Navigation – Plan du site
Chanson occitane et chansons en occitan dans la seconde moitié du vingtième siècle

Ventadorn ou l’aventure d’une maison de disques occitans à Béziers

Annie Zerby-Cros

Texte intégral

Chanter dans sa langue

1Pour comprendre une civilisation, une culture, il faut connaître sa langue. Cette langue, on doit la parler pour qu’elle vive. La chanter est peut-être le meilleur moyen de l’apprendre, de dire la vie, d’exprimer ce qui ne va pas ou ce que l’on espère.

2Pour la langue d’Oc, c’est ce que l’on appellera dès les années 1960 « La Nouvelle Chanson Occitane » qui va nous apprendre ce que l’on n’enseignait pas à ce moment-là, ce que l’on étouffait. On prendra conscience aussi qu’il existe une langue, une histoire, une culture occitanes.

3Mon premier contact avec la réalité occitane a été le jour ou j’ai entendu Claude Marti — d’une voix à la fois grave et chaude, seul avec sa guitare — entonner : « Vos vau parlar d’un païs... Que vòl viure. » Et cette mélodie poignante qui s’égrenait sur toute une octave m’a fait prendre conscience que, fille de Provence et de Languedoc, j’étais de ce pays où les grands-mères appellent les tomates « Pomas d’amor » et leurs petites-filles « polidas ». Et j’ai eu envie de « réapprendre » la saveur d’une langue que j’avais en moi, mais que je ne savais pas faire jaillir, qui était celle de mes grands-parents et la langue maternelle de mon père qui, jusqu’à l’âge de cinq ans, n’en parlait pas d’autre.

La chanson de la revendication occitane

  • 1 Parfois appelée aussi Nòva cançon, à l’instar de son équivalent catalan. Nous parlerons désormais d (...)

4Les troubadours du xie au xiiie s. ont chanté l’amour mais aussi écrit des poèmes politiques. Plus près de nous apparaît dans les années 60 une « Nouvelle Chanson Occitane1 », exprimée par les chanteurs de la revendication occitane. Quelques disques 45 tours sont alors édités par des associations occitanistes.

5Le premier disque connu s’intitule Gui Broglia canta Robèrt Lafònt. Il est enregistré à Nîmes en 1965 par un étudiant en médecine, Gui Broglia, qui a mis en musique des poèmes de Robert Lafont extraits du recueil : Dire, (I.E.O., 1957), collection « Messatges ». Depuis 1955 et encore aujourd’hui les poètes occitans d’une nouvelle vague sont publiés par cette collection. Ce disque, édité par la Section de l’Institut d’Estudís Occitans du Gard, est suivi d’un second en 1966 : Gui Broglia canta la tèrra d’òc, avec des poèmes de Robert Lafont et de Charles Camproux.

6De son côté, Claude Marti, le maître d’école qui apprend des chansons populaires occitanes à ses élèves, interprète ses propres textes. Il chante : « Perqué m’an pas dit à l’escòla la lenga de mon país. » Ce sera l’une des chansons phares de la prise de conscience occitane.

7Très vite, de nombreux textes forts seront interprétés par d’autres. J’aime à citer Patric qui chante en 1971 : « La prima es filha de l’ivèrn », avec tout l’espoir que cela exprime, ou encore Maria Roanet qui en 1977 nous rappelle que « Contra corrent la trucha nada » ou encore qu’à Narbonne « Cecila, aviás vint ans, en 1907 »...

8À Béziers, Yves Rouquette, professeur de Lettres, poète occitan, lance alors l’idée d’utiliser le disque comme un tract sonore. Il estime qu’un exemplaire acheté peut être écouté par dix ou quinze personnes, véhiculant ainsi le message de la langue. Cela peut paraître dérisoire, mais à cette époque, les gens avaient rarement les outils techniques pour copier les disques, et Internet n’existait pas... Malgré le peu de moyens, le projet voit vite le jour. C’est ainsi que la N.C.O. agira comme un détonateur et aidera à en finir avec la honte de parler « patois », pour s’exprimer dans sa langue ou celle des siens. En outre, une mélodie composée sur des paroles aide à retenir un texte plus facilement et la chanson devient ainsi un excellent moyen pour se réapproprier l’occitan.

  • 2 Claude Marti, La longa marcha, « Lo tamborinaire » : « Martí fa de politica/Amb sas cançons », disq (...)

9La chanson contribuera aussi à valoriser les mots « Occitanie », « langue occitane » au lieu du pudique « langue d’oc » ou pire du triste vocable « patois ». On est fier de dire que l’on est d’ici, de chez nous et que l’on ne se sent pas concernés par Paris. Les militants n’hésiteront plus à se dire « occitans », apposeront un autocollant « OC » à la place du « F » sur leur voiture. Comme Marti, les chanteurs « feront de la politique2 » dans leurs textes et épouseront les causes des luttes de l’époque et de l’identité.

