Navigation – Plan du site

L’Ase Negre (1946 - 1949), première revue d’occitanisme politique d’après-guerre

L’Ase Negre (1946 - 1949), primièira revista d’occitanisme politic d’après-guèrra
Philippe Canales

Résumés

Testut coma un ase negre (mot à mot : têtu comme un âne noir). L’Ase Negre, reprenant ce dicton montrant l’entêtement des jeunes occitanistes d’après-guerre Hélène Cabanes, Léon Cordes et Robert Lafont, est la nouvelle revue politique qu’ils ont lancée en s’inspirant de la revue Occitania d’avant-guerre créée par Charles Camproux. On dispose de suffisamment de correspondances échangées en 1946 pour suivre la création de L’Ase Negre. La revue est d’abord un modeste feuillet sorti de la presse scolaire d’Abeilhan. Très vite, l’équipe publie en août 46 un 4 pages imprimé à Olonzac et elle s’entoure d’un Comité de Rédaction où figurent de nombreuses personnalités du monde occitaniste. Les conditions matérielles et financière difficiles n’ont pas empêché la revue d’aller jusqu’en avril-mai 49 après avoir fait paraître 23 numéros ; celle-ci avait entretemps repris l’ancien titre Occitania en janvier 1948. L’Ase Negre, revue politique mais aussi culturelle a permis à chaque courant de l’occitanisme politique de s’exprimer. De ce fait, elle a préservé de la divergence des courants politiques l’unité de l’Institut d’Études Occitanes naissant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’ase negre c’est mot à mot l’âne noir ; le glossaire occitan-français de Jean-Frédéric Brun (http: (...)
  • 2 Dans une lettre à H. Cabanes du 13 janvier 1946.
  • 3 [Jeunesse occitaniste] puis [organe mensuel occitaniste]
  • 4 O cal dire : per son auçada e son brancament sus una cèrta actualitat intelectuala del temps, Occit (...)

1Testut coma un ase negre1 ; c’est Robert Lafont2 qui donne le titre de cette nouvelle revue occitaniste des années d’après-guerre, L’Ase Negre. Têtus, il fallait l’être au sortir de la guerre où tout était difficile : transports, communications, tickets de rationnement… Mais il y avait ce grand élan où tout était possible. L’IEO venait d’être créé, l’occitanisme commençait à rompre avec les idées du Félibrige, une nouvelle génération arrivait qui avait soif d’engagement. C’est par la création et l’existence de l’Ase Negre, revue de la Joventut Occitanista, puis organ mesadièr occitanista3, que cette nouvelle génération va s’affirmer durant trois années en devenant un lieu de débats notamment politiques du monde occitaniste. Elle affirme d’emblée sa référence à la revue d’avant-guerre Occitania dont le style, la dynamique et la place dans l’air du temps de la pensée de l’époque avaient séduit de nombreux jeunes occitanistes4.

  • 5 Notamment au CIRDOC et je profite de l’occasion pour remercier Aurélien Bertrand et Gilles Bancarel
  • 6 Max Rouquette et Léon Cordes notamment pour Occitania et A. J. Boussac pour Tèrra d’Oc.
  • 7 Tèrra d’Oc dirigée par André-Jacques Boussac avait succédé à Occitania en 1939 dès la mobilisation (...)
  • 8 Les jeunes autour de Cabanes et Lafont, les anciens d’Occitania autour de Rouquette et de Camproux (...)

2Mais la revue créée, si elle s’inspire d’Occitania, sera une revue nouvelle. L’époque a changé et les jeunes fondateurs viennent d’horizons différents. Il faut se rappeler que le moyen de communication le plus pratique était le courrier et que les voyages étaient encore difficiles. Il existe donc la trace de bon nombre de correspondances de l’époque. On peut, grâce à leur consultation5, suivre quasiment pas-à-pas la création de la revue. Cette création n’est pas linéaire. Il a existé dans les faits un premier Ase Negre, plutôt feuillet que revue, imprimé très artisanalement sur la presse scolaire d’Abeilhan d’Hélène Cabanes. Parallèlement, certains anciens d’avant-guerre6 souhaitaient recréer Occitania et Tèrra d’Oc7. C’est Léon Cordes qui va réussir la synthèse de ces trois courants8.

  • 9 Le braiement de l’âne.

3Après avoir retracé brièvement le parcours d’Occitania d’avant-guerre, les changements survenus à la Libération et dressé le portrait du trio fondateur, on s’arrêtera sur les conditions matérielles de création de la revue. On étudiera ensuite l’orientation politique de la nouvelle revue à travers notamment la rubrique Lo bram de l’ase9 qui en était l’éditorial et les différentes rubriques qu’elle proposait.

4Au bout d’un an et demi d’existence, L’Ase Negre laisse la place à Occitania, titre plus prestigieux et surtout titre qui avait été retenu à l’origine par une partie des créateurs de la revue. Mais on verra que L’Ase Negre a réussi en 14 numéros à acquérir un tel prestige qu’il paraîtra quelques années plus tard deux séries de revues ayant l’Ase Negre comme étendard, séries qu’on va examiner brièvement.

5L’Ase Negre, en sa version Occitania s’est tu en avril-mai 1949. Il connaissait certes des problèmes financiers mais selon son administratrice Hélène Cabanes, la situation n’était pas désespérée ; la revue n’avait cependant pas trouvé son lectorat, trop restreint et tout reposait finalement sur trois personnes Cabanes, Cordes, Lafont. Le départ de Cabanes, les ennuis professionnels de Cordes, les nombreuses activités de Lafont ont entraîné l’arrêt de la revue au bout du 9ème numéro d’Occitania.

Toulouse, 5 mai 1945

  • 10 Pierre Berthaux. Universitaire germaniste à Toulouse, il est à ce moment là suppléant de son ami Je (...)
  • 11 En fait, la rencontre n’est pas due au hasard. Cordes avait été séduit par l’article de Lafont dans (...)
  • 12 L’histoire m’a été rapportée personnellement par Hélène Gracia.

6L’histoire commence à Toulouse le samedi 5 mai 1945. Après l’inauguration solennelle de l’IEO la semaine précédente, le samedi 28 avril 1945, dans le grand amphithéâtre de la Faculté de Toulouse par Pierre Berthaux, Commissaire de la République10, nombre d’occitanistes se retrouvent au même endroit le samedi suivant pour assister à une conférence de Max Rouquette sur la littérature occitane. Vont s’y rencontrer notamment les trois fondateurs de la revue : Hélène Cabanes, Léon Cordes et Robert Lafont11. Après la conférence, ils se retrouvent dans une chambre de l’Hôtel du Grand Balcon tout en mangeant des fèves du jardin de Cordes12. On retrouve la trace de cette journée dans le livre de Lafont, Pecics de mièg-sègle :

  • 13 Les sept fondateurs légendaires du Félibrige.
  • 14 [Nous étions entre huit et dix. Aucune Légende dorée qui nous ait comptés sept, l’histoire n’a même (...)

Eriam entre uech e dètz. Ges de Legenda daurada nos compta sèt13, l’istòria a pas ni mai retengut la chifra bòna. Dins lo rodelet, segur, lo paire-fondator, mètge de son estat, Ismael Girard, que pòrta au cartabèu leis Estatuts e la revista OC e mai la colleccion poetica Messatges, amb Pèire Roqueta lo Marselhés, Renat Nelli e Max Roqueta, Gumersind Gomila lo Menorquin poeta e pintor que viu a Perpinhan, e un Bossac de la capa granda, plegat en òme de teatre. An ja fondat publicament l’Institut d’Estudis Occitans amb son president Joan Cassou. Ara se tracha de lo far viure. An ja darrièr elei un passat conegut : balançan entre lei quaranta-sèt e lei trenta-sèt ans, alevat que Bossac se sarra dei seissanta. Aqueu passat se ditz Societat d’Estudis Occitans e remonta a un temps fosc d’abans-guèrra. Se son aponduts tres autres : Leon Còrdas que fai l’entredós dei generacions, Elèna Cabanas, la mèstra d’escòla, venguda amb la leiçon de Celestin Freinet, e lo qu’aicí tèn cronica, sota vestiment militar.
[…] Se s’aseguèt aqueu jorn l’IEO, lei tres pus joves nosèron una aliança que deviá donar l’Ase Negre, « organ de la joventut occitanista »14 (Lafont 1999, 17-18). 

  • 15 [Un peu à côté de l’officiel représenté devant la presse par Ismaël Girard et Max Rouquette.]
  • 16 [une position avancée de l’occitanisme qui trouvera seul son chemin.]

7Dans un hommage à Léon Cordes (Petit, 42), Lafont évoque aussi le souvenir de la rencontre, « un pauc en marge de l’oficialitat sostenguda davant la prensa per Ismaël Girard e Max Roqueta15 ». La nouvelle revue sera donc « un peu à côté » de l’IEO. Un peu plus tard, quand Félix Castan présentera les moyens d’expression du nouvel Institut (l’IEO) (OC série X, années 46-47-48, 184-185) la revue n’en fait pas partie. Dans les lignes suivantes, il en parle comme « d’un organe officieux, una posicion abançada de l’occitanisme que traucarà sol sa via16 ».

8Pour en savoir un peu plus sur les idées ayant amené à créer cette nouvelle revue, il convient de revenir avant-guerre et de s’arrêter sur un personnage central, Charles Camproux.

Charles Camproux, le Parti Occitan et Occitania

  • 17 Je me suis inspiré plus que largement de la biographie rédigée par Jean-Marie Petit, Hommage à Char (...)
  • 18 Où il n’ira pas à cause de la mobilisation.
  • 19 Sous le nom de guerre de Caroux (du nom du plateau dominant la plaine bas-languedocienne).
  • 20 C’est son cours par correspondance destiné aux instituteurs qui fera connaître Charles Camproux à H (...)

9Charles Camproux est né à Marseille le 30 juin 190817, d’une famille originaire de l’Uzège gardois. Après une licence de lettres classiques à la Faculté de Montpellier, il devient professeur de lettres classiques d’abord à Mende (de 1929 à 1931), à Morlaix (l’année scolaire 1932-1933), au Collège de Narbonne pendant quatre ans puis au Lycée de Béziers après la réussite de son agrégation et enfin à Montpellier en 193918. Prisonnier de guerre, il revient à Montpellier après sa libération où il rentre dans la Résistance19. Parallèlement, en 1942, profitant d’une situation favorable, il se fait attribuer le cours de langue et littérature d’oc à la Faculté des Lettres de Montpellier20. Très vite, dès le début des années 30, le jeune Camproux a fait la connaissance de Paul Ricard et de Georges Reboul du Félibrige rouge, avec qui il fonde le Calen de Marseille et est fortement attiré par l’occitanisme politique.

Charles Camproux est très tôt persuadé que l’occitanisme se pose en termes politiques et qu’il y a là une démarche prioritaire (Les écrits du jeune Camproux sont tous politiques. Il ne fera de la littérature que plus tard et « à temps perdu » […] Sa démarche est une véritable déclaration de guerre contre le système français et l’esprit jacobin). Il relancera le débat du fédéralisme en le renouvelant et c’était certainement la seule voie acceptable dans l’occitanisme de l’époque… (Petit 1983, 5)

  • 21 Elle attirera notamment les groupes estudiantins de Montpellier du Novel Lengadoc et de Toulouse de (...)
  • 22 Oc avait cessé de paraître en avril 1934.
  • 23 Voir Bibliographie.
  • 24 C’est moi qui souligne.

