Navigation – Plan du site
Marge linguistique, pouvoir, statuts et polémiques

Marge linguistique territoriale et langues minoritaires

Alain Viaut
p. 9-28

Texte intégral

  • 1 Étude s’intégrant dans le cadre du programme de recherche Région Aquitaine Langues minoritaires et (...)
  • 2 Cf. par exemple, colloque tenu autour de cette notion : Marges et confins (université de Paris 10, (...)
  • 3 « Marche » possède le sens de région frontière dans le sens militaire et politico-administratif, pa (...)

1On rappellera1 tout d’abord que la notion de marge revêt au sens propre comme figuré des significations qui, dans différents domaines (culturel, esthétique, politique, social2), contiennent en commun les sèmes de la périphérie et de la dépendance : ce qui s’accole à un contour, « espace situé sur le pourtour externe immédiat de quelque chose » (T.L.F.), « extension de quelque chose au-delà des limites normalement nécessaires, requises ou prévues » (T.L.F.), et, plus près de nos préoccupations pour ce qui suit, dans le domaine géographique : « espace situé sur le pourtour d’une région considérée comme une unité géographique » (T.L.F.). À l’origine, le mot latin margo, marginis possédait les sens de : bord, bordure ; borne, frontière ; rive (Gaffiot 1934). La grande majorité des langues parlées en Europe, latines, germaniques et slaves, ont repris ce terme avec ce sème originel de bordure. Par métonymie, les successeurs romans du latin margine, de même que les emprunts par d’autres groupes ou familles linguistiques (marginaali, par exemple, en finnois) implantés en Europe sont applicables à une portion d’espace soudée à cette ligne. Les acceptions sur lesquelles nous proposons de nous appuyer à la lumière d’un terrain diversifié sont globalement liées à l’espace géographique et aux implications de ses différents délinéaments, et elles concernent directement les langues qui y sont implantées d’une façon ou d’une autre. Ces acceptions se distingueront néanmoins de celles qui pourraient être liées en particulier aux notions proches de confins, de marche et d’espace intermédiaire. Comme celles-ci, la marge implique les idées de subordination, de précarité, de moindre stabilité et de contrôle partiel depuis un centre dont elle est une périphérie. Pour autant, si elle a aussi ce caractère flou, la marge intègre bien par rapport à ces dernières, encore plus nettement que la marche (région frontière), un élément de précision, étant nécessairement, pour partie, bordée par une ligne. La marge, qui n’est pas forcément le résultat d’une action volontariste à l’image de la marche3, s’est construite par rapport à cette ligne démarcatoire, et elle s’y réfère implicitement ou explicitement dans sa capacité structurelle à intégrer en les croisant les entités dont elle dépend ou dont elle est imprégnée.

2La notion de marge linguistique, dans notre approche, s’appuyant sur celle, plus générale, de marge territoriale, tiendra compte des proximités notionnelles susmentionnées, sachant qu’elle peut désigner un objet susceptible de demeurer relativement stable tout comme d’être mouvant. Cet objet est de nature à être contrôlé par un centre mais il peut aussi s’en affranchir en étant attiré par un autre centre ou bien en confirmant ou acquérant une autonomie plus ou moins significative.

La marge linguistique entre appartenance et attraction

3Si, par sa position intermédiaire, la marge linguistique peut être vue comme un espace de transition, cette caractéristique contribue justement à son identification comme entité propre. Éloignée d’un centre dont elle dépend, elle possède, parmi ses virtualités, celle de l’autonomie alors que la dépendance demeure aussi chez elle une donnée de départ. Si d’autonome elle devient indépendante, elle n’en conservera pas moins un lien avec deux centres de référence qui demeureront constitutifs de ce qu’elle est. Deux centres de référence sont en effet en présence, celui que nous nommerons A, qui inclut la marge linguistique dans son territoire politico-administratif, à l’intérieur de ses frontières, et celui, que nous nommerons B, du continuum linguistique qui intègre à ce titre cette même marge. De cette façon, si la marge linguistique est bordée d’un côté par une frontière ou une limite administrative, elle le sera de l’autre par une frontière linguistique (cf. infra, figure n1).

4Ayant ainsi à voir avec les notions voisines de marche, de confins et d’espace intermédiaire, cette marge peut glisser vers l’un ou l’autre de ces aboutissements sémantiques en étant marquée par une dépendance accrue ou une dilution de ses caractéristiques premières par rapport à un centre initial de référence. Quant à ses paramètres linguistiques, étant une périphérie, sa mise en évidence et la perception de son caractère indécis et subordonné la placent a priori aussi parmi les situations minoritaires ou minorées.

5Nous partirons ici du constat selon lequel la marge linguistique fait partie d’un ensemble politico-administratif A dont elle reçoit les influences ou les pressions tout en étant liée à cet autre ensemble, linguistique, B, dont elle est séparée par une ligne, une frontière, plus ou moins étanche. Ces dernières influences ne sont pas seulement déterminées par le seul fait du voisinage, elles procèdent d’abord de références et d’intérêts communs d’ordre linguistique et culturel. La marge participera par conséquent d’une communauté linguistique ou, à tout le moins, elle s’inscrira dans une telle proximité. Cela peut également se doubler d’intérêts économiques. La marge étant la manifestation d’une continuité de son ensemble linguistique d’appartenance à l’intérieur de son ensemble d’appartenance politico-administratif, une de ses caractéristiques résidera dans la présence dans son discours d’influences provenant de ce dernier (cf. le bulgare pomaque en Grèce). À l’extrême, la marge linguistique peut apparaître comme une zone hybride, d’interférences, susceptible de s’autonomiser sous cette forme. Elle réunit des traits propres à deux ensembles. C’est le cas, par exemple, de ce que l’on nomme le « Croissant » (Brun-Trigaud 1990), à cause de sa forme, situé entre variétés primaires d’oc et d’oïl au nord du Limousin et de l’Auvergne. Dans ce cas précis, on a pu considérer qu’il s’agissait d’une marche de l’occitan depuis longtemps mêlée de traits linguistiques propres à l’aire d’oïl française.

