Navigation – Plan du site

Les tensions actuelles entre la Catalogne et l’Espagne

Une crise qui aurait pu être évitée1
Las tensions actualas entre Catalonha e Espanha
Georg Kremnitz

Résumés

L’article tente de passer brièvement en revue les étapes entre la transition à partir de 1975, où il semblait qu’une nouvelle attitude envers les périphéries allait naître en Espagne, et les désenchantements successifs créés par la politique des gouvernements centraux. La question des langues (catalane et castillane) y joue un rôle particulièrement important. Il présente les mesures de défense conçues du côté catalan, et le conflit actuel dont les issues sont incertaines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie François Pic d’avoir relu ce texte et de m’avoir donné mainte bonne suggestion.
  • 2 Pour les diverses étapes que les mouvements renaissantistes peuvent prendre, cf. les travaux de Mir (...)

1Depuis le moment où la Renaixença catalane a commencé, après les premiers succès culturels, à formuler des revendications politiques2, disons pour simplifier, après la fin de la Première République espagnole, soit à partir de 1870 environ, il y a toujours eu une frange d’indépendantistes. Selon la situation politique et sociale elle était plus ou moins importante, atteignant un premier sommet le 14 avril 1931 quand Francesc Macià, du balcon de l’édifice de la diputación, proclama la République Catalane dans le cadre de la Confédération Ibérique. Elle ne dura que deux jours à cause de l’attitude menaçante des militaires et de Madrid puis se transforma en autonomie, la seule qui fonctionna dès le début de la Seconde République. On sait que tout finit par l’occupation de Barcelone par les troupes franquistes le 26 janvier 1939 pour déboucher sur ce que les historiens catalans appellent « la longue nuit du franquisme » (p. ex. Fontana 2014, 363). Il est vrai qu’après la première période de répression le catalanisme culturel recommença à faire surface, mais toujours sous l’œil vigilant de la police et des menaces du régime. Des revendications politiques n’étaient possibles que masquées par la clandestinité.

Le compromis de la « transition »

  • 3 Contrairement à une opinion publique consciencieusement entretenue, la période de la transition a c (...)

2La mort du dictateur, le 20 novembre 1975, ne devait pas signifier, selon la volonté des dignitaires du franquisme, la fin du régime. Mais la mobilisation populaire était forte, non seulement des hommes qui voulaient retrouver leur dignité personnelle mais aussi de ceux qui souffraient de la crise économique qui s’intensifiait alors. Dans cette situation, le nouveau roi d’Espagne, Juan Carlos, se vit obligé de faire des concessions. Il congédia le premier ministre Carlos Arias Navarro et le remplaça par Adolfo Suárez, également homme de l’ancien régime mais nettement plus jeune et capable de saisir une situation très mouvante. Si le roi le nomma au départ pour freiner tout changement, il fallut se résigner à l’évidence que sans des changements profonds la situation serait rapidement devenue incontrôlable. D’un côté Suárez précipita les évolutions en faisant des concessions considérables, de l’autre il réussit à rester le maître d’œuvre et à diriger de cette façon le processus de transformation à peu près selon sa volonté3.

  • 4 Il y a eu certaines initiatives, surtout en Catalogne et au Pays Basque (Euskadi), mais elles n’ont (...)

3Il en résulte que la Constitution de 1978 est un compromis qui abandonne de nombreuses positions de la dictature, mais maintient les principes d’un nationalisme espagnol plus ancien. Cela n’est pas étonnant car il y avait, face à face, deux forces d’inégale importance : la volonté populaire qui ne pouvait d’abord s’exprimer que dans la rue et les structures de l’Etat dictatorial qui maintenaient leur potentiel répressif. Deux articles de la Constitution en témoignent particulièrement : l’article 2 qui déclare « l’indissoluble unité » de l’Etat et l’article 8 qui en rend garant les forces armées. Il semble d’ailleurs que ces deux articles ont été intégrés sous la pression directe de l’armée. D’autre part, le personnel administratif, juridique et militaire ancien n’a jamais été remplacé, il n’y a pas eu de « travail de la mémoire »4 ni de réflexion sérieuse sur les origines de cette dictature particulièrement sanglante. Cependant, les années de la transición étaient caractérisées par beaucoup d’optimisme ; les victimes de la dictature espéraient que ce qui n’était pas encore acquis viendrait par la suite par la force de la pression populaire. Mais celle-ci diminua au fur et à mesure qu’une nouvelle normalité s’installa.