1969 : « Un païs que vòl viure »

  • 3 Brochure de présentation des éditions Ventadorn, décembre 1973, 4 p. Voir également le titre de l’a (...)

10Titre emblématique du premier disque 45 tours de Marti. C’est également le premier édité par un Atelier de la section « Espandiment de la cultura d’òc » de l’Institut d’Études Occitanes, association à but non lucratif créée en 1945. Ce département de l’I.E.O. qui allait révéler les pionniers de la N.C.O., ceux que l’on appellera les « poètes-chanteurs de la décolonisation3 », a pris pour cela le nom de Ventadorn.

  • 4 « Au commencement de la poésie occitane il y a eu les troubadours. Ce fut le printemps de l’Europe  (...)

11Un choix lourd de signification. C’est le nom d’un grand poète occitan, Bernard de Ventadorn, troubadour limousin du xiie s., dont on connaît de nombreux poèmes d’amour et leur musique. En hommage aux troubadours, premiers créateurs occitans, Yves Rouquette dira : « Au commencement de la poésie occitane il y eu les troubadours. Ce fut le printemps de l’Europe4. »

12Avec Ventadorn, une nouvelle griffe, un nouveau label étaient nés. L’aventure commençait.

13Plusieurs centaines d’exemplaires de ce premier disque sont vendus. Ce qui permet l’édition du deuxième disque de Marti : Lo païs viu al present, puis un premier disque de Mans de Breish, qui chante « La vergonha », Patric avec « Quand crebarai », puis « Soi un marrit dròlle »...

14À l’instar des Catalans et des Bretons, d’autres vont chanter. Ils viendront de tous les coins d’Occitanie : Los Caminaïres d’Òc, Josiana Vicenzutto, Beltrame, Daumàs, Nicòla, Longamai, Broglia, Tòni, Maria Roanet, qui enregistreront leurs premiers 45 tours de quatre titres. Ils chantent les poètes occitans contemporains ou les troubadours, mais aussi leurs propres textes. Au lendemain de mai 68, ils expriment la revendication occitane. Ce qu’ils chantent n’est plus une langue-nostalgie, ils ouvrent une porte à un futur. La chanson occitane est devenue une arme de vérité. Tous les espoirs sont permis.

  • 5 Patric, « Ai causit de cantar », disque 45 tours, Ventadorn, 1971.

15Ces chanteurs ont tous un métier (employé de banque, ingénieur, enseignant) mais trouvent du temps pour chanter ce qu’ils ont à dire. Seul Patric choisit de vivre de sa chanson, comme il l’exprime dans Ai causit de cantar5. Ils se produisent dans les M.J.C., les foyers ruraux, les associations occitanes leur organisent des soirées. Ils révèlent ainsi l’occitan comme une langue bien vivante, à qui ils rendent sa dignité auprès d’un public heureux de cette reconnaissance. On avait de la considération pour leur langue de tous les jours, pour la langue du travail...

16Les interprètes de la Nòva Cançon deviennent les passeurs d’un patrimoine, d’une langue, d’une culture qui avaient failli s’endormir pour toujours.

17À ce moment-là, les enregistrements s’effectuent avec les moyens du bord, dans un garage, une cave, ou mieux clandestinement dans les studios de FR3 Toulouse-La Cépière. Les techniciens sont des amateurs amis, ou des ingénieurs du son bénévoles comme Henri Moline.

18Les premières pochettes des années soixante sont faites chez un imprimeur biterrois, Monsieur Borreda. De plus, dans chaque pochette de disque étaient glissées les paroles imprimées en graphie dite « normalisée » avec la traduction française, représentant ainsi un outil didactique remarquable pour l’apprentissage de l’occitan.

19Les disques sont fabriqués à Paris, car il n’y a pas d’autre possibilité. Dès les années soixante-dix, à l’apparition des disques 33 tours 30 cm, les pochettes étaient imprimées à Paris. Les bandes d’enregistrement et les maquettes des pochettes étaient donc envoyées à l’A.E.R.A.C.E.M. Alain Morcheoine, ingénieur à Paris et chanteur occitan sous le pseudonyme de Longamai (en allusion à sa taille), supervisait l’avancée de la fabrication et assurait la liaison avec la maison d’édition biterroise.

20On recevait du fabriquant les disques, les pochettes et les paroles, séparément. Cependant, aussi bien la frappe des textes des chansons sur une machine à écrire que la mise en pochette des disques et des paroles, s’effectuaient par des militants, sur place à Béziers. Cela permettait des économies appréciables.

