovençal serait un ensemble de traits linguistiques caractérisant une assez vaste aire alpine à cheval entre les actuelles France, Suisse et Italie, et distinguant le francoprovençal aussi bien du français que de l’occitan tout en partageant avec ces langues un nombre élevé de traits et phénomènes linguistiques14. Bref, l’identité francoprovençale, au point de vue plus culturel que linguistique, est une construction encore jeune qui est en train de se consolider seulement depuis quelques années.

Fig. 2. L’espace francoprovençal

Source : Arpitania 2006. CC BY-SA 3.0

192) Le second niveau concerne les appellations de la langue locale chez les membres des communautés de Faeto et de Celle. L’étude de ces appellations a fait l’objet, entre autres, de trois récentes enquêtes (Perta 2009, Puolato 2013 et Pallini 2015) dont il faut retenir au moins trois conclusions majeures. Dans son enquête Carmela Perta se focalise sur la complexe question du désignant utilisé à Faeto pour nommer la langue locale :

Anche se [...] l’etichetta data era la stessa per tutti [« langue » et non « dialecte »], il contenuto variava tra francoprovenzale (52 %), provenzale (12 %) ed i rimanenti hanno definito la propria varietà "lingua" provenzale / francoprovenzale usati in modo sinonimico, affermando che queste sono lingue simili al francese, al punto da derivare da questo. Per molti informanti anche il "faetano" risulta essere la lingua "provenzale", e dei "provenzali", ossia dei francesi (Perta 2009 : 243).

20Silvia Pallini propose pour sa part les données et remarques suivantes :

13 personnes interrogées sur 20 appellent faetano la langue couramment parlée à Faeto, alors que seulement 6 sur 20 la définissent comme francoprovençal. Évidemment : [...] la conscience linguistique et identitaire francoprovençale, d’ailleurs peu définie en général en raison du flou même de ce glossonyme, est évidemment faible, même si la langue est pratiquée par la population aussi bien dans l’espace intime que dans l’espace public ; c) le faetano est une langue à part et pour cela il mérite un désignant spécifique. 1 habitant sur 20 seulement considère le faetano comme étant une variété du francoprovençal (Pallini 2015, 72).

21Enfin, Daniela Puolato (2013) s’est penchée sur les « appellations de la langue minoritaire » dans nos deux îlots. Elle a pu mettre en relief la forte variation des dénominations de la langue minoritaire suivant la classe d’âge des répondants. Ainsi, par exemple, le glossonyme provenzale est choisi par 0 % des jeunes (11-20 ans) alors qu’il obtient un score de 34 % chez les plus de 65 ans ; à l’inverse, le glossonyme francoprovenzale obtient un score de 63 % chez les plus jeunes et seulement 2 % chez les répondants les plus âgés (Puolato 2013, 183). Tout en essayant de cerner les « valeurs identitaires et idéologiques » à partir des discours des locuteurs primaires elle conclut :

L’emploi des glottonymes comme clé d’accès aux réalités sociolinguistiques de Faeto et Celle montre que chaque glottonyme ponctue un aspect particulier du rapport entre identité, territoire et langue minoritaire. « Provençal », en voie de disparition, s’ancre dans les souvenirs du passé ; « langue francoprovençale » se charge de significations idéologiques ; « francoprovençal » désigne de façon neutre la réalité sociolinguistique d’aujourd’hui ; les noms faetano et cellese sont les plus évocateurs de l’identité ethnoculturelle et linguistique. La valence affective de ces noms se manifeste par leur association réitérée avec des mots qui touchent les sphères les plus profondes de l’homme : les « origines », la « naissance », les « premiers mots », la « vie », l’univers des émotions symbolisé par le « cœur » et par la figure de la « mère ». Les locuteurs se sentent tous faetani ou cellesi et ils sont très fiers de l’être (Puolato 2013, 189).

22Ces mots qui articulent le glossonyme au discours et donc aux représentations nous permettent de passer maintenant à l’analyse de celles-ci afin de sonder plus en profondeur l’imaginaire des populations enquêtées. Dans la seconde partie de notre article nous allons illustrer les résultats partiels de deux recherches permettant de saisir l’identité linguistique et culturelle de notre terrain : l’une, guidée par une approche émique, l’autre développant une approche étique.

Du nom de la langue aux images de la langue

23Nous l’avons précisé dès le début : un glossonyme est important en ce qu’il véhicule des images et des narrations liées à la langue et participe par là, de manière non anodine, de la construction de l’identité linguistique de la communauté. Or, pour mieux cerner – et, à terme, valoriser – celle-ci, nous allons d’une part prendre en compte directement les représentations sociales (approche émique) et d’autre part mener une étude rigoureuse en dialectologie synchronique (approche étique).

Les représentations sociales du francoprovençal des Pouilles

24Les méthodes pour saisir et analyser l’imaginaire linguistique sont nombreuses. Nous proposons ici deux regards très différents sur les représentations sociales de la langue francoprovençale de Faeto et de Celle : le premier, qualitatif, vise à explorer l’imaginaire d’un petit corpus d’enfants de l’école primaire de Faeto, auxquels nous avons simplement demandé de « dessiner la langue » locale, soit le « francoprovençal de Faeto ». Le second regard, alliant les dimensions quantitative et qualitative, use de la méthode d’analyse combinée mise au point par Bruno Maurer (2013) et rentre tout à fait en ligne de compte dans notre stratégie de LDS.

Dessiner la langue. Les représentations de la langue locale chez les élèves de l’école primaire de Faeto

  • 15 Pour des raisons d'espace nous ne pouvons pas nous arrêter davantage sur ce sujet, qui est néanmoin (...)
  • 16 À côté de ces dessins il faut mentionner une autre série de représentations graphiques, celles réal (...)

25Le francoprovençal des Pouilles est enseigné, quoique de manière toujours plus difficile et aléatoire, à l’école maternelle et primaire de Faeto15. Notre enquête sur les représentations de la langue locale, bien qu’inédite, remonte à 2009. Nous avons déjà rappelé la consigne, à la fois simple et paradoxale : dessiner la langue locale, qui par sa nature est évidemment immatérielle. Dans les images suivantes nous reproduisons les dessins réalisés par les neufs élèves de l’école primaire impliqués dans ce projet, que nous allons commenter de manière très succincte16.

Fig. 3. Atelier de dessin « Dire, voir la langue ». Faeto, Année scolaire 2008-2009.

Source : réseau LEM

  • 17 La graphie officielle, ratifiée dans le DIF (Sportello linguistico francoprovenzale 2007 : ad vocem(...)
  • 18 Cu ten la lengo ten la clau que di cadeno lou deslivro (« Celui qui garde sa langue tient la clé qu (...)

26La première impression, en regardant ces images, concerne leur diversité. En 1, 4 et 8 la langue est mise en mots. Néanmoins, cette thématisation prend des formes très différentes. Alors qu’en 1 « la lénne », malgré sa taille, fait fonction de didascalie, en 4 « lénna franchepruvenzale » [sic] est un syntagme inscrit dans une sorte de livre ouvert, qui pourrait être le livre de l’identité de Faeto en ce qu’il rassemble l’intitulé d’un recueil de contes traditionnels évidemment familier aux élèves (« Cunte é cuntariélle de Faìte » [sic]), le nom de la langue et la formulation de l’au revoir (« accúnní » [sic], « au revoir »17). En 9, « la lénne » devient un élément graphique indéfiniment répété et porteur de diversité via la diversité des couleurs. Ce motif se retrouve en 2 (des crayons de couleur) et en 7 (des papillons multicolores) comme pour suggérer deux aspects de la communication linguistique : le fait de laisser des traces écrites, la chance de faire s’envoler notre parole. Verba volant, scripta manent, on dirait. Ce dynamisme, on le retrouve de manière plus abstraite en 1, lorsque la langue ressemble à une sorte de feu, à un bouquet de flammes ou à tout le moins à de l’énergie qui se déploie, à de la chaleur, aussi. Plus anecdotiques sont en revanche les dessins 5 et 6, qui mettent en scène et en texte, encore une fois, la langue : dans le panneau qui donne la bienvenue à l’entrée du village ainsi qu’à l’intérieur d’une maison, où modernité (télévision) et tradition (cheminée et feu) se côtoient, le relais entre ces deux époques étant le personnage au milieu du dessin (le grand-père ?) qui entame un conte d’après la formule connue : « a-gnàve ‘na vaje » [sic] (« il était une fois »). Il importe de rappeler que cette formule donne également l’intitulé d’un livre écrit en langue locale et circulant dans la communauté (Genovese et Pastore, 2006). Le dessin n. 3 associe la langue aux symboles identitaires institutionnels, à savoir les drapeaux italien, francoprovençal et un drapeau jaune et rouge qui rappelle les couleurs de la Provence ; par ailleurs, une deuxième fois le nom du village campe sur la représentation graphique, nom évidemment écrit et ressenti en langue locale. Pour terminer, le dessin en 9 représente une clé proche d’une serrure : est-ce pour ouvrir ou bien est-ce pour fermer une porte ? Quoi qu’il en soit, ce dessin rappelle singulièrement le célèbre mot de Mistral, vraisemblablement inconnu du jeune auteur de ce dessin : « cu ten la lengo, ten la clau »18, la langue donnant accès à une dimension et à des connaissances parfois cachées et peu visibles.

27En résumant, ces dessins montrent à notre sens deux éléments majeurs qu’il faudrait retenir dans le cadre d’actions d’AL et de LDS :

281) le rôle de la présence de la langue dans l’espace public, que ce soit dans les panneaux bilingues ou dans les couvertures des publications littéraires écrites en langue locale et utilisées, aussi, comme outils pédagogiques à l’école. Les dessins réalisés par les enfants montrent une positive familiarité avec cette jeune « littérature » qui a réussi, malgré tout, à fabriquer des références linguistiques au niveau de la langue écrite qui faisaient complètement défaut avant les années 2000. Aussi bien à Faeto qu’à Celle di San Vito la langue est présente, visible dans l’espace public mais on pourrait faire bien davantage : elle serait bien accueillie et de la part des populations locales, et des gens provenant de l’extérieur.