10Dès 1932, « il crée avec ses amis marseillais, un nouveau journal, L’Araire “organe mensuel de la fédération de la jeunesse occitane (imprimé à Mende, siège social au domicile marseillais de Camproux) » dont il « assurera la rédaction pour l’essentiel » (Petit 1983 ,5). C’est tout naturellement qu’au gré de ses mutations, il va créer à Narbonne en 1934 la revue Occitania « organ mesadier de la joventut occitana » en « réunissant ses amis de l’Araire et de nouveaux venus (Roger Barthe, Léon Cordes, Ernest Vieu…) » (Petit 1983 ,6). La nouvelle revue va rapidement atteindre une grande notoriété et devenir la parole publique de l’occitanisme21 tout en s’ouvrant à la culture et aux lettres occitanes22. La parution de Per lo camp occitan23 de Camproux va amener l’équipe de la revue Occitania à fonder le Parti Occitaniste le 8 décembre 1935. Le Parti et la revue vont intervenir « dans les débats électoraux, notamment en 1936 où le journal soumet clairement la question occitane aux candidats en présence et publie leurs réponses » (Petit 1983 ,7). Jean-Marie Petit qualifie l’engagement de Camproux comme celui d’un « chrétien social, farouchement antifasciste, proudhonien, spiritualiste et humaniste » (Petit 1983, 6). Antifasciste et chrétien-social certainement, spiritualiste et humaniste, sans aucun doute d’après ses écrits et son engagement. De là à être proudhonien24

  • 25 Où avait été imprimé Per lo camp occitan.
  • 26 C’est Léon Cordes qui a été le rédacteur en chef de la revue qui avait trouvé cet imprimeur.
  • 27 Souligné par J. M. Petit.
  • 28 A. J. Boussac était maurassien et partisan de la Révolution Nationale de Pétain.

11La revue était alors imprimée chez Lombard25 à Narbonne au début puis à l’Imprimerie Jordi Vieu d’Olonzac26. Le premier numéro date du 7 mars 1934, le dernier, le numéro 50 en juillet 1939. Jean-Marie Petit souligne après avoir consulté les comptes, « la bonne santé financière de la revue (ce qui est rare pour une revue occitane)27 » (Petit 1983, 16 note 17). À sa mobilisation, Camproux confiera Occitania à André-Jacques Boussac, homme de théâtre, ami d’Ernest Vieu et de Léon Cordes qui en fera Tèrra d’Oc dont l’administrateur sera toujours Ernest Vieu ; Charles Camproux y écrira quelques articles jusqu’en 1942 mais très vite, il n’en aime pas l’orientation (de « sa » revue28). Il évoque la malhonnêteté intellectuelle de Boussac dans une lettre du 30 janvier 1944 adressée à Hélène Cabanes, alors son étudiante en languedocien par correspondance :

  • 29 Délivrés (on est en janvier 1944 et il cite Mistral pour la censure éventuelle).
  • 30 En majuscules dans la lettre.

Pour moi, Occitania qui reparaîtra quand nous serons delieure29, “delieure” comme dit la chanson “dis avi” de Mistral, ne doit pas être ce qu’est Tèrra d’Oc pour Mr Boussac, le journal de Mr X ou Y, ce monsieur s’appellerait-il Boussac ou Camproux. OCCITANIA30 doit redevenir ce qu’il était, le journal de doctrine et d’action des jeunesses occitanes et c’est sur eux que je compte pour le reprendre et le faire vivre, avec l’aide des anciens que nous sommes désormais.

12Le message est clair. Il se voit comme un ancien et compte sur les jeunes pour reprendre une nouvelle revue de la Jeunesse Occitane. Mais les conditions de l’entre-deux guerres qui avaient vu s’épanouir la revue Occitania et le fédéralisme ont changé.

Le contexte politique à la Libération

13Il faut se mettre dans l’ambiance de l’époque. La France a gagné, tout le monde est français et patriote. Le nationalisme français est triomphant. Les mouvements régionalistes, la SEO et certains occitanistes ont adhéré à la Révolution Nationale.

La génération de 1945 est profondément marquée par les évènements qu’elle vient de vivre. Elle sait parfaitement que le mouvement a failli, qu’il ne se trouve pas en position de force... Pour cette génération, c’est essentiellement le Félibrige qui symbolise cette faillite… Or ce pôle (le pôle occitaniste), la génération de 1945 ne le perçoit qu’à travers le verre déformant du climat de l’après-guerre, de cet idéal de la Résistance qu’elle veut à toute force greffer sur un occitanisme qui se doit d’être régénéré.
De cet idéal elle reproduit tous les caractères principaux. Elle se situe très nettement dans une lignée progressiste qu’il s’agisse des communistes Max Allier ou Félix Castan, de l’anarcho-syndicaliste Hélène Cabanes, ou d’éléments plus proches de la SFIO mais très critiques à son égard comme R. Lafont ou P. Lagarde. […] Ils vont en outre rapprocher dans un premier temps la génération de 1945 et celle des années 30 autour de l’IEO. […] Bon nombre d’éléments de la génération de 1945 ont assisté à l’éclosion, au sein de la SEO, de l’opposition intellectuelle au nazisme. Ils ont reçu le numéro spécial des Cahiers du Sud sur le Génie d’oc et l’Homme méditerranéen comme un message d’espoir, comme une possibilité de se réapproprier, dans une dignité retrouvée, l’histoire et la culture occitanes, de donner un sens occitan à la lutte de libération qui se déroule sur leur territoire. […] Il est donc tout naturel que la jeune génération se tourne vers cet IEO qui suit la voie ouverte par la SEO. De l’Institut, elle magnifiera toutes les références résistantes, adhérera sans réserve au mythe “issu de la Résistance”. […] Bien évidemment, elle s’associera pleinement aux efforts entrepris par la génération précédente pour imposer une ligne linguistique scientifique et une conception culturelle résolument modernistes contre le passéisme et l’immobilisme félibréens (Abrate, 392-393).

14L’IEO va faire paraître des collections sur la littérature : Messatges per la poësia, Pròsa et la revue Oc qu’Ismaël Girard va mettre à son service. De plus sera publiée une nouvelle revue en français davantage portée sur la recherche scientifique, Les Annales. L’IEO est un organisme culturel et l’occitanisme politique n’est pas au goût du jour. Si finalement l’occitanisme s’en tire plutôt bien à la Libération alors que les mouvements bretons sont sous surveillance, il est délicat à cette époque de parler de fédéralisme, encore plus d’autonomisme politique. Les communistes sont très puissants à la Libération, favorables aux langues et cultures régionales comme patrimoine de la patrie française retrouvée. Le fédéralisme de Camproux passerait très mal. Lafont retrace l’atmosphère du moment (Lafont, 1999, 20) :

  • 31 [Par contre la France centralisée avait été restaurée avec toute sa rigueur depuis un an. Le patrio (...)

Per contra la França centralizada èra estada restaurada dins tota sa rigor dempuèi un an. Lo patriotisme francés dei maquís èra lo credò dei comunistas, mèstres a pauc près de tot l’aparèlh culturau. Èra pas question de parlar fòrt de federalisme : aquò fasiá pensar de drecha vaticana. Solament per negociacion amb aqueu nacionalisme, que consentissiá a la cultura occitana d’existir a la condicion d’èstre una part integranta de la cultura nacionala francesa, podiam entamenar nòstre pretzfach azardós. E mancaviam pas de se tustar, camin prenent, a de gents qu’en se remembrant dau regionalisme de Vichy, nos volián far pagar lo remembre31.

15C’est donc dans ce contexte que les trois amis projettent de créer une revue plus politique, indépendante de l’IEO (avec néanmoins son soutien) tout en se référant à la revue Occitania de Camproux d’avant-guerre. Ce sera toutefois une revue complètement différente.

Cordes, Cabanes, Lafont 

16Avant d’examiner les conditions concrètes de création de la revue, il faut quand même dire un mot des trois fondateurs.

17Léon Cordes, né en 1913, est déjà un homme connu dans le petit monde occitaniste. Viticulteur et homme de théâtre occitan, il joue dans la troupe de son ami Ernest Vieu « Lous Cigalous Narbouneses » les pièces d’auteurs languedociens dont les noms restent dans la mémoire collective : Vinas, Clardeluna et Roger Barthe qu’il cotoie. Quand il est appelé au service militaire à Montpellier en 1934, il fréquente Max Rouquette et Pierre Azéma directeur de la revue Calendau. Venu du félibrige avec son ami Ernest Vieu, tous les deux « mettent leurs espoirs dans l’occitanisme » (Petit 1985, 5). Cordes retrace cette époque :

  • 32 La filiation est évidente.

Autour d’Occitania, nous nous trouvâmes ainsi, comme dit la chanson, « quatre qui voulaient se battre ». Ces quatre étaient Andrieu-J. Boussac, Ernest Vieu, Max Rouquette et moi-même. […] Les journaux Occitania, Tèrra d’Oc, L’Ase Negre, Occitania32 seconde version, lui (cette équipe) servant tour à tour de porte-parole.
Dès le numéro 2 d’Occitania d’avril 1934, Vieu lançait un appel… » (Petit 1985, 28)

  • 33 [la propagande paysanne]
  • 34 Ernest Vieu est un autre personnage central. Outre son passé de Directeur de troupe et d’homme de t (...)

18Cordes adhère immédiatement au Parti Occitaniste et est nommé délégué à la propaganda païsana33. Il va s’occuper ensuite de syndicalisme paysan. Vieu34, lui, sera administrateur et continuera à l’être à Tèrra d’Oc.

19Les deux autres, bien que plus jeunes de quelques années (Hélène Cabanes est de 1919, Robert Lafont de 1923) sont moins connus.

  • 35 La correspondance commence en juillet 1943.
  • 36 Le futur Groupe Antonin Perbosc.

20Hélène Cabanes est institutrice à Abeilhan dans l’Hérault. Elle a déjà rencontré deux fois Max Rouquette, elle a correspondu longuement35 avec Charles Camproux qui a été son professeur de languedocien à la Faculté des Lettres de Montpellier et elle a fait la connaissance d’Ismaël Girard, l’éternel patron de la revue Oc. Elle avait adhéré à la SEO et « ne s’était encore jamais signalée par aucune contribution directe dans la revue mais par un appel lancé au printemps 1944 à tous les instituteurs et institutrices des écoles publiques, afin d’organiser la propagande en faveur de l’enseignement de l’occitan à l’école36 » (Toti 159). Militante syndicale enseignante (de tendance libertaire), espérantiste et bientôt adhérente du mouvement de l’École Moderne de Célestin Freinet, elle dénote dans ce milieu d’hommes de l’IEO.

  • 37 Celle-ci se rappelait avoir écrit à la revue pour demander l’adresse de l’écrivain, adresse qu’au d (...)
  • 38 Elle a été la collègue à Roujan de Marcel Valière qui l’a beaucoup influencée. Marcel Valière avait (...)
  • 39 Elle rencontrera Célestin Freinet pour la première fois lors d’un stage pédagogique à Cannes à Pâqu (...)

21Robert Lafont, arrivé en tenue de piou-piou était connu de la jeune institutrice pour avoir écrit dans la revue Eras bouts de la mountanho37. Abonné très tôt à la revue Occitania, il s’était signalé par un manifeste politique dans la revue Tèrra d’Oc en 1943 ainsi que par un article dans la revue Oc du 4ème tr. 44. Très vite, Robert Lafont et Hélène Cabanes vont devenir des cadres de la SEO, le premier comme responsable de l’Office de la jeunesse, la seconde comme chargée d’un Office de l’enseignement public. C’est d’ailleurs la première fois qu’une femme est responsable d’un secteur de la SEO. En tout cas, on constate que les trois qui se rencontrent à Toulouse ont peu ou prou des liens avec Camproux et ont envie de s’impliquer activement en ce temps bouillonnant de la Libération. Ceci dit, leur sensibilité politique est assez différente. Si on peut dire que Cordes, venu du félibrige et attiré par un activisme occitaniste est encore près du fédéralisme de Camproux, Lafont serait plus influencé par la SFIO. Quant à Hélène Cabanes, elle est clairement anarchiste, féministe et internationaliste. Elle est syndicaliste38 et anticléricale et son combat va porter sur l’enseignement de la langue dans l’école laïque et républicaine. Elle commence à s’intéresser à la pédagogie Freinet qu’elle mettra en pratique dès la rentrée 1946 à Abeilhan.39

Le projet avance

  • 40 Au café La Pergola en haut des Allées derrière le théâtre, café qui existe toujours et où nous nous (...)
  • 41 C’est Hélène Gracia (Cabanes) qui se rappelait que Lafont arrivait de Bédarieux.