21L’impact des pochettes sur le public est bien sûr très important et avant d’en arriver à la quadrichromie, on essayait de faire original et pertinent. Certaines sont illustrées par le grand peintre sétois Pierre François, La Messa pels pòrcs d’Yves Rouquette, Viva lo vin des Caminaires ou encore Bestiari chanté par Patric sur des poèmes de Jean-Marie Petit.

22Le plasticien Patrick Divaret, picard d’origine, nous est revenu du Québec et a réalisé bon nombre de pochettes de disques. Talentueux, il a été le plus important maquettiste des éditions Ventadorn.

23Jean Jaurion, responsable du Secteur diffusion de l’Institut d’Études Occitanes, aide à leur distribution grâce au réseau des sections locales et départementales de cet organisme dans les 32 départements occitans. Les ventes s’effectuent également par correspondance grâce au système des souscriptions ou par les chanteurs eux-mêmes lors des concerts. Il n’y a quasiment pas de publicité, pas de passage radio, encore moins à la télévision. Peu de critique dans la presse à cette époque-là.

Mans De Breish (photo Hampartzoumian).

Mans De Breish (photo Hampartzoumian).

24Très vite, dans toute l’Occitanie, le nombre des interprètes augmente et les enregistrements viennent enrichir le catalogue. Les premiers disques 33 tours paraissent. Dès 1970, Claude Marti enregistre Occitania ! avec la tête du Che comme symbole sur la pochette de l’album. Puis paraissent La cançon del Larzac de Patric, encore un 33 tours de Marti Montsegur. Un choix de titres des deux albums de Marti sera repris et publié par la maison Le Chant du Monde. Cet éditeur obtiendra pour ce disque un prix de l’Académie Charles Cros, tout en s’étant servi des bandes d’enregistrement de Ventadorn. On peut constater que ce n’est pas la maison d’édition occitane qui a obtenu ce prix et que déjà le parisianisme jouait à fond.

25Toujours en 1970, le provençal Gaston Beltrame sort son premier 45 tours : « Nos laissem pus umiliar », puis en 1971 il enregistre Mercat comun, Dracula es franchiman en 1974. Peu après, à Carcassonne, Mans de Breish affirmera Volem Viure al Païs dans son premier disque 33 tours.

26Devant le nombre croissant des nouveaux interprètes, l’augmentation des titres au catalogue, le succès de la chanson occitane, le besoin de créer une société commerciale se fait sentir, d’autant qu’on assiste à une demande de plus en plus pressante de la part des disquaires. Mais nombreux sont ceux qui restent réticents, car ils ne peuvent pas récupérer la T.V.A. En tant qu’association, Ventadorn n’est pas assujetti à la T.V.A., qui est à cette époque au taux de 33 % pour le disque considéré, non pas comme un bien de culture, mais comme un produit de luxe... Il faut cependant citer la Librairie Maspéro à Paris qui a été la seule à accepter de ne faire que très peu de bénéfices, en distribuant les disques occitans régulièrement.

27Devant cette nouvelle situation, et pour être en règle avec l’administration fiscale, la solution commerciale s’impose. C’est dans ce cadre-là qu’une S.A.R.L. va être créée.

Longamai (photo Guérin).

Longamai (photo Guérin).

Marti (photo J.-H. Bigou).

Marti (photo J.-H. Bigou).

Aquela (photo Guérin).

Aquela (photo Guérin).

Ives Roqueta (photo Richard Nieto).

Ives Roqueta (photo Richard Nieto).

Maria Roanet (photo Hampartzoumian).

Maria Roanet (photo Hampartzoumian).

1973 : Ventadorn devient professionnel

28Les « inventeurs de la chanson occitane » :, chanteurs, chanteuses et militants impliqués, se réunissent en été 1973 lors des Rescontres Occitans du Festival d’Avignon et créent la S.A.R.L. Ventadorn. Cette société est composée de vingt membres à parts égales : treize chanteurs et sept militants, artisans des premiers succès de la chanson occitane. L’idée est d’échapper aux trusts, avec un esprit de coopérative et d’autogestion.

29Il est décidé que les bénéfices de la production ne seront pas distribués, mais réinvestis pour permettre à de nouveaux chanteurs de se révéler. Le siège social est fixé à Béziers. La première gérante est Janine Bernabeu et le premier représentant Raymond Bernabeu, son mari, qui visite les disquaires d’Occitanie. La chanson occitane est ainsi dotée d’une maison, pensée comme un outil pour ceux qui réclament la parole.

30Cette démarche s’inscrit dans une dynamique de production et de diffusion de la culture d’oc de plus en plus présente :

  • Il se crée des troupes de théâtre : Neyton et son Centre Dramatique Occitan à Toulon, Le Teatre de la Carrièira avec Claude Alranc en Languedoc, qui donneront de nombreuses représentations en Occitanie et au-delà.

  • L’I.E.O. lance en 1972 la collection « A Tots », qui va mettre à la portée de tous en format livre de poche la création littéraire des écrivains occitans de ce temps. Cette collection publie toujours et à ce jour on approche des 200 titres.