6En termes de territoire, la marge linguistique suppose un déséquilibre entre ce qu’elle est par rapport à l’ensemble A, et l’ensemble B avec lequel elle partage des traits linguistiques mais auquel elle n’appartient pas en droit. Elle peut être une bordure d’une largeur variable mais elle doit néanmoins posséder une masse critique suffisante pour susciter une prise de conscience d’auto-appartenance. En cela, elle peut posséder une identité propre, illustrée par une double influence et une double relation avec deux ensembles et deux centres : de dépendance ou d’appartenance par rapport à A, pôle politique et d’attraction, et par rapport B dont elle participe linguistiquement (cf. le slovène de Carinthie en Autriche), ou dont elle est proche linguistiquement (cf. le carélien en Russie par rapport au finnois). Elle n’est pas forcément autonome, voire indépendante administrativement tant qu’elle dépend de A, mais peut le devenir, comme elle pourrait éventuellement basculer du côté de l’entité politique dont B est porteur de l’expression linguistique majoritaire ou officielle. Il peut également apparaître, d’un point de vue proprement sociolinguistique, que l’autonomisation de la marge linguistique par rapport à B serait significative d’un processus d’individuation ou d’élaboration (Ausbausprache). Ce processus peut tout simplement avoir été favorisé, sinon provoqué par A (cf. la tentative historiquement limitée dans le temps de détacher le moldave du roumain).

7La marge linguistique, en étant dépendante d’un ensemble A clairement identifié, qui l’inclut, peut continuer à épouser ses caractéristiques et se fondre de plus en plus en lui jusqu’à oublier son identité d’origine. L’expérimentation par la marge de l’influence et de l’attraction exercées par l’ensemble B dont elle est séparée par une ligne peut être passive ou active. En ce sens, l’expression d’une demande de reconnaissance de ses liens avec B peut contribuer à sa perception comme un sous-ensemble ayant des traits propres (cf. le cas de l’occitan aranais dans le Val d’Aran en Espagne par rapport au reste du domaine d’oc).

  • 4 Durant l’année scolaire 2009-2010, dans l’Académie de Strasbourg, près de 21 000 élèves, toutes fil (...)
  • 5 Les divers acteurs alsaciens agissant pour la protection et la promotion de leur langue semblent s’ (...)
  • 6 Voir, pour des détails, le site de l’OLCA (Office pour la langue et la culture d’Alsace) : http://o (...)
  • 7 Le district trinational de Bâle comprend les quarante-deux communes du Pays de Saint-Louis et des T (...)

8Au-delà de ces liens de dépendance ou exprimant la participation à un continuum, l’identité de la marge linguistique, comme d’ailleurs de la marge territoriale en général, peut aussi ou en même temps provenir de ce qu’elle constitue un lieu d’échange particulier qui possède sa propre autonomie de fonctionnement. Les conditions externes s’y prêtant et cette fonctionnalité lui étant accordée, la marge linguistique serait relativement stable en jouant un rôle d’espace intermédiaire, et cette identité-là peut être le fruit d’une construction de type causal ou téléologique. Sur ce plan linguistique, l’Alsace, avec une dynamique sociolinguistique originale, pourrait participer en partie en France (ensemble A) de cette double configuration. L’allemand standard y est en particulier promu dans les sections bilingues de l’enseignement scolaire public et conventionné depuis 19944, et l’alsacien, représentatif sous cette appellation d’un ensemble de variantes diatopiques de l’allemand et associé au Hochdeutsch5, y est protégé et encouragé à des titres divers au sein de la société civile6. Cette dynamique s’inscrit dans un cadre institutionnel transfrontalier avec les eurodistricts de Colmar — Fribourg en Brisgau, de Strasbourg — Kehl-Offenbourg, et trinational de Bâle7, qui favorisent sur le plan des usages et des représentations linguistiques cette fonction de lieu d’échanges et de contacts interlinguistiques entre français et allemand.

9La marge linguistique peut être une donnée d’emblée évidente (voir les redécoupages territoriaux à la suite de traités internationaux et la question des minorités nationales après la première guerre mondiale) comme être l’aboutissement d’une évolution sur une durée plus ou moins longue. Plutôt qu’un état, elle est un processus transitoire, tendant vers sa caractérisation comme langue par rapport à l’ensemble B d’appartenance linguistique ou vers sa dilution dans l’ensemble d’appartenance politico-administrative A, ou encore vers la confirmation de son appartenance à B et de son alignement sur ses standards de langue.

10Au départ, la caractérisation de la marge linguistique peut avoir été endogène (mirandais au Portugal, kven en Norvège). Elle peut aussi avoir été exogène (moldave à l’époque soviétique, macédonien). Dans la conformation de type exogène, le cas historique, mais non abouti, de la tentative de construction du moldave en langue indépendante du roumain devient de plus en plus résiduel et avec une valeur sociale moindre dans l’État autoproclamé de Transnistrie. De tels cas apparaissent finalement rares et sont représentatifs de l’un des pôles extrêmes de l’éventail des configurations envisagées.

