Navigation – Plan du site

Le système graphique de l’abbé Boissier de Sauvages : défense et illustration de la diglossie franco-occitane

Hervé Lieutard
p. 105-144

Texte intégral

  • 1 Une troisième édition posthume du dictionnaire de Sauvages, faite par son petit-neveu, le baron D’H (...)

1Nous disposons de deux éditions du Dictionnaire Languedocien-François faites du vivant de l’abbé Boissier de Sauvages, la première de 1756 et la seconde de 17851. Dix ans avant la parution de l’ouvrage de Desgrouais, ce dictionnaire inaugure la veine des Gasconnismes corrigés (Desgrouais, 1766), en proposant de faciliter et d’améliorer l’acquisition du français. Le ton est donné dès la couverture puisque le Dictionnaire Languedocien-François propose « un choix des mots languedociens les plus difficiles à rendre en français » et contient « un recueil des principales fautes que commettent dans la diction, & dans la Prononciation Françoise les Habitants des Provinces Méridionales du Royaume qui n’ont pas fait une étude particulière de cette langue » (Sauvages, 1756). Sauvages ne semble pas véritablement avoir modifié la finalité de son dictionnaire en rééditant l’ouvrage trente ans plus tard (Sauvages, 1785, vij) :

  • 2 Souligné par Sauvages.

Il suffisoit que ces derniers [mots] nous donnassent l’occasion de faire remarquer une construction vicieuse de relever un solécisme, ou quelque autre défaut pareil, pour qu’ils dussent entrer dans ce recueil dont le but principal est D’AIDER À PARLER LE FRANÇOIS CEUX DE NOS COMPATRIOTES QUI N’ONT PAS FAIT UNE ÉTUDE PARTICULIÈRE DE CETTE LANGUE2.

  • 3 On notera l’extrême confusion qui caractérise la dénomination de la langue occitane à travers toute (...)

2Toutefois l’entreprise de Sauvages n’en reste pas moins ambivalente à plus d’un titre. En tout premier lieu, il défend ardemment l’originalité du « Languedocien » — terme sous lequel il faut comprendre la langue d’oc ou l’occitan et non pas seulement le dialecte du même nom3 —, une position qui s’affirme plus encore dans la seconde édition de 1785. À lui seul le titre de Dictionnaire Languedocien-François semble représenter un refus de la dénomination stigmatisante de « patois », qui au xviiie siècle caractérise déjà en France tous les usages linguistiques autres que le français. Plus étonnant encore, cette défense conduit en outre Sauvages à proposer un système graphique qui prétend rompre avec les usages antérieurs qui, depuis le xvie siècle, ont conduit à assujettir l’occitan au système orthographique du français, en en faisant, dans la confusion la plus générale, le seul socle graphique susceptible de servir à la transcription de la langue d’oc. Qu’est-ce qui motive Sauvages dès 1756 dans sa tentative personnelle de réglage de l’orthographe occitane et dans la rédaction de ses « Remarques sur la prononciation languedocienne » qui se présentent comme un véritable petit traité orthographique de l’occitan, censé permettre d’en finir avec les usages graphiques anarchiques qui prévalent à l’époque où il entreprend la rédaction de son dictionnaire ? Si Sauvages propose un système graphique propre au « languedocien », c’est bel et bien qu’il envisage un usage écrit de l’occitan. On peut légitimement se demander à quelles fins et dans quelle mesure cet usage écrit de l’occitan peut être compatible avec la volonté de promouvoir l’usage du bon français.

3Avant de tenter de comprendre comment Sauvages justifie les choix graphiques originaux qu’il propose, il convient avant tout de s’interroger sur la conception de la langue occitane qui transparaît dans son dictionnaire car c’est bien elle qui motive les solutions graphiques préconisées par Sauvages. Pour finir, nous évoquerons brièvement l’impact et la réception de ce système graphique chez les contemporains de Sauvages tout comme chez les auteurs qui se poseront la question des choix graphiques dans les décennies suivantes. Nous verrons dans tous les cas que le discours de Sauvages sur la langue et la graphie dépasse son projet dans la mesure où il pose sans doute involontairement les bases du débat linguistique sur les choix graphiques qui émergera au xixsiècle.

Le paradoxe diglossique de Sauvages

Défense linguistique de l’occitan

4En comparant les propositions graphiques des deux éditions du Dictionnaire Languedocien-François faites du vivant de Sauvages, on s’aperçoit que le système préconisé ne connaît que peu d’évolutions. Il semble même assez étonnant que les choix n’aient pas été modifiés d’une édition à l’autre alors même que les connaissances de Sauvages sur la langue ont considérablement augmenté durant les trois décennies qui séparent ces deux éditions. Les connaissances acquises par Sauvages dans cet intervalle concernent à la fois l’espace linguistique, mais aussi l’histoire de la langue. Si dès 1756, Sauvages conçoit la langue d’oc comme un ensemble de dialectes appartenant à un ensemble linguistique que l’on peut clairement opposer au domaine linguistique français, les limites du domaine et les arguments historiques donnés pour en défendre l’originalité sont encore relativement peu précis (Sauvages, 1756, viij) :

[...] de plus, la diversité de langage de ces différents endroits & de nos cantons ne se trouve le plus souvent que dans la terminaison des mots et dans la manière de les prononcer ; la plûpart des expressions y sont communes, le tour de phrase peu différent : il en est à peu près comme de la langue Grecque dans ses différens dialectes ; on y trouve toujours le même fonds de langage : c’est pour cela, sans doute, que les Parisiens donnent à cet égard une partie commune, ou un même nom à tous les habitans des Provinces méridionales qu’ils appellent Gascons, comme ceux-ci donnent à leur tour le nom de Franchiman, à ceux des Provinces du Nord du Royaume dont le François est la langue vulgaire.

5En 1785, Sauvages développe tous les aspects de son ouvrage qui concernent la défense de la langue occitane et qui n’étaient souvent exprimés que de manière confuse dans la première mouture du dictionnaire. La seconde édition manifeste donc une prise de conscience nette et clairement revendiquée de l’unité de la langue occitane, au-delà même des différences dialectales. C’est dans cette optique que Sauvages modifie sa préface, crée ou développe certaines entrées du dictionnaire qui lui permettent d’appuyer sa défense de l’originalité de la langue d’oc. Plusieurs entrées qui font leur apparition dans l’édition de 1785 apparaissent comme de véritables petits manifestes linguistiques en faveur de la langue d’oc et prétendent combattre les préjugés véhiculés sur la langue. C’est le cas pour l’article « PATËS » du dictionnaire, si souvent cité, où Sauvages évoque les conditions historiques qui ont conduit au déclassement linguistique de la langue d’oc face au français (Sauvages, 1785, PATËS) :

PATËS, ou patoués. Le mot patois est un terme général qu’on applique aux différents jargons grossiers & rustiques que parle le bas-peuple, soit dans les Provinces, soit dans la Capitale [...]. Il n’en est pas de même du gascon, ou languedocien auquel est donné la dénomination de patois dans une espèce d’avilissement, par l’oubli où il est tombé depuis environ un siècle, faute de culture, ou d’encouragement ; tandis que depuis la même époque, on s’est appliqué à perfectionner la langue françoise qui a fait presque éclipser son ancienne rivale & qui la fait de plus en plus dédaigner. Le languedocien quoique négligé & en partie dégénéré, n’en est pas moins une langue à part, loin d’être le patois d’une autre : langue aussi bien à soi que puissent l’être aucune de celle d’Europe, & qui a ses termes propres, sa syntaxe, & sa prononciation entièrement étrangères au françois, & dont le génie, le tour de phrases & des constructions sont si différentes de cette dernière langue, qu’on les appelle gasconismes lorsqu’ils s’y trouvent mêlés [...]. Il n’y a pas de doute qu’il a manqué à ce prétendu patois pour devenir la langue dominante du royaume que de s’être trouvé dans les mêmes circonstances qui ont favorisé les progrès de la langue françoise, ou que nos Rois eussent pris pour la Capitale de leur Empire & leur séjour ordinaire, une des villes de la Langue-d’oc : c’est bien alors que la Langue-d’oïl eut été regardée à plus juste titre, comme un jargon grossier et rustique.

6Difficile d’être plus clair : l’occitan est une langue à part entière qui n’a pas eu l’heur de devenir la langue d’un quelconque pouvoir. L’article « ROUMAN », qui fait également son apparition en 1785, insiste sur le fait que le « languedocien actuel » n’est que le prolongement de l’ancienne langue d’oc. Sauvages définit clairement la filiation directe entre les deux usages. Il appelle d’ailleurs l’occitan ancien « notre langage » ou encore « notre roman ». Cet article fait écho au long article « TROUBADOU » dans lequel Sauvages retrace l’origine et le développement de la langue occitane à travers les âges, et ce n’est pas sans une certaine fierté qu’il se définit lui-même comme héritier direct d’une langue glorieuse, opposant avec un certain patriotisme linguistique un sud médiéval civilisé et aux mœurs délicates à un nord germanisé et barbare :

Notre langage avoit le droit d’aînesse sur celui qui étoit propre aux Francs, ou sur le françois qui commençoit à peine, & qui n’étoit qu’un jargon barbare, lorsque le roman étoit une langue déjà formée & très à la mode [...] Nous avons dit notre Roman en citant ce passage : il est certain en effet que cet ancien langage est le même, à quelque chose près, ou qu’il fait le fond de celui qui nous est propre et qui d’âge en âge s’est perpétué jusqu’à présent dans notre province, & plus ou moins dans les Provinces voisines.

7En 1785 fait également son entrée l’article « LËNGADÔ », employé non pas dans son acception de dialecte, mais dans le sens d’occitan ou de langue d’oc. Selon Sauvages, cette langue « embrasse toute la partie méridionale de la Gaule », ce qui fait écho à la préface du dictionnaire où il donne une description géographique plus précise que dans la première édition de 1756 des limites linguistiques du domaine (Sauvages, 1785, ij) :

[...] langage divisé autrefois, comme il continue de l’être aujourd’hui en différents dialectes ; qui depuis Antibes jusqu’à Bordeaux, se rapprochent, se mêlent, se fondent, pour ainsi dire, par des nuances insensibles l’un dans l’autre : en sorte qu’on ne saurait assigner les limites qui les séparent, ni marquer où l’un finit & où l’autre commence ; & que le Rhône même ne tranche point les dialectes de sa droite d’avec ceux de sa gauche ; ils portent chacun des empreintes l’un de l’autre & tout ce qui peut établir entre eux une force de consanguinité.

8Au-delà des divergences dialectales, Sauvages défend l’idée d’une unité profonde de la langue d’oc. L’article « FRANCHIMAN » s’il existe dans les deux éditions est avant tout l’occasion de définir la bipartition linguistique du territoire français et de définir les contours linguistiques de l’espace occitan et son extension septentrionale :

Il est aisé d’assigner à-peu-près les limites des deux pays : ils aboutissent à une espece de zone ou de bande qui se dirige de l’est à l’ouest de la France, & qui passe par le Dauphiné, le Lyonnois, l’Auvergne, le Limousin, le Périgord et la Saintonge.

  • 4 On pourrait penser que se dessine déjà dans la description de Sauvages, le découpage supra-dialecta (...)

9Même si les diverses provinces historiques lui servent déjà à décrire l’espace dialectal occitan, Sauvages a également l’intuition d’un découpage de l’espace linguistique par « bandes parallèles » entre des formes septentrionales et méridionales4, même si au bout du compte les exemples qu’il donne par la suite ne se limitent qu’à l’espace languedocien :

Mais si au lieu de traverser dans ce sens le Royaume, on va du levant au couchant, en cotoyant pour ainsi dire les limites des deux langues, on trouvera que les nuances du gascon vont par des bandes parallèles à ces limites : de sorte que le bas peuple, où les habitants d’une même bande, qui traversent en ce sens le Royaume, parlent tous à-peu-près le même langage, ou sont du même dialecte et s’entendent mieux qu’avec ceux de la bande voisine, mais plus éloignée de la frontière.