  • Sur les traces de Ventadorn, apparaissent à Toulouse les éditions Revolum, qui sortiront en 1975 le premier disque de Rosina de Peira — magnifique interprète de la chanson populaire occitane ; la S.A.P.E.M. à Cavaillon (84), Recaliu dans le Var. Citons d’autres maisons déjà existantes comme Disc’Oc à Agen (qui a édité Josiana Vicenzutto et Pèir-Andrieu Delbeau) et Junqué-Oc à Jurançon (64), plus spécialisé dans la musique traditionnelle gasconne.

  • À Béziers, en 1975 la création du C.I.D.O. (Centre International de Documentation Occitane), association à vocation de réaliser « LA » Bibliothèque Occitane que tout le monde attend. Elle est aujourd’hui devenue le C.I.R.D.O.C. (Centre Interrégional de Développement de l’Occitan), établissement reconnu Pôle associé de La Bibliothèque nationale de France, et que l’on peut qualifier de Mediatèca Occitana.

31Par ailleurs, les chanteurs sont présents dans les combats sociaux et les luttes populaires d’Occitanie : grèves, manifestations viticoles, occupation de la Cathédrale de Montpellier aux côtés des vignerons, en été 1973 ils chantent sur le Larzac... Ventadorn était notamment présent sur le Larzac à chaque manifestation et les participants, qu’ils soient militants occitans, paysans, ouvriers ou étudiants, s’arrachaient les disques, que l’on ne trouvait pas encore à Paris ou ailleurs en France.

32La création occitane fuse de toute part, prend un essor extraordinaire. Le catalogue de Ventadorn, d’une vingtaine de disques va passer très vite à une cinquantaine de titres et devient celui de La Maison d’édition de disques occitans. Elle restera la seule à représenter à travers ses interprètes toutes les régions d’Occitanie. En effet, arriveront Jan dau Melhau, Dublanche pour le Limousin, le groupe Peiraguda pour le Périgord, Los deu Larvath et Los de Nadau en Gascogne, Mauris, Miquela pour la Provence, Josiana Vicenzutto, Franco, Girossens en Languedoc... Plus tard viendront le truculent La Sauze que certains nomment le Brassens occitan ; le jeune provençal Frederic, les languedociens Eric Fraj, Clàudia Galibert...

Quelques dates importantes

331977 : René Zerby, militant de la première heure, démissionne de la société multinationale dans laquelle il travaille pour prendre la gérance de la S.A.R.L. Ventadorn. Cette année-là, il sera vendu 15 000 exemplaires du nouveau disque de Marti Lo camin del solelh. Devant la demande sans cesse croissante des enregistrements, deux représentants se partageront les 32 départements occitans et Paris : Ginette Imperial et Jean-René Garcia. Les pionniers Raymond et Janine Bernabeu avaient effectué un retour à la terre.

34De 1975 à 1982, les chanteurs se produisaient de plus en plus. Ils arrivaient à passer entre cinquante et soixante contrats par an, rayonnant dans toute l’Occitanie et au-delà. En été, Claude Marti ira jusqu’à faire plus de cinquante récitals.

35Parallèlement, les ventes augmentent. En 1978 et 1979, il s’est vendu plus de 50 000 disques 33 tours par an.

36À partir de cette époque, les enregistrements vont se faire dans des conditions plus professionnelles : Studio du Village à Montpellier, Studio Condorcet à Toulouse, par exemple.

37Des co-productions vont être réalisées avec notamment :

  • les sections locales de l’I.E.O. ; « Per Noste » en Gascogne ; le C.R.E.O. Provence ;

  • avec Marcel Amont, dont la langue maternelle est le gascon (trois titres avec les Éditions Le Verger). Il invite d’ailleurs par deux fois des chanteurs occitans lors d’une émission télévisée sur FR3 au début des années quatre-vingts. Il chante ses propres chansons occitanes et donnera la voix à Claude Marti, Rosina de Pèira, Maria Roanet, notamment. Il en a profité pour promouvoir la pétition lancée par l’I.E.O. sur la reconnaissance de l’« Occitan, langue nationale » en brandissant l’affiche devant les caméras.

38En 1979, Ventadorn fait fabriquer sous licence chez Edixa en Catalogne trois titres : Lo camin del solelh de Marti, Lambrusc (traditionnel Gascon), Cardabela (groupe languedocien). Lors de la signature du contrat entre Edixa et Ventadorn pour le disque de Marti, les intervenants, à savoir le gérant René Zerby, Claude Marti et Claudi Marti (directeur D’Edixa), l’entretien s’est effectué respectivement en occitan et en catalan, sans aucun problème de compréhension. Le rapprochement occitano-catalan était fait.

