Navigation – Plan du site

Une première approche de la lexicographie provençale de l’occitan médiéval au XVIIIe siècle

Un primièr apròchi de la lexicografia provençala de l'occitan medieval al sègle XVIII
David Fabié

Résumés

Nous étudions dans cet article les ouvrages de deux lexicographes provençaux de l’occitan médiéval au XVIIIe siècle : Henri de Thomassin de Mazaugues (Aix, 1684-1743) et François Lacombe (Avignon, 1726 - Montpellier, 1794 ou 1795). Le Dictionnaire ou explication des mots provenceaux les plus anciens et les plus difficiles dont se servoient les troubadours de Mazaugues nous est parvenu grâce à une copie d’Alexandre Fauris de Saint-Vincens (1750-1819) datée de 1790. Notre analyse du dictionnaire montre que celui-ci a été composé en 1742-1743 à partir de la lecture de la Vida de sant Honorat (vers 1300) de Raimond Vidal. François Lacombe est l’auteur de deux Dictionnaires du vieux langage françois (1766, 1767) considérés comme les premières tentatives imprimées de lexicographie des langues romanes médiévales en France. L’étude des deux ouvrages révèle qu’en ce qui concerne l’occitan et le français médiéval, ils ne sont en réalité constitués que de reprises, le plus souvent de mauvaise qualité, à des ouvrages antérieurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Paris, BnF, coll. Moreau 1568-1571, 4 vol. Ce glossaire a été réalisé à partir de diverses sources  (...)
  • 2 Paris, BnF, coll. Moreau 1572-1581, 10 vol. Ce glossaire a été rédigé à partir de poèmes des trouba (...)
  • 3 Paris, BnF, Ars. 3538. 128 pages. Voir Bazalgues 1978, 99-104
  • 4 Étienne de Barbazan est l’éditeur des Fabliaux et contes des poëtes françois des XII, XIII, XIV & X (...)

1Après une longue période d’atonie, la lexicographie occitane a connu un nouvel essor au XVIIIe siècle. On observe au sein de cette activité renouvelée deux déséquilibres majeurs (Fabié à par.). Certains dialectes ont, d’une part, donné lieu à une production plus importante ; c’est le cas du provençal et du languedocien. Les lexicographes se sont, d’autre part, davantage intéressés à l’occitan moderne qu’à l’occitan médiéval. Les recherches d’envergure concernant ce dernier champ sont peu nombreuses. Les principales sont le Glossaire provençal1 et le Glossaire des troubadours2 de Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye (1697-1781), le Dictionnaire gascon3 d’Étienne de Barbazan (1696-1770)4, le Dictionnaire ou explication des mots provenceaux les plus anciens et les plus difficiles dont se servoient les troubadours d’Henri de Thomassin de Mazaugues (Aix, 1684-1743) et les Dictionnaires du vieux langage françois (1766, 1767) de François Lacombe (1726-1794 ou 1795). Ces deux derniers lexicographes sont provençaux et on sait que c’est en Provence que les recherches sur les troubadours ont été les plus développées du domaine d’oc au XVIIIe siècle. Si l’inscription de Mazaugues dans le réseau des “provençalistes” est bien connue, on ne dispose en revanche que de rares informations sur l’environnement de travail de Lacombe. Ce n’est pas là la seule interrogation qui entoure les productions des deux hommes qui n’ont été que très peu étudiées et sur lesquelles nous proposons d’apporter ici un premier regard critique.

1. Mazaugues et les “provençalistes”

2Joseph Bauquier (1880) a mis en lumière l’intense activité autour de la poésie des troubadours dans la première moitié du XVIIIe siècle au sein d’un réseau d’érudits, qu’il nomme “provençalistes”. Ce groupe réunissait principalement Henri de Thomassin, seigneur de Mazaugues, Joseph de Seytres (1688-1745), marquis de Caumont, Joseph de Bimard (1704-1742), baron de La Bastie-Monsaléon et Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye. Jean-François Courouau (à par.) est récemment plus particulièrement revenu sur les “provençalistes” provençaux des années 1730-1740 (Mazaugues, Caumont et La Bastie-Monsaléon) qui nous occuperont ici.

  • 5 Autre provençaliste provençal.

3Jean Stéfanini (1969, 209) a signalé les difficultés qu’éprouvaient les philologues provençaux du début du XVIIIe siècle face à la langue occitane médiévale. En 1711, Pierre de Gallaup Chasteuil (1644-1727)5 écrivait ainsi à Madame de Simiane qu’en raison de problèmes paléographiques (il évoque le fait que « les vers ne sont point séparés » et les « fréquentes abbréviations »)

[il] aimeroi[t] mieux traduire la langue chaldéenne ou syriaque, ou même l’iroquoise que notre ancienne langue provençale qui est à peu près aussi difficile à entendre que les vieux mémoires de messir Joinville, ou que les poësies des premiers trouvaires romanciers ou jongleurs françois. (cité in Stéfanini 1969, 209)

  • 6 Jean Bouhier (1673-1746), jurisconsulte et historien, président à mortier au Parlement de Bourgogne
  • 7 Ausiàs March (1400-1459), poète valencien.
  • 8 Par exemple l’édition de ses œuvres de 1555 (Las obras del poeta mosen Ausias March, corregidas de (...)
  • 9 L’œuvre de Du Cange a été rééditée et augmentée par les Bénédictins de la congrégation de Saint-Mau (...)
  • 10 À propos de l’occitan médiéval et moderne dans le Trésor de recherches de Borel, voir Anatole 1971 (...)
  • 11 Ce dictionnaire est resté manuscrit jusqu’à l’édition de Chabaneau et Anglade en 1913 (179-203).
  • 12 Mazaugues en avait connaissance dès 1720 : il l’évoque à cette date (23 janvier) dans une lettre à (...)
  • 13 Caumont annonce avoir reçu cet ouvrage dans une lettre à Mazaugues du 21 avril 1734 (Bauquier 1880, (...)
  • 14 « Catalogo della maggior parte delle Voci Provenzali usate dagli Scrittori Toscani » (1724, 146-172 (...)
  • 15 Le Donatz Proensals est une grammaire de l’ancien occitan rédigée par Uc Faidit aux environs de 124 (...)
  • 16 Caumont et Mazaugues ont déployé de nombreux efforts pour prendre connaissance de cet ouvrage (voir (...)

4Les difficultés d’ordre lexical n’étaient pas moindres. Pour les vaincre, les érudits provençaux ont eu recours à deux types de sources lexicographiques (indirectes et directes). Ils ont d’une part tiré avantage de comparaisons avec d’autres langues romanes ou d’autres états de l’occitan qui leur étaient mieux connus. Leur connaissance du provençal moderne a ainsi constitué leur premier point d’appui (Stéfanini 1969, 209). La lecture du Diccounari moundi (1638) de Jean Doujat a pu leur permettre d’élargir cette connaissance au languedocien moderne (Bauquier 1880, 30 ; Courouau à par.). Dans une lettre à Bouhier6 datée de 1735 (Bauquier 1880, 26 ; voir également Stéfanini 1969, 211), parmi les ouvrages que Caumont juge utiles pour l’étude des troubadours, on relève par ailleurs la mention des « poésies catalanes d’Auzias March7 » dont on remarque que plusieurs éditions sont accompagnées d’un glossaire8. Deux ouvrages traitant du français médiéval ont également été mis à profit par les provençalistes (voir Courouau à par. et Stéfanini 1969, 209) : le Glossarium ad scriptores mediæ et infimæ latinitatis (1678)9 de Charles Du Fresne (1610-1688), sieur Du Cange, et le Trésor de recherches et antiquitez gauloises et françoises (1655) de Pierre Borel (1620-1671). Ces dictionnaires constituent les principaux ouvrages lexicographiques disponibles à l’époque pour l’étude des états anciens du français et accessoirement de l’occitan10. Les provençalistes provençaux ont également eu accès à des sources traitant directement de l’occitan médiéval. Le dictionnaire manuscrit de Jean de Nostredame, Les mots que ont use les poetes provensaulx en leurs œuvres11, a fait l’objet de nombreux échanges entre les provençalistes12. Nous savons par ailleurs que ceux-ci connaissaient la Crusca provenzale (1724)13 d’Antoni de Bastero (1675-1737) dans laquelle on trouve une liste de termes d’origine occitane utilisés par les écrivains italiens selon l’auteur14. Enfin, des ouvrages médiévaux ont également été utilisés, et notamment le Donatz proensals15 présenté comme un document essentiel16 par Caumont dans une lettre à Bouhier du 16 novembre 1735 :

Mais la pièce, à mon sens, la plus essentielle pour quelqu’un qui voudroit faire des recherches agréables et utiles, par rapport à l’ancien provençal, c’est une grammaire sous le titre de Donatus provincialis. (éd. Bauquier 1880, 25)

  • 17 Lettre de Caumont à Bouhier du 16 novembre 1735 (Bauquier 1880, 25).
  • 18 On remarque par ailleurs dans cette liste la mention (« une espèce de prosodie d’un Raimond Vidal » (...)

5Caumont connaissait en outre un glossaire médiéval conservé à Florence : « on en voit un [un glossaire] infiniment plus ancien à Florence, dans la Bibliothèque de St-Laurent »17. Il s’agit probablement du glossaire provençal-italien du début du XIVe siècle conservé à la Laurenziana qui a été étudié et édité par Arrigo Castellani (1958). C’est également très probablement ce glossaire qui est évoqué (« un glossaire provençal ») par Mazaugues dans une de ses lettres à Caumont datée de septembre 1736 (cité in Stéfanini 1969, 211-212) dans laquelle il récapitule les sources dont il dispose pour l’étude de la langue des troubadours18.

6Comme le remarque Jean-François Courouau (à par.), les “provençalistes” voient très vite l’avantage qu’il y aurait à composer un dictionnaire de la langue des troubadours. Mazaugues écrit ainsi à Caumont dans une lettre du 3 janvier 1730 :

Il seroit à souhaiter que quelqu’un voulût travailler à nous rendre intelligible nos troubadours ; ce seroit une matière encore où il y auroit beaucoup de découvertes à faire. (cité in Stéfanini 1969, 211)

7À Paris, La Curne de Sainte-Palaye a ainsi composé un Glossaire provençal et un Glossaire des troubadours. En Provence, c’est Mazaugues qui s’est attelé à la tâche. Il a commencé à travailler avant 1733 puisqu’il déclare avoir déjà recueilli de nombreux « matériaux » à cette date :

Je n’ay point négligé à Mazaugues nos Troubadours et j’ay poussé assez loin le Dictionaire ou pour parler plus juste, les materiaus pour le dresser. Je commence à me familiariser avec eux, et il y a peu de choses dans leurs poësies qui me résiste à présent, et dont je ne puisse venir à bout. (lettre de Mazaugues à Caumont du 5 octobre 1733, passage cité in Stéfanini 1969, 211)

  • 19 Religieux de l’abbaye de Saint-Victor à Marseille qui a collaboré à la réédition de 1733-1736 du Gl (...)
  • 20 Cette aide apportée aux éditeurs du dictionnaire de Du Cange a valu à Mazaugues un éloge dans le Gl (...)

8Ces recherches lexicographiques sur l’occitan médiéval ont pu trouver une première diffusion dans la réédition augmentée du Glossarium ad scriptores mediæ et infimæ latinitatis (1733-1736) de Du Cange par François Dantine (1688-1746) et Pierre Carpentier (1697-1767). Une lettre (5 décembre 1734) de Le Fournier19 à Mazaugues nous apprend que celui-ci avait apporté à Dantine ses « lumières sur les mots du païs » (Bauquier 1880, 9). On peut supposer que l’occitan médiéval fait partie de ce que Le Fournier entend par cette formule même s’il est bien difficile de retrouver dans la masse du Glossarium les éléments transmis par Mazaugues20.

  • 21 Alexandre Fauris de Saint-Vincens (Aix-en-Provence, 1750-1819), historien et numismate, a occupé le (...)

9Le témoin le plus important des travaux lexicographiques de Mazaugues reste cependant un dictionnaire qui nous est parvenu grâce à une copie de Fauris de Saint-Vincens21. Il s’agit du Dictionnaire ou explication des mots provenceaux les plus anciens et les plus difficiles dont se servoient les troubadours, par ordre alphabétique. En 1790, d’après les manuscrits de M. de Mazaugues conservé à la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence (ms 778). Ce dictionnaire ouvre le Recueil sur la Provence et sur Aix en deux volumes de la main d’Alexandre Fauris de Saint-Vincens (ms 778-779). Il compte 51 pages de 30 cm de hauteur sur 18,5 cm de largeur et est paginé.

10Le Dictionnaire ou explication des mots provenceaux... n’a fait l’objet jusqu’à présent que de commentaires assez brefs. Brigitte Schlieben-Lange (1991, 117 / 2002, 80) le qualifie de « simple index de mots en ancien occitan avec des explications en français ». Jean Stéfanini (1969, 212) lui reconnaît plus de qualités :

Les extraits de leur correspondance [Thomassin de Mazaugues / La Curne de Sainte-Palaye] donnés par Bauquier montrent que la lexicographie de la langue des troubadours s’établit enfin sur des bases sûres et de vastes lectures. Il n’est que de comparer le lexique dressé par Thomassin avec celui de Nostredame qu’il utilisait au début de ses recherches !

11Essayons d’apporter quelques précisions. La question de la part prise par Fauris de Saint-Vincens dans le dictionnaire n’a jamais été posée. Le manuscrit que nous possédons constitue-t-il une copie fidèle d’un ouvrage de Mazaugues ? On ignore si celui-ci avait finalement mis en ordre les « matériaux » lexicographiques qu’il disait avoir réunis. La seule indication que nous ayons à ce propos est le titre du dictionnaire qui précise que celui-ci a été réalisé « d’après les manuscrits de M. de Mazaugues ». Cette formulation pourrait laisser penser que Fauris a travaillé à partir de plusieurs documents. Il semble néanmoins bien difficile de tirer des conclusions de cette seule donnée. Une intervention de Saint-Vincens sur le fond même du dictionnaire n’est pas non plus à exclure même s’il est vrai que seuls les écrits de Mazaugues sont mentionnés comme sources.

  • 22 Certainement pour accusatif. Mazaugues pourrait donc avoir identifié le système de déclinaison de l (...)
  • 23 Nous verrons plus loin que le dictionnaire de Mazaugues a été bâti à partir de la lecture de la Vid (...)

12L’analyse du document montre que le dictionnaire contient en réalité des éléments dont on peut affirmer avec certitude qu’on ne les doit pas à Mazaugues. On relève en effet trois mentions du dictionnaire de François Lacombe paru en 1766 que Mazaugues n’a bien entendu pas pu connaître. On trouve sous bacins (5) : « sorte d’armure ancienne, (chapeaux de fer. lacombe) ». La référence renvoie à un article de Lacombe 1766 : bassinet “chapeau de fer d’hommes d’armes”. Sous cembels (10) on trouve : « invitations, (sorte de danse paysane lacombe.) ». L’indication se réfère à l’article cembel de Lacombe 1766 : “sorte de danse de paysans”. Enfin, sous estoc (16), on lit : « arme ancienne, batons pointus. estocs accus.22 (epée longue. La Combe) ». Lacombe 1766 donne : estoc “épée longue ou bâton d’armes qui servoit à pousser & à sabrer”. On trouve un autre renvoi bibliographique dont Mazaugues ne peut pas être l’auteur sous cembelina23 (12) : « la bella cembelina fille de en raybaut sg. d’antibes guerie de lepre par st honorat. cynbelinne nom d’un ancien roy breton derivé de bel, oriental : dieu, roy. ce nom de bel ou bal se trouva assés commencé aupur indemnisé [?] parmi les peuples de l’europe chez qui les colonnies phenicies [sic] l’avoient tous doũ. [sic] apporté. accad. de litt. tom. 27. pa. 69. mr de brosses. ». La référence donnée en fin d’article se rapporte au « Second mémoire sur la monarchie de Ninive, contenant l’histoire de Bel-Nimrod, son fondateur » de Charles de Brosses (1709-1777) paru dans le tome 27 de l’Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, avec les Mémoires de littérature tirés des registres de cette Académie sorti en 1761, dans les Mémoires de littérature (1-83). Hormis la première phrase, l’article du dictionnaire est tiré du « Second mémoire sur la monarchie de Ninive ». On remarque dans la partie qui en a été reprise plusieurs passages incompréhensibles ou contenant des erreurs (nous croyons déchiffrer correctement le manuscrit) : « commencé aupur indemnisé » [?], « tous doũ. » (pour sans doute), « colonnies phenicies » (pour colonnies phenicie[nne]s). On reconnaît malgré tout le texte de de Brosses (1761, 69) : « On le [le nom de Baal] trouve assez communément parmi les peuples de l’Europe, chez qui les colonies Phéniciennes l’avoient sans doute porté ». Les aberrations du dictionnaire ne peuvent résulter que de la difficulté de lecture d’une source manuscrite. Si Saint-Vincens avait lui-même rédigé ce développement à partir des Mémoires de littérature, il aurait relevé le texte correctement. Il faut donc supposer que les « manuscrits de M. de Mazaugues » portaient des annotations d’une tierce personne que Saint-Vincens a reprises (malgré un déchiffrement approximatif dans le cas présent).

  • 24 Nous la relevons plus bas.
  • 25 La formule donnée par Mazaugues est tirée de la Vida de sant Honorat : « am pes et am tarrons » (éd (...)
  • 26 On reconnaît dans cette entrée un passage de la Vida de sant Honorat : « Alasays diz c’atretant d’a (...)

13On relève en outre des commentaires critiques qui, selon toute évidence, ne sont pas de Mazaugues. Par exemple, sous ancuey (3-4) “aujourd’hui, maintenant”, on lit entre parenthèses, après une assez longue digression historico-linguistique24 : « érudition fausse à tous égards » de la même main qui a copié le dictionnaire, mais d’une écriture plus serrée. On remarque après l’article « tarrons — poings. — an pes e an tarrons — à coups de pied et de poings » (45) le commentaire suivant, souligné : « faux »25. De même, à la suite de l’article « tans (daur) — monnoye d’or en provence » (46), on trouve la mention « faux » soulignée26.

14Il est impossible de déterminer si certains des commentaires portés aux travaux de Mazaugues ont été composés par Saint-Vincens ou si nous les devons tous à l’annotateur qui a proposé une remarque au sujet du nom cembelina à partir d’un article de de Brosses. Quoi qu’il en soit, nous pensons que, s’il est intervenu, Saint-Vincens s’est limité à des commentaires apportés aux travaux de Mazaugues. On voit mal pourquoi il aurait repris des informations qui sont jugées fausses (que cette appréciation ait été énoncée par l’annotateur inconnu ou par Saint-Vincens lui-même) si son but avait été de faire œuvre lexicographique et non de simplement recueillir les matériaux de son devancier (il intervient toutefois en relevant ou donnant un avis critique sur ceux-ci et des commentaires divers). Nous parlerons donc du « dictionnaire de Mazaugues » et sauf preuve évidente du contraire nous lui attribuons les matériaux qui le constituent.

  • 27 Nous proposons une édition critique de la première page du dictionnaire dans nos annexes (Annexes 1 (...)
  • 28 C’est pourquoi nous précisons les pages où apparaissent les articles que nous citons. Nous avons co (...)
  • 29 Page 1 (A. 1.1.27) et page 2 du manuscrit.

15Essayons à présent de donner une idée de l’organisation et de la composition du dictionnaire27. Les entrées sont classées par ordre alphabétique selon leur première lettre. La position de chaque entrée ne tient pas compte des lettres suivantes28 (voir A. 1.1). Certaines sont présentes à plusieurs reprises. On trouve par exemple deux fois le même article « autreiar — accorder »29. Deux formes quasiment identiques peuvent constituer deux entrées différentes et séparées dans la nomenclature : « abbastar — suffire » (2) et « abastar — suffire » (2). Dernier exemple, on trouve trois articles consacrés à esgart dont deux sont pratiquement similaires : « esgart — maniere, façon. detal esgart — de telle maniere » (16), « esgart — effet, maniere. de tal esgart — de telle maniere » (17) et « esgart — effêt, mezeys esgart — meme effet » (17).

  • 30 Par exemple, « abausada — etendue adj. » (A. 1.1.13) ou « las — miserable. lassa f. » (24).
  • 31 Peut-être s’agit-il parfois de mauvaises interprétations du système de cas sujet et cas régime.

16Les articles sont le plus souvent composés d’une entrée et d’une définition en français. L’entrée est séparée de la définition par un tiret. Chaque entrée est en règle générale donnée à la ligne sauf dans quelques cas où une nouvelle entrée est donnée à la suite d’un article (elle peut alors être précédée d’un tiret). Les entrées sont constituées par des termes d’occitan médiéval qui peuvent aussi bien être des substantifs, des adjectifs, des verbes qui sont parfois donnés sous une forme conjuguée, des adverbes, etc. À de très rares exceptions près30, les catégories grammaticales ne sont pas marquées, ni les genres. C’est donc la définition qui est censée porter toutes ces informations. On trouve par exemple deux entrées séparées dans la nomenclature pour deux formes similaires : ausor “noble magnifique” (A. 1.1.5) et auzor “gloire, majesté” (2). Seules les définitions permettent de saisir que la première forme est un adjectif et la seconde un substantif. De même, pour attayna “s’empresser” (A. 1.1.6) et atayna “querelle” (4), seules les définitions permettent de comprendre que la première forme est un verbe et que la seconde est un substantif. Les substantifs qui constituent des entrées sont donnés aussi bien au singulier (par exemple avi “ayeul” (A. 1.1.17)) qu’au pluriel (par exemple cans “chiens” (10) ou covens “moines” (10)31). De même, les adjectifs peuvent être donnés au masculin ou au féminin, au singulier ou au pluriel. Les verbes sont quant à eux parfois donnés à l’infinitif (abastar “suffire” (2)). Dans d’autres cas, une forme conjuguée peut tenir lieu d’entrée : aus “entend” (2). Il arrive même qu’une forme conjuguée constitue une entrée alors que la forme à l’infinitif en constitue une par ailleurs. On trouve par exemple autreiar “accorder” (1, 2) et autreget, li autreget “luy obtint” (3). On relève également quelques noms propres dans la nomenclature : aussi bien des toponymes, par exemple aygues “aix en provence” (2), ou equitania “l’aquitaine” (17), que des anthroponymes : jaume “jacques” (23), cembelina (12) (voir ci-dessus). Quelques entrées sont accompagnées de variantes : « ambe — avec. — an, anc, avec » (A. 1.1.1), « attressins — attressi » (A. 1.1.4), « aras — maintenant — ar » (A. 1.1.8), etc. On a sous andos des formes de cas sujet et de cas régime données comme équivalentes sans précisions : « andos — tous les deux, ambedos — id. ambeduy — id. » (A. 1. 1. 20).

17Pour toutes ces raisons (doublons, formes conjuguées données comme entrées alors que l’infinitif est traité par ailleurs dans un autre article), il est difficile de donner un compte précis du nombre d’entrées originales. On se bornera donc à une estimation qui les prend toutes en compte. On atteint ainsi environ 1000 entrées.

18En ce qui concerne le choix de la nomenclature, rappelons que le titre du dictionnaire annonce qu’il renferme les « mots provenceaux les plus anciens et les plus difficiles ». Il nous est difficile de juger des termes qui pouvaient poser problème au XVIIIe siècle, mais il est vrai que sont relevés peu de mots qui nous paraissent transparents. On en trouve malgré tout, comme par exemple aysso (A. 1.1.10) ou aytal (A. 1.1.12).

19Les définitions se limitent la plupart du temps à des traductions en français, par exemple : amermar “diminuer” (A. 1.1.15) ou esmay “tristesse” (17). Elles se font plus rarement descriptives : quand Mazaugues n’est pas en mesure de donner un équivalent exact semble-t-il, par exemple : follia “sottise contre l’honneur” (19). Dans de très rares occasions, on ne trouve pas de définition, mais le simple relevé d’une forme. C’est le cas pour en antada (A. 1.1.28).

  • 32 Nous ignorons à quel ouvrage cette mention fait référence.
  • 33 Le manuscrit porte bien fondus pour tondus. Cette erreur ne peut, selon nous, s’expliquer que par u (...)

20Les définitions sont parfois accompagnées de références à des ouvrages qui ont servi de source lexicographique. Claude Fauchet (1530-1602) est l’auteur le plus fréquemment cité. On le trouve par exemple sous brans (“épées”) : « branc epée ita fauchet. »32 (5). On rencontre également des renvois à Étienne Pasquier (1529-1615), sous compans “compatissant” (11) ou sous parage “elevation, distinction” (32), par exemple. Mazaugues mentionne par ailleurs à plusieurs reprises des articles de l’Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, avec les Mémoires de littérature tirés des registres de cette académie. Par exemple, sous esquern (17) : « Eclat de rire. nous disons encore aujourd’huy s’escarcagna — eclater de rire. Benoit de Ste maure un de nos anciens poëtes s’est servi du mot eschar pour synonyme de ris &c. acad. de litt. tom. 8 pa. 625 mr lancelot. ». La référence renvoie à un article d’Antoine Lancelot (1675-1740) : « Suite de l’explication d’un monument de Guillaume le Conquérant » paru dans le huitième tome de l’Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres (1733, 602-668). On lit au bas de la page 625 : « Li eschari. Benoist de sainte Maure un de nos anciens Poëtes s’est servi du mot eschar pour synonyme de ris, de joye, de divertissement. ». On trouve une autre référence au même article de Lancelot sous grenons (21) : « poils de la barbe, de la moustache. tiran surs pels elurs grenons. ils s’arrachent poils et barbe. tui erent fondus33 et reiz ne leur etoient guernon remeiz. trestes roman de rou. acad. de litt. t. 8. p. 660. ». On trouve bien cette citation dans l’article de Lancelot : « Quer tuit erent tondus & reiz, / Ne lour estoit *guernon remeiz. » (660), accompagnée d’une note de traduction en bas de page : « *Guernon, grenons, moustaches. V. Du Cange au mot grani ». On relève une autre référence à l’Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettre sous sens “entendement” (44). Borel est également cité, sous gambayson (21). On rencontre enfin des références à l’Histoire littéraire de la France (1733-1763) de la congrégation de Saint-Maur sous ancuey (voir ci-dessous) ou sous drud : « strenuus, fidelis dans les fonctions de son ministere. hist. litt. de la france, sur le mot druide » (14). Voici le texte qui a été repris : « Mais ne seroit-il pas plus naturel de dire que le nom de Druides leur est venu du mot celtique drud, qui a la même signification que le strenuus & le fidelis des Latins, un homme diligent & fidele dans les fonctions de son ministere ? » (1733-1763, I, 30).

  • 34 Cette référence renvoie au Recueil de l’origine de la langue et poésie françoise dans lequel une no (...)

21Dans la plupart des cas, ces références montrent le profit que Mazaugues a tiré d’un rapprochement entre l’occitan médiéval et l’ancien français. On peut encore relever à ce propos l’article « drut — fier, ferme. drut — fornicateur, amant, ami » (13) à la suite duquel Mazaugues cite l’ancien français druerie qu’il a relevé chez Fauchet : « druerie — amitié. fauchet »34. Autre exemple sous mestier “besoin” (28), Mazaugues cite un passage d’un poète français du XVIe siècle, Gilles Corrozet (1510-1568) : « Corrozet auteur françois qui vivoit en l’an 1544 dit alors : qui en avoit bon mestier — bon besoin » (28).

  • 35 Localité correspondant certainement à l’actuelle commune de Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône).
  • 36 Localité correspondant certainement à l’actuelle commune de La Verdière (Var).
  • 37 Voir également l’article esquern que nous citons plus haut et l’article ancuey que nous citons plus (...)

22Mazaugues s’est également appuyé sur sa connaissance de l’occitan moderne. On trouve ainsi des références au provençal du XVIIIe siècle à plusieurs reprises. Par exemple, sous atahuc (2) “cercueil” : « a bouc35 on dit encore taü », sous vas (49) “tombeau” : « à la verdiere36 on l’appelle encore vas », sous carre (12) “charriot” : « lou grand carre (aujourd’hui) » ou encore sous fantaumary (19) “inutilité” : « nous disons aujourd’huy fantaumariés » (19)37.