  • 8 Article 6 al. 5 du nouveau statut d’autonomie de la Catalogne de 2006 : « La llengua occitana, deno (...)
  • 9 « Fédération de parlers », terme apparu récemment par analogie avec celui de Sprachbund (Kremnitz 2 (...)
  • 10 Pour les détails de cet intéressant cas de figure, on pourra se reporter à : .

11L’autonomisation et plus de la marge linguistique selon un processus téléologique et autogène n’est pas toujours claire et peut être à l’origine de débats. Cela a été évoqué pour l’occitan aranais, ne serait-ce qu’à travers son autre appellation officielle d’aranais (Muljačić 1995 : 27-28). Or, cette hypothèse ne s’est pas confirmée puisque, au contraire même, le Val d’Aran apparaît depuis l’officialisation en 2006 de l’occitan en Catalogne8, comme une entité avancée du domaine d’oc pour la normalisation de sa langue historique, et non comme une langue Ausbau séparée. Cela s’est pourtant établi dans un contexte où l’occitan, peu normalisé, se présente encore sous l’aspect d’un Mundartbund (fédération de parlers9), là, comme ailleurs, sur la base des parlers gascons de cette vallée, en appliquant quoi qu’il en soit l’orthographe commune d’oc modernisée. En comparaison, le corse s’est individué par rapport à l’italien et a échappé aux effets dus au rôle de coiffure linguistique (Dachsprache) qu’il était susceptible d’exercer sur lui. Mais il n’est pas une marge telle que nous l’avons retenue ici. Son caractère insulaire lui a fourni une capacité de démarquage plus grande qu’à partir d’une situation de marge territoriale. L’exemple du kven en Norvège, par rapport au finnois (cf. infra), illustre également tant cette possibilité d’autonomisation autogène de la marge linguistique que, fatalement, les discussions qu’il a suscitées en vue de sa clarification. Le kven/finnois, variété du finnois a priori coiffé par lui, est ainsi devenu le kven, langue distincte du finnois, par décision du gouvernement norvégien en avril 2005 peu avant la remise par la Norvège de son troisième rapport d’État au Secrétariat du Conseil de l’Europe dans le cadre du suivi de la mise en application de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires10.

Approche typologique de la marge linguistique

12Parmi les différents profils généraux de marge linguistique, nous en évoquerons deux, dans cette première approche : celui qui est déterminé par l’existence d’une limite du type frontière, et celui qui l’est par les déplacements géographiques des usages linguistiques. Ces deux profils correspondent ainsi à deux paramètres, l’un de fixité et l’autre de dynamique.

Le profil de la marge linguistique conditionnée par le déterminant limologique

13On rappellera tout d’abord la situation typique de la marge linguistique adossée d’une part à une frontière ou à une limite politico-administrative, et liée, d’autre part, à un territoire linguistique dont le pôle directeur se trouve de l’autre côté de celle-ci. La marge peut afficher une indépendance de surface conditionnée, de fait, par une frontière longtemps étanche (bulgare pomaque en Grèce). Quoique nous ayons déjà évoqué précédemment les aspects de cette conformation, nous repréciserons que cette autonomie peut aussi être consciemment entretenue sans pour autant déboucher sur une auto-élaboration indépendante. La marge linguistique peut alors se cristalliser dans cette autonomie.

14Dans sa tendance à l’autonomisation, la marge linguistique peut par conséquent se rendre indépendante en tant que langue Ausbau, par élaboration, comme le meänkieli ou finnois tornédalien en Suède, ou le kven en Norvège, tous deux marges occidentales du continuum finnois. La tendance inverse existe aussi : les marges basque et catalane, côté français, se sont, au contraire, solidement accrochées au cours des dernières décennies aux territoires linguistiques de ces langues principalement situées en Espagne. Il en va de même, malgré les tendances à un développement de sous-standards locaux ou régionaux, des marges occitanophones d’Italie (vallées alpines du Piémont et de Ligurie) et d’Espagne (Val d’Aran).

  • 11 Cet ensemble primaire de l’ibéro-roman est principalement identifié comme langue à travers l’asturi (...)

15On notera, à travers ces exemples que, d’une part, une seule variété standard dans le territoire linguistique principal est également acceptée à l’intérieur de la marge dans le cas de langues non officielles d’État (basque, catalan), et que, d’autre part, des cas de marges linguistiques s’individualisent en langues séparées là où la langue de référence est officielle d’État (finnois). Néanmoins, ces exemples rendent compte de deux configurations types qui n’ont rien d’absolu. Par exemple, en Slovaquie, Serbie, Roumanie ou Ukraine, les expressions linguistiques hongroises ne se sont pas autonomisées par rapport au standard de Hongrie. Inversement, le mirandais au Portugal apparaît comme une langue sociolinguistiquement séparée du continuum asturo-léonnais11, dont il participe par ailleurs d’un point de vue descriptif. Il existe, certes, une nette différence entre les statuts de ces deux langues dans leur rapport à une expression linguistique principale ou de référence. Le hongrois est une langue standardisée et officielle, bien établie dans ce statut, alors que l’asturo-léonnais, entité linguistique minoritaire par élaboration, elle-même détachée sociolinguistiquement du castillan depuis juste ces dernières décennies, connaît une évolution dans le sens de la standardisation seulement dans les Asturies à travers l’asturien à proprement parler (Viaut 2009).