10Mais Sauvages partage aussi l’idée sans doute assez commune au xviiie siècle d’un noyau linguistique « pur » de la langue dont les manifestations périphériques ne seraient que des formes dégénérées et ce d’autant plus qu’on s’éloigne du centre. Même s’il ne le dit pas expressément, gageons que le « languedocien » de Sauvages se trouve dans la partie qu’il conçoit comme la plus pure :

C’est à cette bande limitrophe, ou frontière, pour ainsi dire, du gascon & du françois, que ces deux langues viennent se confondre ; & il résulte de leur mêlange, dans le langage du peuple, un jargon informe & dur à l’oreille qui n’a rien de bien décidé, ni pour le françois, ni pour le gascon : on ne peut les distinguer qu’en s’écartant de la bande & allant vers le nord, ou allant vers le midi, ils paroissent alors se démêler peu à peu : car le partage de l’une à l’autre langue n’est point brusque ; il se fait par des nuances qu’un voyageur attentif peut apercevoir lorsqu’il va par ex. de Paris à Antibes, ou à Perpignan, il voit le françois s’altérer de plus en plus à mesure qu’il s’éloigne de la Capitale ; les idiomes, ou patois des provinces françoises deviennent plus barbares en s’approchant des limites des deux langues [...] passé ce terme, le son change, le françois disparoit, le gascon se développe, il devient insensiblement plus pur ; mais au-delà de ce dernier état, qui a quelque étendue, il dégénère et va se perdre également par nuances, d’un côté dans l’italien et de l’autre dans la langue espagnole.

11Si la conception linguistique de Sauvages est assez novatrice puisqu’elle définit bien l’indépendance et l’originalité linguistique de l’occitan par rapport au français, les dénominations dialectales restent encore confuses. C’est le cas pour l’adjectif « gascon » qui apparaît tantôt comme un synonyme de « languedocien », autrement dit de langue d’oc, tantôt comme un adjectif français portant la connotation de faute (Sauvages, 1785, NADÂOU) :

C’est un gasconisme de dire à la Noël ; au lieu de, à Noël.

12On notera en revanche que Sauvages applique le terme de « languedocien » à ce qu’il conçoit comme la forme « pure » de langue et « gascon » à la partie de la langue qui lui apparaît comme la plus « dégénérée ». Au demeurant, Sauvages est incapable d’associer à l’espace dialectal de la Gascogne l’adjectif correspondant. Voilà ce qu’il dit d’ailleurs de la Gascogne linguistique (Sauvages, 1785, H) :

Dans quelques cantons de la province voisine de l’Espagne, on prononce une h aspirée dans la plupart des mots où cette lettre est changée, par tout ailleurs en une f : ainsi on prononce les mots tels que Fénno, Fîlio, Fazër, &c. comme s’ils étoient écrits ainsi, Henno, Hîlio, Hazër, &c. prononciation qui est commune aux habitants de ces cantons avec les Espagnols [...].

13Il faut cependant accorder une attention supplémentaire à la définition qu’il donne du « languedocien ». Sauvages opère une distinction entre « Langue d’oc », langue ancienne, et « languedocien », langue moderne. Cette distinction n’est pas seulement une distinction historique mais signale aussi pour Sauvages une rupture qualitative dans la continuité linguistique entre les deux usages. Nous verrons plus loin que cette distinction est essentielle pour la conception linguistique que, selon lui, cette rupture diachronique a opéré (Sauvages 1785, note a, ij) :

La langue-d’oc est l’ancien langage qui s’est perpétué en grande partie dans le Languedocien moderne de cette Province particulière & des Provinces voisines, où l’on parlait la Langue-d’oc ;

14Si la « Langue d’oc » est l’ancienne langue à laquelle a succédé le « languedocien », Sauvages n’en conçoit pas moins cette langue « dégénérée » qu’est le « languedocien » dans le sens où l’on conçoit aujourd’hui l’occitan, autrement dit celui d’une langue qui peut se subdiviser en plusieurs dialectes, à l’instar de ce que fera Mistral lorsqu’il qualifiera son dictionnaire de provençal-français embrassant les divers dialectes de langue d’oc moderne, à la différence près que Mistral utilisera lui « provençal » dans le sens de « langue d’oc moderne ». Avec un siècle d’avance, la suite de cette note de bas de page seule pourrait d’ailleurs apparaître comme une préfiguration du Tresor dóu Felibrige puisque Sauvages définit son travail comme une base qui pourra être complétée, reconnaissant pour l’heure son incapacité à mener à terme ce projet :

D’où il résulte que non seulement le Provençal, mais généralement tous les idiomes gascons de nos Provinces méridionales, sont du ressort de ce Dictionnaire ; & qu’ils viendront comme naturellement se ranger sous le titre qu’il porte, si un amateur intelligent et zélé veut un jour prendre la peine de les y rassembler, en recourant aux sources dont nous n’avons pas été à portée ou qui nous ont manqué : ce qui produira une collection tout autrement volumineuse & bien plus intéressante que celle nous présentons ici à nos compatriotes. Voy l’article Lengado
De là résulte encore la difficulté d’une chose qu’on nous avoit demandée, qui étoit, d’indiquer que tel terme étoit du dialecte de telle Province, de tel canton, de telle ville : ce que pour bien d’autres raisons nous n’avons pu ni dû entreprendre.

15Mais cette note ajoutée sans doute à la dernière minute à la première page de la préface de 1785 est également révélatrice de toute l’incohérence de l’ensemble de l’ouvrage ou tout au moins s’oppose aux passages dans lesquels Sauvages affirme l’inutilité de faire un dictionnaire complet du « languedocien » puisqu’il s’agit avant tout d’aider à corriger l’expression française, comme on le trouve écrit quelques pages plus loin (Sauvages, 1785, iv) :

Le titre qu’il porte, n’annonce point un Dictionnaire complet de tous les termes de cette Province : l’entreprise eut été de trop longue haleine ; la langue de nos cantons changeant d’une ville à l’autre & quelquefois beaucoup plus près, il eut fallu recueillir le jargon des plus petits villages, & se jetter [sic] dans des détails infinis ; ce soin même, comme on le verra plus bas, étoit inutile pour notre objet...

16Si depuis la première édition du dictionnaire, Sauvages est passé « d’un choix de termes de deux villes, l’une du Bas-Languedoc, l’autre des Cevenes » [sic] (Sauvages, 1756, vij) à « sept ou huit villes des principaux cantons du haut et bas Languedoc et de Cévennes » (Sauvages, 1785, iv), on est encore ici bien loin d’embrasser « les divers dialectes de la langue d’oc moderne ».

  • 5 Ce que percevra et critiquera Fabre d’Olivet dans la préface de son dictionnaire (voir infra les cr (...)

17En dépit de ces contradictions, la perspective de Sauvages a-t-elle vraiment changé entre les deux éditions ? Il est clair que Sauvages se prend au jeu de la lexicographie et qu’il développe un intérêt croissant pour la langue, mais il n’en rejette pas pour autant la situation qui place le français au-dessus de la langue occitane. Combattre le préjugé de patois, rendre justice à la langue occitane et à son histoire ne signifie pas pour autant remettre en cause la situation de supériorité du français5.

Langue médiévale et langue moderne : de la rupture diachronique à la diglossie

  • 6 Même si Sauvages n’indique pas ses sources dans les exemples qu’il donne au sein du dictionnaire, l (...)

18Un des éléments majeurs qui distingue la deuxième édition du Dictionnaire languedocien-françois de la première est la découverte par Sauvages de la langue médiévale, même si les lectures de notre lexicographe cévenol semblent se limiter à deux textes du xiiisiècle : les Costumas d’Alest et la traduction occitane du Nouveau Testament6 que Sauvages a dû lire avant que son propriétaire, natif d’Alès, ne lègue le manuscrit à la ville de Lyon (Duvernoy, 1976-2001, 3). Sauvages a intégré dans l’édition de 1785 de nombreuses formes lexicales qu’il a pu relever dans ces manuscrits. Ces formes font l’objet d’entrées que Sauvages tient à distinguer clairement des entrées de la langue moderne. Elles sont signalées par l’abréviation « v.l. » (vieux languedocien) mais ne présentent généralement pas un sens véritablement différent de celui que le mot a dans la langue moderne :

    • 7 Nous donnons en note pour chaque forme citée la transcription issue du Nouveau Testament à partir d (...)

    DËNOLS v.l. Genoux. Jhitat së a dënols7 ; (procidit in genua).
    DËNOUIL ; le genou, Dë noulious ; à genoux.

    • 8 « E acabatz XL ans aparec a lui el desert el pug de Syna l’angel del Senhor en flama de foc en gava (...)
    • 9 « Donc comensaran a dire Puig, cazes sobre nos, e montanhas cobretz nos » (Duvernoy, 1976-2001, 87)

    PUG, puig ; puits, puts, v.l. montagne. Lat. mons. El pug dë Sina8. Doncs comënsaran à dirë, puig cazets sobrë nos9 ; montagnes tombez sur nous.
    PUECH, ou pech ; montagne. De là le n.pr. dël puéch, du pui.

  • VOLËR v.l. vouloir.
    VOULË ; vouloir.

  • 10 La forme est d’autant plus étonnante que Sauvages donne « boul » [bul] (bolh), autrement dit une fo (...)

19Nous verrons plus bas que Sauvages transforme non seulement le texte du Nouveau Testament, mais qu’il s’autorise également à adapter le système graphique médiéval selon le système qu’il préconise (voler en volër, Syna en Sina, etc.), même s’il conserve plus fidèlement les graphèmes consonantiques. Il ne fait pas de doute que Sauvages considère que la graphie médiévale rend compte de la langue du seul point de vue phonétique et l’association des formes anciennes et modernes est une façon pour lui de marquer la distance phonétique qui sépare l’occitan médiéval de la langue moderne. C’est le cas pour la forme palatale finale de « denouil » qui, si l’on suit le système de Sauvages, doit se lire [denuj] ou [denu] et qui semble se distinguer phonétiquement de la forme médiévale dépalatalisée à la finale (« DENOLS10 »). En introduisant les formes médiévales, Sauvages met en regard deux systèmes qui ne sont pas d’un même niveau, une scripta médiévale, héritière d’une tradition autochtone d’écriture qui correspond à un usage « large » de l’occitan à cette époque et une réalisation phonétique dialectale cévenole qui n’a qu’une valeur locale sous cet habit graphique. Quoiqu’il en soit, il peut paraître surprenant à un lecteur du xxie siècle que ces découvertes lexicales n’aient pas conduit Sauvages à remettre en question le système graphique de 1756, à l’instar de ce que feront Fabre d’Olivet ou Honnorat quelques années plus tard. Que viennent donc faire des formes médiévales occitanes dans un dictionnaire qui se propose de faciliter la passage au français ?

20Bien que Sauvages reconnaisse le lien qui unit la langue médiévale et la langue moderne, il n’est pas possible selon lui d’établir une véritable continuité dans les usages graphiques. Comme il le précise, il s’agit du « vieux languedocien », de l’ancienne langue d’oc, et la langue moderne en est bien loin puisqu’on ne la prononce plus pareil. Dans la mesure où il pose comme postulat que toute langue à l’origine possède une orthographe phonétique — et c’est le credo qu’il répétera à maintes reprises pour justifier ses choix graphiques — il n’y a pas de raison d’utiliser la graphie ancienne puisqu’elle ne recouvre plus la prononciation actuelle. Le travestissement graphique qu’il opère sans doute intentionnellement sur la graphie médiévale lui permet de mieux servir son propos. Au-delà de cet aspect, Sauvages accepte la rupture diachronique qui a érigé le français en langue de culture et de pouvoir et réduit les usages de l’occitan. Certes, il faut bien rendre justice à l’occitan qui a été une ancienne langue vénérable, mais c’en est bien fini aujourd’hui ! Les références à la langue ancienne ne sont là que pour nourrir la curiosité de certains lecteurs (Sauvages, 1785, note a) :

Nous avons cru que les curieux de cet ancien langage verroient avec plaisir les différens extraits, ou les simples phrases que nous avons rapportées à l’occasion d’un terme qui en faisoit partie.