39Cette même année 1979, dans un esprit d’échange culturel, la Maison Ventadorn complète son catalogue en distribuant des disques catalans, basques, bretons, corses et alsaciens.

40Si Ventadorn s’est créé sur la base de la « nouvelle chanson », de la revendication, la musique et les chansons populaires sont reprises régulièrement par les interprètes, comme en complément. Le compositeur russe Igor Stravinski a dit que la tradition est un bien. Combien il avait raison, quand l’on considère le rôle de maillon que peuvent jouer les chansons, les danses, les comptines ou histoires perpétuées pour le maintien de la langue. Dès 1977 apparaissent des enregistrements de musique populaire, répondant au désir du public de retrouver ses racines. On constate un peu partout l’engouement pour les bals traditionnels. Les nouveaux groupes mettent la tradition au goût du jour, nous offrent une musique dépoussiérée de tout folklore, jouent des instruments d’aujourd’hui, apportent un souffle nouveau, tout cela sans trop bousculer l’authenticité. Et cela marche fort !

41Là encore la panoccitanité est de mise : Cardabela en Languedoc, Freta monilh, Blaja en pays toulousain, Bachas, Montanaro en Provence (ledit Montanaro est accompagné par le grand contrebassiste américain Barre Philips), Lambrusc, Los Pagalhós, Era Gaveca, Ferrine Flòc en Gascogne, Los d’a Roier en Limousin... enregistrent chez Ventadorn.

42Dès 1979, pour diversifier la Maison et faire découvrir la richesse de la musique occitane, le gérant de Ventadorn va créer « Jòias de la musica occitana », une collection de musique savante ou « classique », y compris contemporaine. Une dizaine de titres paraissent, dont le point d’orgue est la publication en un coffret de l’un des trois ou quatre opéras écrits en occitan, Daphnis et Alcimadure, pastorala lengadociana du compositeur narbonnais Cassanea de Mondonville.

43L’enregistrement se fait en public, lors du premier festival de Montpellier en 1981, dans l’interprétation de l’Orchestre de Montpellier et une mise en scène de Jacques Bioules. Les très beaux décors sont du peintre Jean Hugo, originaire de Lunel, arrière-petit-neveu du grand Victor Hugo. Créé en 1754 à Fontainebleau devant Louis XV, interdit par la Révolution française car taxé d’œuvre en patois, cet opéra est donc recréé après 200 ans d’oubli. La Maison Ventadorn se devait de participer à cette réhabilitation. Toujours dans un même souci de faire passer la langue, les textes sont joints au coffret. Dans la foulée, l’I.E.O. les publie également dans la collection « A Tots ». Parallèlement, toujours à Béziers, le C.I.D.O. et la Société de Musicologie de Languedoc co-éditent le fac-simile du recueil de la partition musicale imprimée en 1754.

44Cette collection permet de sortir de l’oubli des compositeurs d’origine occitane inédits ou peu interprétés, mais pas pour autant dépourvus de talent. Par exemple :

  • Guibal du Rivage de Béziers, Jacques Férréol Mazas originaire de Lavaur (dont la méthode de violon est restée fondamentale). En 1979, pour le premier disque de la collection, Jacques Nottelet et Claire Strohl inteprètent des œuvres pour violon de ces deux compositeurs languedociens du xixe siècle.

  • Déodat de Séverac, languedocien, « monte » à Paris où il déplore l’esprit de chapelle, puis revient composer en Languedoc et même en pays Catalan, à Céret, où il a de nombreux contacts avec les musiciens de Coblas. On lui doit notamment des œuvres pour piano (peu jouées, car difficiles) : En Languedoc, et la sublime suite Cerdaña, qu’un pianiste montpelliérain, Francis Michaud, enregistrera magnifiquement chez Ventadorn en 1982. Séverac a également créé aux Arènes de Béziers en 1910 l’opéra Héliogabale. Grand improvisateur, il n’a laissé que trop peu de musique écrite. Souvent, il n’éditait ses œuvres qu’à la demande de ses amis. Il fréquente les félibres et d’ailleurs sa fille Magali, pour qui il a composé la célèbre berceuse « Ma poupée chérie », était la filleule de Mistral.

  • Les contemporains Henri Foures et Luc Ferrari. Ce dernier, bien que d’origine française, écrit une pièce occitane avec bande magnétique intitulée Çò que veguèt lo Cers. Toujours dans cette collection, deux disques d’orgues historiques en Occitanie sont enregistrés par le montpelliérain Jacques Bétoulières : des œuvres du toulousain Mathieu Lannes sur les belles orgues de Vabres-l’Abbaye en Aveyron ; Georg Muffat sur celles de la cathédrale d’Alès.