Fig. 4. Le panneau routier à l’entrée de Faeto.

Source : http://portal-lem.com/​fr/​langues/​francoprovencal-faeto.html

292) l’importance de mener une action pédagogique systématique notamment auprès des nouvelles générations afin de développer une forte réflexivité et donc une conscience fine de la langue et du rapport entre sujet, langue, communauté.

L’analyse combinée des représentations sociales de la langue et de l’identité locales à Faeto et Celle di San Vito. Population adulte

  • 19 Cette enquête a été réalisée grâce à la collaboration de Silvia Pallini de l'Associazione LEM-Itali (...)

30Après l’enquête de 2009, qui revenait en fait à un atelier de dessin réalisé au sein de l’école primaire et maternelle de Faeto, nous avons entamé en 2015 une étude plus étendue et systématique auprès de la population adulte résidant ou originaire de Faeto et Celle di San Vito qui portait sur les représentations de la langue et de l’identité des deux villages francoprovençaux des Pouilles19. Cette enquête est encore en cours et va se clôturer au printemps 2017, mais nous sommes en mesure d’en présenter les premiers résultats. Pour la réaliser, nous avons usé d’une méthode novatrice dans le domaine de la recherche en sciences sociales, la méthode d’analyse combinée (désormais MAC) de Maurer (2013).

  • 20 Ces enquêtes commencent à être assez nombreuses. Elles nous ont permis d'étudier les Occitans de Gu (...)

31En ce qui nous concerne, cette méthode a déjà fait l’objet de plusieurs enquêtes sur des communautés linguistiques et dans des contextes très divers, ce qui nous a permis d’aborder celle-ci avec une certaine expérience de l’outil20. Sans pouvoir rentrer dans les détails de cette méthode, nous nous bornons ici à préciser qu’elle se déploie en cinq phases : la pré-enquête, la fabrication des questionnaires, l’administration des questionnaires, la collecte des résultats et la génération automatique de graphes, le commentaire de ces derniers.

La pré-enquête

32Tout en veillant à ne pas conditionner son enquête par la projection de son idéologie, le chercheur dispose dans la méthode MAC de marges de manœuvre parfois importantes pour fabriquer ses questionnaires. La pré-enquête peut se dérouler de manière très variable, en fonction de la population enquêtée (entretiens individuels, focus groups, prise de note cachée en observateur externe, travail sur des sources secondaires etc.) et des contraintes que l’enquête elle-même peut imposer (temporelles, économiques, logistiques etc.). En ce qui nous concerne, nous avons profité d’une assemblée d’une trentaine de représentants des deux communautés réunis à Celle di San Vito à l’occasion de la deuxième édition (juillet 2015) des cours d’été de l’Université Francophone de l’Italie du Sud21 pour leur proposer une consigne simple : écrire, sur une feuille blanche que nous leur avions fournie, quelques lignes en réponse à ces deux questions :

331) que représente pour vous la langue faetana (ou cellese, selon le répondant) ?

342) que représente pour vous l’identité faetana (ou cellese, selon le répondant) ?

35Au bout d’une vingtaine de minutes, nous avons rassemblé les productions textuelles, anonymes.

La fabrication des questionnaires

36À partir de ces matériaux (qui donc, soulignons-le, ne constituent pas la projection de l’idéologie du chercheur, mais bien un archipel d’idées circulant au sein de représentants des populations enquêtées : il y a là un élément central dans la méthode MAC), nous avons cerné quatre séries d’items portant respectivement sur les représentations : a) de la langue faetana ; b) de l’identité faetana ; c) de la langue cellese ; b) de l’identité cellese. Par la suite, nous avons trié ces items afin d’éviter les redites, les formulations trop générales ou trop floues, ou au contraire trop compliquées. Nous sommes ainsi parvenus à quatre questionnaires à 10 items chacun, en faisant très attention à les rendre utilisables et acceptables aux yeux des répondants auxquels nous les soumettrions.

  • 22 Autrement dit, dans un questionnaire à 10 items comme le nôtre sur la langue, par exemple, chacun d (...)
  • 23 Travail d'autant plus délicat qu'une formulation à la négative pose parfois des problèmes de compré (...)

37Il y a là, en effet, un gros problème d’ordre méthodologique. Finalement, nous n’avions pré-enquêté que des militants, ou en tout cas que des locuteurs fiers de parler le francoprovençal des Pouilles, et par conséquent nos items ont tous fini par refléter une vision positive, dynamique, décomplexée de cette langue locale. Or, en raison de la nécessité que la méthode MAC impose aux répondants des questionnaires de hiérarchiser leurs représentations en distribuant les réponses de manière uniforme suivant les différents degrés ou de rejet22, nous avons vite compris que le fait de ne pouvoir disposer que d’items valorisants mettrait nos répondants dans la très inconfortable situation d’avoir à rejeter, par exemple, une affirmation à propos de laquelle ils seraient en principe d’accord. Autrement dit, puisque la tâche de chaque répondant est d’adhérer plus ou moins à la moitié environ des items et de rejeter plus ou moins l’autre moitié, si ces items sont tous (ou en tout cas majoritairement) positifs (ou négatifs), il est évident que quelle que soit l’opinion du répondant, celui-ci ne pourra jamais être tout à fait sincère face à un pareil questionnaire. Nous avons résolu ce problème par une intervention délicate mais à notre sens légitime, à savoir la modification de tel ou tel item de positif en négatif afin d’atteindre une distribution à part égale (ou du moins équilibrée) entre items positifs et items négatifs. Ce délicat travail23 nous a permis d’aboutir aux maquettes suivantes :

Tableau 3. Questionnaire MAC sur la langue faetana

38

Tableau 4. Questionnaire MAC sur l’identité faetana

39

Tableau 5. Questionnaire MAC sur la langue cellese

40

Tableau 6. Questionnaire MAC sur l’identité cellese

L’administration des questionnaires et le commentaire des résultats

  • 24 En ce qui concerne la communauté de Celle, bien petite, les deux questionnaires ont été également a (...)

41Nous avons donc administré ces questionnaires en temps dispersés et grâce à nos relais locaux24. Pour le moment, notre corpus est ainsi composé :

Faeto

moyenne d’âge 41,5 ans

(22-73)

Celle

moyenne d’âge 60,8 ans

(21-78)

Total

Questionnaire langue

Femmes

Hommes

11

4

5

7

54

(6 annulés)

Questionnaire identité

Femmes

Hommes

11

4

5

7

30

24

Tableau 6. Notre corpus

42Dans les graphes suivants sont schématisés les résultats de nos enquêtes. Là aussi nous nous bornons à formuler quelques commentaires essentiels.

Graphe 1. Résultats enquête sur les représentations de la langue faetana

43Dans ce premier graphe concernant les représentations de la variété francoprovençale de Faeto auprès de la population de ce même village, nous remarquons d’emblée deux éléments majeurs : une forte polarisation du côté du pôle du rejet et une atomisation du consensus (faible diamètre de la plupart des cercles). Plus dans les détails, si la population enquêtée rejette avec détermination les items n. 6 (« il faetano è un ostacolo per il proprio avvenire » / « le faetano est un obstacle pour son propre avenir », -1,79) et n. 5 (« il faetano è inutile » / « le faetano est inutile », -1,71), elle ne fait pas l’unanimité sur les autres, qui présentent un score d’adhésion relativement faible. Cela dit, si l’on considère que l’item n. 9 (« il faetano è più un dialetto che una lingua » / « le faetano est plus un dialecte qu’une langue », -0,57) est dévalorisant et qu’il est rejeté, quoique de manière mitigée, nous observons que nos répondants adhèrent aux items tendanciellement positifs et rejettent ceux qui sont négatifs et dévalorisants. Il ressort une image globalement positive de la langue, qui présente en même temps des marges et des fluctuations intéressantes sur lesquelles il est légitime d’envisager des actions d’AL.

Graphe 2. Résultats enquête sur les représentations de l’identité faetana

44Dans ce deuxième graphe nous remarquons une extrême polarisation qui déjà nous parle de forts sentiments attachés à l’identité locale. Du côté du pôle de l’adhésion, l’item n. 9 (« l’identità faetana è una cosa preziosa da custodire e tramandare gelosamente » / « l’identité faetana est une chose précieuse qu’il faut garder et transmettre soigneusement », +1,92) se situe à l’extrême et obtient un indice de consensus maximum (0,227) : vraisemblablement, il y a là une idée partagée et bien ancrée dans la communauté, ce qui est d’évidence très positif. Du côté du rejet, presque exactement à l’opposé, figure l’item n.8 (« l’identità faetana ha limitato il senso di appartenenza alla mia regione » / « l’identité faetana a limité mon sentiment d’appartenance à ma région », -1,77). Nous pouvons rapprocher ce résultat de ceux concernant les items 6 (« essere faetana/o è per me essere diversa/o » / « être faetana/o signifie être différent-e », -1,15) et 3 (« l’identità francoprovenzale comprende quella faetana » / « l’identité francoprovençale inclut l’identité faetana », +0,31), qui montrent une faible affirmation de traits singuliers. Si cette identité est un héritage qu’il faut protéger et transmettre, il ne s’affirme guère par opposition à l’identité régionale ou par référence à l’identité francoprovençale. Les faibles indices de consensus montrent néanmoins que la communauté n’a pas d’idée trop arrêtée sur ce sujet, ce qui revient à dessiner un champ éventuel d’intervention fécond, notamment du côté des liens avec l’espace francoprovençal (et occitan) alpin. Le résultat de l’item n. 10 (« l’identità faetana mi collega profondamente con la mia terra e i miei antenati » / « l’identité faetana me relie en profondeur avec mes ancêtres », +1,08) devrait encourager un travail de redécouverte et de connexion avec les origines de la communauté.