16Enfin, pour aller plus avant dans cette tentative typologique, La marge linguistique peut également être mise en évidence ou émerger à partir des deux types d’exofrontière que nous avons définis (Viaut 2010 : 27-28) : l’exofrontière linguistique A, celle de la langue traditionnelle ou Mundartbund, et l’exofrontière B, qui correspond à l’aire de langue (Viaut 2010 : 40-42) de la variété standard agissant comme Dachsprache (coiffure linguistique). Une exofrontière AB peut éventuellement résulter de la conjonction les deux précédentes comme c’est finalement le cas en Belgique. La limite commune qui sépare en effet l’ensemble formé de la Région Wallonne et de la Communauté française de l’ensemble formé de la Région flamande et de la communauté flamande. De fait, la communauté française et la communauté germanophone, qui ne désignent toutefois pas des territoires mais des communautés de personnes, sont recouvertes par la Région wallonne. Cette ligne de séparation entre les deux ensembles, tout au moins sur cette portion qui partage la Belgique d’est en ouest, constituerait ainsi une des rares illustrations de ce type d’exofrontière.

La figure de la frange

17La première figure, de type alsacien ou catalan en Aragon par exemple, retenue ici, est classiquement déterminée par la présence d’une frontière étatique ou limite infra-étatique, caractérisation première de la ligne divisoire qui inclut la marge dans un ensemble A. La double dépendance vis à vis des ensembles d’appartenance, A (politique) et B (linguistique) (cf. infra figure 1), peut ainsi être productrice de représentations particularisantes des variétés topolectales alsaciennes de l’allemand, ou du bulgare en Grèce, aussi, par exemple. Cela débouche aussi sur des perceptions en train de se socialiser du « dialecte » alsacien, dont la version écrite serait l’allemand standard ou Hochdeutsch (cf. supra), de la « langue pomaque », autonome ou indépendante sociolinguistiquement en Grèce, essentiellement, où elle n’est guère explicitement associée au bulgare.

Figure 1. – La marge linguistique comme « frange »

Figure 1. – La marge linguistique comme « frange »

18Comme « frange », la marge linguistique déterminée par une réalité politico-administrative est nommée de cette manière en référence à la Franja catalane d’Aragon. La frange, par analogie avec le prolongement secondaire d’une chevelure, est alors un type de marge qui continue le territoire contigu dont elle est séparée par une frontière ou une limite administrative infra-étatique, ici matérialisée par celle qui sépare les communautés autonomes de la Catalogne et de l’Aragon. Le signifiant « frange » comporte le sème de forme longitudinale et les « franges » catalane en Aragon (Franja), galicienne dans les Asturies, ou occitane en Italie, en fournissent des illustrations, de même que les exemples alsacien et pomaque. Sans pour autant retenir que cette motivation de forme soit absolue ou même majoritaire, on admettra toutefois qu’elle est fréquente et qu’elle est bien une marge puisqu’elle désigne un territoire d’importance réduite par rapport à l’ensemble linguistique B dont elle participe. De là, pour désigner d’autres marges limologiques qui n’ont pas cette forme, d’autres signifiants devront, quoi qu’il en soit, contenir le sème exprimant l’idée de prolongement continu d’un ensemble principal.

La figure de la zone d’influence et d’attraction

19Comme « zone d’influence et d’attraction », la marge linguistique s’étend en halo au-delà du territoire linguistique d’origine et de son exofrontière A, B ou AB. Ainsi en va-t-il de la pratique et de l’apprentissage comme langue seconde, pour des raisons instrumentales, notamment économiques et d’emploi, d’une langue d’un pays voisin (Hochdeutsch en Alsace et Lorraine germanique). L’occitan jouait autrefois un rôle similaire sur la bordure septentrionale du Pays basque français, et, de nos jours, on apprend le catalan standard en Roussillon, région catalane du département français des Pyrénées-Orientales, autant par attachement culturel que du fait de l’attraction exercée par la Communauté autonome de Catalogne en Espagne et par son pôle économique barcelonais. On peut également envisager des marges linguistiques plus vastes aux parties démarcatoires plus floues, et donc plus proches des marches ou des fronts, pour des langues de grande diffusion telles que l’anglais en Europe nord-occidentale. Le cas du russe en Asie centrale pourrait être discuté dans ce sens, entre une position hégémonique passée et une phase actuelle, et peut-être future, où il trouve et trouverait, à côté des langues officielles des nouveaux États, une place à cause de son utilité dans des fonctions d’échanges économiques et communicationnels entre ethnies ou nationalités.

Figure 2. – La marge linguistique comme « zone d’influence et d’attraction »

Figure 2. – La marge linguistique comme « zone d’influence et d’attraction »

Le profil de la marge linguistique déterminée par les déplacements géolinguistiques

  • 12 Le basque, co-officiel avec le castillan en Navarre depuis 1982, ne l’est que dans la zone qui corr (...)

20Comme « laisse », dont nous rappellerons le sens géographique d’« espace que les eaux découvrent au jusant ou à l’étiage » (Brunet 1992 : 295), la marge linguistique peut autrement être déterminée par rapport à une frontière linguistique par un mouvement de flux et de reflux, continu, ou par un mouvement de prise et de déprise, discontinu. Des langues minoritaires mais normalisées telles que le basque ou le gallois ont connu ces va-et-vient avec, de nos jours, des mouvements de flux relatif grâce, notamment, à des aménagements linguistiques favorables qui laissent à voir que ces marges participent en l’occurrence de nouveaux territoires linguistiques B (cf. supra), étayés en l’occurrence par des statuts de co-officialité régionale susceptibles de rendre possibles ces extensions, comme en Euskadi depuis 197912.