23Les définitions sont quelquefois suivies de commentaires d’ordre varié. Nous avons déjà évoqué la digression que l’on trouve sous ancuey (voir ci-dessus). Voici l’article dans son intégralité :

  • 38 Précision apportée dans la marge, d’une autre encre mais de la même main semble-t-il.
  • 39 Idem. La référence correcte est celle donnée en marge. On trouve un passage à propos du calendrier (...)

ancuey — aujourd’huy, maintenant on dit vuei et au dela de la Durance et sur les bords ancuey est encore en usage. Sur quoy on nous dit (Hist. litt. [de la France]38 des Gaules tom. I [tom. I partie 1. pa. 37]39 pa. 34. in 4o. paris 1733) que tous les anciens gaulois fort devots à pluton dont ils croyoient tirer leur origine, commençoient en son honneur la nuit les mois et les années, et comptoient les saisons non par les nombres des jours mais par le nombre des nuits, de sorte que chez eux la nuit precedoit et avoit le pas sur le jour. De la cette ancienne maniere de parler qui n’est plus en usage et suivant laquelle on disoit en nuit, c’est ancuey pour dire aujourd’huy. Caes. de bel. gallic (érudition fausse à tous égards) (3-4)

  • 40 La source mentionnée est le Recueil de l’origine de la langue et poésies françoise de Fauchet paru (...)

24Autre exemple, avec cette fois-ci un commentaire d’histoire littéraire sous cantar (8) : « poesie. ni en roman ni en cantar, ni en prose ni en vers. il y avoit donc des romans en prose comme dit fauchet pa 541. de la lang. et poes. franc. »40

  • 41 Nous avons utilisé la Concordance de l’Occitan Médiéval (2005) de Peter T. Ricketts pour identifier (...)

25Les articles sont assez fréquemment illustrés par des citations d’occitan médiéval. On en compte en moyenne deux ou trois par page. Nous avons relevé et analysé dans nos Annexes (A. 1.2.) celles que l’on trouve dans les articles de la lettre A. Toutes les citations que nous avons recensées (A 1.2.1-A 1.2.8) sont extraites de la Vida de sant Honorat41. Nous n’avons pas étendu une telle recherche à l’ensemble des citations du dictionnaire. Nous en avons cependant analysé un grand nombre et n’en avons identifié que deux qui ne sont pas reprises à la Vida de sant Honorat. Elles sont tirées des Vies des plus célèbres et anciens poètes provensaux (1575) de Jean de Nostredame. On trouve sous calar (8) : « mays val calar que fol parlar — il vaut mieux se taire que de mal parler ». Il s’agit d’une formule que Nostredame attribue à Guillaume Durant dans ses Vies... (1575, 127) : « Mais val calar / Que fol parlar ». Sous bouka “bouche” (5), on lit : « bouka qu’as dich bouquetto — parlaras pas ». Nous supposons que cette illustration est en réalité composée de deux éléments distincts. Le premier : « bouka qu’as dich » est prêté par Nostredame (1575, 136) à Bonifaci de Castellane : « Bouka qu’as dich ? ». Le second : « bouquetto — parlaras pas » est probablement une expression provençale moderne.

  • 42 Toujours grâce à la Concordance de l’Occitan Médiéval (2005) de Peter T. Ricketts.
  • 43 A. 1.1.1, A.1.1.4, A. 1.1.8, A. 1.1.10, A. 1.1.12, A. 1.1.20.
  • 44 Voir ci-dessous.

26Partant de ce constat, nous avons recherché dans la Vida de sant Honorat l’apparition des termes traités dans la première page du dictionnaire que nous avons éditée42. Nous n’avons pas effectué ce repérage pour les termes très courants43 dont la présence dans ce texte n’est pas significative. À l’exception de absobres (A. 1.1.19), que nous ne sommes pas parvenu à interpréter, la totalité des entrées analysées se trouve dans la Vida. On remarquera cependant pour l’une d’entre elles (A. 1.1.2) une incompatibilité entre la définition proposée par Mazaugues et son occurrence dans ce texte qu’on peut certainement expliquer par une mauvaise interprétation du lexicographe. Par ailleurs, nous n’avons reconnu certaines entrées dans la Vida qu’après une reconstitution de formes de toute évidence erronées ou mal interprétées (A. 1.1.28, A. 1.1.30). En dehors de la première page du dictionnaire, notre attention a été attirée par des articles accompagnés de mentions qui semblent être des références à des manuscrits. On en trouve de deux types. Tout d’abord, des renvois à des folios, par exemple : « en antada. fol. 119. » (A. 1.1.28), ou « establida — veillée au jeu ou à la debauche, avant ou après souper. — un servent de mala vida que fasia loser l’establida. fol. 101. v. » (16). Ces références renvoient à un manuscrit de la Vida de sant Honorat. En effet, à chaque fois qu’on trouve un renvoi de ce type, on a affaire à un terme ou à une citation présents dans la Vida. C’est le cas pour en antada (A. 1.1.28). C’est également le cas pour la citation donnée sous establida qui se trouve bien dans la Vida : « a un servent de mala vida / que fazia lo sser l’establida) » (éd. Ricketts 2007, leçon du manuscrit B44 des vers 4400-4401). On rencontre par ailleurs les formules « canc. 3 » et « canc. 4 » qui sont cependant moins fréquentes. On les remarque par exemple dans les articles suivants : « absobres — par le moyen. canc 3 » (A. 1.1.19), « blos — defait, vil, affoibli. canc 3. » (5) ou « grazir — choisir. canc. 4. » (20). Une seule citation est accompagnée de la mention « canc. 3. » : « pes o plasa — cui qe pes — quoiqu’il arrive. canc. 3. » (33). Celle-ci se trouve dans la Vida de sant Honorat : « a qui que pes o plasa » (éd. Ricketts 2007, v. 5843). Nous avons déjà précisé que nous n’avons pas pu interpréter absobres qu’il nous est donc impossible de localiser dans des textes. Pour ce qui concerne blos, qui est également accompagné de la mention « canc. 3 », on le rencontre aussi dans la Vida de sant Honorat (v. 297, v. 1216). Tout comme grasir (v. 5941). Ce repérage ne nous aide cependant pas à déterminer quel est le sens des formules « canc. 3 » et « canc. 4 ».

27Le corpus restreint que nous avons étudié ne nous permet pas d’assurer que le dictionnaire n’a été établi qu’à partir de la Vida de sant Honorat. Nous pouvons néanmoins affirmer que ce texte en constitue la base principale. On sait (Bauquier 1880, 56-58) que Mazaugues a eu connaissance de la version versifiée de la Vida de sant Honorat en mai 1742, grâce à un manuscrit (aujourd’hui Bibl. Nat., fr. 24954) qui appartenait alors à un avocat aixois. Les matériaux du Dictionnaire ou explication ont donc été composés après cette date. Mazaugues étant mort en 1743, on peut par conséquent les dater des années 1742-1743.

  • 45 Pour une description de ce manuscrit (B dans la classification de Ricketts), voir Ricketts in Ferau (...)
  • 46 Lettre de Mazaugues à Sainte-Palaye datée du 4 mai 1742 (Bauquier 1880, 58).
  • 47 Nous avons utilisé le relevé des annotations du manuscrit B donné par Ricketts (éd. 2007).
  • 48 Le relevé des annotations, qui reprend les éléments du texte commenté, donne gandren lebriers (éd. (...)
  • 49 Même problème que précédemment. Le relevé des annotations donne gandren (éd. Ricketts 2007, 17) et (...)
  • 50 La première citation de l’article est également tirée de la Vida : « el poyn Joyosa » (éd. Ricketts (...)

28Le manuscrit de la Vida de sant Honorat que Mazaugues a consulté a la particularité de porter des notes et des traductions en français dans la marge45. On ignore qui est l’auteur de ces annotations, mais leur écriture peut être datée du XVIIe siècle (Ricketts in Feraud 2007, 17). Mazaugues semble bien s’être appuyé sur ces matériaux qu’il mentionne dans la description qu’il donne à Sainte-Palaye du manuscrit de la Vida qu’il a découvert à Aix : « On y voit de temps en temps, à la marge, l’explication de quelques mots et de quelques phrases, d’une écriture plus moderne »46. Voici quelques exemples de similitudes47 : dans le manuscrit utilisé par Mazaugues, le mot lays (v. 258) est accompagné de la note : « chantz ». Le même mot lays est plus loin (v. 524) accompagné de la note : « son ses complainctes ». On trouve dans le dictionnaire de Mazaugues : « lay — plainte, chant. » (23). La séquence gandren lebriers48 (v. 266) est traduite dans la marge « a force lebriers ». On trouve plus loin gandren49 (v. 519) également traduit dans la marge : « plusieurs ». Mazaugues propose : « gandren — plusieurs. » (19). À propos des termes « elmes e bacins » (v. 1741), on trouve dans la marge : « elmes e bacins sont armures du temps passé. ». Mazaugues emploie une formulation proche sous bacins : « sorte d’armure ancienne » (5). Signalons enfin un commentaire portant sur le vers « Joyosa dintz lo cors li bota » (v. 1732) : « l’aste (?) de Charlemagne nom .... Joyose. » que Mazaugues a repris dans son dictionnaire et accompagné de ce même vers : « joyosa — lance de Charlemagne. el ponh joyosa — la lance à la main. joyosa dins lo cor, li bota — il luy plante sa lance dans le corps. » (23)50 (voir également A. 1.1.18 et A. 1.1.25). On remarque que Mazaugues cite dans son article le passage annoté dans le manuscrit. Tel n’est pas toujours le cas. Le terme gaudina (v. 305) est traduit dans le manuscrit B : « forrest ». Mazaugues donne une glose comparable : « gaudina — espece de forest. » (20). La citation que relève Mazaugues à la suite : « non laysset forest ni gaudina — il parcourut les forêts et les bois. car per forest ni per gaudina non veyres venir ni tornar. » (20) ne correspond cependant pas au passage qui est annoté dans le manuscrit : « qu’avian tant esperat l’enfant / pres de tres anz en la gaudina / on avian mot paura cozina » (v. 304-306). Ceci ne nous semble toutefois pas interdire de voir dans la note du manuscrit une source à l’article de Mazaugues.

29Les notes du manuscrit B n’ont pas toutes été reprises. Les traductions de alarcs (v. 279) : « bondz » ou de arabi (v. 293) : « cheval turc ou barbar », par exemple, ne rencontrent pas d’écho dans le dictionnaire de Mazaugues. D’autre part, de nombreux articles qui traitent des termes extraits de la Vida de sant Honorat ne trouvent pas leur source dans les notes du manuscrit qui sont bien moins nombreuses que les entrées du dictionnaire.

  • 51 Dans notre étude de la première page, nous avons systématiquement comparé les articles de Mazaugues (...)
  • 52 A 1.1.1, A. 1.1.4, A. 1.1.5, A. 1.1.7, A. 1.1.8, A. 1.1.9, A. 1.1.13, A. 1.1.27, A. 1.1.29.
  • 53 Voir également notre référence au dictionnaire de Nostredame sous ausor (A. 1.1.5).
  • 54 Sur ce point, Nostredame a raison. Ricketts note dans la « Table des noms propres » (728-737) de so (...)

30Il reste à déterminer le rôle éventuel des sources lexicographiques que les provençalistes connaissaient51. Commençons par le dictionnaire de Nostredame, Les mots que ont use les poetes provensaulx en leurs œuvres. Même si on ne relève jamais d’identité absolue entre les deux documents, on remarque un grand nombre d’articles communs à Mazaugues et Nostredame52. Ces recoupements entre les deux dictionnaires peuvent s’expliquer par le fait que Nostredame s’est lui aussi appuyé sur la Vida de sant Honorat pour travailler. Il se réfère à ce texte à plusieurs reprises. Sous brandir, sous bruelh, par exemple, on trouve après une citation : « Vie St Honoré »53. Les définitions de Mazaugues ne correspondent pas exactement à celles de Nostredame et sont même parfois en contradiction. Prenons par exemple le terme Bellanda, toponyme que l’on rencontre dans la Vida de sant Honorat. Mazaugues propose de l’identifier à « frejus » (5) alors que Nostredame l’identifie plutôt à « Nysse »54. Tous les termes relevés par Nostredame ne se trouvent pas dans le dictionnaire de Mazaugues. On ne rencontre pas d’article consacré à aclapat, acordansa, par exemple. Malgré ces dissemblances, il ne nous semble pas que l’on doive expliquer les similitudes relevées uniquement par le fait que les deux hommes ont utilisé la Vida de sant Honorat. On sait que Mazaugues possédait le dictionnaire de Nostredame, il paraît donc assez peu probable qu’il ne l’ait pas consulté pour rédiger le sien. L’utilisation qu’il en a fait n’est pas servile, mais a pu lui fournir des indications précieuses.

  • 55 Ces deux termes sont également traités par Nostredame.
  • 56 On ne retrouve pas, par exemple, les articles atur “esforzare o destregnere”, astruxs “ave(n)turato (...)

31En ce qui concerne le glossaire de la Laurenziana, on remarque également des articles communs, mais bien plus rarement (A. 1.1.5, A. 1.1.2755). Les similarités entre Mazaugues et le Donatz proensals sont aussi rares. De plus, elles concernent des termes courants (A. 1.1.4, A. 1.1.7, A. 1.1.8). On remarque par ailleurs une divergence entre les deux documents (A. 1.1.6). Les ressemblances avec Borel sont également peu nombreuses (A. 1.1.1, A. 1.1.3, A. 1.1.8, A. 1.1.16). On relève seulement deux similarités entre Mazaugues et Bastero (A. 1.1.21, A. 1.1.29) et une divergence (A. 1.1.3). Par ailleurs, la grande majorité des entrées traitées dans le glossaire de la Laurenziana ne trouve pas de correspondance dans le dictionnaire de Mazaugues56. Il en est de même pour les glossaires du Donatz proensals et de Bastero. Nous n’avons pas fait entrer le glossaire qui accompagne les œuvres de March dans l’édition de 1555 dans notre comparaison systématique. Il ne présente pas de similitude significative avec le dictionnaire de Mazaugues. Celui-ci a donc pu consulter ces ouvrages pour composer ses gloses, mais il n’a pas repris leurs matériaux tels quels dans son dictionnaire.

32Mazaugues n’a pas construit son œuvre lexicographique par compilation de travaux antérieurs. Il a travaillé à partir de ses lectures. Le texte qui a servi de base principale à son dictionnaire est la Vida de sant Honorat. S’il ne s’est pas contenté de copier ses devanciers, Mazaugues a cependant mis à profit un grand nombre de sources, à commencer par les annotations que porte le manuscrit (B) de la Vida de sant Honorat qu’il a utilisé. Il faut également citer le dictionnaire de Nostredame et les œuvres de Fauchet, Pasquier, Borel et les parutions érudites du début du XVIIIe siècle. Mazaugues s’est également appuyé sur sa connaissance de l’occitan moderne auquel il se réfère parfois.

  • 57 Pour juger de la fiabilité des informations de Mazaugues, nous avons donné des renvois aux dictionn (...)
  • 58 adoncs “alors” (LvP sous adonc).
  • 59 Mazaugues donne cependant un autre article sous la bonne forme : « tro — jusqu’a ce que. » (44).
  • 60 troque “jusqu’à ce que” (LvP sous tro).
  • 61 girfalc “[oiseau de proie de la famille des Falconidés], gerfaut” (LvP).
  • 62 Mazaugues donne une citation, dans laquelle apparaît caifamida, qui nous a permis de rétablir la fo (...)
  • 63 caramida “calamite, pierre d’aimant” (LvP).

33Terminons par quelques mots à propos de la qualité du dictionnaire57. Ceci nous éclairera sur le degré de familiarité de Mazaugues avec l’occitan médiéval. Commençons par les problèmes de paléographie. Les formes résultant d’erreurs de lecture ne sont pas rares. Certaines d’entre elles — toutes assez peu probablement — peuvent être dues à de mauvaises copies de Saint-Vincens (voir ci-dessus). Les erreurs touchent aussi bien des termes assez courants : adoux (2) (“alors”) pour adonx58, croc59 (10) (“jusqu’à ce que”) pour troc60 que des termes plus rares : girfalos (21) (“espece d’oiseau qui vole fort haut, ce doit etre une grue ou un epervier”) pour girfalcs61 ou caifamida62 (11) (“boussole à ce qu’on croit”) pour caramida63.

  • 64 aul “mauvais, misérable” (LvP sous avol).

34On remarque également des mécoupures dans les entrées. On a ainsi sous la lettre A, en antada (A. 1.1.28) que Mazaugues a certainement interprété comme une locution alors qu’il faut reconnaître ici le participe passé féminin de enantar : enantada. Autre exemple, la forme daul (pour d’aul64) : « daul — mauvais, mechant. daul companhia — mauvaise compagnie. » (14) alors qu’on a un article pour aul : « aul — aucun » (2). Cette fois-ci la forme est bonne, mais la définition est incorrecte. Comme nous l’avons déjà précisé, on note par ailleurs dans l’ensemble une lemmatisation des entrées tout à fait sommaire ou même inexistante.

35Comme dans la définition de l’article girfalos que nous avons citée plus haut, on trouve à plusieurs reprises l’expression d’hésitations. Voici d’autres exemples, sous conhada (6) : « belle sœur. fol. 142e — peut etre aussi cousine », sous bugua (5) : « poisson, apparemment bogue. fol. 170. », sous sasesma (43) : « peut etre s’appaise, se tranquilise. fol. 152. », et enfin sous laor (25) : « on croit que c’est le droit de lods. »

36L’entrée assouta (A. 1.1.2) fait apparaître un type d’erreur plus rare. Mazaugues voit dans cette forme un infinitif alors qu’il faut plutôt y reconnaître un participe passé féminin.

37On rencontre également des définitions incorrectes. Nous avons relevé plus haut quelques articles accompagnés, à juste titre, de la mention « faux ». Nous pouvons ajouter les articles attayna (A. 1.1.6), antrenant (1.1.14) et arrage (A. 1.1.26). On peut encore citer la confusion dans le traitement de vejaire “manière de voir, opinion, avis” (LvP). On trouve deux articles. Le premier est incorrect : « veiayre — aventure ce qu’on a vû en voyage, phisionomie. » (48). Le second, bien que plus exact, est assez confus : « veiayre — ce qui semble. segon son veiayre — selon ce qu’on a vu en voyage ou ce qui luy semble. autrement. e dis li son veiayre — il luy raconte ce qu’il a vu sur son chemin. » (51). Un rapprochement inexact avec la forme occitane moderne viatge (“voyage”) a probablement induit Mazaugues en erreur.

38Ces erreurs ou approximations restent cependant minoritaires. Dans la plupart des cas, les formes et les définitions sont correctes comme le montre notre édition de la première page du dictionnaire. C’est ainsi que l’affirmation de Mazaugues que nous citions plus haut dans une de ses lettres à Caumont : « Je commence à me familiariser avec eux [les troubadours], et il y a peu de choses dans leurs poësies qui me résiste à présent, et dont je ne puisse venir à bout... » bien que certainement exagérée trouve une certaine vérification dans son dictionnaire. Jean Stéfanini juge le dictionnaire de Mazaugues bien supérieur à celui de Nostredame. Il est vrai que le dictionnaire de Mazaugues est plus vaste que celui de Nostredame. Nous avons estimé que le premier compte environ 1000 entrées contre environ 500 pour le second. Quant à la qualité des informations, nous dirions qu’elle est comparable. L’ampleur du dictionnaire de Mazaugues est certes supérieure à celle du dictionnaire de Nostredame, mais sa nomenclature reste tout de même limitée. Si on le compare aux travaux de Sainte-Palaye, on ne peut que constater son infériorité. Le Glossaire des troubadours est bien plus étendu et a été établi à partir de très nombreux textes alors que le dictionnaire de Mazaugues se réduit — peut-être exclusivement — à un glossaire de la Vida de sant Honorat.

39Une édition du dictionnaire dans sa totalité pourrait permettre de déterminer si d’autres textes entrent dans sa base. Si tel n’est pas le cas et que seule la Vida de sant Honorat a été utilisée, ne pourrait-on pas imaginer que Mazaugues avait réalisé les glossaires de différentes œuvres et que ceux-ci constituaient les « matériaux » de son dictionnaire ? Si on en croit Mazaugues, qui déclare avoir commencé à travailler à un tel projet dès 1733, il est certain que ce dictionnaire de 1742-1743 ne constitue qu’une partie de ses travaux lexicographiques.

40Mazaugues ne semble pas avoir partagé ses matériaux lexicographiques avec Sainte-Palaye. Du moins pas avant avril 1738. À cette date, celui-ci écrivait en effet à Mazaugues pour le remercier de lui avoir transmis le dictionnaire de Nostredame tout en regrettant qu’il ne lui ait pas fait part de ses propres recherches :

J’aimerois bien mieux que vous eussiez pris vous mesme la peine de recueillir les mots que vous avez rencontrez dans vos lectures, et que vous y eussiez joint les explications que vostre savoir et votre pénétration vous auroient mis en estat de faire mieux que personne. (éd. Bauquier 1880, 46)

41Fauris de Saint-Vincens mis à part, nous ignorons si le dictionnaire a été connu et utilisé par la suite. Nous savons que Raynouard était en contact avec Fauris (voir Raynouard 1816-1821, I, 344). Il ne fait cependant aucune mention du dictionnaire de Mazaugues.

2. Les Dictionnaires du vieux langage françois de François Lacombe

  • 65 Cet ouvrage a certainement paru dans les derniers mois de 1765. On en trouve en effet un compte ren (...)
  • 66 Voir Damian-Grint 2006, 121. Le nom de Lacombe n’apparaît pas dans la remise en vente de 1768. On y (...)
  • 67 La première édition du dictionnaire de Le Roux date de 1718.
  • 68 Monica Barsi se fonde uniquement sur le fait que toutes les nouvelles entrées de l’édition de 1786 (...)

42François Lacombe est l’auteur de trois publications lexicographiques : deux Dictionnaires du vieux langage françois dont l’un est daté de 176665 et l’autre de 1767, et un Dictionnaire de la langue romane, ou du vieux langage françois paru en 1768. Le Dictionnaire de 1767 est, comme nous l’apprend sa page de titre, un « Supplément » à l’ouvrage daté de 1766. Quant à l’ouvrage daté de 1768, il s’agit en réalité d’une remise en vente sous un nouveau titre du dictionnaire de 176666. Monica Barsi a en outre attribué à Lacombe l’édition de 1786 du Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial67 de Philibert Joseph Le Roux (Barsi in Le Roux 2003, xl-xliii68).

  • 69 Dans son Histoire des hommes illustres de la Provence (1786-1787), Claude Achard affirme que Franço (...)
  • 70 Voir la notice de A. Maureau (1994).

43Antoine-François Béligat Lacombe dit François Lacombe est probablement né à Avignon, le 10 septembre 172669. Son père, tailleur, lui aurait procuré une bonne éducation au collège des jésuites de sa ville natale. Après ses études, Lacombe a quitté la Provence pour Paris où il s’est lancé dans la carrière littéraire. Il est très certainement mort à la fin de l’année 1794 ou au début de 1795 puisqu’on trouve dans le décret du 18 fructidor an III (4 septembre 1795), accordant des secours à 118 hommes de lettres : « Lacombe en la personne de sa veuve »70. Il aurait été à sa mort commissaire de police à Montpellier (Michaud 1843-18??).

44Lacombe a débuté dans le monde des lettres par la traduction d’une œuvre de John Boyle (1707-1762), comte de Cork et d’Orrery, Remarks on the Life and Writings of Dr. Jonathan Swift (1751), qu’il a fait paraître en 1753. Son intérêt pour la vie intellectuelle et l’histoire anglaises s’est également manifesté dans ses Lettres sur l’enthousiasme de milord Shaftesbury, avec sa vie, traduites de l’anglais par M. Lacombe (1761) et des Observations sur Londre [sic] et ses environs, avec un Précis de la constitution de l’Angleterre et de sa décadence (1777). Lacombe a par ailleurs composé deux recueils (1759, 1761) de lettres apocryphes de Christine de Suède.

  • 71 Il faut tout de même préciser qu’est également paru en 1766 le Glossarium novum ad scriptores medii (...)
  • 72 Il faut également citer le compte rendu que Gilles Roques (2004) a donné de cette édition. Celui-ci (...)

45Bien que le Dictionnaire du vieux langage françois daté de 1766 constitue le « premier dictionnaire imprimé du “français” médiéval » (Swiggers 2001, 87)71, peu de chercheurs se sont penchés sur l’œuvre lexicographique de Lacombe. Les derniers travaux en date sont les plus importants. Certains matériaux des Dictionnaires du vieux langage françois étant passés dans l’édition de 1786 du Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial, Monica Barsi s’est intéressée à Lacombe dans son édition critique (2003) du dictionnaire de Le Roux72. Peter Damian-Grint (2006, 119-122) a, quant à lui, consacré quelques pages de son histoire des dictionnaires d’ancien français du XVIIIe siècle à Lacombe.

46La question de l’appartenance de Lacombe aux réseaux érudits de son temps est essentielle. D’après René Merle (1990, 165), il aurait eu accès aux travaux des Provençaux, Mazaugues, Caumont et La Bastie et les aurait mis à profit. Pierre Swiggers (2001, 87) affirme, quant à lui, que « l’œuvre menée au sein de l’Académie des Inscriptions nourrira, dans la seconde moitié du siècle, les travaux lexicographiques de François Lacombe ». Ces assertions ne sont toutefois accompagnées d’aucune preuve.

  • 73 Les exemplaires qui mentionnent ce prêt de La Curne de Sainte-Palaye portent également une dédicace (...)

47Il est vrai que Lacombe se place sous le patronage scientifique de La Curne de Sainte-Palaye dans l’« Avis de l’auteur » du Dictionnaire de 1766. Celui-ci lui aurait communiqué un « recueil immense » des troubadours. On remarque cependant que cette mention n’est pas présente dans tous les exemplaires du Dictionnaire de 176673. Cette divergence pose problème. On imagine mal que les deux versions soient concomitantes. Il faut donc que l’une soit une correction de l’autre. Soit la référence a été utilisée sans autorisation et/ou justification et a été retirée, soit elle a été ajoutée en cours de tirage. Monica Barsi (in Le Roux 2003, xli), qui ne semble pas avoir eu connaissance de l’existence d’exemplaires qui ne portent pas trace d’un prêt de Sainte-Palaye, déduit de ce passage de l’« Avis de l’auteur » que « Lacombe était un collaborateur de Sainte-Palaye, qu’il avait accès à ses travaux et qu’il les a amplement, bien qu’indistinctement, utilisés pour composer son répertoire et probablement pour intégrer Le Roux 1786 ». Plus loin (2003, lxxix), elle tire une même conclusion du passage suivant de l’« Avis au lecteur » du Dictionnaire de 1767 :

L’Histoire de la Poésie Françoise, avec des Pieces choisies des meilleurs Troubadours & des autres Poëtes, depuis Henri I jusqu’à Louis XIV, paroîtra l’année prochaine. On ose se flatter qu’avec le secours & les conseils généreux de M. Lacurne de Sainte-Palaye, on rendra cette Histoire très intéressante & neuve. (1767, lxxii)

48L’ambiguïté que Lacombe laisse planer dans sa formulation nous semble interdire une interprétation claire de ce paragraphe. Annonce-t-il une publication dont il serait lui-même l’auteur ? Il n’a en tout cas jamais fait paraître un tel ouvrage. Nous ne saurions donc tirer aucune conclusion de ces extraits.

49Monica Barsi (in Le Roux 2003, lxxx-lxxxiii) a par ailleurs montré que l’auteur de l’édition de 1786 du dictionnaire de Le Roux a eu accès et a utilisé les travaux manuscrits du philologue Étienne de Barbazan. Si Lacombe est le responsable de cette réédition, ce qui rappelons-le, ne nous paraît pas certain, avait-il connaissance des recherches de Barbazan dès avant la publication de ses dictionnaires de 1766 et 1767 et les a-t-il utilisées ? Espérons que l’étude des deux dictionnaires permettra d’apporter des réponses à ces questions.