22Les trois décident donc de se retrouver dans un premier temps à Béziers40. Pourquoi Béziers ? À cette époque, le moyen le plus simple pour voyager est le train ou l’autobus et Béziers est un point de rendez-vous simple. Cordes vient de Siran, Lafont de Bédarieux41 et Hélène Cabanes de Servian.

  • 42 Voir Bibliographie ; correspondances.

23Dès lors, les correspondances échangées42 permettent de suivre l’avancement du projet.

L’Ase Negre d’Abeilhan

  • 43 [Jeunesses occitanistes]
  • 44 Lettre du 16/01/46.

24Au départ, Lafont et Cabanes mettent sur pied l’impression d’un feuillet, plutôt bulletin de liaison des « Joventuts occitanistas43» - que veut faire revivre Lafont - que véritable journal. Ce feuillet est sorti de la presse de l’école primaire d’Abeilhan de février à juillet 46. Son titre, l’Ase Negre, comme le suggère Lafont dès son premier courrier44 :

  • 45 [Pensez à un titre. Moi, j’ai trouvé : l’Ase Negre avec le dicton têtu comme un âne noir pour marqu (...)
  • 46 Le Groupe Antonin Perbosc.
  • 47 Je n’ai pas trouvé trace des lettres d’Hélène Cabanes de cette époque (pas plus que de celles de Co (...)

Pensatz a un titre. Ieu ai trobat : l’Ase Negre acompanhat de la dicha : testut coma un ase negre, marcant nostre entestardiment occitan. Sariá mielhs, crese, que non pas lis etèrnes : Occitania, Oc, Tèrra d’oc45.
Onte n’es vostra societat de membres de l’Ensenhament46 ? Onte pode mandar mon adesion ? e l’escotison ? e li cronicas que me’n parlavaviatz aqueste estieu47 ?

  • 48 Il parle, pour un tirage mensuel de 200 exemplaires, de 550 F annuels (soit 44 € de nos jours ce qu (...)
  • 49 Y compris en ce qui concerne les tickets de rationnement pour le papier et l’encre.

25Le tirage est évalué à 200 exemplaires que Cabanes est chargée d’expédier. Pour ne pas s’embarrasser d’autorisations administratives, il n’est pas prévu de prix de vente. Lafont prend en charge les frais48 de papier en attendant de faire payer une cotisation en sollicitant tous les amis occitanistes49. Mais très vite, vont apparaître des problèmes liés à l’impression. Hélène Cabanes est chargée de l’administration. Elle va s’occuper en fait de la partie matérielle de la revue. Du point de vue technique, l’impression du journal à Abeilhan sur la presse scolaire de l’École Moderne est un gros travail. Dès le début février, à l’aube du premier exemplaire, ce sujet revient sans cesse. Dans une lettre du 2 février en réponse à Hélène Cabanes, Lafont précise :

  • 50 [Je vais faire mon possible pour entreprendre au plus tôt la sortie d’un véritable journal et vous (...)

Vau faire mon possible per entrepréner au puslèu la sortida d’un vertadièr jornau e vos descargar dau fais50.

  • 51 La facture date du 6 janvier 1946.
  • 52 Le journal scolaire L’agaça canta ne commencera qu’au début octobre 1946.
  • 53 Quotidien communiste encore présent (aujourd’hui L’Hérault du Jour pour le département de l’Hérault (...)

26De fait, avec une presse enfantine et la casse qu’Hélène Cabanes venait juste de recevoir de la Coopérative de l’Enseignement Laïc de Vence51, imprimer une revue était chose longue et délicate. De plus, du fait du petit nombre de caractères, le résultat n’était pas des meilleurs. Enfin, on peut supposer que la jeune institutrice s’essayait à sa nouvelle imprimerie52. Lafont a songé à un moment à se tourner vers son ami Max Allier, journaliste à La Marseillaise53qui, pensait-il, pourrait aider pour l’impression du journal.

27En fait, le problème sera résolu au mois d’août avec la sortie du n° 1 officiel de L’Ase Negre.

  • 54 [feuillet d’information de la jeunesse occitaniste]
  • 55 Il semblerait qu’il y en ait eu plus (février, mars, avril, mai, juin, juillet ?) On peut suivre pa (...)

28Difficultés matérielles et financières mais aussi difficultés pour obtenir des articles promis. En tout cas, cette première mouture de l’Ase Negre « fuèlh d’informacion de la Joventut Occitanista54 » a réussi à voir le jour. On peut imaginer un feuillet d’informations avec son contenu comportant un article d’intérêt général, une revue de presse, un essai littéraire ou poème…) d’après la correspondance entre Cabanes et Lafont. Combien y a-t-il eu de feuillets parus ? Hélène Cabanes m’avait parlé de trois feuillets qu’elle avait sortis de l’imprimerie scolaire55. Ce sujet va revenir sans cesse jusqu’au moment où en collaboration avec d’autres personnes, une véritable revue sera fondée.

L’avancement du projet d’une véritable revue

  • 56 Lettre de Cordes à Lafont du 2 juin 1946.

29En effet, il semble, à la lecture des correspondances échangées à cette époque, qu’il existait en fait trois tentatives de recréer un journal d’occitanisme politique calqué sur l’Occitania d’avant-guerre. La première, celle de la première série de l’Ase Negre que nous venons de voir, celle de Lafont et Cabanes incarnant en quelque sorte la nouvelle Joventut Occitanista , la seconde autour des anciens d’Occitania (Camproux, Rouquette et Cordes surtout) avec le désir de remonter la revue Occitania. Et la troisième avec Boussac tentant de faire revivre sa revue Tèrra d’Oc. Il existait donc un danger de double voire triple emploi en faisant paraître des publications qui, somme toute, avec un lectorat plus que restreint, auraient eu même inspiration, mêmes écrivains et surtout même public56.

  • 57 Les correspondances parlent d’une rencontre à Béziers pour peaufiner le projet (comme en écho à cel (...)
  • 58 Max Rouquette d’abord pressenti et occupé à l’IEO avait demandé à Lafont d’assurer ce rôle.
  • 59 C’est Cordes qui l’avait trouvé en 1939 pour imprimer la revue Occitania. Il décrivait alors dans u (...)
  • 60 Il fallait aussi se dépêcher avant une sortie éventuelle d’un nouveau Tèrra d’Oc de Boussac pour en (...)
  • 61 Si Rouquette est partie prenante du projet dès le début en laissant la place de la Direction à Lafo (...)
  • 62 Lettre du 22/07/46 ; Cirdoc CQ528/39

30Entre juin et août 1946, c’est Cordes qui va travailler à monter une équipe commune autour d’une même revue. On se met facilement d’accord57 : on garde le nom et l’équipe de l’Ase Negre, Lafont comme gérant58 et Cabanes comme administratrice ; on reprend Vieu, l’imprimeur d’Olonzac59 et Cordes rédacteur en chef. On peut dire que le numéro 1 est dû en bonne partie à Cordes. Il sort rapidement60 des presses d’Olonzac et est daté d’août 1946. Max Rouquette et Boussac61 rentreront comme rédacteurs adjoints dès le numéro 10. Dans une lettre datée du 22 juillet 194662 et envoyée à Ismaël Girard, Cordes annonce la parution du nouveau journal qui sortira des presses Vieu d’Olonzac en août 1946. C’est un quatre pages. Il est rédigé en grande partie en occitan et son format est un format bâtard (27 x 37).

L’Ase Negre, N° 1, Août 1946

Les intervenants 

  • 63 Lettre du 16/02/49 ; Cirdoc LAF. O/01. Hélène Cabanes dit qu’elle attend d’avoir assez pour payer V (...)
  • 64 Bulletin de liaison des membres du Groupe Antonin Perbosc dont Hélène Cabanes est la secrétaire gén (...)

31Avant de se pencher sur le contenu de la revue, on peut s’arrêter sur le rôle des trois amis dans cette revue. Cordes, c’est l’homme d’expérience, il a déjà été rédacteur en chef à Occitania et à Tèrra d’Oc. Il élaborera la mise en page et surveillera les épreuves sortant de la presse de Vieu. Cordes est aussi et surtout un homme de théâtre qui va donner à l’Ase Negre une légitimité en terme de culture théâtrale. Lafont, plus jeune, a déjà de nombreuses relations. Il fera de l’Ase Negre une sorte de tribune politique en permettant à toutes les sensibilités occitanistes de s’y exprimer. C’est aussi dans cette revue qu’il va commencer à peaufiner sa pensée politique occitaniste. Quant à Hélène Cabanes, c’est la cheville ouvrière de la revue sur le plan de la gestion financière et de la tenue des comptes. On a un détail sur son administration par les courriers échangés lors de sa démission en 49 : elle dispose de trois cahiers : un cahier pour les finances, un pour les adresses, le troisième pour contrôler le paiement des abonnements. Elle organise les expéditions et c’est elle qui tient le compte CCP et qui fait le point sur l’état des finances, souvent pour demander de l’aide63. Mais c’est aussi elle qui va apporter une teinte plus particulière : féminisme, internationalisme et aussi sensibilisation à un début de pédagogie de la langue. Dès octobre 1947, l’abonnement donne droit à un numéro du bulletin Escòla e Vida64 qui y est inséré. Elle assurera la totalité de l’administration de L’Ase Negre et d’Occitania jusqu’à sa démission en mai 1949.

32Les grandes figures de l’IEO vont figurer au Comité de rédaction. On y rencontre les aînés – Camproux, Carrières, Girard, Lesaffre, Nelli, Max Rouquette, Pierre Rouquette (sous son pseudonyme de Pèire-Joan Rodin) –, des écrivains catalans pour rester dans la tradition d’accueil des frères catalans – Jean Estève, Joan Seconds, le minorquin Gumersind Gomila au n° 3 – des représentants de la nouvelle génération de l’IEO (celle de Lafont et Cabanes) – Pierre Lagarde, Félix Castan – des amis de Lafont comme Max Allier. En juin 47 au n° 10 viendront se joindre à l’équipe de direction comme adjoints, Boussac alors directeur de la Section d’Art Dramatique et du Centre toulousain de l’IEO et Max Rouquette qui était secrétaire général de l’IEO.

L’Ase Negre d’Olonzac

  • 65 Soit 0, 5 € de nos jours le numéro et 6, 60 € l’abonnement (sources INSEE).
  • 66 Voir à ce propos la lettre de Camproux à Cabanes du 10/09/49 qui propose un tarif supérieur - 10 F/ (...)

33La revue va se vendre 7 F le numéro au début avec un abonnement annuel de 80 F pour passer ensuite à 9 F et 100 F65. Il y a eu beaucoup d’hésitations pour en fixer le prix et pour savoir comment la distribuer (abonnement, vente au numéro, dépôt en librairie...)66. On sait aussi que l’IEO et surtout Ismaël Girard vont chaque fois contribuer à l’équilibre de la trésorerie.

34On peut s’intéresser maintenant au contenu de la revue.

L’orientation politique de la revue 

35Le numéro 1 annonce la couleur d’entrée de jeu : l’interviu de l’ase, l’éditorial, est assuré par Léon Cordes ; il fait parler l’âne s’adressant à son Maître qui se dit ému et rajoute :

  • 67 [- Que cet occitanisme soit d’abord la reconquête de votre nationalité occitane, de sa langue, de s (...)