21On notera au passage la distance prise avec l’ancienne langue (« cet ancien langage ») qui tranche avec le patriotisme de certains passages évoqués précédemment quant au passé glorieux de cette même langue (« notre langue »).

22Ainsi le patriotisme linguistique de Sauvages ne va pas jusqu’à mettre l’occitan sur un pied d’égalité avec le français. Il accepte la prédominance actuelle du français, autrement dit la victoire de la langue d’oïl sur la langue d’oc dont il parle dans l’article « PATËS ». Rendre à l’occitan une certaine dignité, parler de « pur Languedocien » (Sauvages, 1785, iij) ne signifie pas pour autant donner à l’occitan les prérogatives du français, ni s’opposer à sa progression et l’ouvrage, ne l’oublions pas, est bel et bien destiné à faciliter l’accès au français, seule langue légitime au niveau national. Si Sauvages peut parfois être décrit comme un pionnier du renaissantisme linguistique du xixe siècle, c’est sans doute à son insu. Sauvages ne cherche nullement à « retrousser la diglossie », mais plutôt à mettre de l’ordre dans une hiérarchie linguistique qui lui apparaît comme acquise.

La graphie de Sauvages : symptomatologie diglossique

23Le français est donc aujourd’hui pour Sauvages une langue supérieure. Il est langue officielle, langue littéraire, langue « sérieuse », ce qui justifie que tous puissent accéder à la connaissance du français. Si le français est de mise avec les « étrangers » et les « supérieurs », l’occitan reste cependant la langue locale qui s’utilise dans le Midi à tous les échelons sociaux, mais ces usages sont clairement limités à certains domaines au sein d’une économie linguistique diglossique qui assigne clairement son rôle à chacune des langues (Sauvages, 1785, iij) :

La langue de la capitale a gagné depuis bien moins de temps les Provinces les plus reculées ; le goût de la littérature française s’y est répandu peu à peu ; cependant le languedocien est, encore aujourd’hui, non seulement la langue du peuple, c’est aussi celle des honnêtes gens qui ont été élevés dans cette Province, c’est la première qui se présente, et qu’ils emploient plus volontiers, lorsque, libre des égards qu’on doit à un supérieur ou de la gêne que cause un étranger, ils ont à traiter avec un ami ou à s’entretenir familièrement dans leur domestique. Le français, qu’ils ne trouvent guère de mise que dans le sérieux, devient ainsi pour la plupart une langue étrangère ; ils forcent nature lorsqu’ils y ont recours.

  • 11 « On ne pardonne point à un Languedocien qui pour avoir été quelques mois à Paris, s’avise à son re (...)
  • 12 « Nous leur passons cette plaisante bigarrure du ton de leur langue avec la nôtre, parce qu’il leur (...)

24Il existe donc une raison tout à fait pratique au projet de Sauvages de donner une graphie cohérente à une langue qui, si elle est considérée comme inférieure, n’en reste pas moins plus importante que le français, rapportée au nombre de locuteurs méridionaux. Elle peut être utilisée dans les limites qui lui sont assignées. Sauvages tente d’établir une adéquation entre la langue telle qu’elle est oralisée et ce qui reste d’espace à la production écrite locale, à l’expression de ce que Philippe Gardy appelle « l’oraliture » (Gardy, 1985). Il n’est pas question de développer ni de promouvoir l’usage de l’occitan. Sauvages aime l’occitan, il lui dénie la dénomination de « patois » et est même prêt à en défendre la bonne prononciation11 mais il ne va pas plus loin. Dans les décennies qui précédent la Révolution, l’idée d’une disparition de l’occitan ne se pose pas encore en principe. Sauvages considère sans doute que l’occitan, même subordonné et limité à certains registres d’emploi, s’insère encore de manière indispensable dans un dispositif linguistique dans lequel le français est reconnu comme langue prestigieuse et d’usage universel. Dans tous les cas, il convient pour Sauvages de définir cet espace, tout comme il convient de définir une nouvelle orthographe capable de signifier la place de cette langue. De la même manière, il convient de respecter la prononciation de l’occitan et de ne pas établir de confusion dans l’ordre linguistique. On peut avoir de l’indulgence envers les « Parisiens » qui écorchent l’occitan12, mais on n’acceptera pas qu’un méridional écorche le français car si l’occitan est la langue du terroir, le français, lui, est une langue sérieuse, avec laquelle on ne plaisante pas.

25Les choix orthographiques que Sauvages préconise participent donc de ce déclassement linguistique accepté. Sauvages reconnaît volontiers que c’est l’usage et l’héritage littéraires qui dictent les choix orthographiques actuels des « grandes langues ». Il souligne lui-même le caractère peu malléable des conventions graphiques (Sauvages, 1785, xviii-xviii) :

Il est convenu qu’elle [l’orthographe] doit être relative à l’étymologie des différens termes & qu’il n’est que très rarement possible d’y faire des changements.

26Mais s’il reconnaît à l’occitan un passé prestigieux, il retranche volontairement la langue moderne de l’ensemble des grandes langues de culture actuelles. La « Langue d’oc » ayant perdu son prestige dans son héritière actuelle qu’est le « languedocien », la graphie médiévale a perdu tout pouvoir de prescription pour l’orthographe moderne. Cette graphie appartient à une autre époque et Sauvages ne se sent absolument pas tenu de la respecter (Sauvages, 1785, xvii) :

Nous avons pris le parti de les copier, si l’on peut s’exprimer ainsi, mot par mot, & d’écrire le Languedocien précisément comme nous le parlons. Nous n’étions génés par aucune des considérations qui doivent rendre un Auteur réservé lorsqu’il écrit dans une langue déjà assujettie à des règles, & dont l’orthographe est en quelque sorte fixée, ou par les Grammairiens, ou par l’usage des bons écrivains ; elle doit être relative à l’étymologie des différents termes, & il n’est plus guère permis d’y faire des changements nous n’avons usé de notre droit que pour choisir entre les orthographes celle qui nous a paru la plus simple & la plus facile ; et nous l’avons si bien assujettie à la prononciation que nous osons assurer qu’elle en est la peinture fidèle.

27Il existe donc d’un côté un code graphique prestigieux qui rend compte à la fois de l’étymologie, de la grammaire, de l’héritage littéraire pour les langues de culture telles que le français, et de l’autre une forme phonétique, sans contraintes ni règles autres que personnelles pour l’occitan, langue assujettie.

28C’est sans doute une des caractéristiques majeures de la diglossie franco-occitane que ce droit à disposer comme on l’entend de la graphie et de la langue. En l’absence de tout caractère officiel, la langue maternelle est perçue comme une partie de l’intime et c’est cette appropriation linguistique qui semble autoriser tout un chacun à proposer ce qui lui semble le mieux convenir pour transcrire la langue. Pour Sauvages, le seul fait de connaître la langue « de l’intérieur » semble légitimer ses choix graphiques, là où le respect qu’il affiche pour le français empêche que l’on touche à son orthographe. Comme nous allons le voir, Sauvages n’est d’ailleurs pas peu fier de ses propositions (Sauvages, 1785, xvii) :

Mais ces loix ne sont point arbitraires ; nous n’avons usé de notre droit que pour choisir entre les orthographes, celle qui nous a paru la plus simple & la plus facile, & nous nous flattons de l’avoir si bien assujettie à la prononciation, qu’elle en est une exacte et fidèle expression.

Le système graphique de Sauvages

Graphie, nature et culture

29Le traité orthographique de Sauvages est relativement long. Il va de la page xv à la page xxxix dans la préface de 1785, autrement dit Sauvages consacre 24 pages à la graphie et à la prononciation. Ce traité est complété d’un tableau des diphtongues et triphtongues qui fait défaut dans l’édition de 1756. Sauvages y limite cependant les remarques aux sons qu’il définit comme « étrangers au français » et pour lesquels il propose des graphèmes spécifiques. Toutefois nous avons pu compléter le système graphique préconisé par Sauvages au fil des remarques faites dans diverses entrées du Dictionnaire.

30Si Sauvages critique le recours à la graphie française pour transcrire l’occitan, le système qu’il propose ne représente pas pour autant une remise en cause du déclassement diglossique de l’occitan et le système ne vise absolument pas à affranchir l’occitan du système graphique français. Le seul but poursuivi par Sauvages réside dans la mise en place d’une graphie phonétique qui soit au plus proche de la prononciation et puisse rendre compte de sons qui sont absents du français (Sauvages, 1785, xviii) :

  • 13 Souligné par Sauvages.

Il a été pour cet effet indispensable, non seulement de n’admettre dans les mots que les lettres qui se prononcent, mais surtout d’établir QU’ELLES SONNENT TOUTES, À QUELQUES EXCEPTIONS PRÈS ET QU’ELLES ONT LA MÊME VALEUR QUE DANS L’ALPHABET, OU LORSQU’ON LES ÉPELLE SÉPARÉMENT13.

31Sauvages part du principe que l’alphabet est inséparable de la phonétique, toutefois c’est bel et bien à partir des réalisations phonétiques françaises associées à l’alphabet latin que Sauvages bâtit son système graphique. La distanciation graphique et phonétique voulue avec le français ne peut faire l’économie de la norme graphique française. Ainsi tout son qui se prononce comme en français sera écrit comme en français. Le traité préliminaire n’aura donc pour but que de donner une orthographe propre aux formes qui ne correspondent pas à la prononciation française et pourraient à ce titre prêter à confusion.

32Et d’ailleurs, ce sont généralement les digrammes français qui prévalent, là-même où Sauvages connaît les digrammes occitans de la graphie occitane médiévale, preuve, s’il en faut, qu’il ne s’agit pas de rendre à la langue ses caractères propres, mais plutôt de définir un système de transcription dont la base orthographique reste le français. Dans tous les cas, à l’inverse de ce qui est avancé pour le français — langue de culture dont on doit respecter l’héritage graphique —, c’est selon lui pour l’occitan — revenu en quelque sorte à l’état de nature — la phonétique qui doit primer sur l’étymologie (Sauvages, 1785, xvii) :

Telle a été l’orthographe des langues dès l’invention de l’écriture : elle a dû peindre la parole & se régler sur la prononciation : on n’avoit aucune raison d’admettre des caractères qui ne se prononçant pas, n’étoient propres qu’à brouiller & embarrasser le Lecteur. On ne connoissait point les lettres muettes, on les faisoit toutes sonner en donnant à chacune le son qui y est propre.

33Sauvages conduit son entreprise lexicographique avec la grille du bon naturaliste qu’il est. Il veut rendre compte de l’occitan dans toute sa « naturalité ». C’est donc Sauvages lui-même et sa façon « naturelle » de parler l’occitan qui sont au centre de ses propositions graphiques (Sauvages, 1785, xvj) :

Nous avons pris le parti de les copier, si l’on peut s’exprimer ainsi, de mot à mot & d’écrire le Languedocien précisément comme nous le parlons.

Sauvages et la graphie classique

34Fidèle à son principe d’une graphie « naturelle » qui n’est en fait que la conséquence diglossique d’une incapacité à concevoir l’alphabet autrement qu’à travers la prononciation française des graphèmes qui y sont utilisés, Sauvages refuse les digrammes emblématiques <lh> et <nh> de la scripta médiévale pour rendre compte des palatales [λ] et [ɲ] parce qu’ils ne lui semblent pas « naturels ». Le naturaliste ignore sans doute que les choix graphiques reposent sur des conventions qui n’ont rien à voir avec la nature et que la mise en place de digrammes représente un moyen propre à chaque langue pour rendre compte de sons spécifiques (<ch> par exemple recouvre des prononciations bien différentes en français, en allemand, en espagnol, en italien). Pourtant Sauvages choisit <li> et <gn> alors même qu’il connaît <lh> et <nh> et qu’il connaît aussi d’autres langues qui font usage de codes graphiques différents (on peut penser notamment au <gli> de l’italien dans figlia).