  • 5 Il est sûr qu’à l’époque les défenseurs de l’indépendance n’étaient pas très nombreux, selon des so (...)

4Il fallut rapidement abandonner l’idée, caressée par d’aucuns5, d’une indépendance de la Catalogne et du Pays Basque. Dans un certain sens la situation était comparable à celle de 1931 : la volonté populaire poussait à un degré élevé d’autodétermination, mais le pouvoir militaire restait entre les mains d’un nationalisme espagnol qui faisait tout pour empêcher trop de changements de structures. En plus, on peut supposer que l’étranger (occidental) faisait pression pour maintenir l’unité de l’Etat espagnol (nous étions encore en pleine guerre froide) – et d’ailleurs, pour des raisons différentes, l’URSS en fit autant (Kremnitz 2015, 12-13). La compensation fut une mise en route rapide des statuts d’autonomie des trois régions où ces tendances avaient été fortes dans le passé : la Catalogne, Euskadi et la Galice. Les statuts d’autonomie de la Catalogne et d’Euskadi entrèrent en fonction le 22 décembre 1979, celui de la Galice en avril 1981.

5Une première période en Catalogne se caractérisa par une forte volonté de consensus et de reconstruction. Il fallait construire une nouvelle société, et les premiers pas sont toujours relativement faciles. De plus, le premier président de la Generalitat, Jordi Pujol, resta au pouvoir pendant 23 ans (1980-2003) et put, en dépit de quelques réajustements de la pratique politique quotidienne, procurer l’impression d’une grande continuité. Une de ses préoccupations constantes était celle de « fer país » (cf. Fontana 2014, 420), donc de construire des institutions et des habitudes qui auraient leur poids et qui ne pouvaient plus être facilement abandonnées. Sur le plan de la langue, la Llei de Normalització Lingüística a Catalunya du 22 avril 1983 fut un de ces piliers. D’autre part, Pujol misa beaucoup sur la construction européenne, espérant qu’elle ferait diminuer le poids des Etats nationaux et augmenter celui des régions (il était le premier président de l’Assemblée des régions de l’UE) et permettrait de cette façon à la Catalogne de se libérer de plus en plus des ingérences du centralisme espagnol.

Les problèmes du quotidien

  • 6 On peut en lire quelques exemples dans les souvenirs de Jorge Semprún 1993, passim.

6Les limites du modèle commençaient à être perceptibles après le tejerazo, le coup d’Etat militaire avorté du 23 février 1981. En général, on attribue au roi Juan Carlos un rôle primordial dans l’échec de ce coup d’Etat, mais beaucoup de questions restent toujours sans réponse. De toute façon, une des conséquences de ce coup d’Etat fut le vote de la Ley Orgánica de Armonización del Proceso Autonómico (LOAPA), le 29 juillet 1982, destinée à restreindre les pouvoirs des gouvernements catalan et basque ; toutefois, en 1983, le Tribunal Constitutionnel la déclara en partie invalide (Fontana 2014, 419). Mais il était clair que les gouvernements centraux successifs, qu’ils soient de droite ou de gauche, voulaient dorénavant limiter le pouvoir autonome. Cela était particulièrement visible au sujet des difficultés croissantes rencontrées à propos du transfert des compétences ; il s’agissait souvent de détails d’importance très limitée. Mais le climat se détériorait6. Un des conflits les plus aigus était celui de la restitution des archives catalanes que Franco avait fait transférer à Salamanque ; il dura presque vingt ans, jusqu’à ce que le gouvernement Rodríguez Zapatero ne cède, peu après les élections de 2004, aux demandes catalanes. De toute façon, les différents conflits montraient que les gouvernements centraux cèderaient uniquement là où cela était inévitable et que ce degré de largeur de vues qui rend vivable la coexistence d’un fort avec un faible commençait à faire défaut. Inversement, cet acharnement consistant à ne rien céder d’un côté provoquait une irritation de plus en plus grande de l’autre. Le climat, qui avait été assez serein vers 1980, devenait de plus en plus crispé quinze ans plus tard.