[…]- Qu’aquel occitanisme siá d’abòrd la reconquista de vòstra nacionalitat occitana, de sa lenga, de son esperit, l’alargament de sa literatura originala, l’estudi de son folklore, de sas tradicions, de son passat, qu’aje per tòca de donar als diverses païses d’Oc lo sentit de sa personalitat, es ja quicòm mas es pas pro. Tot aquò seriá qu’una pensada estequida se vos dictava pas tanben l’amor dels òmes e se vos viravètz pas resolguts cap a l’avenir.
- Mestre, nòstra presa de posicion dins l’avenidor es federalisme que la sonam. Res de çò que pertòca lo monde de uèi coma la vida vidanta del pòble, totas questions politicas, economicas o socialas, res de çò qu’apassiona l’opiniòn nos es pas indiferent e dins nòstre ardent desir de patz e de libertat esperam trobar la fòrça d’aveire sus tota causa de vistas generosas mas justas.67

  • 68 [à tous ceux qui ont vaillamment lutté pour la cause que nous défendons.]
  • 69 [le retour dans la communauté occitane des environs de Tende et de Briga, pays de langue d’oc, ratt (...)

36Toujours en page un, un préambule rend hommage « a totes los qu’an valentament luchat per la causa qu’aparam68 » où on trouve de manière œcuménique Mistral qu’on ne peut laisser aux mains du Félibrige, LLuís Companys de la Generalitat catalana qui n’est pas écrivain mais qui a été exécuté par les franquistes et par lequel on rend hommage à la Generalitat de Catalunya abolie en 1939 après la victoire franquiste, enfin aux occitanistes ou sympathisants qui sont revenus des camps, ce qui permet de bien se placer dans la ligne du nouvel IEO. Un peu plus étonnant, dans la pure tradition du nationalisme, « lo retorn dans la comunautat occitana di rodes de tenda e Briga, païs de lenga d’oc restacats desenant a França69 ». On voit qu’on est patriote et qu’on le proclame.

37Enfin, Robert Lafont publie un manifeste Mistralisme modèrne qui fait écho à un premier publié en 1943 dans Tèrra d’Oc que Philippe Martel analyse dans une contribution aux actes du colloque de Nîmes (Torreilles, 123-137) « Les manifestes occitans ». Martel y voit déjà un début de distanciation par rapport à la référence obligée qu’est Mistral. Il rajoute : 

  • 70 [Le vrai fédéralisme est l’ennemi acharné du racisme] (traduction de Ph. Martel)

Son contenu politique est-logiquement-beaucoup plus marqué que dans le premier manifeste, et ce contenu est clairement de gauche, avec une affirmation antimaurassienne et antifasciste explicite : “lo federalisme vertadièr es l’enemic acarnessit dau racisme.”70

38L’éditorial du numéro 2 toujours rédigé par Cordes va préciser la position politique du journal et en donner le ton, le tout jusqu’au dernier numéro d’Occitania en 1949 :

  • 71 [Contrairement aux ânes réels, notre Ase Negre braie de plusieurs façons. On nous accusera peut-êtr (...)

Contrariament als ases vertadièrs, nòstre Ase Negre brama de mantun biais. Benlèu nos acusaràn de mancar d’unitat dins nòstras vistas. Mas cresèm nautres que tan val que cadun diga son vejaire liurament e que totes n’aprofiechen. Un jorn ne sorgentarà una unitat mai prigonda que non pas la qu’òm s’impausa ! totis li an participat.
Es aital que sus la question federalista, avem volgut que totas las opinions siàn expremidas. Donam uèi un article tot de pensada de Castan sus los rapòrts del marxisme e del federalisme e un rendut-compte per Lesaffre dels trabalhs de « La Federation ».
Esperam de tal biais far compréner que sèm pas un novèl partit politic, mai una còlha plan unida dins un amor comun de la Libertat e d’Occitània71.

39Éditorial à valeur interne à la revue ? au mouvement occitaniste en général ? aux autorités ?

  • 72 Dans une lettre de Lafont à Cabanes du 6 janvier 1946 et certainement à une proposition d’aide des (...)
  • 73 N° 2.
  • 74 [du civisme français, ils (les viticulteurs) en ont à revendre] n° 4.
  • 75 [impatients] et [fatigués]
  • 76 [L’âne têtu continue tout droit en tirant la charrue et en labourant profond]

40Pas à l’équipe des trois, certainement au Comité de Rédaction et au monde occitaniste où on retrouvait des opinions très différentes sur le plan politique. La conclusion (l’amour commun de la Liberté et de l’Occitanie) est certainement aussi destinée à l’opinion nationale française72. En tout cas, cette précision a permis à la revue de faire coexister des articles de personnalités très différentes pour ne pas dire opposées sur le plan politique, notamment en ce qui concerne un occitanisme politique par rapport à un occitanisme dont la revendication est essentiellement culturelle. Cette coexistence a permis aussi à l’IEO de préserver son unité - et c’est là ce qui rend le bilan de la revue très positif -. On retrouve ce désir d’équilibre dans les éditoriaux des numéros suivants. Que ce soit pour expliquer que la régionalisation est une question-clef qui n’est pas posée dans le référendum73, critiquer la presse parisienne dans son attitude par rapport aux conflits viticoles tout en ajoutant : « de civisme n’an a boudre74… » ou répondre dans le numéro suivant en soulignant l’attachement de la revue à la France et au Fédéralisme, on sent que l’engagement fédéraliste de L’Ase Negre, quand il semblerait aller trop loin – en tout cas aux yeux de l’opinion française – est assorti d’une formule rassurante pour rappeler le patriotisme - français - de la revue. Le n° 9 continue l’exercice d’équilibre pour dénoncer deux attitudes du monde occitaniste, celle des impacients et celle des aclapats75. Et l’éditorial conclut : « l’Ase testut contunha drech tirant l’araire e cavant fons76 ». Au numéro 9, l’éditorial critique l’attitude des parlementaires socialistes trop jacobins.

  • 77 [la conscience d’oc est d’essence littéraire]
  • 78 N° 7 (la nouvelle constitution venait, pour la première fois en France) de donner le droit de vote (...)

41En dehors des éditoriaux, sur le plan politique, la revue accueille aussi bien des communistes comme Max Allier pour qui l’occitan est « une langue de classe » ou Félix Castan qui souligne dans un article du N° 1 d’Occitania que « la consciéncia d’oc es d’esséncia literària77 », des fédéralistes comme Camproux et Lesaffre, des gens plus modérés comme Pierre-Louis Berthaud ou plus à droite comme Lesaffre et Boussac. Hélène Cabanes, seule femme à écrire dans la revue, fait preuve d’originalité notamment en défendant le féminisme et la condition des femmes78 et en évoquant à plusieurs reprises l’internationalisme et l’espéranto.

42La revue n’est cependant pas seulement une revue politique de combat occitaniste. Dans la tradition occitaniste, elle comporte un important volet culturel.

43L’Ase Negre va inclure de la poésie, des nouvelles, des critiques de livres (occitans ou pas), des notes de lecture, bref occuper le terrain sur l’actualité culturelle, littéraire surtout. En cela, elle fait preuve de peu d’originalité si ce n’est la parution en fin de revue d’une publicité pour l’Office du Livre Occitan de l’IEO.

La poésie 

  • 79 [d’un jeune provençal encore inédit]

44À la page 3 de chaque numéro, on trouve une poésie. C’est Pierre Rouquette qui inaugure le n° 1 avec un poème « me daisses l’idea » suivi par Gumersind Gomila au n° 2 qui y fait paraître une courte poésie catalane « El mas de de las ribeiretas ». Parfois extraites d’ouvrages déjà connus comme « El nin » du roussillonnais Robert Marty extrait d’un recueil déjà paru « Pro Ruscino – Sem per » mais plus souvent inédites, ainsi le n° 8 va publier une poésie « d’un jove provençau encara inedich, Enric Espieu79 », on peut aussi rencontrer des poèmes étrangers ; ainsi va-t-on trouver dès le n° 3, deux poèmes tchèques, au n° 7 Marcel Carrières qui traduit un jeune poète grec, Jordi Karapanos et le n° 2 d’Occitania qui présente deux traductions de Camproux d’une poétesse roumaine Ana Ghimpeanu. La revue est donc une vitrine pour une poésie moderne ; on n’y trouve pas de poésie déjà connue : les grands noms du Félibrige ou de l’âge d’or n’y figurent pas. On peut trouver des collaborateurs réguliers de la revue soit poètes confirmés -comme René Nelli dont la revue publie le poème « Lo rei malaut » dans son n° 9 - soit s’essayer à la poésie comme encore au n° 1 d’Occitania, Pierre Lagarde qui s’essaye avec « Luna de tardor ». L’Ase Negre se veut lieu de création et en offrant cette place à de la poésie étrangère vitrine d’une culture occitane ouverte sur son époque.

Le théâtre 

  • 80 Lettre de Cordes à Girard du 1er mai 49. CIRDOC CQ528/39.

45Léon Cordes apporte son expérience et ses connaissances pour donner à L’Ase Negre une actualité et une critique théâtrales de qualité. Il envisage d’éditer dans la revue les pièces de son ami Ernest Vieu par « “petits paquets” comme l’avait fait l’abbé Salvat avec Lo Gai Saber80». Dès le n° 1, la plupart du temps à la page 2 de la revue vont se cotoyer présentation et critiques de pièces souvent écrites par Léon Cordes qui va présenter les pièces occitanes qui paraissent. Ainsi « La vessa de la barja » ou la pièce de son ami Boussac « Lo discípol inchalent » au n° 1 ou plus tard au n° 6, « Pastisson ; la farmacia » de J. Gamen et « La resquilha » d’un nouvel auteur Carles Galtier. Au n° 8, il présente la nouvelle pièce de son ami Ernest Vieu « Amor, garrigas e petrol ». Et Ramon Vicens quelques lignes plus bas compare la pièce de Cordes « Lo miralh » à « Huis clos » de Sartre. Au n° 13, c’est toujours Cordes qui présente de manière critique la parution de la « Cinquena trancha » d’E. Vieu, suivi de « L’entrevista » d’A. Sauvagnac et Cordes étend sa critique aux comédies radiophoniques de Carles Galtier. De même que pour la poésie, là encore, la ligne directrice de la revue en ce qui concerne le théâtre, c’est de faire de l’Actualité et de faire connaître les nouveaux auteurs.

La prose

46Ce souci d’être à la pointe de l’actualité se retrouve dans la rubrique consacrée à la prose, rubrique qu’on retrouve soit à la page deux soit à la page 3. On y trouve soit de la prose inédite : on a les premiers extraits de Verd Paradis de Max Rouquette (au n° 9 et au n° 12), des nouvelles : « Crucifitz », « Jorns d’automne » de Pierre Lagarde, « La votz » de Robert Lafont, « Lo banh » de Jaume Vidal, soit des présentations et critiques de prose comme au n° 4, Robert Lafont qui présente l’œuvre de Cordes « Aquarèla » ou J. Lesaffre qui écrit ses « Notes de lecture » au n° 11. Et évidemment Occitania continue avec à son n° 1 une nouvelle de Cordes, « La corrida » suivie au n° 2 d’une autre nouvelle de Paul Eyssau « Lo cavau ». Dans ces années d’après-guerre la littérature occitane est souvent synonyme de Poésie. On lui reproche souvent à cette époque de manquer de prose. Aussi, c’est Henri Espieux qui, dans le n° 2 d’Occitania dans un encart en page 2, va organiser au nom de la revue un Prix pour la prose d’Oc.

Autres thèmes 

  • 81 Le réalisateur de Farrebique, film sur la vie dans une ferme du Rougier au nord de Rodez.

47Ce même Henri Espieux va inaugurer une chronique du cinéma occitan au n° 10 qu’on pourra lire au gré de l’actualité en page 2 de la revue. Ainsi, Cordes interviewera le cinéaste-folkloriste Georges Rouquier81 au n° 3 d’Occitania.

  • 82 Le jeu du tambourin très pratiqué dans le pays bas-languedocien.