Les Éditions Ventadorn couvrent bien évidemment tous les secteurs de l’expression occitane :

  • La poésie, avec André Neyton, Poemas occitans per uèi (1976). Yves Rouquette avec sa Messa pels pòrcs, accompagnée par un orgue et un trombone (1972) et M’ausissi caminar, dans lequel il dit ses poèmes sur des intermèdes musicaux du Clémencic Consort (1977). Le poète niçard Alan Pelhon — trop tôt disparu — qui clame Brami (1978).

  • Des disques pour enfants, dont le plus remarquable Nicòla ’me leis enfants, paraulas d’ier per enfants de deman (1981). Ici, Nicola et sept enfants se sont retrouvés pour chanter et dire en provençal. Dans une belle pochette en quadrichromie on retrouve les chansons, comptines, rondes et jeux, le tout joliment illustré. Ou encore la Chorale du Collège « Cité » à Narbonne.

  • Les Noëls : les plus célèbres sont chantés par Maria Rouanet : Cantem Nadal. Un événement en 1980 : l’américain Joël Cohen et La Boston Camerata, ensemble spécialiste de la musique ancienne, enregistrent en l’église Saint-Aphrodise de Béziers Nativitat en occitània e endacòm mai, un disque de noëls méditerranéens, dont Yves Rouquette est le récitant.

  • Les troubadours, avec Gérard Le Vot qui y consacre un disque entier ; Maria Rouanet et Marti, Patric les interprètent aussi aux côtés de leurs propres textes.

45Cependant, les années quatre-vingts sont des années de désillusion pour le mouvement occitan et par là même pour la chanson de création. Les chanteurs tournent moins, les ventes vont baisser progressivement. De deux représentants on passe à un seul. Les disquaires des villes moyennes vont disparaître au profit de la grande distribution. Il y a bien quelques passages à la télévision, à la radio et des critiques dans la presse mais cela sera insuffisant.

46La chanson occitane avait-elle besoin d’un souffle nouveau, de trouver d’autres musiques, d’assimiler d’autres courants ou de véhiculer d’autres idées ? Toujours est-il que la Société s’arrête en 1985. C’était la fin d’une pensée panoccitane. Depuis, on peut regretter une édition phonographique éclatée localement, où chacun publie dans son coin d’Occitanie, très souvent grâce à des subventions, sans aucun désir de créer un organisme fédérateur. Il n’est qu’à considérer le souci des musiciens et chanteurs pour trouver un producteur. Par ricochet, ce problème se répercute bien évidemment sur la distribution.

47Depuis les années 90, d’autres formes musicales, tout aussi porteuses d’avenir, touchent un plus large public — peut-être moins militant qu’avant — mais bien réel.

48En tout cas, l’aventure Ventadorn a permis en une quinzaine d’années la production de 105 titres sur 33 tours et d’une trentaine de 45 tours. En aidant chanteurs et groupes à prendre la parole en occitan à travers les enregistrements, cette maison de disques a fortement contribué à la naissance d’une conscience occitane, à la reconnaissance d’une langue à part entière, réinventant le concept d’Occitanie et rendant ainsi les occitans adultes.

49Aujourd’hui, comme les précurseurs il y a 40 ans, qui aura le courage et l’envie de relancer une maison d’édition qui rassemblera les nouveaux créateurs de « l’Occitània tota » ? Pour que la saveur de la langue d’oc continue à chanter aux côtés des écoles Calandretas et de toutes les classes bilingues. Qui nous parlera « D’un païs que vòl viure » ?

Discographie des titres publiés, sous le label Ventadorn (1969-1984)

La « Nouvelle Chanson Occitane »

Ballestra Jaume, Biais de viure, 45 tours, 1979.

Beltrame Gaston, Nos laissem pas umiliar, 45 tours, 1970.
Mercat comun, 45 tours, 1971.
Dracula, 45 tours, 1974.
La fèsta, 33 tours, 1975.
L’òme chin, 33 tours, 1978.
12 Cançons per Gaspard de Bessa, 33 tours, 1979.
Lei gens d’Occitania, 33 tours, 1983.

Broglia Gui, Fin de setmana, 45 tours, 1971.

Calvet André, Lo silenci, 33 tours, 1979.

Los Caminaires, Los presonièrs auràn larjor, 45 tours, 1972.
Viva lo vin, 45 tours, 1973.

Daumas Daniel, Paura Provença, 45 tours, 1971.
Tròç de vida, 33 tours, 1972.

Dublanche Bernat e Convivencia, Convivencia, 33 tours, 1979.

Fraj Eric, L’enfadat, 33 tours, 1980.
Cantaré !, 33 tours, 1982.

Franco Gérard, Papeta calhau, 45 tours, 1974.

Frédéric [Bard], Escota, 33 tours, 1977.
Lo baston de dinamita, 33 tours, 1979.

Galibert Claudia, Escota mon grand, 33 tours, 1977.
A Peire, Frances, Maria e los autres, 33 tours, 1978.