7Trois autres facteurs intervenaient pour compliquer la situation :

8D’abord le succès international croissant de la langue castillane : cette évolution est due au nombre des locuteurs, mais aussi au fait que la disparition successive des dictatures en Espagne et dans les pays d’Amérique Latine libérait peu à peu cette langue d’un poids qui pesait sur elle depuis longtemps. Ce succès – qui peut être momentané – se constate partout, également en Catalogne. Les gouvernements espagnols, tant qu’ils en avaient les moyens, ont massivement investi dans ce domaine, se livrant parfois à une compétition rude avec ceux de certains pays de l’Amérique Latine. Il est vrai que la crise a freiné ces investissements, mais le castillan continue toujours de profiter de cette vague.

9Le deuxième facteur est l’immigration massive. La Catalogne connaît ce phénomène depuis au moins le début du XXe siècle, d’abord celui d’une immigration des autres régions de l’Espagne, en plusieurs vagues, donc en général de langue castillane, mais depuis les dernières décennies du siècle elle se diversifie. Les nouveaux immigrés viennent d’Afrique et d’Asie, mais en grande partie également d’Amérique du Sud. Or, si les immigrés espagnols jusqu’à la fin de la dictature acceptaient en grande partie la position du catalan comme langue haute de la société catalane qu’il fallait tenter d’apprendre pour réussir socialement, l’intensification et la diversification du phénomène rendent la situation plus complexe. Si de nombreux immigrés s’approprient rapidement et sans problème le catalan, d’autres, surtout ceux en provenance des Amériques, pensent que le castillan doit suffire. Cela complique la situation du catalan, malgré une politique d’accueil des immigrés active et en gros plutôt réussie. Il ne faut pas perdre de vue que plus de 10 % de la population espagnole sont des immigrés de première ou de deuxième génération (auxquels s’ajoute un chiffre inconnu de non-déclarés, Fischer Weltalmanach 2016).

  • 7 Pour plus de détails cf. Kremnitz (2012, particulier 58-68) et Kremnitz 2015 et les bibliographies (...)

10Le troisième élément est le point le plus délicat, à savoir la re-nationalisation de la politique espagnole. Après la fin de la dictature, (presque) toutes les forces politiques voulaient coopérer dans la construction d’une nouvelle société. D’autre part, cette Espagne nouvelle espérant son admission au sein de l’Union européenne en construction ne devait donc pas rester dans les conceptions dépassées de la période antérieure. Mais la formation d’un fort parti du centre (Unión del Centro Democrático) échoue à la longue, le roi congédie Suárez en 1981 et son successeur Calvo Sotelo ne réussit qu’une transition vers un premier gouvernement socialiste en 1982. Des restes de l’UCD et de divers courants de droite, voire d’extrême droite, se forme un nouveau parti conservateur, d’abord Alianza Popular, devenu ensuite en 1990 Partido Popular, qui se consolide peu à peu pour former en 1996 un gouvernement avec le soutien de plusieurs partis autonomistes ( !). Or le personnage le plus important du parti est d’abord Manuel Fraga Iribarne, ancien ministre de Franco, puis José María Aznar, issu d’une famille de hauts dignitaires franquistes. Ce parti a récupéré, en plus de l’électorat conservateur, une bonne partie des anciens franquistes et il ne s’est jamais clairement affranchi des courants franquistes. Il assume de plus en plus ouvertement les positions d’un nationalisme espagnol traditionnaliste (duquel le Parti Socialiste, PSOE, ne s’est pas non plus suffisamment démarqué). Le but d’Aznar, dès les élections de 1996, est de limiter les droits des autonomies, et cette ligne se poursuit sous l’actuel gouvernement Mariano Rajoy, également membre du PP. La re-nationalisation se renforce par une évolution parallèle au sein de l’UE depuis l’admission de nombreux nouveaux Etats membres depuis le début du XXIe siècle. Cette politique est particulièrement visible dans le domaine des langues où le gouvernement tente de réduire le rôle du catalan le plus possible. Or, la langue catalane joue pour les Catalans, depuis la Renaixença du XIXe siècle, un rôle symbolique particulier7.

Tentatives de défense, de 1998 à 2010

  • 8 Ce qui rend plus inexplicable encore le soutien que Pujol et son parti accordent à Aznar aux Cortes (...)