  • 74 Selon les exemplaires, p. iii-iv ou p. vii-viii.

50Avant d’analyser les travaux lexicographiques proprement dits de Lacombe, essayons de préciser quelles sont ses thèses linguistiques et littéraires. Le dictionnaire de 1766 ne comporte pas véritablement d’exposé scientifique. On trouve seulement un « Avis de l’auteur »74 dans lequel Lacombe annonce qu’il a renoncé à donner une « Dissertation sur l’origine & les progrès de la Langue Françoise » en raison du trop grand développement qu’a pris ce « Mémoire ». Les seules informations disponibles pour le lecteur sont donc celles que l’on trouve dans le large développement donné au titre de l’ouvrage. Le voici dans sa totalité : Dictionnaire du vieux langage françois, enrichi de passages tirés des manuscrits en vers & en prose, des actes publics, des ordonnances de nos rois, &c. Ouvrage utile aux légistes, notaires, archivistes, généalogistes, &c. Propre à donner une idée du génie, des mœurs de chaque siecle, & de la tournure d’esprit des Auteurs ; & nécessaire pour l’intelligence des Loix d’Angleterre, publiées en François depuis Guillaume le Conquérant, jusqu’à Edouard III. On n’en apprend pas beaucoup plus sur ce « vieux langage françois » si ce n’est qu’il a également eu cours outre-Manche. Les limites géographiques sont donc assez floues. Les limites temporelles ne sont quant à elles pas évoquées hormis en ce qui concerne le cas particulier de l’Angleterre.

51Le titre de l’ouvrage de 1767 apporte quelques précisions : Dictionnaire du vieux langage françois ; contenant aussi la Langue Romance ou Provençale ; & la Normande, du neuvieme au quinzieme siecle ; enrichi de passages en vers & en prose, pour faciliter l’intelligence des loix, des usages, des coutumes & des actes publics : avec un coup d’œil sur l’origine, sur les progrès de la langue & de la poésie françoise, des fragmens des troubadours & des autres poëtes, depuis Charlemagne jusques à François I. On voit apparaître la référence à la « Langue Romance ou Provençale », mais aussi à la langue « Normande ». Le « vieux langage françois » serait distinct de ces deux langues et la « Langue Romance » correspondrait au provençal. Ces différentes langues seraient prises en compte depuis le règne de Charlemagne jusqu’à celui de François Ier. Laissons pour l’instant de côté la question de l’adéquation de ces descriptions avec le contenu réel des deux volumes.

52On peut supposer que la « Dissertation sur l’origine & les progrès de la Langue Françoise » annoncée en 1766 par Lacombe a en fait trouvé une matérialisation dans la « Préface ou coup d’œil sur l’origine, sur les progrès de la Langue & de la Poésie Françoises, avec des Fragmens des Troubadours, & des autres Poëtes, depuis Charlemagne jusqu’à François I » que l’on trouve en tête du dictionnaire de 1767 (i-lxx). C’est dans ce « Coup d’œil » que Lacombe présente ses vues linguistiques et littéraires. Le plan de cette préface est chronologique. Les éléments historiques relevés sont systématiquement précédés d’une datation.

53Nous ne proposons pas une analyse génétique de la Préface dans sa totalité. Nous nous bornons aux premières pages qui sont représentatives de l’ensemble. Dès la première phrase :

Les Romains, après avoir conquis les Gaules, y établirent leurs Loix & leur Langue. Ils créerent des Préteurs & des Juges. (1767, i)

54on reconnaît un emprunt à un ouvrage antérieur. Lacombe reprend ici un extrait de la « Dissertation sur l’origine de la langue françoise, sur ses variations, & sur ses richesses, avec un projet de Dictionnaire Etimologique » donnée par Barbazan dans son édition de L’ordene de Chevalerie (1759, 1-109) :

Les Romains s’emparerent des Gaules quarante trois ans avant la naissance de Jesus Christ ; leur premier soin fut d’y introduire leur Langue, & pour imposer à ces peuples la necessité de l’apprendre, ils établirent par tout des Preteurs & des Juges, afin qu’ils eussent la faculté de se défendre eux mêmes. (1759, 7)

55Les références à saint Martin, saint Jérôme, saint Grégoire et Grégoire de Tours (Lacombe 1767, i) qui suivent dans le « Coup d’œil » sont également reprises au même ouvrage de Barbazan (1759, 8-11). Plus loin ce sont les « Recherches sur les plus anciennes traductions en langue françoise » (1751) de l’abbé Lebeuf (1687-1760 ou 1763) qui sont mises à contribution. Voici le texte de Lacombe :

Saint Gal fut supplié de prêcher un jour dans la Rhétie ; l’Evêque du lieu interprêtoit en Langue Romance, & à haute voix, chaque phrase, parceque le peuple n’entendoit plus le Latin barbare qu’on parloit au commencement du siecle. (1767, ii)

56On reconnaît le passage suivant de Lebeuf :

Nous lisons dans les actes de Saint Gal, qui sont authentiques, que cet Abbé fut prié un jour dans la Rhétie de monter en chaire avec l’évêque Jean : Gal fit un discours sur l’Écriture sainte ; & à mesure qu’il avançoit dans son explication, l’Evêque du lieu en donnoit l’interprétation aux barbares. (1751, 715)

57De plus, Lacombe (1767, ii) donne à la suite de son paragraphe le même texte médiéval que Lebeuf (1751, 716).

58Lacombe n’a pas caché ses emprunts puisqu’il présente à la fin du dictionnaire de 1767 (559-560) une « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément ». Barbazan et Lebeuf y sont bien cités, ainsi que de nombreux érudits.

  • 75 Lacombe a très probablement utilisé cette édition.

59Certains éléments du « Coup d’œil » semblent malgré tout être spécifiques à Lacombe. C’est le cas de la mention du Concile d’Auxerre et d’une décision de Childebert (Lacombe 1767, ii) qui ne font pas partie des grands classiques des ouvrages d’histoire linguistique romane du XVIIIe siècle. À y regarder de plus près, il ne semble pas que Lacombe ait apporté là de nouvelles preuves historiques pertinentes. Il a voulu faire montre d’érudition à l’instar des autres chercheurs en convoquant des textes inexploités par les travaux antérieurs. Lacombe (1767, ii) mentionne ainsi « Le Concile d’Auxerre, tenu en 528, [qui] condamne l’abus qui s’étoit introduit depuis un siecle, de faire chanter dans les Eglises, par de jeunes filles, des chansons & des cantiques mêlés de Latin & de François rustiques ». Or nous ne voyons aucune référence linguistique apparaître dans l’édition de ce Concile par Jacques Sirmond (1629-1666, I, 361-367)75 qui date d’ailleurs le Concile d’Auxerre de 578. Lacombe fait vraisemblablement allusion au neuvième Canon :

IX. Ne chori & cantica puellarum, nec convivia, in Ecclesia permittantur. (éd. Sirmond 1629-1666, I, 363)

60Il a donc créé une fausse preuve historique. Quant au décret de Childebert, on se demande ce qu’il vient faire dans cette Préface puisque sa mention ne laisse apparaître aucun lien avec l’histoire linguistique :

Childebert, en 554, défendit, pendant les Dimanches & les Fêtes, les jeux des bouffons, les chansons & les danses. (Lacombe 1767, ii)

61Il est vrai que les mêmes éléments historiques étaient repris de travaux linguistiques en travaux linguistiques depuis le XVIIe siècle, mais le cas de Lacombe semble néanmoins particulier. Il a travaillé par adjonction de reformulations ou de citations d’ouvrages dont certains semblent avoir été plus ou moins bien assimilés. Pour pouvoir présenter une certaine originalité, il a en outre eu recours à des arrangements avec les textes. Il n’en reste pas moins qu’il a sélectionné ces reprises et orienté ses falsifications selon sa propre vision de l’histoire linguistique et littéraire que nous allons à présent tenter de présenter.

  • 76 Cette formule est très courante au XVIIIe siècle. On la rencontre par exemple chez Pierre Nicolas B (...)

62Intéressons-nous tout d’abord à ce que Lacombe entend par « Langue Romance »76. Nous avons vu que le titre du dictionnaire de 1767 laisse supposer une identité entre celle-ci et le provençal. On est donc étonné de trouver dans la première page de la Préface de 1767 (i) une assimilation de la « Langue Romance » au « François ». On rencontre cette même idée plus loin (Lacombe 1767, viii) : « La Langue Tudesque étoit celle des Germains, & la Langue Romance, celle des François ». Le domaine de la « Langue Romance » est même plus large puisqu’elle était également parlée à Rome :

Les Gaulois & les François l’appellerent Langue Rustique ou Romance. S. Grégoire dit qu’à Rome même cette Langue vulgaire étoit en vogue au sixieme siecle. (Lacombe 1767, i)

63et en Angleterre :

Ce Prince ordonna en 1067, que toutes les Procédures se feroient en Angleterre, en Langue Françoise ou Romance ; & elles ont été continuées sans interruption jusqu’en 1360. (Lacombe 1767, xiii)

64C’est qu’en fait, pour Lacombe, la « Langue Romance » a été dans un premier temps parlée aussi bien en France qu’en Angleterre et à Rome. Ce n’est qu’à partir du Xe siècle qu’elle a commencé à s’identifier au provençal :

  • 77 Pierre-Daniel Huet (1630-1721). Il écrit par exemple (1678, 126-127) : « Comme au contraire ce lang (...)
  • 78 Joseph Vaissète (1685-1756) est l’auteur, en collaboration avec Claude Devic (1670-1734), de l’Hist (...)

M. Huet77 & Dom Vaissette78 disent qu’au dixieme siecle, le Langage Romain fut appellé Provençal, parcequ’il fut moins corrompu dans la Provence que dans les autres Provinces de France, & que les Troubadours en ont toujours fait usage dans leurs vers. La Provence ayant été très longtems regardée comme la Province favorite des Romains, on fit très peu de distinction entre le Langage Romain & le Provençal. (Lacombe 1767, x)

  • 79 Claude Fauchet (1530-1602) a traité de questions linguistiques dans son ouvrage Recueil de l’origin (...)
  • 80 Le Toulousain Pierre Cazeneuve (1591-1652) a travaillé sur les origines de la langue française dans (...)
  • 81 Nous avons déjà signalé la présence de Lebeuf dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce (...)

65Cette idée n’est pas nouvelle (voir Stéfanini 1969, 244-258), elle remonte à Fauchet79. Elle a été reprise entre autres par Cazeneuve80 et l’abbé Lebeuf81. Si « Langue Romance » et « provençal » peuvent être assimilés c’est parce que c’est dans cette province que la langue s’est conservée avec le plus de pureté. Lacombe explique l’évolution de la langue en dehors des territoires occitans par la faiblesse des souverains français et par les invasions normandes. Ces facteurs conjugués ont abouti à une dialectalisation (voir Stéfanini 1969, 254-255) :

La langue vulgaire fut bientôt divisée en autant d’idiomes qu’il y eut de Seigneurs, de Ducs & de Comtes. Ils établirent à leur Cour, à l’imitation des Souverains, une Langue particuliere, mêlée de Latin, de Tudesque & de Romance, qui la rendit par-là plus difficile à parler que la Latine, qui leur devint à tous très nécessaire. (Lacombe 1767, ix)

  • 82 Jean Astruc (1684-1766) est l’auteur de Mémoires pour l’histoire naturelle de la province de Langue (...)

66L’adéquation entre « Langue Romance » et « provençal » ne se limite pas à l’occitan médiéval. Lacombe reconnaît également la « Langue Romance » dans les parlers d’oc modernes. Les Serments de Strasbourg jouent ici un rôle central. Comme de nombreux autres chercheurs auparavant (voir Droixhe 1978, 152), Lacombe reconnaît dans ce texte la langue occitane moderne. Cette idée avait notamment été avancée par Fauchet ou Astruc82 :

Or ne peut-on dire que la langue de ces sermens (laquelle Guitard appelle Romaine) soit vrayement Romaine (j’entens Latine) mais plustost pareille à celle dont usent à present les Provençaux, Cathalans, ou ceux de Languedoc. (Fauchet 1610, 539 vo)

On y reconnoît encore dans toutes les deux [les « formules » de Louis le Germanique et de Charles le Chauve] la tournure & les expressions de la langue latine, dont cette langue Romaine s’étoit formée, mais on y reconnoît aussi les mots & les terminaisons de la langue de Languedoc, telle qu’elle est aujourd’hui. (Astruc 1737, 506)

67Pour montrer cette similitude, Lacombe donne au lecteur une version adaptée des Serments. Si le texte du serment de Louis le Germanique est conforme aux éditions du XVIIIe siècle, la réponse des soldats de Charles le Chauve est donnée dans une certaine confusion. Le texte original en langue romane est en effet présenté comme étant en « Langue Tudesque » :

Serment de l’Armée de Charles en Langue Tudesque.

Si Lodwigs sagrament que son fraïre Karle jurat conservat, & Karle mous si igno de suo part non lo teniet. Si io retournar luis pois, ne io ne neuls cui io returnar lin pois, in nulla adjudha contra Lothurigs noun li iren. (Lacombe 1767, vi)

68tandis que le texte introduit comme étant en « Langue Romance » a été remanié en occitan moderne (voir Droixhe 1978, 337) :

Le même, en Langue Romance.

Sé Louis lou sacrament ké à soun fraïre Karle a jurat, conservo, & que Karle, moun Siniou, de sa part non lou tenié, se yeou destournar non lou podir, ni yeou, ni deguz, ké yeou destournar en poisso in nullo adjudho, contre Louis non li iren. (Lacombe 1767, vi)

69Lacombe a travaillé à partir des Mémoires pour l’histoire naturelle de la province de Languedoc d’Astruc. Sa version soi-disant en « Langue Romance » reprend en fait la version occitane moderne d’Astruc :

Sé Louis lou sarment, qué à soun frairé Carlé a jurat, conservo, Et qué Carlé mon seniou de sa part non lou tenié, sé iou destournar non lou poi, ni ieou ni degus qué ieou destournar én pioisso, en nullo ajudo contro Louis non li iren. (Astruc 1737, 508)

70Pour faire apparaître les similitudes, Astruc avait utilisé une présentation interlinéaire mettant en parallèle le texte roman original et une version languedocienne moderne. On peut se demander si Lacombe n’a pas été trompé par ce dispositif et si son édition est une erreur plutôt qu’une falsification. Il est en tout cas certain que Lacombe n’a pas eu accès à une copie du manuscrit de Nithard contrairement à ce qu’il affirme (1767, vi).

71Après avoir donné cette version, Lacombe conclut que la « Langue romance » dans laquelle les Serments sont rédigés est identique au provençal et au languedocien contemporains :

Les personnes qui entendent le Provençal, verront par ces sermens & par l’épitaphe suivante, que la Langue Romance, qu’on parloit au huitieme & au neuvieme siecle, est la même que celle qu’on parle encore aujourd’hui en Provence & en Languedoc. (1767, vii)

72L’épitaphe en question est donnée à la suite sous la date de 844 :

Epitaphe de Bernard, Duc de Septimanie, que Charles le Chauve fit mourir par le poison.

Aïci jaï lou Comte Bernard,
Fidel credeïre al Sang Sacrat,
Que sempre preudom és estat ;
Preguen la divine bountat,
Qua queou que lou tuat
Posque soy ama aber salvat. (1767, vii)

  • 83 Borel apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767.
  • 84 L’authenticité de ce texte a été contestée dès le XVIIIe siècle, notamment par Devic et Vaissète. V (...)

73Le doute n’est plus permis. Lacombe n’a pas été trompé par la présentation des Serments d’Astruc. Il a volontairement produit une version en occitan moderne en la faisant passer pour l’original. Le texte de l’épitaphe résulte en effet d’une même falsification. Il s’agit d’une modernisation d’un passage cité par Borel83 en 1649 et en 165584 :

Assi i’ay lo Comte Bernad
Fisel credeire al sang sacrat
Que sempre prud’hom és estat,
Preguen la diuina bontat
Qu’aquela fi que lo tuat,
Posqua soy arma aber saluat. (Borel 1649, 12 / Borel 1655, sous talmache)

74Ajoutons un autre exemple de ce procédé. La citation suivante de Lacombe :

Guilhen Boyer adresse cette Chanson à Marie de France, femme du Duc de Calabre.

Dreké razoun ez ké hieu kanti d’amour,
Vézen ké hieu aï consuma moun adge,
A li koumplaïre é servir nuét é djour,
Sensé avér del proufié ni avantadge,
Encar el si faï crénier,
Doulent, é noun si fénier :
Mi pounié la courade,
De sa flétche dourade,
Embé soun arké ka gran péne el pau téndre,
Parsé kél ez un enfan djouine é tendre. (1767, xxiv)

  • 85 Giovanni Mario Crescimbeni (1663-1728). Il apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés p (...)

75est une transformation d’un texte édité par Crescimbeni85 :

Drech e razon es qu’yeu Kanti d’amour
Vezent qu’yeu ay ia consumat mon age
A l’y complayre e servir nuech e iour
Sensa aver d’el profiech ny avantage
Encar’el si fai cregner
[Doulent] e non si fegner
My pougner la courada
De sa flecha daurada
Embe son arc (qu’a grand pena el pos tendre)
Perso qu’el es un enfant iouve, e tendre. (Crescimbeni 1730-1731, II, 151-152)

  • 86 Marin, le rédacteur de l’approbation du dictionnaire de 1767, a repris cette idée à son compte : «  (...)

76Il résulte de cette similitude entre langue romane et occitan moderne que les occitanophones sont, selon Lacombe, les plus aptes à pouvoir déchiffrer et comprendre les textes des troubadours86 :

Les Troubadours sont intraduisibles pour les personnes qui ne parlent pas facilement la Langue Provençale, & qui ne peuvent pas corriger les contre-sens des copistes, que l’on apperçoit presqu’à chaque vers. (Lacombe 1767, xix)

  • 87 À propos de cet ouvrage, voir Gardy 1985.
  • 88 Cette chanson a d’abord paru dans le Mercure de France de janvier 1757 (81-82) sous le titre de « C (...)
  • 89 Selon René Merle (1990, 119), cette chanson (« Lou Beou Tircis »), qui a également paru dans le Mer (...)

77Enfin, c’est certainement en raison de cette assimilation que Lacombe parsème ses recherches sur la langue médiévale de citations de textes littéraires en occitan moderne. Sous la date de 1160, après avoir donné un « Fragment » de « Rambaut de Vaqueiras, Troubadour », des « Vers sur l’amour de Pierre Remond le Brave » et un « Fragment du Poëme Provençal de Gerard de Roussillon », il présente un « Billet doux » (1767, xxiii-xxiv) en provençal moderne. Il s’agit en fait de dix-huit vers extraits de l’édition de 1665 du Jardin deys Musos Provençalos (1665, 25)87 qui ne sont accompagnés d’aucune indication. On trouve de la même façon une « Chanson Languedocienne » (1767, lxvi-lxvii)88 et une « Chanson Provençale » (1767, lxvii-lxix)89 sans présentation particulière.

78Terminons par une remarque à propos de la généalogie de la « Langue Romance ». Cette question occupe bien peu Lacombe en comparaison de ses contemporains pour qui le problème des origines est central. Lacombe règle la question très rapidement dès la première page de sa préface :

Le mêlange du Celtique, du Teutonique & du Latin produisit avec le tems la Langue Romance ou Françoise. (1767, i)

79Dégageons à présent dans les grandes lignes l’histoire littéraire du Moyen Âge selon Lacombe avant de voir quelle place il assigne aux troubadours. Du quatrième siècle à Charlemagne, il ne décèle qu’un long déclin des « Sciences » (1767, i). Charlemagne, qui aurait lui-même composé des poèmes, est, pour lui, le rénovateur des « Lettres » en France (1767, iii). En raison de cette action politique, le latin reprend le dessus sur la « Langue Romance » :

Les Langues Grecque & Latine reparurent avec un nouvel éclat. Son enthousiasme pour ces riches Langues éteignit peu-à-peu en lui le goût de la Françoise. (1767, iii)

80Cette suprématie du latin dure, pour Lacombe, jusqu’à la fin du Xe siècle, époque à laquelle le roman s’impose dans les « Ecrits » des « Grands » (1767, ix). C’est au XIe siècle qu’apparaît la poésie en langue vulgaire avec les troubadours (Lacombe 1767, x). Les lettres françaises vont ensuite progressivement se perfectionner pour atteindre sous François Ier la versification qu’elles connaissent encore au XVIIIe siècle (Lacombe 1767, lxiv).

81Si Lacombe ne distingue pas l’histoire littéraire occitane de l’histoire littéraire française (Schlieben-Lange 1991, 116 / 2002, 74), il consacre malgré tout deux sous-parties de sa Préface aux troubadours. La première est un discours d’histoire littéraire intitulé « La Provence » (1767, xiv-xv) qui contient un « Eloge des Troubadours, ou Poëtes Provençaux ». La seconde est une présentation de quelques extraits de leurs œuvres : « Fragmens des troubadours sous Louis VII » (1767, xviii-xxii).

82Qui sont les troubadours selon Lacombe ? Il ne limite pas leur domaine à la Provence, mais l’étend à tout le Midi de la France auquel il inclut la Bourgogne :

Les peuples de Bourgogne, d’Auvergne, de Gascogne, d’Aquitaine s’appelloient Provençaux. Tous ceux qui se mêloient de composer des chansons, dans le midi de la France, se qualifioient aussi du nom de Provençal ou de Troubadours. (1767, x)

83Reprenant une idée déjà maintes fois énoncée, les troubadours sont présentés comme les premiers poètes européens à avoir écrit en langue vulgaire. C’est sous la date de l’an 1000 que la mention des débuts de la poésie des troubadours apparaît (1767, x), mais Lacombe assure plus loin (1767, xiv-xv) que le premier « Poëte Provençal est Guillaume IX, comte de Poitiers, en 1071 ». Selon lui, leur période faste peut être située sous « Raymond V, Comte de Toulouse, en 1092 » (1767, xv). Lacombe (1767, xiv) fixe également très précisément la fin des troubadours en 1382, « c’est-à-dire, quarante années encore après la belle institution des Jeux Floraux de Toulouse, qui fut en 1323 ». Il se contredit une nouvelle fois un peu plus loin en affirmant que : « Les Jeux Floraux de Toulouse ranimerent le goût pour la Poésie Provençale, & le soutinrent jusqu’au regne de François I » (1767, xxxvi). Il ne cite cependant plus aucun troubadour pour cette période.

84Aucune originalité non plus lorsque Lacombe affirme que les troubadours ont servi de modèles aux autres littératures européennes :

L’Italie, au rapport du Cardinal Bembo, n’a pas été la seule Nation amoureuse de la Langue & de la Poésie Provençale. Les principales Nations de l’Occident ont été ses rivales, & ont cru autrefois que l’expression de leurs plus belles pensées ne se pouvoit rendre heureusement que dans ce charmant langage. Picardus de Prisca dit avec Dante & Pétrarque, que la Langue Italienne a emprunté toutes ses beautés de la Provençale. Crescenbeni & Huet conviennent que la Poésie Provençale a donné naissance à la Poésie Françoise & Italienne. (1767, xv)

85On se souvient que dans certains exemplaires de son dictionnaire de 1766 Lacombe affirmait avoir eu accès à un « recueil immense » de copies de manuscrits des troubadours appartenant à La Curne de Sainte-Palaye. Il n’est plus question de ces documents en 1767. Lacombe (1767, xv) se contente de rappeler l’attente qui entoure les travaux du philologue qui devait fournir au public des éditions des poètes médiévaux plus conséquentes que les extraits déjà accessibles. Si on regarde de plus près les extraits des troubadours que Lacombe intègre dans sa Préface, on peut affirmer qu’il n’a pas consulté de manuscrits ou de copies de manuscrits.

  • 90 Vers repris à La Curne de Sainte-Palaye 1756, 673.

86Dans les « Fragmens », quelques vers médiévaux accompagnés d’une traduction sont suivis de la mention « M. de Lacurne » (1767, xix). Il s’agit en réalité d’une reprise avec quelques retouches de vers édités par Sainte-Palaye dans ses « Remarques sur la langue Françoise des XIIe & XIIIe siècles, comparée avec les langues Provençale, Italienne & Espagnole, dans les mêmes siècles » (1756, 681). On trouve d’autres vers extraits de cet article dans la Préface de Lacombe, par exemple un « Fragment » de « Rambaut de Vaqueiras » (Lacombe 1767, xxii)90. On remarque également dans ces extraits des vers (Lacombe 1767, xxi) qui proviennent de Nostredame (1575, 107), mais dont la langue a été modernisée.

87Le contenu de l’histoire littéraire de Lacombe est en définitive assez pauvre en ce qui concerne les troubadours. Lacombe se contente de rappeler des faits déjà énoncés à de multiples reprises : les troubadours ont été les premiers poètes en langue vulgaire, leur poésie a constitué un modèle pour l’Europe. Des éléments qui étaient pourtant également assez répandus dans les différents ouvrages du XVIIIe siècle manquent. On ne trouve par exemple aucune mention des genres pratiqués par les troubadours. Quant aux citations des œuvres, elles ne reposent pas sur la consultation de manuscrits et sont pour la plupart de mauvaise qualité.

88Qu’en est-il de la valeur des éléments lexicographiques contenus dans les deux dictionnaires de Lacombe ? Ceux-ci constituent-ils les premières diffusions imprimées des travaux lexicographiques des réseaux érudits parisiens et provençaux du XVIIIe siècle comme le suggèrent René Merle et Pierre Swiggers ?

89Commençons par le Dictionnaire du vieux langage françois de 1766. Le dictionnaire proprement dit est constitué de 498 pages. Nous avons dénombré 1012 entrées pour la lettre A qui représente 51 pages. On peut donc estimer le nombre total d’entrées à environ 10 000. Les entrées sont données en capitales. Elles sont parfois suivies d’une variante (par exemple : « Abaéus ou Abaous »). Le traitement lexicographique consiste la plupart du temps en une courte définition qui se limite souvent à donner un équivalent en français moderne. Ce traitement est quelquefois complété par une traduction en latin, notée en italiques (par exemple : « Aarbrer, se cabrer, Esserre se »).

  • 91 On trouve en outre du français moderne (Roques 2004, 273).

90Le contenu du dictionnaire a été rapidement analysé par quelques chercheurs. En se fondant sur ces études, on peut d’ores et déjà affirmer qu’il est conforme aux idées linguistiques de Lacombe. Le dictionnaire accueille aussi bien des termes d’ancien français que d’ancien occitan (Schlieben-Lange 1991, 116 / 2002, 77 ; Swiggers 2001, 87), mais également des termes d’occitan moderne91 (Roques 2004, 272-273). On ne trouve pas de distinction entre les différentes langues, ni d’élément de datation, sauf rares exceptions. Quant aux sources de Lacombe, elles seraient exclusivement de seconde main si on en croit ce que déclare Jean-Baptiste-Bonaventure de Roquefort (1777-1834) dans son Glossaire de la langue romane (1808) :

Lacombe fit paroître, en 1766, un Dictionnaire du Vieux Langage, extrait de ceux de Trévoux, de Le Roux, des Glossaires placés à la fin de l’Ordene de Chevalerie, de Joinville, et des Chansons du Roi de Navarre. (1808, I, iii)

91Les reprises de Lacombe seraient, de plus, toujours selon Roquefort, de mauvaise qualité :

Le dictionnaire de Lacombe, quoique postérieur [à celui de Borel], donne lieu à des reproches très-graves ; et indépendamment de beaucoup de mots, ou mal lus, ou pris dans de mauvais manuscrits, qu’on y rencontre presque à chaque page, la plupart des citations en sont à peine reconnoissables. (1808, I, iv)

  • 92 Nous présentons cette étude dans nos Annexes (A. 2.).
  • 93 Nous avons limité notre relevé aux vingt premières pages de la lettre A.
  • 94 Nous avons limité notre étude aux six premières citations apparaissant sous la lettre A.
  • 95 Nous avons limité notre étude aux dix premiers termes manifestement français de la lettre A.