45

Graphe 3. Résultats enquête sur les représentations de la langue cellese

46Pour ce qui est du graphe concernant la langue cellese, comme dans le cas du faetano nous observons un rejet ferme du caractère prétendument « inutile » de la variété linguistique locale (item n. 6, -1,8) ainsi qu’un rejet, plus mitigé, de son caractère dialectal (item n. 7, -1,1). Par rapport aux résultats de l’enquête menée auprès de la population faetana, nous remarquons des scores d’adhésion semblables en ce qui concerne les items n. 3 (« faetano e cellese sono le due facce del francoprovenzale »  / « faetano et cellese sont les deux faces du francoprovençal », +1,1) et 5 (« cellese e faetano sono molto simili » / « cellese et faetano se ressemblent beaucoup », +0,7). Par rapport au graphe de la langue de Faeto, nous remarquons ici que les items qui ont obtenu le score d’adhésion le plus élevé se situent bien plus à droite. Ce sont les items n. 1 (« il cellese è la lingua che mi identifica con il popolo di Celle » / « le cellese est la langue qui m’identifie avec le peuple de Celle », +1,3) et n. 2 (« il cellese è la testimonianza della nostra cultura e delle nostre radici » / « le cellese est le témoignage de notre culture et de nos racines », +1,3). On pourrait tirer la conclusion que le lien à la langue locale est davantage marqué, ressenti à Celle di San Vito par rapport à Faeto. Deux phénomènes pourraient expliquer cela : la plus forte menace de pulvérisation démographique et linguistico-culturelle qui pèse sur Celle et le caractère davantage diasporique de sa communauté.

47

Graphe 4. Résultats enquête sur les représentations de l’identité cellese

48Dans le dernier graphe, concernant l’identité cellese, nous observons de suite un résultat majeur : le score d’adhésion à l’item n. 1 (« l’identità cellese è una cosa preziosa da custodire e tramandare gelosamente » / (« l’identité cellese est une chose précieuse qu’il faut garder et transmettre soigneusement », +1,9) est substantiellement superposable au résultat, dans le graphe 2, de l’item correspondant (le 9 dans ce cas-là, formulé à l’identique et obtenant un score d’adhésion de +1,92). Un résultat semblable concerne l’item n. 3 (« l’identità cellese mi collega profondamente con la mia terra e i miei antenati » / « l’identité cellese me relie en profondeur avec mes ancêtres », +1,2), dont le score d’adhésion est très proche de celui obtenu par le même item (+1,08) dans le questionnaire sur l’identité faetana. Nous pouvons aisément conclure que les deux communautés francoprovençales des Pouilles ont substantiellement une même posture vis-à-vis de leur patrimoine identitaire. Néanmoins, le très faible indice de consensus (0,063) et le résultat neutre, voire légèrement négatif (-0,2) de l’item n. 9 (« l’identità cellese è un noi, è la condivisione » / « l’identité cellese est un nous, c’est le partage ») font douter de l’actuelle cohésion sociale. Il faut sans doute que celle-ci soit encouragée dans le cadre d’une action de LDS en utilisant justement ces héritages encore vivants dont la défense et illustration semblent fédérer la communauté locale.

L’identité linguistique à Faeto et Celle di San Vito. Approche étique en synchronie

  • 25 V. supra, § 1.2.
  • 26 C'est la formulation qui a été positivement saluée par l'ancien Président de la République du Sénég (...)

49Après l’analyse, partielle, des représentations sociales de la langue et de l’identité des communautés faetana et cellese circulant auprès des populations locales, il est maintenant intéressant et nécessaire, pour mieux cerner l’identité linguistique de l’île francoprovençale des Pouilles, de mettre en perspective ces images et ces imaginaires linguistiques par une étude aussi systématique et rigoureuse que possible. Au vu de la confusion évoquée, dans les discours des habitants, entre différents glossonymes et ethnonymes25, nous avons choisi de suivre une approche dialectométrique, visant à mesurer et visibiliser, pour ainsi dire, les distances entre les deux variétés francoprovençales des Pouilles et d’autres langues du répertoire (en présence, en absence et en latence, Agresti 2005), à savoir : l’italien, la langue d’État ; le français, langue officielle et repère indispensable pour envisager l’inclusion de Faeto et Celle dans l’espace francophone en tant que « communautés francophones dispersées »26 ; le francoprovençal alpin, vraisemblable langue d’origine du faetano et du cellese ; l’occitan méridional et le nord-occitan ou vivarais, variétés nécessaires pour mesurer l’identité linguistique du francoprovençal des Pouilles en raison de la présence, documentée dès les origines, de colons provençaux à Faeto et Celle ; enfin, le castelluccese, à savoir le dialecte de Castelluccio Valmaggiore, commune située à quelques kilomètres de Faeto et de Celle, vers la plaine : ce village possède tous les services essentiels et exerce par là un fort pouvoir d’attraction sur les habitants des deux autres communes, notamment la plus petite, Celle di San Vito.

50Pour d’évidentes raisons d’espace, et remettant à une publication plus complexe et conséquente la présentation des résultats finaux, nous nous bornons ici à préciser quelques éléments indispensables d’ordre méthodologique et les premiers résultats.

51Tout d’abord, nous avons sélectionné 64 traits et phénomènes linguistiques (d’abord phonétiques, en second lieu également morphologiques et syntaxiques) caractérisant le continuum roman en faisant référence à des listes disponibles. En plus de celles-ci, au vu notamment de la confusion entre les glossonymes provenzale e francoprovenzale entretenue par les discours des habitants de Celle di San Vito et de Faeto, nous avons eu recours à d’autres listes de traits et phénomènes censés caractériser notamment l’occitan (Ronjat 1930-41 et Agresti 2010b) et le francoprovençal alpin (Sibille 2003). Au bout de ces croisements et sélections, nous avons abouti à la grille suivante, qu’il faudra étoffer en un deuxième temps par une analyse lexicale :

1. Absence des voyelles fermées avec valeur phonologique [ɑ, o, ø] ainsi que de [œ]

33. Emploi de temps surcomposés

2. Passage/palatalisation de [u] latin en [y]

34. Usage courant du passé simple et de l’imparfait du subjonctif dans la langue parlée

3. Nasalisation des voyelles (assimilation des consonnes nasales de la part des voyelles)

35. Utilisation du subjonctif pour exprimer une interdiction

4. Diphtongaison des voyelles latines e et o brefs (sauf dans des cas particuliers au contact de [j] ou [w])

36. Emploi, concurremment avec le pronom indéfini, de la troisième personne du pluriel ou du réfléchi pour exprimer un sujet indéterminé

5. Diphtongaison des voyelles issues des voyelles latines e et o longs, i et u brefs

37. Sonorisation des consonnes latines p, t, k, en position intervocalique

6. Chute de [r] dans les verbes à l’infinitif (amare > aimer [ɛˈme] (fr.))

38. Lénition des occlusives géminées (cattu(m)>gato (es.))

7. Palatalisation de [gn] (lignu(m) > legno (it.))

39. Disparition de [r] intervocalique

8. Évolution de consonne occlusive + [l] et de [fl] (plenu(m)>pieno (it.) ; flamma(m) > fiamma (it.)) ;

40. Palatalisation des occlusives vélaires [k] et [g] _[e], _[i] (caelu(m) > cielo (it.), gemellu(m) > gemello (it.))

9. Assimilation de [nd] > [nn] ;

41. Palatalisation des phonèmes [k] et [g] + a

10. Conservation de la diphtongue latine au

42. Passage de [a] à [i] ou à [e] après une consonne palatalisée [j, lj, ts, tʃ, ʃ, ɲ]

11. Fermeture de o fermé roman en [u]

43. Première personne des verbes en -o, troisième personne du pluriel en -on(t)

12. Fusion des voyelles toniques i bref et e long > [e] ;

u bref et o long > [o]

44. Spirantisation des occlusives vélaires : /k/ > [s] / _[e], _[i] ; /g/ > [s] / _[e], _[i] ; caelu(m) > ciel

13. Fusion des voyelles toniques i bref, i long et e long > [i] ; u bref, u long et o long > [u]

45. Palatalisation des occlusives vélaires [k] et [g] _[a], _[i] (cantare > chanter, gamba > jambe)

14. Palatalisation de a latin en contexte de métaphonèse avec [j] > (sapiat > sepa "Que je/qu’il sache")

46. Spirantisation des occlusives sourdes /p/, /t/, /k/ en position intervocalique

15. Disparition de /e/ atone et /u/ atone final

47. Disparition de /n/ intervocalique

16. Disparition de /e/ atone et /u/ atone _[r], _[n] final

48. Disparition de /l/ intervocalique

17. Disparition de /a/ atone final

49. [l] > [r] intervocalique

18. [kᵂ] > [b] ou [pl] ; [gᵂ] > [b]

50. Occlusion de /ll/ = [l :] > [ḍ :]

19. /w/ germanique > [gw] (cf. l’emprunt germanique werra>guerra (it.))