Giroussens Philippe, Camarada Allende, 45 tours, 1975.

Jan Dau Melhau [Jean-Marie Maury], Lo deleser, 33 tours, 1976.
En tu segre los jorns, 33 tours, 17 cm, 1977.
Lo diable es jos la pòrta, 33 tours, 1978.

La Sauze [Alain Sauzel], Lo vinhairon, 33 tours, 1978.
Montredon, 33 tours, 1979.
La Supèr Vedeta, 33 tours, 1983.

Longamai [Alain Morcheoine], A capitat, 45 tours, 1971.
La fèsta a Malgovèrn, 33 tours, 1976.

Los De Nadau, Aspa vòu víver, 33 tours, 1975.
La loteria, 33 tours, 1976.
L’immortèla, 33 tours, 1978.
T’on vas ?, 33 tours, 1982.

Los D’a Roier, Cronicas dau Lemosin, 33 tours, 1982.

Los Deu Larvath, Un còp serà, 33 tours, 1976.
Istòria au còrn del temps, 33 tours, 1977.
Coneguda causa siá, 33 tours, 1980.

Mans De Breish [Gérard Pourhomme], Las plantas, 45 tours, 1969.
Mans de Breish canta Joan Bodon, 45 tours, 1970.
O Sant Loís, 45 tours, 1971.
Volèm viure al país, 33 tours, 1975.
Autonomia, 33 tours, 1977.

Martí [Claude], Martí canta un país que vòl viure, 45 tours, 1969.
Lo país viu al present, 45 tours, 1969.
Lengadòc roge, 45 tours, 1970.
Occitania !, 33 tours, 1970.
Los corbasses, 45 tours, 1971.
Montsegur, 33 tours, 1972.
La longa marcha, 45 tours, 1973.
L’òme esper, 33 tours, 1974, 1979 (réédition).
L’an 01, 33 tours, 1975.
Ces grappes de ma vigne, 45 tours, 1975.
Lo camin del solelh, 33 tours, 1977.
Monta-Vida, 33 tours, 1980.

Mauris [Sgaravizzi], Viure drech, 33 tours, 1974.
Mauris & l’Ontario blues Band, 33 tours, 1976.
Nissa rebela !, 33 tours, 1981.

Miquèla [Bramerie], Magali, 45 tours, 1974.
I a de sers, 33 tours, 1978.

Miquèla e Chapacans, Siau pas poèta, 33 tours, 1981.
Au jardin, 33 tours, 1984.

Montanaro Miquèu, Musica occitana d’encuei..., 33 tours, 1979.

Nicòla [Alziari], Lo vent marin, 45 tours, 1971.
Leissem lei escapar, 33 tours, 1977.

Patric [Martin], Lo marrit dròlle, 45 tours, 1970.
Lo condamnat, 45 tours, 1971.
Ai causit de cantar, 45 tours, 1971.
La cançon del Larzac, 33 tours, 1972.
Uòi l’auba, 33 tours, 1974.
Cançonetas , 33 tours, 1976.
Valòia d’Òlt, 45 tours, 1977.
Baticòr, 33 tours, 1977.
Bestiari, 33 tours, 1977.
Patric en public, 33 tours, 1979.

Peiraguda, Lo leberon, 33 tours, 1979.
Raiç, 33 tours, 1980.
La dama pijonièra, 33 tours, 1982.

Roanet Maria, Pica relòtge, 45 tours, 1973.
A l’intrada del temps clar, 33 tours, 1975.
Contra corrent la trucha nada, 33 tours, 1976.
Me soveni, 33 tours, 1979.
Als enfants d’Occitania, 33 tours, 1979.
L’eternitat, 33 tours, 1981.

Tòni [Rodriguez], L’enterrament, 45 tours, 1972.
La vengança, 33 tours, 1976.

Vicenzutto Josiana, Miseria, 45 tours, 1972.
Volem Viure al País, 2 x 33 tours, 1978 (disque collectif).

Chansons et Musiques Traditionnelles

Bachas, Cants e musicas dau país nissart, 33 tours, 1979.

Blaja Peire-Maria, L’Escriveta e autres cants, 33 tours, 1978.

Cardabela, no 1, 33 tours, 1976.
no 2, 33 tours, 1978.

Chabrier Antonin, Violonaire d’Auvernha-nauta, 33 tours, 1980.

Dansas Del País d’Òc, 33 tours, 1982.

Ferrine Flòc, Musica tradiconala de Gasconha, 33 tours, 1977.
Musica de Gasconha, 33 tours, 1980.

Freta Monilh, 33 tours, 1979.

Era Gaveca, Bal en Gasconha, 33 tours, 1982.

Lambrusc, La bash, la bash, 33 tours, 1977.