92Pour tenter d’y voir plus clair, nous avons étudié quelques entrées de la lettre A92. Nous proposons une analyse de tous les termes présentant une forme occitane médiévale relevés sous cette lettre (A. 2. 1.), de quelques termes présentant une forme occitane moderne (A. 2. 2.)93, de quelques citations en occitan moderne (A. 2. 3.)94. Il nous a également semblé intéressant de déterminer quelles ont été les méthodes de travail de Lacombe pour l’ancien français. Nous avons donc également étudié quelques termes qui en relèvent manifestement (A. 2. 4.)95.

93Il ne s’agit pas pour nous de faire une distinction entre les entrées selon qu’elles sont occitanes, médiévales ou modernes, ou françaises puisque cette discrimination ne semble pas avoir de sens pour Lacombe. Si nous avons étudié séparément les entrées selon la langue que nous y avons a priori reconnu c’est uniquement parce qu’on peut supposer que les sources utilisées par Lacombe diffèrent en fonction des langues.

  • 96 La liste des auteurs que Lacombe précise avoir consultés (« Table des auteurs qu’on a consultés pou (...)

94Nous avons procédé de la manière suivante. Nous avons reproduit les articles de Lacombe concernés dans leur intégralité. Nous avons donné à la ligne les références à divers ouvrages lexicographiques antérieurs pour y chercher les sources de Lacombe. Nous avons également donné des références à des ouvrages postérieurs au dictionnaire de Lacombe pour vérifier la qualité des articles et proposer un éclairage sur les termes traités. Nous avons choisi les sources lexicographiques auxquelles comparer Lacombe en partant de la liste donnée par Roquefort que nous avons élargie aux travaux de nombreux philologues des XVIIe et XVIIIe siècles96.

  • 97 Nostredame apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767 sous (...)
  • 98 Lacombe ne cite à aucun moment Mazaugues dans ses dictionnaires.
  • 99 Ces deux dictionnaires ont paru dans un même ouvrage : Dictionnaire étymologique de la langue franç (...)
  • 100 Pour les entrées présentes dans le Dictionnaire de l’Occitan Médiéval, nous n’avons pas donné les r (...)

95Pour ce qui concerne les termes présentant un aspect occitan médiéval, nous avons systématiquement donné une référence aux sources potentielles suivantes : le dictionnaire de Nostredame97, le dictionnaire de Mazaugues98 et l’édition de 1750 du Trésor de recherches et antiquitez gauloises et françoises réduites en ordre alphabétique de Pierre Borel et du Dictionnaire étymologique de la langue françoise de Gilles Ménage99 (1613-1692). Lacombe ne mentionnant aucun document lexicographique médiéval, nous n’avons pas fait entrer dans notre comparaison le Donatz proensals ni le glossaire de le glossaire de la Laurenziana. N’ayant pu consulter que les premières pages des Glossaires “occitans” de Sainte-Palaye, nous n’avons pas pu proposer une comparaison systématique avec les éléments extraits de Lacombe. Nous avons, de ce fait, procédé à une confrontation inversée, qui part des ouvrages de Sainte-Palaye. Nous avons ajouté des références au Dictionnaire de l’Occitan Médiéval (DOM) ou au Lexique roman (Rn) de François Raynouard et au Petit dictionnaire provençal-français (LvP) d’Emil Levy100.

  • 101 Doujat apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767.
  • 102 Pellas apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767.
  • 103 Les éléments lexicographiques sont donnés au gré des chapitres. Nos références à cet ouvrage sont d (...)
  • 104 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, ms 158.
  • 105 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, ms 1664.
  • 106 Boissier de Sauvages apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de (...)

96Nous avons confronté les articles traitant des termes présentant un aspect occitan moderne au Dicciounari moundi (1638) (désormais D 1638) de Jean Doujat101, au Dictionnaire provençal et françois (1723) de Sauveur-André Pellas102, aux Mémoires pour l’histoire naturelle de la province de Languedoc (1737)103 de Jean Astruc, au Dictionnaire provençal et françois104 de Pierre Puget (1671-1747), au Dictionnaire provençal étymologique105 d’André de Barrigue de Montvallon (1678-1769), à l’édition de 1750 du Trésor de recherches de Borel et enfin au Dictionnaire languedocien-françois (1756) (désormais S1) de Pierre-Augustin Boissier de Sauvages (1710-1795)106. Pour un regard critique, nous avons ajouté une référence au Tresor dóu Felibrige de Frédéric Mistral et au Französisches etymologisches Wörterbuch (1922-2002) (désormais FEW) de Walther von Wartburg. Nous avons utilisé les mêmes sources pour les citations en occitan moderne.

  • 107 Ce glossaire accompagne le recueil d’éditions de textes de Thaumas de La Thaumassière : Assises et (...)
  • 108 Ni Laurière ni Ragueau n’apparaissent dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplém (...)
  • 109 Le Roux n’est pas cité dans la « Table des auteurs... » de 1767.
  • 110 Levesque de La Ravalière apparaît dans la « Table des auteurs... » de 1767 (« Ravaliere »).
  • 111 Barbazan apparaît dans la « Table des auteurs... » de 1767.
  • 112 Joinville apparaît dans la « Table des auteurs... » de 1767. Nous avons donné les références à ce g (...)

97Pour les articles traitant des termes a priori d’ancien français, nous avons utilisé les sources suivantes : le « Glossaire sur les Coustumes de Beauvoisis, par Philippes de Beaumanoir, les Assises de Jerusalem, & autres anciens Autheurs » de Gaspard Thaumas de La Thaumassière (1631-1702)107, l’édition d’Eusèbe de Laurière (1659-1728) du Glossaire du droit françois (1704)108 de François Ragueau (15??-1605), l’édition de 1735 du Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre & proverbial de Le Roux109, le « Glossaire » qui accompagne (II, 189-301) l’édition des Poésies du roy de Navarre (1742)de Pierre Alexandre Levesque de La Ravallière (1697-1762)110, l’édition de 1750 du Dictionnaire étymologique de Ménage, l’édition de 1750 du Trésor de recherches de Borel, l’édition de 1743 (et 1752 en complément) du Dictionnaire de Trévoux, les « Vocabulaires des mots les plus difficiles » qui accompagnent (I, 249-306 ; II, 302-360 ; III, 269-308) les trois volumes des Fabliaux et contes des poëtes françois des XII, XIII, XIV & XVes siècles (1756) édités par Étienne de Barbazan111, le « Glossaire des mots hors d’usage contenus en ce Volume & leurs étimologies » qui suit (178-237) l’édition de L’ordene de chevalerie (1759) par Étienne de Barbazan et enfin le « Glossaire » donné (i-lviii) dans l’édition de l’Histoire de saint Louis, par Jehan, sire de Joinville (1761) de A. Melot, C. Sallier et J. Capperonnier112. Nous avons également ajouté des références à l’Altfranzösisches Wörterbuch (1925-2002) (désormais TL) de Tobler et Lommatzsch.

98Sur les 1012 articles que compte la lettre A, nous avons relevé seulement huit entrées qui présentent une forme occitane médiévale. La plupart des articles concernant ces termes sont des emprunts évidents à Borel (A 2.1.1, A 2.1.4, A 2.1.5, A 2.1.7). Nous pensons donc pouvoir en déduire que l’article A 2.1.6 présentant une similarité avec Borel lui est également emprunté. Bien que présenté comme médiéval par une datation de l’an 800, ariscat (A 2.1.8) est un terme occitan moderne. Il a été repris par Lacombe chez Astruc. alberjada (A 2.1.3) a, quant à lui, été pioché chez Thaumas et/ou Laurière. Tous les articles consacrés à l’occitan médiéval sont donc repris à d’autres ouvrages ; aucun n’a été rédigé à partir de l’étude de textes. Les citations que l’on rencontre sous ces entrées sont toutes tirées de Borel (A 2.1.1, A 2.1.4, A 2.1.5, A 2.1.7). Conformément au jugement de Roquefort, on relève dans celles-ci de nombreuses erreurs de transcriptions (A 2.1.4, A 2.1.5). Quant à aïce (A 2.1.2), il semble avoir été créé par Lacombe à partir de Ménage.

  • 113 Même conclusion pour la comparaison avec le dictionnaire de Nostredame. Les concordances (2.1.1, 2. (...)
  • 114 Rappelons que le Glossaire provençal est en grande partie une compilation de sources lexicographiqu (...)
  • 115 Nous avons travaillé à partir de l’édition des premiers articles de la lettre A qu’a donnée Gaston (...)

99La comparaison des entrées d’occitan médiéval de la lettre A avec le dictionnaire de Mazaugues ne fait apparaître aucune concordance à l’exception d’une entrée (A 2.1.7). Cependant, la citation donnée par Lacombe sous celle-ci est une reprise à Borel qui est donc la source de Lacombe113. Hormis cette entrée, si on inverse la comparaison et que l’on part du dictionnaire de Mazaugues, on remarque qu’aucune des quelque 80 entrées de la lettre A ne trouve d’écho dans le dictionnaire de Lacombe. Il paraît donc évident que Lacombe n’a pas eu accès aux travaux de Mazaugues pour rédiger son dictionnaire de 1766. Nous avons effectué une même comparaison avec les premières pages du Glossaire provençal et du Glossaire des troubadours de Sainte-Palaye. La conclusion est identique. On ne retrouve pas dans Lacombe 1766 les nombreuses entrées de ces ouvrages114. Nous en concluons donc que Lacombe n’a pas eu accès aux recherches de Sainte-Palaye lors de la rédaction de son dictionnaire de 1766. En ce qui concerne Barbazan, la même constatation s’impose. Aucun élément du Dictionnaire gascon115 ne se retrouve dans la lettre A du dictionnaire de 1766 de Lacombe.

100On relève dans les vingt premières pages, qui comptent 396 articles, douze entrées présentant un aspect occitan moderne. Certains de ces termes font bien partie du lexique occitan moderne. La fréquence des similarités conduit à affirmer que les sources de ces entrées sont D 1638 (A. 2.2.1, A. 2.2.9, A. 2.2.10), Pellas (A. 2.2.9, A. 2.2.10), Astruc (A. 2.2.1, A. 2.2.10) et peut-être S1 (A. 2.2.12). Lacombe ne semble en revanche pas connaître les dictionnaires de Puget et Barrigue (la similarité relevée sous A. 2.2.12 est vraisemblablement une coïncidence). D’autres termes présentant des aspects provençaux modernes ont été de toute évidence créés par Lacombe à partir de termes non occitans (A. 2.2.2, A. 2.2.4, A. 2.2.6, A. 2.2.7). D’autres encore, dont les attestations sont sujettes à caution, et qui pourraient être de véritables mots provençaux modernes doivent, en raison de ces créations, être considérés avec une extrême prudence (A. 2.2.3, A. 2.2.5, A. 2.2.8, A. 2.2.11).

101En ce qui concerne les six citations d’occitan moderne que nous avons étudiées, deux d’entre elles sont de la main de Godolin. Elles ont cependant toutes deux été reprises par l’intermédiaire du Trésor de recherches de Borel (A. 2.3.4, A. 2.3.5). Une autre a été extraite de l’ouvrage de Borel, mais nous n’en connaissons pas l’auteur (A. 2.3.6). Comme pour les citations d’occitan médiéval, les erreurs de transcription sont fréquentes (A. 2.3.4, A. 2.3.6). Nous ignorons qui est l’auteur des trois dernières citations (A. 2.3.1, A. 2.3.2, A. 2.3.3). Lacombe les a peut-être lui-même composées. L’analyse de ces citations a également fait apparaître des articles fiables concernant l’occitan moderne qui semblent originaux (A. 2.3.1, A. 2.3.2, A. 2.3.3).

  • 116 Voir également Roques 2004, 273.

102Les articles traitant des termes d’ancien français forment la majeure partie du dictionnaire. Aucun de ceux que nous avons étudiés n’a été réalisé à partir de l’étude de textes anciens. La plupart sont des emprunts de Lacombe à différents dictionnaires ou glossaires. C’est Borel 1750 qui a été le plus utilisé (A. 2.4.2, A. 2.4.4, A. 2.4.8, A. 2.4.10). Lacombe a eu également recours à Thaumas (A. 2.4.1, A. 2.4.9), à Capperonnier (A. 2.4.2, A. 2.4.3) et au Dictionnaire de Trévoux (A. 2.4.4, A. 2.4.7). Contrairement à ce qu’affirme Roquefort, Barbazan ne semble pas être une des sources principales du dictionnaire. Nous n’avons identifié qu’une similitude (A. 2.4.2) entre Lacombe 1766 et Barbazan (1756). Cette similitude est par ailleurs partagée avec Capperonnier et Borel. Les similitudes avec Capperonnier et Borel étant répétées, nous supposons que ceux-ci constituent les sources de l’article de Lacombe 1766 plutôt que Barbazan. Notre échantillon étant assez restreint, on ne peut cependant pas affirmer que Lacombe n’a pas utilisé les travaux imprimés de Barbazan. Nous n’avons pas non plus établi de similitude avec le dictionnaire de Le Roux. Ce sont donc certainement les emprunts de l’édition de 1786 de Le Roux à Lacombe qui expliquent que Roquefort ait donné Le Roux comme une source de Lacombe. Roquefort a mal interprété la présence d’articles identiques dans les deux ouvrages. Comme pour l’occitan moderne, Lacombe semble, par ailleurs, avoir créé certaines entrées lui-même (A. 2.4.5, A. 2.4.6)116.

  • 117 Un premier volume du Glossaire de l’ancienne langue françoise, depuis son origine jusqu’au siècle d (...)
  • 118 Dictionnaire de l’ancienne langue française en quatre volumes (Ars. 3081-84).

103Bien que tous les articles que nous avons étudiés soient des emprunts ou des créations de Lacombe, nous avons comparé les travaux lexicographiques de La Curne de Sainte-Palaye à propos de l’ancien français117 avec ceux de Lacombe. Si les entrées de Lacombe se trouvent bien dans le Glossaire de l’ancienne langue françoise de Sainte-Palaye, la richesse des informations données par celui-ci sont sans commune mesure avec la pauvreté du dictionnaire de Lacombe. De ce fait, il est impossible d’imaginer que les travaux de Sainte-Palaye aient été connus de Lacombe alors qu’il composait son dictionnaire de 1766. Nous n’avons malheureusement pas pu comparer les travaux de Barbazan à propos de l’ancien français118 avec ceux de Lacombe. Nous ne doutons cependant pas que le résultat aurait été identique.

104Le Dictionnaire du vieux langage françois de 1767 compte 558 pages. Nous avons recensé 623 entrées pour les vingt-cinq premières pages, ce qui donnerait un total d’environ 14 000 entrées pour l’ouvrage dans son entier. Le dictionnaire de 1767 comporte donc plus d’entrées que celui de 1766. Lacombe annonce ainsi dans son « Avis au lecteur » (1767, lxxi-lxxii) que « ce Supplément est beaucoup plus ample que le premier Volume ». On remarque en revanche que les citations sont moins nombreuses qu’en 1766 (voir Damian-Grint 2006, 120). L’organisation et la disposition restent les mêmes, à l’exception des variantes qui sont cette fois-ci présentées grâce à des accolades.

105Roquefort a également donné son point de vue sur la valeur de cet ouvrage :

Peu de temps après le même auteur donna un supplément à cet ouvrage, tiré de D. Carpentier et du Dictionnaire Languedocien de l’Abbé des Sauvages. (1802, I, iii)

106Peter Damian-Grint (2006, 120) fait la même observation, très certainement à partir de l’observation de Roquefort.

  • 119 Les articles consacrés à l’occitan moderne constituent pratiquement la moitié de l’ouvrage.
  • 120 L’étude du dictionnaire de 1766 ayant montré que Lacombe ne connaissait pas ces ouvrages, nous n’av (...)
  • 121 Ce « Glossaire » se trouve dans le quatrième volume du Glossarium novum ad scriptores medii aevi... (...)

107Nous avons mis en place le même dispositif que précédemment pour étudier les éléments lexicographiques de ce dictionnaire (A. 3). Nous avons étudié séparément quelques entrées occitanes (A. 3.1) et françaises (A. 3.2) de la lettre A. Nous n’avons reconnu aucun terme occitan médiéval sous la lettre A. On peut certainement élargir ce constat au dictionnaire dans son ensemble et supposer que l’occitan ancien en est totalement absent. L’occitan moderne étant bien plus présent dans le dictionnaire de 1767 que dans celui de 1766119, nous avons limité notre étude systématique aux deux premières pages. Pour ce faire, nous avons utilisé les mêmes sources que pour le dictionnaire de 1766120. Nous n’avons pas eu besoin d’analyser les citations qui sont cette fois référencées par Lacombe. Pour les entrées françaises, nous avons limité nos comparaisons au « Glossaire françois »121 de Pierre Carpentier en nous fondant sur la critique de Roquefort.

108Les douze entrées d’occitan moderne que nous avons recensées dans les deux premières pages, qui comptent au total trente-sept articles, sont toutes des reprises à la tradition lexicographique provençale et languedocienne. Nous n’avons pas rencontré de création de Lacombe comme dans le dictionnaire de 1766. Les articles ont été empruntés à D 1638 (A. 3.1.1, A. 3.1.2, A. 3.1.3, A. 3.1.4, A. 3.1.7, A. 3.1.8, A. 3.1.9, A. 3.1.10, A. 3.1.11, A. 3.1.12) et à Pellas (A. 3.1.6, A. 3.1.11, A. 3.1.12) qui est même cité (A. 3.1.5). Quant au dictionnaire de Boissier de Sauvages, il semble avoir été moins utilisé que Doujat. Pour les termes que nous avons relevés et étudiés, nous n’avons identifié qu’un article qui pourrait éventuellement s’appuyer sur S1 (A. 3.1.12). On relève malgré tout dans la suite du dictionnaire des références à Boissier de Sauvages dont le nom est cité par Lacombe. On trouve par exemple sous alapas (“bardane, plante bisannuelle dont les larges feuilles servoient autrefois de masque aux Comédiens”) : « V. M. l’Abbé Sauvage ». S1 est donc bien une source de Lacombe 1767.

  • 122 Ce texte, « Lou crebo-couer d’un payzan su la moüert de soun ay », apparaît dans l’édition de 1665 (...)
  • 123 Ces vers sont extraits des « Amours dou bergié Florizeo, & de la bergiero Ollivo », pièce qui fait (...)
  • 124 « La Farço de Juan dou Grau », Jardin deys musos prouvençalos (1665, 319-386 ; 1666, 102-167).
  • 125 Voici le texte de la citation selon le Recueil de Gros : « Se per hazard veou lei Princesso, / Li m (...)
  • 126 Martin, qui est né à Béziers, a publié quatre recueils différents sous le même titre : Bouquet de c (...)
  • 127 À propos de cette œuvre, voir Courouau 2008, 280-286.

109En ce qui concerne les citations en occitan moderne, nous avons incidemment eu l’occasion d’en étudier une (A. 3.1.5). Elle est extraite du dictionnaire de Pellas conformément à ce que précise Lacombe. Voici un relevé des autres citations données dans les articles de la lettre A. On trouve un passage d’un texte que Lacombe intitule : « Le Crevecœur d’un Paysan sur la mort de son âne »122 sous abrivar (“s’élancer sur”). On trouve la référence : « Jardin des Muses Provençales » à la suite de six vers cités sous ambrettos123. Sous amistadou, c’est encore un poème édité dans le Jardin deys musos prouvençalos de 1665 et 1666 qui est cité : « La Farce de Jean au cul-de-jatte »124. Sous aflataraï (“je m’approcherai, je m’inclinerai”), on relève une citation tirée de ce que Lacombe nomme « Recueil de Marseille » : « Sé per hazar veou lei Princesso, (je vois) / Li marquaraï fouesso allégresso, (une grande joie.) / M’aflataraï émé respect. Recueil de Marseille. » Ce « Recueil de Marseille » est en fait le Recüil de pouesiés prouvençalos (1734, 1763) de Toussaint Gros (1698-1748)125. Lacombe donne deux autres extraits des œuvres de Gros sous alluca et sous aurieou. On note également une référence à un « Recueil de Béziers » pour une citation donnée sous alanda : « Mars alando sous vieiz armaris ; / Pallas engino de susaris. / Mars ouvre tous ses arsenaux & déploie ses étendarts ; Pallas fabrique des cercueils. Recueil de Besiers. ». Il s’agit de vers de Jean Martin (1674-1752)126. On retrouve le même renvoi sous atuda. Enfin, sous azengua, on relève la référence : « La foire de Beaucaire ». Il s’agit de l’Enbarras de la fieiro de Beaucaire (1657)127 de Jean Michel de Nîmes. Ces citations nombreuses et diverses montrent que Lacombe est un bon connaisseur de la littérature occitane moderne.

110On trouve sous anen un « proverbe provençal » : « Anen plan, & culién bén. Allons lentement & cueillons tout » que Lacombe ne semble pas avoir repris (ø D 1638 ; ø Pellas ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø S1). Ce proverbe existe bien : Boissier de Sauvages le relève dans la seconde édition de son dictionnaire (1785, II, 372) : « anën plan, acampën bë ». Le dictionnaire de 1767 de Lacombe semble donc contenir quelques éléments originaux et fiables qui pourraient avoir un intérêt pour la lexicographie de l’occitan du XVIIIe siècle.

111La qualité de l’édition est bien inférieure à celle de 1766. On remarque de nombreuses coquilles dans les entrées : alanguil (“langoureux, languissant”) pour alanguit (cf. D 1638 alanguit “alangoury”), amenacos (“la fête d’une noce”) pour amenanços (cf. D 1638 amenánços “la feste d’une nopce”) ou encore amebit (“éveillé, gai”) pour amerbit (cf. D 1638 amerbît “un homme eveillé, gaillard, gay, émerilloné”). On relève également des erreurs dans les définitions empruntées : albas “vin au bas, là-bas” est une mauvaise reprise de D 1638 : albàs, bi albas “vin bas, qui est pres de la lie ; des baissieres”. Par ailleurs, les définitions perdent le plus souvent beaucoup de leur richesse dans leur incorporation par Lacombe. Par exemple, améchi “garni, collé” est une reprise de S1 amëchi “c’est l’Epithete des cheveux qui sont par toupets, plats & huileux comme la mêche d’une lampe”.

112La presque totalité des entrées d’ancien français que nous avons étudiées sont extraites du dictionnaire de Carpentier. Sur les dix articles que nous avons analysés, neuf (A. 3.2.1-A. 3.2.6, A. 3.2.8-A. 3.2.10) proviennent de cet ouvrage qui venait de paraître. Lacombe cite d’ailleurs le nom de Carpentier à plusieurs reprises (sous abatligne, sous accointaire, sous affutaige...). Il ne s’agit cependant pas de la seule source de Lacombe 1767. Parmi les articles que nous avons étudiés, un semble être repris à Barbazan 1756 (A. 3.2.7). Nous avons par ailleurs relevé une autre source citée par Lacombe. Sous actillement, on trouve une référence à « Lemoine ». Il s’agit d’un renvoi à la Diplomatique-pratique, ou Traité de l’arrangement des archives et trésors des chartes (1765) de Pierre-Camille Le Moine (1723-1780). Comme en 1766, Lacombe n’a pas utilisé les travaux sur l’ancien français de Sainte-Palaye pour ce dictionnaire.

113Les erreurs touchant les termes d’ancien français sont nombreuses (voir A. 3.2.9). On peut par ailleurs relever l’entrée abatligne (“visite d’un pourceau pour voir s’il n’est pas ladre, & le droit dû au seigneur pour cette visite”) qui est erronée. Elle est accompagnée d’un renvoi à Carpentier. Or celui-ci donne abataige “visite d’un pourceau pour voir s’il n’est pas ladre, et le droit dû au seigneur pour cette visite”.

  • 128 Le retrait d’une mention mensongère pourrait donc expliquer l’absence des pages relatives à un prêt (...)
  • 129 Il faut également rappeler ici que Lacombe est l’auteur de lettres apocryphes de Christine de Suède
  • 130 Il en est de même pour quelques entrées de français moderne (voir Roques 2004, 273).

114Les deux Dictionnaires du vieux langage françois s’inscrivent dans une tradition linguistique assez ancienne et répandue. Lacombe assimile ancien occitan et ancien français sous l’appellation de « Langue romance ». Grâce à une falsification des Serments de Strasbourg, l’occitan moderne (provençal et languedocien) est présenté comme une survivance de cette langue. Conformément à cette thèse, les Dictionnaires du vieux langage françois mêlent occitan et français anciens et occitan moderne. Il est vrai que Lacombe ne donne aucune information claire sur le programme de son ouvrage de 1766 et que la réalité correspondant au « vieux langage françois » reste floue. On peut cependant supposer que les indications fournies dans le dictionnaire de 1767, qui constitue un supplément au précédent, sont également valables pour celui-ci. Les deux dictionnaires ne sont ainsi censés accueillir que des termes en usage du règne de Charlemagne à celui de François Ier. Lacombe a donc dépassé ce cadre aussi bien pour l’occitan que pour le français. En ce qui concerne l’occitan médiéval, qui n’apparaît finalement que très peu, Lacombe n’a été qu’un compilateur de travaux imprimés. Il en est de même pour l’ancien français avec, en outre, des entrées créées par le lexicographe. On peut affirmer que Lacombe n’a pas eu accès aux recherches alors inédites de Sainte-Palaye128, de Barbazan ou de Mazaugues pour la réalisation de ses ouvrages. Les articles consacrés à l’ancien occitan et à l’ancien français du dictionnaire de 1766 proviennent majoritairement du Trésor de recherches de Borel auquel s’ajoute un grand nombre de sources (Thaumas, Laurière...). Lacombe a complété la nomenclature de son dictionnaire par l’intégration de termes d’occitan moderne repris majoritairement dans les dictionnaires de Doujat et Pellas. D’autres termes ayant un aspect provençal moderne ont été de toute évidence forgés par Lacombe. Il en va de même pour certains termes présentant un aspect français. Ces créations sont à rapprocher des citations falsifiées de la Préface de 1767129. Quelques articles à propos de termes provençaux modernes paraissant originaux sont cependant fiables. D’autres articles traitant de formes manifestement provençales modernes dont les attestations restent cependant douteuses pourraient également avoir un intérêt130, mais le fait que Lacombe ait créé de nombreuses entrées oblige à les appréhender avec une extrême prudence.

115L’occitan ancien est absent du dictionnaire de 1767. On n’y trouve que de l’ancien français provenant en grande partie du « Glossaire françois » de Carpentier et de l’occitan moderne provenant principalement de Doujat, Pellas et Boissier de Sauvages (1756). Là encore, quelques articles concernant des termes d’occitan moderne pourraient être des notations originales et fiables de Lacombe. Elles constituent le seul intérêt lexicographique de cet ouvrage, mais sont une nouvelle fois à regarder avec précaution. Le dictionnaire de 1767 comporte de plus de nombreuses coquilles et erreurs. On a l’impression que Lacombe a composé cet ouvrage dans l’urgence pour tirer profit de la récente parution du « Glossaire françois » (1766) de Carpentier.

116Les dictionnaires de Lacombe auraient pu constituer une compilation des matériaux lexicographiques disponibles utile au développement de la philologie romane, mais le mélange indistinct de français et d’occitan, les falsifications linguistiques ainsi que les nombreuses erreurs de copie ont également rendu impossible une telle utilisation de ces ouvrages.

  • 131 Il faut également noter que le Dictionnaire de 1767 est dédié à la ville d’Avignon, ville natale de (...)
  • 132 Lacombe est un lecteur de Devic et Vaissète et d’Astruc.

117Pour Daniel Droixhe (1978, 337), les falsifications historiques de Lacombe auraient été motivées par un « certain occitanisme ». Un tel sentiment a pu être présent lorsque Lacombe a reconnu dans l’occitan moderne la langue des Serments de Strasbourg131. Rappelons qu’il ne limite pas son horizon au provençal comme le fera par la suite Achard : le languedocien est inclus dans l’identification132. La langue et la littérature occitanes modernes — que Lacombe connaît bien mieux que la littérature médiévale — sont intégrées aux Dictionnaires du vieux langage et donc rattachées au prestige des troubadours, mais aucune perspective d’avenir n’est évoquée.