35C’est avec cet argument du « naturel », qu’à la lettre L de son dictionnaire, il justifie le choix de <li>, pouvant se prononcer [λ]/[j] devant voyelle et qu’il critique par la même occasion la graphie <-ill> du français même si, eu égard au respect dû à cette langue « sérieuse », il ne peut que déplorer ce choix graphique mais ne peut se permettre d’imposer autoritairement un choix comme il se l’autorise pour l’occitan (Sauvages, 1785, L) :

L : On voit dans les plus anciens manuscrits languedociens, une orthographe particuliere dont on étoit convenu pour mouiller, l’l, qui consistoit à faire suivre cette lettre d’une h, sans y joindre la voyelle i, quoiqu’on la fit sonner dans la prononciation ; c’est ainsi qu’on écrivoit, ulh, falha,... Cette orthographe au reste, pour mouiller l’l, étoit aussi peu naturelle que celle qui est usitée en françois, pour certains mots, tels que fille, famille, &c. qu’il seroit plus simple & moins sujet à équivoque d’écrire, comme, filie, familie, c’est-à-dire, en mettant un i après une seul l, & ne faisant qu’une diphtongue des deux dernières voyelles ie, afin qu’on ne prononça pas, comme on le feroit en françois, famili-e, en séparant ces voyelles qui devroient être jointes en une vraie diphtongue. Voy Malia.

36Sauvages ne justifie pas en revanche le refus de <nh>, dont il se borne à enregistrer l’usage dans la langue médiévale, mais on supposera que ce qui vaut pour <lh> doit aussi valoir pour <nh>. Mais sans doute l’absence de « naturalité » qu’il doit accorder au digramme <nh> face au choix de <gn> vient de sa propre méprise que le poids du modèle graphique français lui fait faire. Piètre phonéticien, il parle de <g> « mouillé », là où il faudrait éventuellement parler de <n> « mouillé » pour qualifier la nasale palatale [ɲ], prenant le graphème <g> du français pour un son. La méprise de Sauvages vient de la difficulté qu’il a à distinguer niveau graphique et niveau phonétique. Il est clair que la linguistique en tant qu’objet n’est encore que bien peu définie au xviiisiècle et qu’il n’est pas rare de voir mêlées considérations philosophiques et linguistiques. Mais l’erreur majeure de Sauvages réside dans son incapacité à distinguer l’objet qu’est la langue face à la convention qu’est l’écriture d’une langue, faisant comme si l’écriture était un élément constitutif de la langue et non pas un outil de médiation linguistique. C’est donc tout logiquement qu’il place la nasale palatale [ɲ] à la lettre G :

  • 14 Sauvages veut sans doute parler du portugais.

Le G au contraire doit être mouillé ; lorsque dans le même mot il est suivi d’une n [...] pour orthographier cette prononciation du gn mouillé on subsituoit dans l’ancien languedocien une h au g. Ainsi pour écrire espagna, bëzogna, gazagnar ( ?), mossëgne, bagnol, on mettoit espanha, besonha, mossënhe, &c., orthographe qui subsiste encore dans la langue espagnole14.

Sons et digrammes

37Le traité liminaire de Sauvages a donc pour but de distinguer des sons qui ne doivent pas être prononcés comme en français. Les particularités phonétiques de l’occitan pour lesquelles Sauvages propose une graphie spécifique différente de celle du français sont de quatre types :

  • Les occlusives vélaires sourdes et sonores [k] et [g] et les affriquées [tʃ] et [ʤ] ;

  • Les voyelles [e] et [ε] ;

  • Les diphtongues ;

  • l’accent tonique.

  • 15 Notons au passage que l’on peut trouver là une justification du refus de Sauvages d’accepter <nh> et <lh>. </lh></nh> (...)

38C’est en premier lieu le <h> qui lui permet de distinguer les graphèmes propres à rendre compte d’un certain nombre de spécificités de l’occitan. Fidèle à son principe de s’en tenir à la seule prononciation, il ôte à <h> sa valeur étymologique (« êrbo ») et considère dans la foulée qu’il peut utiliser <h> à son gré car il n’est pas selon lui possible de lui donner une quelconque valeur phonétique15 (Sauvages, 1785, xxj) :

Nous nous sommes servis de la lettre H la moins capable d’induire en erreur puisqu’elle n’a pas de son qui lui soit propre.

39Ce genre de remarques récurrentes tendent à montrer que c’est toujours le français qui sert de référence, car il va s’en dire que si <h> n’a pas de valeur propre en français (encore qu’il signale un hiatus dans des formes comme « le héros »), l’argument n’a rien d’universel et renvoie une fois de plus à une vison diglossique dans laquelle le français domine.

40Sauvages oppose ainsi <jh> [ʤ] (« poujhë ou poujhët », poget) et <ch> [tʃ] (« puech », puèg). Pour illustrer ses choix, il donne des exemples du son qu’il définit ainsi en faisant appel à d’autres langues qui, on l’imagine, ne devaient pas être bien connues des personnes peu éduquées ou qui avaient des difficultés à parler français (Sauvages, 1785, xix) :

Nous commençons par la prononciation du ch Languedocien, elle est la même que celle du ch Espagnol dans mouchacho, de l’Anglois dans church ; du c Italien devant les voyelles e, i dans cecita.

Il énumère ensuite les diverses orthographes à proscrire :

  • <tch> : « tchamas » (chamàs) ;

  • <dj>, <ge>, <g> : « bardja, bargea, barga » (barjar).

41Les justifications de Sauvages quant à ces choix ou au refus des autres graphies sont relativement peu argumentées, même s’il s’essaie à quelques reprises à donner quelques précisions laborieuses de phonétique articulatoire pour justifier ses choix. Dans tous les cas, il affiche un mépris pour les auteurs qui écrivent à l’aide des graphèmes cités ci-dessus (Sauvages, 1785, xxi) :

Comme on le voit dans différentes petites feuilles dont les auteurs ne savent comment s’y prendre, pour rendre le son de cette lettre, qui est tout entier dans notre jh.

42L’argument est-il simplement esthétique ? Dans sa démonstration, Sauvages semble assez souvent à court d’arguments linguistiques. Le seul fait de connaître la langue et d’être en outre lettré semble lui donner des droits supérieurs de prescription graphique. On peut d’ailleurs douter de la logique de son système. Si la forme <jh> doit permettre d’éviter la prononciation [ʒ] qui correspond à <j> en français, dans quelle mesure <ch> permet-il de rendre compte de [tʃ] plutôt que de [ʃ] comme en français ?

43La distanciation voulue avec le français trouve ses limites dans la graphie des occlusives vélaires sourdes et sonores qu’il transcrit ainsi :

  • [g] : <gh> ;

  • [k] : <k> ou <q>.

  • 16 Certes, c’est aussi le choix fait par Pèir de Garros deux siècles plus tôt, mais chez lui cette dis (...)

44Le refus de <gu> et de <qu> est justifié par la volonté d’éviter la prononciation [gw] e [kw] (comme dans « aiguille16 »). On sait pourtant que cette prononciation en français reste marginale dans les formes populaires, tout comme est marquée la prononciation [kw] de <qu> qui renvoie à des formes savantes ou à des emprunts (quatuor par exemple). La fonction de <u> en français est bel et bien de noter le caractère occlusif de <g> [g] devant <e> et <i>, comme le fait d’ailleurs <h> en italien. Le choix de <gh> [g] fait par Sauvages est un emprunt évident au modèle graphique italien, langue pour laquelle il manifeste son intérêt à plusieurs reprises (Sauvages, 1785, xix-xx). On sait que Sauvages à effectué deux voyages en Italie pour étudier la sériciculture. Son admiration pour le caractère phonétique de l’italien écrit le fait pencher vers ce modèle, mais ce qui peut être juste et cohérent dans l’économie propre à un système linguistique ne s’importe pas arbitrairement, ni surtout partiellement, dans un autre système graphique. Si le <h> en italien permet de distinguer clairement les occlusives vélaires <ch> [k] et <gh> [g] (chilo, ghiaccio) des affriquées postalvéolaires <c> [tʃ] et <g> [ʤ] devant <e> et <i> (cento, gente), on voit que le système de Sauvages n’est qu’un bric-à-brac de systèmes hétérogènes, assemblés de manière hétéroclite. Chez Sauvages, l’insertion de <h> rend le système confus puisqu’il sert à la fois pour l’occlusive [g] (<gh>) et pour les affriquées [tʃ] (<ch>) et [ʤ] (<jh>).

45Pour le son [k], Sauvages aligne sa proposition graphique sur celle du [g] en supprimant le <u>, mais toujours prisonnier du modèle graphique français, il introduit une différence inutile sans aucune valeur phonétique en séparant les entrées en <k> et en <q>. En outre, l’introduction des formes médiévales dans l’édition de 1785 ajoute le digramme <qu>. Même s’il affirme n’avoir introduit <k> que sous la pression de certaines personnes qui le lui ont recommandé, le principe qui régit cette distinction semble provenir d’une volonté de conserver <q> là où le français à <qu>, mais d’utiliser <k> si le mot n’existe pas en français :

  • Q : qan, qatrë (quand, quatre),

  • K : kichâdo (quichada),

  • QU : est utilisé pour le v.l. quërer (quèrre).

46Non seulement cette distinction graphique complique inutilement le système et la nomenclature du dictionnaire, mais elle manifeste une fois de plus la perspective diglossique qui guide les choix de Sauvages : on rapproche ce que l’on peut rapprocher du français d’un côté à l’aide d’un code familier ou presque (<q>), mais de l’autre on marque du signe de l’étrangeté — par l’utilisation arbitraire du graphème <k> — les formes perçues comme autochtones ou distinctes du français. Il ne s’agit pas pour Sauvages de rendre compte phonétiquement de la langue occitane, mais de mesurer l’ensemble de ses spécificités à l’aune du modèle français.

Le système de diacritiques

Notation des voyelles

47Pour les voyelles, Sauvages veut rendre compte par la graphie d’une différence d’aperture vocalique en occitan par rapport au français. Il tient notamment à montrer que le [e] occitan est plus fermé que celui du français. De ce point de vue encore, Sauvages ne prend pas en compte la simple opposition qu’il peut définir en occitan entre voyelle ouverte et fermée, il tient à ce que la graphie qu’il met en place tienne compte de la distance qui sépare occitan et français, comme s’il s’agissait une fois de plus de signifier la place de l’occitan par rapport au français ou comme s’il s’agissait d’un sous-système graphique du français qui doit en permanence s’accorder avec les nécessités de la prononciation du français. Au <é> du français, il prévoit dans un premier temps d’opposer un <e̋> marqué de deux accents aigus, afin de notifier la fermeture supplémentaire que connaît l’occitan, mais y renonce pour des raisons de typographie et la signale à l’aide d’un simple tréma <ë>.

48Il définit ainsi un « e très fermé » qu’il compare au « e stretto » de l’italien, qui n’est d’ailleurs rien d’autre que la dénomination médiévale occitane de « e estreit » que lui donne les Donatz Proensals au XIII siècle. Sauvages oppose ce <ë> à un autre qu’il qualifie aussi de fermé et qu’il note « é » :

<ë> [e]

<é> [ε]

« Miralië »

« Miralié »

(miralhet)

(miralhièr)

« Irangë »

« Iranjhé »

(irange)

(irangièr)

49Cette opposition rend en fait compte d’une différence d’aperture qui oppose clairement une voyelle fermée [e] à une voyelle ouverte [ε] (irange [e], irangièr [ε]). On pourrait penser que Sauvages ne fait que rendre compte d’une spécificité dialectale : l’absence d’ouverture de la voyelle finale du suffixe <-ièr> caractéristique d’une partie du languedocien le plus oriental, dont la prononciation se rapproche de celle du provençal voisin ([buˈjε] boièr, en languedocien se prononce ([buˈje] en provençal). Mais au bout du compte le <é> moins fermé que le <ë> n’est rien d’autre qu’un <e> ouvert [ε]. Sauvages écrit effectivement « iuél » (uèlh) là où les atlas actuels donnent [jɥεl] (Uzès, ALLOr 30.13) ou [jεl] (Monteils, ALLOr. 30.07). C’est donc une fois de plus une perspective diglossique, une comparaison des voyelles françaises et occitanes, qui lui impose ces choix graphiques. Le système vocalique de l’occitan se dessine par rapport au système vocalique français et non par rapport à un système qui lui est propre.