11Les gouvernements catalans reconnaissent assez rapidement le changement de climat à partir des années 908. La Llei de Política Lingüística du 7 janvier 1998 tente de compléter la loi de 1983 ; elle essaye de renforcer la position du catalan par un certain nombre de précisions, surtout dans les domaines des mass medias et de l’économie. Certaines formules sont plus explicites qu’auparavant. Mais le consensus d’autrefois est perdu : au Parlement catalan, le PP vote contre cette loi.

12Plus important est le projet d’une révision du statut d’autonomie voire d’un nouveau statut. Dans les dernières années de sa présidence, Pujol avait tenté une reformulation du statut, d’un côté pour arriver à des formulations plus précises, de l’autre pour renforcer la position symbolique de la langue catalane. Cependant, de telles initiatives restaient sans lendemain tant qu’Aznar était au pouvoir à Madrid. La victoire inattendue du PSOE en 2004 semblait ouvrir une fenêtre, puisque le nouveau premier ministre, José Luis Rodríguez Zapatero, avait laissé entendre qu’il était favorable à un nouveau statut, à condition que celui-ci reçoive le soutien d’une large majorité du Parlement catalan. Le nouveau président de la Generalitat, Pasqual Maragall i Mira (un socialiste) et le parlement saisirent l’occasion, et en 2005 le nouveau statut obtenait presque 90 % des voix au Parlement catalan (Nagel 2013).

13Ce statut présente des différences considérables par rapport à celui de 1979. Il est composé de 223 articles, plus quelques suppléments, au lieu de seulement 57 antérieurement. La Catalogne s’y définit comme nation, le catalan est de nouveau déclaré llengua pròpia, mais en même temps aussi première langue. Les 223 articles tentent de régler le maximum de détails pour ne plus rien laisser à des interprétations diverses. En d’autres termes : la – relative – confiance de 1979 a cédé la place à des réflexes d’auto-défense qui montrent à quel point les partenaires catalans se méfient du nationalisme espagnol.

  • 9 Cette situation se répétait d’ailleurs à chaque élaboration d’un nouveau statut: sous la Seconde Ré (...)

14A cause des structures centralistes de l’Espagne, ce statut voté par le parlement catalan devait être approuvé par les Cortes espagnoles. Or, contrairement à ce qu’on avait pu penser auparavant et que le premier ministre Rodríguez Zapatero avait laissé entendre, à savoir que ce passage serait une pure formalité, le parlement espagnol changea plusieurs articles du statut, déclarant la Catalogne nationalité et non nation, niant la position du catalan comme première langue, etc. Donc, le statut accepté par l’Espagne était clairement distinct de celui voté par le Parlement catalan9. Et le Parti Populaire déclara tout de suite qu’il allait porter plainte contre un certain nombre d’articles afin que le Tribunal Suprême en décide définitivement. Il n’est pas étonnant qu’en de telles circonstances le plébiscite en Catalogne qui a eu lieu sur cette version du nouveau statut ait attiré moins de 50 % des inscrits aux urnes ; il a été approuvé par près de 74 % des votants ce qui équivaut à moins de 37 % des inscrits.

  • 10 La composition du Tribunal Suprême est politique. La plupart des juges actuels seraient des proches (...)

15Le Tribunal Suprême a pris beaucoup de temps pour se décider10. Ce n’est que le 28 juin 2010 qu’il se prononça, en donnant raison sur un certain nombre de points aux plaignants, en en refusant d’autres. Toutes ces décisions ne sont pas importantes, mais celle qui enlève au catalan la position prévue de « première langue » est symboliquement la plus douloureuse. Les Catalans, à cause de la longueur des délibérations du Tribunal, avaient depuis longtemps l’impression que cette tentative de sauver la situation avait échoué. Ce pessimisme s’est vu confirmé.