51. Les noms et adjectifs féminins en -a et en -i font leur pluriel en -e(s) muet

20. Présence des géminées

52. Prosthèse vocalique devant /s/ + consonne (stella(m) > estrella (es.))

21. Chute de [t] final (il disparaît et ne laisse pas de traces à l’exception du sarde et de quelques verbes monosyllabiques en romanche)

53. Palatalisation de [lj] et de [nj] (vinia(m) > vigna (it.), folia(m) > foglia (it.))

22. Conservation du fl latin

54. Dans les noms et les adjectifs masculins se terminant par une voyelle, cette voyelle peut être -o lorsqu’ils proviennent de la deuxième déclinaison latine en -us

23. Maintien de a accentué latin

55. Conservation de quatre formes distinctes de l’article (ms, mp, fs, fp)

24. Présence fréquente de paroxytons

56. Futur du type cantāre + habeo

25. Palatalisation de ct latin ([kt] > [tʃ]) : lacte(m) > lach (òc)

57. Adjectifs possessifs du type nostron, vostron

26. Transformation de ct latin en -it ; lacte(m) > lait (fr.)

58. Chute ou spirantisation de /s/ + consonne (magistru(m) > maître (fr.))

27.Vocalisation de -v latin devenu final en -u

59. Présence de deux types d’imparfait, l’un en -aw pour les verbes du premier groupe, l’autre en -e pour les autres verbes

28. Solidité de e prétonique, pas de syncopes (comme en français)

60. Le lexique du francoprovençal se caractérise par son conservatisme et, outre de nombreux reliquats préromans, par la présence de termes burgondes

29. Présence/Absence de proparoxytons

61. Passé composé du verbe être formé avec le même auxiliaire (par exemple, en it., « sono stato»)

30. Palatalisation de /s/ + consonne > [ʃ]

62. Syntaxe de la phrase négative avec l’élément « pas »

31. Système verbal caractérisé par une 1ère personne en -i ou en -e, et par un passé simple à infixe -èr-

63. Flexion verbale sans pronom

32. Conservation de la fonction inchoative du suffixe -esc- (en latin l’infixe -esc- / -isc- indiquait le commencement de l’action exprimée par le verbe en racine)

64. Pronom possessif préposé

52Bien conscient qu’une analyse dialectométrique n’est fiable que si elle repose sur un nombre considérable de traits et phénomènes et donc sur autant de carottages, nous avons entamé l’analyse des distances entre les langues suivant cette démarche :

53a) tout d’abord nous avons choisi un trait / un phénomène à analyser ;

54b) ce trait / phénomène peut se vérifier (+) ou non (-) ou plus ou moins (±) dans les huit variétés linguistiques étudiées.

55c) une fois alignées les huit variétés et les valeurs correspondantes, il faut mesurer le degré de proximité / distance entre le faetano et le cellese (nos variétés d’ancrage) et les autres variétés. Ainsi, si tel trait / phénomène se vérifie tout à fait en faetano et pas du tout en français (ou l’inverse), le degré de proximité entre ces deux variétés sera 0 au vu de leur discordance. En revanche, si tel trait / phénomène se vérifie tout à fait en faetano ainsi qu’en francoprovençal alpin (ou si, au contraire, il ne se vérifie ni dans l’une, ni dans l’autre variété), la proximité est maximale, soit 1. Entre ces deux extrêmes, des scores arrondis à 1/4 chacun (0,25, 0,50, 0,75) permettront de nuancer les résultats, en rapprochant ou éloignant telle variété de telle autre.

56Avant de présenter les premiers résultats, deux exercices de prudence s’imposent.

571) Un premier exercice de prudence concerne le but et le sens de la présente analyse. Il est évident que cette étude en synchronie n’ambitionne guère à éclaircir l’histoire du francoprovençal des Pouilles, et encore moins ses origines. Le but de cette analyse, déjà fort complexe d’ailleurs, est essentiellement de préciser en quoi et dans quelle mesure, aujourd’hui, cette variété locale se rapproche de telle ou telle autre variété linguistique, compte tenu du répertoire proposé. Il y a là une finalité à la fois scientifique et pédagogique, à destination notamment des formateurs, qui manquent d’outils fiables pour situer la langue locale dans le panorama régional, national et européen ; et, plus largement, à destination des opérateurs culturels locaux qui souvent parlent et présentent leur patrimoine linguistique d’une manière quelque peu impressionniste. Mais il y a également une visée en termes d’AL : savoir, d’une manière pertinente, par exemple, quels sont les traits et les phénomènes linguistiques que le faetano et le cellese (dont on pourra dès lors apprécier l’unité profonde sous la variation diatopique) partagent avec le français est la base indispensable pour construire un discours et, en amont, une réflexion sur leur caractère à proprement parler « francophone ». Avec toutes les conséquences positives, directes et indirectes, en termes d’ouverture, d’échange et d’enrichissement mutuels entre l’île francoprovençale des Pouilles et la francophonie.

  • 27 Les ouvrages relatifs aux langues minoritaires de notre répertoire consultés pour réaliser cette an (...)
  • 28 Le 22 juillet 2016, dans le cadre des cours d'été de l'UFIS 2016. Notre conférence s'intitulait « L (...)

582) Un second exercice de prudence concerne les matériaux utilisés. Nous avons travaillé à partir d’ouvrages lexicographiques publiés des différentes variétés linguistiques en jeu, qui peuvent plus ou moins écraser la variation et qui d’ailleurs présentent des structures assez inégales27. Il y a là un problème majeur : lors d’une première restitution publique, à Faeto, de cette recherche en cours28, l’auditoire, majoritairement composé d’habitants de nos deux îlots alloglottes, a formulé quelques réserves au sujet de quelques-unes des interprétations phonétiques fixées dans les dictionnaires et utilisées dans la présente étude. Ce qui nous paraît d’ailleurs physiologique en raison de la variation de la langue qui, notamment dans ce cas de figure, se situe surtout le long de l’axe diachronique et plus précisément diagénérationnel. D’ailleurs, à propos du faetano, Nagy (2001) a mis en relief l’existence d’une véritable grammaire des générations. Nous sommes donc en train de réviser systématiquement nos carottages au cours d’une nouvelle phase du travail de recherche, marquée par la participation active de membres qualifiés des deux communautés enquêtées – ce qui est d’ailleurs l’un des atouts de toute action de LDS. Quoi qu’il en soit, le nombre relativement élevé des traits / phénomènes linguistiques pris en compte dans notre analyse devrait nous mettre à l’abri d’erreurs particulièrement graves ou d’approximations excessivement grossières.

59Dans les pages qui suivent nous nous bornons à présenter les neuf premiers carottages et les graphes que chacun d’entre eux génère, après quoi nous proposons un graphe qui fait la moyenne de ces résultats partiels. Bien que cette recherche ne soit qu’à ses débuts, dans les Conclusions nous allons proposer quelques remarques assez intéressantes concernant des utilisations éventuelles de ces matériaux linguistiques dans la perspective et de l’AL et de la LDS.

60Trait / phénomène n. 1. Absence des voyelles fermées avec valeur phonologique [ɑ, o, ø] ainsi que de [œ]

oc-mérid.

+

Pas d’attestation de [ɑ, o, ø, œ]

oc-vivarais

±

[o] a tendance à s’ouvrir devant /r/ (color [kuˈlur / kuˈlor], jorn [dzur / dzor], odor [uˈdur / uˈdor]). [ɑ] est attesté

français

-

Sont attestés [ɑ, o, ø, œ] (pâte, pot, feu, beurre)

frp-alpin

-

Sont attestés [ɑ, o, ø]

faetano

±

[o] est attesté (giuóre [ˈdʒworə], « jour ») « un màje de trénta giuóre » (« un mois de trente jours »)

cellese

±

[o] est attesté (giuóre [ˈdʒworə])

castelluccese

±

[o] est attesté (canalone [kanaˈlonə], « gouttière »)

italien

±

[o] est attesté (botte [ˈbotte], « tonneau »)

Graphe 5. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 1)

61Trait / phénomène n. 2. Passage/palatalisation de [u] latin en [y]

oc-mérid.

+

lun(am) > luna [ˈlynɔ]

oc-vivarais

+

lun(am) > luna [ˈlynɔ]

français

+

lun(am) > lune [ˈlyn(ə)]

frp-alpin

-

lun(am) > lena, leuna, lena

faetano

±

lun(am) > linne [ˈlinnə]

cellese

±

lun(am) > lìne [ˈlinə]

castelluccese

-

lun(am) > lune [ˈlun(ə)]

italien

-

lun(am) > luna [ˈluna]

Graphe 6. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 2)

62Trait / phénomène n. 3. Nasalisation des voyelles (assimilation des consonnes nasales de la part des voyelles)

oc-mérid.

-

INFANTI(AM) > enfança (« enfance ») [enˈfansɔ]

oc-vivarais

-

INFANT(EM) > e(n)fant (« enfant ») [eˈfan]

français

+

INFANT(EM) > enfant [ɑ̃ˈfɑ̃]

frp alpin

-

INFANTI(AM) > êfansa [ɛˈfans(a/ə)], infansa [inˈfans(a/ǝ)], infinsa [inˈfins(a/ə)] (« enfance »)

faetano

-

INFANT(EM) > ‘nfànne (« enfant ») [(ə)nˈfann(ǝ)]

cellese

-

INFANT(EM) > ‘nfàn (« enfant ») [(ə)nˈfann(ǝ)]

castelluccese

-

INFAM(EM) > nfame (« infâme ») [(ˈ (n)famǝ]

italien

-

INFANTI(AM) > infanzia

Graphe 7. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 3)

63Trait / phénomène n. 4. Diphtongaison des voyelles latines e et o brefs (sauf dans des cas particuliers au contact de [j] ou [w])

oc-mérid.

-

CŎR > còr [kɔr] ; MĔL > mèl [mɛl] ; CAEL(UM) > cèl [sɛl]

oc-vivarais

±

CŎR > còr [kɔr] / cuèr [kwɛr] / cur [kur]

MĔL > meal / mial / miau [mjal]

français

±

CŎR > cœur [kœʀ] ; MĔL > miel [mjɛl] ; CAEL(UM) > ciel [sjɛl]

frp-alpin

±

CŎR > kerm, keu, keur, kor, kwer

MĔL > , méhil, mêle, meu, myé, myè

CAEL(UM) > , , syèl, chyél [ʃjel]

faetano

+

CŎR > cuóre [ˈkworǝ] ; MĔL > míje [ˈmijǝ] ; CAEL(UM) > siére [ˈsjerə]

cellese

+

CŎR > cuóre [ˈkworə]

MĔL > mìje [ˈmijə] ; CAEL(UM) > siére [ˈsjerǝ]

castelluccese

±

CŎR > core [ˈkɔrǝ] ; MĔL > mèle, [ˈmɛlǝ] ; CAEL(UM) > ciéle [ˈtʃjelǝ]

italien

+

CŎR > cuore ; MĔL > miele ; CAEL(UM) > cielo

Graphe 8. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 4)

64Trait / phénomène n. 5. Diphtongaison des voyelles issues des voyelles latines e et o longs, i et u brefs

oc-mérid.