La figure de la laisse de flux et de reflux

21Cette figure-ci de la marge linguistique est associée à l’existence d’une zone de reflux en onde homogène d’une langue par rapport à son aire traditionnelle d’usage, laquelle peut aussi faire l’objet d’un flux en retour sous des formes parfois nouvelles, normées ou standardisées. Ce retour peut éventuellement dépasser l’ancienne limite traditionnelle d’emploi, même ancienne, pour des raisons non plus forcément identitaires, mais aussi politico-administratives dans un but d’unification linguistique autour d’un standard officiel. La fonction administrative du standard aura pu être alléguée pour justifier le remplacement, la traduction ou la déformation d’une toponymie d’origine ou antérieure. Ce dépassement de la limite correspondant à l’exofrontière linguistique A se traduira par le marquage d’un territoire contigu au moyen de la variété standard d’une langue. Il s’agit d’un signe d’affirmation nationale au profit d’une langue officielle d’État ou régionale. La francisation de nombreux noms de lieux dans les zones situées entre l’exofrontière A et l’exofrontière B (cf. supra) du français en France témoigne par exemple de ce fait historique sur lequel on revient de nos jours avec, notamment, la récupération légale, à la demande des communes, de la microtoponymie des cadastres dans les langues régionales (Lejeune 2008 : 23-27).

22La bretonnisation des noms de communes sur la carte de la Bretagne publiée en 2003 par l’Office de la langue bretonne en Haute-Bretagne, à l’est de la presqu’île, particulièrement dans les arrondissements de Fougères, Vitré et Nantes, de tradition romane d’oïl, attestent dans ce cas d’une intention claire. Cette celtisation cartographique de la Bretagne d’oïl ne témoigne pas seulement d’un hégémonisme linguistique semblable à celui, en leur temps, d’autres langues, officielles d’État, elle répond quelque part aussi à une quête d’identité compensatoire de la part d’acteurs institutionnels locaux (conseils municipaux) en Pays gallo de Haute-Bretagne. Ainsi, au-delà de l’ancienne aire du breton, la signalisation bilingue français-breton dans certains bourgs y devient utile, aux yeux de représentants de la population, à des fins d’économie touristique (Le Squère 2008) en étant un des vecteurs identitaires de ce qui paraît être vécu comme une quête culturelle qui ne se suffirait pas du gallo, langue d’oïl minoritaire, peu visible par rapport au breton de Basse-Bretagne. Le gallo, à cet égard, est sans doute au départ dans une situation moins prestigieuse que le breton du fait de sa double dépendance par rapport au français, d’un point de vue sociolinguistique comme langue dominée, et du fait de son statut structurel et historique de variété primaire du français. Le breton, également dominé du point de vue sociolinguistique par le français, est en revanche doté d’un capital primaire en termes de distance linguistique par rapport à lui. Le fait culturel breton, dans ce cas, est perçu comme étant lié à une seule langue régionale possible, le breton, et non le gallo, finalement dévalorisé après la tentative en soi valorisante, comme pour les autres langues d’oïl Ausbau, de l’affranchir de la coiffure linguistique exercée par le français standard. Or, tout cela se passe, il convient de le rappeler, alors que le breton, comme d’autres langues minoritaires, continue un mouvement global de reflux par rapport au français.

23L’étude de la figure du reflux et du flux fait appel à la mémoire des pratiques linguistiques et, de façon générale, aux représentations de la langue vue comme un marqueur linguistique territorial à travers les traces qu’elle a laissées. La toponymie est, à cet égard, constitutive d’un matériau privilégié pour la représentation politique et identitaire en général de territoires (Guillorel 2008). Cela peut jouer à l’échelon d’États établis ou en construction comme d’entités administratives infra-étatiques utilisant les marques qui en procèdent parmi celles qui sont propres à justifier une autonomie acquise ou revendiquée. Une toponymie marquée par la langue substratique, qui n’est plus parlée depuis plusieurs siècles, ou bien qui l’a été jusqu’à une période suffisamment proche pour avoir laissé des traces dans une mémoire transmise selon des modalités intergénérationnelles, peut être utilisée à des fins d’identification territoriale (Pailhé 2008 : 99-100). Au-delà de la zone géographique où apparaissent des attitudes positives et actives envers la langue qui a laissé des traces tangibles dans la toponymie, la documentation et la mémoire transmise, dans une autre zone contiguë, ce qui peut être ressenti comme un vide ou un déficit identitaire va contribuer à susciter une quête culturelle commandée, à notre sens, par un désir d’identité compensatoire (Le Squère 2008).

24Si la zone de reflux linguistique est donc à mettre en relation avec un retour de flux, lié à une identité linguistique de récupération, elle doit être abordée de façon nuancée dans la mesure où elle est susceptible d’attirer dans son mouvement de résurgence des zones limitrophes. Ces dernières, dans leur position d’attente d’identification, tendent à s’appuyer sur une participation minimale, acceptée et reconnue, à une identité commune — celle, dans ce cas breton, de la Bretagne historique, du Duché de Bretagne, en fait — pour justifier d’en passer par la langue au nom éponyme. L’identité linguistique au lieu d’être héritée est acquise.

Figure 3. – La marge linguistique comme « laisse de flux et de reflux »

Figure 3. – La marge linguistique comme « laisse de flux et de reflux »
  • 13 Notion utilisée dans les enquêtes sociolinguistiques en Catalogne (Institut de statistiques de Cata (...)