16Naturellement, un gouvernement central avisé aurait, à ce moment-là, pu réorienter sa politique pour éviter une « dérive » indépendantiste. Le PSOE oppositionnel a fait des pas d’abord prudents puis plus courageux dans cette direction. Actuellement, il plaide pour une réforme constitutionnelle avec le but d’une Espagne fédérale ; on verra ce qu’il en est quand il aura à nouveau des responsabilités gouvernementales. Le PP par contre ne voit aucune raison de changer sa politique. La crise économique depuis 2008 est en grande partie responsable du fait qu’un autre aspect du conflit devient de plus en plus important : le côté financier. Les Catalans déclarent payer beaucoup plus à Madrid qu’ils en retirent, et cela au point que la Catalogne, région riche, est une des plus endettées d’Espagne. Le président catalan d’alors, Artur Mas, tente en 2012 de convaincre le premier ministre espagnol d’ouvrir des pourparlers sur ce problème, ce que Rajoy refuse nettement, alléguant que de tels pourparlers seraient contraires à la Constitution espagnole, alors que Mas avait simplement demandé d’aligner le système catalan sur celui d’Euskadi et de Navarre. De même, Rajoy oppose un simple niet à la demande de la grande majorité du Parlement catalan du 13 mars 2013 d’organiser un plébiscite sur l’indépendance de la Catalogne, déclarant que cela serait contraire à la Constitution. Il entendait ainsi visiblement laisser pourrir la situation, dans l’espoir que les Catalans se lasseraient un jour. Mais en réalité, ce refus d’entrer dans un débat ouvre une impasse dont il semble difficile de sortir en répétant ce seul argument (qui n’en est pas un).

Vers l’indépendance ? Comment sortir de l’impasse ?

17Il faut dire que le mot d’ordre d’indépendance ne venait pas en premier lieu des groupes politiques mais de la société civile. Quelques jours après le jugement du Tribunal Suprême, le 10 juillet 2010, est organisée une gigantesque manifestation de protestation à Barcelone (coordonnée surtout par Omnium Cultural) dont on évalue la participation à un million de personnes au moins. En première ligne défilèrent le président de la Generalitat, le socialiste José Montilla Aguilera et les ministres, défendant l’autonomie, mais le gros de la manifestation se regroupait sous le mot d’ordre « Som una nació (nous sommes une nation) » et la revendication de l’indépendance. Les élections du 28 novembre 2010 ramènent au pouvoir le parti de Pujol, Convergència i Unió, et Artur Mas i Gavarró devient le nouveau président. Un an plus tard, les élections en Espagne donnent une majorité absolue au PP et le 22 décembre 2011 Mariano Rajoy Brey prend le pouvoir. Or, Mas et la coalition de partis au pouvoir, Convergència i Unió, ne sont initialement pas non plus des défenseurs de l’indépendance, le seul parti qui l’avait toujours eue comme but est l’Esquerra Republicana de Catalunya, le parti qui jadis, du temps de la Deuxième République espagnole, dominait la scène politique. Du côté catalan, on assiste à des tentatives multiples d’ouvrir des négociations pour améliorer la situation financière du pays, pour obtenir des satisfactions symboliques et pour garantir le rôle de la langue catalane dans la vie publique et surtout dans l’enseignement, le jugement de 2010 ayant en partie nié le rôle du catalan comme langue co-officielle. Ces démarches se soldent par de simples refus d’ouvrir un dialogue.

  • 11 Commémoration de la défaite du 11 septembre 1714 devant les troupes du futur roi Philippe V.

18Entre temps, la société civile s’investit de plus en plus. Ce sont surtout les manifestations du 11 septembre, jour de la fête nationale catalane11, qui réunissent des masses impressionnantes, dépassant chaque fois, et de loin, un million de participants ; en 2013 ils auraient été de deux millions environ. Beaucoup de villes et de communes organisent des plébiscites, sans engagement juridique, sur la question de l’autodétermination. Les partis catalanistes commencent à reprendre ce mot d’ordre. Le 25 novembre 2012, des élections anticipées pour le parlement catalan se soldent par une victoire des partis qui demandent un plébiscite sur l’autodétermination (107 sur 135 sièges) et même des partis qui prônent l’indépendance, à savoir 74 sur 135. Au Parlement, tous les partis sauf le PP se mettent alors d’accord sur ce principe et sur les deux questions : Voulez-vous que la Catalogne devienne un Etat ? Dans l’affirmative, voulez-vous que cet Etat soit indépendant ? Ils demandent au Parlement espagnol de rendre cette consultation possible, mais les Cortes refusent cette démarche, le 8 avril 2014, par les voix du PP et du PSOE. Alors le parlement catalan vote une loi sur une consultation sans engagement juridique, pour le 9 novembre 2014 ; cette loi est signée par le président le 27 septembre 2014. Dès le 29 (pour une fois : quelle rapidité !), le Tribunal Supérieur interdit la consultation qui a lieu quand même. Presque 2,3 millions de personnes y prennent part, dont environ 80 % (1,8 Millions) optent pour l’indépendance. Rajoy qualifie cette démonstration de force d’acte superflu de propagande politique, le 21 novembre 2014 la procuration ouvre une enquête contre Mas et deux ministres catalans.