-

TRĒS > tres [tres] ; DĒBĒRE > deure / dever [ˈdewre] / [deˈve] ; FĬD(EM) > fe [fe] ; FLŌR(EM) > flor [flur] ; R(ĒM) > res/ren [re(s)]

oc-vivarais

±

TRĒS > tres [tres] ; DĒBĒRE > deure / dever [ˈdewre] / [deˈve] ; FLŌR(EM) > flor [flur] ; R(ĒM) > ren [re], rien, rian

français

+

TRĒS > trois [tʀwa] ; DĒBĒRE > devoir [d(ǝ) ˈvwaːʀ] ; FĬD(EM) > foi [fwa] ; FLŌR(EM) > fleur [flœːʀ] ; R(ĒM) > rien [ʀjɛ̃]

frp-alpin

±

TRĒS > trai / traiz / tré / trê / tréj ; DĒBĒRE > devai / dèvà / dèvêre ; FLŌR(EM) > fleû / flêr / fleur / flour ; R(ĒM) > ran, , ryên, ryann

faetano

±

TRĒS > tràje [ˈtraje], DĒBĒRE > duàje [ˈdwaje] ; FĬD(EM) > féde [ˈfedə] ; FLŌR(EM) > fiúre [ˈfjurə] ; R(ĒM) > rénne [ˈrennə]

cellese

±

TRĒS > tràje [ˈtraje] ; DĒBĒRE > duàje [ˈdwaje], duàjere ; FLŌR(EM) > fiùre [ˈfjurə] ; R(ĒM) > rén [ren]

castelluccese

-

TRĒS > tré [tre] ; FLŌR(EM) > fiore [ˈfjorə]

italien

-

TRĒS > tre, DĒBĒRE > dovere; FĬD(EM) > fede; FLŌR(EM) > fiore

Graphe 9. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 5)

65Trait / phénomène n. 10. Conservation de la diphtongue latine au

oc-mérid.

+

CAUS(AM) > causa [ˈkawzo] ; AUDĪRE > ausir ; PĂRĂBŎL(AM) > *PARAULA > paraula ; CLAUDĒRE > claure ; AUDĒRE > ausar ; AURĬCŬL(AM) > aurelha

oc-vivarais

+

CAUS(AM) > chausa ; PĂRĂBŎL(AM) > *PARAULA > paraula ; CLAUDĒRE > claure/clhaure

français

-

CAUS(AM) > chose ; PĂRĂBŎL(AM) > *PARAULA > parole ; CLAUDĒRE > clore ; AUDĒRE > oser ; AURĬCŬL(AM) > oreille

frp-alpin

-

CAUS(AM) > cheûza [ʃøza/ə], chouza, chouzo, tsôza, chuza, PĂRĂBŎL(AM) > *PARAULA > parola, parôla ; CLAUDĒRE > tlure, tleûre, antlure, kloure, klyure, AUDĒRE > ôzâ, uzâ ; AURĬCŬL(AM) > ehhéyé, eureulye, irolye, orlyo

faetano

±

CAUS(AM) > ciuóse [ˈtʃwosə] ; PĂRĂBŎL(AM) > *PARAULA > paróle ; AURĬCŬL(AM) > auréglje

cellese

-

CAUS(AM) > ciuóse; PĂRĂBŎL(AM) > *PARAULA > paróle; AURĬCŬL(AM) > uréglje

castelluccese

-

CAUS(AM) > còse; AURĬCŬL(AM) > urécchje; CLAUDĒRE > chiude

italien

-

CAUS(AM) > cosa; AUDĪRE > udire; PĂRĂBŎL(AM) > *PARAULA > parola; AUDĒRE > osare; CLAUDĒRE > chiudere

Graphe 10. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 10)

66Trait / phénomène n. 25. Palatalisation de /ct/ latin ([kt] > [tʃ])

oc-mérid.

±

lacte(m) > lait / lach [lajt / latʃ], FACTU(M) > fait / fach [fajt / fatʃ], NOCTE(M) > nuèit / nuèch [nɥɛjt / nɥɛtʃ]

oc-vivarais

±

lacte(m) > lait / lach [lajt / latʃ], FACTU(M) > fait / fach [fajt / fatʃ], NOCTE(M) > nuèit / nuèch [nɥɛjt / nɥɛtʃ]

français

-

lacte(m) > lait [lɛ], FACTU(M) > fait [fɛ], NOCTE(M) > nuit [nɥi]

frp-alpin

±

lacte(m) > lachô [ˈlaʃo] / lashé [ˈlaθe] / lâshe [ˈlɑθə], NOCTE(M) > [ne] / nwé [nwe] / nyuét [njuet], OCTŌ > hwit [ɥit] / hwèt [ɥɛt] / huit [wit]

faetano

-

lacte(m) > léje [lejə], FACTU(M) > féje [fejə], NOCTE(M) > néje [nejə]

cellese

-

lacte(m) > léje [lejə], FACTU(M) > féje [fejǝ], NOCTE(M) > néje [nejə]

castelluccese

-

lacte(m) > latte, NOCTE(M) > nòtte, OCTŌ > otte

italien

-

lacte(m) > latte, FACTU(M) > fatto, NOCTE(M) > notte

Graphe 11. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 25)

67Trait / phénomène n. 37. Sonorisation des consonnes latines p, t, k, en position intervocalique

oc-mérid.

+

SĂPERE > saber; RŎT(AM) > ròda; AMĪC(AM) > amiga; SET(AM) > seda; LŬP(AM) > loba

oc-vivarais

±

SĂPERE > saber, saure, saupre; RŎT(AM) > roá; AMĪC(AM) > amiá; SET(AM) > seá / sea; LŬP(AM) > loba

français

±

SĂPERE > savoir; RŎT(AM) > roue; AMĪC(AM) > amie; SET(AM) > soie; LŬP(AM) > louve

frp-alpin

±

SĂPERE > savai; RŎT(AM) > rwà; AMĪC(AM) > amia; SET(AM) > se(i)a; LŬP(AM) > lova

faetano

±

SĂPERE > savàjere ; RŎT(AM) > rócele ; AMĪC(UM) > ammíche ; SET(AM) > sàje / sàjete ; LŬP(UM) > làue, lópe

cellese

-

SĂPERE > savàjere ; RŎT(AM) > rócele ; AMĪC(UM) > ammíche ; SET(AM) > sàje/séje ; LŬP(UM) > làue

castelluccese

-

SĂPERE > sapé; RŎT(AM) > ròte; AMĪC(AM) > amiche; SET(AM) > séte; LŬP(UM) > lupe

italien

-

SĂPERE > sapere; RŎT(AM) > ruota; AMĪC(AM) > amica; SET(AM) > seta; LŬP(AM) > lupa

Graphe 12. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 37)

68Trait / phénomène n. 58. Chute ou spirantisation de /s/ + consonne occlusive dentale sourde

oc-mérid.

-

magistr(um) > mèstre [ˈmɛstre]; FENESTR(AM) > fenèstra [feˈnɛstro];
TEST(AM) >
tèsta [ˈtɛsto]

oc-vivarais

-

magistr(um) > maèstre [maˈɛstre]; FENESTR(AM) > fenèstra [feˈnɛstro];
TEST(AM) >
tèsta [ˈtɛsto]

français

+

magistr(um) > maître [mɛtʀ]; FENESTR(AM) > fenêtre [f(ə)ˈnɛtʀ];
TEST(AM) >
tête [tɛt(ə)]

frp-alpin

+

magistr(um) > métre [ˈmetʀǝ] ; FENESTR(AM) > fnétra [f(ə)ˈnetra/ə] ;
TEST(AM) > téta [ˈteta/ə]

faetano

±

magistr(um) > maéstre [maˈestrǝ]; FENESTR(AM) > fenéte [fəˈnetə];
TEST(AM) >
téte [ˈtetə]

cellese

±

magistr(um) > maéstre [maˈestrǝ]; FENESTR(AM) > fenéte [fəˈnetə];
TEST(AM) >
téte [ˈtetə]

castelluccese

-

magistr(um) > ma(é)stre [maˈestrǝ] ; FENESTR(AM) > fenèstre [fəˈnɛstrə] ; FEST(UM) > fèste [ˈfɛstə]

italien

-

magistr(um) > maestro; FENESTR(AM) > finestra; TEST(AM) > testa

Graphe 13. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 58)

Graphe 14. Analyse linguistique de proximité (9 traits sur 64 = ≈ 14 %)

Conclusions. Science et imaginaire pour le développement de l’île francoprovençale des Pouilles

69Au bout de nos analyses, et malgré leur caractère in fieri, nous croyons avoir marqué quelques avancées dans le processus de définition de l’identité linguistique de l’île francoprovençale des Pouilles et dans les formes de sa communication. Il est à présent indispensable de mieux préciser de quelle manière ces avancées heuristiques peuvent supporter des stratégies d’AL et de LDS. Voici, pour terminer notre propos, quelques suggestions en plus de celles qui ont déjà été formulées (notamment en § 29 à 53 et en § 53).

70a) Tout d’abord, comme d’ailleurs nous l’avons déjà commencé à faire, il est indispensable de restituer ces recherches et analyses aux communautés concernées afin d’encourager et promouvoir chez celles-ci des processus vertueux de participation, réflexivité et prise de conscience (de leurs histoire, langue, identité). C’est l’empowerment (en français, conscientisation ou autonomisation), processus indispensable pour rendre la communauté davantage « compétente » (Caldarini 2008) et, par là, plus en mesure de prendre des décisions fortes et cohérentes en fonction d’une destinée commune.

  • 29 Il s'agit du film documentaire Lu paíje de la lénne (« Le pays de la langue »), réalisé par nous-mê (...)
  • 30 Nous avons récemment mis en contact la Mairie de Faeto avec une société qui est spécialisée dans la (...)
  • 31 C'est le premier Festival des littératures minoritaires de la Méditerranée, né à Faeto en 2009. htt (...)