25Nous évoquerons aussi la configuration type illustrée par l’exemple de l’Alsace et de la Lorraine mosellane. Cet ensemble se présente comme une marge doublement régressive de par un phénomène de reflux linguistique des variétés locales d’allemand constitutives des « dialectes » alsaciens et mosellans, et aussi du Hochdeutsch tel qu’il était utilisé autrefois comme variété prestigieuse. Dans le même temps, ce dernier progresse à nouveau dans l’enseignement public et privé bilingue (primaire et collèges) français/allemand à parité horaire, peut-être plus au titre d’une langue étrangère qu’à celui d’une langue d’« identification13 ». On donne ainsi une progression de 50 % en cinq ans, de 2004 à 2009, du nombre des élèves scolarisés dans ce type de filière où il est passé, durant cette période, dans l’Académie de Strasbourg, de 11 662 à 17 428, soit au final le pourcentage néanmoins modeste approchant les 10 % du total des effectifs. Cet intérêt croissant doit être mis en relation avec les possibilités d’emplois offertes aux Alsaciens et Mosellans en Allemagne. Ce cas de laisse de flux pour la variété standard pourrait aussi s’assimiler à une zone d’influence et d’attraction comparable à celle que nous avons évoquée pour le catalan en Roussillon (cf. supra) où, là, toutefois, la distance par rapport à la variété standard aura été perçue comme étant moins significative tout en étant plus nouvelle par rapport à celle du Hochdeutsch en Alsace et Moselle qui y bénéficie d’un ancrage historique ancien.

La figure de la laisse de prise et de déprise

26La « laisse » peut également être envisagée comme un mouvement discontinu de prise et de déprise par rapport à une frontière linguistique. De la métaphore de la déprise agricole (Brunet 1992 : 150) il sera retenu que l’abandon de terres à vocation rurale ne se fait pas forcément de façon continue et homogène dans le temps et l’espace. En appliquant cette image au domaine linguistique, cela est en réalité souvent observable dans la mesure où les mouvements de reflux peuvent laisser apparaître des îlots d’importance variable où la langue en repli s’est mieux conservée et bénéficie d’un emploi plus effectif et régulier que dans des zones environnantes plus régressives. La cartographie du reflux historique du gallois, de l’irlandais et du basque donne une idée de ce phénomène. La position de l’irlandais est cependant un peu particulière sauf si l’on considère que la Gaeltacht actuelle est globalement située dans la partie ouest de l’île avec de petites enclaves très minoritaires à l’est de nature à attester une déprise.

27Les données des recensements et sondages sociolinguistiques disponibles et mises par exemple en relief pour le gallois (Aitchison et Carter 1994) sont en fait illustratives de ce qui aurait peut-être pu être observé avec une précision comparable pour d’autres langues minoritaires à l’aide de sources similaires. On pourrait ainsi prendre le cas de l’occitan pour lequel on ne dispose à ce jour que de données fragmentaires et non homogènes dans seulement quatre régions administratives (Aquitaine, Auvergne, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées), sur les sept principalement concernées, dans lesquelles des sondages sociolinguistiques ont été réalisés depuis le début des années 1990 sans coordination structurée entre elles. Au-delà, on formulera ainsi l’hypothèse selon laquelle bon nombre de langues minoritaires à implantation territoriale historique, si l’on se réfère à la réalité des usages contemporains, correspondraient donc à ce type de représentation. Cette évolution a été conditionnée par le développement des pôles urbains, généralement consommateurs de langues plus efficaces et rentables en termes économique et communicationnel à large échelle, par ceux des médias et de l’enseignement en langue majoritaire et par la réduction généralisée des populations et des activités rurales. Il en est résulté des pratiques linguistiques de plus en plus cantonnées à des portions de territoires communiquant peu entre elles dans ces langues devenues minoritaires, surtout dans la mesure où les conditions d’une normalisation de leur usage n’ont parfois été que très insuffisamment remplies ne serait-ce qu’eu égard à la diffusion d’une information minimale.

Figure 4. – La marge linguistique comm« laisse de prise et de déprise »

Figure 4. – La marge linguistique comm« laisse de prise et de déprise »

28En définitive, on peut inférer des observations précédentes que la laisse est susceptible de combiner dans des proportions variables les deux types de résultantes de ces va-et-vient, avec un mouvement de flux et de reflux se déployant par ondes, et un autre de prise et de déprise par essence discontinu. Les cartes sociolinguistiques de présence ou de pratique du gallois semblent à cet égard éloquentes. Elles font apparaître à la fois un reflux historique global vers l’ouest et des îlots de résistance (Aitchison et Carter 1994 : 94-96). En comparaison, les cartes représentant les reflux du basque ou aussi du breton laissent à voir une série d’ondes concentriques. La revitalisation du gallois, depuis les années 1990 notamment, se traduit par un mouvement peu uniforme en termes de dynamique démolinguistique avec des jeunes néo-locuteurs plus efficacement attirés par cette langue à l’est que dans le reste du Pays de Galles (Aitchison et Carter 2000 : 93-94).

  • 14 Par exemple, en France les sondages sociolinguistiques ont commencé à voir le jour à partir des ann (...)

29On ne peut, en même temps, écarter en amont l’hypothèse de l’influence de la cartographie sur ces différents types de mise en image, selon les contextes, à partir des chiffres — lorsqu’ils existent14 — qui sont issus de sondages ou de recensements. En aval, la visualisation par îlots et celle par ondes, qui peut aussi être cumulative par rapport à l’autre, n’a pas forcément le même impact dans l’un ou l’autre cas sur les représentations linguistiques des acteurs d’un aménagement linguistique et des locuteurs. De ce point de vue, l’impact de cartes cumulatives ou globalisantes, déterminées par des choix qui combinent ou mettent en regard les pourcentages de réponses en termes de pratiques et d’attitudes linguistiques avec la densité des habitants au km2 dans chaque subdivision administrative selon le maillage de référence retenu (Aitchison et Carter 1994 : 90-91), assurent une plus grande précision.