  • 133 Selon Wartburg, Keller et Geuljans (1969, 62), cet ouvrage « réunit des mots tirés de chartes du XI (...)
  • 134 Notre analyse des ouvrages de 1766 et 1767 n’a pas fait apparaître d’éléments nouveaux à propos de (...)

118Nous ignorons quel accueil a été réservé aux dictionnaires de Lacombe par les spécialistes contemporains (La Curne de Sainte-Palaye notamment). Nous avons relevé les critiques sévères de Roquefort au début du XIXe siècle. Remarquons qu’il a malgré tout utilisé les ouvrages de Lacombe comme sources pour son Glossaire de la langue romane (1802) sans véritable examen critique. On relève par exemple des termes occitans modernes entrés dans sa nomenclature par l’intermédiaire de Lacombe : abéouradou “abreuvoir” (cf. A. 3.1.12), abets “l’enveloppe du grain” (cf. A. 3.1.10) et même la forme forgée par Lacombe : ablegassioun “sorte de punition envers les enfans” (cf. A. 2.2.2). Nous avons également retrouvé des articles de Lacombe dans le Dictionnaire roman, wallon, celtique et tudesque (1777)133 de Dom Jean François (1722-1791). On y lit par exemple : ababrupte “à l’improviste : ce que nous nommons ab abrupto, ce qui se fait sur le champ” (cf. 2.4.5), ablegassioun “sorte d’ancienne punition envers les enfants” (cf. A. 2.2.2). Comme nous l’avons mentionné plus haut, certains matériaux de Lacombe sont également passés dans l’édition de 1786 de Le Roux134. Ils ont pu, par ce biais, être ensuite repris dans la tradition lexicographique française (voir Roques 2004).

119Parmi un public plus large, l’accueil critique a, semble-t-il, été bon. Le Mercure de France de novembre 1765 a donné un compte rendu plutôt positif du dictionnaire daté de 1766. Cette critique est révélatrice de ce que les lecteurs attendaient d’un tel ouvrage. On n’y cherchait pas tant des éléments lexicographiques fiables qu’une lecture agréable :

  • 135 « Dictionnaire du vieux langage françois, enrichi de passages tirés des manuscrits en vers & en pro (...)

Il [Lacombe] ne s’est point borné à une nomenclature sèche & décharnée qui n’auroit présenté qu’une utilité passagère, il a enrichi son ouvrage d’un très-grand nombre de fragmens, tirés de nos meilleurs Poëtes anciens, & des manuscrits qui lui ont présenté des morceaux propres à piquer la curiosité. [...] Ce n’est pas non plus un ouvrage qu’on lise de suite, on y verra cependant avec plaisir des morceaux qui en servant d’exemples aux mots dont il est composé, y répandent un agrément & un intérêt qui en feroient supporter une lecture suivie.135

  • 136 On remarque que Lacombe, certainement du fait du peu d’éditions de textes littéraires médiévaux dis (...)

120Lacombe précise avoir été attentif à cet aspect dans la composition de ses dictionnaires. Il a travaillé avec deux objectifs contradictoires : proposer un outil lexicographique rigoureux et un ouvrage d’agrément. C’est ainsi que le dictionnaire de 1766 était censé constituer, selon son titre, d’une part, un « Ouvrage utile aux légistes, notaires, archivistes, généalogistes ; [...] & nécessaire pour l’intelligence des Loix d’Angleterre, publiées en François depuis Guillaume le Conquérant, jusqu’à Edouard III »136. Au-delà de cette application concrète, le dictionnaire se voulait également être, d’autre part, et toujours selon son titre : « Propre à donner une idée du génie, des mœurs de chaque siecle, et de la tournure d’esprit des Auteurs ». Le critique du Mercure de France nous semble cependant particulièrement indulgent et nous imaginons mal la « lecture suivie » du dictionnaire de 1766 qu’il juge possible grâce aux extraits de poésies qui illustrent les articles. Ce constat est encore plus vrai pour le dictionnaire de 1767 qui contient moins de citations que le précédent. Lacombe s’est justifié de ce défaut en 1767 :

Si l’on avoit inséré à chaque article un passage en vers ou en prose, on auroit formé facilement plusieurs gros volumes ; mais on a mieux aimé être utile qu’agréable. Pour porter cet ouvrage à une certaine perfection, il a fallu plus de travail que de goût, plus de patience que de savoir. (1767, lxxi)

121En somme, Lacombe a, pour nous, non seulement échoué à être utile, mais également à être “agréable”.

122Les Dictionnaires de Lacombe n’ont en définitive rien apporté à la lexicographie médiévale. Malgré ses limites, le dictionnaire de Mazaugues reste, avec la seconde édition (1785) du dictionnaire de Boissier de Sauvages qui accueille des termes médiévaux en assez grand nombre (voir Lieutard 2010, 113), la tentative de lexicographie médiévale la plus développée du domaine occitan au XVIIIe siècle. C’est en dehors du territoire occitanophone que les recherches les plus importantes ont été menées. Nous les devons à La Curne de Sainte-Palaye qui a composé les monumentaux Glossaire provençal et Glossaire des troubadours qui n’ont encore été que trop peu étudiés.

123L’écart, aussi bien quantitatif que qualitatif, avec la production contemporaine de dictionnaires traitant du provençal moderne est considérable. De nombreux ouvrages ont été rédigés dont beaucoup ont même été imprimés. Remarquons que la lexicographie du provençal moderne se développe sans véritables liens avec les recherches sur la poésie occitane médiévale. Il faut attendre la fin du siècle et les Vocabulaires (1785) d’Achard pour voir apparaître les premières interactions significatives. Celles-ci apparaissent dans le cadre d’un nationalisme provençal associé à une volonté de renaissance littéraire.

124Hormis les quelques attestations de termes occitans et français modernes potentiellement intéressantes des dictionnaires de Lacombe, l’intérêt de ses travaux et de ceux de Mazaugues est essentiellement métalexicographique. En ce qui concerne le premier, le développement d’une telle approche pourrait permettre de corriger certaines aberrations passées dans la tradition lexicographique postérieure. Pour le second une analyse métalexicographique plus poussée permettrait de mieux connaître les méthodes de travail et les résultats des provençalistes. Celle-ci devrait donc être envisagée dans un cadre plus large. La lexicographie n’est en effet qu’une des composantes du programme philologique que les provençalistes s’étaient fixé. Comme on peut le constater grâce à une lettre de Caumont à Bouhier du 6 juin 1734, leurs ambitions dans le domaine linguistique étaient grandes :

Rien ne seroit plus utile et plus curieux qu’un Dictionnaire Provençal, mais en même temps rien de plus difficille à bien exécuter. Je voudrois qu’on prît pour modelle le glossaire bourguignon qui est à la fin des Noëls [de la Monnoye]. Il faudroit discuter l’origine de cette langue, et la rapporter à l’ancien patois latin qui avoit cours dans certaines provinces de l’Empire, en marquer les changemens successifs et les différens mots qu’elle a puiséz dans les idiomes voisins. On parviendroit par ce secours à la parfaite intelligence de nos anciens Troubadours. (éd. Bauquier 1880, 21, n. 2)

125Brigitte Schlieben-Lange (1997) a d’ailleurs montré l’apport des Méridionaux, parmi lesquels les provençalistes occupent une place de choix, dans la constitution de la romanistique. La connaissance de leur contribution dans ce domaine reste cependant encore trop limitée.

Haut de page

Bibliographie

1. Sources primaires

1.1. Manuscrits

Aix-en-Provence, Méjanes

ms 158, Pierre Puget, Dictionnaire provençal et français, contenant la signification et la définition des mots, avec l’origine et l’étymologie du langage Provençal ; par Pierre Puget, Religieux de l’ordre des Minimes.

ms 778, Alexandre Fauris de Saint-Vincens, Dictionnaire ou explication des mots provenceaux les plus anciens et les plus difficiles dont se servoient les troubadours, par ordre alphabétique. En 1790, d’après les manuscrits de M. de Mazaugues. Fauris St Vincens.

ms 1664, André Barrigue de Montvallon, Dictionnaire provençal étymologique.

Paris, BnF

Ars. 3538, Étienne de Barbazan, Dictionnaire gascon.

Moreau 1568-1571, Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, Glossaire provençal, 4 vol. 

Moreau 1572-1581, Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, Glossaire des troubadours, 10 vol. 

1.2. Imprimés

Achard, Claude-François, 1785-1787, Dictionnaire de la Provence et du comté Venaissin, Marseille, Impr. de Mossy, 4 vol. [I : Vocabulaire françois-provençal, 1785 ; II : Vocabulaire provençal-françois, 1785 ; III-IV : Histoire des hommes illustres de la Provence, 1786-1787].

Alibert, Louis, 1977, Dictionnaire occitan-français : d’après les parlers languedociens, Toulouse, Institut d’études occitanes [19661].

Assises et bons usages du royaume de Jerusalem, tirés d’un manuscrit de la Bibliothèque Vaticane, par messire Jean d’Ibelin, comte de Japhe & d’Ascalon... Ensemble les Coutumes de Beauvoisis, par messire Philippes de Beaumanoir... et autres anciennes coutumes... Avec des notes & observations..., éd. Gaspard Thaumas de La Thaumassière, Imprimé à Bourges [par François Toubeau], & se vend à Paris, en la boutique de L. Billaine. Chez Jacques Morel, 1690.

Astruc, Jean, 1737, Mémoires pour l’histoire naturelle de la province de Languedoc, Paris, G. Cavelier.

Barbazan, Étienne de (éd.), 1756, Fabliaux et contes des poëtes françois des XII, XIII, XIV & XVes siècles, Paris, Vincent, 3 vol. 

Barbazan, Étienne de (éd.), 1759, L’ordene de chevalerie, avec une dissertation sur l’origine de la langue françoise. Un essai sur les étimologies. Quelques contes anciens. Et un glossaire pour en faciliter l’intelligence, Lausanne / Paris, Chaubert et Claude Herissant.

Bastero, Antoni de, 1724, La Crusca provenzale, ovvero le voci, frasi, forme e maniere di dire, che la lingua toscana ha preso dalla provenzale, Roma, stamp. di A. de Rossi.

Boissier de Sauvages, 1756, Pierre-Augustin, Dictionnaire languedocien-françois, Nîmes, M. Gaude.

Boissier de Sauvages, 1785, Pierre-Augustin, Dictionnaire languedocien-françois, Nîmes, M. Gaude, 2 vol. 

Borel, Pierre, 1649, Les antiquitez, raretez, plantes, minéraux & autres choses considérables de la ville et comté de Castres, Castres, A. Colomiez.

Borel, Pierre, 1655, Trésor de recherches et antiquitez gauloises et françoises réduites en ordre alphabétique, Paris, Augustin Courbé.

Carpentier, Pierre, 1766, Glossarium novum ad scriptores medii aevi... seu Supplementum ad auctiorem glossarii Cangiani editionem, Paris, Le Breton / Saillant / Desaint, 4 vol. 

Devic, Claude / Vaissète, Joseph, 1730-1745, Histoire générale de Languedoc, avec des notes & les pièces justificatives, composée sur les auteurs & les titres originaux, & enrichie de divers monumens, Paris, J. Vincent, 5 vol. 

Dictionnaire universel françois et latin, contenant la signification et la définition tant des mots de l’une et de l’autre langue... [vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux], Paris, Vve Delaulne, 1743, 6 vol. ; Paris, Compagnies des libraires associés, 1752, 7 vol.

Doujat, Jean, 1638, Le Dicciounari moundi, de la oun soun enginats principalomen les mouts les pus escarriés, an l’esplicaciu Francezo. Dictionaire de la langue toulousaine, in Pèire Godolin, Le Ramelet moundi, Toulouso, Jan Boudo.

Du Cange, Charles Du Fresne, 1678, Glossarium ad scriptores mediae et infimae latinitatis, Lutetiae Parisiorum, typis G. Martini, prostat apud L. Billaine, 3 vol. 

Du Cange, Charles Du Fresne, 1733-1736, Glossarium ad scriptores mediae et infimae latinitatis, éd. Dantine / Carpentier, Parisiis, sub Oliva C. Osmont, 6 vol. 

Du Cange, Charles Du Fresne, 1883-1887, Glossarium mediae et infimae latinitatis, éd. Léopold Favre, Niort, L. Favre, 10 vol. 

Duclos, Charles, 1743, « Mémoire sur l’origine & les révolutions des Langues Celtique et Françoise », Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, avec les Mémoires de littérature tirés des registres de cette académie, 15, 565-579.

Duclos, Charles, 1751, « Second mémoire sur l’origine et les révolutions de la langue françoise », Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, avec les Mémoires de littérature tirés des registres de cette académie, 17, 171-190.

Fauchet, Claude, 1581, Recueil de l’origine de la langue et poésie françoise, ryme et romans, plus les noms et sommaire des œuvres de CXXVII poètes françois, vivans avant l’an MCCC, Paris, M. Patisson.

Fauchet, Claude, 1610, Les œuvres de feu M. Claude Fauchet, Paris, J. de Heuqueville.

Feraud, Raimond, 2007, La Vida de sant Honorat, éd. Peter T. Ricketts, avec la collaboration de Cyril P. Hershon, Turnhout, Brepols.

François, Jean, 1777, Dictionnaire roman, walon, celtique et tudesque pour servir à l’intelligence des anciennes Loix et Contracts..., Bouillon, Société typographique.

Gaffiot, Félix, 2010, Dictionnaire latin-français, Paris, Hachette éducation [19341].

Gros, François-Toussaint, 1734, Recüil de pouesiés prouvençalos, Marseille, F. Berte / D. Sibié.

Histoire de saint Louis, par Jehan, sire de Joinville : les Annales de son règne, par Guillaume de Nangis ; sa vie et ses miracles, par le Confesseur de la Reine Marguerite. Le tout publié d’après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi et accompagné d’un glossaire, éd. A. Melot / C. Sallier / J. Capperonnier, Paris, Imprimerie royale, 1761.

Histoire littéraire de la France, par des religieux bénédictins de la congrégation de S. Maur, Paris, 1733-1763, 12 vol. 

Huet, Pierre-Daniel, 1678, Lettre de M. Huet à M. de Segrais de l’origine des romans, Paris, S. Mabre-Cramoisy.

Lou Jardin deys Musos prouvençalos, ou Recueil de plusieurs pessos en vers Prouvençaux, 1665.

Lou Jardin deys Musos prouvençalos, ou Recueil de plusieurs pessos en vers Prouvençaux, 1666.

Labbe, Philippe, 1667, Dictionnaire géographique françois-latin, Lyon, les libraires de la Compagnie.

Lacombe, François, 1753, Lettres historiques et philologiques du comte d’Orreri [Orrery], sur la vie et les ouvrages de Swift, pour servir de supplément au “Spectateur moderne” de Steele, à Londres, et se trouve à Paris, chez Lambert. [traduction de Remarks on the Life and Writings of Dr. Jonathan Swift (1751) de John Boyle (1707-1762) comte de Cork et d’Orrery.]

Lacombe, François, 1759, Lettres choisies de Christine, reine de Suède. A Descartes, Gassendi, Grotius, Pascal, Bayle, au prince de Condé, au duc d’Orléans, régent, à Louis XIV, à mademoiselle de Montpensier, à mademoiselle Lefevre, à la comtesse de Sparre, à la comtesse de Bregi, &c. avec la mort tragique de Monadeski, son grand-ecuyer, A Villefranche, chez Hardi Filocrate [Paris, Denis Humblot].

Lacombe, François, 1761, Lettres secrètes de Christine, reine de Suède, aux personnages illustres de son siècle, Genève, les frères Cramer.

Lacombe, François, 1761, Lettres sur l’enthousiasme de milord Shaftesbury, avec sa vie, traduites de l’anglais par M. Lacombe, Londres [Anthony Ashley Cooper, comte de Shaftesbury (1671-1713)].

Lacombe, François, 1766, Dictionnaire du vieux langage françois, enrichi de passages tirés des manuscrits en vers & en prose, des actes publics, des ordonnances de nos rois, &c., Paris, Panckoucke.

Lacombe, François, 1767, Dictionnaire du vieux langage françois ; contenant aussi la Langue Romance ou Provençale ; & la Normande, du neuvieme au quinzieme siecle, Paris, Nicolas Augustin Delalain.

[Lacombe, François], 1768, Dictionnaire de la langue romane, ou du vieux langage françois, Paris, Saillant / Desaint / Durand / Panckoucke.

Lacombe, François, 1776, Le Mitron de Vaugirard, dialogue sur le bled, la farine et le pain, avec un petit traité de la boulangerie, Amsterdam / Paris, au Palais-Royal.

Lacombe, François, 1777, Observations sur Londre [sic] et ses environs, avec un Précis de la constitution de l’Angleterre et de sa décadence, Paris, chez Lacombe / Londres, chez E. Lyde.

La Curne de Sainte-Palaye, 1756, Jean-Baptiste de, « Remarques sur la langue Françoise des XIIe & XIIIe siècles, comparée avec les langues Provençale, Italienne & Espagnole, dans les mêmes siècles », Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, avec les Mémoires de littérature tirés des registres de cette académie, 24, 671-686.

La Curne de Sainte-Palaye, Jean-Baptiste de, [1789], Glossaire de l’ancienne langue françoise, depuis son origine jusqu’au siècle de Louis XIV, éd. Georges-Jean Mouchet, s. l. n. d. [Paris].

La Curne de Sainte-Palaye, Jean-Baptiste de, 1875-1882, Dictionnaire historique de l’ancien langage françois, ou Glossaire de la langue françoise depuis son origine jusqu’au siècle de Louis XIV, éd. Léopold Favre, Niort, L. Favre / Paris, H. Champion, 10 vol. 

Lebeuf, Jean, 1751, « Recherches sur les plus anciennes traductions en langue françoise », Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, avec les Mémoires de littérature tirés des registres de cette académie, 17, 709-761.

Le Moine, Pierre-Camille, 1765, Diplomatique-pratique, ou Traité de l’arrangement des archives et trésors des chartes, Metz, Impr. de J. Antoine.

Le Roux, Philibert-Joseph, 1718, Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial, Amsterdam, M. C. Le Cène.

Le Roux, Philibert-Joseph, 1735, Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial, Lyon, les héritiers de Beringos fratres.

Le Roux, Philibert-Joseph, 1786, Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial, Pampelune [Paris].

Le Roux, Philibert-Joseph, 2003, Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial (1718-1786), éd. Monica Barsi, Paris, H. Champion.

Les poésies du roy de Navarre, avec des notes et un glossaire françois, précédées de l’histoire des révolutions de la langue françoise, depuis Charlemagne jusqu’à saint Louis, d’un discours sur l’ancienneté des chansons françoises et de quelques autres pièces, éd. Pierre-Alexandre Levesque de La Ravalière, Paris, H.-L. Guérin et J. Guérin, 1742, 2 vol. 

Levy, Emil, 1894-1924, Provenzalisches Supplement-Wörterbuch, Berichtigungen und Ergänzungen zu Raynouards “Lexique roman”, Leipzig, O. R. Reisland.

Levy, Emil, 1991, Petit dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, Culture provençale et méridionale [19091].

Martin, Jean, 1899, Poésies biterroises publiées sous le titre de Bouquet de cauquos flouretos cueillidos sul parnasso biterrois, éd. Frédéric Donnadieu, Béziers.

Ménage, Gilles, 1694, Dictionnaire étymologique, ou Origines de la langue françoise, Paris, Anisson.

Michel, Jean, 1657, L’enbarras de la fieiro de Beaucaire, Nîmes.

Mistral, Frédéric, 1979, Lou Tresor dóu Felibrige, Genève, Slatkine [11878-1886].

Monchablon, E. J., 1760, Dictionnaire abrégé d’antiquités, Paris, Desaint et Saillant.

Nostredame, Jean de, 1913, Jehan de Nostredame. Les Vies des plus célèbres et anciens poètes provençaux. Nouvelle édition, accompagnée d’extraits d’œuvres inédites du même auteur, éd. Camille Chabaneau / Joseph Anglade, Paris, H. Champion.

Pellas, Sauveur-André, 1723, Dictionnaire provençal et françois, Avignon, imprimerie Offray.

Ragueau, François, 1704, Glossaire du droit françois, contenant l’explication des mots difficiles qui se trouvent dans les ordonnances de nos roys, dans les coustumes du royaume, dans les anciens arrests et les anciens titres, donné cy-devant au public sous le nom d’indice des droits royaux et seigneuriaux, par M. François Ragueau, éd. Eusèbe Jacques de Laurière, Paris, J. et M. Guignard, 2 vol. 

Raynouard, François-Just-Marie, 1816-1821, Choix des poésies originales des troubadours, Paris, Firmin Didot, 6 vol. 

Raynouard, François-Just-Marie, 1838-1844, Lexique roman, ou Dictionnaire de la langue des troubadours, éd. Just Paquet / Augustin Pellissier / Léon Dessalles, Paris, Silvestre, 6 vol. 

Rivière, Hippolyte-Ferréol, 1874, Histoire des institutions de l’Auvergne contenant un essai historique sur le droit public et privé dans cette province, Paris, A. Marescq aîné, 2 vol. 

Roquefort, Jean-Baptiste-Bonaventure de, 1808, Glossaire de la langue romane, Paris, B. Warée oncle, 2 vol. 

Sirmond Jacques (éd.), 1629-1666, Concilia antiqua Galliae..., Lutetiæ Parisorum, sumptibus S. Cramoisy (apud Societatem typographicam librorum officii ecclesiastici), 4 vol. 

Stempel, Wolf-Dieter (dir.), 1997-, Dictionnaire de l’occitan médiéval, Tübingen, Niemeyer.

Tobler, Adolf / Lommatzsch, Erhard Friedrich, 1925-2002, Altfranzösisches Wörterbuch, Berlin, Weidmannsche / Wiesbaden, F. Steiner, 12 vol. 

Trésor de la langue française. Dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle, Publié sous la direction de P. Imbs puis de B. Quemada, Paris, Centre national de la recherche scientifique puis Gallimard, 1971-1994, 16 vol. 

Wartburg, Walther von, 1922-2002, Französisches etymologisches Wörterbuch. Eine Darstellung des galloromanischen Sprachschatzes, Bonn, Klopp / Leipzig-Berlin, Teubner / Bâle, Helbing & Lichtenhahn / Bâle, Zbinden.

2. Sources secondaires

Anatole, Christian, 1971, « Beaux esprits provinciaux et culture occitane au XVIIe siècle, Trois académiciens castrais : Jean Dant, Paul Pellisson, Pierre Borel », Lo Gai Saber, 359, 145-158.

Bauquier, Joseph, 1880, Les provençalistes du XVIIIe siècle (lettres inédites de Sainte-Palaye, Mazaugues, Caumont, La Bastie, etc.), Paris, Maisonneuve.

Bazalgues, Gaston, 1978, « L’essay sur le langage gascon d’Étienne de Barbazan : un dictionnaire manuscrit de l’ancien occitan », Lengas revue de sociolinguistique, 3, 99-104.

Castellani, Arrigo, 1958, « Le glossaire provençal-italien de la Laurentienne (ms. Plut. 41, 42) », in Lebendiges Mittelalter, Festgabe für Wolfgang Stammler, Freiburg (Suisse) 1958, 1-43.

Courouau, Jean-François, 2008, Moun lengatge bèl : les choix linguistiques minoritaires en France : 1490-1660, Genève, Droz.

Courouau, Jean-François, à paraître, « Retour sur les provençalistes provençaux des années 1730-1740 », in Isabelle Luciani / Jean-François Courouau (éds), La réception des troubadours en Provence (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Classiques Garnier.

Damian-Grint, Peter, 2006, « From Trésor de recherches to Vocabulaire austrasien : Old French dictionaries in France, 1655-1777 », Medievalism and “manière gothique” in Enlightenment France, Oxford, Voltaire Foundation, 99-123.

Droixhe, Daniel, 1978, La linguistique et l’appel de l’histoire, 1600-1800 : rationalisme et révolutions positivistes, Genève, Droz.

Dictionnaire de biographie française, sous la direction de M. Prevost / Roman d’Amat / H. Tribout de Morembert, J.-P. Lobies, fascicule CVIII, Paris, Letouzey et Ané, 1994.

Fabié, David, à paraître, « L’essor des études lexicographiques et grammaticographiques », in Jean-François Courouau (dir.), La langue partagée. Ecrits et paroles d'oc (1700-1789), Genève, Droz.

Gardy, Philippe, 1985, L’Écriture occitane aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles : origine et développement d’un théâtre occitan à Aix-en-Provence, 1580-1730, l’œuvre de Jean de Cabanes, Lille, Atelier national de reproduction des thèses / Béziers, Centre international de documentation occitane, 2 vol. 

Gégou, Fabienne, 1983, « Un dictionnaire d’ancien français au XVIIe siècle : le Trésor de recherches de Pierre Borel », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 35, 23-39.

Gossman, Lionel, 1968, Medievalism and the ideologies of the Enlightenment : the world and work of La Curne de Sainte-Palaye, Baltimore, Johns Hopkins Press.

Lieutard, Hervé, 2010, « Le système graphique de l’abbé Boissier de Sauvages : défense et illustration de la diglossie franco-occitane », Lengas revue de sociolinguistique, 68, 105-144.

Merle, René, 1990, L’écriture du provençal de 1775 à 1840 : inventaire du texte occitan, publié ou manuscrit, dans la zone culturelle provençale et ses franges, Lille, Atelier national de reproduction des thèses / Béziers, Centre international de documentation occitane, 2 vol. 

Michaud, Louis-Gabriel (dir.), 1843-18??, Biographie universelle ancienne et moderne, publiée sous la direction de M. Michaud, ouvrage rédigé par une société de gens de lettres et de savants, Paris, A. Thoisnier / Leipzig, F. A. Brockhaus, 45 vol. 

Roques, Gilles, 2004, « Philibert-Joseph Le Roux, Dictionnaire comique, satyrique, critique, libre et proverbial (1718-1786), Présentation et édition critique par Monica Barsi » [compte rendu], Revue de linguistique romane, 269-270, 270-274.

Schlieben-Lange, Brigitte, 1997, « Préhistoire de la romanistique : la contribution des Méridionaux avant Raynouard », Lengas revue de sociolinguistique, 42, 27-43.

Schlieben-Lange, Brigitte, 1991, « Okzitanisch : Grammatikographie und Lexikographie », in G. Holtus / M. Metzeltin / Chr. Schmitt (éds), Lexikon der Romanistischen Linguistik, V/2 : Okzitanisch, Katalanisch, Tübingen, Niemeyer, 105-126.

Schlieben-Lange, Brigitte, 2002, « Grammaires et dictionnaires », in F. Peter Kirsch / Georg Kremnitz / Brigitte Schlieben-Lange, Petite histoire sociale de la langue occitane, Canet, Trabucaire, 45-101.

Stéfanini, Jean, 1969, Un provençaliste marseillais, l’abbé Féraud, 1725-1807, Gap, Éditions Ophrys.

Swiggers, Pierre, 2001, « La philologie romane de Dante à Raynouard : Linguistique et grammaticographie romanes », in G. Holtus / M. Metzeltin / Ch. Schmitt (éds), Lexikon der romanistischen Linguistik, Tübingen, Niemeyer, Band I :1, 36-121.

3. CD-ROM

Ricketts, Peter T. (dir.), 2005, Concordance de l’occitan médiéval : COM 2 : les troubadours, les textes narratifs en vers, direction scientifique Peter T. Ricketts, direction technique Alan Reed, avec la collaboration de F. R. P. Akehurts, John Hathaway, Cornelis van der Horst, cdrom, Turnhout, Brepols Publishers.