71b) Pour qu’il y ait pleine participation de la part des membres de nos communautés, il faut accompagner nos recherches scientifiques d’autres démarches et outils, sans doute plus accessibles et attrayants : c’est par exemple le cas du multimédia, en général, et de l’audiovisuel en particulier. Un exemple déjà positivement expérimenté aussi bien à Faeto qu’à Celle concerne le collectage de la mémoire orale des deux communautés et sa restitution publique via la projection d’un film documentaire, ensuite mis en ligne29. D’autres projets viennent d’être envisagés pour harmoniser la recherche de terrain, la pédagogie de l’espace, la valorisation de la mémoire et la promotion du territoire30. Par le passé, nous avons même convoqué l’art et la littérature, c’est-à-dire l’imaginaire, stimulant la création en langue locale même chez des habitants qui, jusque-là, n’avaient jamais écrit de texte en ou sur la langue-culture locale31. Une plus approfondie et dynamique connaissance de l’identité linguistique et culturelle qui fait l’identité tout court de Faeto et Celle di San Vito ne peut que profiter à la cohésion sociale et aux liens et relais intergénérationnels.

72c) La loyauté linguistique peut être nourrie et encouragée par un regard plus approfondi sur la langue locale notamment dans ses rapports avec les autres langues du répertoire, afin de mieux définir proximités et distances et donc ménager des stratégies aussi communicatives pour situer l’univers linguistico-culturel des Monti Dauni dans un espace plus vaste et divers. Pour oser une comparaison assez hardie, si pour promouvoir un bon vin il est indispensable de préciser son cépage et son lieu de production, d’élaborer un nom lié et respectueux du terroir et de la tradition et de dessiner une étiquette voire une bouteille originales et raffinées, il peut quelque part en aller de même pour la promotion d’une langue-culture exceptionnellement connotée. Outre qu’ouvrir la voie à une pleine inclusion dans la francophonie (ce qui est déjà extraordinaire), l’étude des distances et des parentés linguistiques doit aboutir à une reformulation des liens entre Celle di San Vito et Faeto : l’union fait la force mais pour qu’il y ait union il faut valoriser les éléments qui structurent une identité linguistique commune sous les naturelles variations diatopiques.

73d) Il est par ailleurs indispensable de relancer et relégitimer le travail de conservation, aménagement et valorisation patrimoniale et de transmission assuré par les sportelli linguistici et l’école, de plus en plus en difficulté. Les premiers pourraient par exemple (sans pour autant tomber dans la tentation puriste) suggérer toute une série de choix langagiers face à des alternatives lexicales, comme dans ciuà / cavàlle (« cheval »), sàje / sàjete (« soie »), làue / lópe (« loup ») etc. où la première forme est plus proche du francoprovençal par rapport à la seconde, plus proche de l’italien. Il s’agirait de cultiver une langue plus fidèle à sa matrice originelle et, par là, de mieux préserver ce patrimoine immatériel. Aussi en faisant attention à ce genre de choix et profitant des recherches et publications disponibles, les sportelli linguistici devraient travailler dans la durée à la réalisation d’un manuel d’apprentissage convivial de la langue, un usuel qui fait encore défaut. Les opérateurs de la langue devraient plus en général améliorer leur connaissance technique (étymologie, morphologie, syntaxe, phonétique) afin de mieux présenter à l’extérieur, aussi bien qu’au sein de leurs communautés, ce formidable patrimoine linguistique. Cette présentation doit dépasser l’« impressionnisme » : les opérateurs culturels locaux devraient devenir de véritables linguistes afin de rendre plus profonde et efficace l’expérience de contact – et, éventuellement, de rencontre – avec la langue locale.

Haut de page

Bibliographie

Agresti Giovanni, 2010a, « Produzione culturale ed emancipazione delle minoranze linguistiche. L’esempio delle isole alloglotte francoprovenzali di Faeto e Celle di San Vito (FG)  », The Southern Question, I, 1 (feb. 2010), 33-54.

Agresti Giovanni, 2010b, « Au cœur de l’Europe. La langue occitane en tant que langue-carrefour des langues romanes : historique et perspectives d’une idée », in Ureland, Sture, Proceedings of the 7th International Symposium on Eurolinguistics, Berlin, Logos Verlag, 287-302.

Agresti Giovanni, 2014a, « Actualité des racines. Pour une linguistique du développement social », Cahiers de recherche de l’école doctorale en linguistique française, 8, 13-39. http://hdl.handle.net/10077/10759

Agresti Giovanni, 2014b, « De l’invisibilité à la reconnaissance. Le pari d’existence des minorités linguistiques », in Djordjević Léonard Ksenija (dir.), Les minorités invisibles : diversité et complexité (ethno)sociolinguistiques, Paris : Michel Houdiard, 116-131.

Agresti Giovanni, 2015, Le rappresentazioni sociali del romanés, Roma, Aracne.

Agresti Giovanni, 2016a, « Un nouvel outil numérique pour l’aménagement du français en Italie : l’analyse combinée des représentations linguistiques », Publifarum (« La Francesistica italienne à l’ère du numérique »), 25, 1-15. http://publifarum.farum.it/ezine_articles.php?art_id=336

Agresti Giovanni, 2016b, « La nature de la langue et du discours comme repère des pratiques de médiation », in De Gioia Michele et Marcon Mario (dir.), Approches linguistiques de la médiation, Limoges, Lambert-Lucas, 117-147.

Agresti Giovanni et Pallini, Silvia, 2016, « Les représentations sociales de la langue et de l’identité frioulane : enquête dans le secondaire », Circula. Revue d’idéologies linguistiques, 3, 86-113.

Agresti Giovanni et Pallini, Silvia, Sous presse, « L’occitan de Guardia Piemontese entre représentations linguistiques, construction identitaire et développement local », communication présentée à l’XIe Congrès international de l’AIEO, Occitània en Catalonha. Los estudis occitans : de tempses novèls, de novèlas perspectivas. Université de Lleida, 16-21 juin 2014.

Alibert Louis, 1993 [1965], Dictionnaire occitan-français selon les parlers languedociens, Toulouse, IEO.

Ascoli Graziadio Isaia, 1878-79, « Schizzi franco-provenzali », Archivio Glottologico Italiano, III, 61-120.

Balibar Renée, 1997, « La langue romane-française », in Tabouret-Keller, Andrée (ed), Le nom des langues. I. Les enjeux de la nomination des langues. Louvain-la-Neuve, Peeters.

Bitonti Alessandro, 2012, Luoghi, lingue, contatto. Italiano, dialetti e francoprovenzale in Puglia, Galatina, Congedo.

Cacchio Pasquale, 2014, Castelluccese. Grammatica, rimario, vocabolario della lingua di Castelluccio Valmaggiore, Tricase, Youcanprint Self-Publishing.

Caldarini Carlo, 2008, La comunità competente, Roma, Ediesse.

Calvet Louis-Jean, 1979, Langue, corps, société, Paris, Payot.

Canut Cécile 2000, « Le nom des langues ou les métaphores de la frontière », Ethnologies Comparées, 1, 1-18.

Castielli Raffaele, 1978, Storia e cultura dei francoprovenzali di Celle e Faeto : un saggio storico culturale, Manfredonia, Atlantica.

Castielli Raffaele, 1992, L’isola linguistica franco-provenzale di Faeto e Celle S. Vito : situazione attuale della ricerca storica, Foggia, Centro Grafico Francescano.

Costa James, 2011, « Patois, gaga, savoyard, francoprovençal, arpitan... Quel nom pour une langue ?  », Langues et cité, 18, 6.

De Rosa Maurilio, 1934, Il borgo natio. Storia diplomatica del comune di Faeto in terra di Capitanata, Molfetta, Scuola tipografica per sordomuti dell’Istituto provinciale Apicella.

De Salvio Antonio, 1908, « Relics of Franco-Provençal in Southern Italy », Publications of the Modern Association of America, XXIII, 45-79.

Fishman, Joshua, 1974, Advances in language planning, The Hague, Mouton.

Gallucci Pietro, 1882, Cenni di storia cronologica di Faeto, Napoli, Amato.

Genovese Aldo et Pastore Nicola (éds), 2006, A-gn-ave ‘na vàje... Duse cunte de duse faitàre, s.l., Il Provenzale.

Gilles Pierre, 1644, Histoire ecclésiastique des Églises Réformées recueillies en quelques Vallées de Piedmont, autrefois appelées Églises Vaudoises de l’an 1160 au 1643, Genève, Jean de Tournes Imprimeur.

Gonzalez Marc et Kliebenstein Georges, En cours d’édition, « Souveraineté linguistique et nom ethnique en Louisiane francophone : le droit à l’autodétermination ethnonymique », in Agresti Giovanni et Turi Joseph G. (éds), Représentations sociales des langues et politiques linguistiques. Déterminismes, implications, regards croisés, Rome, Aracne.

Grange Didier 2008. Lexique descriptif occitan-français du vivaro alpin au nord du Velay et du Vivarais, s.l.

Kahn René, Le SquÈre, Roseline et Kosianski, Jean-Michel (éds), 2014, Cultures régionales, développement économique. Des ressources territoriales pour les économies régionales, Paris, L’Harmattan.

Kattenbusch Dieter, 1981, « Faeto und Celle : frankoprovenzalische Sprachkolonie in Süditalien. Ein beitrag zur soziolinguistik », in AA.VV., Italienische sprachwissenschaft, Tübingen, Narr.

Kattenbusch Dieter, 1982, Das Frankoprovenzalische in Süditalien, Tübingen, Narr.

Jodelet Denise (ed), 1994, Les représentations sociales, Paris, PUF.

Lopane Paolo, 2014, « Faeto di Puglia. L’eredità franco-occitana », Archivio Storico Pugliese, LXVII, Società di Storia Patria per la Puglia.