L’avenir de la marge linguistique

30La marge linguistique est une réalité connue ou potentiellement connue de toute langue. Outre l’issue de la substitution linguistique au profit de la langue majoritaire et commune de l’ensemble politique A, un processus d’Ausbau peut s’appliquer à l’expression linguistique de la marge avec pour résultat de l’émanciper d’une fédération originelle de parlers (cf. supra, Mundartbund) dont elle fait partie ou de la coiffure linguistique (Dachsprache) de la variété standard qui en procède et à laquelle elle se serait jusque là sentie reliée. Or, la situation de dépendance de la marge linguistique par rapport à un ensemble politique A (cas, par exemple, de l’émergence de la langue corse dans le cadre politique de la France) peut, de fait, favoriser une telle démarche de naissance sociolinguistique à la langue vers une indépendance linguistique (par rapport à l’italien dans ce cas du corse).

31Dans le cas inverse où, depuis la marge linguistique, s’exprime une volonté d’adhésion plus explicite et évidente à l’ensemble linguistique B, la situation minoritaire ou de minoration qui est son lot pourra, par exemple en Europe, rencontrer des solutions de nature à garantir et promouvoir une telle orientation. La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe engage ainsi, dans son article 14, intitulé « Échanges transfrontaliers », les pays ratifiants à « faciliter et/ou à promouvoir la coopération à travers les frontières, notamment entre collectivités régionales ou locales sur le territoire desquelles la même langue est pratiquée de façon identique ou proche » (article 14.b).

Haut de page

Bibliographie

Aitchison John et Carter Harold, 1994, A geography of the welsh language 1961-1991, Cardiff : Université of Wales Press.

Aitchison John et Carter Harold, 2000, « The welsh language 1921-1991 : a geolinguistic perspective », in Jenkins, Gerant H. et Williams, Mari A. (éds.). Let’s do our best for the ancient tongue, Cardiff : Université of Wales Press, p. 29-107.

Alexandre-Garner Corine (dir.), 2004, Marges et confins. Borderlines and borderlands. Actes du colloque du centre Espaces/Écritures (univ. Paris X-Nanterre, 26-27/06/2003), Nanterre : université Paris X-Nanterre.

Brun-Trigaud Guylaine, 1990, Le Croissant : le concept et le mot : contribution à l’histoire de la dialectologie française au xixe siècle, Lyon : Université Jean Moulin/Centre d’études linguistiques Jacques Goudet.

Brunet Roger, Ferras Robert, Théry Hervé, 1992, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Montpellier, Paris : RECLUS, La Documentation Française.

Ernout Alfred et Meillet Alfred, 2001 [1932], Dictionnaire étymologique de la langue latine, histoire des mots, Paris : Klincksieck.

Gaffiot Félix, 1934. Dictionnaire latin-français, Paris : Hachette.

Generalitat de Catalunya, 2009, Enquesta d’usos lingüístics de la població 2008 (EULP 2008), Barcelona, Generalitat de Catalunya, www20.gencat.cat/docs/Llengat/Documents/Dades_territori_poblacio/Altre/Arxius/EULP08_PresantResultats.pdf.

Guillorel Hervé (dir.), 2008, Toponymie et politique. Les marqueurs linguistiques du territoire, Bruxelles : Bruylant.

Kremnitz Georg, 2007, « La langue d’oc : une et plurielle ». Langues et cité, no 10, p. 7.

Lejeune Sylvie, 2008, « La politique toponymique de la France et les langues régionales », Guillorel Hervé (dir.) (2008). Toponymie et politique. Les marqueurs linguistiques du territoire, Bruxelles : Bruylant, p. 11-33.

Le Squère Roseline, 2008, « Analyse sociolinguistique de l’affichage public en Bretagne : du repérage territorial à la promotion de la régon », in : Guillorel Hervé (dir.) (2008). Toponymie et politique. Les marqueurs linguistiques du territoire, Bruxelles : Bruylant, p. 61-75.

Muljačić Žarko, 1995, « A estandardización do galego á luz de procesos análogos noutras linguas » minorizadas « europeas ». In : Estudios de sociolingüística galega : sobre a norma do galego culto, sous la direction de H. Monteagudo. Vigo : Galaxia, p. 19-51.

Pailhé Joël, 2008, « La langue des cartes : enjeux toponymiques », in : Guillorel Hervé (dir.) (2008). Toponymie et politique. Les marqueurs linguistiques du territoire, Bruxelles : Bruylant, p. 83-100.

T.L.F., Trésor de la langue française. Nancy : C.N.R.S. http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/T.L.F.iv4/showps.exe?p=combi.htm;java=no.

Viaut Alain, 2009, « Naissance et configuration sociolinguistiques de l’asturien : du descriptif au performatif », in : Lagarde C. (éd.). 30 ans d’art. 3. Le discours politique et médiatique sur les langues de l’État espagnol (1978-2008). Actes du colloque (CRILAUP-CRINI, université de Perpignan, 9-11/10/2008), Perpignan : Presses universitaires de Perpignan, p. 167-179.

Viaut Alain, 2010, « Approche sociolinguistique de la dimension spatiale des langues et de ses déclinaisons », in : Viaut A. et Pailhé J. (dirs.). Langue et espace, Bordeaux : Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, p. 23-49.

Haut de page

Notes

1 Étude s’intégrant dans le cadre du programme de recherche Région Aquitaine Langues minoritaires et marges linguistiques en Europe (2008-2011). Une première approche en a été faite en russe à l’occasion de l’International philological conference (Université d’État de Saint-Pétersbourg, 14-19/03/2011).