Los D’A Roier, Aval dins lo Lemosin, 33 tours, 1978.

Montanaro Miquè]u, Provença per escotar e dansar, 33 tours, 1982.

Roanet Maria, Cantem Nadal, 33 tours, 17 cm, 1976.
Cantem Nadal, 33 tours, 30 cm, 1977.

Tresòrs Dau Pais Nissart, 33 tours, 1980.

Tresòrs Gascons, 33 tours, 1977.

Thatre de la Carriera, Bogre de Carnaval, 33 tours, 1978.

Disques pour enfants

La Chorale du Collège « Cite », [Narbonne] chante Henri Fourès et Marie-Hélène Bonafé : 33 tours, 1982.

Los De Nadau, Pimparela, 33 tours, 17 cm, 1975.

Los Deu Larvath, Se canti..., 33 tours, 17 cm, 1980.

Nicòla, Escotatz drollets, 45 tours, 1975.

Nicòla’me Leis Enfants, Cançons d’ier per enfants de deman, 33 tours, 1981.

Musique savante/Troubadours

Boston Camera, Nativitat en Occitania e endacòm mai. Direction Joël Cohen, récitant Ives Roqueta, 33 tours, 1980.

Foures Henry & Ferrari Luc, Folclòri imaginari (xxe siècle), 33 tours, 1980.

Guibal du Rivage Alexandre & Mazas Jacques, Compositors lengadocians del segle XIX, 33 tours, 1979.

Lanes Mathieu (1660-1725), Pèças per orguena, Jacques Bétoulières à l’orgue de Vabres l’Abbaye (Aveyron), 33 tours, 1979.

Cassanea De Mondonville Jean-Joseph, Daphnis e Alcimadura. Pastorala lengadociana (1754),
par l’orchestre de Montpellier, coffret 2 33 tours, 1981.

Muffat Georg (1653-1704), Apparatus musico-organisticus, Jacques Bétoulières à l’orgue de la Cathédrale d’Alès (Gard), 33 tours, 1981.

Musica barròca, Mondonville, Mouret, Bodin de Boismortier, un anonyme biterrois, G. Lesburgueres, clavecin, 33 tours, 1982.

Severac Deocat de (1873-1921), Cerdaña, Francis Michaud, piano, 33 tours, 1982.

Le Vot Gérard, Cants dels trobadors : Regrelh, 33 tours, 1979.

Poésie/Théâtre

Neyton André, Poemas occitans per uèi, 33 tours, 1976.

Pelhon Alan, Brami, 33 tours, 1978.

Roqueta Ives, Messa pels pòrcs, 33 tours, 1972.

M’ausissi caminar cap al jorn, 33 tours, 1977.

Neruda Pablo, Splendeur et mort de Joaquin Murieta, par Les Tréteaux du Midi, 33 tours, 1978.

Jazz

Hot d’Oc, 33 tours, 1980.

Grande Formation Jazz des Jeunes de Gruissan, Jules Calmette (dir.), 33 tours, 1981.

Haut de page

Notes

1 Parfois appelée aussi Nòva cançon, à l’instar de son équivalent catalan. Nous parlerons désormais de NCO, suivant en cela plusieurs critiques, dont Valérie Mazerolle.

2 Claude Marti, La longa marcha, « Lo tamborinaire » : « Martí fa de politica/Amb sas cançons », disque 45 tours I.E.O., S4-19, Ventadorn, 1973.

3 Brochure de présentation des éditions Ventadorn, décembre 1973, 4 p. Voir également le titre de l’anthologie de Marie Rouanet, Occitanie 70, les poètes de la décolonisation, P.J. Oswald, 1971.

4 « Au commencement de la poésie occitane il y a eu les troubadours. Ce fut le printemps de l’Europe ». Préface d’Yves Rouquette, dans Annie Zerby, Discographie occitane. Des troubadours à la nouvelle chanson, 1979, Béziers, C.I.D.O., 191 p.

5 Patric, « Ai causit de cantar », disque 45 tours, Ventadorn, 1971.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/700/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Mans De Breish (photo Hampartzoumian).
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/700/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Longamai (photo Guérin).
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/700/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Marti (photo J.-H. Bigou).
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/700/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Los de Nadau.
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/700/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Aquela (photo Guérin).
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/700/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Mauris
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/700/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Ives Roqueta (photo Richard Nieto).
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/700/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Maria Roanet (photo Hampartzoumian).
URL http://lengas.revues.org/docannexe/image/700/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Zerby-Cros, « Ventadorn ou l’aventure d’une maison de disques occitans à Béziers », Lengas [En ligne], 67 | 2010, mis en ligne le 27 mai 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://lengas.revues.org/700  ; DOI : 10.4000/lengas.700

Haut de page

Auteur

Annie Zerby-Cros

Bibliothécaire au CIRDOC.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org