Martino Arcangelo, 2011, Reliquie franco-provenzali nella parlata di Celle di San Vito, München, Lincom Europa.

Maurer Bruno, 2013, Représentations sociales des langues en milieu multilingue. La méthode d’analyse combinée, nouvel outil d’enquête, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Melillo Michele, 1956, « Il tesoro lessicale franco-provenzale odierno di Faeto e Celle », Italia dialettale, XXI, 49-128.

Melillo Michele, 1959, « Intorno alle probabili sedi originarie delle colonie franco-provenzali di Celle e Faeto », Revue de linguistique romane, 23, 1-34.

Melillo Michele, 1966, Lingua e società in Capitanata, Foggia, Studio Editoriale Dauno.

Melillo Michele, 1974, « Donde e quando vennero i francoprovenzali di Capitanata », Lingua e Storia della Puglia, I, 79-100.

Minichelli Vincenzo, 1994, Dizionario francoprovenzale Celle di San Vito e Faeto (FG) Puglia, Alessandria, Edizioni dell’Orso.

Moliner Pascal, 1996, Images et représentations sociales. De la théorie des représentations à l’étude des images sociales, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Morosi Giacomo, 1890-92, « Il dialetto franco-provenzale di Faeto e Celle, nell’Italia meridionale », Archivio Glottologico Italiano, XII, 33-75.

Moscovici Serge, 1961, La psychanalyse, son image, son public, Paris, PUF.

Moscovici Serge, 1989, Les représentations sociales, Paris, PUF.

Moscovici Serge, 1994, « Des représentations collectives aux représentations sociales », in Jodelet Denise (ed), Les représentations sociales, Paris, PUF, 62-86.

Nagy Naomi, 1996, Language contact and language change in the faetar speech community, University of Pennsylvania PhD dissertation, Philadelphia, IRCS.

Nagy Naomi, 2000a, « Field work in Faeto, an endangered language community », Southern Journal of Linguistics, 1, 121-136.

Nagy Naomi, 2000b, Faetar, München, Lincom Europa.

Nagy Naomi, 2001, « Writing a Sociolinguistic Grammar of Faetar », Penn Working Papers in Linguistics: Selected Papers from NWAV 29, 7(3), 225-246.

Pallini Silvia, 2015, « Promotion du francoprovençal des Pouilles et développement local : du patrimoine culturel aux enjeux économiques », Synergies Italie, 11, 65-77.

Perta Carmela, 2008, Repertori e scelte linguistiche nelle comunità francoprovenzali della Puglia, Roma, Aracne.

Perta, Carmela, 2009, « Aspetti della vitalità sociolinguistica delle lingue minoritarie : arbëresh e francoprovenzale a confronto », in Consani Carlo, Desideri Paola, Guazzelli Francesca, Perta Carmela (éds), Alloglossie e comunità alloglotte nell’Italia contemporanea. Teorie, applicazioni e descrizioni, prospettive, Roma, Bulzoni, 235-249.

Puolato Daniela, 2010, « Lingua, dialetto e identità : percezioni e rappresentazioni della enclave francoprovenzale di Faeto », BLC, 18, 43-79.

Puolato Daniela, 2011, « Intrecci storici, linguistici ed identitari nella minoranza francoprovenzale di Celle di San Vito », BLC, 19/20, 91-148.

Puolato Daniela, 2013, « Les appellations de la langue minoritaire à Faeto et à Celle di San Vito (Pouilles) : valeurs identitaires et idéologiques », in Alén Garabato, Carmen (éd). Gestion des minorités linguistiques dans l’Europe du XXIe siècle, Limoges, Lambert-Lucas, 179-191.

Rivoire Pierre, 1902, « Les colonies Provençales et Vaudoises de la Pouille », Bulletin de la Société d’Histoire Vaudoise, 19, 48-62.

Ronjat Jules, 1930-1941, Grammaire istorique [sic] des parlers provençaux modernes, 4 vol., Montpellier.

Scaduto, Mario, 1946, « Tra inquisitori e riformati. le missioni dei Gesuiti tra Valdesi della Calabria e delle Puglie. Con un carteggio inedito del Card. Alessandrino (S.Pio V). (1561-1566) », Archivum historicum Societatis Iesu, 15, 1-76.

Schüle Ernest, 1978, « Histoire et évolution des parlers francoprovençaux d’Italie : état des travaux et perspectives de recherches nouvelles », in Clivio Gianrenzo, Gasca Queirazza Giuliano (éds), Lingue e dialetti nell’arco alpino occidentale, Turin, Centro di Studi Piemontesi, 127-140.

Sibille Jean, 2003, « Le francoprovençal », in Cerquiglini, Bernard (dir.), Les langues de France, Paris, PUF, 117-123.

Sportello Linguistico Francoprovenzale, 2007, Dizionario Francoprovenzale-Italiano, Italiano-Francoprovenzale di Faeto, Foggia, L’Editrice.

Suchier Hermann, 1888, Die französische und provenzalische Sprache und ihre Mundarten, s.l.

Tabouret-Keller Andrée (ed), 1997, Le nom des langues. I. Les enjeux de la nomination des langues, Louvain-la-Neuve, Peeters.

Viret Roger, 2013, Dictionnaire français-savoyard. Comportant plusieurs variantes de la langue savoyarde, s.l., Roger Viret.

Haut de page

Notes

1 Plus récemment, nous avons exposé une large synthèse de la LDS en juin 2016 en ouvrant à l'Université de Girona le Xe colloque international sur les Problèmes et méthodes d'Histoire de la langue - La complexité des langues par une conférence intitulée « La linguistica dello sviluppo sociale : basi teoriche, applicazioni pratiche ». En attendant la publication des Actes, il est possible de voir la vidéo de cette conférence à l'adresse web suivante : http://hdl.handle.net/10256.1/4352

2 Pour convoquer un exemple plutôt connu et particulièrement parlant en domaine roman, l'identité frioulane, portée par la langue régionale, a accompagné et soutenu la (formidable) reconstruction de l'après tremblement de terre de 1976 parce qu'elle a contribué à recomposer la communauté déchirée par la catastrophe et parce qu'elle a porté la fierté de tout un peuple. À compter de cette date, des poètes italophones du Frioul ont basculé vers la langue frioulane, l'Université a été créé à Udine etc...

3 Courant 2017, nous consacrerons une monographie au francoprovençal des Pouilles depuis la perspective de la LDS. Le présent article est en quelque sorte une anticipation de cette étude d'envergure en cours d'élaboration depuis quelques années.

4 Ces lois ont leur principale source juridique dans l'un des principes fondamentaux de la Constitution italienne, à savoir l'art. 6 (« La République protège par des normes particulières les minorités linguistiques »). Il s'agit respectivement de la loi de l'État n. 482 du 15 décembre 1999 (« Normes en matière de protection des minorités linguistiques historiques ») et de la Loi régionale n. 5 du 22 mars 2012 (« Normes pour la promotion et la protection des langues minoritaires dans les Pouilles »).

5 La présence d'une variété linguistique d'origine ou (plus exactement, à notre sens) de matrice francoprovençale est traditionnellement expliquée par l'implantation de soldats de l'armée de Charles Ier d'Anjou engagés dans la guerre contre les sarrasins de Lucera ou de colons appelés par celui-ci à peupler ces territoires. Malgré les nombreuses études à caractère linguistique et historique publiées à compter du XIXe siècle, tout n'a pas été éclairci et des questions demeurent ouvertes et controversées. En voici quelques-unes : pourquoi parle-t-on à Faeto et Celle une variété linguistique francoprovençale alors que les premiers colons provenaient surtout de la Provence maritime ? Quel a été l'apport des Vaudois, dont la présence dans les Monti Dauni est historiquement documentée, à la langue-culture locale ? Comment se fait-il que la variété alloglotte soit encore parlée, alors qu'elle a disparu depuis bien longtemps de villages proches de Celle et de Faeto (notamment Volturara et San Marco dei Cavoti [de gavots], dont le repeuplement par des colons provençaux est même plus récent, datant d'entre les XVe et XVIe siècles) ? Pour ne pas alourdir notre propos, malgré l'indéniable voire crucial intérêt que ces questions recouvrent en termes de recherche de l'identité linguistico-culturelle de notre terrain, nous ne nous y appesantirons pas. Nous nous bornons à fournir quelques références essentielles. Pour ce qui est de l'histoire de l'île francoprovençale des Pouilles, cf. au moins Gilles 1644, Gallucci 1882, Rivoire 1902, De Rosa 1934, Scaduto 1946, Melillo 1959 et 1974, Castielli 1978 et 1992, Lopane 2014. Pour ce qui est de la description de la langue, en plus des ouvrages lexicographiques cités plus loin, cf. au moins Suchier 1888, Morosi 1890-92, De Salvio 1908, Melillo 1956 et 1966, Schüle 1978, Kattenbusch 1981 et 1982, Nagy 2000a, Martino 2011. Pour une approche sociolinguistique au francoprovençal des Pouilles, cf. au moins Nagy 1996, 2000b et 2001, Perta 2008 et 2009, Puolato 2010, 2011, 2013, Agresti 2010a, Bitonti 2012.

6 Ce nom ne saurait être exclusif (Balibar 1997). Néanmoins, il faudrait s'accorder sur un nom principal, si ce n'est officiel, et en tous cas non ambigu.

7 Ce n'est que depuis quelques mois que l'Occitanie est devenue une région administrative du Sud de la France, et ce suite à la réforme territoriale de 2014. L'Occitanie administrative résulte de la fusion des anciennes régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées et comporte treize départements. Appelée un temps Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, le nom Occitanie est officiel à partir du 28 septembre 2016 et effectif depuis le 30 septembre 2016.

8 http://portal-lem.com/map-carte_du_sarde.html

9 Pour la notion de « représentations sociale », notamment appliquée aux langues, cf. au moins Moscovici 1961, 1989, 1994 ; Calvet 1979 ; Jodelet 1994 ; Moliner 1996, Maurer 2013.