19A la vue de cette politique de l’autruche, les partis catalanistes et la société civile se mettent d’accord pour convoquer des élections anticipées pour le 27 septembre 2015, avec le but de les transformer en référendum sur l’indépendance. Le but était initialement de former une liste unique des défenseurs de l’indépendance, mais ce but n’a pas été atteint. En même temps, le système des partis catalans, à l’instar du système en vigueur en Espagne, subit de fortes transformations. Si, en Espagne, ce sont surtout des raisons sociales qui ouvrent la voie à des partis nouveaux, en Catalogne l’attitude face à l’indépendance joue un rôle important. Ainsi, Convergència i Unió éclate, Unió Democràtica de Catalunya refusant l’indépendance, et la gauche se réorganise en un groupe indépendantiste, le CUP (Candidatura d’Unitat Popular), et un autre, largement inspiré par Podemos sous la dénomination Catalunya sí que es pot qui est pour le plébiscite mais contre l’indépendance. Le Partit Socialista de Catalunya perd son aile catalaniste. Aux élections, les partisans de l’indépendance gagnent une majorité au parlement, avec 72 sièges sur 135, mais n’atteignent pas les 50 % des votes exprimés (48 %) avec une participation record au vote. Joints aux partis qui sont partisans d’un plébiscite sans opter pour l’indépendance, ils dépassent clairement les 60 %. Le parti le plus fort des adversaires de l’indépendance n’est d’ailleurs plus le PP mais Ciutadans. Le surlendemain des élections, le Tribunal Supérieur convoque Artur Mas et les deux ministres dans le cadre de l’enquête sur la consultation de 2014. Honny soit qui mal y pense !

  • 12 Cit. d’après Süddeutsche Zeitung, 29 septembre 2015, 4.

20Quelles sont les options pour l’avenir ? Le quotidien El País constate le 28 septembre 2015 que le gouvernement espagnol ne doit pas ignorer ce résultat mais doit réagir rapidement. Il doit ouvrir le chemin du dialogue et reconnaître le désir de changement des Catalans. Madrid ne peut plus se limiter à laisser l’initiative aux tribunaux12. Et même José María Aznar déclare après les élections que c’était le cinquième avertissement et qu’il fallait être attentif. Mais avant les élections du 20 décembre 2015, rien ne se fera. Et ce qui se fera après le sera en fonction des résultats.

21La solution la plus simple – mais aussi la plus invraisemblable – serait que l’Espagne reconnaisse le vote catalan et ouvre la voie à un divorce concerté. Les indépendantistes veulent aller dans ce sens. Le PSOE a récemment lancé l’idée d’une réorganisation de l’Etat espagnol dans le sens d’une fédération. Il faut attendre ce que seront ses résultats, quel sera son rôle dans un gouvernement futur et quelle sera son attitude une fois arrivé au pouvoir. Les mouvements de gauche sont en général favorables à un plébiscite, mais opposés ou neutres quant à l’indépendance. Et le PP n’a d’autre réponse jusqu’à présent que le silence – il doit d’ailleurs craindre d’être remplacé en partie par Ciutadans/Ciutadanos lors des élections. Si le côté espagnol ne trouve pas rapidement d’autres réponses au défi, un long conflit est à prévoir, la perte de confiance ira en augmentant, les frais seront considérables, mais finalement le droit des Catalans à décider ne peut pas être négligé dans un Etat membre de l’Union européenne.

22Oberwaltersdorf, 9 novembre 2015

23P.S. du 1er août 2016: Depuis le moment de la rédaction de ce texte l’Espagne a deux fois élu un parlement, sans qu’une volonté populaire claire se laisse distinguer. Le vote du 20 décembre 2015 a réduit à 28,7 % des voix le score du PP, et à 22 % celui du PSOE, mais les voix pour de nouveaux partis (Podemos, 20,6 % et Ciutadanos, 13,9 %) n’ont pas été suffisamment nombreux pour arriver à la formation d’un gouvernement à Madrid, d’autant plus qu’aucun partenaire possible était prêt à entrer en une coalition dirigée par Mariano Rajoy, considéré comme responsable de la corruption au sein de son parti. Ce parlement a été dissout au mois de mai 2016.