48Le folklore (au sens noble du terme, c’est-à-dire la découverte du patrimoine culturel occitan sous toutes ses formes va commencer à apparaître au n° 10 avec le récit « Lo pelerinatge de la paura formigueta ». On suivra deux numéros plus tard avec « L’agaça e lo cigalon ». Dans ce même numéro (le n° 12), on va commencer à s’intéresser au sport occitan (le jeu de paume au tambornet82). Plus tard, des articles paraîtront sur la géographie locale, l’art d’une région, en fait la revue veut être une porte sur l’Actualité dans le domaine occitan.

L’enseignement de la langue 

  • 83 Voir annexe.
  • 84 On sait qu’en mai 1949, Hélène Cabanes dans une lettre à Lafont déplorait la lenteur de la sortie d (...)
  • 85 [dans le numéro à paraître un article de Ch. Roussel, professeur à l’École Normale de Nimes sur : …
  • 86 En fait, le premier bulletin Escòla e Vida sortira en octobre 1947 soit plus de 5 mois après l’anno (...)

49Là où la revue va faire preuve d’originalité c’est sur le plan de la pédagogie de l’enseignement de la langue et cela, évidemment grâce à Hélène Cabanes. Elle va créer à la suite de la naissance du Groupe Antonin Perbosc une feuille de liaison appelée Escòla e Vida. Ce bulletin est inséré dès octobre 1947 dans la revue dès le numéro 8 de l’Ase Negre83. Mais dès le n° 6, celle-ci annonce la fondation du Groupe Perbosc en mai 1945 ainsi que la publication d’une brochure d’Antonin Perbosc « Les langues de France à l’école »84. Au n° 8, Hélène Cabanes parle de la sortie du premier Escòla e Vida, qu’elle rappelle encore au n° 9 en ajoutant qu’il y aura « dins lo numerò venent d’Escòla e Vida, un article de Ch. Roussel professor a l’Escòla Normala de Nimes sus85 : activités dirigées et langue d’oc »86.

Escòla e vida, n° 1, octobre 1947

De l’Ase Negre a Occitania

50Il est sorti 14 numéros de L’Ase Negre de l’imprimerie d’Olonzac. Le numéro 14 date de décembre 1947. Il s’achève sur un encart :

  • 87 [Avis. Sur la demande de quelques amis et de quelques lecteurs, nous avons décidé de reprendre à pa (...)

ASSABER. Sus la demanda de quauquis amics e de quauquis legeires, avèm decidit de repréner a despart de janvier lo títol d’Occitania. D’uni regretaràn l’Ase Negre, que tant naut bramava sa fe dins l’avenir, mai comprendràn que nos convenja de marcar tre ara dins noste títol, nosti conviccions occitanas. Aquel canviament [sic] aurà deguna consequéncia sus la redaccion e l’amenistracion [sic] dau jornau.87

51En janvier 1948 la revue paraît donc sous le titre d’Occitania et reprend comme en écho au dernier Ase negre :

  • 88 [Occitania mais toujours têtu comme un âne noir ! C’est avec ce numéro que commence Occitania. Nous (...)

OCCITANIA
Mas totjorn : testut coma un ase negre !
Es amb aiceste numerò que comença OCCITANIA. Rapelam a nostres legeires que sol lo títol de nòstre jornal càmvia. Lis abonaments continuaràn coma per lo passat e l’equip de redaccion de l’Ase Negre seguirà, fasent clantir naut l’ideal occitan.
Nos desencusam d’un pichòt retard degut a de rasons independentas de nòstra volontat e qu’esperam lèu retrobar88.

Occitania, n° 1, janvier 1948

  • 89 Rue de l’aiguillerie ; cet épisode a été rapporté par Yan Lespoux à la Journée Léon Cordes du 22/11 (...)
  • 90 Voir cependant note dans la partie « Correspondances » pour la lettre de Cabanes du 22/05/49.

52Et, effectivement on peut dire que l’Ase Negre continue jusqu’en 1949 sous le titre Occitania. Pourquoi ce changement de nom ? Il faut rappeler les courriers échangés entre Cordes et Lafont en juin et juillet 46 où Cordes et Rouquette notamment défendaient l’idée de reprendre le vieux titre de Camproux. Peut-être Cabanes et Lafont s’étaient-ils laissé convaincre et séduire par ce nouveau nom d’Occitania. En tout cas, c’est exactement la même revue, le même format, la même équipe. Il semble qu’elle rencontre toujours des difficultés financières comblées de plus en plus avec l’aide de Girard. Occitania va s’arrêter très vite après la démission d’Hélène Cabanes. On sait que Léon Cordes est en proie à des difficultés financières personnelles ; il ira bientôt monter pour le compte de l’IEO une laverie occitane à Montpellier89. Hélène Cabanes va se marier et obtenir une mutation pour le petit village d’Olmet et Villecun ce qui va profondément changer sa vie. Lafont va remplacer Max Rouquette à la direction de l’IEO. Le dernier numéro sera le numéro 9 de février-mars 194990.

L’Ase Negre et la revue Oc

53Il faut dire que la revue Oc est restée relativement muette durant cette période. C’est Félix Castan qui l’a relancée avec la bénédiction et l’aide d’Ismaël Girard en publiant un numéro extraordinaire intitulé : série X 1946-47-48. Dans ce numéro, une place est faite à Lafont (orthographié Laffont !) pour un article littéraire sur « L’érotisme provençau e l’Aubalenca » ; Hélène Cabanes publie « D’un ensenhament regionalista ». On y retrouve les mêmes qui écrivent dans L’Ase Negre – Espieu, Allier, P. Lagarde- avec des écrivains et professeurs plus confirmés comme Alfred Jeanroy « Histoire de la poésie occitane » ou Roger Barthe. Mais rien à voir avec L’Ase Negre. D’abord sur le ton et la langue. Oc se veut sérieux et français pour la majorité des articles et produit des articles de fond. L’Ase Negre est presqu’entièrement occitan et on a vu qu’il est en prise avec l’Actualité tant politique que culturelle sur le plan occitan, et ceci avec une pensée politique. Il se trouve que jusqu’à octobre 1948, il n’a existé que ce seul numéro de la revue Oc et tout naturellement, L’Ase Negre a pris très vite une place considérable dans la presse occitane. De temps en temps au fil des numéros, on peut lire dans Oc, l’écho que peut rencontrer son cousin L’Ase Negre.

54On connaît la place faite à L’Ase Negre par Castan (Oc série X 46-47-48, 184-185) :

  • 91 [Le journal L’Ase Negre sera un organe officieux, une position avancée de l’occitanisme qui fera se (...)

Lo jornal L’Ase Negre serà un organ oficiós, una pausicion avançada de l’occitanisme que traucarà sol sa via91.

  • 92 On ne trouve rien pour 1946.

55Oc avait commencé une rubrique sur les revues occitanes ou françaises tenue par Castan et on peut y lire (Oc série X 46-47-48, 167) pour l’année 4792 :

  • 93 [Le fait nouveau était la parution dans les derniers mois de 1946 du petit journal occitaniste L’As (...)

Lo fach novèl èra estat la parucion dins los darrièrs meses de 1946 del jornalet occitanista mesadièr L’Ase Negre.93

  • 94 L’Ase Negre, gaseta mesadièra d’accion occitana ; un an : 100 frs. En cò d’Elena Cabanas a Abeilhan (...)

56Le terme jornalet paraît un peu condescendant si on continue à parcourir les numéros suivants de la revue Oc, on y lit pour octobre 1948 un encart publicitaire94 qui sera repris en avril 49. Dans la même revue d’octobre 1948, on lit l’annonce concernant l’insertion d’Escòla e Vida dans Occitania (Oc série X octobre 48, 45) qui semble devenir aussi feuille de liaison officielle de l’IEO :

  • 95 [Occitania s’enrichira des circulaires internes normales de l’Institut et le bulletin d’enseignemen (...)

Occitania s’enriquirà de las circulàrias internas normalas de l’Institut e lo butletin d’ensenhança Escòla e Vida serà una rubrica ordinària de la gaseta : tres fuèlhs fonduts en un95.

  • 96 Voir les notes au § Numéros parus et différentes séries.
  • 97 Lettre de Cabanes à Lafont du 09/07/49.

57Enfin, toujours sur la pédagogie développée par Hélène Cabanes, le numéro d’avril 1949 retrace la naissance de la Garba Occitana. À part donc ces deux publicités et l’annonce de la naissance de la revue, on ne trouve rien de plus dans la revue Oc concernant sa cadette. On se posait la question de savoir quand Occitania s’arrête ; au n° 9 en février-mars ou y a-t-il eu d’autres numéros96 ? En tout cas, à cette même époque, la revue Oc ne mentionne nulle part la disparition d’Occitania. Elle va même refaire passer l’encart de publicité dans le numéro d’avril 49. L’Ase Negre sous sa forme Occitania s’arrête donc début 1949 sans trop de publicité autour de cet arrêt. Il semblerait97 qu’il y ait pu y avoir une idée de continuer sur la lancée en créant une revue bilingue plus ambitieuse mais celle-ci ne semble pas avoir eu d’écho.

58En tout cas, en même pas quatre années d’existence, l’Ase Negre aura tellement pris de place dans le mouvement occitan qu’il va y avoir de nouveaux émules qui vont courtiser l’âne.

L’Ase Negre de 58 et de 62

59Il est sorti deux autres séries intitulées L’Ase Negre qui n’ont rien à voir avec celui de Cabanes, Cordes et Lafont. La première est datée de son numéro 1 de 1958, elle se dit présentée par Lo movement de la joventut occitana. Elle se réfère quand même à son glorieux prédécesseur dans un premier éditorial signé par Yves Rouquette et Pierre Pessemesse (Ase Negre 3ème tr. 1958, 3) :

  • 98 [Le voici encore l’Ase Negre, notre âne, se goinfrant de marguerites au milieu de la prairie, se go (...)

Lo vaquí tornamai l’Ase Negre, lo nòstre ase, bafrant de margaridas al mitan de sa prada, bafrant de margarida perqué las aima tròp, l’uòlh dobèrt e comol de malícia, l’Ase Negre de Joventut.
Morrut, borrut, testut e tendre, l’Ase Negre es tornat, aprèp dètz ans d’abséncia a l’estable de sos amics. Se per l’ora a l’èr suau e brandís pas lo pè, si sembla un pauc s’acossomir dins l’èrba nauta de sa prada, aquò’s malícia d’Ase Negre : auriatz tòrt de vos i fisar. A recampat a son entorn una còla de companhs que, se lo Dieu dels Ases los aima e se la causa es Dieu possibla, vòlon èsser testards mai encara que son mèstre98.

L’Ase Negre, n° 1, 1958

  • 99 Imprimerie Nouvelle Reboulin à Apt (Vaucluse).
  • 100 « Son succès a été honorable » souligne Pierre Pessemesse à la page 2-3 du n° 2.

60Les trois éditoriaux suivant annoncent le style de la nouvelle revue : référence à l’autre Ase Negre, rejet des « muòlas de tota mena : muòlas encapeladas e santesteladas de Felibrige e dels Dos-Armanacs, muòlas embicornadas de l’acadèmia duhamelenca, chamsonenca, lacreteleca e panholenca … ». La revue est administrée, gérée et rédigée à Laurens par Jean Jaurion (qui va gérer tous les stages pédagogiques et les Cahiers Pédagogiques de l’IEO) et l’impression est de qualité : le premier numéro sur format A4 et le second sur A5 sont sortis des presses d’un imprimeur professionnel99. On y trouve les jeunes d’alors, Yves Rouquette, Pierre Pessemesse comme on l’a vu, Christian Rapin, Jacques Boisgontier. On peut dire qu’on est à peu près dans l’esprit du premier Ase Negre : tribune et lieu de débats, ouverture de la revue aux catalans, notamment espagnols, poésie… Le numéro daté de 1958 fait état d’un succès honorable100 malgré le silence de la presse francophone et félibréenne. Ceci dit, la revue s’arrête au numéro 2.