Notation des diphtongues

50L’autre diacritique qui joue un rôle essentiel dans la graphie de Sauvages est l’accent circonflexe auquel Sauvages attribue deux fonctions distinctes : celle de repérer les diphtongues et celle de noter la tonique comme nous le verrons plus bas.

51Dans les diphtongues, le circonflexe permet de distinguer la voyelle syllabique, que Sauvages appelle le « son reposeur », de la semi-voyelle, qu’il appelle « son transitoire » (Sauvages 1785, xxxiij) :

  • « Pêiro », [pεjrɔ], pèira ;

  • « fôirë », [fɔjre], fòire ;

  • « mâirë », [majre], maire.

52Le système se bâtit toujours par référence au français et la notation des diphtongues en est un bel exemple (Sauvages, 1785, xxviij) :

En françois [...] ce qui est diphtongue pour les yeux, ne l’est pas toujours pour l’oreille.

  • 17 D’autres langues ont enregistré dans la graphie moderne les phénomènes de monophtongaison comme par (...)

53Sauvages fait une fois de plus une confusion entre les digrammes du français qui représentent majoritairement des monophtongues et les diphtongues de l’occitan qu’il a du mal à représenter avec les digrammes de la graphie médiévale. Il s’agit pourtant bien dans chaque langue d’une convention différente, si l’on considère par exemple qu’en anglais le simple graphème <a> peut noter une diphtongue ou encore que le français perpétue la notation d’anciennes diphtongues là où on n’entend plus que des monophtongues (fait, lait17...).

54Paradoxalement, le système semble prévu pour les francophones afin qu’ils ne réduisent pas les diphtongues à de simples voyelles, car il y a sans doute peu de chances qu’un occitanophone ne puisse pas identifier les divers digrammes spontanément comme des diphtongues :

C’est ce qui jette dans de singulières équivoques les habitans des Provinces françoises dont l’organe ne se plie qu’à peine à notre prononciation ; ils diront, par ex. M. la Vesse, pour M. la Vâisse ; une messe, pour une mâisso ; c’est-à-dire mâchoire, des fesses, pour des fâissos...

55D’ailleurs, dans le tableau des diphtongues qu’il propose, Sauvages précise curieusement la prononciation française erronée des diphtongues occitanes, comme s’il s’agissait effectivement d’aider les francophones à prononcer correctement l’occitan. Il semble que par moments Sauvages perde de vue la ligne directrice de son ouvrage qui est d’aider les occitanophones à mieux parler le français, mais il ne dérive pas pour autant vers une défense de l’occitan. Il ne s’agit probablement pas non plus d’aider les francophones à acquérir une bonne prononciation de l’occitan. On pourrait sans doute ranger certains aspects de son dictionnaire au rang de ses activités de naturaliste. Sauvages établit une sorte de précis d’histoire naturelle de la langue occitane qui peut représenter un intérêt pour les francophones curieux des usages linguistiques méridionaux (Sauvages, 1785, xxxix) :

DIPHTONGUES LANGUEDOCIENNES

PRONONCIATION FRANÇOISE

âi

dans

mâisso

machoire

messe, ou maïsse

êi

dans

pêiro

pierre

pere

i

dans

fouzire

laboureur

fouzere, ou fouzeïre

ôi

dans

fôirë

labourer à la maille

Fouère, ou foire

oûi

dans

doûirë

jarre

douïre

âou

dans

nâou

auge à cochons

nau, ou no

êou

dans

pêou

cheveu

pou, ou pé-ou

ëou

dans

fëouze

fougère

fe-ouse, ou fouse

io

dans

bôrio

métairie

bori

iou

dans

faliou

brandon

îou

dans

sîourë

liége

si-oure

ôou

dans

fôourë

bagage

fo-oure

ouo

dans

câouo

chose

Voici ce que donne la transcription phonétique du système graphique des diphtongues de Sauvages :

âi

[aj]

êi

[εj]

ë̂i

[ej]

ôi

[ɔj]

oûi

[uj]

âou

[aw]

êou

[εw]

ëou

[ew]

io

[jɔ]

iou

[ju]

îou

[iw]

ôou

[ɔw]

ouo

[wo]

56Même si elle ne fait pas partie des diphtongues autochtones de l’occitan, il est assez intéressant de noter que Sauvages n’a pas mentionné la forme [wε] dans l’inventaire des diphtongues qui selon le système de Sauvages devrait s’écrire <oué>, même s’il fait mention d’une possible erreur de prononciation de la diphtongue <ôi> [ɔj] par des francophones qui pourraient la lire [wε] selon les conventions françaises en vigueur à l’époque (« Fouère »). Il ne faut pas voir là une volonté de puriste d’exclure une diphtongue issue du français dans les francismes car il en fait usage à plusieurs reprises dans son dictionnaire (« descroutouér », « vantouer »). À la différence des formes de l’ancienne langue qui sont marquées comme telles, le francisme occupe une place identique aux autres entrées dans le dictionnaire et n’est jamais signalé comme tel. Il arrive même que le francisme représente l’entrée principale du dictionnaire, suivie de la forme autochtone quand celle-ci est connue :

VANTOUER, ou bantal ; un éventail pour s’éventer ; & non pour se vanter.

57Sauvages a dû considérer que la forme <oué> ne pourrait pas prêter à confusion puisque cette diphtongue est d’un usage commun en français du xviiie siècle même si elle y est graphiée <oi> (moi, toi, roi, etc.). Mais il peut tout aussi bien s’agir d’un oubli puisque la diphtongue [wε] apparaît illustrée par un francisme dans la catégorie des triphtongues (Sauvages, 1785, xxxix) :

ioué

dans

ajhinouliouér

prie-dieu

58Sauvages semble tellement convaincu par son système qu’il ne se rend pas compte du poids de la diglossie sur ses choix. À la remarque selon laquelle des « personnes ont été choquées de voir deux o de suite dans notre orthographe de certains mots, tels que môoure, nôou, &c » (Sauvages, 1785, xxvij), il répond par des arguments esthétiques issus de son appréciation personnelle :

L’orthographe que nous suivons est si bien fondée ou rend si exactement notre prononciation, que si au lieu de la voyelle ou nous ne mettions que l’u simple en écrivant, nau, neu, viu, catiu, leu, miou, pou, &c. nous défigurerions ces termes, au point qu’on ne sauroit ce qu’ils signifient, ou bien nous leur donnerions tout un autre sens.

  • 18 Pour servir son propos, Sauvages n’hésite d’ailleurs pas à falsifier le texte et la graphie du Nouv (...)

59Nous remarquerons au passage que Sauvages évite soigneusement de dire que ce système était celui qui était utilisé dans les formes médiévales originales qu’il a retranscrites18. Si Sauvages conserve partiellement le système orthographique original lorsqu’il propose des formes médiévales (notamment les digrammes <nh> et <lh>), il révise complètement l’orthographe des voyelles du système médiéval et notamment des diphtongues qu’il adapte à son système. On voit ainsi se côtoyer deux entrées du dictionnaire de forme quasi identique, la définition de la forme ancienne n’étant la plupart du temps qu’une des diverses définitions de la forme moderne :

  • SÂOUMÂDA ; v.l. Une charge de bête de somme ;

  • SÂOUMÂDO, [...] ce qui fait la charge, ou la somme d’une bête de somme.

60Une fois le système scriptique médiéval transformé, et alors même qu’il utilise le digramme typiquement français <ou> pour la transcription de [u], Sauvages n’a donc apparemment aucune gêne à soutenir la thèse de l’originalité de la langue occitane qui permet d’expliquer les formes qu’il préconise au risque de choquer le lecteur (Sauvages, 1785, xxvij) :

Nous pourrions dire d’abord, que le Languedocien étant un langage à part ou à soi & totalement différent du françois ; il n’est pas étonnant qu’il ait son orthographe particulière & différente de la françoise :

  • 19 Ainsi que le fera d’ailleurs Fabre d’Olivet en s’inspirant partiellement du système de Sauvages (vo (...)

61Sur cette transcription des diphtongues, Sauvages est d’ailleurs de mauvaise foi dans la mesure où il énumère toutes les possibilités d’erreurs de prononciation que l’on peut commettre si on ne tient pas compte de la valeur de <ou> dans les diphtongues, mais qu’il oublie complètement de préciser ce que pourrait donner la prononciation de type ôu, âu, etc., autrement dit en reprenant le système ancien de transcription des diphtongues et en y ajoutant le système de circonflexes qu’il préconise ailleurs19.

Notation des toniques

62On peut reconnaître à Sauvages le mérite d’être un des premiers à prendre conscience qu’il faut trouver un moyen de noter la tonique dans les mots afin de lever un certain nombre d’ambigüités. Mais cette nécessité n’est cependant qu’une conséquence indirecte de la notation phonétique qu’il préconise. Dans le dialecte alésien de Sauvages, les occlusives finales ne se prononcent pas, mais leur présence sous-jacente implique une accentuation oxytonique. Aussi, en choisissant de donner à l’accent circonflexe deux fonctions (notation de l’accent tonique et des diphtongues), il complexifie le système à outrance. Dans l’édition de 1756, l’accent circonflexe ne doit servir qu’à la notation de la tonique des paroxytons (Sauvages, 1756, xxvii) :

Nous n’avons guère marqué d’un accent circonflexe que la pénultième des mots, parce que c’est la seule dont la longueur influe sur la prononciation ; on peut sans inconvénient faire d’une même mesure toutes les autres syllabes qui n’ont point de circonflexe.

63Il faut donc lire « COÛBLE » (coble [ˈkuble]) comme un paroxyton et « COUBLË » (coblet [kuˈble]) comme un oxyton. En l’absence de signe spécifique, c’est bel et bien <Ë> final qui devient tonique. Une fois de plus c’est le système français qui représente la réalisation par défaut : la dernière syllabe porte régulièrement la tonique et l’accentuation des paroxytons apparaît comme marquée par l’usage nécessaire du diacritique.

64Pourtant, dès la première édition de 1756, Sauvages se contredit et surmonte l’entrée coblet du dictionnaire d’un circonflexe, à la différence de ce qu’il avance dans la préface :

COÛBLË, une couple & non un couple [...]
COUBLË̂, Solive, s.f.

65Finalement, dans l’édition de 1785, Sauvages semble systématiser l’emploi du circonflexe sur les oxytons lorsqu’il y a une confusion possible avec un autre forme paroxytonique homophone. Le système n’est pas réellement justifié, et il faut pratiquement atteindre la lettre S du dictionnaire de 1785 pour trouver une explication à ce changement :

SÂOUZË̂, Sâouzët ; diminut. de Sâouzë ; petit saule. L’élévation de la voix sur l’ë final très fermé d’un mot, & marqué d’un chevron, est la marque d’un diminutif. L’ë final de Sâouzë ; saule, est un ë très fermé féminin : il est masculin dans le diminut. Sâouzë̂.
SÂOUZË, Sâlze, ou alba ; saule [...].

66Sauvages a certainement réalisé que l’accent circonflexe servant à distinguer les diphtongues risquait de l’emporter sur la place de la tonique puisqu’il partage deux fonctions distinctes.

67En fait, dès 1756, et contrairement à ce qu’il avance dans la préface, le circonflexe est utilisé plus largement pour la notation des oxytons, mais Sauvages semble privilégier cette notation pour signaler la chute d’une occlusive finale (« COUGN », conhat), alors que les infinitifs ne sont pas signalés de manière spécifique (« COULA », colar ; « CHÂOUPI », chaupir), pas plus que ne le sont les formes plus généralement terminées par le suffice -ador (« CRËMADOU »). Dans tous les cas, il généralise clairement le système en 1785, en proposant l’accentuation sur la dernière syllabe pour signaler la chute d’une consonne occlusive finale (« LËNGÂDO », lengada opposé à « LËNGADÔ », Lengadòc ; « MÂRGO », marga opposé à « MARGÔ », Margòt).