24Entre temps, la crise en Catalogne, surgie après le succès plutôt tiède des indépendantistes lors des élections anticipées au parlement catalan du 27 septembre 2015 (cf. plus haut), a été résolue au dernier moment : au lieu d’Artur Mas c’est le maire de Girone, Carles Puigdemont i Casamajó (*1962) qui a été investi Président de la Generalitat, début janvier 2016. Il est chargé de mettre en marche de processus d’indépendance. La majorité des élus ne pense plus que l’Espagne accepte un plébiscite sur l’indépendance, elle prépare par conséquent une indépendance unilatérale.

25Le 26 juin 2016, les électeurs espagnols ont de nouveau élu un parlement, mais si le PP a légèrement augmenté son pourcentage (il arrive à 33 % des voix et 137 sièges sur 350), les autres partis ont stagné (Unidos Podemos) ou légèrement reculé (PSOE, Ciutadanos). La situation n’est donc guère plus claire que six mois plus tôt, les différentes forces politiques se neutralisant mutuellement. D’autre part, le système d’un gouvernement chargé uniquement de la gestion des affaires courantes ne peut être prolongé indéfiniment, vu la situation économique du pays. La formation d’un gouvernement ne poserait pas trop de problèmes, si Rajoy se retirait (mais le roi vient de le charger de former un nouveau gouvernement, fin juillet). Actuellement, l’hypothèse la plus réaliste semble être qu’une coalition se forme au bout d’un certain temps, peut-être sans Rajoy, entre PP et PSOE. La deuxième alternative probable serait celle de la formation d’un gouvernement minoritaire PP, avec des soutiens occasionnels. Il va sans dire que cette alternative ne durerait pas très longtemps. Il est vrai que certains observateurs évoquent déjà la possibilité de nouvelles élections, mais ce serait vraiment une ultima ratio.

26Le seul parti espagnol qui accepte l’idée d’un plébiscite en Catalogne est Unidos Podemos (tout en défendant le maintien de l’Espagne dans ses frontières actuelles). Les autres partis ne sont pas prêts à discuter une telle solution. Donc, il faut prévoir une confrontation, du moins à court terme.

27Au fond, et si l’on tient compte du fait que l’Espagne fait partie de l’UE qui prévoit certaines formes pour résoudre des différends, il n’y a que trois options qui semblent se dégager en ce moment : la première est que l’Espagne maintient son refus et réussit à imposer sa politique nationaliste, la deuxième serait que Madrid et Barcelone arrivent à un compromis qui respecte les droits des périphéries – peut-être au prix d’une réforme constitutionnelle allant dans le sens d’une fédération – et la troisième que la Catalogne obtient effectivement son indépendance. Il est bien possible que les alternatives présentées ici ne sont que les étapes d’un processus (assez long).

28De toute façon, les partenaires, mais surtout les gouvernements centraux, après des débuts prometteurs, ont perdu une belle occasion de tenir compte de la volonté populaire pour instaurer une situation de droit stable. Actuellement, la solution qui semble respecter le plus les droits des concernés serait l’indépendance. Il faut cependant craindre que ce conflit dure encore longtemps et contribue à ternir l’image de marque de l’Espagne (et, de surcroît, de l’Union Européenne).

Haut de page

Bibliographie

Bernecker Walther L./Brinkmann, Sören, 2006, Kampf der Erinnerungen. Der Spanische Bürgerkrieg in Politik und Gesellschaft 1936-2006, Nettersheim, Verlag Graswurzelrevolution.

Brinkmann Sören, 2007, Katalonien und der Spanische Bürgerkrieg. Geschichte und Erinnerung, Berlin, Ed. Tranvía.

Fischer Weltalmanach 2016, 2015, Francfort, S. Fischer.

Fontana Josep, 2014, La formació d’una identitat. Una història de Catalunya, Vic, Eumo.