Haut de page

Annexe

1. Étude du dictionnaire de Mazaugues

1.1. Édition critique de la première page du dictionnaire

1.1.1 « ambe — avec. — an, anc avec. ambe dos — tous les deux de la vient sans doute — ambesas terme de trictrac. »

ambe, an, anc : ø Dp ; ø GlL ; Nostredame ab vous, ou am vous, ou amb vous “avecques vous” ; cf. Borel 1655 ambedox sous ambedui ; ø Bastero. — Rn 2, 61 am, amb ; LvP ambe, an sous ab.

ambe dos : ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 3, 80 ambedos “tous deux” ; LvP ambedos sous abdos.

→ Similarité de Mazaugues, Nostredame et Borel.

Voir ci-dessous l’article andos (1.1.20). — ambesas “au trictrac, coup de dés qui fait sortir deux as” (TLF). Le rapprochement étymologique proposé par Mazaugues est exact : ambesas est dérivé de l’ancien français ambes “tous les deux” et as (Trésor de la Langue Française).

1.1.2 « assouta — attaquer. assaillir. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — ø Rn ; ø LvP.

Mazaugues a certainement mal interprété la forme assouta dans laquelle il reconnaît un infinitif sous l’influence probable de l’occitan moderne assobtar “poursuivre” (Alibert). assouta est plus vraisemblablement un participe passé féminin d’une forme de absolver “remettre les péchés de, donner l’absolution à” (DOM).

Vida de sant Honorat : « e tantost l’a le moynes assouta de bon grat »137 (v. 5957).

→ L’entrée donnée par Mazaugues est erronée (elle n’apparaît chez aucun lexicographe). Elle pourrait bien être une mauvaise interprétation d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. Dans cette hypothèse, la définition proposée ne paraît pas compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida. Soit elle est également fautive, soit notre proposition est inexacte.

1.1.3 « assaiet — assiega. »138

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; cf. Borel 1655 asseier “assieger” ; Bastero assaggiare ø ce sens (“degustare, delibare”). — Rn 3, 193 assaiar ø ce sens (“essayer”) ; LvP asajar “aborder, attaquer”.

Vida de sant Honorat : « assajet la ciptat forment » (v. 1678).

→ Similarité de Mazaugues et Borel. Divergence entre Mazaugues et Bastero. Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.4 « attressins — attressi — pareillement, aussi ensemble. »

Dp (1514) atressi ; ø GlL ; Nostredame atressi ou altressi “[aussi], ainsi ou tout ainsi” ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 2, 45 atressi “de même, pareillement” ; LvP atresi.

→ Similarité de Mazaugues, Dp et Nostredame.

1.1.5 « ausor — noble magnifique. »139

ø Dp ; GlL auzor “più alto” ; Nostredame auzour “riche et reluysant”, citation : « L’ay vist en son palais auzour. Vie de St Honoré » ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 2, 59 alzor “haut rang, hauteur” ; LvP ausor adj. “plus haut, élevé”.

Vida de sant Honorat : « en son palays auzor sotz pali de Suria / vi una vision de mot gran espavent » (v. 167).

→ Similarité de Mazaugues, GlL et Nostredame. Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida. La citation de Nostredame a probablement été composée à partir du passage de la Vida que nous signalons.

1.1.6 « attayna — s’empresser. »

Dp (813) ataïnar “impedire” ; ø GlL ; ø Nostredame (attayna “courroux”) ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 5, 294 atahinar ø ce sens (“différer, retarder, tarder”) ; LvP ataïnar ø ce sens (“empêcher ; irriter, inquiéter ; retarder, différer”, v. pron. “s’inquiéter”).

Vida de sant Honorat : « En gran pensament son le reys et li reyna / d’aquesta vesion, et cascuns s’ataina. » (v. 180-181).

→ Divergence Mazaugues / Dp. Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. Même si la définition est erronée, elle paraît compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.7 « aussir — tuer. aussire. »

Dp (1332) auçire o auçir “ocidere” ; ø GlL ; Nostredame aucyre “ocir” ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 6, 4 aussir ; LvP aucire, aucir.

Vida de sant Honorat : « si lo veson aucire » (v. 2117), « per aussire » (titre du chapitre CXXIV dans le manuscrit B).

→ Similarité de Mazaugues, Dp et Nostredame. Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.8 « aras — maintenant — ar. »

Dp (1478) aras o ar ; ø GlL ; Nostredame ar ou aras “ores. Regarde era” ; Borel 1655 (Additions) aras “maintenant” ; ø Bastero. — Rn 3, 539 ar, aras “maintenant” ; LvP aras sous ar.

→ Similarité de Mazaugues, Dp, Nostredame et Borel.

1.1.9 « aondansa — generosité, abondance. »

ø Dp ; ø GlL ; Nostredame aondansa “abondance” ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 4, 371 aondansa ; LvP aondansa renvoie à abondansa.

Vida de sant Honorat : « de gran aondanza » (v. 217).

→ Similarité de Mazaugues et Nostredame. Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.10 « aysso — ceci. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — DOM aisso.

1.1.11 « agardar — attendre. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — DOM agardar “attendre, espérer”.

Vida de sant Honorat : « Tres anz o plus e de bon grat / en aquest bosc t’ay agardat. » (v. 315-316).

→ Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.12 « aytal — tel, telle. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — DOM aital.

1.1.13 « abausada — etendue adj. »

ø Dp ; ø GlL ; Nostredame abauzada “[myse] à l’envers” ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — DOM abausat p. p. / adj. “renversé, étendu à plat ventre” sous abausar.

Vida de sant Honorat : « E pueys si desampara / e casec abausada en miey del payment » (v. 502-503) et « que denant ell s’es abausada » (v. 4537).

→ Similarité de Mazaugues et Nostredame. Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.14 « antrenant — entre, parmi. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 2, 97 antrenant ø ce sens (“en avant”, “auparavant, jadis”) ; LvP antrenan renvoie à entrenan ø ce sens (“en avant ; auparavant, jadis”).

Vida de sant Honorat : « qu’es pausatz antrenant » (v. 591).

Le Glossaire de l’édition Ricketts de la Vida donne : antrenant “jadis”.

→ Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. Même si la définition est erronée, elle paraît compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.15 « amermar — diminuer. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 4, 199 amermar “diminuer, décroître, affaiblir” ; LvP amermar.

Vida de sant Honorat : « ni creysser ni amermar » (leçon du manuscrit B du vers 646).

→ Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.16 « ancessor — predecesseur. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; Borel 1655 ancesors “ancestres” ; ø Bastero. — Rn 2, 97 ancessor “ancêtre, prédécesseur” ; LvP ancesor.

Vida de sant Honorat : « que li tieu ancessor » (v. 728).

→ Similarité de Mazaugues et Borel. Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.17 « avi — ayeul. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 2, 159 avi “aïeul” ; LvP avi.

Vida de sant Honorat : « payre ni fiyll ni avi » (v. 746).

→ Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.18 « affizats — assurés contre un evenement. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — DOM afisat “certain, sûr ; qui est en sécurité”.

Vida de sant Honorat : « E jamays negun temps non seran afisat » (leçon du manuscrit B du vers 891).

Dans le manuscrit B, ce passage est accompagné d’une annotation marginale : « ne seron jamais asseurés ».

→ Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida ainsi qu’avec l’annotation du manuscrit B.

1.1.19 « absobres — par le moyen. canc. 3. »

ø DP ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — ø Rn ; ø LvP ; ø Lv ; ø DOM.

→ Nous ne sommes pas parvenu à interpréter cette forme. Elle résulte certainement d’une erreur de lecture de Mazaugues ou Saint-Vincens.

1.1.20 « andos — tous les deux, ambedos — id. ambeduy — id. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; Borel 1655 ambedox sous ambedui ; ø Bastero. — Rn 3, 80 andos, ambedos, ambedui “tous deux” ; LvP amdos et ambedos sous abdos.

Voir ci-dessus A. 1.1.1. On trouve plus loin, sous duy “deux” (14) : « ambe duy — tous les deux. ».

1.1.21 « ayre — air. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; Bastero aire “aria”. — DOM aire.

Vida de sant Honorat : « Mot an suffert en patz li donzel de bon ayre » (v. 1193).

→ Similarité de Mazaugues et Bastero. Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.22 « arney — bagage, attirail. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 2, 125 arnei “harnois, arme” ; LvP arnei sous arnes.

Vida de sant Honorat, par exemple : « Mentre que li sant trason de la nau lur arney » (v. 1208).

→ Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.23 « aposestatz — princes, souverains. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 4, 583 apposestat “potentat, souverain, dominateur” ; ø LvP.

Vida de sant Honorat : « noble aposestatz » (v. 960), « ni princes ni aposestatz » (v. 1691), « mantz ducx e mantz apposestatz » (v. 2429).

→ Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec les occurrences relevées dans la Vida.

1.1.24 « apoestat — le meme aus. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 4, 583 apoestat “potentant, souverain, dominateur” ; LvP apoestat.

Vida de sant Honorat : « un noble apoestat » (v. 986).

→ Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.25 « asconas — armes de la vieille guerre on les lançoit[.] »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 2, 132 ascona “pique, épieu” ; LvP ascona renvoie à ancona “dard”.

Vida de sant Honorat : « Aqui viras lanzas e dartz / lanzar, asconas e falsartz » (v. 1701-1702).

À propos de « lanzar, asconas e falsartz » (v. 1702), on trouve dans la marge du manuscrit B : « sont machines de l’antique guere ».

→ Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida et avec l’annotation du manuscrit B.

1.1.26 « arrage — avec empressement, sollicitude. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — cf. Rn 5, 28 a ratje “en désordre”, “avec désespoir” sous ratje ; ø LvP.

Vida de sant Honorat : « noyri lo cerv salvage / c’annava per lo bosc arraje. » (v. 337-338), « A traves, a enant tot lo jorn van arraje. » (v. 2377), « Orfe seran e paure e annaran arraje. » (v. 3250), « le peccatz que a fach lo fay annar arraje. » (v. 3485).

Le Glossaire de l’édition Ricketts de la Vida donne : arraje adv. anar arraje “errer çà et là”.

→ Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. Même si la définition est erronée, elle paraît compatible avec les occurrences relevées dans la Vida.

1.1.27 « autreiar — accorder. »140

ø Dp ; GlL autreiar “concede(re)” ; Nostredame autreiar “octroyer” ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — Rn 2, 153 autreiar “octroyer, accorder, donner, permettre” ; LvP autrejar.

Vida de sant Honorat : « Crestian volon tut et autrejan de plan » (v. 1905), « car non li volc autrejar » (v. 4417).

→ Similarité de Mazaugues, GlL et Nostredame. Article traitant d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.28 « en antada. fol. 119. »141

ø Dp ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — ø Rn ; ø LvP.

Nous proposons de voir dans en antada une mécoupure pour enantada, participe passé féminin de enantar (Rn 2, 82 enantar “déshonorer, couvrir de honte” ; LvP enantar). Cette lecture est renforcée par la présence de enantada dans la Vida de sant Honorat : « de tu e de ta fiylla que agras enantada » (v. 5411).

→ L’entrée donnée par Mazaugues est erronée (elle n’apparaît chez aucun lexicographe). Elle semble bien être une mauvaise interprétation d’une forme présente dans la Vida de sant Honorat.

1.1.29 « agensa — plait. »142

ø Dp ; ø GlL ; Nostredame agensa, ou agensar “retret son françoys agenser” ; ø Borel 1655 ; Bastero agenzare “piaccere, aggradire, aggentilire, e simili”. — DOM agensar.

Vida de sant Honorat : « De dar li moyller lur agenza. » (v. 7438).

→ Similarité de Mazaugues, Nostredame et Bastero. La définition est compatible avec l’occurrence relevée dans la Vida.

1.1.30 « annansa — aisance, bien-etre. »

ø Dp ; ø GlL ; ø Nostredame ; ø Borel 1655 ; ø Bastero. — ø Rn (Rn 2, 79 benanansa “bonheur, bien-être”, malanansa “maladie, chagrin, malheur”) ; ø LvP (benanansa, malanansa).

Vida de sant Honorat : malanansa (v. 350), malannanza (v. 218), malananza (v. 1501), benananza v. 2545.

→ La forme relevée par Mazaugues est en réalité issue d’une mécoupure. Seuls benanansa et malanansa sont relevés par les lexicographes. Mazaugues donne d’ailleurs une forme correcte plus loin : « malanansa — mal etre, incommodité » (26). Les formes rétablies sont présentes dans la Vida de sant Honorat. La définition est compatible avec les occurrences relevées dans la Vida.

1.2. Relevé et étude des citations illustrant les articles de la lettre A

1.2.1 sous agabar (non défini) (3) : « tray son coutell pres lagabar — un homme qui se met en disposition d’en frapper quelqu’un. »

Vida de sant Honorat : « Trays son coutell, pres l’a gabar / car non li volc autrejar » (v. 4416-4417).

→ Citation extraite de la Vida de sant Honorat.

1.2.2 sous aytant “depuis que” (3) : « car en aytant con lo mont dura — depuis que le monde dure. »

Vida de sant Honorat : « car en aytant con le mont dura » (v. 6975).

→ Citation extraite de la Vida de sant Honorat.

1.2.3 sous affortidament “fortement, vaillamment” (3) : « li deffent affortidament — le deffend bien. »

Vida de sant Honorat : « si defent afortidamentz » (v. 1710).

→ Citation extraite de la Vida de sant Honorat.

1.2.4 sous alamellas “lames de couteaux” (3) : « las forrbidas alamellas. »

Vida de sant Honorat : « las forbidas alamellas » (v. 9406).

→ Citation extraite de la Vida de sant Honorat.

1.2.5 sous s’aprobenca “s’approche” (3) : « chon mays s’aprobenca — plus il s’approche. »

Vida de sant Honorat : « Et on mays s’aprobenca, plus fort autz la novella. » (v. 2601).

→ Citation extraite de la Vida de sant Honorat.

1.2.6 sous s’aprobenca “s’approche” (3) : « s’aprobenca lay — il s’approche de la. »

Vida de sant Honorat : « Le mejes s’aprobenca lay. » (v. 4942).

→ Citation extraite de la Vida de sant Honorat.

1.2.7 sous aubercs “cuirasses, cottes de maille” (4) : « aqui viras aubercs eluzens ebrunis. »

Vida de sant Honorat : « aqui viras albercz e luzentz e brunitz » (v. 8838).

→ Citation extraite de la Vida de sant Honorat.

1.2.8 sous annar “aller” (4) : « ar qui non pot annar si resta. prov. »

Vida de sant Honorat : « ar qui non pot annar si resta » (leçon du manuscrit B du vers 274).

→ Citation extraite de la Vida de sant Honorat.

2. Étude des éléments lexicographiques du Dictionnaire du vieux langage françois (1766) de Lacombe

2.1. Étude des termes présentant une forme occitane médiévale de la lettre A

2.1.1 affan “entente, mens”. [L’article contient une citation :] « Peyre Guillin tot son affan / Mist* Dieu in ley far per mon dam. *(Mit.) »

Nostredame afan “Petrarque, travails” ; Mazaugues afan “chagrin, inquiétude” ; Borel 1750 affan “entente”, citation : « Sordel Poëte : Peyre Guillen tot son affan / Mist Dieu in ley far per mon dam. C’est-à-dire, Dieu mît toute son entente à la faire pour mon dommage. » — DOM afan “effort, tâche pénible, peine, fatigue”.

→ Terme occitan médiéval. Emprunt évident de Lacombe 1766 à Borel.

2.1.2 aïce “territoire, lieu, pays, territorium”.

ø Nostredame ; ø Mazaugues ; ø Borel 1750. — cf. DOM aise “territoire, domaine”. — Bien que aïce puisse être rapproché d’un terme occitan médiéval, l’absence de source dans la tradition lexicographique occitane antérieure à Lacombe nous a conduit à interroger la tradition française. On remarque dans Ménage 1750 un article aise “région” (ø TL) que le lexicographe précise avoir extrait du « Dictionnaire François-Latin du Pere Labbe »143.

→ L’entrée de Lacombe est vraisemblablement une création à partir de Ménage 1750 aise “région”.

2.1.3 alberjada “une quête, une sorte de taille ou imposition nouvelle faite dans un Village pour secourir un Village voisin maltraité par la grêle”.

ø Nostredame ; ø Mazaugues ; ø Borel 1750 (albergue “un droit ancien”). — Rn 2, 51 albergada “campement” ; LvP albergada “logis ; campement ; droit de gîte” ; cf. FEW 16, 158a, *haribergon (apr. alberga “logement, tente ; droit de gîte, converti en redevance annuelle” (depuis le 12e s.)), 158b, *haribergon (apr. albergada “logis ; campement ; droit de gîte). — Devant l’absence de rattachement à nos sources occitanes nous avons recherché ce terme dans un corpus plus vaste. On le trouve dans Thaumas : alberjada “dans l’Alphonsine de Riom144, Queste ou Taille” qui a été repris par Laurière alberjada “dans l’Alphonsine de Riom, au commencement” qui renvoie à droit d’albergue “c’est un droit d’hébergement ou de giste”.

→ Terme occitan médiéval. Emprunt de Lacombe 1766 à Thaumas et/ou Laurière. La précision de Lacombe à propos de la grêle est probablement de son invention.

2.1.4 amador, amadour “amoureux, amasius”. [L’article contient une citation :] « Anc mez no vic amador, / En sordel de votre color, / Quar tuit lit attendelor, / Volon la bazar & jazar. / Je ne vis jamais amant / O Sordel ! de votre mine / Qui soit en attente / Sans la baiser & coucher avec elle. »

Nostredame amadour “amoureux” ; ø Mazaugues ; Borel 1750 amador “amoureux”, citation : « Peyre Guillem, Poëte ancien : Anc mays no vic amador, je ne vis jamais amant. / En Sordel, de vostre color, / Quar tuit li attrendedor, qui sont en attente. / Volon la baizar, & iazer, coucher. » — Rn 2, 63 amador ; LvP amador.

→ Terme occitan médiéval. Emprunt évident de Lacombe 1766 à Borel 1750. On remarque la mauvaise transcription de la citation : mez pour mays, votre pour vostre, lit pour li et attendelor pour attrendedor et jazar pour iazer.

2.1.5 amesurat “qui est sage, discret, consideratus”. [L’article contient une citation :] « En Sordel piuz amuseras / De nuéls otrome quanc foc nats. / C’est-à-dire, O Sordel ! plus discret que qui que ce soit au monde, ou que nul autre homme qui soit né. Peyre Guilem, Poëte. »

ø Nostredame ; ø Mazaugues ; Borel 1750 amesurats “discret”, citation : « Peyre Guillem, Poëte ancien : En Sordel piùs amesurats / De nuels autrhom quanc foc nats. c’est-à-dire, ô Sordel, plus discret que nul autre homme qui soit nay. ». — Rn 4, 201 amezurar ; LvP amezurar.

→ Terme occitan médiéval. Emprunt évident de Lacombe 1766 à Borel 1750. On remarque la mauvaise transcription de la citation : amuseras pour amesurats, otrome pour autrhom.

2.1.6 antresca “fantaisie, arbitrium”.

ø Nostredame ; ø Mazaugues ; Borel 1750 antresca “fantaisie”. — Rn 5, 418 entresca “arrangement, combinaison, composition” ; ø LvP. — Information intéressante relevée dans le FEW 17, 401b, *threskan (apr. entresca “danse” SFoy).

→ Terme occitan médiéval. Similarité de Lacombe 1766 et Borel.

2.1.7 aras “maintenant, nunc”. [L’article contient une citation :] « Raimbaut vivant l’an 1208, à la Cour de Mossen, Boniface, Marquis de Montferrat, fit une chanson où il change à chaque vers de langue, pour montrer l’esprit changeant de Béatrix sa maîtresse & sœur du Marquis. / Aras quant vey verdéiar (Provençal.) / I son quelche ben non ho (Toscan.) / Belle dolce Dame chiére (François.) / Danna yeux my rend à bous (Gascon.) / M’astam temo vuestre pletto (Espagnol.) »

Nostredame ar ou aras “ores” ; Mazaugues aras “maintenant” ; Borel 1750 aras “maintenant”, citation : « Raimbaut, vivant l’an 1208, à la Cour de Mossen Boniface, Marquis de Montferrat, fit une chanson où il change à chaque vers de langue, pour montrer l’esprit changeant de Beatrix, sa maîtresse, sœur dudit Marquis. Aras quan vey verdeiar. (Provençal.) / I son quel che ben non ho. (Toscan.) / Belle douce Dame chere. (François.) / Danna yeux my rend à bous. (Gascon.) / Mas t’am temo vuestro pletto. (Espagnol.) ». — Rn 3, 539 aras ; LvP aras renvoie à ar.

→ Terme occitan médiéval. Emprunt mot pour mot de Lacombe 1766 à Borel.

2.1.8 ariscat “éveillé, hardi, sémillant ; c’étoit le surnom d’Inigo, Comte de Bigorre, Roi de Navarre, l’an 800, qui a été la tige des Rois de ce pays”.

ø Nostredame ; ø Mazaugues ; ø Borel 1750. — ø Rn ; ø LvP ; ø Lv. — Ce terme est en fait de l’occitan moderne : D 1638 arriscat “joly, propre, avenant, bien troussé” ; ø Pellas ; Astruc (477-478) « Ariscat. Eveillé, propre, hardi, entreprenant. Dict. de Doujat. C’étoit, à ce que je croi, le surnom d’Inigo, Comte de Bigorre, qui fut élu Roi de Navarre vers l’an 800. & qui a été la tige des Rois de ce pais. Les Historiens Espagnols, & les Historiens François qui les ont copiez, faute d’entendre ce mot Gascon, l’ont appellé Arista. Mais comme ils rapportent eux-mêmes que ce surnom d’Inigo signifioit hardi, entreprenant, dans la langue Gascone, qui étoit celle de ce Prince, il est évident que c’est Ariscat, qu’il faut lire, puisque ce mot a encore la même signification en Gascogne. » ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø S1 ; Mistral ariscat sous arisclat ; FEW 21, 540b, paré ; attifé (lang. ariscat adj. “propre, paré” MémMontp 1841, 113 ; aveyr. arisquá “embellir, parer, donner des appas”) ; FEW 22/1, 170b, aimable ; sociable (gasc. arriscat “avenant, riant” (1567)).

→ Emprunt évident de Lacombe 1766 à Astruc. La référence à « l’an 800 » laisse penser au lecteur que ce terme est médiéval, mais on a, en fait, affaire à un terme d’occitan moderne. Lacombe a été trompé par Astruc qui a repris le terme ariscat à Doujat pour corriger indûment le nom du premier roi de Pampelune, Eneko Arista ou Aritza (VIIIe-IXe siècles) (les historiens des XVIIe et XVIIIe siècles emploient la forme Inigo Arista).

2.2. Étude des termes présentant une forme occitane moderne des vingt premières pages

2.2.1 ablasiga “abîmer, assommer, meurtrir”.

D 1638 ablasigà de trucs “meurtrir de coups, assommer” ; ø Pellas ; Astruc (477) ablasiga “meurtrir, assommer” ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø Borel 1750 ; S1 ablaziga “v. & p. Accablé, Harassé, Moulu de fatigue ou de lassitude. ablaziga, meurtri ou de coups, ou par une chute, ablaziga câoucun ; meurtrir, briser les os”. — Mistral ablasiga ; FEW 15/1, 156a, blesan (Toulouse ablasigá “meurtrir” D).

→ Terme occitan moderne. Similarité de Lacombe 1766, D 1638 et Astruc.

2.2.2 ablégassioun “sorte de punition envers les enfans”.

ø D 1638 ; ø Pellas (ableiga “adj. acablé, acablée ou abatu, abatuë”) ; ø Astruc ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø Borel 1750 ; ø S1. — ø Mistral. — ablégassioun a un aspect provençal moderne (finale en -ioun), mais n’a été relevé par aucun dictionnaire provençal ou occitan modernes. Il ne semble pas non plus pouvoir être rapproché d’un terme médiéval occitan (ø Borel 1750 ; ø Rn ; ø LvP ; ø DOM) ou français (ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Lévesque ; ø Ménage ; ø Trévoux 1743 ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier ; ø TL). Il existe en revanche en français moderne une forme comparable : ablégation “(droit romain) espèce de bannissement que les pères de famille pouvaient prononcer contre ceux de leurs enfants dont ils étaient mécontents” (Trésor de la Langue Française). Le Trésor de la Langue Française relève comme première attestation de ce terme l’édition de 1771 du Dictionnaire de Trévoux. On le trouve cependant (avec une définition correspondant à celle de Lacombe) dans le Dictionnaire abrégé d’antiquités (1760) de Monchablon145 : « Ablegation, sorte de bannissement dont les peres pouvoient user envers ceux de leurs enfans dont ils avoient lieu d’être mécontens » (ø FEW 5, 241b, legare ; cf. latin ablegatio “bannissement, relégation” (Gaffiot)).

ablegassioun est selon toute vraisemblance une composition d’aspect provençal moderne de Lacombe à partir d’ablegation repris à Monchablon.

2.2.3 abricoun, sous abricon “un Charlatan, Delinitor”.

ø D 1638 ; ø Pellas ; ø Astruc ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø Borel 1750 (abriconer “charlater”) ; ø S1. — Mistral abricoun “charlatan, à Nîmes” ; FEW 1, 522a, *bricco (Nîmes abricoun M) ; 521b, *bricco (pr. bricoun “vaurien”). — En ce qui concerne abricon, terme a priori de français médiéval, sous lequel abricoun est donné : ø Thaumas ; ø Laurière ; Lévesque abricon “charlatan, trompeur, séducteur” ; ø Ménage ; ø Trévoux 1743 ; Trévoux 1752 abricon “vieux, plus communément Bricon. Charlatan, trompeur, séducteur” ; ø Barbazan 1756 ; Barbazan 1759 abricon “plus communément Bricon, charlatan, trompeur, séducteur” ; ø Capperonnier ; ø TL (bricon) ; cf. FEW 1, 521b, *bricco (afr. bricon).

→ L’entrée paraît être une notation originale de Lacombe. Mistral semble confirmer qu’abricoun appartient bien au lexique provençal moderne (nous ignorons quelle est la source nîmoise de Mistral, mais il ne s’agit vraisemblablement pas de Lacombe, qui est avignonnais). Le fait que Barbazan et Trévoux 1752 aient donné une entrée abricon a cependant certainement influencé Lacombe dans son choix de relever ce terme et dans sa définition.

2.2.4 accessioun “un encan, une vente publique”.

ø D 1638 ; ø Pellas ; ø Astruc ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø Borel 1750 ; ø S1. — ø Mistral (acessioun “accession”). — accessioun a un aspect provençal moderne (finale en –ioun), mais n’a été relevé par aucun lexicographe. Il ne semble pas non plus pouvoir être rapproché d’un terme médiéval occitan (ø Rn (Rn 2, 388 accessio “accès [de fièvre]”) ; ø LvP ; ø DOM (accession “accès [d’une maladie]”, “accroissement [d’un bien]”) ou français (ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Lévesque ; ø Ménage ; Trévoux 1743 accession ø ce sens ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier). On ne trouve non plus aucun équivalent en français moderne (ø TLF). On relève une nouvelle fois (voir A. 2.2.2) une forme comparable chez Monchablon 1760 avec une définition similaire à celle de Lacombe : « Accessio. Les Romains donnoient ce nom à la vente qui se faisoit par voie de justice dans la Place publique » (ø FEW 24, 73a, accessio ; ø Gaffiot).

accessioun est selon toute vraisemblance une composition d’aspect provençal moderne de Lacombe à partir d’accessio repris à Monchablon 1760.

2.2.5 acoublaïre “qui fait accoupler les jumens en plein champ”.

ø D 1638 ; ø Pellas (accoubla “accoupler ou acoupler”) ; ø Astruc ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø Borel 1750 ; ø S1. — Mistral acoublaire “celui, celle qui accouple, accoupleur” ; FEW 2, 1161a, copula (Mars accoublaire “celui qui accouple” A).

→ Terme occitan moderne. La précision de la définition de Lacombe n’apparaît dans aucune autre source. Elle reste de ce fait suspecte.

2.2.6 acroumioun sous acromiont “c’est l’os supérieur de l’épaule”.