68La notation phonétique, on le voit, pose à Sauvages des problèmes infinis et insolubles. La diversité dialectale de l’occitan semble peu compatible avec un système graphique phonétique qui doit sans cesse être repensé au fur et à mesure que sont introduites de nouvelles entrées qui perturbent le système en place. Le système graphique de Sauvages est un véritable paradoxe diglossique. Sauvages connaît l’héritage graphique ancien de l’occitan. Il reconnaît le poids de l’héritage culturel pour le français qui sacralise la graphie, mais le refuse à l’occitan au nom de la « naturalité », cette naturalité n’étant rien d’autre pour lui que la langue maternelle, langue intimement liée à son origine. Sauvages ne prétend pas redonner une dignité perdue à la langue occitane qui a définitivement quitté les registres « hauts » qu’occupe le français à présent et il n’est pas question de chercher à les reconquérir. Le réglage graphique que préconise Sauvages ne poursuit pas d’autre but que de proposer un système soi-disant cohérent pour une langue subordonnée. Dans L’Écriture du Provençal (Merle, 1990, 195, note 2), René Merle écrit au sujet de Sauvages :

L’ambition de Sauvages est de poser le languedocien en langue. Mais il ne se donne pas les moyens graphiques de soutenir cette ambition. Son but, en adoptant une écriture patoise se démarquant des signes adoptés pour la graphie de la langue dominante, est de marquer la spécificité de la langue d’oc et d’être lisible.

69Il n’est pas certain au bout du compte que Sauvages cherche véritablement à défendre le « languedocien ». Il vaudrait sans doute mieux dire que c’est l’ancienne langue d’oc que Sauvages pose en langue, mais que les moyens graphiques délibérément mis en œuvre pour rendre compte de la langue actuelle témoignent à l’évidence d’une conception de l’occitan comme langue subordonnée face à un français dominant.

Autour du dictionnaire de Sauvages

La diglossie : une fatalité incontournable ?

70La diglossie est-elle une fatalité incontournable en cette fin de xviiie siècle ? Si elle semble déjà bien ancrée dans les divers discours et sûrement déjà dans la tête des locuteurs de l’occitan, on citera cependant l’exemple du Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin D’Achard paru la même année que la seconde édition du dictionnaire de Sauvages, soit en 1785. Dans son propos, Achard semble tout à fait décomplexé par rapport à une quelconque hiérarchie linguistique. Il publie d’ailleurs quelque temps après la sortie du premier tome contenant le Vocabulaire Provençal-François, un second tome contenant le Vocabulaire François-Provençal, dont le but clairement exprimé est de faciliter l’accès au provençal à ceux qui ne le parlent pas. On est bien loin de Sauvages et de l’esprit des gasconismes corrigés même si le dictionnaire d’Achard peut également être conçu au passage comme une aide pour s’exprimer en français (Achard, 1785) :

Le Vocabulaire de la Langue provençale que nous donnons au Public est destiné à faire revivre le génie de cette Langue ; l’utilité de cet ouvrage n’est point resserrée dans des bornes étroites. Les Sçavans de tous les pays seront charmés d’y redécouvrir l’étimologie de plusieurs mots François & Italiens. Les commerçants qui viennent établir leur demeure en Provence, y trouveront les expressions du peuple. Les Navigateurs et les Artisans pourront y apprendre les mots techniques de leurs professions. Les personnes destinées à soulager l’humanité soufrante y découvriront les termes employés pour exprimer certaines plantes dont les noms François et Latins diffèrent essentiellement du Provençal. Les Provençaux eux-mêmes y trouveront la traduction de certains mots, qu’ils rendent souvent par de longues périphrases, faute de connoître les termes françois qui correspondent.

71Achard n’hésite pas à rejeter en bloc la graphie phonétique qui, selon lui, ne peut qu’être source de multiples confusions. Il va donc utiliser des formes plus proches de l’étymologie et de la langue ancienne pour lever les ambigüités. S’il critique ceux qui écrivent la langue comme on la parle (faut-il y voir une critique à l’adresse de Sauvages ?), c’est pour mieux réfuter les graphies de type phonétique et justifier le choix d’une graphie plus proche de l’étymologie (Achard, 1785, xij.s) :

Tous les auteurs modernes qui ont écrit en provençal se sont fait une orthographe arbitraire ; le plus grand nombre a écrit le Provençal comme on le parle ; De là la confusion entre les Infinitifs & et les Participes, & une variation constante dans certains mots qui rend la Langue Provençale très difficile à lire, pour ceux qui n’en ont pas contracté l’habitude. Nous avons cru devoir établir une Sintaxe provençale qui se rapprochant de l’ancienne, facilitera aux Provençaux la lecture des Écrivains en cette langue qui viendront après nous, ou qui nous ont précédés.

72Il n’est donc pas question pour Achard de mettre en place un sous-système du français et la distance graphie-phonie trouve au-delà de sa fonction de distinction des formes homophones une réelle justification dans l’observation des réalisations dialectales (Achard, 1785, xvij) :

Nous avons distingué les Infinitifs des verbes par une R finale. Les Paricipes & les Adjectifs masculins se terminent par un T. Nous écrivons acabar, achever, & acabat, achevé, quoique nous prononcions acaba dans l’un & l’autre sens. Nous sentons bien que cette orthographe doit gêner les Poëtes provençaux, mais c’est la plus naturelle & les Provençaux qui habitent dans les montagnes ont conservé la prononciation finale des lettres R et T, preuve certaine qu’elles existent dans notre langue.

Achard justifie également la marque <s> du pluriel par une approche à la fois diachronique et synchronique de la langue (Achard, 1785, xiv) :

Les articles le, la, les que l’on rend communément par lou, la, leis, se prononçoient différemment au pluriel dans l’ancien Provençal. Les paysans disent encore, lous & las, au lieu de leis. L’article aux, que nous rendont pas eis, s’exprime dans les campagnes par as, ou os. Ainsi au lieu de dire, eis dansos, aux danses, l’on dit as dansos ou os dansos.

  • 20 On ne sait pas toujours d’ailleurs si certaines formes dans lesquelles sont notées la marque de l’i (...)

73En puisant dans les ressources historiques et en observant de près les réalisations dialectales, Achard résout la plupart des questions insolubles que se pose sans doute Sauvages la même année. Chez Sauvages l’association des formes anciennes et des formes modernes introduit une confusion graphique importante20. Tout en privilégiant la prononciation du languedocien d’Alès qui, comme le provençal, ne connaît pas la prononciation des occlusives finales, Sauvages ajoute très souvent en minuscule la prononciation languedocienne plus occidentale ou méridionale, même s’il n’est pas en mesure de préciser l’aire d’emploi de telle ou telle forme (« BOS, ou bosc »). Un certain nombre de modifications dans l’ordre des entrées de l’édition de 1785 semblent indiquer que c’est l’ordre définitif qu’il s’est imposé. Dans l’édition de 1756, on trouve effectivement « CAP, ou ca », mais la forme est rectifiée en « CA, ou cap » dans celle de 1785. La forme avec occlusive finale semble permettre de lever l’homonymie à côté de la forme « CA, ou cat » qui n’existait pas dans l’édition de 1756. Dans tous les cas, c’est bel et bien la forme la plus occidentale qui, dans l’édition de 1785, permet au lecteur de distinguer les entrées. Le postulat de base de vouloir à tout prix rendre compte au plus juste de la prononciation, non seulement réduit la portée de son dictionnaire, mais entraîne une complexification du système.

74L’exemple du dictionnaire d’Achard est bien la preuve que l’on peut avoir une attitude totalement décomplexée face à la diglossie, même si la portée du dictionnaire et l’entreprise est à l’opposée de celle de Sauvages. Pour Achard, le terme « provençal » n’est pas comparable à la définition qu’en donnera Mistral dans le Tresor dóu Felibrige ni au terme « languedocien » qu’utilise Sauvages dans le sens de langue d’oc moderne. Même si Achard considère, comme Sauvages, que la langue moderne n’a plus qu’un lien lointain avec l’ancienne langue, la vision de la langue qu’il défend est en revanche bien plus étroite que celle de Sauvages puisque c’est le seul dialecte provençal qu’il érige en langue, nettement distincte des autres dialectes de la langue d’oc.

Sauvages : un modèle graphique ?

L’abbé de Sauvages et l’abbé Fabre

75Les ressemblances entre le système graphique de l’abbé Sauvages et celui de l’abbé Fabre à partir de Jean-l’an-prés, sont assez frappantes, notamment pour la notation des diphtongues et de la tonique. Quel est le lien de parenté entre la graphie proposée par Sauvages et celle de Fabre ? La rédaction de la première version de Jean-l’an-prés daterait de 1756 (Fabre, 1988, 19). Fabre a-t-il adapté et simplifié le système de Sauvages ? On peut penser que Fabre a pu connaître les travaux de Sauvages commencés une décennie avant la parution du dictionnaire en 1756 et qu’il s’en est inspiré.

76À quelques détails près, le système de notation des diphtongues et des toniques est identique chez Fabre et chez Sauvages,

Sauvages

Fabre

âi

âï aî(tonique) / aï (atone)

ëi

éï

êi

êï

ôi

ôï

oûi

oüi

âou

âou / aôu (parfois)

êou

êou

ëou

-

io

îou

îou

ôou

ôou

oué

oî / oi

77Même s’il n’est pas absolument cohérent dans l’usage qu’il en fait, Fabre fait un usage plus systématique de l’accentuation à l’aide de l’accent circonflexe, notamment pour le marquage des paroxytons, mais le dialecte oriental de Fabre introduit une difficulté supplémentaire : la nécessité de distinguer <a> final post-tonique, prononcé [a] et <â> tonique (Fabre, 1988, 23) :

  • aco soulâgea bén un hômme ;

  • que pourtâva sous quâtré pêoussés abbatus.

78Fabre utilise souvent le tréma pour rendre compte des diphtongues, ce qui lui permet de réserver le circonflexe à l’usage de la tonique et de changer le <ë> fermé de Sauvages en <é>. À la différence de Sauvages, Fabre n’a pas la nécessité de signaler la place des formes oxytoniques par un accent circonflexe dans la mesure où, chez lui, les occlusives finales sont prononcées. Si Fabre a pu profiter de la première édition de Sauvages pour la transcription de Jean-l’an-prés, il n’a sans doute pas jugé bon de suivre les préconisations de Sauvages à la lettre pour la transcription des consonnes. Il conserve les <h> étymologiques (hounêstas gens) et ne tient pas compte, s’il en a eu connaissance, des digrammes <gh> et <jh> de Sauvages (séguêre changear, changêre, veja, jalarêa). La comparaison de la graphie de Fabre en lien avec celle de Sauvages mériterait sans doute une étude plus approfondie, mais on sent bien que le modèle graphique de Sauvages a dû susciter de nombreuses interrogations chez les auteurs languedociens confrontés à la nécessité d’adapter un système graphique phonétique aux exigences du dialecte qu’ils utilisent.

79Dans tous les cas, le développement de l’écrit en languedocien oriental à la fin du xviiie siècle profite de la graphie de Sauvages qui semble s’être érigée en modèle, même si cette graphie se trouve très souvent modifiée, simplifiée, corrigée. Le dictionnaire de Sauvages reste une des rares références lexicographiques pour le languedocien, encore plus pour le languedocien oriental. Qu’il s’agisse de l’abbé Fabre ou des auteurs qui viendront dans les décennies suivantes, c’est la possibilité de se référer à une norme, perçue comme locale, qui permet à ceux qui l’utilisent la valorisation de l’idiome local. À propos de Tandon, auteur montpelliérain de contes et de fables, René Merle écrit (Merle, 1990, 447) :

Le choix de la langue d’oc procède de la marge provisoire tolérée à la littérature d’oc si elle se défausse de ses grandes ambitions [...] Le patois convient à la fable, au conte, à la pièce anacréontique, l’employer ne vise donc pas à prouver qu’une langue existe, qu’elle peut avoir ses lettres de noblesse, mais d’utiliser le meilleur instrument pour un certain registre.

  • 21 « Létur, s’avès empâouque d’enduljhenço, etc. » (Gardy & Martel, 2009, 482).
  • 22 Le texte de Pons « Lous jhos de mots » est cité par René Merle dans sa thèse (Merle, 1990).