2 Cf. par exemple, colloque tenu autour de cette notion : Marges et confins (université de Paris 10, 26-27/06/2003 (Alexandre-Garner 2004).

3 « Marche » possède le sens de région frontière dans le sens militaire et politico-administratif, par métonymisation du germanique *marka : frontière, limite. Une origine commune à *marka et à margine se retrouverait aussi, par exemple, dans le persan mars : « pays frontière » (Ernout et Meillet 1932).

4 Durant l’année scolaire 2009-2010, dans l’Académie de Strasbourg, près de 21 000 élèves, toutes filières confondues, publique, privée et associative ABCM, ont ainsi fréquenté ces classes bilingues, soit, pour le cycle primaire, 9,5 % du total des individus scolarisés.

5 Les divers acteurs alsaciens agissant pour la protection et la promotion de leur langue semblent s’accorder depuis les années 1980 sur cette définition significative de cette configuration particulière, donnée en 1985 par le le recteur Pierre Deyon : « Il n’existe en effet qu’une seule définition scientifiquement correcte de la langue régionale en Alsace, ce sont les dialectes alsaciens dont l’expression écrite est l’allemand ».

6 Voir, pour des détails, le site de l’OLCA (Office pour la langue et la culture d’Alsace) : http://olcalsace.org.

7 Le district trinational de Bâle comprend les quarante-deux communes du Pays de Saint-Louis et des Trois-Frontières, les trois villes du canton Bâle-Ville, les quatre-vingt-quatre villages du canton de Bâle-Campagne, deux villages du canton de Soleure, quarante et un villages du canton d’Argovie, les trente-quatre communes du Landkreis Lörrach et deux villes du Krandkreis Waldshut, soit un total de quarante-deux communes françaises, cent trente communes suisses et quarante-trois communes allemandes pour former un ensemble de deux cent huit communes.

8 Article 6 al. 5 du nouveau statut d’autonomie de la Catalogne de 2006 : « La llengua occitana, denominada aranès a l’Aran, és la llengua pròpia d’aquest territori i és oficial a Catalunya, d’acord amb el que estableixen aquest Estatut i les lleis de normalització lingüística » (La langue occitane, nommée aranais dans le Val d’Aran, est la langue propre de ce territoire et elle est officielle en Catalogne en accord avec ce qui est établi par ce statut et les lois de normalisation linguistique).

9 « Fédération de parlers », terme apparu récemment par analogie avec celui de Sprachbund (Kremnitz 2007 : 7, citant L. Léonard et A. Gaillard-Corvaglia 2006, non publié).

10 Pour les détails de cet intéressant cas de figure, on pourra se reporter à : .

11 Cet ensemble primaire de l’ibéro-roman est principalement identifié comme langue à travers l’asturien, langue protégée, déclarée « traditionnelle » (loi 1/98 du 23/03/1998, sur l’usage et la promotion du bable/asturien, de la Principauté des Asturies, article 1).

12 Le basque, co-officiel avec le castillan en Navarre depuis 1982, ne l’est que dans la zone qui correspond au territoire linguistique A. Le gallois, co-officiel avec l’anglais depuis la loi galloise du 9 février 2011, est en voie de connaître une extension de sa variété standardisée jusqu’aux limites administratives de cette nation sur des portions de territoire qui, il est vrai, ont été celtophones à date plus ou moins ancienne et ont conservé les traces linguistiques de ces pratiques.

13 Notion utilisée dans les enquêtes sociolinguistiques en Catalogne (Institut de statistiques de Catalogne, Idescat) : la « langue d’identification » (llengua d’identificació) est celle dont le locuteur se sent le plus proche. Par rapport à celle-ci, il y a la langue « initiale » (llengua inicial) ou première, qui a été la première langue de socialisation de l’individu, transmise par les parents ; il y a aussi la « langue habituelle » (llengua habitual) de fait la plus utilisée mais qui ne correspond pas forcément à la langue d’« identification » ou à la langue « initiale » (Generalitat de Catalunya, 2009, p. 14).

14 Par exemple, en France les sondages sociolinguistiques ont commencé à voir le jour à partir des années 1990 dans différentes régions concernées par des langues régionales (Languedoc-Roussillon, puis Aquitaine et Midi-Pyrénées, Bretagne, Alsace), et ce n’est qu’en 1999 que des questions propres aux pratiques linguistiques furent ajoutée au recensement dans le cadre d’une enquête complémentaire sur l’histoire familiale réalisée avec le concours de l’Institut national d’études démographiques (INED). Cela fut une première en France avec des résultats assez précis alors que des renseignements de cet ordre, même s’ils sont généralement moins précis, existent dans d’autres pays d’Europe au sens large depuis parfois longtemps dans des contextes de culture politique nationale certes différents.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. – La marge linguistique comme « frange »
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/301/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2. – La marge linguistique comme « zone d’influence et d’attraction »
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/301/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 3. – La marge linguistique comme « laisse de flux et de reflux »
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/301/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 4. – La marge linguistique comm« laisse de prise et de déprise »
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/301/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Viaut, « Marge linguistique territoriale et langues minoritaires », Lengas, 71 | 2012, 9-28.

Référence électronique

Alain Viaut, « Marge linguistique territoriale et langues minoritaires », Lengas [En ligne], 71 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2014, consulté le 23 avril 2017. URL : http://lengas.revues.org/301  ; DOI : 10.4000/lengas.301

Haut de page

Auteur

Alain Viaut

C.R.1 H.D.R. au C.N.R.S. (E.E.E., F.R.E. 3392, C.N.R.S. — université de Bordeaux 3)

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org