61Mais, encore une fois, le titre doit plaire car une autre série de L’Ase Negre paraît début 1962. Ce coup ci, c’est Jacqueline Jérez, enseignante au Collège de la Dullague de Béziers qui en est la gérante. La rédactrice en est Viviane Leblanc. L’effigie de l’âne est toujours en première page. Il s’agit d’une revue de qualité plus artisanale intitulée toujours « Butletin de la Joventut Occitana ». Dactylographiée par des élèves puis tirée par Jean Jaurion en A4 à Laurens, elle indique cette fois-ci le prix de l’abonnement annuel soit 2 F. On est cette fois-ci davantage dans un Bulletin de liaison des Jeunesses Occitanes et des Cercles Occitans que dans l’esprit d’une tribune comme les deux formules de l’Ase Negre déjà vues. Cette revue est diffusée jusqu’au n° 11 du 4ème trimestre 1962. Elle est passée à 0,75 F le numéro excepté le dernier, numéro spécial réalisé par le Cercle Occitan des Étudiants de Montpellier, vendu 1,50 F.

L’Ase Negre, nouvelle série, n° 1, 1962

Conclusion 

62L’Ase Negre, revue de cette nouvelle génération née au sortir de la Libération, reprend le flambeau hérité de la prestigieuse revue Occitania d’avant-guerre. Creuset de toutes les idées de l’occitanisme politique, il a été un grand lieu de débat et a surtout permis qu’en marge de l’IEO, les idées et les hommes puissent échanger en se respectant. Ça a été le grand mérite de la revue que d’avoir pu préserver l’IEO naissante des conflits internes. Elle a aussi permis à Robert Lafont de commencer à affiner sa pensée politique. On peut regretter que L’Ase Negre ne soit pas allé plus loin dans le temps. Peut-être les choses n’étaient-elles pas mûres ? En tout cas le lectorat potentiel n’était plus ce qu’il avait pu être dans les années d’avant-guerre. Ceci dit, L’Ase Negre est encore aujourd’hui une référence dans la mémoire de l’occitanisme politique.

Haut de page

Bibliographie

Abrate, Laurent, 2001, Occitanie 1900 – 1968, Toulouse, IEO.

Camproux, Charles, 1935, Per lo camp occitan, Narbonne, J. Lombard.

Lafont, Robert, 1989, La confidéncia fantasiosa, Nîmes/Mussidan, Fédérop/Marpoc.

Lafont, Robert, 1991, Temps tres, Perpignan, El Trabucaire.

Lafont, Robert, 1999, Pecics de mièg- sègle, Gardonne (24), Fédérop.

Petit, Jean-Marie (dir.), 1983, Hommage à Charles Camproux, Béziers, CIDO.

Petit Jean-Marie (dir.), 1985, Léon Cordes, Béziers, CIDO.

Torreilles Claire (ed.), 2013, Robert Lafont, la haute conscience d’une histoire ; Actes du colloque de Nîmes, Canet (66), El Trabucaire.

Toti Yves, 1996, Oc, Pèlerin de l’Absolu, Mouans, Éd. Oc.111

revues 

Ase Negre  (les trois dernières séries112).

Escòla e Vida  (1947-1948).

Oc, Lafont, « Lis etapas necessàrias » dans le numéro 4 (4ème tr. 44) ; p. 42-44.

Oc, Cabanes, « rubrique informacions113 ».

Oc, Castan, série X, années 46-47-48, 184-185.

Occitania (série 1935-1939 et série 1948-1949).

Tèrra d’Oc (1939-1944).

Haut de page

Annexe

Numéros parus et différentes séries 

Ase Negre101, « Fuèlh de la Joventut occitanista », presse d’Abeilhan, A4, 1feuille

  • n° 1 mars -avril 1946

  • n° 2 mai 1946

  • n° 3 juin 1946

  • n° 4 juillet 1946

Ase Negre, « Organ occitanista mesadièr », Vieu d’Olonzac, 27 x 37, 4 feuilles

  • n° 1 août 1946

  • n° 2 septembre 1946

  • n° 3 octobre 1946

  • n° 4 novembre 1946

  • n° 5 décembre 1946

  • n° 6 janvier 1947

  • n° 7 février-mars 1947

  • n° 8 avril 1947

  • n° 9 mai 1947

  • n° 10 juin 1947

  • n° 11 juillet-août 1947

  • n° 12 septembre-octobre 1947

  • n° 13 novembre 1947

  • n° 14 décembre 1947

Occitania, « Organ occitanista mesadièr », Vieu d’Olonzac, 27 x 37, 4 feuilles

  • n° 1 janvier 1948

  • n° 2 février-mars 1948

  • n° 3 avril-mai 1948

  • n° 4 juin 1948

  • n° 5 juillet 1948

  • n° 6 août-septembre 1948

  • n° 7 octobre-novembre 1948

  • n° 8 décembre-janvier 1948-49

  • n° 9 février-mars 1949

Ase Negre, « Movement de la Joventut occitana », Reboulin d’Apt

  • n° 1 3èmeTrimestre 1958, A4, 5-6 feuilles

  • n° 2 1er trimestre 1959, A5, 8 feuilles

Ase Negre, « Butletin de la Joventut occitana », ronéoté à Laurens, A4, 5-6 feuilles

  • 11 numéros au 4ème Trimestre 1962.

Correspondances

(R. L. : Robert Lafont ; H. C. : Hélène Cabanes ; I. G. : Ismaël Girard ; C. C. : Charles Camproux ; L. C. : Léon Cordes) ; CIRDOC : H. C. à R. L. : LAF./01 ; L. C. à I. G. : CQ 528 (39) ; toutes les correspondances proviennent du CIRDOC sauf les 4 lettres de 1946 de R. L. à H. C. , suivies d’un *, il s’agit de sources qui m’avaient été prêtées de son vivant par H. C.).

  • 07/07/39 (L. C. à I. G.) : Cordes annonce avoir pris la rédaction d’Occitania dans « de missantas condicions102 ». Il parle aussi de la rencontre avec Jordi Vieu, imprimeur à Olonzac.

  • 30/01/44 (C. C. à H. C.) : Camproux explique le différend avec Boussac au sujet de Tèrra d’oc et souhaite la renaissance d’Occitania d’avant-guerre, « le journal de doctrine et d’action des jeunesses occitanes ».

  • 10/04/45 (H. C. à I. G.) : elle envoie un article pour Oc sur le Groupe Perbosc et annonce qu’elle ira à Toulouse du 3 au 6 mai 1945.

  • 11/04/45 (L. C. à R. L.) : Cordes a lu dans Oc un article de Lafont103.

  • 16/01/46 (R. L. à H. C.) : Lafont annonce que Rouquette va remonter le « Novèl Lengadòc » et Lafont a l’idée de faire revivre les jeunesses occitanistes en faisant paraître una pichòta fulha que H. C. se chargerait d’imprimer sur l’imprimerie scolaire et lui assurant les frais de papier. Le titre l’Ase Negre est déjà là.

  • 30/01/46 (R. L. à H. C.) * : Lafont pense sortir un journal dans un an ou deux ; il propose en attendant un « fuèlh d’informacion de la Joventut Occitanista » mensuel104 en deux feuilles à imprimer sur la presse d’Abeilhan ; un tirage d’environ 200 exemplaires ; il a déjà le titre en tête l’Ase Negre et déjà un début de présentation de la Une ; il commence aussi à déjà calculer le coût annuel qu’il paierait de sa poche105.

  • 06/02/46 (R. L. à H. C.)* : Lafont avait demandé un exemplaire préliminaire à H. C. et se rend compte des conditions matérielles d’impression.

  • 27/03/46 (R. L. à H. C.)* : Lafont envoie la copie pour L’Ase et se plaint du peu d’articles promis mais pas encore reçus. (Il semble donc qu’un exemplaire soit déjà en cours ; n° 1 pour mars ?)

  • 05/04/46 (H. C. à R. L.) : Cabanes se plaint du travail d’envoi des numéros et en emmène 30 exemplaires à Montpellier pour que Lafont les distribue aux libraires.

  • 29/04/46 (R. L. à H. C.)* : Lafont parle d’une autre copie en retard. Il demande à H. C. d’imprimer encore juin et juillet. Il en profite pour rappeler le stage d’H. C. qui est allée à Cannes au stage Freinet pour les vacances de Pâques.

  • 05/05/46 (L. C. à R. L.) : Il parle du sommeil de Tèrra d’Oc et de l’occasion de remonter Occitania.

  • 02/06/46 (L. C. à R. L.) : « Deves aver reçauput una letra de Roqueta Max t’informant que volèm dins l’esperit e dins lo tèxt, repréner Occitania106 ». Et Cordes continue sur l’impossibilité de faire paraître deux revues ayant même projet, même public et mêmes collaborateurs. Il propose de fusionner les deux équipes en faisant paraître chez Vieu et dans le format de Tèrra d’Oc ayant Max Rouquette comme directeur. Il se propose ayant l’expérience d’Occitania et de Tèrra d’Oc de s’occuper de la présentation typographique. Et, comme Hélène Cabanes s’est déjà occupée de l’Ase Negre, autant la prendre comme administratrice.

  • 16/06/46 (L. C. à R. L.) : Cordes poursuit son projet de création d’une nouvelle Occitania qui soit « l’organ d’una equipa pastada d’occitanisme e prèsta a obrar sus lo plan lo pus larg per l’occitanisme integral ». Il tient à garder le titre d’Occitania avec comme sous-titre « organ occitanista mesadièr » et non pas « organ de la Joventut occitanista » qui manque de sérieux. Il va proposer à Boussac d’intégrer la nouvelle équipe et de ne pas refaire paraître Tèrra d’Oc.

  • 04/07/46 (L. C. à R. L.) : Cordes relate les entretiens avec Boussac d’où il ressort qu’il faut faire paraître Occitania au plus tôt pour récupérer le lectorat de Tèrra d’Oc.

  • 10/09/46 (C. C. à H. C.) : Camproux félicite H. C. pour l’Ase Negre qui vient de paraître107. Il propose un prix supérieur avec un mode de distribution incluant les libraires locaux, un doublement du nombre de page et un tirage hebdomadaire.

  • 13/07/46 (L. C. à R. L.) : Cordes a déjà peaufiné le projet du numéro 1, évalue le nombre de signes à 32 000 alors que Tèrra d’Oc en prend 40 000.

  • 14/07/46 (L. C. à R. L.) : Cordes entretient Lafont des problèmes d’impression ; il parle d’un format un peu bâtard : 37 x 27 (comparé à Tèrra d’oc qui faisait 32 x 25) pouvant contenir 5000 caractères. Le coût d’impression serait de 3 100 F, ce prix ne comprenant pas le coût d’expédition ; il envisage de la confier à H. C. pour en économiser le coût.

  • 22/07/46 (L. C. à I. G.) : Cordes parle de la prochaine sortie de la revue.

  • 02/08/46 (L. C. à R. L.) : Cordes a en main le journal et il cherche désespérément Lafont et Cabanes pour l’expédition (on est en pleines vacances scolaires). Il demande aussi que les articles soient écrits de manière lisible, sur un même format et surtout sur des lignes de même longueur (à l’époque, il n’y a pas d’ordinateur et cordes a besoin de connaître le nombre de caractères pour faire la composition des pages pour Vieu). De même, il souligne l’inquiétude de l’imprimeur et demande à Lafont où on en est sur les autorisations administratives pour la parution.

  • 21/03/48 (L. C. à R. L.) : il dit à Lafont que l’IEO doit se rendre compte de l’importance de la revue (Occitania) et lui consacrer plus d’argent.