80On pourrait sans doute ajouter que la graphie locale inspirée par le modèle de Sauvages participe de ce processus. Elle reste subordonnée à la graphie française comme le sont les registres dans lesquels elle est utilisée. La plupart des personnes qui se réfèrent à Sauvages, n’en reprennent cependant presque jamais le système dans son ensemble. On le trouve utilisé assez fidèlement chez le poète cévenol Mathieu Lacroix21, signe que Sauvages a réussi à imposer une forme graphique locale ou encore à Montpellier chez Pons22 qui abandonne le système de diacritiques tout en conservant les notations de type <jh> ou <gh>. Mais le système de Sauvages, dans son ensemble trop complexe et trop étroitement lié à une réalisation dialectale étroite, ne sera jamais véritablement repris à la lettre.

Sauvages : un modèle paradoxal

81Dans tous les cas, si la graphie de Sauvages est partiellement utilisée, elle finit par l’ être dans une perspective bien différente de celle de Sauvages qui proposait de distinguer certains sons spécifiques que les graphèmes du français semblaient ne pas pouvoir exprimer correctement. Renaud, le libraire-éditeur de Tandon (1800), explique les choix et la distance prise par rapport au système de Sauvages. Si cette graphie reste une référence à Montpellier, le but poursuivi par l’éditeur est de rapprocher l’orthographe de celle du français (cité par Merle, 1990, 551) :

On s’est rapproché autant qu’il a été possible dans l’impression de ce petit ouvrage, de l’orthographe française, non seulement pour rendre plus facile la lecture du patois ; mais pour ôter aux mots ce qu’ils présenteraient d’extraordinaire et d’étranger, si comme l’a fait M. l’abbé de sauvages dans son dictionnaire, on mettait à côté les unes des autres, pour former un même mot des lettres qui ne sont jamais ainsi placées dans le français. Nous ne citerons que le mot Jhardinié, que nous écrivons simplement Jardiniè ; celui de Jhutariè (Juiverie) que nous écrivons Jutariè, et celui de Ghèra que nous préférons écrire Guèra, parce qu’il se rapproche davantage de celui de guerre en français.

82Il ne s’agit plus, comme le voulait Sauvages de marquer la spécificité de la langue occitane, mais à travers la simplification du système de Sauvages de rapprocher le « patois » de la norme française afin d’en faciliter la lecture.

83L’ambivalence du projet de Sauvages se retrouve dans la réception de son dictionnaire. Chacun y prend ce qu’il considère comme bon à tel point que le dictionnaire servira tout autant les défenseurs du monolinguisme français que les partisans de la langue d’oc.

  • 23 C’est d’ailleurs un des usages possible de son dictionnaire que propose Sauvages. Il part du consta (...)

84Il est évident que le dictionnaire de Sauvages deviendra involontairement un modèle du genre dans le mouvement de redécouverte de l’occitan comme le soulignera Raynouard par exemple dans son compte-rendu de la réédition de 1820 du dictionnaire, même si ce dernier s’intéresse bien plus au travail de collecte d’un patrimoine linguistique en voie d’extinction qu’à la vitalité même de la langue23 (Raynouard, 1824, 180) :

Convaincu de la grande utilité des dictionnaires des divers patois de la France, j’ose émettre le vœu que les personnes zélées qui s’occupent de la recherche des antiquités nationales, ne dédaignent pas le soin de recueillir les débris de l’ancien idiome des divers pays [...] et d’en composer des dictionnaires. Je ne doute pas que la publication de tels ouvrages ne fût encouragée et par le gouvernement et par les autorités locales. On aurait pour ce travail un bon modèle dans celui de l’abbé de Sauvages, et je ne puis qu’applaudir au zèle et au talent de M. Dhombre-Firmas, qui a procuré et dirigé la nouvelle édition du dictionnaire languedocien de son oncle.

85D’autres n’oublieront pas que le dictionnaire de Sauvages est surtout destiné à favoriser l’apprentissage du français. Villa qui publie à Montpellier les Nouveaux gasconnismes corrigés tient à marquer sa filiation avec Sauvages. En tant que disciple qu’il a connu personnellement, il entend avancer le nom de Sauvages comme caution scientifique pour promouvoir l’usage du français (Villa, 1802) :

Je me suis servi très avantageusement du Dictionnaire Languedocien-François du vertueux et savant abbé de sauvages, qui m’honoroit de son amitié, et dont j’ai quelquefois partagé les travaux.

Sauvages et Fabre d’Olivet

86Dans les décennies qui suivent la parution de son dictionnaire (et sa réédition en 1820) Sauvages deviendra également une référence incontournable lorsqu’il s’agira de faire des choix graphiques pour la transcription de l’occitan. Fabre d’Olivet voulant mettre en place une graphie étymologique qui rende justice à l’ancienne langue critique férocement dans sa Grammaire les principes mêmes qui ont guidé Sauvages dans ses choix graphiques même s’il ne le cite pas nommément (Fabre d’Olivet, 1989, 59) :

Dans quelque langue que ce soit, il faut commencer par savoir l’orthographe avant d’écrire, et surtout avant d’écrire un dictionnaire ; or, celui qui a fait le dictionnaire qui a cours aujourd’hui dans le Midi de la France ne le savait pas ; Il ne distinguait pas, quel triste lexicographe ! le singulier du pluriel dans les substantifs, ni ce qu’on appelle l’infinitif, du participe dans les verbes ; Il prétendait écrire les mots oscitaniques, comme les écrirait un écrivain français avec l’orthographe française ; sans voir que ces choses sont incompatibles. Aussi, c’est un vrai galimatias qui est sorti de ses mains.

87Dans la préface du dictionnaire de Fabre d’Olivet, l’identité de notre lexicographe est partiellement révélée mais la critique de son incohérence demeure féroce (Fabre D’Olivet, 1989, 222-223) :

Dans la première édition de mon Troubadour en 1804, j’exprimais vertement ma pensée à l’égard de celui de M. l’Abbé S... ; et quoique cet ouvrage ait gagné considérablement dans l’édition qui en a été faite à Nîmes [...] il est encore fort éloigné de la perfection sous la rapport de l’orthographe et des principes de la grammaire ; C’est toujours le même galimatias alphabétique, où l’ignorance la plus profonde des premiers éléments de l’idiome oscitanique se manifeste à chaque mot [...] Enfin, il montre trop évidemment qu’il regarde comme un patois la langue dont il s’occupe.

88Fabre d’Olivet a effectivement très bien compris que la justice que Sauvages veut rendre à la langue occitane ancienne ne l’empêche pas au bout du compte de considérer la langue moderne comme un « patois », ou du moins d’accepter servilement son déclassement face à la primauté du français.

89Même s’il réorganise complètement le système de diacritiques pour les voyelles et pour l’accentuation, toutes ces critiques n’empêchent cependant pas Fabre d’Olivet de s’inspirer de Sauvages ou du moins d’être profondément marqué par son travail. Il lui reprend en effet la notation de [e] par <ë> sans préciser d’où vient cette forme (Fabre d’Olivet, 1989, 53) :

Lorsque ce son qui ordinairement est très doux devient ferme [sic], et surtout à la fin des mots, je l’ai marqué du tréma Ë comme dans rën ou , rien, , foi, halë, haleine, beguëm, buvons, etc.

90Il réorganise le système de diacritiques et notamment du circonflexe proposé par Sauvages en l’adaptant à la notation médiévale des diphtongues (Ieû, beû, raûc), même si, chez lui le circonflexe pour la notation des diphtongues signale que la voyelle devient semi-voyelle. En fait Fabre n’a de cesse de situer ses choix par rapport aux choix de Sauvages. Il va même jusqu’à utiliser le système de Sauvages comme une graphie phonétique pour rendre compte de la prononciation de son propre système graphique, signe sans doute de la popularité que ce système a pu acquérir (Fabre d’Olivet, 1989, 57) :

  • 24 Il s’agit du son simple [u] exprimé par le digramme français <ou>. Comme Sauvages, Fabre d’Olivet a du </ou> (...)

La diphtongue24 ou [qu’il écrit aussi Ö] se prononce comme en français, excepté le cas où elle est marquée de l’accent circonflexe, , auquel cas on la prononce ôou.

91C’est encore Sauvages qu’il plagie lorsqu’il propose des éléments de linguistique comparée allant jusqu’à copier presque mot à mot les remarques de Sauvages (Fabre d’Olivet, 1989, 55) :

CH. Cette double consonne renferme le son analogue à la consonne J. Elle se prononce tch, comme chez les Espagnols dans les mots muchacho, ou comme chez les Anglais dans le mot church.
[Sauvages : Nous commençons par la prononciation du ch Languedocien, elle est la même que celle du ch Espagnol dans mouchacho, de l’Anglois dans church.]

Sauvages et les excès de l’ethnocentrisme dialectal

92C’est aussi la graphie phonétique de Sauvages qui sert de modèle à Louis Aubanel pour écrire ses Odes d’Anacréon même s’il ne le cite pas nommément (Aubanel, 1814) :

Je n’ai pas recherché au juste quelles sont leurs distinctions, mais les mots suivants : saralié, serrurier ; miralië, petit miroir [...] ; iranjë, orange, ont dans leurs e des inflexions telles qu’il faudrait de nouveaux accens pour les distinguer [...].

93On retrouve chez Aubanel la même idée qu’exprimait déjà Sauvages qu’il existe un noyau pur de la langue, même si on assiste à un renversement complet de ce que doit être une langue dans sa forme la plus pure. Avec Aubanel, c’est bien sûr du côté de Nîmes qu’il faudra chercher la forme la plus respectable de « languedocien », non pas parce qu’elle est restée plus intacte mais justement parce que son « mélange » avec le français la rend plus digne à l’expression poétique que les dialectes environnants (Aubanel, 1814) :

Cet idiome tel qu’il se parle à Nismes est un des plus agréables qu’on connaisse : celui de la Provence a une rudesse et un fonds de grossièreté qui rebute ; celui des Cévennes a ces défauts à un plus haut degré [...] mais à Nismes son mélange avec la langue française a donné un adoucissement aux termes conservés et, de l’aveu des connaisseurs étrangers et impartiaux, il mérite la préférence.

94Dans tous les cas, les futurs normalisateurs de la langue au xixe siècle n’auront de cesse de se situer par rapport à Sauvages, à ses conceptions linguistiques et à sa graphie. Et c’est d’ailleurs bien chez Sauvages qu’il faut chercher les prémices de la graphie phonétique félibréenne. Si Roumanille ne partage pas tous les choix graphiques de Sauvages, le travail de ce dernier représente cependant pour lui le principe directeur et la référence essentielle qui doit inspirer les réformateurs de la langue (Roumanille, 1853) :

M. l’abbé Boissier de Sauvages, qui a sans doute poussé trop loin, dans bien des cas, le système orthographique auquel nous nous sommes ralliés, s’exprime ainsi dans le Discours préliminaire placé en tête de son Dictionnaire languedocien-français [...] « S’il arrive que la forme de l’orthographe s’éloigne trop de la prononciation accoutumée, on ne comprend ce qu’on lit qu’avec peine. »

95Comme Sauvages, Roumanille considère que la langue moderne n’est plus que la lointaine héritière de la langue ancienne et la rupture graphique doit montrer ce changement. Cette rupture s’effectuera donc à la fois diachroniquement, mais aussi en excluant les dialectes les plus reculés, car considérés sans doute comme trop proches de l’ancienne langue face aux innovations linguistiques du provençal rhodanien. C’est une même vision ethnocentrique et subjective qu’il existe une forme dialectale supérieure de l’occitan que l’on voit poindre chez Sauvages, que reprend Aubanel, et qui finira par trouver sa consécration dans les choix graphiques de Roumanille qui exclue violemment les réalisations dialectales septentrionales au seul profit de la variété rhodanienne à laquelle il appartient (Roumanille, 1853, 34) :

Qu’est-ce, en effet qui établit une différence si marquée entre le dialecte des Alpes provençales et celui des rives du Rhône ? Qu’est-ce qui donne au premier un caractère si rude, si âpre, si déplaisant à l’oreille, et au second, un caractère si coulant, si mielleux, si ionien ? N’est-ce pas l’articulation exagéré et presque affectée de toutes les consonnes ébouriffées qui hérissent les propos des bas-alpins, et au contraire, l’anéantissement de ces dernières dans la bouche des Arlésiens et des Comtadins ?