Hroch Miroslav, 2005, Das Europa der Nationen. Die moderne Nationsbildung im europäischen Vergleich. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Kremnitz Georg, 2012, „Convergencias/divergencias de comunidades lingüísticas en el marco español“, in: Monteagudo Henrique (ed.), Linguas, sociedade e política. Un debate multidisciplinar, Santiago de Compostela: Consello da Cultura Galega, 43-74.

Kremnitz Georg, 2015, „Del compromís de la transició a la confrontació quotidiana. De la Constitució de 1978 fins a la sentència del Tribunal Constitucional de 2010”, in : Sinner Carsten/Wieland Katharina /eds.), Norma, ús i actituds lingüístiques. El paper del català en la vida quotidiana, Leipzig, Universitätsverlag, 11-22.

Nagel Klaus-Jürgen, 2013, „Katalonien – vom Autonomismus zum Separatismus?“, Europa Ethnica, LXX, 32-45.

Semprún, Jorge, 1993, Federico Sánchez se despide de Ustedes, Barcelona, Tusquets.

Solà Joan, 2009, „La paraula“, El Temps (Barcelona), du 14 juillet 2009, 76-79.

Haut de page

Notes

1 Je remercie François Pic d’avoir relu ce texte et de m’avoir donné mainte bonne suggestion.

2 Pour les diverses étapes que les mouvements renaissantistes peuvent prendre, cf. les travaux de Miroslav Hroch, surtout Hroch 2005.

3 Contrairement à une opinion publique consciencieusement entretenue, la période de la transition a connu des victimes: Bernecker/Brinkmann, Sören (2006, 237) parlent d’environ 460 morts entre 1975 et 1980, Fontana, (2014, 401) établit à 182 le nombre des victimes de la police entre 1975 et fin 1982.

4 Il y a eu certaines initiatives, surtout en Catalogne et au Pays Basque (Euskadi), mais elles n’ont guère touché les provinces centrales. Ce n’est que vers 2000 que des initiatives privées ont tenté de se substituer aux carences de l’Etat. Elles ont reçu un soutien initial par le gouvernement de Rodríguez Zapatero qui s’est cependant rapidement essoufflé. Pour une synthèse de ces efforts cf. Bernecker/Brinkmann, 2006 ; Brinkmann 2007.

5 Il est sûr qu’à l’époque les défenseurs de l’indépendance n’étaient pas très nombreux, selon des sondages (ultérieurs de quelques années) autour de 2 %. Les gens, également en Catalogne, s’attendaient à une nouvelle Espagne (Nagel, 2013, 32).

6 On peut en lire quelques exemples dans les souvenirs de Jorge Semprún 1993, passim.

7 Pour plus de détails cf. Kremnitz (2012, particulier 58-68) et Kremnitz 2015 et les bibliographies indiquées. Pour une analyse de la situation de la langue catalane cf. le rapport que le regretté Joan Solà a donné, le 1er juillet 2009 devant le parlement catalan. C’était presque un legs qu’il laissait quelques mois avant sa disparition. Il y part d’un triple constat: „La llengua catalana no està bé de salut: ni de salut política ni de salut social ni de salut filològica.“ (Solà, 2009).

8 Ce qui rend plus inexplicable encore le soutien que Pujol et son parti accordent à Aznar aux Cortes entre 1996 et 2000.

9 Cette situation se répétait d’ailleurs à chaque élaboration d’un nouveau statut: sous la Seconde République comme en 1978/79.

10 La composition du Tribunal Suprême est politique. La plupart des juges actuels seraient des proches du PP. Mais le PSOE a pendant longtemps défendu la même position de l’Etat centraliste. Fontana, 2014, 413, dit que les deux partis ont choisi les juges „que no sempre mostraven les qualitats que s’haurien d’exigir per a una tasca de tanta responsabilitat“.

11 Commémoration de la défaite du 11 septembre 1714 devant les troupes du futur roi Philippe V.

12 Cit. d’après Süddeutsche Zeitung, 29 septembre 2015, 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georg Kremnitz, « Les tensions actuelles entre la Catalogne et l’Espagne », Lengas [En ligne], 79 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://lengas.revues.org/1040  ; DOI : 10.4000/lengas.1040

Haut de page

Auteur

Georg Kremnitz

Universität Wien ; Institut d’Estudis Catalans

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org