  • 16/04/48 (H. C. à I. G.) : Cabanes accuse réception d’un mandat de 10 000 F en ajoutant : « il a arrangé les finances les finances tant d’Occitania que du groupe Perbosc. […] En ce qui concerne Occitania, il comble à peu près ce que l’Institut lui devait sur la base de 1 000 F/n°. Le dernier envoi reçu date du 16 juin et comptait en dernier lieu pour le numéro de mai. Depuis, 7 numéros sont parus108. J’ai enregistré quelques abonnements depuis janvier. La situation n’est en somme pas si mauvaise. Nous sommes en gros en retard d’un numéro. Ce n’est pas terrible. Ce n’est pas terrible, mais il faudra évidemment éviter de laisser se creuser le déficit. »

  • 29/04/48 (H. C. à I. G.) : remerciements pour l’aide morale et pécuniaire.

  • 16/02/49 (H. C. à R. L.) : Cabanes attend d’avoir assez d’argent pour payer l’imprimeur et dit que malgré quelques soutiens, le seul moyen d’assurer la survie du journal, c’est l’augmentation du nombre d’abonnés.

  • 01/05/49 (L. C. à I. G.) : Ernest Vieu a envoyé 6 exemplaires de son catalogue de pièces de théâtre. L. C. propose d’éditer dans Occitania ces pièces par « petits paquets » comme l’avait fait Salvat dans sa revue Lo Gai Saber.

  • 05/05/49 (H. C. à R. L.) : Cabanes demande à être relevée de ses fonctions ; elle ne veut plus s’occuper d’Occitania « au-delà du numéro qui suit109 ».

  • 09/07/49 (H. C. à R. L.) : Cabanes a oublié de faire le point sur les finances du journal et indique à Lafont comment régler les derniers détails des chèques et abonnés et se propose d’envoyer le restant de l’argent à son successeur « quora tornarètz faire paréisser Occitania110 »).

Haut de page

Notes

1 L’ase negre c’est mot à mot l’âne noir ; le glossaire occitan-français de Jean-Frédéric Brun (http://www.jfbrun.eu/lengado) tiré essentiellement du lexique de Pierre Azéma pour le sous-dialecte montpelliérain donne la traduction pour le clermontois de : croquemitaine. Dans le sens de testut coma un ase negre, il faut plutôt voir un augmentatif du proverbe bien connu : testut coma un muòl : têtu comme une mule. Une revue intitulée Le Croquemitaine ? C’eût été un trait d’humour supplémentaire. Rien ne l’indique toutefois.

2 Dans une lettre à H. Cabanes du 13 janvier 1946.

3 [Jeunesse occitaniste] puis [organe mensuel occitaniste]

4 O cal dire : per son auçada e son brancament sus una cèrta actualitat intelectuala del temps, Occitània e Camprós laissan luenh darrièr aitaltant ben la pensada dels federalistas de las annadas 20, fòrça vaiga, e encara mai luenh lo Felibritge ordinari. [Il faut le dire : par son niveau et son branchement sur une certaine actualité intellectuelle de son temps, Occitania et Camproux laissent loin derrière aussi bien la pensée des fédéralistes des années 20, très vague, et encore plus loin le Félibrige ordinaire (Martel, cours de Master2, 2011)].

5 Notamment au CIRDOC et je profite de l’occasion pour remercier Aurélien Bertrand et Gilles Bancarel.

6 Max Rouquette et Léon Cordes notamment pour Occitania et A. J. Boussac pour Tèrra d’Oc.

7 Tèrra d’Oc dirigée par André-Jacques Boussac avait succédé à Occitania en 1939 dès la mobilisation de Camproux. Celui-ci avait confié la revue à A. J. Boussac mais dès 1942 regrette l’orientation politique prise par ce dernier en faveur de la Révolution Nationale de Vichy.

8 Les jeunes autour de Cabanes et Lafont, les anciens d’Occitania autour de Rouquette et de Camproux et A. J. Boussac qui voulait faire renaître Tèrra d’Oc.

9 Le braiement de l’âne.

10 Pierre Berthaux. Universitaire germaniste à Toulouse, il est à ce moment là suppléant de son ami Jean Cassou, Commissaire de la République, avec qui il a fondé le groupe de résistance « Bertaux ».

11 En fait, la rencontre n’est pas due au hasard. Cordes avait été séduit par l’article de Lafont dans Oc (« Lis etapas necessàrias » dans le numéro 4 (4ème tr. 44) ; p. 42-44.) et lui donnait rendez-vous à Toulouse (lettre du 11/04/45 ; voir correspondance).

12 L’histoire m’a été rapportée personnellement par Hélène Gracia.

13 Les sept fondateurs légendaires du Félibrige.

14 [Nous étions entre huit et dix. Aucune Légende dorée qui nous ait comptés sept, l’histoire n’a même pas retenu le bon nombre. Dans ce petit cercle, certainement, le père-fondateur, médecin de son état, Ismaël Girard qui ramène dans son panier les Statuts et la revue OC et en plus la collection poétique Messatges, avec Pierre Rouquette le Marseillais, René Nelli et Max Rouquette, Gumersind Gomila le Minorquin poète et peintre qui vit à Perpignan, et un Boussac de grande cape, replié en homme de théâtre, Ils ont déjà fondé publiquement l’Institut d’Études Occitanes avec son président Jean Cassou. Maintenant il s’agit de le faire vivre. Ils ont déjà derrière eux un passé connu : ils oscillent entre quarante sept et trente sept ans, sauf Boussac qui approche les soixante. Ce passé s’appelle Société d’Études Occitanes et remonte à une époque obscure d’avant-guerre. S’y sont joints trois autres : Léon Cordes qui fait l’entre-deux générations, Hélène Cabanes, la maîtresse d’école, venue avec la leçon de Célestin Freinet, et celui qui ici tient la chronique, sous un uniforme militaire.]

[…] On a mis ce jour là l’IEO en ordre de marche, les trois plus jeunes nouèrent une alliance qui devait donner l’Ase Negre, « organe de la Jeunesse occitaniste ».]

15 [Un peu à côté de l’officiel représenté devant la presse par Ismaël Girard et Max Rouquette.]

16 [une position avancée de l’occitanisme qui trouvera seul son chemin.]

17 Je me suis inspiré plus que largement de la biographie rédigée par Jean-Marie Petit, Hommage à Charles Camproux ; voir bibliographie.

18 Où il n’ira pas à cause de la mobilisation.

19 Sous le nom de guerre de Caroux (du nom du plateau dominant la plaine bas-languedocienne).

20 C’est son cours par correspondance destiné aux instituteurs qui fera connaître Charles Camproux à Hélène Cabanes en 1943.

21 Elle attirera notamment les groupes estudiantins de Montpellier du Novel Lengadoc et de Toulouse des Estudiants Ramondencs.

22 Oc avait cessé de paraître en avril 1934.

23 Voir Bibliographie.

24 C’est moi qui souligne.

25 Où avait été imprimé Per lo camp occitan.

26 C’est Léon Cordes qui a été le rédacteur en chef de la revue qui avait trouvé cet imprimeur.

27 Souligné par J. M. Petit.

28 A. J. Boussac était maurassien et partisan de la Révolution Nationale de Pétain.

29 Délivrés (on est en janvier 1944 et il cite Mistral pour la censure éventuelle).

30 En majuscules dans la lettre.

31 [Par contre la France centralisée avait été restaurée avec toute sa rigueur depuis un an. Le patriotisme français des maquis était le credo des communistes, maîtres d’à peu près tout l’appareil culturel. Il n’était pas question de parler à haute voix de fédéralisme : cela sentait à de la droite vaticane. Seulement en négociant avec ce nationalisme qui permettait à la culture occitane d’exister à condition d’être partie intégrante de la culture nationale française, nous pouvions commencer notre projet hasardeux. Et en chemin, nous ne manquions pas de nous cogner à des gens qui en se rappelant du régionalisme de Vichy voulaient nous en faire payer le souvenir.]

32 La filiation est évidente.

33 [la propagande paysanne]

34 Ernest Vieu est un autre personnage central. Outre son passé de Directeur de troupe et d’homme de théâtre, il sera administrateur des deux revues.

35 La correspondance commence en juillet 1943.

36 Le futur Groupe Antonin Perbosc.

37 Celle-ci se rappelait avoir écrit à la revue pour demander l’adresse de l’écrivain, adresse qu’au demeurant elle n’avait jamais obtenu.

38 Elle a été la collègue à Roujan de Marcel Valière qui l’a beaucoup influencée. Marcel Valière avait organisé sur le plan national la tendance « syndicaliste révolutionnaire-lutte des classes » de la FUE (Fédération Unitaire de l’Enseignement). Sa position était radicale et antistalinienne. Hélène Cabanes fera partie avec Valière du Bureau départemental du SNI (École Émancipée) à la rentrée 1945. Elle était abonnée à la Révolution Prolétarienne, l’hebdomadaire de Pierre Monatte (Monatte avait fait partie de l’opposition de gauche du PCF et dès son exclusion en 1924 avait fondé cette revue clairement antistalinienne).

39 Elle rencontrera Célestin Freinet pour la première fois lors d’un stage pédagogique à Cannes à Pâques 1946 ; elle avait déjà fait l’achat d’une presse pour 2025, 00 F un peu avant en janvier 1946 (soit environ 160 € de nos jours).

40 Au café La Pergola en haut des Allées derrière le théâtre, café qui existe toujours et où nous nous sommes retrouvés 60 ans après, Fausta Garavini, Robert Lafont, Hélène Cabanes et moi-même (l’auteur) après un après-midi au CIRDOC, pour évoquer ce souvenir de la création de la revue. Dans un hommage à Léon Cordes (Petit 1985, 42), Lafont évoque ce souvenir de la rencontre à Béziers et le place à l’entrée de l’hiver.

41 C’est Hélène Gracia (Cabanes) qui se rappelait que Lafont arrivait de Bédarieux.

42 Voir Bibliographie ; correspondances.

43 [Jeunesses occitanistes]

44 Lettre du 16/01/46.

45 [Pensez à un titre. Moi, j’ai trouvé : l’Ase Negre avec le dicton têtu comme un âne noir pour marquer notre entêtement occitan. Ce serait mieux, je crois, que les éternels Occitania, Oc, Tèrra d’Oc. Où en êtes-vous des membres de l’Enseignement ? Où puis-je envoyer mon adhésion ? et la cotisation ? Et les chroniques dont vous me parliez cet été ?] Il semble qu’il ait déjà l’idée d’une nouvelle revue, rompant avec le passé.

46 Le Groupe Antonin Perbosc.

47 Je n’ai pas trouvé trace des lettres d’Hélène Cabanes de cette époque (pas plus que de celles de Cordes d’ailleurs).

48 Il parle, pour un tirage mensuel de 200 exemplaires, de 550 F annuels (soit 44 € de nos jours ce qui évidemment ne valait pas la peine de s’embarrasser d’abonnements et de déclaration en Préfecture !)

49 Y compris en ce qui concerne les tickets de rationnement pour le papier et l’encre.

50 [Je vais faire mon possible pour entreprendre au plus tôt la sortie d’un véritable journal et vous décharger du poids.] ; lettre du 06/02/46.

51 La facture date du 6 janvier 1946.

52 Le journal scolaire L’agaça canta ne commencera qu’au début octobre 1946.

53 Quotidien communiste encore présent (aujourd’hui L’Hérault du Jour pour le département de l’Hérault).

54 [feuillet d’information de la jeunesse occitaniste]

55 Il semblerait qu’il y en ait eu plus (février, mars, avril, mai, juin, juillet ?) On peut suivre pas à pas grâce à la correspondance échangée les sorties possible de la revue dans l’intervalle compris entre le mois de janvier 1946 et la sortie du numéro 1 des presses d’Olonzac. Une lettre du 6 février de Robert Lafont demande à Hélène Cabanes de lui envoyer un exemplaire avant la sortie définitive. Un peu plus tard, le 27 mars, il lui envoie une copie (certainement un article) pour la revue. Dans cette lettre il note « qu’aqueste còp, i aurà la bramada de l’ase » ce qui laisserait supposer à un numéro 2 sorti des presses d’Abeilhan ? L’exemplaire est donc sorti car Hélène Cabanes, en réponse, lui parle de la lourdeur de l’envoi des exemplaires et lui note qu’elle a amené 30 numéros à Montpellier pour les distribuer aux libraires.