96Par ses choix, Roumanille barrera la voie tracée par Honnorat d’un possible retour à la graphie médiévale. Si la graphie de Roumanille a pu s’imposer un temps sur l’ensemble du domaine occitan et être adaptée jusqu’en Gascogne (Escole Gastoû Febus), c’est sans doute surtout grâce à la dynamique créée par Mistral et par le Félibrige, mais très vite les débats et scissions graphiques que l’on verra apparaître dans l’espace occitan révèleront, qu’à moins d’être imposé officiellement par un État, le système graphique d’une langue polynomique ne peut pas se construire sur l’exclusion et le sacrifice d’une ou de plusieurs de ses variétés. Sans Mistral et le Félibrige, gageons que la graphie de Roumanille aurait sans doute connu le même sort que celle de Sauvages, condamnée à être la graphie d’un espace dialectalement circonscrit du grand domaine d’oc.

Conclusion

97Le choix d’une graphie, quelle qu’elle soit, dénote une conception particulière de la langue. La graphie de Sauvages, en dépit de l’apparente rupture qu’elle prétend introduire avec les graphies « patoisantes » n’en reste pas moins subordonnée à la graphie du français, à l’instar de sa conception de la langue d’oc comme langue dorénavant déclassée face au prestigieux français. La graphie ancienne, si elle est connue de Sauvages dans la seconde édition, ne représente pas pour lui un modèle d’écriture qui pourrait permettre de redonner une dignité à la langue d’oc. La rupture diachronique avec la langue ancienne ne permettrait plus selon lui de s’y référer avec le respect que l’on doit aux « grandes » langues comme le français. D’ailleurs Sauvages n’hésite pas à falsifier l’orthographe médiévale pour servir son propos. Les choix graphiques qu’il préconise restent donc de l’ordre du personnel, et ne peuvent plus prendre comme référence que la forme dialectale étroite. C’est cette conception de la langue qui le conduit à privilégier une graphie phonétique qui consacre à l’écrit une forme dialectale spécifique, ce qui peut sembler en totale contradiction avec sa conception du « languedocien » comme grand groupe linguistique face au français. Les choix graphiques solitaires de Sauvages, en dépit de leur apparente originalité, manifestent au bout du compte un refus de continuer à considérer l’occitan comme un système linguistique original et autonome, même si la langue médiévale a pu représenter un temps une concurrente sérieuse du français. Ses activités de naturaliste lui font sans doute concevoir les langues comme des espèces vivantes qui ont leur vie propre, qui vivent et qui meurent. Si la langue occitane disparaît, c’est sans doute pour lui dans l’ordre des choses. Le fait de mettre au centre du système son propre dialecte empêche en outre Sauvages de concevoir un système graphique qui pourrait trouver un écho à une plus large échelle. Ses choix peuvent se justifier dans des usages écrits locaux mais se révèlent inadaptés à l’écriture dans d’autres variétés dialectales. Comment Sauvages aurait-il pu vraiment fédérer les écrivains de langue d’oc autour d’une graphie qui n’est au bout du compte qu’une graphie personnelle ? Ce n’est sans doute pas le but qu’il recherche. S’il concède une place à l’occitan dans le domaine écrit, cette place n’est sans doute pas comparable à celle que peut occuper le français : l’occitan écrit n’est plus pour lui qu’une écriture de connivence locale, et ne peut plus se permettre de concurrencer le français. Les choix graphiques de Sauvages ne sont au bout du compte pas tellement différents de ceux des auteurs qu’il critique et auxquels il reproche de se faire leur graphie personnelle.

Haut de page

Bibliographie

Achard Claude-François, 1785, Dictionnaire de la Provence et du Comté Venaissin. Tome Premier contenant le vocabulaire François-Provençal. Tome second, contenant le vocabulaire Provençal-François, Marseille, Imprimerie Jean Mossy.

Aubanel Louis, 1814, L’Anacréon Languedocien, Nismes, Gaude.

Bec Pierre, 1986 (5e éd.), La langue occitane, Paris, PUF, « Que-sais-je ? », no 1059.

Desgrouais M., 1766, Les gasconismes corrigés, Toulouse, Imprimerie Jean-Jacques Robert.

Duvernoy Jean (éd.), 1976-2001, Nouveau testament occitan, documents PDF, http://jean.duvernoy.free.fr/text/listetexte.htm.

Fabre Jean-Baptiste, 1988, Histoira de Jean l’an pres, Montpelhièr, C.R.D.P.

Fabre d’Olivet Antoine, 1989, La langue d’oc rétablie (première édition intégrale d’après le manuscrit de 1820), Barcelone, Association Fabre d’Olivet.

Gardy Philippe & Martel Philippe (dir.), 2009, Mémoires de pauvres, Autobiographies occitanes en vers au xixe siècle, Carcassonne, Garae Hésiode.

Gardy Philippe, 1985, « Montpellier-Clapas ou les plaisirs partagés de l’oraliture », Revue des Langues Romanes, LXXXIX 1, 73-91, Montpellier, C.E.O.

Gardy Philippe, 1997, Histoire et anthologie de la littérature occitane, t. 2, L’âge du Baroque, Montpellier, Les Presses du Languedoc.

Merle René, 1990, L’écriture du provençal de 1775 à 1840, Béziers, C.I.D.O.

Mistral Frédéric, Lou Tresor dóu Felibrige, C.P.M.

Raynouard François-Juste-Marie, 1824, Compte rendu sur le Dictionnaire languedocien-français de Sauvages, 174-177, Journal des Savants (mars 1824), Paris, Imprimerie Royale.

Roumanille Joseph, 1853, La part dau boun Diéu, Avignon, Séguin ainé.

Sauvages P. A. Boissier de, 1756, Dictionnaire Languedocien-François, Nismes, M. Gaude.

Sauvages P. A. Boissier de, 1785, Dictionnaire Languedocien-François, Nismes, Gaude.

Thesoc (Thesaurus Occitan), Base de données linguistiques, http://thesaurus.unice.fr/.

Villa Étienne, 1802, Nouveaux gasconnismes corrigés, Montpellier, Izard & Ricard.

Haut de page

Notes

1 Une troisième édition posthume du dictionnaire de Sauvages, faite par son petit-neveu, le baron D’Hombres-Firmas, paraît en 1820.

2 Souligné par Sauvages.

3 On notera l’extrême confusion qui caractérise la dénomination de la langue occitane à travers toute son histoire. Les termes « languedocien » et « provençal », mais aussi « limousin » et « gascon », sont utilisés tantôt pour définir la langue occitane dans son ensemble, tantôt pour définir un des dialectes de la langue d’oc : ces termes seront donc utilisés ici dans leur acception de dialecte de la langue occitane et seront mis entre guillemets lorsqu’ils auront le sens de langue occitane que peut leur attribuer tel ou tel auteur. Le terme de « gascon » renverra en outre à une représentation stéréotypée en usage au xviiisiècle pour définir les méridionaux et leur langue dans leur ensemble et non le dialecte propre à la Gascogne.

4 On pourrait penser que se dessine déjà dans la description de Sauvages, le découpage supra-dialectal effectué par P. Bec (Bec, 1986, 52) deux siècles plus tard.

5 Ce que percevra et critiquera Fabre d’Olivet dans la préface de son dictionnaire (voir infra les critiques de la graphie de Sauvages).

6 Même si Sauvages n’indique pas ses sources dans les exemples qu’il donne au sein du dictionnaire, la plupart des termes empruntés au Nouveau testament occitan sont aisément identifiables car ils sont généralement accompagnés de leur traduction latine.

7 Nous donnons en note pour chaque forme citée la transcription issue du Nouveau Testament à partir de l’édition faite par Jean Duvernoy afin que le lecteur puisse mesurer le travail de modification graphique de l’orthographe médiévale qu’a effectué Sauvages. « E cum vi aco Simon Peire, gitec se adenols de Ihesu » (Duvernoy, 1976-2001, 65)

8 « E acabatz XL ans aparec a lui el desert el pug de Syna l’angel del Senhor en flama de foc en gavarer » (Duvernoy, 1976-2001, 7).

9 « Donc comensaran a dire Puig, cazes sobre nos, e montanhas cobretz nos » (Duvernoy, 1976-2001, 87).

10 La forme est d’autant plus étonnante que Sauvages donne « boul » [bul] (bolh), autrement dit une forme dépalatalisée qui est propre au languedocien, mais également au provençal nîmois.

11 « On ne pardonne point à un Languedocien qui pour avoir été quelques mois à Paris, s’avise à son retour de franciser, ou plutôt de baragouiner sa langue maternelle, comme s’il en avoit oublié la prononciation, ou qu’elle lui fut étrangère, ou qu’enfin il y eût à rougir d’être de son pays, d’en parler la langue & de la prononcer. »

12 « Nous leur passons cette plaisante bigarrure du ton de leur langue avec la nôtre, parce qu’il leur est naturel. »

13 Souligné par Sauvages.

14 Sauvages veut sans doute parler du portugais.

15 Notons au passage que l’on peut trouver là une justification du refus de Sauvages d’accepter <nh> et <lh>. La valeur palatale de <h> dans les digrammes médiévaux auraient perturbé sa démonstration.

16 Certes, c’est aussi le choix fait par Pèir de Garros deux siècles plus tôt, mais chez lui cette distinction peut se justifier plus facilement puisque les formes gasconnes issues de QW ou KW ont conservé la prononciation [gw] et [kw] et qu’il faut bien pouvoir les opposer aux formes en [k] e [g] (cf. Gardy, 1997, 64 : « Totz los plazes aqets [k] ses goerras [gw] entrepene », Tots los plasers aqueths sens guèrras entrepene).

17 D’autres langues ont enregistré dans la graphie moderne les phénomènes de monophtongaison comme par exemple le catalan (fet, llet pour fait, lait).

18 Pour servir son propos, Sauvages n’hésite d’ailleurs pas à falsifier le texte et la graphie du Nouveau Testament occitan comme on le voit dans l’exemple ci-dessous : ÂOUZIMEN. V.l. L’ouie. Per âouzimen âouzirëts é no ëntëndretz [Ad auziment auziretz e no entendretz, e vesentz veiretz e no percebretz (Duvernoy, 1976-2001, 28)].

19 Ainsi que le fera d’ailleurs Fabre d’Olivet en s’inspirant partiellement du système de Sauvages (voir infra).

20 On ne sait pas toujours d’ailleurs si certaines formes dans lesquelles sont notées la marque de l’infinitif sont à rattacher au « vieux languedocien » ou si Sauvages se laisse porter naturellement par le recours à l’étymologie (« DËSFËCIGAR, causer du déplaisir » ; « DESNAZA, ou desnazar, ou ënnazica, couper le nez »).

21 « Létur, s’avès empâouque d’enduljhenço, etc. » (Gardy & Martel, 2009, 482).

22 Le texte de Pons « Lous jhos de mots » est cité par René Merle dans sa thèse (Merle, 1990).

23 C’est d’ailleurs un des usages possible de son dictionnaire que propose Sauvages. Il part du constat que le « languedocien » des villes est « dégénéré » et que les campagnes connaitront bientôt le même sort (Sauvages, 1785, xj). N’exprimant aucun sentiment face à la perte hypothétique de la langue occitane, Sauvages évoque l’idée que son travail pourra servir un jour aux érudits pour déchiffrer les textes anciens.

24 Il s’agit du son simple [u] exprimé par le digramme français <ou>. Comme Sauvages, Fabre d’Olivet a du mal à distinguer les graphèmes des sons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Lieutard, « Le système graphique de l’abbé Boissier de Sauvages : défense et illustration de la diglossie franco-occitane », Lengas, 68 | 2010, 105-144.

Référence électronique

Hervé Lieutard, « Le système graphique de l’abbé Boissier de Sauvages : défense et illustration de la diglossie franco-occitane », Lengas [En ligne], 68 | 2010, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lengas.revues.org/675  ; DOI : 10.4000/lengas.675

Haut de page

Auteur

Hervé Lieutard

Université Paul-Valéry Montpellier III, LLACS (EA 5030)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org