ø D 1638 ; ø Pellas ; ø Astruc ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø Borel 1750 ; ø S1. — ø Mistral ; ø FEW. — acroumioun a un aspect provençal moderne, mais n’a été relevé par aucun lexicographe. Il ne semble pas non plus pouvoir être rapproché d’un terme médiéval occitan (ø Rn ; ø LvP ; ø DOM). Il faut certainement se pencher sur acromiont qui semble être français : ø Borel 1750 ; ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Lévesque ; ø Ménage ; Trévoux 1743 acromion “terme d’Anatomie. C’est l’extrémité & l’épine de l’omoplate” ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier. — ø TL ; FEW 24, 279b, akromion (mfr. fr. os acromion “apophyse qui termine l’épine de l’omoplate” (1534, Rab), acromion (1541, Dat Lex 1 ; Paré, DG ; Cotgr 1611 ; depuis Fur 1701)).

acroumioun est selon toute vraisemblance une composition d’aspect provençal moderne de Lacombe à partir du français moderne acromion.

2.2.7 acroupetouns sous acropeton “mis en tas, acervatim”.

ø D 1638 ; ø Pellas ; ø Astruc ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø Borel 1750 ; ø S1. — ø Mistral. — acroupetouns a un aspect provençal moderne, mais n’a été relevé par aucun lexicographe. Il ne semble pas non plus pouvoir être rapproché d’un terme médiéval occitan (ø Rn ; ø LvP ; ø DOM). Il faut certainement se pencher sur acropeton qui semble être français : Borel 1750 acroupetons “en un monceau, s’acroupir” ; ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Lévesque ; ø Ménage ; Trévoux 1743 acroupetons “Borel ne fait qu’un mot de ces quatre syllabes ; il dit qu’il veut dire, En un monceau, Acervatim, & qu’il vient d’acroupir qui vient de croupion” ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier. — TL cropeton (a) ; FEW 16, 418a, *kruppa (mfr. frm. à croupetons (depuis 1451), mfr. à croppetons Villon).

acroupetouns est selon toute vraisemblance une composition d’aspect provençal moderne de Lacombe à partir d’acroupetons repris à Trévoux 1743 (on remarque la reprise de la traduction latine acervatim).

2.2.8 adagaïre “un diseur de proverbes, de bons mots, un homme plaisant & facétieux”.

ø D 1638 ; ø Pellas ; ø Astruc ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø Borel 1750 ; ø S1. — ø Mistral. — adagaïre a un aspect occitan moderne, mais n’a été relevé par aucun lexicographe. Il ne semble pas non plus pouvoir être rapproché d’un terme médiéval occitan (ø Rn ; ø LvP ; ø DOM) ou français (ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Lévesque ; ø Ménage ; ø Trévoux 1743 ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier ; ø TL). On trouve en français moderne adagiaire “homme plaisant, facétieux” (Larousse 1866 = FEW 24, 131b, adagium (fr. adagiaire (Lar 1866-1928, vieux, peu usité))).

→ Selon Gilles Roques (2004, 272), l’article du Larousse est une « fabrication » à partir de Lacombe ou de Le Roux 1786 dans lequel adagaïre est passé (adagaïre “un homme gai, facétieux”). L’entrée de Lacombe semble être une coquille pour *adagiaïre. La question reste de savoir si ce terme a existé en occitan moderne ou si Lacombe l’a créé. S’il l’a créé, est-ce à partir d’une forme adagiaire française antérieure dont nous n’avons trouvé aucune trace ou s’agit-il d’une composition de toutes pièces ?

2.2.9 adioussiaz, adéciaz, “pour adieu, vale”.

D 1638 adissiáts “adieu, adieu-soyez” ; Pellas adioussias ; ø Astruc ; Puget adioussias “adieu, vale” ; Barrigue adioussias “adieu, bon voyage” ; ø Borel 1750 ; S1 adîoussias sous adîou. — Mistral à-dièu-sias ; FEW 3, 58a, deus (lang. adioussias).

→ Terme occitan moderne. Similarité de Lacombe 1766, D 1638, Pellas, Puget, Barrigue et S1.

2.2.10 agacis, agacins “ce sont des cors aux pieds”.

D 1638 agassít, agacic “cal, cor des piés” ; Pellas agacin “cors aux pié, ou agacin, ou poireau” ; Astruc (477) agaci “cor au pied” ; Puget agacin “cors au pied” ; Barrigue agassin “sorte de calus” ; ø Borel 1750 ; S1 agassi. — Mistral agacin ; FEW 15/1, 7a, agaza (mars. agacin A, Aix agacin P, Alès agaci).

→ Terme occitan moderne. Similarité de Lacombe 1766, D 1638, Pellas, Astruc, Puget, Barrigue et S1.

2.2.11 aïgal “rosée qui se trouve sur l’herbe”.

ø D 1648 ; ø Pellas ; ø Astruc ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø Borel 1750 ; ø S1 (âgaignâou). — Mistral eigau ; Alibert aigal ; ø FEW 25, 63b, aqua.

→ L’entrée de Lacombe semble constituer une attestation originale d’un terme occitan moderne relevé par ailleurs par Alibert.

2.2.12 aiguardén “eau-de-vie, vinum igne vaporatum”.

ø D 1638 ; ø Pellas ; ø Astruc ; ø Puget ; Barrigue aigardên “eau de vie, brandevin” ; ø Borel 1750 ; S1 aig’ârdën “eau-de-vie”. — Mistral aigo-ardènt ; FEW 25, 66b, aqua (lang. [aȷgar'dẽn]).

→ Terme occitan moderne. Similarité de Lacombe 1766, Barrigue et S1.

2.3. Étude des cinq premières citations d’occitan moderne

2.3.1 sous attrapaïre “attrapeur, qui attrape par ruse ou par artifice, veterator” : « Lou vesez lou guay attrapaïre, / Ki si boulegue koume oun fringaïre. / Le voyez-vous ce rusé escamoteur, qui se démene, s’agite comme un vert galant. »

ø D 1638 ; ø Pellas ; ø Astruc ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø Borel 1750 ; ø S1. — Mistral atrapaire ; FEW 17, 357a, trappa (Alès atrapáire “trompeur”).

→ Nous ignorons qui est l’auteur de ces vers. Peut-être est-ce Lacombe lui-même. L’article consacré à attrapaïre est fiable et semble être original.

2.3.2 sous barri “murs, remparts de Ville, munimenta” : « Li barri d’Avignioun sont la gran mervéye de tote la France. / Les murs d’Avignon la grande merveille de toute la France. »

D 1638 bárri “faux bourg” ; ø Pellas ; Puget barri “muraille d’une ville” ; Barrigue bàrri “muraille qui entoure une ville” ; ø Borel 1750 ; S1 bâri “chemin des rondes. Ruë ou chemin qui est entre les maisons d’une Ville & les remparts ou les murs”. — Mistral bàrri ; FEW 1, 256b, *barra (apr. barri “faubourg”), 256b, *barra (Toulouse bàrri “faubourg” D).

→ La langue composite de cette citation laisse supposer que Lacombe en est l’auteur. L’article consacré à barri est fiable et semble être original.

2.3.3 sous barrulaïre “homme qui rode, qui roule la nuit & le jour, sans dessein, par ennui & par paresse” : « Saraz toute ta vida un marri barrulaïre, / Péndoulin faï té doun vite amoulaïre. / Tu seras toute ta vie un misérable batteur de pavé, vaurien & gueux, fais-toi donc vîte Gagne-petit ou Remouleur. »

ø D 1638 ; ø Pellas ; ø Astruc ; ø Puget ; ø Barrigue ; ø Borel 1750 ; ø S1. — Mistral barrulaire ; FEW 10, 504b, rotella (mars. barruláire “rôdeur”, Puiss. [source douteuse] baruláire).

→ Nous ignorons qui est l’auteur de ces vers. Lacombe lui-même peut-être. L’article consacré à barrulaïre est fiable et semble être original.

2.3.4 sous begui “un bonnet d’enfant, une barrette” : « Quin cop aquelle gour malade, / Quincare porte le begui, / Me dessareg sul cassaqui. / C’est-à-dire, quel coup cet enfant amoureux, qui porte encore le bonnet, darda sur mon just-au-corps. Goudouli. »

ø D 1638 ; ø Pellas ; ø Astruc ; Puget beguin “beguin. Coêffe de linge qu’on met aux enfans” ; Barrigue beguin “coêfe de toile des petits enfans” ; Borel 1750 (sous beguines) : « Goudouli, Advocat & Poëte Tolosain dit : Quin cop aquello gourmalade, / Qu’incares porte le begui, / Me dessareg sul casaqui. / C’est-à-dire, quel coup cet enfant amorueux [sic], qui encore porte le bonnet, darda sur mon juste-au-corps » ; S1 bêghi “têtiere. Petite coëffe de toile qu’on met aux enfants nouveaux-nés”. — Mistral beguin ; FEW 15/1, 88a, *beggen (Toulouse beguí “bonnet d’enfant” G).

→ Emprunt de Lacombe 1766 à Borel. La définition de Lacombe est également empruntée à Borel 1750 (sous beguines) : « En Languedoc un begui, c’est-à-dire, un bonnet ou coeffe ». On remarque le peu de soin avec lequel la citation reprise à Borel est éditée. Ces vers de Godolin sont extraits de l’« Abenturo amourouso » (éd. Noulet 1887, 8-14) :

Quin cop aqueste bourmoulado,

Qu’encaro porto le bequi,

Me dessarrèc sul cazaqui. (éd. Noulet 1887, 9)

2.3.5 sous biarda “fuir précipitamment” : « Un gons que rufabe lou naz, / Que me fagué biarda défore. / C’est-à-dire, un gros chien qui fronçoit le nez & qui me fit sortir de la maison. »

D 1638 biardà “se retirer, s’enfuir, sortir plus viste que le pas, gaigner du pié” ; ø Pellas ; ø Astruc ; ø Puget ; Barrigue biardàr, faire biardàr “chasser, renvoyer des enfans” ; Borel 1750 biarda “fuir promptement. C’est un mot de Languedoc”, citation : « Goudouli en son Ramelet moundi : Un gous que ruffabo le nas, / Que me faguet biarda defore. / C’est-à-dire, un chien qui fronçoit le nez, qui me fit sortir dehors. » ; ø S1. — Mistral biarda renvoie à biharda ; FEW 14, 373b, via (Toulouse biardá D) ; FEW 21, 345a, fuir (Toulouse biardá (depuis D)).

→ Emprunt de Lacombe 1766 à Borel. On remarque la mauvaise qualité de la reprise de la citation. Ces vers de Godolin sont extraits de « Autro D’un amourous pauromen aymat » (éd. Noulet 1887, 34-35) :

Un gous que rufao le nas,

Et un baylet, amb’un leignas,

Que me fèguen biarda deforo. (éd. Noulet 1887, 34)

2.3.6 sous brame “un grand cri, clamor” : « Avez l’ouzit aquél cridaïre, / Que de la pou qu’a de brama, / Quitte la tengue de sa maïre. Satyre d’Albi. / L’avez-vous entendu ce braillard, qui de la peur qu’il a de crier, quitte la langue de sa mére. »

D 1638 bram “cry de divers animaux” ; ø Pellas ; ø Astruc ; ø Puget ; Barrigue bràn “grand cri de quelqu’un qui soufre” ; Borel 1750 sous bram “grand cry” : « D’où vient le mot de Languedoc brama, crier fort ; d’où vient aussi qu’on appelle la voix des asnes & des cerfs, de cette sorte. Un bramairé, un crieur. Ce mot est employé dans une excellente Satyre faite à Alby, contre un qui avoit écrit en François. Elle commence ainsi : Avets l’ausit aquel cridaire, / Que de la poou qu’à de brama, / Quite la lenguo de sa maire. » ; S1 bram ou bran “cri de l’âne”. — Mistral bram ; cf. FEW 15/1, 240b, *brammon (castr. bram “cri”).

→ Emprunt de Lacombe 1766 à Borel 1750. Nous ignorons qui est l’auteur de la « Satyre faite à Alby ». On remarque la mauvaise qualité de la transcription de Lacombe : ouzit pour ausit, pou pour poou, tengue pour lenguo. La forme brame relevée par Lacombe n’a aucune autre attestation dans la lexicographie occitane et doit donc certainement être une coquille pour bram (la première attestation de la forme française brame “cri d’amour du cerf” relevée par le FEW (15/1, 241a, *brammon) date de 1960).

2.4. Étude des dix premiers termes présentant une forme d’ancien français

2.4.1 aainneesche, aisnéage, ainsnéété “le droit d’aînesse.”

Thaumas aainneesche, aisneage, ainsneeté “aînesse” ; cf. Laurière droit d’aisnéage sous aisné, aisnesse, aisnété ; ø Le Roux 1735 ; ø Lévesque ; ø Ménage 1750 ; ø Borel 1750 ; ø Trévoux 1743 ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier. — TL ainzneece.

→ Terme de français ancien. Emprunt évident de Lacombe 1766 à Thaumas.

2.4.2 aaisier “mettre quelqu’un à son aise, le traiter bien.”

ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Le Roux 1735 ; ø Lévesque ; ø Ménage 1750 ; Borel 1750 aaisier sous aisier “mettre à son aise. Perceval” ; Trévoux 1743 aaisier sous aisier “ce mot, qui n’est plus d’usage, signifie mettre à son aise” ; Barbazan 1756 (II) aaisier “soulager, faire du bien” ; ø Barbazan 1759 ; Capperonnier aaisier “bien traiter, contenter, mettre à son aise, reposer, soulager, fournir toutes les choses nécessaires à la vie, s’accommoder, s’aider, se procurer les commodités de la vie”. — TL aaisier.

→ Terme de français ancien. Similarité de Lacombe 1766, Borel, Capperonnier et Barbazan 1756.

2.4.3 Aales, Aélis “pour Adélaïde nom de femme.”

ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Le Roux 1735 ; ø Lévesque ; ø Ménage 1750 ; ø Borel 1750 ; ø Trévoux 1743 ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; Capperonnier (dans la « Table des matières ») Aales, Aelis ou Adelaïde “abbesse de l’abbaye du Lis”.

→ Emprunt évident de Lacombe 1766 à Capperonnier.

2.4.4 aarbrer “se cabrer, Esserre se.”

ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Le Roux 1735 ; ø Lévesque ; ø Ménage 1750 ; Borel 1750 aarbrer “se cabrer, selon le Roman de Perceval” ; Trévoux 1743 aarbrer “terme ancien qui n’est pas aujourd’hui en usage. Ce mot se trouve dans le Roman de Perceval, & veut dire se cabrer. Essere se, erigere se, pectus arrigere” ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier. — TL arbrer.

→ Terme de français ancien. Similarité de Lacombe 1766, Borel et Trévoux 1743.

2.4.5 ababrupte “à l’improviste, Repentinò.”

ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Le Roux 1735 ; ø Lévesque ; ø Ménage 1750 ; ø Borel 1750 ; ø Trévoux 1743 ; cf. Trévoux 1752 ab abrupto “terme Latin, qui s’est francisé par l’usage : on s’en sert pour exprimer une chose qu’on fait sur le champ, sans préparation, sans prélude, & sans cérémonie, ou brusquement & à l’improviste” ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier. — ø TL. — ø FEW 24, 48b, abruptus (fr. ab abrupto (Rich 1759 ; Ac 1798)).

→ Mot probablement inventé par Lacombe à partir de Trévoux 1752.

2.4.6 abace, abéce ou abacie “table sur laquelle on traçoit des figures & des nombres d’Arithmétique.”

ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Le Roux 1735 ; ø Lévesque ; Ménage 1750 abaco ; ø Borel 1750 ; Trévoux 1743 abaco “Ce mot se trouve dans Rouillard pour signifier l’Arithmétique. Les Italiens disent aussi Abaco pour exprimer la même chose. C’étoit une petite table polie, sur laquelle les Anciens traçoient des figures ou des nombres. Elle servoit à apprendre les principes de l’Arithmétique” ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier. — cf. TL abac. — cf. FEW 24, 1b, abacus (mfr. frm. abaco (Huls 1596 ; Trév 1704-Lar 1866)).

→ Entrée et variantes probablement créées par Lacombe à partir de Trévoux 1743.

2.4.7 abaéus ou abaous “biens sans maîtres.”

ø Thaumas ; Laurière abaeuz “sont des biens vacans...” ; ø Le Roux 1735 ; ø Lévesque ; ø Ménage 1750 ; ø Borel 1750 ; Trévoux 1743 abaeuz (référence à Ragueau) ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier. — ø TL.

→ Terme de français ancien. Similarité de Lacombe 1766, Laurière et Trévoux 1743.

2.4.8 abaï “aboyement d’un chien, Latratus.”

ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Le Roux 1735 ; ø Lévesque ; Ménage 1750 abbais sous abbois ; Borel 1750 (Monet) abai “aboyement, cri du chien” ; ø Trévoux 1743 ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier. — TL abai.

→ Terme de français ancien. Similarité de Lacombe 1766 et des informations de Monet reprises dans l’édition de 1750 du Trésor de recherches de Borel.

2.4.9 abaiésse “une Abbesse, une Supérieure de Religieuses.”

Thaumas abbaiesse “abbesse” ; ø Laurière ; ø Le Roux 1735 ; ø Lévesque ; ø Ménage 1750 ; ø Borel 1750 ; ø Trévoux 1743 ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier. — TL abeesse.

→ Terme de français ancien. Similarité de Lacombe 1766 et Thaumas.

2.4.10 abaille “une abeille, Apis.”

ø Thaumas ; ø Laurière ; ø Le Roux 1735 ; ø Lévesque ; ø Ménage 1750 ; Borel 1750 abaille “abeille” ; ø Trévoux 1743 ; ø Barbazan 1756 ; ø Barbazan 1759 ; ø Capperonnier. — TL abeille.

→ Terme de français ancien. Similarité de Lacombe 1766 et Borel.

3. Étude des éléments lexicographiques du Dictionnaire du vieux langage françois (1767) de Lacombe

3.1. Étude des termes présentant une forme occitane moderne des deux premières pages

3.1.1 abali “disparoître, fuir, s’évanouir, &c.”

D 1638 abalì “disparoître, évanouir” ; ø Pellas ; ø S1. — Mistral avali ; FEW 14, 147a, vallis (Toulouse s’abali D).

→ Terme d’occitan moderne. Similarité de Lacombe 1767 et D 1638.

3.1.2 abarre, noze abarre “noix cerneuse”.

D 1638 abárre “tenant. Nouze abarro, noix cerneuse.” ; ø Pellas ; ø S1. — Mistral avare ; FEW 21, 87a, noyer ; noix (Toulouse nouzé abarre D).

→ Terme d’occitan moderne. Similarité de Lacombe 1767 et D 1638.

3.1.3 abasta “suffire, convenir”.

D 1638 abastà “suffire” ; ø Pellas ; ø S1. — Mistral abasta ; FEW 1, 277b, *bastare (Rodez abastà “suffire”).

→ Terme d’occitan moderne. Similarité de Lacombe 1767 et D 1638.

3.1.4 abé “avoir, donc, hé bien”.

D 1638 abè “avoir, aveindre : se prend aussi pour bien donc, he bien” ; ø Pellas ; ø S1. — Mistral avé ; FEW 4, 362a, habere (castr. abé).

→ Terme d’occitan moderne. Similarité de Lacombe 1767 et D 1638.

3.1.5 abelano “avelane, amande qui a la coque tendre”. Citation : « Aleï mans abelanos : c’est-à-dire, les mains lui demangent de frapper quelqu’un. Pellas. »

ø D 1638 ; Pellas abelan, amendo abelano, “amende à la coque tendre”, citation : « A leïs mans abelanos. Les mains lui demangent de batre. » ; ø S1. — Mistral avelano “noisette” ; FEW 24, 28a, abellana (pr. avelano “noisette”, mars. abellan adj. “se dit d’une amande dont l’écale est friable et dont le goût rappelle celui des noisettes” A).

→ Terme d’occitan moderne. Emprunt référencé de Lacombe 1767 à Pellas. Lacombe a transformé l’adjectif relevé par Pellas en substantif.

3.1.6 abeoura caukun “faire accroire quelque mensonge à quelqu’un”.

ø D 1638 ; Pellas abeoura qu’auqu’un “mot burlesque. Faire à croire à quelqu’un quelque chose” ; ø S1. — cf. Mistral abéura de belli resoun ; FEW 24, 23b, *abbiberare (Aix abeourá quauquun P).

→ Terme d’occitan moderne. Similarité de Lacombe 1767 et Pellas.

3.1.7 aberma “diminuer, amoindrir”.

D 1638 abermà “amoindrir, diminuer” ; ø Pellas ; ø S1. — Mistral amerma ; FEW 6/2, 114a, minimare (Toulouse abermá G).

→ Terme d’occitan moderne. Similarité de Lacombe 1767 et D 1638.

3.1.8 aberit “gaillard, éveillé”.

D 1638 aberit “un homme eveillé, gaillard” ; ø Pellas ; ø S1. — Mistral esberi ; FEW 3, 308b, expergiscere (Tarn abérit).

→ Terme d’occitan moderne. Similarité de Lacombe 1767 et D 1638.

3.1.9 abet “sapin, abies”.

D 1638 abèt “sapin, arbre” ; ø Pellas ; ø S1. — Mistral abet ; FEW 24, 32b, abies (Toulouse abet G).

→ Terme d’occitan moderne. Similarité de Lacombe 1767 et D 1638.

3.1.10 abets “la bale ou cosse du grain”.

D 1638 abets, les ábets “la bale du grain” ; ø Pellas ; ø S1. — Mistral abe ; FEW 25, 6a, apex (Toulouse abets D).

→ Terme d’occitan moderne. Similarité de Lacombe 1767 et D 1638.

3.1.11 abeura “abreuver un cheval”.

D 1638 abeoüra “abreuver” ; Pellas abeoura “abreuver” ; ø S1. — Mistral abéura ; FEW 24, 23b, *abbiberare (pr. abeourá).

→ Terme d’occitan moderne. Similarité de Lacombe 1767, D 1638 et Pellas.

3.1.12 abeuradou “abreuvoir, aquarium”.

D 1638 abeoüradou “abreuvoir” ; Pellas abeuradou “abreuvoir” ; S1 abëouradou “abreuvoir”. — Mistral abeuradou ; FEW 24, 24b, *abbiberare (Aix abeuradoú P).

→ Terme d’occitan moderne. Similarité de Lacombe 1767, D 1638, Pellas et S1.

3.2. Étude des dix premiers termes présentant une forme d’ancien français

3.2.1 aachement “amorce, appât ; d’où Aachier, attirer, engager”.

Carpentier aachement “appat, amorce ; d’où Aachier, attirer, engager”. — TL aeschement, aeschier.

→ Terme de français ancien. Emprunt évident de Lacombe 1767 à Carpentier.

3.2.2 aagement “majorité”.

Carpentier aagement “majorité”. — TL äagement sous ëagement.

→ Terme de français ancien. Similarité de Lacombe 1767 et Carpentier.

3.2.3 aagiés “âgé, très vieux, senex”.

Carpentier aagié “majeur” sous aagement. — TL ëagié sous ëagier.

→ Terme de français ancien. Similarité de Lacombe 1767 et Carpentier. Le –s final de aagiés est une coquille.

3.2.4 aagner “contredire, contester avec chaleur”.

Carpentier aagner “contredire, contester avec chaleur, disputer”. — TL aaignier.

→ Terme de français ancien. Emprunt évident de Lacombe 1767 à Carpentier.

3.2.5 aastir “animer, inciter, irriter”.

Carpentier aastir “animer, inciter, irriter”. — TL aatir.

→ Terme de français ancien. Emprunt évident de Lacombe 1767 à Carpentier.

3.2.6 aatine “querelle ; hâte, empressement”.

Carpentier aatine 1. “fâcherie, querelle, contestation” 2. “hâte, empressement”. — TL aatine.

→ Terme de français ancien. Emprunt évident de Lacombe 1767 à Carpentier.

3.2.7 aatir “défier, s’empresser, disputer le prix”.

ø Carpentier (aastir “animer, inciter, irriter”). — L’article ne trouvant pas son origine dans Carpentier, nous avons élargi nos sources. On trouve dans Barbazan 1756 (II) : aatir “défier, s’empresser, disputer la concurrence”. — TL aatir.

→ Terme de français ancien. Similarité de Lacombe 1767 et Barbazan 1756.

3.2.8 aba, abate “pour Abbé”.

Carpentier abbat “abbé”. — TL abé.

→ Terme de français ancien. Similarité de Lacombe 1767 et Carpentier.

3.2.9 abaiener “mettre dans le bain, baigner”.

cf. Carpentier abaigner “baigner, mettre dans le bain”. — TL abaignier.

→ Emprunt évident de Lacombe 1767 à Carpentier. L’entrée comporte une coquille.

3.2.10 abaiete “sentinelle, vedette, le guet”.

Carpentier abaiete “sentinelle, vedette, celui qui fait le guet”. — TL abaiiete renvoie à abavete.

→ Terme de français ancien. Emprunt évident de Lacombe 1767 à Carpentier.

Haut de page

Notes

1 Paris, BnF, coll. Moreau 1568-1571, 4 vol. Ce glossaire a été réalisé à partir de diverses sources : glossaires occitans médiévaux, dictionnaire de Nostredame, dictionnaire de Doujat et lecture de textes médiévaux en prose et de romans occitans versifiés. Brigitte Schlieben-Lange (1990) donne un relevé des ouvrages que Sainte-Palaye précise avoir utilisés.

2 Paris, BnF, coll. Moreau 1572-1581, 10 vol. Ce glossaire a été rédigé à partir de poèmes des troubadours dont les vers sont cités.

3 Paris, BnF, Ars. 3538. 128 pages. Voir Bazalgues 1978, 99-104

4 Étienne de Barbazan est l’éditeur des Fabliaux et contes des poëtes françois des XII, XIII, XIV & XVes siècles (Paris, 1756) et de L’ordene de chevalerie, avec une dissertation sur l’origine de la langue françoise. Un essai sur les étimologies. Quelques contes anciens. Et un glossaire pour en faciliter l’intelligence (Lauzanne / Paris, 1759). Il a laissé plusieurs travaux lexicographiques demeurés manuscrits parmi lesquels un Dictionaire ou glossaire de l’ancienne langue françoise (Ars. 3081-84).

5 Autre provençaliste provençal.

6 Jean Bouhier (1673-1746), jurisconsulte et historien, président à mortier au Parlement de Bourgogne.

7 Ausiàs March (1400-1459), poète valencien.

8 Par exemple l’édition de ses œuvres de 1555 (Las obras del poeta mosen Ausias March, corregidas de los errores que tenian. Sale con ellas el vocabulario de los vocablos en ellas contenidos, Valladolid, Sebastian Martinez).

Les provençalistes considéraient que catalan et occitan médiéval étaient une seule et même langue (voir Stéfanini 1969, 212-213 et Courouau à par.).

9 L’œuvre de Du Cange a été rééditée et augmentée par les Bénédictins de la congrégation de Saint-Maur dans la première moitié du XVIIIe siècle (1733-1736).

10 À propos de l’occitan médiéval et moderne dans le Trésor de recherches de Borel, voir Anatole 1971 et Gégou 1983.

11 Ce dictionnaire est resté manuscrit jusqu’à l’édition de Chabaneau et Anglade en 1913 (179-203).

12 Mazaugues en avait connaissance dès 1720 : il l’évoque à cette date (23 janvier) dans une lettre à Caumont (passage cité in Stéfanini 1969, 210). Il est par la suite mentionné dans les lettres de Caumont à Mazaugues du 6 janvier 1730 (Bauquier 1880, 16), 2 juin 1733 (Bauquier 1880, 17) et 15 juin 1733 (Bauquier 1880, 17) ainsi que dans une lettre de Sainte-Palaye à Mazaugues du 28 avril 1738 (Bauquier 1880, 46). Voir Stéfanini 1969, 210.

13 Caumont annonce avoir reçu cet ouvrage dans une lettre à Mazaugues du 21 avril 1734 (Bauquier 1880, 21). Il en conseille la lecture à Bouhier dans une lettre du 16 novembre 1735 (Bauquier 1880, 25). Voir Stéfanini 1969, 210-211.