10 Graphie dite souvent « phonétique » parce qu'à l'image de la prononciation effective selon, faut-il le préciser, le rapport morpho-phonémique du français : ainsi, par exemple, lou se prononce [lu]. Cette simple dépendance orthographique de l'occitan provençal par rapport à la langue d'État est loin d'être anodine : à celle-ci se sont opposés les partisans d'une Occitanie contemporaine qui a cherché son mythe de fondation et sa graphie (par conséquent dite souvent « étymologique ») plutôt du côté des troubadours et de la littérature méridionale d'avant la croisade contre les Albigeois.

11 Frédéric Mistral (1830-1914), Prix Nobel pour la littérature en 1904 et protagoniste mondialement reconnu de la renaissance provençale au XIXe siècle.

12 Nous songeons notamment au poète Bernard Manciet.

13 Dans ce sens, un exemple remarquable et quelque part extrême est celui de l'« invention » de l'Acadie et la question de l'identité cadienne (plus connue comme identité cajun). Cf. Gonzalez et Kliebenstein, En cours.

14 Il existe un glossonyme alternatif à francoprovenzale, il s'agit d'arpitano ou lingua arpitana. Néanmoins, d'une part cette forme est peu usitée, et de l'autre elle pose problème en ce qu'elle finit par dénommer un parler « alpin », ce qui exclut ou marginalise davantage la variété hyperlocale des Pouilles. Pour une réflexion sur les différents glossonymes se référant à ce qui est dénommé aujourd'hui majoritairement francoprovençal, cf. Costa 2011.

15 Pour des raisons d'espace nous ne pouvons pas nous arrêter davantage sur ce sujet, qui est néanmoins très important dans la perspective et de l'AL et de la LDS et bien urgent. Il affecte par ailleurs la dimension de l'imaginaire et le poids que peut ou doit avoir l'enseignement institutionnalisé de la langue locale.

16 À côté de ces dessins il faut mentionner une autre série de représentations graphiques, celles réalisées par les enfants de l'école maternelle et inspirées du thème « gì é la lénne » (« la langue et moi »). Ces dessins sont visibles à la page web : http://portal-lem.com/fr/langues/francoprovencal-faeto/donnees_essentielles.html

17 La graphie officielle, ratifiée dans le DIF (Sportello linguistico francoprovenzale 2007 : ad vocem) est accunníje [akkunˈnijə] < it. « va con Dio » (« va avec Dieu »). Remarquons au passage que cette formule figure dans le panneau routier à la sortie du village.

18 Cu ten la lengo ten la clau que di cadeno lou deslivro (« Celui qui garde sa langue tient la clé qui le délivre de ses chaînes »)

19 Cette enquête a été réalisée grâce à la collaboration de Silvia Pallini de l'Associazione LEM-Italia et, pour ce qui est de l'administration des questionnaires, de plusieurs relais locaux, tout particulièrement Antonio Gallucci de Faeto et Silvano Tangi de Celle di San Vito. Nous tenons ici à les remercier tous les trois.

20 Ces enquêtes commencent à être assez nombreuses. Elles nous ont permis d'étudier les Occitans de Guardia Piemontese (Agresti et Pallini Sous presse) ; l'aménagement du français en Italie (Agresti 2016a) ; le frioulan au Frioul (Agresti et Pallini 2016) ; les répertoires multilingues d'une communauté kosovare immigrée dans les Abruzzes (Agresti 2016b) et surtout les représentations sociales de la langue des Rroms et des Sintis d'Italie (Agresti 2015).

21 http://www.associazionelemitalia.org/cooperazione-internazionale.html

22 Autrement dit, dans un questionnaire à 10 items comme le nôtre sur la langue, par exemple, chacun des cinq degrés d'adhésion – correspondant à autant de valeurs arithmétiques : -2, -1, 0, +1, +2 – doit être choisi deux fois sans exception.

23 Travail d'autant plus délicat qu'une formulation à la négative pose parfois des problèmes de compréhension et, surtout, n'est pas forcément tout à fait contraire par rapport à une formulation positive. Il suffit de songer à une représentation du style : la langue X est utile vs la langue X est inutile. Ces deux formulations ne sont pas, à notre avis, tout à fait l'une le contraire de l'autre.

24 En ce qui concerne la communauté de Celle, bien petite, les deux questionnaires ont été également administrés à des habitants d'origine cellese résidant au Piémont (Turin et ses alentours), où une importante communauté franoprovençale des Pouilles s'est constituée en des temps assez récents.

25 V. supra, § 1.2.

26 C'est la formulation qui a été positivement saluée par l'ancien Président de la République du Sénégal, Abdou Diouf, qui a accepté, lorsqu'il était encore Secrétaire Général de l'Organisation Internationale de la Francophonie, de soutenir cette inclusion. Cela a remarquablement contribué à la mise en place et au succès de l'UFIS (Université Francophone de l'Italie du Sud). V. n. 21.

27 Les ouvrages relatifs aux langues minoritaires de notre répertoire consultés pour réaliser cette analyse sont : Sportello Linguistico Francoprovenzale 2007, Viret 2013, Minichelli 1994, Grange 2008, Cacchio 2014, Alibert 1993 [1965].

28 Le 22 juillet 2016, dans le cadre des cours d'été de l'UFIS 2016. Notre conférence s'intitulait « Le francoprovençal des Pouilles dans le continuum roman : analyse de traits ».

29 Il s'agit du film documentaire Lu paíje de la lénne (« Le pays de la langue »), réalisé par nous-même dans le cadre du projet européen Réseau Tramontana (sur la mémoire orale des espaces de montagne de l'Europe de langue romane) en juillet 2015 et restitué une première fois aux communautés de Faeto et de Celle lors de la deuxième édition des cours d'été de l'UFIS (fin juillet 2015). Ce film documentaire a été mis en ligne de suite après à la page web suivante : https://www.youtube.com/watch?v=samivg0fspk. D'autres vidéos, plus courtes, sont tirées de ces enquêtes et publiées aux adresses suivantes : https://www.youtube.com/watch?v=iSNVXLBOn_c&t=65s (« La fontaine de Faeto »); https://www.youtube.com/watch?v=4z0hnnQXs7c&t=44s (« Le mas de San Vito »); https://www.youtube.com/watch?v=_-vsHhr5A4M&t=3s (« La langue francoprovençale »).

30 Nous avons récemment mis en contact la Mairie de Faeto avec une société qui est spécialisée dans la promotion des patrimoines culturels et avons déjà réalisé une première maquette multimédia et interactive du village de Faeto. http://www.hi-storia.it/

31 C'est le premier Festival des littératures minoritaires de la Méditerranée, né à Faeto en 2009. http://portal-lem.com/fr/evenements/festival_litteratures_minoritaires_2009.html. Pour un compte rendu et une analyse sociolinguistique des productions textuelles liées à ce Festival, cf. Agresti 2010a.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. L’emplacement géographique des deux îlots francoprovençaux des Pouilles, Faeto et Celle di San Vito
Crédits Source : adapté de CELE (Vittorio Dell’Aquila)
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-1.png
Fichier image/png, 91k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-2.png
Fichier image/png, 4,1k
Légende Tableaux 1 et 2. La courbe démographique de Faeto et de Celle di San Vito.
Crédits Source : http://dati.istat.it/​ (données de 2012)
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-3.png
Fichier image/png, 3,2k
Légende Fig. 2. L’espace francoprovençal
Crédits Source : Arpitania 2006. CC BY-SA 3.0
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 3. Atelier de dessin « Dire, voir la langue ». Faeto, Année scolaire 2008-2009.
Crédits Source : réseau LEM
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-5.png
Fichier image/png, 678k
Légende Fig. 4. Le panneau routier à l’entrée de Faeto.
Crédits Source : http://portal-lem.com/​fr/​langues/​francoprovencal-faeto.html
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Tableau 3. Questionnaire MAC sur la langue faetana
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-7.png
Fichier image/png, 46k
Légende Tableau 4. Questionnaire MAC sur l’identité faetana
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-8.png
Fichier image/png, 45k
Légende Tableau 5. Questionnaire MAC sur la langue cellese
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-9.png
Fichier image/png, 44k
Légende Tableau 6. Questionnaire MAC sur l’identité cellese
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-10.png
Fichier image/png, 45k
Légende Graphe 1. Résultats enquête sur les représentations de la langue faetana
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-11.png
Fichier image/png, 63k
Légende Graphe 2. Résultats enquête sur les représentations de l’identité faetana
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-12.png
Fichier image/png, 55k
Légende Graphe 3. Résultats enquête sur les représentations de la langue cellese
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-13.png
Fichier image/png, 53k
Légende Graphe 4. Résultats enquête sur les représentations de l’identité cellese
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-14.png
Fichier image/png, 51k
Légende Graphe 5. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 1)
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-15.png
Fichier image/png, 36k
Légende Graphe 6. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 2)
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-16.png
Fichier image/png, 12k
Légende Graphe 7. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 3)
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-17.png
Fichier image/png, 34k
Légende Graphe 8. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 4)
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-18.png
Fichier image/png, 33k
Légende Graphe 9. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 5)
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-19.png
Fichier image/png, 32k
Légende Graphe 10. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 10)
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-20.png
Fichier image/png, 12k
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-21.png
Fichier image/png, 34k
Légende Graphe 12. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 37)
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-22.png
Fichier image/png, 11k
Légende Graphe 13. Analyse linguistique de proximité (trait/phénomène n. 58)
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-23.png
Fichier image/png, 35k
Légende Graphe 14. Analyse linguistique de proximité (9 traits sur 64 = ≈ 14 %)
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/1011/img-24.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giovanni Agresti, « L’enjeu de l’identité linguistique dans l’île francoprovençale des Pouilles », Lengas [En ligne], 79 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 27 avril 2017. URL : http://lengas.revues.org/1011  ; DOI : 10.4000/lengas.1011

Haut de page

Auteur

Giovanni Agresti

Université de Teramo

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org