56 Lettre de Cordes à Lafont du 2 juin 1946.

57 Les correspondances parlent d’une rencontre à Béziers pour peaufiner le projet (comme en écho à celle de 1945 ?).

58 Max Rouquette d’abord pressenti et occupé à l’IEO avait demandé à Lafont d’assurer ce rôle.

59 C’est Cordes qui l’avait trouvé en 1939 pour imprimer la revue Occitania. Il décrivait alors dans une lettre du 07/07/39 adressée à Girard : « un jove interessant, i aurà a faire amb el quand amb un pauc mai de trabalh arribarà a d’autras possibilitats. Li manca de capital per se montar de clic e de clac, mas doçamant aquò vendrà. » [un jeune intéressant, on devra faire avec lui quand avec plus de travail il arrivera à d’autres possibilités. Il lui manque du capital pour se monter mais de clic et de clac doucement ça viendra.] Cirdoc ; CQ 528 (39).

60 Il fallait aussi se dépêcher avant une sortie éventuelle d’un nouveau Tèrra d’Oc de Boussac pour en récupérer le lectorat.

61 Si Rouquette est partie prenante du projet dès le début en laissant la place de la Direction à Lafont, convaincre Boussac a été plus délicat et Cordes a voulu prendre de vitesse une éventuelle sortie de Tèrra d’Oc en sortant très vite L’Ase Negre au mois d’août (Lettre du 04/07/46 de L. C. à R. L. ).

62 Lettre du 22/07/46 ; Cirdoc CQ528/39

63 Lettre du 16/02/49 ; Cirdoc LAF. O/01. Hélène Cabanes dit qu’elle attend d’avoir assez pour payer Vieu d’Olonzac. Elle souligne que certains adhérents ont donné plus mais que la seule solution, c’est d’augmenter le nombre d’adhérents et donc de ventes. C’est d’ailleurs le problème récurrent ce la revue qui n’a pas trouvé son lectorat.

64 Bulletin de liaison des membres du Groupe Antonin Perbosc dont Hélène Cabanes est la secrétaire générale.

65 Soit 0, 5 € de nos jours le numéro et 6, 60 € l’abonnement (sources INSEE).

66 Voir à ce propos la lettre de Camproux à Cabanes du 10/09/49 qui propose un tarif supérieur - 10 F/n° - et d’en laisser 4 F/n° à chaque libraire. Il proposait aussi de faire de l’Ase Negre un hebdomadaire.

67 [- Que cet occitanisme soit d’abord la reconquête de votre nationalité occitane, de sa langue, de son esprit, l’agrandissement de sa littérature originale, l’étude de son folklore, de ses traditions, de son passé, qu’il ait pour projet de donner aux divers pays d’Oc le ressenti de sa personnalité, c’est déjà quelque chose mais ce n’est pas assez. Tout ça ne serait qu’une pensée desséchée s’il ne vous dictait pas aussi l’amour des hommes et si vous ne vous tourniez pas résolument vers l’avenir.

- Maître, notre prise de position vers l’avenir, c’est fédéralisme que nous l’appelons. Rien de ce qui touche le monde d’aujourd’hui comme la réalité vivante du peuple, tous les sujets de politiques, économiques ou sociaux, rien de ce qui passionne l’opinion ne nous est indifférent et dans notre ardent désir de paix et de liberté, nous espérons trouver la force d’avoir sur toute chose des opinions généreuses mais justes.]

68 [à tous ceux qui ont vaillamment lutté pour la cause que nous défendons.]

69 [le retour dans la communauté occitane des environs de Tende et de Briga, pays de langue d’oc, rattachés dorénavant à la France.]

70 [Le vrai fédéralisme est l’ennemi acharné du racisme] (traduction de Ph. Martel)

71 [Contrairement aux ânes réels, notre Ase Negre braie de plusieurs façons. On nous accusera peut-être de manquer d’unité dans nos idées. Mais nous croyons nous-autres qu’il vaut mieux que chacun dise sa manière de voir librement et que tous en profitent. Il en surgira un jour une unité plus profonde que celle qu’on veut imposer. Tous y ont participé. C’est ainsi que sur la question fédéraliste, nous avons voulu que toutes les opinions soient exprimées. Nous donnons aujourd’hui un article théorique de Castan sur les rapports entre marxisme et fédéralisme et un compte-rendu de Lesaffre des travaux de « La Fédération ». Nous espérons de cette manière faire comprendre que nous ne sommes pas un nouveau parti politique mais une équipe bien unie dans un amour de la Liberté et de l’Occitanie.]

72 Dans une lettre de Lafont à Cabanes du 6 janvier 1946 et certainement à une proposition d’aide des bretons qu’a dû recevoir celle-ci, Lafont souligne qu’il faut être très prudent avec les Bretons et ce, sur les conseils de Camproux. Il faut dire en effet que les mouvements en faveur du breton ne sont pas en odeur de sainteté à la Libération. Certains mouvements comme Breiz Atao avaient ouvertement collaboré avec les nazis. Et il n’était pas question en 1946 de trop faire mal voir l’occitanisme en s’acoquinant avec n’importe qui.

73 N° 2.

74 [du civisme français, ils (les viticulteurs) en ont à revendre] n° 4.

75 [impatients] et [fatigués]

76 [L’âne têtu continue tout droit en tirant la charrue et en labourant profond]

77 [la conscience d’oc est d’essence littéraire]

78 N° 7 (la nouvelle constitution venait, pour la première fois en France) de donner le droit de vote aux femmes.

79 [d’un jeune provençal encore inédit]

80 Lettre de Cordes à Girard du 1er mai 49. CIRDOC CQ528/39.

81 Le réalisateur de Farrebique, film sur la vie dans une ferme du Rougier au nord de Rodez.

82 Le jeu du tambourin très pratiqué dans le pays bas-languedocien.

83 Voir annexe.

84 On sait qu’en mai 1949, Hélène Cabanes dans une lettre à Lafont déplorait la lenteur de la sortie de cette publication.

85 [dans le numéro à paraître un article de Ch. Roussel, professeur à l’École Normale de Nimes sur : …]

86 En fait, le premier bulletin Escòla e Vida sortira en octobre 1947 soit plus de 5 mois après l’annonce de sa parution par H. Cabanes ce qui montre bien les difficultés à l’époque pour sortir ne serait-ce qu’un bulletin de liaison aussi simple.

87 [Avis. Sur la demande de quelques amis et de quelques lecteurs, nous avons décidé de reprendre à partir de janvier le titre d’Occitania. Certains regretteront l’Ase Negre qui clamait si haut sa foi dans l’avenir, mais ils comprendront qu’il nous faille marquer dès maintenant dans le titre nos convictions occitanistes. Ce changement n’aura aucune conséquence sur la rédaction et l’administration du journal.]

88 [Occitania mais toujours têtu comme un âne noir ! C’est avec ce numéro que commence Occitania. Nous rappelons à nos lecteurs que seul le titre change. Les abonnements se poursuivront comme avant et l’équipe de la rédaction continuera en faisant retentir haut l’idéal occitan. Nous nous excusons d’un petit retard dû à des raisons indépendantes de notre volonté et que nous espérons retrouver ] (certainement les conditions normales ?)

89 Rue de l’aiguillerie ; cet épisode a été rapporté par Yan Lespoux à la Journée Léon Cordes du 22/11/2013 à la Faculté Paul Valéry de Montpellier.

90 Voir cependant note dans la partie « Correspondances » pour la lettre de Cabanes du 22/05/49.

91 [Le journal L’Ase Negre sera un organe officieux, une position avancée de l’occitanisme qui fera seul son chemin.]

92 On ne trouve rien pour 1946.

93 [Le fait nouveau était la parution dans les derniers mois de 1946 du petit journal occitaniste L’Ase Negre.]

94 L’Ase Negre, gaseta mesadièra d’accion occitana ; un an : 100 frs. En cò d’Elena Cabanas a Abeilhan (Erau). CCP Montpelhièr, 661-44.

95 [Occitania s’enrichira des circulaires internes normales de l’Institut et le bulletin d’enseignement École et Vie sera une rubrique ordinaire de la gazette : trois feullets condensés en un. ]

96 Voir les notes au § Numéros parus et différentes séries.

97 Lettre de Cabanes à Lafont du 09/07/49.

98 [Le voici encore l’Ase Negre, notre âne, se goinfrant de marguerites au milieu de la prairie, se goinfrant de marguerites parce qu’il les aime trop, l’œil ouvert et plein de malice, l’Ase Negre de la jeunesse. Lippu, velu, têtu et tendre, l’Ase Negre est revenu après dix ans d’absence à l’étable de ses amis. Si pour l’heure il a l’air calme et ne brandit pas le pied, s’il semble un peu se reposer dans l’herbe haute de la prairie, c’est une malice d’âne noir : vous auriez tort de vous y fier. Il a réuni autour de lui une équipe de compagnons qui, si le Dieu des Ânes les aime et si la chose est Dieu possible, veulent être encore plus têtus que leur maître.]

99 Imprimerie Nouvelle Reboulin à Apt (Vaucluse).

100 « Son succès a été honorable » souligne Pierre Pessemesse à la page 2-3 du n° 2.

101 Il m’a été impossible de retrouver des numéros de cette série. Les numéros avec les mois correspondants sont uniquement une proposition que je fais sur la base des conversations avec H. C. (qui m’avait parlé de 3 numéros) et des courriers échangés (où je pencherais davantage pour 4 numéros voire 5 avec mars et avril indépendants.

102 [de mauvaises conditions]

103 Il s’agit certainement de l’article « Lis etapas necessàrias » dans le numéro 4 (4ème tr. 44) ; p. 42-44.

104 Sur 10 mois.

105 550 F/an sur la base de 200 exemplaires mensuels.

106 [tu as dû recevoir une lettre de Rouquette Max t’informant que nous voulions reprendre Occitania tant dans l’esprit que dans le texte.

107 La série imprimée à Olonzac.

108 5 numéros de l’Ase Negre et 2 d’Occitania.

109 Or, on est en mai, le dernier numéro dont dispose le Cirdoc est celui de février-mars, le n° 9, et sa lettre datée du 9 juillet indique qu’Occitania est déjà arrêtée. Il doit donc exister vraisemblablement un exemplaire ou deux qui ne sont pas au Cirdoc. Un n° 10 d’avril-mai ou un n° 10 d’avril et un n° 11 de mai ?

110 [lorsque vous referez paraître Occitania] Ce qui n’arrivera jamais ; cette lettre indique aussi que H. C. a clôturé les comptes au dernier numéro de la revue. Le dernier numéro, le n° 9 est celui de février –mars 1949, certainement imprimé en avril (ou voir précédemment un n° 10 et 11)

111 Elle m’avait dit avoir demandé une autorisation à son Inspecteur d’Académie (C’est là qu’elle fera la connaissance de Cordes et de Lafont).

112 Il m’a été impossible de mettre la main sur l’Ase Negre sorti d’Abeilhan.

113 « Na Cabanas, institutritz a Abelhan (Erau) desira entrar en contacte […], li escriure »

Haut de page

Table des illustrations

Légende L’Ase Negre, N° 1, Août 1946
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Escòla e vida, n° 1, octobre 1947
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Légende Occitania, n° 1, janvier 1948
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/600/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Légende L’Ase Negre, n° 1, 1958
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/600/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/600/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Canales, « L’Ase Negre (1946 - 1949), première revue d’occitanisme politique d’après-guerre », Lengas [En ligne], 75 | 2014, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lengas.revues.org/600  ; DOI : 10.4000/lengas.600

Haut de page

Auteur

Philippe Canales

Université Montpellier3. LLACS. Études occitanes.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org