14 « Catalogo della maggior parte delle Voci Provenzali usate dagli Scrittori Toscani » (1724, 146-172).

15 Le Donatz Proensals est une grammaire de l’ancien occitan rédigée par Uc Faidit aux environs de 1240. Il contient un dictionnaire de rimes présentant des intérêts sémantiques.

16 Caumont et Mazaugues ont déployé de nombreux efforts pour prendre connaissance de cet ouvrage (voir Courouau à par. et Stéfanini 1969, 210, 211-212).

17 Lettre de Caumont à Bouhier du 16 novembre 1735 (Bauquier 1880, 25).

18 On remarque par ailleurs dans cette liste la mention (« une espèce de prosodie d’un Raimond Vidal ») des Razós de trobar de Raimon Vidal (vers 1196-vers 1252). Contrairement au Donatz Proensals, cette grammaire, écrite au début du XIIIe siècle, ne contient pas véritablement de données lexicographiques.

19 Religieux de l’abbaye de Saint-Victor à Marseille qui a collaboré à la réédition de 1733-1736 du Glossarium de Du Cange (voir Bauquier 1880, 9).

20 Cette aide apportée aux éditeurs du dictionnaire de Du Cange a valu à Mazaugues un éloge dans le Glossarium... (voir Bauquier 1880, 9-10).

21 Alexandre Fauris de Saint-Vincens (Aix-en-Provence, 1750-1819), historien et numismate, a occupé le poste de président à mortier au parlement de Provence de 1782 à 1789. Il est entré en possession de certains papiers ayant appartenu à Mazaugues par son mariage avec la petite-nièce de celui-ci, Mlle de Trimond (Bauquier 1880, 15, n. 3).

22 Certainement pour accusatif. Mazaugues pourrait donc avoir identifié le système de déclinaison de l’occitan médiéval.

23 Nous verrons plus loin que le dictionnaire de Mazaugues a été bâti à partir de la lecture de la Vida de sant Honorat. Il faut à notre avis reconnaître dans Cembelina une mauvaise lecture pour Sebilia (ou Sebylia, Sibilia) qui est, selon la « Table des noms propres » de l’édition de la Vida de sant Honorat de Peter T. Ricketts (2007), la fille d’Aygolant, reine de Saxe. Quant à « raybaut sg. d’antibes », qui apparaît également dans cet article, nous l’identifions, toujours selon la « Table des noms propres » de l’édition de Ricketts, à Rainaut (de Bellanda), « chevalier français ».

24 Nous la relevons plus bas.

25 La formule donnée par Mazaugues est tirée de la Vida de sant Honorat : « am pes et am tarrons » (éd. Ricketts 2007, v. 5279). La traduction proposée est effectivement erronée : un tarron est un “bâton gros et court” (LvP).

26 On reconnaît dans cette entrée un passage de la Vida de sant Honorat : « Alasays diz c’atretant d’aur / valia la fueylla e mays guanre » (éd. Ricketts 2007, v. 7855-7856). Une note à propos de ces vers (éd. Ricketts 2007, 613) explicite leur sens en reprenant la forme donnée par Sardou dans son édition (1875) de la Vida de sant Honorat : « Sardou (1875, p. 124) lit : “catre tant d’aur...”, cependant il ne s’agit pas de “quatre fois”, mais du fait que la feuille vaut autant en or qu’en argent, et beaucoup plus ». Le commentaire (« faux ») ajouté à la suite de l’article de Mazaugues est donc une nouvelle fois justifié. Notons pour terminer qu’on trouve dans le Dictionnaire ou explication... un autre article qui s’appuie sur le même passage de la Vida de sant Honorat : « tans — tant. quatre tans — bien plus, quatre fois autant. fol. 118. » (45).

27 Nous proposons une édition critique de la première page du dictionnaire dans nos annexes (Annexes 1.1.). Nous renvoyons aux articles que nous avons édités en donnant le numéro que nous leur avons attribué, précédé de la mention « A. » (Annexes).

28 C’est pourquoi nous précisons les pages où apparaissent les articles que nous citons. Nous avons conservé l’ordre d’apparition original des articles dans notre édition (A. 1.1.).

29 Page 1 (A. 1.1.27) et page 2 du manuscrit.

30 Par exemple, « abausada — etendue adj. » (A. 1.1.13) ou « las — miserable. lassa f. » (24).

31 Peut-être s’agit-il parfois de mauvaises interprétations du système de cas sujet et cas régime.

32 Nous ignorons à quel ouvrage cette mention fait référence.

33 Le manuscrit porte bien fondus pour tondus. Cette erreur ne peut, selon nous, s’expliquer que par une mauvaise lecture des travaux de Mazaugues par Saint-Vincens.

34 Cette référence renvoie au Recueil de l’origine de la langue et poésie françoise dans lequel une note marginale traduit par « amitié » le terme druerie présent dans des vers de « Perrin d’Angecort » (Perrin d’Angicourt (XIIIe s.)) que Fauchet cite (1610, 568 vo).

35 Localité correspondant certainement à l’actuelle commune de Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône).

36 Localité correspondant certainement à l’actuelle commune de La Verdière (Var).

37 Voir également l’article esquern que nous citons plus haut et l’article ancuey que nous citons plus bas.

38 Précision apportée dans la marge, d’une autre encre mais de la même main semble-t-il.

39 Idem. La référence correcte est celle donnée en marge. On trouve un passage à propos du calendrier des Gaulois prenant les nuits comme repères dans l’Histoire littéraire de la France (1733-1763, I, 37).

40 La source mentionnée est le Recueil de l’origine de la langue et poésies françoise de Fauchet paru en 1581. La référence donnée ici renvoie à la réédition de ce texte dans les Œuvres de Fauchet (1610) : « Que si quelcun pense que le Roman ne fust qu’en ryme je luy respons qu’il y avoit aussi des Romans sans ryme & en prose » (1610, 541 ro).

41 Nous avons utilisé la Concordance de l’Occitan Médiéval (2005) de Peter T. Ricketts pour identifier les citations. La Vida de sant Honorat est l’œuvre de Raimond Feraud, prieur du couvent de Roquestéron, vers 1300. Elle est constituée de cinq livres : les deux premiers contiennent la vie de saint Honorat, les deux suivants ses miracles. Un cinquième livre traite de la passion de saint Porcari. Le tout représente 9725 vers. Peter T. Ricketts a donné une édition complète de ce texte en 2007. On trouve à de nombreuses reprises des références à saint Honorat dans le dictionnaire de Mazaugues. Nous en avons déjà relevé une dans l’article consacré à cembelina (voir ci-dessus). En voici par exemple une autre qui apparaît sous blat (5) : « blat — bled. autant e lo blat. semé et (benit par St honorat) creys ebolh sobre la terra — confay la font et prat ».

42 Toujours grâce à la Concordance de l’Occitan Médiéval (2005) de Peter T. Ricketts.

43 A. 1.1.1, A.1.1.4, A. 1.1.8, A. 1.1.10, A. 1.1.12, A. 1.1.20.

44 Voir ci-dessous.

45 Pour une description de ce manuscrit (B dans la classification de Ricketts), voir Ricketts in Feraud 2007, 16-19. Peter Ricketts donne un relevé des annotations marginales (p. 17-19).

46 Lettre de Mazaugues à Sainte-Palaye datée du 4 mai 1742 (Bauquier 1880, 58).

47 Nous avons utilisé le relevé des annotations du manuscrit B donné par Ricketts (éd. 2007).

48 Le relevé des annotations, qui reprend les éléments du texte commenté, donne gandren lebriers (éd. Ricketts 2007, 17) qui correspond à la forme enregistrée par Mazaugues dans son dictionnaire. Le texte établi par Ricketts porte cependant ganren et l’apparat ne relève pas de variante pour le manuscrit qui nous intéresse.

49 Même problème que précédemment. Le relevé des annotations donne gandren (éd. Ricketts 2007, 17) et le texte porte ganrren sans variante relevée dans l’apparat critique pour le manuscrit B.

50 La première citation de l’article est également tirée de la Vida : « el poyn Joyosa » (éd. Ricketts 2007, v. 1723).

51 Dans notre étude de la première page, nous avons systématiquement comparé les articles de Mazaugues avec le Donatz proensals (Dp) d’après l’édition de J. H. Marshall (1969), le glossaire de la Laurenziana (GlL) d’après l’édition d’A. Castellani (1958), le dictionnaire de Nostredame d’après l’édition de C. Chabaneau et J. Anglade (1913), le dictionnaire de Borel (1655) et les éléments lexicographiques donnés par Bastero (1724).

52 A 1.1.1, A. 1.1.4, A. 1.1.5, A. 1.1.7, A. 1.1.8, A. 1.1.9, A. 1.1.13, A. 1.1.27, A. 1.1.29.

53 Voir également notre référence au dictionnaire de Nostredame sous ausor (A. 1.1.5).

54 Sur ce point, Nostredame a raison. Ricketts note dans la « Table des noms propres » (728-737) de son édition de la Vida de sant Honorat (2007) : Bellanda = Nice.

55 Ces deux termes sont également traités par Nostredame.

56 On ne retrouve pas, par exemple, les articles atur “esforzare o destregnere”, astruxs “ave(n)turato”, albir “albitare”, etc. (éd. Castellani 1958, 17).

57 Pour juger de la fiabilité des informations de Mazaugues, nous avons donné des renvois aux dictionnaires de référence de l’occitan médiéval dans notre édition de la première page du dictionnaire (A. 1.1). Pour les entrées comprises entre A et Ajornar, seul champ traité par cet ouvrage pour le moment, nous renvoyons au Dictionnaire de l’Occitan Médiéval (DOM) (Stempel (dir.) 1997-). Nous renvoyons pour le reste au Lexique roman (Rn) (1838-1844) de Raynouard et au Petit dictionnaire provençal-français (LvP) ((19091) 1991) d’Emil Levy. En cas de difficulté, nous renvoyons également au Provenzalisches Supplement-Wörterbuch (Lv) (1894-1924) d’Emil Levy.

58 adoncs “alors” (LvP sous adonc).

59 Mazaugues donne cependant un autre article sous la bonne forme : « tro — jusqu’a ce que. » (44).

60 troque “jusqu’à ce que” (LvP sous tro).

61 girfalc “[oiseau de proie de la famille des Falconidés], gerfaut” (LvP).

62 Mazaugues donne une citation, dans laquelle apparaît caifamida, qui nous a permis de rétablir la forme correcte : « Mays ira de mal temps lur la frascat lur vela — non val (valet) la caifamida — puescan segre testela [sic] » (11). On reconnaît un passage de la Vida de sant Honorat : « Mas ira de mal temps lur a frascat lur vela, / non val li caramida puescan segre l’estela » (éd. Ricketts 2007, v. 7924-7925).

63 caramida “calamite, pierre d’aimant” (LvP).

64 aul “mauvais, misérable” (LvP sous avol).

65 Cet ouvrage a certainement paru dans les derniers mois de 1765. On en trouve en effet un compte rendu dans le Mercure de France de novembre 1765.

66 Voir Damian-Grint 2006, 121. Le nom de Lacombe n’apparaît pas dans la remise en vente de 1768. On y a inséré un « Discours sur l’origine & les révolutions des Langues Celtique & Françoise » (v-liv) qui est une reprise textuelle du « Mémoire sur l’origine & les révolutions des Langues Celtique & Françoise » et du « Second mémoire sur l’origine et les révolutions de la langue françoise » de Charles Duclos (1704-1772), parus dans l’Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, avec les Mémoires de littérature tirés des registres de cette académie de 1743 et 1751.

67 La première édition du dictionnaire de Le Roux date de 1718.

68 Monica Barsi se fonde uniquement sur le fait que toutes les nouvelles entrées de l’édition de 1786 du dictionnaire de Le Roux proviennent de l’ouvrage de 1766 de Lacombe pour affirmer que celui-ci est l’auteur de la réédition. L’argument nous semble insuffisant pour aboutir à une certitude : il est tout à fait possible qu’un lexicographe autre que Lacombe ait repris ses matériaux pour les intégrer à l’édition de 1786 de Le Roux.

69 Dans son Histoire des hommes illustres de la Provence (1786-1787), Claude Achard affirme que François Lacombe est né en 1733 (1787, 511). Cette information a été reprise dans la Biographie universelle ancienne et moderne de Michaud (1843-18??, XXII, 367-368). A. Maureau, historien avignonnais, a établi la véritable date de naissance de Lacombe dans la notice qu’il lui consacre pour le Dictionnaire de biographie française (1994) de M. Prevost, Roman d’Amat, H. Tribout de Morembert et J.-P. Lobies.

70 Voir la notice de A. Maureau (1994).

71 Il faut tout de même préciser qu’est également paru en 1766 le Glossarium novum ad scriptores medii aevi... seu Supplementum ad auctiorem glossarii Cangiani editionem de Pierre Carpentier dont le quatrième et dernier volume contient un « Glossaire françois » de taille.

72 Il faut également citer le compte rendu que Gilles Roques (2004) a donné de cette édition. Celui-ci apporte de précieuses analyses métalexicographiques des matériaux issus des dictionnaires de Lacombe.

73 Les exemplaires qui mentionnent ce prêt de La Curne de Sainte-Palaye portent également une dédicace à Emmanuel-Armand du Plessis-Richelieu, duc d’Aiguillon (1720-1788) et le prix de vente de l’ouvrage : « cinq livres broché ». De tels exemplaires sont par exemple conservés à la Bibliothèque municipale d’Avignon (8° 4283), à la Bibliothèque municipale de Lyon (SJ BC 217/15) ou à la Bibliothèque municipale de Toulouse (Res D XVIII 293). Tous ces éléments sont absents de l’exemplaire 809449 de la Bibliothèque municipale de Lyon (consulté en ligne).

74 Selon les exemplaires, p. iii-iv ou p. vii-viii.

75 Lacombe a très probablement utilisé cette édition.

76 Cette formule est très courante au XVIIIe siècle. On la rencontre par exemple chez Pierre Nicolas Bonamy (1694-1770), Lebeuf ou Barbazan (sous la forme « langue romanse » chez ce dernier). Lacombe emploie également les dénominations « Langue Rustique » (1767, i) ou « Langue Rustique Romaine » (1767, iii) qui sont aussi répandues au XVIIIe siècle. L’appellation langue « Laïque » qu’on rencontre par ailleurs dans ses écrits (1767, iii) est plus originale. On la trouve par exemple dans les Mémoires sur la langue celtique de Jean-Baptiste Bullet (1760, III, 26-27).

77 Pierre-Daniel Huet (1630-1721). Il écrit par exemple (1678, 126-127) : « Comme au contraire ce langage Roman fut appellé la langue Provençale ; non seulement parce qu’il receut moins d’alteration dans la Provence, que dans les autres cantons de la France, mais encore parce que les Provençaux s’en servoient ordinairement dans leurs compositions ; ou mesme, parce que la Provence estant toûjours regardée comme la Province des Romains, on ne faisoit point de distinction entre le langage Provençal & le Romain. »

78 Joseph Vaissète (1685-1756) est l’auteur, en collaboration avec Claude Devic (1670-1734), de l’Histoire générale de Languedoc (1730-1745). Voici, par exemple, ce qu’on lit dans cet ouvrage à propos de la langue « Romance » : « On parloit dans les trois sénéchaussées de Toulouse, Carcassonne & Beaucaire, & dans le reste de la Languedoc, une langue à peu près uniforme, & semblable à celle qu’on y parle encore aujourd’hui, & qu’on appelloit Romance par opposition au Latin. » (1730-1745, IV, 502)

79 Claude Fauchet (1530-1602) a traité de questions linguistiques dans son ouvrage Recueil de l’origine de la langue et poésie françoise, ryme et roman (1581). Il y étudie, notamment, « la langue Romaine rustique » ou « Roman ».

80 Le Toulousain Pierre Cazeneuve (1591-1652) a travaillé sur les origines de la langue française dans ses Origines de la langue française publiées à la suite du Dictionnaire étymologique de Ménage (1694).

81 Nous avons déjà signalé la présence de Lebeuf dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767, Fauchet et « Caseneuve » y figurent également.

82 Jean Astruc (1684-1766) est l’auteur de Mémoires pour l’histoire naturelle de la province de Languedoc (1737). Il est cité dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767.

83 Borel apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767.

84 L’authenticité de ce texte a été contestée dès le XVIIIe siècle, notamment par Devic et Vaissète. Voir Raynouard 1816-1821, II, cxxv-cxxvi, n. 1.

85 Giovanni Mario Crescimbeni (1663-1728). Il apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767 (« Crescenbeni »).

86 Marin, le rédacteur de l’approbation du dictionnaire de 1767, a repris cette idée à son compte : « J’ai lû, par ordre de Monseigneur le Vice-Chancelier, le Supplément au Dictionnaire du Vieux Langage François, [...] fait par un Ecrivain qui, joignant à l’amour du travail, au goût, à la critique & à des lumieres acquises, la connoissance du langage des Provinces Méridionales, est bien capable de donner à ce Dictionnaire la perfection dont il est susceptible » (in Lacombe 1767, 560).

87 À propos de cet ouvrage, voir Gardy 1985.

88 Cette chanson a d’abord paru dans le Mercure de France de janvier 1757 (81-82) sous le titre de « Chanson patoise sus l’aire de la Roumanco d’al debignaire del bilatge ». L’auteur du texte, qui est accompagné d’une traduction, n’est pas nommé. Cette chanson a prétendument été envoyée au Mercure par Francouneto pour qui elle aurait été composée et qui date son envoi du 25 juillet 1756, depuis Narbonne. Le texte est précédé d’une lettre au Mercure en occitan avec une traduction.

89 Selon René Merle (1990, 119), cette chanson (« Lou Beou Tircis »), qui a également paru dans le Mercure de France du 13 mai 1780, daterait du XVIIe siècle et serait de la main de Forbin d’Oppède. Le premier couplet a également été repris par Achard dans son Vocabulaire provençal-françois (1785, sous cansoun). Cette « Chanson provençale » est suivie par une « Autre » chanson occitane (lxix-lxx) dont nous ignorons l’origine.

90 Vers repris à La Curne de Sainte-Palaye 1756, 673.

91 On trouve en outre du français moderne (Roques 2004, 273).

92 Nous présentons cette étude dans nos Annexes (A. 2.).

93 Nous avons limité notre relevé aux vingt premières pages de la lettre A.

94 Nous avons limité notre étude aux six premières citations apparaissant sous la lettre A.

95 Nous avons limité notre étude aux dix premiers termes manifestement français de la lettre A.

96 La liste des auteurs que Lacombe précise avoir consultés (« Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément ») pour son dictionnaire de 1767 a fourni une bonne part de nos sources.

97 Nostredame apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767 sous une forme erronée : « Mostre-Dame ».

98 Lacombe ne cite à aucun moment Mazaugues dans ses dictionnaires.

99 Ces deux dictionnaires ont paru dans un même ouvrage : Dictionnaire étymologique de la langue françoise par M. Ménage, avec les Origines françoises de M. de Caseneuve, les Additions du R. P. Jacob et de M. Simon de Valhebert, le Discours du R. P. Besnier sur la science des étymologies et le Vocabulaire hagiologique de M. l’abbé Chastelain le tout mis en ordre, corrigé et augmenté par A. F. Jault auquel on a ajouté le Dictionnaire des termes du vieux françois, ou Trésor de recherches & antiquités gauloises et françoises de Borel (1750, 2 vol.). Le Trésor de recherches de Borel est donné dans le second volume. Il a été complété grâce aux ouvrages de Jean Nicot (1530-1600) et Philibert Monet (v. 1566-1643), entre autres, pour constituer un « Dictionnaire des termes du vieux françois ». Nous nous référons à l’édition de 1750 du dictionnaire de Ménage ainsi : Ménage 1750. Pour l’édition de 1750 de Borel, nous utilisons la référence suivante : Borel 1750. Étant donné que d’autres sources ont été adjointes aux travaux de Borel dans cette édition, nous précisons l’origine des matériaux s’ils ne proviennent pas de Borel.

Nous avons déjà signalé que Pierre Borel apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767. On y trouve également Gilles Ménage.

100 Pour les entrées présentes dans le Dictionnaire de l’Occitan Médiéval, nous n’avons pas donné les références à Raynouard et Levy.

101 Doujat apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767.

102 Pellas apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767.

103 Les éléments lexicographiques sont donnés au gré des chapitres. Nos références à cet ouvrage sont donc accompagnées des pages auxquelles elles renvoient.

Nous avons déjà signalé qu’Astruc apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767.

104 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, ms 158.

105 Aix-en-Provence, Bibliothèque Méjanes, ms 1664.

106 Boissier de Sauvages apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767 (« Sauvage »).

107 Ce glossaire accompagne le recueil d’éditions de textes de Thaumas de La Thaumassière : Assises et bons usages du royaume de Jerusalem (1690). Il est édité p. 476-514.

Gaspard Thaumas de La Thaumassière apparaît dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767 (« Lathomassiere »).

108 Ni Laurière ni Ragueau n’apparaissent dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767.

109 Le Roux n’est pas cité dans la « Table des auteurs... » de 1767.

110 Levesque de La Ravalière apparaît dans la « Table des auteurs... » de 1767 (« Ravaliere »).

111 Barbazan apparaît dans la « Table des auteurs... » de 1767.

112 Joinville apparaît dans la « Table des auteurs... » de 1767. Nous avons donné les références à ce glossaire après la mention « Capperonnier ».

113 Même conclusion pour la comparaison avec le dictionnaire de Nostredame. Les concordances (2.1.1, 2.1.4, 2.1.7) ne sont que des coïncidences. Lacombe ne connaissait pas les recherches manuscrites de Nostredame.

114 Rappelons que le Glossaire provençal est en grande partie une compilation de sources lexicographiques. Borel faisant partie de ces sources, il est probable que quelques recoupements apparaîtraient de ce fait entre Lacombe 1766 et le glossaire de Sainte-Palaye (nous n’avons pas pu vérifier la validité de cette hypothèse).

115 Nous avons travaillé à partir de l’édition des premiers articles de la lettre A qu’a donnée Gaston Bazalgues (1978).

116 Voir également Roques 2004, 273.

117 Un premier volume du Glossaire de l’ancienne langue françoise, depuis son origine jusqu’au siècle de Louis XIV de Sainte-Palaye a paru peu après sa mort (Paris, 1789). Il a fallu ensuite attendre l’édition de Favre (1875-1882) pour que l’intégralité du Glossaire soit publiée.

118 Dictionnaire de l’ancienne langue française en quatre volumes (Ars. 3081-84).

119 Les articles consacrés à l’occitan moderne constituent pratiquement la moitié de l’ouvrage.

120 L’étude du dictionnaire de 1766 ayant montré que Lacombe ne connaissait pas ces ouvrages, nous n’avons cependant pas retenu les dictionnaires de Puget et Barrigue de Montvallon.

121 Ce « Glossaire » se trouve dans le quatrième volume du Glossarium novum ad scriptores medii aevi... seu Supplementum ad auctiorem glossarii Cangiani editionem (1766) de Pierre Carpentier.

Carpentier apparaît dans la « Table des auteurs... » de 1767 (« Carpantier »).

122 Ce texte, « Lou crebo-couer d’un payzan su la moüert de soun ay », apparaît dans l’édition de 1665 (107-122) du Jardin deys musos prouvençalos et dans l’édition de 1666 (27-42).

123 Ces vers sont extraits des « Amours dou bergié Florizeo, & de la bergiero Ollivo », pièce qui fait également partie de l’édition de 1665 (97-104) du Jardin deys musos prouvençalos et de l’édition de 1666 (94-101).

124 « La Farço de Juan dou Grau », Jardin deys musos prouvençalos (1665, 319-386 ; 1666, 102-167).

125 Voici le texte de la citation selon le Recueil de Gros : « Se per hazard veou lei Princesso, / Li marquarai foüesso allegresso ; / Mafflatarai eme respect » (1734, 32).

126 Martin, qui est né à Béziers, a publié quatre recueils différents sous le même titre : Bouquet de cauquos flouretos cueillidos sul parnasso bitterois (1723, 1726, 1729, 1738) dont Donnadieu a donné une nouvelle édition en 1899. Les vers cités par Lacombe sont extraits du « Retour del Printens » paru en 1723 (éd. Donnadieu 1899, 32-33).

127 À propos de cette œuvre, voir Courouau 2008, 280-286.

128 Le retrait d’une mention mensongère pourrait donc expliquer l’absence des pages relatives à un prêt de manuscrits de Sainte-Palaye dans l’exemplaire 809449 de la Bibliothèque municipale de Lyon du Dictionnaire de 1766.

129 Il faut également rappeler ici que Lacombe est l’auteur de lettres apocryphes de Christine de Suède.

130 Il en est de même pour quelques entrées de français moderne (voir Roques 2004, 273).

131 Il faut également noter que le Dictionnaire de 1767 est dédié à la ville d’Avignon, ville natale de Lacombe.

132 Lacombe est un lecteur de Devic et Vaissète et d’Astruc.

133 Selon Wartburg, Keller et Geuljans (1969, 62), cet ouvrage « réunit des mots tirés de chartes du XIIe au XVIIIe siècle, sans date indiquée. Termes surtout wallons, lorrains (avant tout messins), champenois, mais aussi un certain nombre de mots occitans ». Tout ou partie des entrées occitanes sont en réalité des reprises à Lacombe.

134 Notre analyse des ouvrages de 1766 et 1767 n’a pas fait apparaître d’éléments nouveaux à propos de l’attribution de la réédition de Le Roux 1786 à Lacombe si ce n’est la très faible expertise de ce dernier dans le domaine lexicographique. Les doutes sur cette attribution nous semblent donc renforcés.

135 « Dictionnaire du vieux langage françois, enrichi de passages tirés des manuscrits en vers & en prose des anciens Auteurs... », Mercure de France, novembre 1765, 114-117, 115.

136 On remarque que Lacombe, certainement du fait du peu d’éditions de textes littéraires médiévaux disponibles, met en avant une utilité directe pour la compréhension des documents administratifs anciens.

137 Toutes les citations de la Vida de sant Honorat sont données selon l’édition de Peter T. Ricketts (2007). Nous précisons à la suite du texte le numéro du vers. Rappelons que Mazaugues a eu accès à ce texte par le manuscrit B de la classification de Ricketts. Nous précisons lorsque nous relevons le texte de B alors que celui-ci n’a pas été retenu par Ricketts dans son édition.

138 Cet article est donné sur la même ligne que le précédent (1.1.2).

139 On trouve plus loin un article « auzor — gloire, majesté. » (2)

140 On trouve exactement le même article à la p. 2 : « autreiar — accorder. ».

141 Cet article est donné sur la même ligne que le précédent (A. 1.1.27).

142 On relève deux articles traitant de formes similaires ou comparables : « ajensa — convient — agensa — plait. » (2) ; « gensa — plait. res tant non li gensa — rien ne luy plait tant. » (22).

143 Probablement : Philippe Labbe, Dictionnaire géographique françois-latin, Lyon, les libraires de la Compagnie, 1667.

144 Charte accordée par Alphonse de Poitiers aux habitants de Riom (département actuel du Puy-de-Dôme) en 1270. Elle a été rédigée en deux versions, occitane et latine. L’Alphonsine fait partie des textes édités par Thaumas en 1690 (457-463). Hippolyte-Ferréol Rivière en a donné une nouvelle édition en 1874 (II, 276-286). Le terme alberjada (éd. Rivière 1874, 276) apparaît aussi bien dans le texte occitan que latin (cf. Du Cange albergada, Sainte-Palaye (éd. Thaumas 1690, 457 ; éd. Favre 1875-1882) alberjada “rente seigneuriale”).

145 Monchablon n’apparaît pas dans la « Table des auteurs qu’on a consultés pour ce supplément » de 1767.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Fabié, « Une première approche de la lexicographie provençale de l’occitan médiéval au XVIIIe siècle », Lengas [En ligne], 76 | 2014, mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://lengas.revues.org/713  ; DOI : 10.4000/lengas.713

Haut de page

Auteur

David Fabié

Université Toulouse-Jean Jaurès, PLH-ELH

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org